Mars-Avril

VOLUME 20 •
N U M É R O 9 6 • M A R S - AV R I L 2 0 1 5 • B I M E S T R I E L C A NA D I E N
20 ANS DÉJÀ
L’AUGMENTATION DE L’IMMIGRATION FRANCOPHONE DEMEURE UNE PRIORITÉ AU CANADA LORS DE LA CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE
INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE DU COMITÉ CONSULTATIF FRANCOPHONE DU SERVICE DE POLICE DE TORONTO
MME BRIGITTE CHATUÉ TCHATAT LA PRÉSIDENTE DE PERFORMANCE IMMIGRATION CANADA A RENCONTRÉ MONSIEUR WILLIAM BLAIR LE
CHEF DE POLICE DE TORONTO LE 20 MARS 2015.
MERCREDI 18 FEVRIER 2015, MADAME BRIGITTE CHATUÉ ET MONSIEUR MELVIN WEIGEL, AVOCAT CANADIEN EN IMMIGRATION, ANIME UNE
CONFÉRENCE SUR LES OPPORTUNITÉS D’IMMIGRATION AU CANADA ORGANISÉE PAR PERFORMANCE IMMIGRATION CANADA
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(2)
« BONNE NOUVELLE PERFORMANCE IMMIGRATION CANADA S’INSTALLE
AU CAMEROUN. DEJA 2 AGENCES OUVERTES, PLUS DE 500 CANDIDATS,
PRES DE 150 CLIENTS, 100 VISAS OCTROYES… »
Bienvenu dans le monde
de la Performance en
Afrique.
Performance Immigration Canada est une entreprise citoyenne basée au Canada dans la ville de Toronto,
province de l’Ontario. Elle
compte une représentation au
Cameroun et s’ambitionne,
dans une politique globale
d’immigration, en vue de délocaliser ses représentations
un peu partout en Afrique
notamment en Afrique de
l’Ouest et en Afrique centrale. Elle offre la possibilité
aux étudiants, aux travailleurs qualifiés et aux investisseurs camerounais ou vivants
au Cameroun, de trouver une
alternative à leur projet d’immigration pour le Canada.
Cette entreprise audacieuse
dans son professionnalisme a à sa tête une femme.
L’assurance de la crédibilité
de l’entreprise, lui vient de
sa promotrice Mme Brigitte
Chatue Tchatat canadienne
d’origine camerounaise, experte et consultante en immigration, inscrite au Registre
du Québec au numéro
11538, Membre #R408799
du Conseil de Réglementation des Consultants en Immigration (ICCRC-CRCIC)
et, récemment Commissaire
à l’assermentation. Elle fait
de Performance Immigration
Canada le témoignage de
sa propre expérience de vie.
Ainsi, cette entreprise qui
allie rigueur managériale et
responsabilité sociale, rentre
dans le marché camerounais
de l’immigration en générale
et canadienne en particulier,
avec la ferme intention de
présenter un visage nouveau :
nouveau par la qualité et la
diversité de ses services, mais
nouveau aussi par sa respon-
chaque année une alternative sérieuse a leurs études
universitaires, près de 65%
des diplômés du 1er cycle
universitaire
recherchent
soit une bourse soit une inscription dans une université
De gauche à droite Armand, Brigitte, Kassi, Delphine, Boris
le personnel de Performance immigration Canada.
sabilité d’établir une démarcation rigoureuse entre le
dilettantisme et le professionnalisme.
Pourquoi le Cameroun ?
le marché de l’immigration
vu du Cameroun est de plus
en plus florissant, selon les
statistiques d’une publication de l’Unesco en 2010, 20
093 étudiants sont en mo-
étrangère, enfin, plus de 90%
d’étudiants de cycle doctorat recherchent une bourse
pour parachever leurs études
en vue d’être plus utile à leur
pays. Ajouté à cette catégorie,
plus de 45% de la population
active en chômage ou pas,
voudrait immigrer pour des
raisons économiques, selon
Docquier et Marfouk (2005),
17% de la population came-
JOURNAL
CANORA
2 rue Carlton suite
1403 Toronto
Ontario M5B 1J3
Tél:(416)203 3979
(416)-203-1342
Télec:
(416) 203 1238
[email protected]
com
www.Canoraaa.com
Le journal est disponible sur le web.
Le Journal n’est pas
responsable des propos
exprimés dans les
articles
Madame Brigitte CHATUÉ TCHATAT avec les élevés du
Groupe Scolaire Bilingue ÉTOILE
bilité sur un effectif total de
220 331 étudiants, un peu
plus de 50% de la population
des nouveaux bacheliers des
zones urbaines recherchent
rounaise a émigré en 2000.
Le secteur des investisseurs
est sans doute encore timide
du fait des procédures de
partenariats
économiques
canadiens qui, progressivement, se simplifient en se régularisant. Cependant, face
à l’absence de retenu dont
fait montre cette population
en quête de mieux être, il se
dresse, insoupconnablement,
un profil d’arnaqueurs. Aussi
l’un des défis de Performance
Immigration Canada est-il
de donner l’information et
les solutions fiables pour tout
processus d’immigration au
Canada et dans le reste du
monde. C’est quelque part
l’un des éléments de notre
vision
…un Leadership au service de la cause sociale.
Depuis 2011, nous avons
opté pour un leadership de
la qualité qui allie cause sociale et professionnalisme,
notre vision est que nos
clients réussissent leur intégration socio-économique,
s’établissent au Canada et
s’épanouissent effectivement.
Nous accompagnons tous
nos clients vers l’obtention de
leur visa et l’installation au
Canada. L’une de nos principales missions est de rendre
favorable l’entrée des immigrants au Canada sous divers
programmes mis en place
par Citoyenneté et Immigration Canada en les accompagnants avant, c’est-a-dire
dès les premières procédures
dans l’une de nos agences,
pendant et après leur installation au Canada. Pour ce
faire, Performance Immigration Canada peut compter
sur une équipe de jeunes dynamiques repartie dans deux
agences.
…Déjà deux Agences au
Cameroun.
Performance
Immigration Canada a deux grandes
représentations : une au
Canada qui est la base organisationnelle de l’entreprise, elle est située à Toronto à l’adresse 2 rue Carlton,
Suite 1403 Toronto, Ontario
M5B1J3 Tel : 1 (416) 559
3769, c’est la direction opérationnelle et le centre stratégique de prise en charge
des préoccupations liées à la
résidence permanente, à la
Judith
Le personnel de
Performance immigration
Canada
citoyenneté, aux cas de réfugiés ou des personnes en
voie de déportation. C’est
aussi le cœur administratif
et juridique de l’entreprise.
La deuxième représentation
c’est le Cameroun. Performance Immigration Canada
(P.I.C) s’est installé avec pour
ambition, de répondre efficacement aux multiples sollicitations des camerounais, en
quête d’exil économique et/
ou académique. L’entreprise
créée au Cameroun pour la
représentation compte pour
Georges
Le personnel de
Performance immigration
Canada
Du Professionnalisme à
la Responsabilité ; le pas est
franchi !
Au quotidien, Madame Brigitte CHATUE TCHATAT,
écoute les clients, conseille,
recommande, suggère, avise
et le cas échéant préconise
des alternatives. Elle est la
seule habilitée à produire un
jugement décisif sur les dossiers des clients. Son équipe,
constituée en majorité de
jeunes perspicaces, organise
des entrevues, planifie les
activités générales et straté-
De gauche à droite Olivia, Alvine, Claire, Marcelle, Brigitte
Jean-Pierre, Carine. Les bénévoles et le personnel de
Performance immigration Canada
le moment deux agences :
l’agence de Yaoundé est située actuellement au quartier
Essos au lieu dit Titi Garage,
1er étage immeuble Québec,
B.P : 11003, Tel : (237) 650 00
47 78/ (237) 655 94 98 65, c’est
aussi le siège social de l’entreprise. Plusieurs conseillers
s’y attèlent journalièrement
aux services généraux et à
certains services spécifiques
liés aux procédures administratives. L’agence de Yaoundé
fait en moyenne 45% de la
clientèle générale. L’agence
de Douala est située près de
la Total Sable à Bonamoussadi, Tel : (237) 679 87 06 78/
(237) 656 22 87 33, elle emploie cinq collaborateurs qui
s’organisent systémiquement
pour juguler le flux d’une
clientèle hétéroclite et sensible. Elle dégage une proportion de 55% de la clientèle.
Cependant, suivant la
demande sans cesse grandissante, P.I.C entreprend à
court terme de s’étendre vers
la région de l’Ouest du pays
et à moyen terme vers toutes
les autres.
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
giques de l’entreprise, coordonne les politiques d’accueil, d’études, d’inscription
et de soumission de tous les
dossiers des clients. Entourée
d’un conseil d’administration
éclairé, elle s’offre sans répit
l’expertise d’un Directeur General, Monsieur Jean Pierre
BELOBO, dont la seule présence magnifie et potentialise
la crédibilité outre mesure de
l’entreprise. Sa fière allure et
l’assurance de sa personnalité contribuent à dynamiser
avec succès l’un des aspects
de l’objectif de l’entreprise :
« les Résultats ». Performance
Immigration Canada fait,
entre autre, du business de
l’immigration, une question
de responsabilité. Nos clients
sont avant tout des êtres humains, parfois diminués par
les difficultés de la vie, nous
sommes à leur chevet comme
l’espoir d’un nouveau départ,
le signe d’une nouvelle vie.
Ainsi avons-nous un devoir
moral d’accompagner humainement les clients dépaysés, en passe de l’incertitude
et d’abus. C’est aussi ça notre
raison d’être.
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(3)
PORTRAIT DE LA PRESIDENTE DE PERFORMANCE IMMIGRATION CANADA
M
adame Brigitte CHATUE
TCHATAT est née à Douala au Cameroun, dans une
famille modeste et pieuse. Elle
arrive au Canada autour des
années 1991, elle y séjourne
à titre d’étudiante, inscrite
à l’école des Hautes Etudes
Commerciales (HEC) de Montréal, elle obtient un Bachelor
en Administration des affaires.
Elle travaille quelques années
auprès de certaines sociétés au
Cameroun en qualité d’auditrice
comptable. Puis elle retourne
au Canada et plus tard, elle
obtient un certificat de formation professionnel en immigration de l’académie de la Société
Canadienne des Consultants
en Immigration (SCCI). Elle est
inscrite au Registre du Québec
#11538 et Membre #R408799
du Conseil de Réglementation
des Consultants en Immigration (ICCRC-CRCIC), c’est à
ce titre qu’elle fonde sa propre entreprise d’immigration
dénommée
PERFORMANCE
IMMIGRATION CANADA. Elle
y consacre tout son temps,
son énergie et se passionne
de l’expérience individuelle de
ses clients. Mère de trois formidables enfants, elle a fait
de son entreprise un creuset
de l’amour oblatif où partage
et convivialité, sincérité et
disponibilité resserrent les exigences d’efficacité et de rigueur
dans le travail. Sa marque de
leadership c’est le professionnalisme par la sociabilité. Elle
incarne un profil managérial
authentique taillé à la mesure
des priorités de l’heure, que
sont l’émergence et la performance. Selon sa vision, le
Canada offre une multitude
d’alternatives propices à qui
est intègre et travailleur. Au
Cameroun, ils sont nombreux
qui rêvent d’immigrer pour
le Canada, Madame Brigitte
CHATUE TCHATAT veut faire
de ces rêves feutrées, une réalité de printemps. Elle multiplie des déplacements pour le
Cameroun afin de mieux se
rapprocher de ses clients, son
récent statut de commissaire
à l’assermentation lui donne
d’être encore plus vigilante,
proche et mieux professionnelle.
Canoraa : Quelle est la particularité de Performance Immigration Canada (PIC)?
Madame Brigitte Chatué
TCHATAT : Notre particularité se situe au niveau de nos
procédures. Dans la recherche
des solutions les plus efficaces
pour répondre aux besoins des
candidats, nous sommes très
transparents avec eux, grâce à
nos procédures. Quel que soit
le service demandé par le candidat, nous effectuons d’abord
une évaluation préliminaire
selon les critères arrêtés par le
gouvernement canadien. Cette
évaluation, nous permet de déterminer les chances de qualification du candidat, avant la
signature éventuelle d'un contrat de service avec lui. Si un
candidat ne peut se qualifier,
nous ne traiterons pas sa demande d'immigration. Lorsque
nous acceptons un dossier c'est
parce que nous sommes très
confiants que le candidat a des
fortes chances de recevoir son
visa à la fin des procédures.
Par la suite nous proposons
au candidat un contrat de service professionnel, dans lequel
il ressort clairement, aussi
bien ses responsabilités et engagements, que les nôtres,
ainsi que nos conditions
d’accompagnement.
Ce n’est que lorsque le candidat a signé le contrat de service professionnel, qu’il devient notre client.
Nous lui remettons ainsi,
la liste de contrôle des documents relative à sa demande,
qu’il doit nous fournir. Une fois
que les documents nous sont
remis, nous en faisons une vérification complète, et ce n’est
que lorsque tous les documents requis sont conformes,
que nous soumettons le dossier auprès du gouvernement
canadien, et restons en contact
avec le client pour toute information nécessaire au suivi du
traitement de son dossier.
Lorsque le client obtient son
visa, ce qui est le plus souvent
le cas, nous l’encadrons dès
« J’ai décidé de m’installer en Afrique, afin de professionnaliser
le secteur d’activité, de l’immigration et aussi de faire bénéficier aux africains de ma propre expérience de vie… » Ainsi
s’exprimait le 19 février dernier la présidente de Performance
Immigration Canada, Madame Brigitte Chatue TCHATAT lors
de la conférence de presse tenue à Yaoundé la capital politique
de la république du Cameroun
son pays de départ, jusqu’à
son arrivée au Canada.
Vous voyez donc que, notre
particularité se situe au niveau
de la transparence de nos
procédures et de l’honnêteté
envers les candidats et nos clients.
Canoraa : Est-ce qu’il vous
arrive, vous-même d’intervenir
dans ces procédures ?
Madame Brigitte Chatué
TCHATAT : Effectivement!
Pour tous les candidats, c’est
moi-même, qui fais la consultation initiale. Je le fais par
téléphone lorsque je suis au
Canada, ou alors en temps réel
lorsque je suis au Cameroun.
J’ai une entrevue avec tout
candidat qui a ouvert un dossier chez nous. C’est au cours
de cet entretien que nous appelons consultation initiale,
que je fais une évaluation préliminaire du profil du candidat,
qui me permet de savoir, s’il
a des chances d’aller jusqu’au
bout de la procédure. Ce n’est
que lorsque je suis très confiante que le candidat a des
fortes chances de recevoir son
visa à la fin des procédures,
que je l’envoie dans les services spécialisés pour le montage
de son dossier. Si non, le client
est informé de mes recommandations et il reçoit des conseils
appropriés pour se préparer
convenablement.
Canoraa : qu’est ce qui rassure et garanti le candidat, ou
le client, sur votre crédibilité et
celle de votre société Performance Immigration Canada ?
Madame Brigitte Chatué
TCHATAT : je voudrais attirer
votre attention et celle de vos
lecteurs sur le fait que, pour
exercer dans le secteur de
l’immigration au Canada, il
faut faire partie d’un ordre professionnel accrédité, il faut être
consultant réglementé en immigrations canadiennes. Seuls
les consultants réglementés,
les avocats et les notaires
peuvent offrir des services
d’immigration aux candidats.
Lorsque certains vendeurs
d’illusion le font comme nous
le voyons ici au Cameroun,
c’est à leurs risques et périls, il
est simplement dommage que
les candidats soient exposés à
des risques d’escroquerie. Pour
revenir sur votre question, je
voudrais vous informer que je
suis membre du Conseil de Réglementation des Consultants
en Immigration du Canada
(CRCIC), un organisme créé
par le Gouvernement du Canada pour réglementer les consultants en immigration. J’y
suis membre sous le code ID :
R408799. Toute personne peut
le vérifier en visitant le site
Web de cette organisation officielle dont l’adresse est la suivante : http://secure.iccrc-crcic.
ca/search-new/fr Elle peut le
faire soit par mon nom : CHATUE TCHATAT Brigitte soit par
mon code ID R408799. Seuls
les consultants membres de cet
organisme peuvent traiter avec
les Services d'Immigration du
Canada et nous sommes régis
par un code de déontologie.
