En savoir plus - TM Partenaires

02 // LES ECHOS BUSINESS le journal du board
générale
RDV
« L’ENVIE, UNE
STRATÉGIE » D’ O. BAS
Le VP d’Havas Worldwide Paris publie le 3/02
un ouvrage pour stimuler l’optimisme (Dunod).
petitbambou.com
direction
Lundi 2 février 2015 Les Echos
PETITBAMBOU, UNE APPLI POUR DIRIGER ZEN
Moins de deux mois après son lancement, l’appli PetitBambou
qui met la méditation à portée de mobiles commence à compter
des adeptes parmi les dirigeants d’entreprise. Benjamin Blasco,
X-Télécom, créateur de la start-up qui l’a développée, s’est inspiré
du succès de l’américain Headspace App (1,5 million d’abonnés).
« Il y a, chez les dirigeants, parfois un peu de pudeur sur leur mal-être moral.
Le prisme technologique aide à se lancer dans un telle pratique de bien-être »,
analyse-t-il. Plus d’infos sur echo.st/dg
DIVERSITÉ DIGITALE. De gauche
à droite : Jacques-Antoine Granjon,
membre du conseil de Danone, Clara
Shih chez Starbucks, Kevin Systrom
chez Walmart et Yseulys Costes chez
Kering et Vivendi. Photos AFP – hearsayso-
d
L’EXERCICE
DU POUVOIR
cial.com – Bruno Levy/Challenges-RÉA
GOUVERNANCE // Les conseils
d’administration sont friands de
profils digitaux, mais encore rares
à accueillir ceux issus de start-up.
L
a loi Copé-Zimmermann
a donné un coup d’accélérateur à la diversité au sein
des conseils d’administration des entreprises françaises. Des
femmes, plus jeunes, parfois étrangères, et volontiers « digitales »
ont pris place dans ces instances.
D’une pierre quatre coups
Des profils féminins et étrangers,
encore plus jeunes et plus numériques,
quatre qualités très recherchées, font
aussi souffler le vent de l’entrepreneuriat sur quelques boards outre-Atlantique. Clara Shih, la Chinoise fondatrice
d’Hersay Social, est entrée au conseil
de Starbucks à 29 ans (elle en
a aujourd’hui 33) ; et il y a quelques
mois, Kevin Systrom, 30 ans, fondateur
d’Instagram, a été nommé au conseil
de Walmart. Des profils qui font donc
d’une pierre quatre coups.
En France, avec Jacques-Antoine
Granjon (Vente-privee.com) chez
Une quête de contributions
différentes
Ce qu’un conseil peut attendre d’eux,
au-delà de l’expérience et de la capacité de jugement de n’importe quel
administrateur ? Un avis éclairé en
cas de projet(s) d’acquisition ou
d’intégration de start-up, une expertise sur un secteur marqué par des
ruptures et la façon d’y répondre.
En clair, une certaine disposition à
inventer des solutions. Pascale Parraud-Apparu, associée du cabinet
TM Partenaires, attire l’attention sur
« une grande ambiguïté : les conseils
n’ont pas besoin d’idées nouvelles
– ils ont les moyens de s’offrir des
consultants pour cela. Ils veulent
des contributions différentes dans
un univers traditionnel et des profils
capables de les mettre en adéquation
avec la stratégie de la société ».
Le sujet devrait rester discret aux
prochaines AG 2015. « Le recrutement
d’un start-upper pour un conseil
d’administration n’est pas une tendance lourde », témoigne Sylvain Dhenin, vice-chairman
LIRE
et responsable Europe de
Melty, du site
CTPartners. « Les conseils
lycéen à la
peuvent craindre que leur multinationale sur
cohésion ne soit affectée
bit.ly/1Cg5hZj
par des profils trop jeunes
et engagés dans des logiques
de rentabilité opposées », commente
Pascale Parraud-Apparu. Aucun
board ne s’est encore arraché JeanBaptiste Rudelle, CEO cofondateur de
Criteo, ou Alexandre Malsch, 30 ans
cette année, cofondateur et directeur
général de meltyNetwork. « La transformation digitale des organisations est
en ce moment réalisée par le biais du
management, avec l’arrivée des chief
digital officers », analyse Sylvain Dhenin. Mais, relève Anne Navez, fondatrice et dirigeante de Votre-administrateur.com, « les mid-caps, en quête
de digitalisation, devraient commencer
à regarder ces profils plus jeunes issus
de start-up pour leur conseil ». n
ÉRIC ALBERT
Fondateur et
président de l’Ifas
ea@Ifas.net
DR
Unstartupper
auconseil…
Valérie Landrieu
vlandrieu@lesechos.fr
Danone, Amélie Faure (Augure)
à la BPI, Yseulys Costes (1000mercis)
chez Kering et Vivendi – où Katie
Jacobs Stanton (Twitter) l’a rejointe
(voir ci-contre) –, le start-upper administrateur a fait ses preuves… Quinquas ou quadras, « ce sont des start-uppers qui ont réussi », résume MarcSanglé Ferrière, qui dirige le cabinet
Russell Reynolds en France. « On parle
toujours des mêmes ! » lâche un observateur. C’est que pour être jugé fiable,
« leur entreprise doit être en croissance,
avoir atteint une certaine taille, un
certain niveau de viabilité, et être passée
par différents cycles économiques ».
