Argumentaire - Université de Fribourg

Appel à communications
L'interculturel aujourd’hui. Perspectives et enjeux
XVème Congrès international de l’ARIC
Les 30 ans de l’ARIC
Organisé par le LISEC (Laboratoire Interuniversitaire
de Sciences de l’Éducation et de la Communication)
Université de Strasbourg, France
et l’ARIC (Association internationale pour la recherche interculturelle)
Du lundi 24 au vendredi 28 août 2015
Faculté de médecine, Strasbourg
regnault@unistra.fr
vieilleg@unistra.fr
1
La petite France
Photo : Cellule Congrès
Unistra
La Faculté de médecine
Photos : Pascal Disdier
Unistra
2
Argumentaire scientifique
Cette manifestation scientifique sera l’occasion de fêter les 30 ans de l’Association Internationale de
Recherche Interculturelle (ARIC). Rien de mieux, pour commémorer le chemin parcouru, que de faire le
point sur l’évolution de la notion d’interculturel, depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. Il sera question
de l’évolution des recherches dans le domaine de l’interculturalité, de l’approche des processus
psychiques, "interculturatifs" et identitaires, issus de la rencontre des cultures, des multiples
appartenances mais aussi des phénomènes socioculturels, transculturels, produits par la multiplicité de
référents symboliques et des valeurs parfois contradictoires, des déplacements forcés ou volontaires des
personnes, les délocalisations des institutions et/ou organisations, autant de problématiques que ce
congrès se chargera d’interroger en favorisant les échanges transdisciplinaires et multiculturels.
Dès l’ouverture, une table ronde composée de quelques membres fondateurs fera le point sur les 30 ans
de recherche en interculturel, d’hier à aujourd’hui. Une table ronde de clôture traitera ensuite de
l’interculturel d’aujourd’hui à demain.
Parallèlement cinq axes viseront le regroupement des travaux actuels sur les perspectives et enjeux de
l’interculturel, aussi bien au niveau de la recherche scientifique que des pratiques professionnelles.
Chaque axe débutera ses travaux avec une conférence plénière. Elle sera suivie par la présentation
d’ateliers et de symposiums en parallèle, en langue française ou dans une autre langue, avec traduction
en français 1:
1. Epistémologie de l’interculturel, le transculturel et le comparatisme. Complémentarité et
divergences d’approches. Le comparatisme entre plusieurs pays est-il considéré comme une
démarche interculturelle ? Où se situent l’interculturel et le comparatisme entre universalisme et
relativisme ? L’éducation comparée et l’éducation interculturelle étudient-elles les mêmes objets
? Actuellement, l’éducation comparée peut tendre soit vers l’universalisme par des recherches et
des expertises de type PISA qui reposent sur l’approche pragmatique, unidimensionnelle et acontextuelle, soit vers le relativisme en insistant sur l’importance du contexte culturel dans la
comparaison. La psychologie interculturelle, transculturelle et culturelle ont-elles les mêmes buts
1
Les communications peuvent être présentées dans d’autres langues à condition que le comité d’organisation soit
suffisamment prévenu à l’avance afin de veiller à la traduction.
3
et les mêmes méthodes ? La sociologie interculturelle et comparée ont-elles les mêmes
épistémologies ? Qu’en est-il de la philosophie interculturelle et de la philosophie comparée ?
2. Diversités, transferts de savoirs et de pratiques. Mondialisation et développement durable.
Comment la comparaison est-elle utilisée dans les rapports entre pays à niveaux de
développement varié ? Est-on encore aujourd’hui dans un modèle de transfert de pratiques des
pays développés vers des pays en développement ? Existe-t-il des transferts du Sud vers le Nord
et lesquels ? Qu’en est-il des transferts du Sud vers le Sud ? Par exemple, les enquêtes PISA en
éducation, en plaçant sur la même échelle les pays du Nord et du Sud, apportent-elles un autre
regard sur les pays du Sud ? En quoi le transfert de savoirs et de pratiques permet-il le
développement durable ? De manière plus générale et quel que soit le pays, quels sont les
processus déployés ? Que transfère-t-on vraiment, et quelles politiques sous-tendent ces
transferts ? Quelle vulnérabilité actuellement pour les frontières, les populations, les pays ?
3. Enjeux et défis de la migration sur les politiques publiques de l’éducation, de la santé et de
la protection sociale à tous les âges de la vie. Les migrations ont-elles une incidence sur les
institutions scolaires, sociales, culturelles et de santé, et sur les dispositifs auxquels elles
participent ? Comment ces institutions "d'accueil" s'organisent-elles pour ouvrir ou fermer les
territoires qu'elles veulent défendre ou enrichir ? Quels enjeux de pouvoir cachent les discours et
les actes relevant de la défense d'une "identité nationale"? Qu’en est-il du contact entre collectifs
issus de différentes zones géographiques, et résidant dans un même pays et /ou dans un contexte
de migration internationale grandissante ? Comment se jouent les rapports interreligieux et
interethniques et que développent-ils comme stratégies lorsqu'ils s'abritent sous les prétendus
droits à la différence et à la diversité et qu'ils investissent des espaces prétendument
interculturels ? Peut-on repérer à travers les dynamiques et les expériences migratoires un futur
faisant une place à de nouvelles constructions culturelles ?