J’insiste en disant que le but
du CRCIC est la protection du
public face aux escrocs qui pullulent dans plusieurs pays. En
cas de litiges ou de différends,
le candidat ou le client, peut
porter plainte auprès de cet
organisme qui peut prendre
des mesures disciplinaires à
l’encontre de ses membres
qui peuvent aller jusqu'à la
perte de leur droit de pratique.
Je tiens à préciser que je suis
membre de cet organisme en
mon nom personnel, je ne
cache pas mes responsabilités,
sous le couvert de Performance
Immigration Canada.
Je fais également partie du
registre québécois des consultants en immigrations, ce registre est établi par le Ministère
de l’Immigration du Québec.
Des vérifications peuvent être
faites par mon nom ou par
mon code dont le numéro est
11538 à travers le site http://
www.micc.gouv.qc.ca/fr/dossiers/reglementation-consultant/index.html
Pour y devenir membre, des
examens de compétence sont
requis avec rigueur, toujours
pour que le public soit en sécurité.
Canoraa : y a-t-il un service
d’accueil des clients de Performance Immigration Canada au
Canada ?
Madame Brigitte Chatué
TCHATAT : En plus des dispositions officielles prises en
général par le gouvernement
canadien pour l’accueil des milliers d’immigrés qui arrivent
au Canada, chaque année, Performance Immigration Canada,
ne s’éloigne pas de ses clients
une fois le visa obtenu. Quand
le client obtient le visa, nous
l’aidons à trouver un logement
au Canada. Nous lui donnons
des séances d’information sur
les réalités de la vie au Canada,
et nous organisons son accueil
dès l’aéroport où il atterrit au
Canada.
Canoraa : Avez-vous des défis à relever ?
Madame Brigitte Chatué
TCHATAT : il y a plusieurs défis à relever, beaucoup de personnes veulent voyager mais
ne remplissent pas toujours
les conditions requises surtout
sur le plan financier. Les procédures de demande de visa ou
d’immigration sont payantes.
L’un des défis c’est aider ceux
qui n’ont pas suffisamment
d’argent. Par exemple, nous
travaillons sans cesse pour
obtenir des bourses d’études
ou trouver des établissements
qui coutent moins cher à nos
clients étudiants.
Canoraa : Quel est l’avenir de
votre entreprise dans les trois
prochaines années ?
Madame Brigitte Chatué
TCHATAT : Performance Immigration Canada est une entreprise en croissance, elle va
prendre sa place et devenir
leader. Nous sommes conscients de pouvoir aider les
parents, les étudiants, et les
autres travailleurs qualifiés,
pour moi c’est un rêve personnel, un idéal commun et une
exigence professionnelle.
LETTRE DU DIRECTEUR GÉNÉRALE
Pourquoi être avec nous.
Chère Candidate, Cher Candidat, Chère Cliente, Cher Client,
Par la présente, je voudrais
sincèrement vous remercier
de l’intérêt que vous manifestez envers nos services.
Voici deux ans que nous
sommes en activité au Cameroun, et vous proposons des
services sur l’immigration canadienne.
En deux ans, nous avons
réussi avec succès à obtenir
une centaine de visas étudiants et de travailleurs temporaires. Nous avons également
réussi à déposer avec succès
une vingtaine de dossier dans
la catégorie des travailleurs
qualifiés du Québec, service,
que nous n’avons commencé
à rendre au Cameroun que
l’année dernière. Ce résultat
très encourageant pour nous
est l’œuvre de notre présidente fondatrice Madame Brigitte
CHATUE TCHATAT, qui a su
nous transmettre son professionnalisme, ainsi que les
techniques du métier.
Je suis entouré d'une équipe
dévoué, qui est dans la structure depuis sa création et qui
a acquise une expérience
certaine dans le domaine de
l'immigration. Cette merveilleuse équipe, maîtrise très
bien nos procédures internes
qui permettent d’accueillir les
candidats, et d’accompagner
les clients en toute transparence et honnêteté. Elle est
au centre des trois principales
étapes de notre méthode de
travail, qui sont la consultation initiale, le montage du
dossier et la demande officielle.
Pour
ceux d’entre vous
que nous n’avons pu accompagner, pour des raisons évidentes d’insuffisance
d’arguments sur le profil, ou
pour des raisons de nonconformité des documents
produits… nous sommes
désolés, mais tout n’est pas
perdu notre présidente vous
a déjà peut être personnellement donné, ou vous donnera
ses recommandations et conseils appropriés afin de vous
préparer convenablement. Par
la présente, je tiens à vous
préciser à nouveau que nous
ne voulons pas que vous perdiez votre temps et votre argent inutilement. Notre code
Jean-Pierre Emmanuel BELOBO
éthique ne nous permet pas
d’accompagner un candidat
lorsque nous ne sommes pas
totalement confiants qu’il a
des fortes chances de recevoir
son visa à la fin des procédures, nous ne faisons rien au
hasard. C’est la satisfaction du
client qui est notre principale
préoccupation.
J’ai ici le plaisir d’annoncer
une bonne nouvelle aux
candidats étudiants. La Présidente de Performance Im-
migration Canada, a négocié
la mise à disposition de 200
bourses d’études complètes et
partielles avec les universités
et écoles de formation professionnelle du Canada, pour les
rentrées de septembre 2015 et
de janvier 2016. Les renseignements sur la constitution
des dossiers sont disponibles
dans nos agences. J’aimerais
attirer l’attention des parents
et étudiants, que c’est maintenant qu’il faut préparer les
dites rentrées, afin d’éviter
les bousculades de dernières
minutes qui peuvent relativiser la très bonne qualité d’un
dossier parce que le temps
de traitement du dossier par
les fonctionnaires canadiens
n’aura pas été insuffisant.
En ce qui concerne le programme
des
travailleurs
qualifiés du Québec qui
s’ouvre très prochainement,
je demande aux candidats et
clients de se dépêcher, nous
voulons déposer vos dossiers
parmi les premiers.
C’est la stratégie, que
nous avons retenues afin
d’optimiser vos chances,
d’autant plus que désormais,
la période de réception est
réglementée. Les professionnels dans les domaines de formation suivants ont de fortes
chances d’être sélectionnés :
Informatique,
Comptabilité,
Marketing et Achats, Banque
et Finance, Sciences infirmières, Traduction, Génie biologique et biomédical, Génie
civil, Génie électrique, Génie
électronique, Génie industriel,
Génie mécanique, Génie informatique, Génie alimentaire,
Design industriel, Architec-
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
ture, Enseignement, Communication et bien d’autres. Le
nombre maximal de dossier à
recevoir pour le nouveau programme sera de 6 300, il faut
donc faire vite.
En limitant le nombre
de demandes à recevoir, le
Ministère sera en mesure de
traiter un plus grand nombre de demandes en attente
et ainsi réduire les délais de
traitement.
Pour terminer, j’aimerais
un fois de plus vous dire,
que vous êtes au cœur de
nos actions dès votre premier
contact avec nous, et notre
objectif est votre satisfaction
totale. Notre préoccupation
est de répondre qualitativement et professionnellement
à vos besoins dès le moment
où vous avez pris la décision
d’aller vivre au Canada.
Au nom de la Présidente, et
de toute l’équipe de Performance Immigration Canada,
je prends par la présente,
l’engagement ferme et irrévocable que je contribuerai personnellement à vous faciliter
votre immigration au Canada,
ceci en respect de notre slogan «
We make immigration easy ».
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(4)
QUAND LE CANADA S’OUVRE
A VOUS PAR LE DETOUR D’UNE
CONFERENCE…
LE CANADA SOUS TOUTES SES
FORMES A VOTRE PORTEE !
C
(Photo conférence Yde)
N
ous nous sommes
résolument
lancés
vers une campagne de vulgarisation dont l’objectif,
au-delà de faire connaitre
notre entreprise au grand
public, est aussi et surtout
d’apporter aux potentiels
clients des informations
fiables sur les processus
d’immigration en cours
au Canada. L’enjeu est
donc social avant d’être
économique. Pour cette année 2015, l’entreprise a opté
pour une stratégie de marketing
communicationnelle de proximité. Nous
avons
successivement
organisé des rencontres
d’information et de sensibilisation auprès des medias, des écoles et des universités. Ainsi, le mercredi
18 février 2015, Madame
Brigitte CHATUE et Monsieur Melvin WEIGEL,
Avocat canadien en immigration, interviennent en
direct sur les ondes de la
CRTV-Radio à une émission de très grande écoute
qui est diffusée entre 06h
et 09h et intitulée « CRTV
M’ACCOMPAGNE ». À
partir de 14h, ils sont invités dans l’un des prestigieux
établissements
scolaires
du Pays et de la Capital, le
Complexe international la
Gaieté, la communication
qu’ils donnent à l’attention
des élèves est de nature à
les inciter à venir poursuivre leurs études universitaires au Canada. Dès
18h de la même journée,
c’est le service de communication de l’entreprise
qui prend le relais par une
intervention en direct sur
les ondes de la Royal FM,
radio locale très écoutée située à Yaoundé au quartier
Elig-Essono. L’objet portant
sur l’annonce de la Conférence qui se tiendra le
lendemain. Le lendemain
Jeudi 19 février, nous préparons activement la conférence, notre objectif est
de faire 400 places et délivrer un message attendu
et qui pourra être relayé
plus tard. C’est pourquoi
nous n’avons aucunement
lésiné sur le budget de la
communication : entre interventions médiatiques,
message synthé, communiqué radio, tracts et bouche
à oreille, l’objectif était de
communiquer, d’informer
et d’inviter les uns et les
autres à assister à la conférence. D’ailleurs, nos
conférenciers vont intervenir en direct au journal
radio de 12h sur Royal FM
pour réitérer leur présence
et forcer l’adhésion des plus
sceptiques. 17h, alors qu’ils
se préparent à regagner la
salle de l’Hôtel Jouvence
2000 qui avait été apprêtée
pour la circonstance, celleci est déjà archicomble, au
hez Performance Immigration
Canada,
nous offrons une gamme
variée de services. Prioritairement, nous travaillons sur trois types de services :
-Visa de résident temporaire qui se décline en
visa d’étudiant, visa visiteur et permis de travail
temporaire.
– Visa de résident permanent qui comprend : le
parrainage des époux, des
enfants et autres membres
de la famille, le programme
fédéral des travailleurs
qualifiés, le programme des
candidats des provinces,
le programme de sélection
des immigrants du Québec,
le programme des aides
familiaux, le programme
d’immigration pour les entrepreneurs, investisseurs
et travailleurs autonomes,
le regroupement familial
(parrainage), la représentation pour les appels
auprès de la commission
d’appel de l’immigration, le
statut de réfugié, la représentation auprès de la commission de l’immigration et
du statut de réfugié, processus d’appel et considération humanitaire.
– Service aux Entreprises : Étude de l’impact
sur le marché du travail
afin de recruter les étrangers spécialisés, recrutement des employés spécialisés à l’étranger selon
les besoins de l’entreprise.
Chacun de ces services
est une procédure en soi,
il peut y avoir quelques
similitudes dans la forme,
mais le fond est sans
doute très différent. Ainsi, chaque cas chez nous
est un cas spécifique voila
pourquoi il arrive à l’entreprise de personnaliser les
situations de la clientèle.
Cela nous garantit l’efficacité que nous escomptons
en guise de résultat.
Statistiquement, il faut
dire que 80% de notre
clientèle requiert en général notre premier service ;
le visa d’étudiant est alors
le produit que nous servons le plus. Ceci est dû au
fait que la procédure dure
en moyenne quelques
mois suivant le dossier du
client. 18% sont reparties
disproportionnellement
dans les produits de notre
second service, on peut
expliquer ce faible taux par
deux raisons : la sélectivité outrée des procédures
de cooptation professionnelle, puis la longueur de
la procédure. En ce qui
concerne notre troisième
service, seuls 2% de notre
clientèle en bénéficie; la
raison en est simple : il n’y
a pas une régularité de la
demande et lorsqu’elle y
est, les critères sont hautement sélectifs sinon exclusifs. Cependant, il y a
de l’espoir.
bout du compte, près de
600 personnes, arc-boutées
au message que délivrent
les conférenciers, sont
tenues en haleine, c’est la
réalisation de notre objectif.
Nous participons le samedi 21 février, au 5eme
Forum des universités et
des grandes écoles organisé au Collège Jean Tabi à
Yaoundé.
Nous mettons le cap sur
la ville de Douala où, nous
allons continuer notre
marathon de conférences.
Le site de l’Hôtel Peninsula Plaza (Bonamoussadi) est arrêté à cet effet.
À la veille de la conférence
de Douala, le Dimanche
22 février, nous sommes
invités sur JAMBO, une
émission télévisée avec
un audimat inestimable
à la nationale comme à
l’internationale, et est diffusée entre 14h et 16h30
sur la première chaine
de Télé la plus suivie au
Cameroun Canal 2 Internationale. Lundi 23 février
dès 17h, une foultitude de
personnes affluent l’estrade
de l’hôtel, au bout de 18h,
nous faisons salle pleine,
plus de place. La stratégie
que nous adoptons alors
pour ne pas désappointer
complètement nos invités,
est de leurs briefer quelques
de nos services et les inviter
à passer dans nos bureaux
dès le lendemain.
Des deux conférences
données à Yaoundé et à
Douala, nous avons eu
plus de 1000 auditeurs,
ceci témoigne, comme
nous l’avons dit plus haut,
l’intérêt pour les camerounais de trouver ailleurs
une issue à leur avenir. À
la sortie de ces conférences, qui ne marquent en
réalité que le début d’une
série de mise en avant des
produits et des services de
Performance Immigration
Canada, notre sentiment
est manifestement positif.
C’est la confirmation de la
transparence et du professionnalisme dans le secteur
d’activité de l’immigration
au Canada, avec une entreprise performante qui n’a
pas fini de grandir.
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(5)
CHEF GUY DONGUÉ, NOUS
ENFANTS DE LA PATRIE, LE JOUR DE
VEUT VRAIMENT DU BIEN
LA DÉCHÉANCE EST ARRIVÉ!
DES BOITES REPAS FRAICHES SANTÉ E
ET GOUTEUSES DISPONIBLES DANS
LA COMMUNAUTÉ
S
i vous n’avez pas encore
gouté à la cuisine du
Chef Guy Dongué, alors
hâtez-vous d’essayer pour
qu’on puisse se comprendre.
Depuis quelques mois à
Toronto, un chef cuisinier
francophone se bats pour
nous faire manger santé,
nutritif, tout en restant fin
gourmet.
Grace son réseau d’amis
et de collègues, ils ont
constaté que le rythme de
vie actuel des gens ne leur
permet pas de prendre le
temps de s’alimenter correctement. Conséquence
on mange de plus en plus
des plats de la restauration
rapide trop salés ou trop
sucrés, nos enfants aussi
et pire nous ne savons plus
comment cuisiner et donc
nos enfants ne le saurons
pas non plus.
Les conséquences de
cette mauvaise alimentation se font déjà sentir
sur la population comme
le démontre les initiatives
du gouvernement provincial pour la promotion de
la saine alimentation. Chef
Guy a donc pris le bâton
Chef Guy Dongué
de Pellerin. Pour démystifier la saine alimentation,
Il tient un blogue sur les
aliments à consommer absolument
(cuisinesantef.
wordpress.com), il organise
des ateliers culinaires avec
des partenaires communautaires, propose des services
de chef à domicile et des
services de traiteurs santé.
Les produits phares de
Chef Guy en ce moment
sont des boites repas
santé à consommer soit
comme lunch à l’école ou
au travail ou le soir à la
maison. A ce qu’il parait,
les participants du dernier camp d’été du Centre
Francophone de Toronto
ont eu toute une expérience gastronomique l’été
dernier. Ils ont mangés
entre autres une tajine de
poisson au couscous, du
poulet braisé aux épices et
Groupe d’Amitié et d’Entreprenariat
ses légumes, un wrap de
thon, mayo et câpres avec
salade de quinoa ou encore
des nouilles Soba du Japon
avec une sauce de curry et
lait de coco.