Les mots pourledire
L
e Premier ministre a créé une polémique
en utilisant le mot « apartheid » à propos
des quartiers sensibles. Cela nous rappelle combien un mot peut susciter de l’émotion, et pas toujours celle que l’on souhaite.
Dans l’entreprise, ce risque existe aussi, mais
l’usage des mots comporte un autre aléa. Celui de
la pratique des mots valises, vides de sens ou plutôt
dans lesquels chacun peut mettre le sens qu’il veut.
Motivation, transversalité, stratégie, management, délégation, orientation client… Chacun
capte un sens général derrière ces termes et y
met le sens particulier qui l’arrange. Ainsi,
lorsqu’un dirigeant dit : « Il faut activer les leviers
de la motivation pour favoriser la transversalité »,
l’un de ses collaborateurs comprend que le
montant des bonus va dépendre de critères
collectifs, quand son voisin entend que des
réunions conviviales vont être organisées pour
que les membres des équipes puissent se rencontrer. Il n’est d’ailleurs pas sûr que le dirigeant qui
a formulé la phrase ait lui-même les idées très
claires. Plus les sujets ont trait à l’humain, plus
ce phénomène est fréquent. Certains acteurs se
sont fait une spécialité de l’usage de ces mots au
sens nébuleux et sont capables de grandes
déclarations vides de sens qui ne semblent servir
qu’à les rassurer eux-mêmes sur leur propre
importance. C’est l’une des raisons qui fait qu’il
n’est pas rare que les décisions apparaissent
floues après avoir été formulées par le dirigeant.
Chacun derrière les mots peut (ou veut) entendre
ce qui lui convient. C’est ainsi que des malentendus, voire des conflits, peuvent naître tout au
long de la chaîne hiérarchique.
Etre précis et se faire comprendre est une
compétence première d’un dirigeant, mais faire
expliciter à ses interlocuteurs ce qu’ils sous-entendent ne doit pas être oublié. En cette période
d’entretiens annuels, c’est crucial. Des formules
lancées trop rapidement comme « je t’ai trouvé
démotivé » impactent émotionnellement, de
façon inutile. Plus les descriptions qui conduisent à des interprétations sont claires, plus
l’échange est constructif. Une technique, la
reformulation, permet de s’ajuster et de vérifier
que l’on parle de la même chose.
Avant de finir vos entretiens annuels, demandez
donc à votre collaborateur ce qu’il en retient. n
=
LA PERSONNALITÉ
DE LA SEMAINE
NathanBlecharczyk
(AirBnB,cofondateur)
Entreprises et collectivités,
comment éviter les
fluctuations du prix
du gaz naturel ?
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
World Economic Forum
I
l n’y a guère de doute, ce jeudi 5 février, en fin
de matinée, les visiteurs du Salon des entrepreneurs qui se tient à Paris seront attentifs
au témoignage (vidéo) de l’américain Nathan
Blecharczyk.
Le cofondateur d’AirBnB, la plate-forme communautaire qui permet à des particuliers de louer
occasionnellement leur domicile, livrera quelquesuns de ses secrets et méthodes qui lui ont permis
d’être l’un de « ces nouveaux entrepreneurs qui
bousculent l’économie ».
Cheville ouvrière de
l’économie du partage, ce geek de 31 ans,
diplômé de Harvard,
n’en est pas moins,
sept ans après la
création de l’entreprise, l’un des
plus jeunes
milliardaires de la
planète. n