E fait, Chef Guy est un
chef exécutif francophone
vivant à Toronto et qui nous
fait découvrir la fine gastronomie d’inspiration française à laquelle il associe des
épices exotiques afro-caribéennes, asiatiques et méditerranéennes au grand
bénéfice de nos palais et de
notre santé. Il vous servira
par exemple un excellent
bœuf bourguignon sur du
riz au curcuma, une épice
dont les propriétés anti-cancers ont été scientifiquement démontrées.
Les populations immigrantes gagneraient aussi à
prendre contact avec Chef
Guy pour réussir leur intégration alimentaire afin
d’acquérir des techniques
de substitution ou d’ajout
afin d’adapter leur alimentation de base.
Contact :
[email protected]
Tel : 647-836-9021
n France, le 23 janvier 2015, le Conseil
constitutionnel (genre de
Cour suprême) a validé
la décision du gouvernement socialiste de déchoir
un citoyen de la nationalité
française pour cause de djihadisme. La nouvelle a fait
pousser un soupir de soulagement à l’Élysée comme
à Matignon. L’homme en
question n’est pas lié aux
attentats de Charlie Hebdo
mais Ahmed Sahnouni,
d’origine marocaine, a été
condamné à sept ans de
prison en 2013 pour « association de malfaiteurs
en relation avec une entreprise terroriste ».
Cette loi de déchéance de
nationalité est dans le Code
civil depuis longtemps,
toutefois elle est applicable
dans un contexte restreint;
c’est-à-dire qu’il faut que
l’individu soit doté de deux
nationalités, que cette citoyenneté ne soit pas par
filiation, enfin que les faits
qui lui sont reprochés se
soient produits antérieurement à l’acquisition de la
nationalité française ou
dans le délai de dix ans à
compter de la date de cette
acquisition.
Mais aujourd’hui, ces
garde-fous légaux ne semblent plus convenir à de
nombreux politiciens de
gauche comme de droite.
Le Premier ministre français Manuel Valls est d’avis
qu’il faudrait utiliser la
Association Pour la Promotion de la Réussite Scolaire
CONCOURS D’ÉPELLATION 2015
Un projet visant à encourager les jeunes francophones de la grande région
de Toronto à relever leurs compétences et leur pratique du français à l’oral
et à l’écrit.
Le concours est destiné aux jeunes de la 1ère à la 8e année fréquentant les
écoles de la grande région de Toronto. Ce concours qui est à sa troisième
édition se tiendra le 6 juin 2015 à l’école secondaire Etienne Brûlé.
déchéance de nationalité
plus souvent contre « ceux
qui s’attaquent aux intérêts fondamentaux » de la
France. L’ancien président
Nicolas Sarkozy qui lorgne sur un autre mandat
à la tête de son pays voit
aussi d’un bon œil qu’il y
ait davantage de retraits de
citoyenneté. Faut-il ajouter
que le Front national, parti
d’extrême droite, crie sur
tous les toits que ce genre
de mesure doit s’imposer
davantage et que les socialistes ne vont pas assez
loin?
Pourtant cette loi, utilisée
avec parcimonie jusqu’à
présent, a des garde-fous
pour ne pas en abuser. Or,
les événements sanglants
perpétrés au cœur de la
capitale française en début
d’année entraînent les
politiciens dans une sorte
de concurrence pour voir
qui trouvera la recette miracle pour se débarrasser
des terroristes par tous les
moyens.
L’avocat d’Ahmed Sahnouni avait tout de suite
contesté le décret qui prive
son client de la nationalité
française. Il a noté une
révélation de taille; une
rupture entre Français de
naissance et Français naturalisés. Maître Neruttin
Mecesi a déclaré : “Cela
veut dire que certains peuvent commettre les pires
atrocités sans jamais risquer de perdre leur nationalité, de sorte qu’il y aurait
des Français plus français
que d’autres”
Le Conseil constitutionnel s’était déjà penché sur
cette question et sa réponse
avait été que compte tenu
de la gravité des actes terroristes, il n’existe pas de
violation des droits de
l’Homme dans un décret
de déchéance, tel que formulé par l’État français.
Pour un pays qui se targue d’être le lieu où sont
nés les droits de l’Homme,
la réponse du conseil constitutionnel est faible,
même calamiteuse. En ef-
Le concours d’épellation est un projet initié par l’organisme Gramen et mis en œuvre en
partenariat avec l’Association Pour la Promotion de la Réussite Scolaire (APRORESCO
Éducation).
Personne à contacter: Eddy Wambo
Téléphone: 647-205-8490 / 416-647-5654
Courriel: [email protected] / [email protected]
Sites webs : www.aproresco.org / www.gramen.org / www.epellation.ca
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
fet, ce qui attend Ahmed
Sahnouni, une fois sorti
de prison, est un retour au
Maroc, pays bien moins
scrupuleux sur les droits
humains. Si la nouvelle
politique française est de
renvoyer des terroristes,
peut-on espérer le renvoi
des auteurs du génocide
rwandais qui se la coulent
douce au pays de François
Hollande depuis deux décennies? Après tout, nous
parlons de près d’un million d’âmes charcutées en
1994 et dont les survivants
tutsis réclament encore
justice. Ou est-ce qu’un
génocide est moins grave
qu’un terrorisme aux yeux
des « sages » du conseil
constitutionnel?
Dans l’atmosphère électrisée dans laquelle se trouvent les politiciens français, il est concevable de
s’imaginer que les verrous
juridiques actuels pourraient sauter pour renvoyer
plus facilement les terroristes dans le pays de leurs
ancêtres tant qu’ils ont
deux nationalités. Si cela se
produit, les politiciens en
enlevant le passeport à des
crapules françaises diminuent quelque peu la valeur
du dit passeport même
pour ceux qui ne craignent
pas la déchéance. L’effet de
pérennité qui accompagne
la notion de citoyenneté en
sort affaiblie pour tous. Les
cérémonies de naturalisation perdront beaucoup
de leur noblesse. De plus,
les citoyens naturalisés se
sentiront obligés d’être des
Français zélés pour éviter
tout risque de perdre leur
acquis. On aura ainsi renforcé l’idée de fracture sociale en tentant de séparer
le soi-disant bon grain de
l’ivraie. Jean-Paul Sartre a
dit : « Une victoire racontée en détails, on ne sait
plus ce qui la distingue
d’une défaite ». En effet,
les victorieux sautent à
pieds joints dans la défaite
quand ils tombent amoureux de leur propre image.
Didier Leclair, écrivain
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(6)
LE COMPLEXE SCOLAIRE
INTERNATIONAL LA GAIETÉ
ABEL MAXWELL, UN ARTISTE ET
ENTREPRENEUR INSPIRANT!
A ÉTÉ FONDÉ EN 1996 PAR MADAME JUSTINE NKONTCHOU
L
e Complexe Scolaire
International la Gaieté
est un établissement scolaire privé d’enseignement
général qui a été fondé en
1996, il a commencé par
l’école maternelle (crèche),
ensuite par l’enseignement
primaire
(anglophone
et francophone), puis
l’ENIEG et enfin le Collège. Aujourd’hui, la Gaieté
compte plus de 600 élèves
repartit en deux sections
: la section francophone
reçoit environ 400 élèves
pour un cycle allant de la
6eme en Terminale et la
section anglophone près
de 200 élèves de From 1
a Upper Six. La Gaieté a
depuis quelques temps ouvert une section internationale qui prépare les élèves
au Baccalauréat international (IBO) au travers du
programme du Diplôme
de l’IB. Ce dernier consiste en un programme
d’enseignement rigoureux
et équilibré qui s’adresse
aux jeunes de 16 à 19 ans,
et qui va de la 3eme en Terminale. Les élèves d’Enko
La Gaieté, au bout de leur
3eme année de programme,
passent l’examen du Baccalauréat International. Cet
examen est conçu par les
équipes de l’Organisation
du Baccalauréat International (OBI) et diffuse dans
les 4000 écoles IB à travers le monde. Les copies
sont corrigées par l’OBI et
non par les écoles. L’élève
qui reçoit le Baccalauréat international à Enko
La Gaieté est perçu de la
même manière qu’un élève
l’ayant reçu dans une école
à New York, Shenzhen ou
Sao Paolo. Dans le classement annuel de l’Office du
Baccalauréat du Cameroun
(OBC), la Gaieté occupe
le 60eme rang sur près de
940 établissements scolaires au Cameroun. Pour
l’année 2014, le pourcentage de réussite aux examens officiels a été de 75%.
La Gaieté est sans doute
au Cameroun un Collège de référence de par la
qualité de ses services, de
son prestige et de la singularité de ses apprenants. Le
Complexe International la
Gaieté est situe a Yaoundé,
Bastos-échangeur simplifié.
Contacts: website: www.
enkoeducation.com ;
Courriels [email protected]/[email protected]
gmail.co
The Afro Radio that resembles us! Broadcasts Live 24/7!
La Radio Afro qui nous ressemble! 24h/24
Musique, éducation, affaires communautaires, divertissement!
www.kilimandjaroradio.com
Stay connected!
Advertise with us!
P
our Abel Maxwell, il est
possible de réussir en
prenant la décision de faire
plus “les choses nécessaires
et difficiles que les choses
faciles et amusantes de façon générale.”
L’artiste
et
homme
d’affaires Abel Maxwell,
directeur et producteur au
sein du label BODB Entertainment a rejoint l’expert
en développement des affaires, auteur best-seller et
conférencier, Brian Tracy,
avec un groupe d’éminents
experts du monde, pour coécrire son nouveau livre intitulé “Transformer Sa Vie,
Ses Affaires et Sa Santé”.
Installé en Ontario depuis
2007, Abel Maxwell est un
artiste qui inspire à travers
sa musique aux couleurs
de la pop et du jazz, un
environnement de partage et de tolérance entre
les cultures. Entre temps
ses collaborations avec des
artistes comme Miguel de
Armas (Cuba), Bobby McFerrin (USA), Patrick Fiori
(France) ,l’ont permis de se
hisser au rang de la scène
musicale internationale.
Abel Maxwell commence
le piano au tendre âge de
six ans et étudie la musique dans 3 continents
- en Afrique (Conservatoire de Dakar), en Europe
(Conservatoire National de
Lyon, Conservatorium van
Abel Maxwell
d’Amsterdam) et en Amérique du Nord (Conservatory of Toronto) .Il a dirigé
plusieurs choeurs de gospel
comme le chœur de Grady
Chapel AME Church (Holland). A.M.G.C (Lyon) et
Lyon Gospel Mass Choir
(130 choristes) .Comme
artiste solo, il a participé à
plusieurs festivals internationaux en Europe (Hollande, France) et en Amérique du Nord (Montréal,
Minneapolis, Ottawa...)
En tant que Directeur et
co-Réalisateur au sein du label B.O.D.B Entertainment,
il influence positivement
plusieurs
organisations
en tant que membre du
Conseil d’Administration
(Alliance Nationale de l’Industrie Musicale - A.N.I.M
et aussi, initie plusieurs
projets artistiques de la province de l’Ontario dans le
but d’inspirer les jeunes à
réaliser leurs rêves.
Sa discographie intégralement disponible sur iTunes
comprend un album éponyme paru sous le label
Alter Ego Music (France)
en 2007, le 1er single francophone “Personne comme
toi” sorti le 11 Septembre
2012 puis le 2e single
“Simples choses” le 12 Février 2013 dernier, et son
album francophone « interlude » sorti le 14 Octobre
2014 sous le label BODB
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
Entertainment.
Depuis le succès de ses
concerts au Centre National des Arts dans la saison 2013/2014, il a fait
une grande impression
aux médias en tant qu’artiste exceptionnel; il est
par ailleurs récipiendaire
du titre d’auteur “Best-seller” de “National Academy
of Best-Selling Authors”
Awards à Hollywood, CA
(24-26 September 2014),
avec la parution de son livre
“Transform” co-écrit avec
son mentor Brian Tracy.
Déjà qualifié du premier
artiste francophone de pop/R&B de l’Ontario et de
part son influence sur la
plateforme
artististique
francophone Abel Maxwell
est non seulement un musicien accompli, un homme
d’affaires mais aussi et surtout un artiste qui inspire la
passion de l’excellence.
Claudy Harvey, Radio
Centre ville Montréal, CANADA «...Abel Maxwell,
un artiste qui fait vivre une
expérience incroyable en
‹›live››..»
Connectez avec Abel
Maxwell sur Facebook,
Twitter ou Instagram!
www.facebook.com/abelmaxwell
www.twitter.com/abelmaxwell
w w w. i nst ag r am . c om /
abelmaxwell
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(7)
QUELQUES TÉMOIGNAGES DES CLIENTS DE
PERFORMANCE IMMIGRATION CANADA
J
e m’appelle Tchoudja Viviane , je suis camerounaise
âgé de 24 ans, je suis arrivée
au Canada le 10 juin 2014 et
j’étudie en technique pharmaceutique. J’ai essayé plusieurs
voies notamment la France,
mais ça n’a jamais marché,
quand j’ai eu l’admission Cela
à été une surprise totale pour
mes parents. Sans l’aide et le
soutien de Madame Brigitte
CHATUE et de Performance
Immigration Canada, je n’aurai
jamais pu arriver au Canada.
Tchoudja Viviane
J’ai entendu parler de Performance Immigration Canada
par une amie qui elle-même,
est arrivée ici par le même ca-
J
e suis Ngathe Fongang
Adriel, j’ai 19 ans je suis
arrivé au Canada le 16 aout
2014 pour les études à la
Cité Collégiale en programmation informatique, j’ai
essayé la France, la Suisse
mais sans succès. C’est par
l’intermédiaire du Pasteur
Kamta, elle-même aidée par
Madame Brigitte CHATUE,
que mes parents sont rentrés en contact avec la con-
J
e m’appelle Yap Alidou, je
suis titulaire d’une Licence en
Télécommunication obtenue à
l’Institut Universitaire du Golf
de Guinée. J’ai assisté en décembre 2013 à une conférence sur
l’immigration au Canada à
l’Hôtel Lewat (Douala), puis j’ai
ouvert mon dossier à Performance Immigration Canada en
janvier. Et en Juin, j’ai eu mon
visa. Madame CHATUE m’a
fait obtenir non seulement une
bourse au CCNB mais la résidence permanente aussi. Chose
incroyable mais pourtant vrai.
Ngathe Fongang Adriel
sultante. Dès son arrivée au
Cameroun, j’ai rencontré
nal. Je suis très satisfaite et je
n’ai eu aucune difficulté dans
les procédures, la distance avec
la consultante n’a pas été un
problème car sa disponibilité
était sans reproche. Quand
je suis arrivée au Canada, je
doutais de mon programme
d’étude, elle m’a alors recommandé mon programme actuel et je réalise aujourd’hui que
c’est ce que je voulais faire. Je
peux vivement recommander
les services de Performance
Immigration Canada à tous.
la consultante à l’agence de
Douala, elle m’a conseillé,
dirigé et parrainé, j’étais très
impatient lorsqu’on a soumis
ma demande de visa, mais
quand mon visa est sorti, je
ne pouvais contenir ma joie.
Ici au Canada, j’ai rencontré
déjà beaucoup qui sont passés par Performance Immigration Canada. Tout ce que
je peux dire c’est qu’elle est
experte en la matière.
FENÊTRE SUR LE MOIS DE LA FRAUDE
LE CRCIC LANCE UNE CAMPAGNE
MONDIALE POUR LE MOIS DE LA
PRÉVENTION DE LA FRAUDE
L
’organisme de réglementation rappelle aux
consommateurs l’existence
de consultants en immigration agissant illégalement.
Burlington (Ontario), le
2 mars 2015 - Dans le cadre d’une initiative nationale
des entreprises du secteur
privé, des organismes
publics, d’application de
la loi et de protection des
consommateurs, le Conseil de réglementation des
consultants en immigration du Canada (CRCIC)
incite les consommateurs
de services d’immigration
à être vigilants lorsqu’ils
cherchent de l’aide professionnelle pour immigrer
au Canada. Mars est le
Mois de la prévention de
la fraude et l’organisme de
réglementation
national
lance une campagne mondiale pour informer les immigrants et leurs familles
que quiconque fournit des
services
d’immigration
moyennant
rétribution
doit être inscrit et régle-
J
e suis Fabrice ETO, j’ai été
admis à Georgian College
à un programme de Postgraduate en International
Business
Management.
J’ai déposé mon dossier à
Performance immigration
Canada étant en Ouganda,
tout s’est passé proprement
et dans les délais prévus, j’ai
pourtant essayé avec beaucoup d’agences mais ça n’a
pas marché. Je suis très heureux de me retrouver ici au
Canada. Je remercie toute
l’équipe de Performance
Immigration Canada.
Je suis Madame Fongang
Fabrice ETO
Juliette je suis arrivée au
Canada le 16 Aout 2014
pour accompagner mon
fils. Lui et moi avons eu
le visa, 2 et 5 ans respectivement grâce à Madame
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
menté par un organisme
de réglementation. « La loi
est claire », affirme le président-directeur général
du CRCIC, Bob Brack.
Les consommateurs peuvent trouver le registre des
consultants réglementés en
immigration canadienne
(CRIC) sur le site Web du
CRCIC à www.iccrc-crcic.
ca et sont encouragés à signaler les fournisseurs de
services illégaux à http://
fr.iccrc-crcic.ca/ALERT.
cfm
Brigitte Chatué et son entreprise Performance Immigration Canada. Au
départ j’étais très sceptique
car nous nous sommes fait
arnaquer par une femme
qui nous promettait la résidence en Russie. Mais ce
que j’ai compris dans cette
expérience avec Madame
Chatué, c’est qu’il y a encore
des gens honnêtes ; beaucoup de personnes veulent
voyager mais seulement
ils ne savent pas la bonne
adresse : Madame Brigitte
Chatué c’est la bonne adresse.
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(8)
CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE DU COMITÉ
CONSULTATIF FRANCOPHONE DU SERVICE DE POLICE DE TORONTO LE 20 MARS 2015
ALLOCUTION DE MONSIEUR YVES-GÉRARD MÉHOU-LOKO, JOURNALISTE À RADIO CANADA
LA FRANCOPHONIE TORONTOISE, UNE MINORITÉ DANS UNE MAJORITÉ DE DE MINORITÉS.
Mme Marie-France Lalonde, adjointe parlementaire de la ministre déléguée à la francophonie
M. Alok Mukherjee, président du conseil d’administration du service police
de Toronto
Chef William Blair
Membres du conseil d’administration du Comité
consultatif communautaire
francophone du chef de police
Distingués invités, chers
amis et collègues,
C’est vraiment un plaisir
pour moi d’être parmi vous
aujourd’hui.
Je suis d’ordinaire perplexe lorsqu’il s’agit de souligner une journée internationale ou nationale pour
une cause. D’ordinaire il
s’agit de défendre quelque
chose qui est menacé de
disparition ou encore une
maladie. La francophonie
est-elle menacée ? Oui.
Permettez-moi de débuter cette présentation
par une citation d’Anatole
France :
«La langue française est
une femme. Et cette femme
est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante,
voluptueuse, chaste, noble,
familière, folle, sage, qu’on
l’aime de toute son âme,
et qu’on n’est jamais tenté de lui être infidèle.»
Citation d’Anatole France,
Crainquebille
La question de la menace
et de la survie de la langue
française est récurrente
dans son histoire. Ainsi
depuis la mondialisation
des idées et des plus parti-
culièrement des individus
le français se sent menacé.
Je devrais plutôt dire que
plusieurs intellectuels francophones semblent avoir
développé la crainte de voir
cette langue disparaître.
En fait mon point de vue
sur cette question est que
le français comme toute
langue évolue dans le temps
et dans l’espace.
Ainsi si nous faisons une
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
courte comparaison avec la
langue anglaise, force est de
constater que cette dernière
a évolué considérablement
depuis les écrits de Shakespeare.
Dans l’histoire, l’anglais a
voyagé dans l’espace quittant les Îles britanniques
pour se répandre en Amérique du Nord, en Asie, en
Inde et en Afrique. Depuis
Suite à la page (12)
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(9)
CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE LE 20 MARS 2015
L’AUGMENTATION DE L’IMMIGRATION FRANCOPHONE DEMEURE UNE PRIORITÉ
Le 20 mars 2015 ‒ Ottawa ‒ Le
ministre de la Citoyenneté et de
l’Immigration du Canada, Chris
Alexander, célèbre aujourd’hui
la Journée internationale de la
Francophonie.
Le Canada est la destination
de choix de nombreux fran-
cophones de partout dans le
monde. La population du Québec est majoritairement francophone et la province accueille
de nombreux immigrants francophones chaque année, mais
la francophonie canadienne est
aussi florissante d’un océan à
l’autre.
Le gouvernement du Canada
est toujours résolu à maintenir la
vitalité et la diversité des communautés francophones à l’extérieur
du Québec grâce à l’immigration.
Lancé le 1er janvier 2015, le système Entrée express permettra
de faire venir au Canada des travailleurs qualifiés, parmi lesquels
des francophones, et de leur offrir la résidence permanente plus
rapidement que jamais auparavant. Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a aussi entrepris de consulter des employeurs
ainsi que des représentants de
communautés francophones et
de différents paliers de gouvernement pour voir comment on
pourrait accroître l’immigration
francophone à l’extérieur du
Québec.
Le ministre a également lancé
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
aujourd’hui une nouvelle vidéo
promotionnelle, dans laquelle
des immigrants francophones
et des membres de leur famille,
qui ont choisi de vivre dans des
communautés francophones à
l’extérieur du Québec, parlent de
leur expérience
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(10)
LE QUÉBEC PUBLIE DE NOUVEAUX DOMAINES DE FORMATION POUR SON PROGRAMME DES TRAVAILLEURS
PERMANENTS EN PRÉVISION DE LA RÉOUVERTURE DU PROGRAMME PRÉVU LE 1ER AVRIL 2015
LISTE PARTIELLE DES DOMAINES DE FORMATION (2015)
Cette liste est autorisée par la ministre responsable de la Loi sur l’immigration au Québec aux fins de
l’application du Règlement sur la sélection des ressortissants étrangers (R.R.Q, 1981, c. M-23.1, r. 2).
Cette liste prend effet le 26 janvier 2015.
POINTS AU CRITÈRE DOMAINE DE FORMATION DE LA GRILLE DE SÉLEC
PARTIE I –
Relations industrielles (BAC)
Sciences de la terre (BAC)
Sciences et technologie des
aliments (BAC)
Sciences infirmières et nursing
(BAC)
Traduction (BAC)
Zoologie (BAC)
Zoologie (MAI)
Zootechnie (BAC)
Zootechnie (MAI)
Diplômes étrangers
TRAVAILLEURS
QUALIFIÉS
SECTION A
Requérant principal : 16
points
Époux ou conjoint de fait : 4
points
Niveau universitaire
Collégial Technique
Génétique (MAI)
Génie informatique et de la
construction des ordinateurs
(BAC)
Sciences de l'informatique
(BAC)
Niveau collégial technique
Techniques d'orthèses visuelles (DEC)
Technologie de la production
pharmaceutique (DEC)
Technologie de médecine
nucléaire (DEC)
Technologie de radio-oncologie (DEC)
Niveau secondaire professionnel
SECTION B –
Requérant principal : 12
points
Époux ou conjoint de fait : 3
points
Niveau universitaire
Bibliothéconomie et archivistique (MAI)
Biophysique (BAC)
Comptabilité et sciences
comptables (BAC)
Design industriel (BAC)
Génie aérospatial, aéronautique et astronautique (BAC)
Génie alimentaire (BAC)
Génie biologique et biomédical
(BAC)
Génie civil, de la construction
et du transport (BAC)
Génie électrique, électronique
et des communications (BAC)
Génie industriel et administratif (BAC)
Génie mécanique (BAC)
Génie nucléaire (MAI)
Génie physique (BAC)
Géologie (minéralogie, etc.)
(BAC)
Hydrologie et sciences de l'eau
(MAI)
Information de gestion (BAC)
Marketing et achats (BAC)
Opérations bancaires et
finance (BAC)
Phytotechnie (BAC)
Psychologie (DOC)
Recherche opérationnelle
(BAC)
Audioprothèse (DEC)
Soins infirmiers (DEC)
Techniques de construction
aéronautique (DEC)
Techniques de génie chimique
(DEC)
Techniques de génie mécanique (DEC)
Techniques de la documentation (DEC)
Techniques de l'informatique
(DEC)
Techniques de maintenance
d'aéronefs (DEC)
Techniques de transformation
des matières plastiques (DEC)
Techniques d'intégration multimédia (DEC)
Technologie de la mécanique
du bâtiment (DEC)
Technologie de la production
pharmaceutique (AEC)
Technologie de l'architecture
(DEC)
Technologie de l'architecture
navale (DEC)
Technologie de radiodiagnostic
(DEC)
Technologie des procédés et de
la qualité des aliments (DEC)
(BAC)
Administration publique
(BAC)
Affaires sur le plan international (BAC)
Architecture paysagiste (BAC)
Bibliothéconomie et archivistique (BAC)
Communications et journalisme (BAC)
Criminologie (BAC)
Démographie (MAI)
Design de l'environnement
(BAC)
Didactique (art d'enseigner)
(BAC)
Didactique (art d'enseigner)
(MAI)
Diététique et nutrition (BAC)
Économie rurale et agricole
(BAC)
Économie rurale et agricole
(MAI)
Économique (BAC)
Énergie (MAI)
Environnement (qualité du
milieu et pollution) (BAC)
Ethnologie et ethnographie
(BAC)
Ethnologie et ethnographie
(MAI)
Études géopolitiques (BAC)
Formation des enseignants au
collégial (MAI)
Formation des enseignants au
préscolaire (BAC)
Formation des enseignants
au préscolaire et au primaire
(BAC)
Formation des enseignants au
secondaire (BAC)
Formation des enseignants de
l'enseignement professionnel
au secondaire et au collégial
(BAC)
Formation des enseignants
spécialistes au primaire et au
secondaire (BAC)
Formation des enseignants
spécialistes en adaptation scolaire (orthopédagogie) (BAC)
Français, en général et langue
maternelle (BAC)
Génie agricole et génie rural
(BAC)
Génie agro-forestier (MAI)
Génie chimique (BAC)
Génie des pâtes et papiers
(MAI)
Génie métallurgique et des
matériaux (BAC)
Génie minier (BAC)
Géographie (BAC)
Gestion des services de santé
(MAI)
Gestion du personnel (BAC)
Gestion et administration des
entreprises (BAC)
Histoire (BAC)
Histoire de l'art (BAC)
Humanités gréco-latines et
archéologie classique (BAC)
Ingénierie (BAC)
Linguistique (phonétique,
sémantique, philologie) (BAC)
Littérature comparée (MAI)
Mathématiques (BAC)
Mathématiques appliquées
(BAC)
Mathématiques appliquées
(MAI)
Microbiologie (BAC)
Océanographie (MAI)
Orientation, information scolaire et professionnelle (BAC)
Pédagogie universitaire (MAI)
Philosophie (BAC)
Probabilités et statistiques
(BAC)
Psycho-éducation (BAC)
Psycho-éducation (MAI)
Psychologie (BAC)
Psychologie (MAI)
Récréologie (BAC)
Ressources naturelles (BAC)
Sciences biologiques (BAC)
Sciences de l'activité physique
(BAC)
Sciences domestiques (BAC)
Sciences fondamentales et appliquées de la santé (MAI)
Sciences fondamentales et sciences appliquées de la santé
(BAC)
Sciences physiques (BAC)
Sciences religieuses (BAC)
Sciences sociales et humanités
(BAC)
Service social (BAC)
Sexologie (BAC)
Collégial Technique
Arts du cirque (AEC)
Arts du cirque (DEC)
Assainissement de l'eau
(AEC)
Assainissement de l'eau (DEC)
Commercialisation de la mode
Niveau secondaire profes(DEC)
sionnel
Conseil en assurances et en
Mécanique agricole (DEP)
services financiers (DEC)
Mécanique d'engins de chanEnvironnement, hygiène et
tier (DEP)
sécurité au travail (AEC)
Santé, assistance et soins
Environnement, hygiène et
infirmiers (DEP)
sécurité au travail (DEC)
Techniques d'usinage (DEP)
Gestion de commerces (DEC)
Gestion de projet en communications graphiques (DEC)
SECTION C –
Gestion d'un établissement de
restauration (DEC)
Requérant principal : 6 points
Gestion et exploitation
Époux ou conjoint de fait : 2
d'entreprise agricole (DEC)
points
Soins infirmiers (AEC)
Niveau universitaire
Soins préhospitaliers
POINTS AU CRITÈRE DOd’urgence (AEC)
MAINE DE FORMATION DE
Soins préhospitaliers
LA
d'urgence (DEC)
GRILLE DE SÉLECTION DES
Techniques d'aménagement
TRAVAILLEURS QUALIFIÉS
cynégétique et halieutique
SECTION C –
(DEC)
Requérant principal : 6 points
Techniques d'aménagement et
Époux ou conjoint de fait : 2
d'urbanisme (DEC)
points
Techniques de bureautique
Niveau universitaire
(AEC)
Actuariat (BAC)
Techniques de bureautique
Administration des affaires
(DEC)
Techniques de
comptabilité et
de gestion
(AEC)
Ecole Maternelle et Primaire
TechBILINGUAL NURSERY AND PRIMARY SCHOOL
e
niques de
Log-pom Douala 5 - B.P. 1948 Douala Tél : (00237)33 02 44 07/ 33 02 44 05
comptabilité et
de gestion
(DEC)
Techniques de
construction aéronautique
(AEC)
Techniques de
Douala, le 15 Octobre 2014
GROUPE SCOLAIRE BILINGUE
« L’ETOILE »
Mme Léonie Tchatat
Directrice Générale
La Passerelle IDE
Toronto, ON
design industriel (AEC)
Techniques de design industriel (DEC)
Techniques de diététique
(DEC)
Techniques de génie mécanique (AEC)
Techniques de génie mécanique de marine (DEC)
Techniques de gestion
hôtelière (DEC)
Techniques de la documentation (AEC)
Techniques de la logistique du
transport (AEC)
Techniques de la logistique du
transport (DEC)
Techniques de laboratoire
(AEC)
Techniques de laboratoire
(DEC)
Techniques de l'informatique
(AEC)
Techniques de maintenance
d'aéronefs (AEC)
Techniques de muséologie
(DEC)
Techniques de pilotage
d'aéronefs (DEC)
Niveau collégial technique
(suite
Techniques de procédés chimiques (AEC)
Techniques de procédés chimiques (DEC)
Techniques de réadaptation
physique (AEC)
Techniques de réadaptation
physique (DEC)
Techniques de recherche
sociale (DEC)
Techniques de tourisme (DEC)
Techniques de transformation
des matériaux composites
(AEC)
Techniques de transformation
des matériaux composites
(DEC)
Techniques de transformation
des matières plastiques (AEC)
Techniques de travail social
(AEC)
Techniques de travail social
(DEC)
Techniques d'éducation à
l'enfance (AEC)
Techniques d'éducation à
l'enfance (DEC)
Techniques d'éducation spécialisée (AEC)
Techniques d'éducation spécialisée (DEC)
Techniques d'hygiène dentaire
(DEC)
Techniques d'intégration multimédia (AEC)
Techniques d'intervention en
délinquance (DEC)
Techniques d'intervention en
loisir (AEC)
Techniques d'intervention en
loisir (DEC)
Techniques d'orthèses et
de prothèses orthopédiques
(DEC)
Techniques du meuble et
d'ébénisterie (DEC)
Techniques du milieu naturel
(DEC)
Techniques équines (DEC)
Techniques juridiques (AEC)
Techniques juridiques (DEC)
Technologie de la géomatique
(DEC)
Technologie de la mécanique
du bâtiment (AEC)
Technologie de la production horticole et de
l'environnement (DEC)
Technologie de la transformation des produits aquatiques
(DEC)
Technologie de l'architecture
(AEC)
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
Technologie de l'estimation et
de l'évaluation en bâtiment
(DEC)
Technologie de maintenance
industrielle (AEC)
Technologie de maintenance
industrielle (DEC)
Technologie de radiodiagnostic
(AEC)
Technologie des procédés et de
la qualité des aliments (AEC)
Technologie des productions
animales (DEC)
Technologie du génie agromécanique (DEC)
Technologie du génie civil
(DEC)
Technologie du génie industriel (AEC)
Technologie du génie industriel (DEC)
Technologie du génie métallurgique (AEC)
Technologie du génie métallurgique (DEC)
Technologie minérale (AEC)
Technologie minérale (DEC)
Niveau secondaire professionnel
Arpentage et topographie
(DEP)
Assistance à la personne à
domicile (DEP)
Boucherie de détail (DEP)
Briquetage-maçonnerie (DEP)
Carrosserie (DEP)
Conduite de procédés de traitement de l'eau (DEP)
Conduite d'engins de chantier
(DEP)
Conduite d'engins de chantier
nordique (DEP)
Conduite et réglage de machines à mouler (DEP)
Cuisine (DEP)
Décoration intérieure et
présentation visuelle (DEP)
Découpe et transformation du
verre (DEP)
Dessin de bâtiment (DEP)
Dessin industriel (DEP)
Fabrication de moules (ASP)
Grandes cultures (DEP)
Infographie (DEP)
Installation et entretien de
systèmes de sécurité (DEP)
Matriçage (ASP)
Mécanique automobile (DEP)
Mécanique d'ascenseur (DEP)
Mécanique de machines fixes
(DEP)
Mécanique de protection contre les incendies (DEP)
Mécanique de véhicules
lourds routiers (DEP)
Modelage (DEP)
Montage de câbles et de
circuits (DEP)
Montage de lignes électriques
(DEP)
Outillage (ASP)
Plomberie et chauffage (DEP)
Préparation et finition de
béton (DEP)
Production acéricole (DEP)
Production animale (DEP)
Régulation de vol (DEP)
Rembourrage artisanal (DEP)
Rembourrage industriel (DEP)
Réparation d'appareils électroniques audiovidéos (DEP)
Secrétariat (DEP)
Service de la restauration
(DEP)
Service technique
d'équipement bureautique
(DEP)
Service-conseil à la clientèle
en équipement motorisé
(DEP)
Vente de produits de quincaillerie
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(11)
CONSEILS PRATIQUES DE MADAME BRIGITTE CHATUE TCHATAT. CRCI
CONSULTANTE REGLEMENTEE EN IMMIGRATION
L
es candidats titulaires d’un diplôme en
informatique, génie informatique, comptabilité,
traduction, design industriel, marketing et achats,
sciences infirmiers, architecture, banque et finance
sont ciblés par le Québec.
La province francophone
du Canada : le Québec a
publié sa nouvelle liste de
domaine de formation en
prévision de la réouverture
de son Programme des travailleurs Permanents le 1er
avril 2015.
Le programme des travailleurs Permanents du
Québec est un programme
canadien qui évalue les
candidats par un système
de points. Les points sont
attribués pour divers
facteurs de capital humain,
y compris le domaine de
formation du candidat.
De temps en temps, le
gouvernement du Québec
révise les points attribués
pour chaque domaine de
formation en accord avec
l’évolution du marché du
travail provincial.
La nouvelle liste est
une
bonne
nouvelle
pour les personnes qui
ont des diplômes dans
des domaines comme
l’informatique, génie informatique, comptabilité,
traduction, banques et
opérations financières, ces
domaines de formation
donneront plus de points
que ce ne l’était auparavant.
Jusqu’à 16 points peuvent être accordés pour
le domaine de forma-
tion d’un candidat. Étant
donné qu’un demandeur
célibataire doit seulement
accumuler 49 points afin
d’être admissible (les candidats ayant un époux ou
conjoint de fait ont besoin
de 57 points), le domaine
de formation peut fournir
jusqu’à environ 30 pour
cent de points total d’un
candidat potentiel.
Comment immigrer
dans la province
francophone du
Canada : Le Québec
Pour immigrer au Québec, un candidat et sa
famille doivent obligatoirement répondre aux
exigences liées à la sélection par le Québec
ET aux exigences liées à
l’admission par le Canada.
L’admission finale des
candidats est de la compétence du gouvernement
du Canada. Après avoir été
sélectionné par le Québec,
il faut donc déposer une
demande de résidence
permanente (visa) auprès
du bureau de réception
centralisé au Canada
Les règlements actuels
régissant le programme
doivent expirer le 31 Mars
2015. Le quota des 6500
applications pour le cycle
passé avait été comblé dans
les quatre mois suivant
l’ouverture du programme.
Bien que les individus avec
une offre d’emploi validée
d’un employeur au Québec
pouvaient continuer à soumettre leurs demandes.
Le gouvernement du
Québec a déclaré que les
procédures et les règlements qui seront en place
pour le programme seront
annoncés le 1er Avril 2015.
Destinations vers le
Québec
Les candidats retenus
par le programme des
travailleurs permanents
deviennent résidents permanents du Canada, ce
qui implique la liberté de
mouvement et le droit de
travailler partout au Canada qui vient avec le statut
de résident permanent, les
candidats doivent toutefois dès le départ avoir
l’intention de résider au
Québec. Beaucoup, sinon
la plupart des demandeurs
qui obtiennent le statut de
résident permanent choisissent de rester au Québec. Ce qui fait du Québec,
l’une des provinces les plus
peuplées, diverses et dynamiques du Canada.
La majorité des nouveaux arrivants au Québec
s’établissent dans la région
du Grand Montréal. Montréal, qui a récemment été
nommé par le magazine
<<The Economist>> comme la deuxième meilleure
ville au monde à vivre,
elle est également la deuxième plus grande ville du
Canada. Si le français est
la langue prédominante au
Québec, l’anglais est également largement parlé, en
particulier dans et autour
de Montréal. Les immigrants non francophones
qui souhaitent apprendre
le français et s’intégrer
dans la société québécoise
CONSEILS INÉDITS MARS ET
AVRIL DE LA CONSULTANTE
Avec la réouverture du
programme des travailleurs permanents du
Québec, la consultante
encourage les candidats
à soumettre leur candidature dès que possible.
La règle sur les quotas
introduit en 2014 favorisent les candidats les plus
rapides et les mieux organisés. Le demandeur ne
dispose que d’une chance
pour voir sa demande acceptée. Si une demande à
une petite erreur, elle risque d’être renvoyée sans
traitement.
Au moment de soumettre une demande
au ministère, Il est préférable de joindre son
paiement sous forme de
mandat ou traite bancaire au lieu de la carte
de crédit. Ceci pour éviter
que la carte de crédit ne
soit pas approvisionnée
ou valide au moment où
le ministère commence le
traitement de la demande.
plus activement peuvent le
faire gratuitement, grâce à
un système bien organisé
de cours de langues parrainés par le gouvernement.
Les domaines ciblés par
la nouvelle liste des domaines de formation donnent un aperçu de type de
professionnels que le
Québec recherche. Les
professions dans les domaines des technologies
de l’information sont en
demande et les candidats potentiels ayant une
formation et expérience
dans ce domaine devraient
saisir cette opportunité.
Le programme des
travailleurs Qualifiés
fédéral : Le système
d’entrée express
Un début d’année chargé dans le secteur de
l’immigration canadienne
a été achevé dans la soirée
du 27 Février, lorsque Citoyenneté et Immigration
Canada (CIC) a publié 1
187 invitations à présenter
une demande de résidence
permanente au Canada
aux candidats qui dans
le bassin Entrée Express
avaient obtenus 735 points
ou plus au système de
classement global (SCG).
Ce tirage est le quatrième
tirage d’Entrée Express
depuis le début de l’année.
Celui-ci intervient une
semaine seulement après
le troisième tirage, qui a
eu lieu le 20 Février et a
sélectionné 849 candidats
admissibles en vertu de la
catégorie de l’expérience
canadienne (CEC) avec au
moins 808 SGC points. A
l’exception de ce troisième
tirage qui visait uniquement les candidats admissibles à la catégorie de
l’expérience Canadienne,
Depuis l’entrée en vigueur
du programme le 1 er janvier 2015 Les autres invitations à l’entrée express
avait choisi les candidats
admissibles à l’un des programmes d’immigration
économique fédéral, y
compris le Programme
fédéral des travailleurs
qualifiés (PTQF) et le Programme fédéral des métiers spécialisés (FSTP),
ainsi que la CEC.
La tendance générale
à travers les premières
étapes du système de sélection des immigrants
Entrée Express reste positive pour les candidats qui
n’ont pas encore reçu une
invitation à demander la
résidence permanente. A
Chaque tirage on a vu le
nombre des appels à candidatures émises rester
stables ou augmenter, tandis que le minimum de
points requis au SCG par
les candidats afin de recevoir une telle invitation a
diminué successivement.
La plus forte baisse s’est
produite entre la troisième
et la quatrième invitation,
lorsque la baisse de points
requis est passée de 808 à
735 points - une diminution de 73 points.
En outre, trois tirages
ont eu lieu dans le mois
de Février, montrant une
augmentation du nombre
de tirages par rapport au
mois précédent.
Compte tenu du fait que
le nombre minimum de
points au SCG nécessaire
pour être invité à présenter
une demande dans le système d’entrée express pour
les quatre premières invitation était de 735 points,
il est évident que chaque
candidat qui a reçu une
invitation a obtenu soit
une offre d’emploi appuyée
par une étude de l’impact
sur le marché du travail
(EIMT) d’un employeur
canadien ou a été nominé
par une province.
Selon
le
Plan
d’immigration du gouvernement canadien pour
2015, entre 169 000 et 185
200 nouveaux immigrants
économiques
viendront
au Canada cette année.
Un grand nombre d’entre
eux sera sélectionné par
le système d’entrée express; par conséquent, le
gouvernement devra augmenter la fréquence des
invitations ou le nombre
d’appels à candidatures s’il
veut atteindre ses objectifs d’immigration 2015.
Même avec l’augmentation
récente dans les invitations, seulement 3494 ont
été émises à la fin de Février. Il est également important de garder à l’esprit
que chaque personne qui
reçoit un appel à candidatures pourra immigrer
avec sa famille, et que ce
ne sont pas tous les bénéficiaires d’une invitation qui
feront nécessairement une
demande de résidence permanente.
JEUX CONCOURS:
Gagnez une consultation gratuite avec la Présidente de Performance
immigration Canada (PIC)
Comment fonctionne le jeu :
Répondez à ces 3 questions et envoyez vos réponses par message texto sur
le cellulaire de la présidente au numéro : Cameroun (237) 656118168 ou
au Canada (416)559 3769.
N’oubliez pas de mentionner votre nom et numéro de téléphone dans votre
message
Chaque semaine, les 5 premières personnes qui auront envoyé un message recevront une consultation gratuite.
Si vous gagnez, vous devez vous présenter au bureau de la consultante
avec votre journal.
Questions :
1) Comment s’appelle la consultante et présidente de PIC?
2) Où est située l’agence de PIC à Douala?
3) Qu’est-ce que le Canada et le Cameroun ont en commun?
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(12)
CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE DU COMITÉ
CONSULTATIF FRANCOPHONE DU SERVICE DE POLICE DE TORONTO LE 20 MARS 2015
ALLOCUTION DE MONSIEUR YVES-GÉRARD MÉHOU-LOKO, JOURNALISTE À RADIO CANADA
LA FRANCOPHONIE TORONTOISE, UNE MINORITÉ DANS UNE MAJORITÉ DE DE MINORITÉS.
Suite de la page (8)
la langue de Shakespeare n’est plus la
même, elle s’est adaptée au contact
de ces nouvelles populations et s’est
surtout métissée.
Pour ce qui est du français, le
métissage semble plus difficile à accepter. La résistance est farouche.
Elle semble surtout liée au fait que
certains estiment que le métissage
ne viendrait pas d’une rencontre
avec de nouvelles cultures francophones, mais plutôt de l’anglais et
de son hégémonie culturelle. D’ailleurs la suprématie de l’anglais dans
le domaine technologique fait peur
aux intellectuels francophones. Le
sénégalais Cheickh Anta Diop disait «l’imaginaire du monde francophone sera toujours confisqué par
celui qui détient momentanément la
suprématie technologique».
Le français dans le contexte torontois
I’m sure everybody here is proud
of Toronto’s diversity. It is a fact well
known now that Toronto is one of
the most multicultural cities in the
world.
Toronto, with a population of 2.8
million people (5.5 million in the
GTA - Greater Toronto Area) is one
of the most multicultural cities in
the world and is ranked as the safest
large metropolitan area in North
America by Places Rated Almanac.
Diveristy means many things.
For instance:
Over 140 languages and dialects
are spoken here
Half of Toronto’s population was
born outside of Canada, up from 48
per cent since 1996
47 per cent of Toronto’s population, 1 162 635 people reported
themselves as being part of a visible
minority
It is very easy to recognize somebody from a visible minority:
Ce que vous ne voyez pas, c’est que
je suis aussi une minorité audible
Quelques chiffres:
125000 francophones à Toronto
5% de la population ontarienne
soit plus 611 000 personnes sont
francophones, sans compter le
nombre de francophiles
Toronto remains a mosaic of many
languages. In 2006, forty-seven percent of the population had a mother
tongue in a language other than
English or French.
The top 5 mother tongue languages in 2006 were:
Chinese (420,000)
Italian (195,000)
Punjabi (138,000)
Tagalog (114,000)
Portuguese (113,000)
Les défis de la langue française à
Toronto:
The demography of Toronto is
evolving at a very high pace. It is actually very difficult to keep up with
it. As members of the police forces,
you know more than anybody the
diffulcty caused by multiplicity of
languages and cultures in our city.
When you are dealing with a personn in distress, their mother tongue
as the tendancy to take over english
or french, and then problems begin.
The french language is a minority
in Toronto. A minority within a majority of other minorities.
420 000 personnes parlent chinois
(mandarin et cantonais)
195 000 parlent italien
C’est plus que le nombre de personnes qui parlent français.
Cependant nous sommes au Canada, un pays qui fait du français
et de l’anglais ses deux langues officielles. Nous ne débattrons pas ici du
statut des langues autochtones, c’est
un autre débat.
2015 marks the 400th anniversary
of the francophone presence in Ontario. Since Champlain first came
to what is known as Ontario, the
francophone of this province haved
battle to keep their culture and their
language. Beleive me, this has been a
long journey for them.
Les multiples vagues d’immigration, les guerres, les conquêtes, les
défaites auront ainsi façonné l’histoire des franco-ontariens. Dans
leur histoire les francophones de
l’Ontario ont eux aussi connus l’immigration, mais pendant longtemps
l’immigration n’a pas amené de francophones en Ontario amenuisant
progressivement le poids de cette
population sur la démographie ontarienne. Ainsi si les franco-ontariens
représentaient plus de 10% de la population au début du 20eme siècle,
ils ne représentent aujourd’hui que
5% de la population de la province.
While immigration over the years
helped build a srtong anglophone
culture in Ontario, the number of
francophones immigrants was very
limited during more than 350 years
in this province.
We all know that the key to the
wellbeing of a community is the
education of its youth. That as been a
huge hurdle for francophones threw
the years in Ontario, and Toronto
makes no exception.
In the early 20th century,
Franco-Ontarians established a
French-Canadian Education Association to promote bilingual education for their children. But by 1912,
opposition to bilingual schools was
growing.
The Protestant didn’t like the idea
because it was “un-British” to be
anything other than English-speaking and Protestant. The Irish Catholics didn’t like it, either, because,
although they wanted Catholic
schooling, they wanted it in English.
So Ontario premier, James Whitney, dealt with the issue by introducing Regulation 17 which made
English the official language of education and restricted French to the
first two years of elementary school.
In 1913 it was changed slightly to
allow one hour of French teaching
a day.
What was the impact off such a
decision on the french language and
french culture in Ontario?
LE FRANÇAIS DANS LE TORONTO DE 2015
Depuis quelques décennies la situation du français a aussi évoluée
à Toronto. Ainsi si l’immigration
a permis une forte croissance des
autres communautés composant le
paysage démographique de la métropole du Canada, il aura fallu très
longtemps avant de voir une croissance marquée de l’immigration
francophone en Ontario et à Toronto en particulier. Over the past 20
years, the number of francophone
immigrants has rise significantly. It
is important to understand the reasons of that sudden rise and why
francophones want to move here.
Premièrement il est important de
constater que des mesures facilitant
l’immigration francophone ont été
mises en place par les différents paliers de gouvernements. The provincial government wants to make sure
that at least 5% of the immigrants
who move to Ontario are francophones. That 5% represent the number of francophones in the province.
Economy has no language. Le
dynamisme économique de la province attire lui aussi les immigrants
francophones.
The francophones themselves.
They have created over the years
a far reaching network of francophone services in Ontario that now
gives us the possibility to live in our
language in this province but also to
raise our children in french as well.
Les défis de maintenir cette
langue de le paysage torontois
The french language and the
french culture do face some challenges in Toronto. Comme je le mentionnais plus tôt le français est une
langue minoritaire à Toronto. La
diversité culturelle de Toronto si elle
est perçue comme la force de notre
grande ville est aussi un obstacle
de taille pour la survie de la langue
française à Toronto.
In Toronto, the french language is
a minority within a majority of other
languages and cultures. Each one of
them fights for recognition. Some
have won that recognition. We have
little Italy in Toronto, Chinatown,
but we are still waiting for the Fench
Village of Toronto, that would be a
great recognition for a community
who has been here since the founding of this magnicient city.
Le fait que le français ait a se battre
pour obtenir une telle reconnaissance peut nuire à son épanouissement à Toronto. Le sempiternel
conflit ou cohabitation quelques fois
difficile de nos deux solitudes peut
aussi nuire à la survie de la langue
française à Toronto.
MARTINS PAINTING
(General Contracting)
Commercial & Industrial Painting Contractors
• PAINTING • DRYWALL • TAPING & PLASTER
Jimmy Martinez
Tel: 647-766-2969
[email protected]
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
The oposition between french and
english, which is our real national
sport, can also be very difficult to
understand for the newcomers of
this country. We have to understand
that the battle between French and
english that do exist in this country is new for the immigrants, and
many of them don’t understand the
reasons of some of the tensions.
I remmember somebody asking
me one day, why as an immigrant I
was still using french in Toronto. My
answer was: the same reason you use
your mother tongue with your children.
Dans les prochaines années, les
francophones de Toronto seront
confrontés a une incompréhension
d’une partie de la population qui
saisit très mal la nature des revendications linguistiques des francophones.
Il est important que nous prenions
les devants, en tant que francophones, pour nous faire connaître de
l’ensemble de la population et faire
lui faire comprendre l’importance
que nous avons quant à l’épanouissement de l’ensemble de la collectivité.
Une journée comme celle-ci revêt
une importance capitale quant à la
promotion de nos institutions francophones, de notre culture et de
notre langue.
Le 20 mars n’est pas seulement la
Journée Internationale de la Francophonie, c’est aussi la Journée Internationale du bonheur. Je profite
donc de l’occasion pour vous inviter
à vous joindre à moi pour faire de
cette journée, une journée sans
aucune tension, une journée de
tolérance de l’autre pour ce qu’il est.
Une journée de respect des cultures
et des identités de chacun.
Tout bon africain que je suis, je
dois vous quitter sur une petite citation d’un sage du village:
«Il s’agira (...) pour faire de la Francophonie le modèle et le moteur
de la Civilisation de l’Universel, de
favoriser les échanges d’idées en respectant la personnalité originaire
et originale de chaque nation» (Léopold Sédar Senghor, Ce que je crois)
Mesdames et messieurs, merci.
Yves-Gérard Méhou-Loko
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(13)
ENTRETIEN AVEC SUZANNE PULCHÉRIE NNOMO ELA, GESTIONNAIRE DU
PATRIMOINE CULTUREL ET AUTEURE DU LIVRE « UNE ÉTOILE EN OR, LA
NOUVELLE VOCATION SUSCITÉE PAR SAMUEL ETOO »
S
uzanne Pulchérie NNOMO ELA est une littéraire
née. Très jeune, elle s’intéresse
à la lecture et gagne plusieurs
prix scolaires. A dix ans, les
œuvres littéraires de ses aînés
du secondaire n’ont plus de
secret pour elle. A l’université
elle fait publier des nouvelles
dans les magazines pour se
faire de l’argent de poche. Dotée d’un Baccalauréat littéraire,
une Licence en Psychologie,
elle passe par l’Ecole Nationale
d’Administration et de Magistrature et devient Cadre au
Ministère de la Culture. Elle
possède en outre un DESS
en Gestion et Coopération
Culturelle Internationale de
l’Université de Barcelone et est
actuellement Consultant International de l’UNESCO pour
les questions du patrimoine
mondial. Un parcours académique atypique pour cette
Dame qui publie son premier
ouvrage.
Canoraa : Madame Nnomo
Ela Pouvez-vous nous faire
une brève présentation de
votre ouvrage ?
Mon ouvrage parle de la
vie de famille d’un petit écolier
africain du CM2, Afana qui
rêve de devenir une « étoile
en or » comme son idole, Samuel Etoo. Et c’est à travers un
devoir de classe qu’il présente
son argumentaire et gagne le
prix d’excellence. L’histoire est
empreinte d’humour, de suspens et d’émotion, et l’auteur
se laisse entrainer dans un univers ou la fiction se mêle parfaitement à la réalité.
Canoraa : Qu’est-ce qui vous
a inspiré à écrire ce livre ?
La suspension de trois ans
de Samuel Eto’o, Capitaine de
l’équipe nationale de football
du Cameroun, des compétitions l’Equipe nationale, suite
au boycott du match contre
l’Algérie en novembre 2011
lors de la LG Cup a été un
fait d’actualité très couru au
Cameroun et a divisé l’opinion
nationale et internationale. Et
la passion et les divergences
d’opinion face à cette décision
de vue m’ont fortement
inspirées.
Canoraa : Quelles sont les
motivations qui sont cachées
derrière cet ouvrage ?
J’ai souvent écrit pour un
public restreint. S’engager à
présenter un manuscrit qui
a été accepté par une maison
d’Edition est d’abord un challenge personnel. Un moyen de
m’exposer à la critique et voir
si je peux ou non continuer, si
dans ma retraite je peux me reconvertir en Ecrivaine professionnelle. Je voulais aussi d’une
manière spéciale, célébrer un
héros de son vivant, Samuel
Etoo, qui est l’un des professionnels africains de football
au destin exceptionnel, faisant
la grande fierté du continent
africain et qui forcément suscite des vocations auprès de la
jeune génération.
Canoraa : Pouvons-nous
savoir vos sources d’inspiration
d’une manière générale ?
Mes sources d’inspiration
se trouvent partout autour de
moi, dans les faits divers ou
d’actualité, dans ma famille,
mon voisinage. Un rien peut
être sujet pour moi, d’une histoire palpitante. Admiratrice
du regretté Gérard de Villiers,
son style vivace et réaliste a
toujours forcé mon admiration.
Canoaa : On sait que vous
êtes un expert du patrimoine
culturel qui est votre domaine
professionnel ; pouvons nous
savoir l’état d’avancement des
sites classés du Cameroun
susceptibles d’être inscrits
sur la liste du patrimoine
mondial ?
Le Cameroun, encore appelé « Afrique en miniature »
du fait de son extraordinaire
diversité culturelle ne tire pas
important des sites africains
sur la Liste du patrimoine en
péril (18/44), prouve que les
politiques africaines nationales
ne font pas encore de la protection du patrimoine culturel leur priorité. Or je reste
convaincue que l’émergence
tant espéré en 2035 peut passer
forcément par la valorisation
du patrimoine culturel qui entraine la pratique du tourisme
culturel, source potentiel de
devises.
Suzanne Pulchérie NNOMO ELA
malheureusement profit de
son exceptionnel patrimoine
culturel et naturel. L’unique
site classé patrimoine mondial
l’a été en 1982. C’est un site naturel, la Reserve du Dja. Les
treize sites de la Liste indicative
attendent toujours que la politique culturelle du pays décide
d’entamer un jour le processus
d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.
C’est une situation regrettable
quand on sait que le potentiel
patrimonial est réel, et l’expertise nationale disponible qui
ne demande qu’à être utilisée.
Canoraa : Selon vous
comment se portent les sites
africains classés patrimoine
mondial de l’UNESCO ?
Les sites africains se portent
plutôt bien sur la Liste du Patrimoine mondial depuis la
mise en œuvre de la stratégie
globale en 1992. En effet depuis là, la représentativité des
sites africains sur la Liste du
patrimoine mondial a nettement évolué, cependant, à
mon humble avis, le pourcentage des sites africains peut
nettement s’améliorer si les
Etats africains s’impliquaient
davantage, si les politiques
africaines comprenaient que
leur autonomie sur le plan
économique peut passer par la
gestion durable et la valorisation de notre riche patrimoine
culturel. Mais la situation récente au Mali, qui a connu la
destruction des sites du patrimoine mondial par les africains eux-mêmes, le nombre
Canoraa : Qu’est-ce que vous
nous réservez pour l’avenir ?
Pouvons-nous nous attendre
à un livre sur le patrimoine
africain ?
Un livre technique sur le patrimoine culturel africain, je ne
crois pas, mais une belle histoire d’amour sur un site africain du patrimoine mondial
n’est pas à exclure. Les lecteurs
pourraient ainsi apprendre les
rudiments de la gestion d’un
site culturel dans un environnement romantique.
Canoraa : Pouvez-vous vous
nous dire un dernier mot pour
nos lecteurs?
Je voudrais d’abord remercier votre magazine pour cette
formidable opportunité qui
m’est offerte dans cette vaste
partie du monde. Achetez, lisez, faites lire et recommandez
« une étoile en or : la nouvelle
vocation suscitée par Samuel
Etoo », vous ne serez pas déçus,
je vous en fais la promesse formelle. Les commentaires et les
critiques après lecture me seront d’une grande utilité pour
la suite.
Propos recueillis par
Canoraaa
TRADUCTEUR
ANGLAIS/FRANÇAIS
Confiez-moi tous vos documents à traduire. Traducteur
chevronné (plus de 20 ans d'expérience), je suis membre de l'Association des Traducteurs et Interprètes de
l'Ontario. Contactez-moi tous les jours à toute heure.
Tél. : 647-710-8627 Courriel : [email protected]
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(14)
LE COLLÈGE DE LA RETRAITE
HISTOIRE ET GEOPOLITIQUE DE LA
FRANCOPHONIE
S
L
e collège de la Retraite a été
crée en 1951 par les Sœurs
de Saint Esprit qui ouvrent un
Collège des jeunes filles à Mvolye
dénommé « Pensionnat du Saint
Esprit ». En 1954 Mgr GRAF-
FIN, Archevêque de Yaoundé accueille une équipe de 04 sœurs de
la Retraite. En 1960, les sœurs du
Saint-Esprit remettent l’institut à
vocation filles et l’école primaire
« Ecole Saint Esprit », aux sœurs
de la Retraite et les deux institutions changent de dénomination.
C’est ainsi que ces institutions
deviennent « Ecole de la Retraite
» et « Collège de la Retraite ». En
1972, ce fut la création du second
cycle Littéraire et Economique.
L’encadrement pédagogique des
élèves est effectué par une équipe
d’enseignants constituée à la fois
de permanents et de vacataires.
L’établissement dispose de 49
salles de classe, de 02 salles informatiques et d’une (01) salle
multimédia, d’une (01) salle spécialisée pour malvoyants, d’une
(01) bibliothèque et de deux (02)
salles de professeurs. Au cours
de l’année 2013-2014, le Collège
de la Retraite a été classé 2-5eme
par l’Office du Baccalauréat du
Cameroun (OBC). Il est clair
qu’au Cameroun, la Retraite
est une référence en termes
d’enseignement de qualité.
s Offre spéciale…
200 bourses d’études Totales et Partielles disponibles dans les Universités canadiennes partenaires de Performance Immigration Canada pour
la rentrée de septembre 2015 et Janvier 2016.
Niveau requis : 1ère, Tle et Université.
Les dossiers sont reçus dans nos agences chaque semaine
entre Lundi et Jeudi pour publication des résultats le
Samedi ; jusqu'à épuisement total des bourses disponibles.
Constitution du dossier
- Photocopies des bulletins de notes des trois
dernières années d’études
- Photocopie de la CNI ou de la carte
d’identité scolaire
- Curriculum vitae
- Deux photos 4x4
- Photocopie du reçu de paiement des frais de
dépôt
- Frais de dépôt de dossier : 20.000 FCFA
s OFFRE TRES URGENTE…
Le QUEBEC recherche urgemment
des PROFESSIONNELS dans les domaines de
formation suivants : Informatique, Comptabilité, Marketing et Achats, Banque et
Finance, Sciences infirmières, Traduction,
Génie biologique et biomédical, Génie civil,
Génie électrique, Génie électronique,
Génie industriel, Génie mécanique, Génie
informatique, Génie alimentaire, Design
industriel,
Architecture,
Enseignement,
Communication et bien d’autres.
N.B : Programme ouvert dès Avril 2015
Courriel : [email protected]
web : www.performanceimmigration.com / Facebook : performance immigration canada
CANADA
Tél. : (1416) 559 3769
(1416) 591 6999
2 Carton Street - Suite 1403
Toronto ontario M5B1J3
Yaoundé
CAMEROUN
B. P. : 11003 Yaoundé
Tel : (237) 650 00 47 78
(237) 655 94 98 65
Titi garage (Immeuble QUEBEC)
Douala
Tél. : (237) 679 87 06 78
(237) 656 22 87 33
Bonamoussadi (Total sable)
i l’on se réfère à l’ouvrage «
Francophonie et Mondialisation » de Michel GUILLOU
et de Trang PHAN, le terme «
francophonie » serait inventé
par un géographe français
du nom d’Onésime RECLUS
(1837-1916). C’est en voyageant en Afrique du nord durant la période coloniale qu’il
remarqua qu’en dehors de
la France, il y avait ailleurs,
d’autres pays qui utilisaient
le français comme langue de
communication. C’est ainsi
qu’il eut l’idée, de retour en
France, de publier un livre
intitulé « France, Algérie et
colonies » en 1880 en utilisant
le mot « francophonie » pour
désigner tous les pays qui parlent français. Cependant il est
important de souligner qu’il
n’est pas à l’origine du concept
« Francophonie »
En 1930 le mot « francophonie » réapparut dans le
dictionnaire « Larousse » et
s’en suivirent d’autres noms
tels que la « francité » développée par Senghor (ancien
président de la république
du Sénégal et premier grammairien africain). Avec les
indépendances de 1960 le
mot « francophonie » resurgit. Les pères fondateurs des
indépendances
(Senghor,
Bourguiba et Hamani Diori)
se regroupent pour contribuer
à la revue « ESPRIT » en 1962
avec comme principal thème
« le français langue vivante
». Dans cette revue Senghor
fit une compilation qui ressembla à un appel à tous ceux
qui parlaient français. C’est
ainsi qu’il y parla de « francophonie » et l’articula à une
communauté ayant en partage le français avec une valeur
sociale ; un idéal humaniste
et le métissage. L’objectif était
de faire bloc avec la France
pour contrecarrer le Commonwealth. Ainsi Senghor va
même jusqu’à parler de Commonwealth à la française. Son
objectif était de faire en sorte
que le concept tienne compte
de la culture, de l’économie,
et de la paix. Ce qu’il faut surtout retenir de ces faits historiques, c’est que la France
n’est pas l’initiatrice de la «
Francophonie institutionnelle
» mais elle a rejoint les précurseurs tels que Senghor, Bourguiba et Hamani Diori.
Si l’on se fonde sur la collection « Que sais-je » de
Xavier DENIAU (ancien ministre français), le mot « Francophonie » a quatre sens :
Le premier est purement
linguistique ; le deuxième est
géographique, ce qui traduit
l’ensemble, des hommes et
peuples dont la langue maternelle, culturelle est le français ;
un troisième sens relatif au spirituel et mystique exprimant le
sentiment d’appartenance à la
même communauté, avec une
langue assimilée à la « Révolution Française ». Ainsi le français dépasse la géographie,
la culture, elle est une langue
d’inspiration idéologique. Sur
le plan mystique le français est
lié à l’engouement de la langue
dû à l’humanité et au prestige
de la France notamment avec
sa devise : liberté, égalité et
fraternité. Le quatrième sens
est institutionnel, car désignant les institutions publiques
et privées partenaires de la «
Francophonie ».
La force de la langue française
pourrait s’expliquer
aujourd’hui par les foyers
de naissance notamment
en France, Belgique, Luxembourg, de l’ordonnance
de l’utilisation du français
dans les actes administratifs,
lancée par François 1er en
1534, de même que la création de l’académie française
par Richelieu au 17ème siècle
comme principale gardienne
de la langue.
La « Francophonie », une
réalité géographique marquée
par la diversité
Elle est devenue une grande
richesse grâce à son poids sur
la scène mondiale avec 57
pays membres ; 20 pays observateurs et plusieurs autres
sur la liste d’attente. Partant de
ce constat la « Francophonie »
s’assimile à une communauté
ouverte n’ayant pas encore
de traités contrairement au
Commonwealth. Elle fonctionne sur la base de l’ACCT
(Agence de coopération culturelle et technique) de 1970.
Sur le plan économique la
« Francophonie » ne compte
pas beaucoup de pays émergents comme l’Inde, le Brésil
mais regroupe en son sein
un grand nombre de pays en
voie de développement. Il est
important de préciser que
plusieurs pays membres de
l’organisation sont d’anciennes
colonies
c’est-à-dire
du
16ème au 19ème siècle et du
19ème au 20ème siècle depuis
Jacques CARTIER (premier à
débarquer au Canada). A cela
s’ajoute l’adhésion en masse
des pays de l’Est due aux idées
de la « Révolution Française »
: (Roumanie, Bulgarie).
Avec la création d’un poste
de Secrétaire Général de la «
Francophonie » comme visage de l’institution, la « Francophonie » se positionne au
niveau international. C’est en
2000 avec la déclaration de Bamako au Mali, sur la démocratie et les droits de l’homme
que la « Francophonie »
commence à adopter dans sa
charte les questions liées à la
paix pour s’imposer en tant
que pôle dans la mondialisation. En 2002 à Beyrouth au
Liban avec le sommet sur le
« Dialogue des Cultures », la
« Francophonie » trouve sa
voie par rapport à la marche
du monde, notamment dans
le secteur de la culture comme
moyen de paix et de stabilité.
En 2004 fut instauré le CSD
(cadre stratégique décennal).
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
Ce qui veut dire qu’au sommet de cette année prévu du
29 au 30 Novembre, à Dakar
au Sénégal, se fera le bilan des
10 années ; ce qui nécessitera
l’instauration d‘un nouveau
cadre stratégique décennal.
Partant de toutes ces réflexions nous retenons que la «
Francophonie » est une communauté d’Etats membres
de l’ONU ayant en partage la
langue et les valeurs cultuelles
historiques. C’est un espace de
dialogue interculturel. Le constat montre que ce n’est pas la
langue qui attire mais plutôt
les valeurs qui la fondent. Ces
valeurs ont commencé à être
théorisées par Senghor depuis
1961 avec la « civilisation de
l’universel » qui est perçue
comme le dialogue des cultures de par leurs différences ;
avec comme base de départ, le
concept des valeurs démocratiques, libérales, et solidaires.
Ainsi l’universalisme francophone s’impose avec un
idéalisme français articulé à
celui du dialogue culturel africain. Le concept senghorien
de l’universalisme culturel
promeut la synthèse des valeurs culturelles, la diversité
et le dialogue. Ce qui épouse
fidèlement les valeurs incarnées par la « Francophonie
» : diversité ; dialogue ; et
liberté qui viennent de «
l’universalisme francophone
» et elles ont été développées
par le sommet de Beyrouth en
2002. Et c’est d’ailleurs, durant
ce sommet que les acteurs de
la « Francophonie » avaient
manifesté leur opposition
face à la marchandisation de
la culture contre les Etats unis
d’Amérique qui voulaient que
la culture soit un produit dans
l’OMC (organisation mondial
du commerce)dans le but de
renforcer leurs industries culturelles, qui constituent un
secteur florissant. Dans cette
opposition catégorique, les
militants de la « Francophonie
avaient eu le soutien d’un allié de taille qu’est le Canada,
défenseur de l’exception culturelle.
Pour l’UNESCO, la diversité
élargit les valeurs humaines
qui sont liées au développement durable et par conséquent, elle constitue une
arme parfaite pour combattre
l’uniformisation
mondiale.
Ainsi pour la « Francophonie
», le dialogue interculturel est
devenu incontournable pour
asseoir la paix. Il est transversale car permettant de saisir
tous les ensembles, toutes les
institutions
internationales
; par conséquent il a besoin
d’une langue partagée par
toute la communauté afin
d’agir en faveur du dialogue,
de la diversité et de la solidarité, pour une mondialisation humaniste et un monde
multipolaire.
Seydou Nourou KANE
[email protected]
Diplômé de l’institut de la
Francophonie et de la Mondialisation de Lyon
Université de
Lyon 3 FRANCE
JOURNAL CANORA • VOLUME 20, NUMÉRO 96, MARS-AVRIL 2015 • BIMESTRIEL • P(15)
LES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS EN ONTARIO : NOUVELLES DISPOSITIONS ET
PERSPECTIVES SOCIOÉCONOMIQUES POUR L’ONTARIO
UNE ENTREVUE DU JOURNAL CANORA AVEC MR. LUMEMBO TSHISWAKA
COORDONNATEUR POUR LA PROMOTION ET LIAISON À OCASI/ ETABLISSEMENT.ORG
Canoraa : Bonjour Mr. Tshiswaka.
Qu’est-ce qu’un étudiant international
et en quoi ce dernier est-il différent d’un
étudiant national?
Lumembo : Un étudiant international ou étranger est une personne qui n’a
pas la nationalité canadienne et qui est
admise dans un programme d’études
et inscrite dans une ou plusieurs activités de ce programme. Par contre, un
étudiant national est une personne de
nationalité canadienne ou un résident
permanent admis dans un programme
d’études au Canada
Canoraa: Pourquoi est-il important
de parler des étudiants internationaux
en Ontario?
Lumembo : Je pense que beaucoup de
nos auditrices et auditeurs n’ont peut-être
pas une idée sur le nombre d’étudiantes
et d’étudiants étrangers que le Canada,
notre pays accueille chaque année. En
2012 par exemple, le Canada accueillait
plus de 100 000 étudiants étrangers dont
34 000 en Ontario. Ces étudiantes et ces
étudiants sont des Citoyens canadiens
potentiels s’ils décident d’appliquer pour
la résidence permanente et de demeurer
dans le pays pour devenir citoyens plus
tard. Il importe donc que l’on sache qui
ils sont, d’où ils viennent quel genre
d’études ils sont en train de faire et dans
quels programmes etc.
Canoraa : Quels sont les statuts des
étudiants internationaux qui étudient
dans les universités, collèges et autres
écoles au Canada en général et en Ontario en particulier? Leur statut peut-il
changer et à quelles conditions?
Lumembo : C’est là une question
très complexe. En effet comme certains
étudiants étrangers doivent rester pendant de nombreuses années en Ontario,
l’agence canadienne de revenue les a
subdivisés dans les catégories suivantes,
et ceci aux fins de l’impôt : Les étudiants
étrangers qui étudient au Canada sont
considérés comme appartenant à l’un
des genres de résidents suivants aux fins
de l’impôt sur le revenu du Canada :
résident (y compris les étudiants qui
résident au Canada seulement une partie de l’année);
non-résident;
résident réputé;
non-résident réputé.
Chacun de ces statuts de résidence
est fondé sur les liens de résidence que
l’étudiant a au Canada
Canoraa : Pourriez-vous un peu nous
dire davantage sur chacune de ces
quatre catégories ?
Lumembo : Oui, bien sûr ! Les liens
de résidence comprennent ce qui suit :
un domicile au Canada;
un époux ou conjoint de fait ou des
personnes à charge qui déménagent au
Canada pour y vivre avec vous;
des liens sociaux au Canada.
D’autres liens de résidence peuvent
être pertinents, tels que :
un permis de conduire canadien;
des cartes de crédit émises au Canada
ou un compte bancaire canadien;
une assurance-maladie dans une
province ou un territoire du Canada.
Il s’avère donc qu’un grand nombre
d’étudiants étrangers qui étudient ou
effectuent des recherches au Canada établissent en fait des liens de
résidence importants au Canada. Un
étudiant non-résident au Canada aux
fins de l’impôt sur le revenu est celui qui
n’établit pas de liens de résidence importants au Canada et qui y séjourne moins
de 183 jours au cours de l’année. Cet étu-
diant devient non-résident réputé s’il est
considéré comme un résident d’un autre
pays avec lequel le Canada a conclu une
convention fiscale
Canoraa : Que se passe-t-il lorsqu›un
étudiant international devient résident
permanent? Ses années passées aux
études vont-elles compter lorsque ce
dernier décide de devenir citoyen?
Lumembo : Il est évident que
lorsqu’un étudiant étranger voudrait
devenir citoyen canadien, il doit d’abord
commencer par devenir résident permaMr. Lumembo Tshiswaka
nent ! Avant cela, l’intéressé ne disposait
que d’un visa étudiant. Si l’application est dernier budget fédéral, il est d’ailleurs
acceptée, alors cet étudiant qui devient clairement indiqué que le recrutement
résident permanent devra se conformer à l’international sera davantage stimulé.
aux conditions en vigueur, en tant que Le budget 2013 propose un financement
résident permanent avant d’appliquer de 23 millions de dollars sur deux ans
« pour renforcer la position du Canada
pour la citoyenneté canadienne.
Canoraa: Selon vous Lumembo, quels comme un pays de choix où étudier et
sont, de manière générale les problèmes effectuer de la recherche de calibre monauxquels sont confrontés les étudiants dial ».
Canoraa : Il faudrait donc dire que
étrangers lorsqu’ils arrivent au Canada ?
Lumembo : Venant généralement le Canada facilite vraiment l’entrée des
des pays où la culture et les systèmes étudiantes et étudiants étrangers sur son
d’éducation sont différents de ceux du territoire. Mais compte tenu de nouvelles
Canada, les étudiants étrangers doivent dispositions règlementaires pour les
s’ajuster à ces deux réalités s’ils veulent étudiants étrangers qui sont entrées en
réussir dans leurs études et programmes. vigueur le 1er juin 2014, pourriez-vous
Par exemple, la culture dans les mi- nous en parler un peu et nous dire si oui
lieux académiques canadiens exige que ou non, elles pourront affecter le nombre
l’étudiant doit être à mesure de faire une d’étudiants étrangers qui arrivent chaque
recherche en se basant sur les publica- année au Canada ?
tions scientifiques qui ont été faites au
Lumembo : Ta question est à la fois
cours des cinq ou dix dernières années
et une revue de la littérature aussi com- simple et complexe. Simple d’abord
plète que possible. Tout travail scienti- parce que tout le monde a lu dans la
fique doit être honnête et aucun plagiat presse et sur internet Les nouvelles règles
n’est toléré. Ce sont là deux exemples visant à renforcer la position du Canada
auxquels les étudiants étrangers doivent comme destination par excellence pour
se conformer s’ils veulent réussir leurs les étudiants étrangers éventuels enétudes. De plus, beaucoup de profes- treront en vigueur le 1er juin 2014. Les
seurs exigent que les travaux soient re- nouvelles dispositions réglementaires
amélioreront les services offerts aux étumis toujours à la date de tombée.
Canoraa : Toujours dans le même diants authentiques, tout en protégeant
ordre d’idées, quelles sont, selon toi la réputation d’excellence internationale
de manière générale les études que du Canada en matière d’enseignement,
les étudiants internationaux prisent et en réduisant le risque de fraude et
davantage? Y en a-t-il qui rentrent dans d’utilisation abusive du programme.
Selon les nouvelles dispositions par
leurs pays d›origine après la fin de leurs
exemple :
études?
Lumembo : Au cours des dix dernières
Les demandeurs doivent s’inscrire à
années, j’ai eu la chance de rencontrer
beaucoup d’étudiants internationaux à un programme d’études au Canada et le
Toronto, à Montréal, à Sudbury et dans poursuivre. S’ils ne le font pas, ils pourd’autres villes du Canada. De l’avis de raient être renvoyés du Canada, alors que
beaucoup d’entre eux et elles, du moins jusqu’à présent, il suffit tout simplement
ceux et celles que j’ai rencontrés, les do- de démontrer qu’on a un désir de pourmaines d’études prisés sont ceux qui sont suivre ses études au Canada
National
(NDF)d’éContribution
Les permis
tudes ne seront délivrés
liés à des domaines-clés
deDevelopment
développe- Fund
The
Caribbean’s
Best
Value
US$200,000
(Plus qui
applicable
fees)
ont satisfait
aux
ment auxquels leurs pays d’origine font qu’aux demandeurs
face tels que la foresterie (gestion), le exigences et qui poursuivent des études
Brigi�erural,
CHATUÉ
TCHATAT
. CRCI regulated
Canadian
Immigra�on
Consultant.
dans un
établissement
d’enseignement
développement
l’économie
sociale
Email: [email protected]�on.com / web: www.performanceimmigra�on.com
et la démographie…
En bref, ces étudi- désigné pour recevoir des étudiants
ants Beaucoup CANADA
parmi ceux que j’avais étrangers, alors que jusqu’à présent Les
CAMEROON
rencontrés pensaient rentrer dans leurs demandeurs peuvent demander un perDouala
Yaounde
pays d’origine une fois les études ter- mis d’études pour étudier dans n’importe
Tel : (1416) 559 3769 (cell phone) P.O.B : 11003 Yaounde Tel : (237) 679 87 06 78
quel établissement d’enseignement au Caminées.(1416)
D’autres
y restent…Mais
591 6999
(office phone) dans
Tel : (237) 656 11 81 68 (237) 696 27 64 49
nada.
quelle proportion ?
saurai
2 Carton StreetJe- ne
Suite
1403le dire (237) 655
Bonamoussadi (Total sable)
94 98 65
Toronto
ontario
conditions apparaissent un peu
Canoraa : À
vousM5B1J3
entendre parler,
QUEBEC Ces
Building
il semblerait donc que les étudiants trop draconiennes, mais les candidats
internationaux constituent un marché potentiels apprendront à s’y conformer.
Et même si cela devrait affecter les étudijuteux pour le Canada ?
Lumembo : Un marché juteux ? Cer- ants futurs candidats à l’immigration au
tainement, dans un rapport de 2012 du Canada, je ne pense pas que ce sera de
gouvernement du Canada, il a été pré- façon significative
cisé. Mais au-delà de la diversité, le gouCanoraa : Parlez-nous un peu des
vernement canadien voyait dans la popularité du Canada, en ce qui concerne les étudiants étrangers en Ontario…
Lumembo : En Ontario, entre 2000
étudiants étrangers une belle occasion
d’affaires. Ottawa affirme que les étudi- à 2010, le nombre de ces étudiantes et
ants étrangers génèrent des retombées étudiants a quintuplé dans les collèges
économiques de 8 milliards de dollars en de l’Ontario, et presque triplé dans les
frais de scolarité, en frais d’hébergement universités. Ils étaient 45000 étudiantes
et en dépenses discrétionnaires. Dans le et étudiants en 2010. Le gouvernement
provincial y attache une grande importance et ceci pour deux raisons :
Il y a une nécessité à bâtir une société
ontarienne instruite, prospère et qualifiée. Les étudiantes et étudiants étrangers
peuvent y contribuer énormément.
On estime aussi, qu’entre la période de
2011 à 2016, 100% de la croissance nette
de la main d’œuvre au Canada sera due à
l’immigration
Il faudra aussi noter que ces étudiantes
et étudiants étrangers constituent une
manne pour la province de l’Ontario
puisqu’ils contribuent à près de trois
milliards de dollars à l’économie de la
province, en frais de scolarité, en frais
de subsistance divers et en dépenses
de consommation.
Canoraa : Compte tenu des
changements récents au niveau de
l›immigration,
changements
qui
notamment donnent la possibilité
comme on l›a dit tout à l›heure à un
étudiant international
de devenir
résident permanent, que penses-tu des
tendances futures en ce qui concerne
la population estudiantine d›origine
étrangère dans nos universités?
Lumembo : Comme le montre les
statistiques de ces dernières années, en
plus de leurs contributions aux établissements postsecondaires de l’Ontario, à
la fin de leurs études, la vaste majorité
des étudiantes et des étudiants étrangers
restent dans la province et continuent de
participer à l’économie et aux collectivités locales. Le tendance sera donc à la
rétention
Canoraaa: Quelles sont sur votre site
les ressources que l’on peut trouver pour
les étudiants internationaux?
Lumembo : Sur le site Etablissement.
org, nos auditrices et auditeurs peuvent
trouver des informations très utiles au
sujet des étudiantes et étudiants internationaux. Il suffit d’aller sur le site www.
etablissement.org, aller dans la section
éducation et les sous-menus « Collèges
et Universités et Étudiants internation-
aux. Ces ressources ont été regroupées
autour de quatre articles sous forme de
questions suivantes :
Venir poursuivre vos études
universitaires en Ontario
Pourquoi dois-je faire reconnaître mes
titres et diplômes acquis à l’étranger ?
Y a-t-il un régime d’assurance-santé
pour les étudiants étrangers ?
Où puis-je loger en tant qu’étudiant
étranger ?
Canoraaa : Avez-vous un mot de la
fin pour nos lecteurs et nos lectrices qui
auraient des frères, sœurs, cousins, cousines, neveux, nièces etc. dans leurs pays
d’origine qui souhaiteraient venir étudier
au Canada comme étudiants internationaux?
Lumembo : Compte tenu de la tendance que l’on observe chez les étudiantes et étudiantes étrangers, tendance à
demeurer au Canada, devenir résidents
permanents et citoyens par la suite, je
pense que ceux et celles qui ont des
proches parents étudiantes ou étudiants
qui désirent poursuivre leurs études au
Canada doivent leur parler de la situation de vie concrète qu’eux-mêmes sont
en train de vivre : les réalités canadiennes
en matière d’emploi, d’insertion professionnelle, le chômage, les perspectives
d’avenir et ce qu’ils/elles pensent faire de
leur vie. Ces candidats potentiels doivent
se demander où ils/elles peuvent être
réellement utiles après la fin de leurs
études…Dans leur pays d’origine ou au
Canada… Ce sont là des décisions que
l’on ne peut pas prendre à la légère.
Pour finir, je dirais qu’il est plus que
temps de repenser l’apport de la connaissance acquise à l’étranger pour
contribuer aussi à un développement
économique et territorial durable des
pays d’où les étudiantes et les étudiants
étrangers sont originaires…Le problème
reste entier.
National Development Fund (NDF) Contribution
The Caribbean’s Best Value US$200,000 (Plus applicable fees)
Brigi�e CHATUÉ TCHATAT. CRCI regulated Canadian Immigra�on Consultant.
Email: [email protected]�on.com / web: www.performanceimmigra�on.com
CANADA
Yaounde
Tel : (1416) 559 3769 (cell phone)
(1416) 591 6999 (office phone)
2 Carton Street - Suite 1403
Toronto ontario M5B1J3
Le paradis sur terre !
TORONTO-MONTRÉAL-MONCTON-OTTAWA-CHARLOTTETOWN
CAMEROON
Douala
P.O.B : 11003 Yaounde Tel : (237) 679 87 06 78
Tel : (237) 656 11 81 68 (237) 696 27 64 49
Bonamoussadi (Total sable)
(237) 655 94 98 65
QUEBEC Building
Le paradis sur terre !
STUDY IN CANADA
VIVRE
NOS SERVICES
Why Study in Georgian College?
• Ranked 3rd worldwide in International
• One of the highest employment rates
student satisfaction
for the past 12 years
Vous souhaitez immigrer
au Canada et réaliser vos rêves
Vous êtes au coeur de notre ac�on dès le premier contact. Notre
préoccupa�on est de répondre qualita�vement et professionnellement à vos
besoins dès le moment où vous prenez la decision d'aller vivre au Canada.
STUDY + WORK EXPERIENCE
• A leader in co-op programs
DA
NA
AU CA
q
Visas de résident temporaire
-
Visa étudiant-visa de visiteur-permis de travail temporaire
q
Visas de résident permanent
-
-
Programme des travailleurs permanents du QUEBEC
Programme fédéral des travailleurs qualifiés : entrée express
Programme des candidats des provinces
Programme des gens d’affaires
Programme des aides familiales
q
Autres services
-
Recherche des bourses d'études et inscrip�on dans les universités Canadiennes
-
• Located in Barrie, near Toronto
-
PROGRAMS OFFERED IN
-
Soumission en ligne des dossiers de demande de visa
Assermenta�on des documents originaux.
UNE ÉVALUATION DE QUALIFICATION EST EFFECTUÉE AU DÉBUT DE LA PROCÉDURE
• Automotive
• Business
• Hospitality
• Opticianry
• Aviation
• Computing
• Engineering
• Massage Therapy & more!
NOS CONTACTS
Courriel : [email protected]�on.com
site web : www.performanceimmigra�on.com
Facebook : performance immigra�on canada
CANADA
IELTS - 6 Band
Conditional offer available with IELTS and results pending
Tél. : (1416) 559 3769
(1416) 591 6999
2 Carton Street - Suite 1403
Toronto ontario M5B1J3
Yaoundé
CAMEROUN
B. P. : 11003 Yaoundé
Tel : (237) 650 00 47 78
(237) 655 94 98 65
Ti� garage (Immeuble QUEBEC)
Buea
Tél. : (237) 699 06 89 48
Bonduma gate
Douala
Tél. : (237) 679 87 06 78
(237) 696 27 64 49
Bonamoussadi (Total sable)
For more information and to apply contact:
Cameroon: Yaounde, Douala and Buea Agency
T: (237) 679870678 / 655949865 | Main Office: 1 416 559 3769
Email: [email protected] | Website: www.performanceimmigration.com
LE MUSÉE DE L’AGA KHAN
DIMANCHE 19 AVRIL 2015
Départ : 10 h dans le hall d’entrée au 77
Wynford Drive. Métros Broadview ou Eglinton :
prendre le 100 Flemingdon Park bus.
Stop : Garamond Court (30 min.)
Arrivée : au point de départ
Guide : Fabienne Manèle
Attention : frais d’entrée - adultes : $20, seniors et enfants : $10.
(Les bibliothèques de la Vil e de Toronto offrent des bil ets gratuits à leurs membres.)
Le Musée de l’Aga Kahn est un musée d’art et de culture islamiques
nouvellement ouvert à Toronto. Nous y découvrirons le très beau bâtiment construit
par le Japonais Fumihiko Maki et les magnifiques collections de l’Aga Kahn, dont le
fameux Coran bleu.
MÉDECINE ET ARCHITECTURE DANS
LE QUARTIER DE LA DÉCOUVERTE
DIMANCHE 26 AVRIL 2015
Départ : 14 h au métro Queen’s Park,
coin extérieur sud-est
Arrivée : au point de départ
Guides : Chantal Smieliauskas et
Marianne Aoun
Au cours de cette balade au coeur de Toronto nous découvrirons comment
l’architecture des édifices phares reflète le passé, le présent et l’avenir de la recherche
médicale dans la Vil e-Reine, qui est devenue un centre
d’excellence dans le domaine.
LE COULOIR CULTUREL DE LA RUE
BLOOR OUEST
DIMANCHE 17 MAI 2015
Départ : 14 h au 131 rue Bloor Ouest
(métro Bay)
Arrivée : coin de Spadina et Bloor Ouest
(métro Spadina)
Guides : Nicole Baboulène et Rolande Smith
Un « couloir culturel » à Toronto le long de Bloor ouest, qu’est-ce? Et pourquoi?
C’est parce qu’on y trouve quatorze centres dédiés aux arts et à la culture :
trois musées, un conservatoire et faculté de musique, un centre juif, une fondation
japonaise et… beaucoup d’autres centres à découvrir.
LES MAIRES DE TORONTO,
DE « MUDDY YORK » À LA MÉGAVILLE
D’UN FORT À L’AUTRE - EN VÉLO
BABY POINT
DIMANCHE 14 JUIN 2015
DIMANCHE 19 JUILLET 2015
Départ : 14 h. Rencontre derrière l’arche
d’entrée du Baby Point Estate, Baby Point Road
et Annette
Arrivée : Fort York
Guides : Xavier Lambert et Rolande Smith
Notre balade découvrira l’emplacement de trois forts français du 18e siècle et
aboutira au Fort York. Nous vous conterons leur histoire en suivant les pistes le long
de la rivière Humber et au bord du lac Ontario. En chemin nous apprécierons
« Le sentier partagé/The Shared Path ».
LE VILLAGE GAI AU CENTRE DE TORONTO
Départ : 14 h Métro Jane, trajet à pied ou en
bus jusqu’à Baby Point Road, 2e feux. Rencontre
derrière l’arche d’entrée du Baby Point Estate
Arrivée : au point de départ
Guide : Lisette Mallet, Isabelle Montagnier et
Danièle Caloz
Notre visite zigzague le long de la rue Church pour découvrir la richesse du vil age
gai de la Vil e Reine telles que des maisons victoriennes, des parcs, des bars, des
restaurants, les Canadian and Lesbian Gay Archives, le centre communautaire et
divers commerces.
DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2015
Départ : 14 h, coin sud-est du parc
St. James, en face du St. Lawrence Hall
(rue King, côté nord, juste à l’ouest de Jarvis)
Arrivée : Hôtel de Vil e (coin nord-ouest
des rues Queen et Bay)
Guides : Gil es Huot (français),
Frank Nicholson (anglais)
Note : Cette visite est organisée en collaboration avec Héritage Toronto et nous
offrons la visite en anglais au même moment.
Note : Enregistrez-vous à heritagetoronto.org. Ceci est une visite organisée en collaboration
avec Heritage Toronto, qui offre au même moment des visites en langue anglaise.
Visiter Baby Point c’est découvrir Toronto dès ses débuts. Le site fut autrefois occupé
par un vil age des Premières Nations, visité par les explorateurs français, doté d’un
des premiers forts de la région et colonisé par la famil e Baby avant de bénéficier de
la vision d’un promoteur immobilier du tournant du 20e siècle.
Apprenez l’histoire de notre vil e à travers la carrière d’hommes et de femmes qui ont
servi à titre de maires de Toronto depuis l’incorporation en 1834 du vil age de York (qui
devient alors la Vil e de Toronto) jusqu’à la fusion de Toronto avec les municipalités de
banlieue à la fin du 20e siècle.
DIMANCHE 21 JUIN 2015
Départ : 14 h au métro Wellesley
Arrivée : coin de Church et Carlton,
tram ouest vers métro College
Guides : Ronald Dieleman et Gil es Huot
Communication événementielle et Traduction! Maître des Cérémonies (Impréssario) Professionnel
et Bilingue pour vos événements (Mariages, Concerts, Baptêmes, Graduations,etc...)
English and French Professional Translation! Contact us: +1 647-825-1694
[email protected] • www.ujcommunications.com
L’HISTOIRE À CIEL OUVERT : LE CIMETIÈRE
SAINT-JAMES (CABBAGETOWN)
DIMANCHE 9 AOÛT 2015
Départ : 14 h à l’entrée du cimetière St. James
(635 rue Parliament, juste au nord de Wellesley)
Métro Castle Frank (et bus 94 ou 65 jusqu’à
Wellesley) ou Métro Wellesley (et bus 94 EST
jusqu’à Parliament).
Arrivée : au point de départ
Guides : Gil es Huot et Chantal Smieliauskas
Le cimetière St. James est l’un des plus anciens et des plus beaux cimetières de
Toronto. Ouvert en 1844, on y retrouve les sépultures des grandes famil es de Toronto.
Pour souligner le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale, nous visiterons
aussi les tombes de quelques soldats.
LE QUARTIER SUD DE ROSEDALE
À TORONTO
DIMANCHE 13 SEPTEMBRE 2015
Départ : 13h 30 Métro Rosedale
Arrivée : Sherbourne Nord, marcher jusqu’au
métro Sherbourne
Guides : Danièle Caloz et Heritage Toronto
Note : Ceci est une visite organisée en collaboration avec Heritage Toronto, qui offre
en même temps des visites en langue anglaise.
À Rosedale, on retrouve des styles variés allant du victorien au Second Empire, en
passant par le néo-georgien, le style cottage anglais et le néo-Tudor. Ce sera aussi
l’occasion de parler de l’histoire sociale et urbaine de ce quartier bien préservé.
Visites guidées 2015
CONNAISSEZ-VOUS VOTRE VILLE?
La Société d’Histoire de Toronto offre onze visites guidées en français d’avril à
novembre 2015, qui invitent à découvrir l’histoire, l’architecture, la gastronomie,
les personnages, les lieux et les événements marquants de la vil e de Toronto.
C’est également une magnifique occasion de se retrouver entre francophones.
Pour 2015, la SHT vous présente de nouvelles formules. Nous espérons qu’el es
sauront vous plaire.
Historitours
La Société d’Histoire de Toronto met au jour l’histoire francophone de Toronto
et la fait connaître. Elle a également pour objectif de faire découvrir l’histoire
générale de Toronto en français.
LES PARCS À CHIENS : UNE HISTOIRE D’HUMAINS
le journal • www.lemetropolitain.com
DIMANCHE 4 OCTOBRE 2015
Départ : 14 h au Allan Gardens, 383 Jarvis.
Metro College, tram 506. Rendez-vous aux
statues pour les gros et les petits chiens
Arrivée : métro Queen’s Park
Guides : Danièle Caloz et Christiane Beaupré
Note : Cette visite guidée s’adresse aux propriétaires qui sont à même de bien
contrôler leurs chiens en « société ». Svp. s’inscrire auprès de
[email protected]
Les visites sont gratuites sauf celle du
1er novembre. La Société d’Histoire de
Toronto « passe le chapeau » à la fin du
rendez-vous.
Nous proposons de visiter successivement quatre parcs : Allan Gardens (sans laisse),
Cawthra Square (sans laisse), Dundonald Street Parkette (avec laisse) et University
College Quad park (sans laisse). Pendant que les toutous gambadent, nous conterons
l’histoire de ces parcs qu’ils apprécient tellement.
Sauf exception pour le Musée de l’Aga Kahn
et Rosedale, les visites commencent
le dimanche à 14 h. Elles durent 1 h 30 environ.
LE CHOCOLAT, TOUTE UNE HISTOIRE!
VISITE GASTRONOMIQUE
Pluie ou tempête, les guides seront
toujours au départ des visites guidées annoncées.
Les animaux de compagnie ne sont pas acceptés
sauf à la visite du 4 octobre.
DIMANCHE 1er NOVEMBRE 2015
Lieu : 14 h à la Maison Campbell,
160, rue Queen Ouest (coin Queen Ouest
et University - Métro Osgoode
ou les tramways de la rue Queen)
Conférencière : Chantal Véchambre
Guide : Rolande Smith
Note : Cette visite guidée gastronomique est payante et se fera sur réservation
seulement : 20$ pour les membres de la SHT, 25$ pour le public. Maximum
40 personnes, durée 2 heures environ. Réservation et paiement obligatoires avant le
15 octobre 2015, auprès de la SHT. Contact : [email protected]
Le chocolat était très apprécié en Nouvelle France. Nous vous convions à découvrir la
place qu’il tenait à la Citadelle de Louisbourg en particulier au cours d’une conférence
suivie d’une dégustation de quelques mets.
POUR NOUS JOINDRE :
La Société d’Histoire de Toronto
552, rue Church, B.P.93
Toronto (Ontario) M4Y 2E3
Historitours : 416-939 5744
Courriel : [email protected]
www.sht.ca
LA SOCIÉTÉ
D’HISTOIRE
DE TORONTO