4. L’implication de l’appartenance culturelle plurielle sur les processus identitaires et
interculturatifs de la personne. Comment les individus, appartenant à des groupes qui peuvent
entretenir des rapports de pouvoir asymétriques et à des univers symboliques différents, arriventils à surmonter les conflits qui les traversent, à s’adapter, à se personnaliser ? Quelles sont les
ressources psychologiques qu’ils mobilisent pour préserver leur identité comme structure de sens
et de valeur, pour construire une identité plurielle, interculturelle ? Dans l’impossibilité pour le
faire, quels sont les troubles repérés ? Quelles conséquences pathologiques pour le sujet quand la
contradiction ne peut être intégrée et la rencontre avec la différence d’autrui ne peut être
acceptée ? Quelles approches cliniques déployer pour appréhender ces réalités psychologiques ?
Les dispositifs thérapeutiques et les outils diagnostics classiques sont-ils pertinents ou doit-on les
réinterroger pour les aménager ou pour en créer de nouveaux ? Cet axe s’intéressera à cette
réflexion nécessaire pour comprendre les mécanismes psychologiques en jeu dans la gestion de
la rencontre interculturelle au niveau identitaire, mais aussi les souffrances identitaires que l’on
peut constater en raison du racisme, de la xénophobie, des discriminations qui peuvent entraîner
les replis communautaires, les déculturations mais aussi les crispations identitaires.
5. Globalisation, déplacements et nouvelles technologies de la communication et de
l’information (NTCI): Le rapport espace-temps entre les personnes a changé avec l’avènement
4
des Nouvelles Technologies de la Communication et de l’Information (NTCI). Fruit de la
globalisation, ces nouvelles pratiques sociales introduisent le virtuel comme réalité unique,
modifiant aussi bien les mécanismes de socialisation que les processus de subjectivation des
usagers. Dans un contexte globalisé, mobile, qu’en est-il de la relation à l’Autre virtuel, au corps
absent ? Les ruptures provoquées par les déplacements et éloignements de la migration
contemporaines vont-elles être renforcées ou bien compensées par le virtuel ? Qu’en est-il de la
diversité face à l’hégémonie des objets techniques ? Cet axe réunira des symposiums autour de
l’usage de l’Internet et l’Interculturalité.
Programme provisoire
Lundi 24 août 2015
8 h30 : Accueil et inscriptions
9 h30 : Discours de bienvenue
10h30 : Pause café
11 h : Conférence d’ouverture. L’interculturel en Europe (Institutions européennes à Strasbourg)
12h30 Repas
14 h : Table ronde d’ouverture des 30 ans de l’ARIC
15 h : Ateliers et symposiums en parallèle
17 h : Remise du Prix ARIC avec présentation de la recherche par l’auteur(e)
19h : Cocktail de bienvenue.
Mardi 25 août 2015 :
9h : Conférence. L’interculturel, le transculturel et le comparatisme. Complémentarité et divergences d’approches (Elisabeth
Regnault, Université de Strasbourg, France)
10 h : Pause café
10h30 : Ateliers et symposiums
12h30 Repas
14h Conférence. Transferts de savoirs et de pratiques. Mondialisation et développement durable (Dominique Groux,
Université des Antilles-Guyane)
15h Ateliers et symposiums
17h Table ronde. Droits humains, diversité, égalité, liberté d’expression et interculturalité.
19h30 : Balade en bateau.
Soirée libre.
5
Mercredi 26 août 2015 :
9h : Conférence. Enjeux et défis de la migration sur les politiques publiques de l’éducation, de la santé et de la protection
sociale à tous les âges de la vie (Henri Vieille-Grosjean, Université de Strasbourg, France)
10h00 : Pause café
10h30 : Ateliers et symposiums
12h30 : Repas
14h00 : Table ronde de clôture des 30 ans de l’ARIC
15h00 : Ateliers et symposiums
17h : Ateliers et symposiums
19h30 : Diner de Gala avec la fête des 30 ans de l’ARIC.
Jeudi 27 août 2015 :
9h00 : Conférence. L’implication de l’appartenance culturelle plurielle sur les processus identitaires et interculturatifs de la
personne (Zohra Guerraoui, Université Toulouse Jean Jaurès, France)
10h00 : Pause café
10h30 : Ateliers et symposiums
12h30 : Repas
14h : Conférence. Globalisation, migration et Nouvelles Technologies de la Communication et de l’information (NTCI):
(Elaine Costa Fernandez, Université Fédérale du Pernambuco, Recife, Brésil)
15h : Ateliers et symposiums
17h : Ateliers et symposiums
19h : AG de l’ARIC et réunion du nouveau bureau
Soirée libre
Vendredi 28 août 2015
9h : Ateliers et symposiums
11h : Table ronde conclusive avec les responsables des axes
12h30 Repas
Fin du congrès
Comité d’organisation :
6
Elisabeth Regnault (Université de Strasbourg, France), Henri Vieille-Grosjean (Université de
Strasbourg, France), Elaine Costa-Fernandez (Université Fédérale du Pernambuco, Recife, Brésil),
Fatima Moussa-Babaci (Université d'Alger 2, Algérie), Zohra Guerraoui (Université Toulouse Jean
Jaurès, France), Dominique Groux (Université des Antilles-Guyane), Charlotte Arlen (Université de
Strasbourg, France), Caroline Meyer (Université de Strasbourg, France), Gulsen Kaska (Université de
Strasbourg, France), Priscilla Koryanke (Université de Strasbourg, France), Akilé Ozcakal Andac
(Université de Strasbourg, France), Rochelle Mbon-Alouna (Université de Strasbourg, France), Anna
Sargsyan (Université de Strasbourg). Denise Hatier (Université de Strasbourg, France), Loana Cettou
Université de Fribourg, Suisse).
5 comités scientifiques autour de 5 responsables d’axe :
Axe 1 : Elisabeth Regnault (Université de Strasbourg, France) : « Epistémologie de l’interculturel, le
transculturel et le comparatisme. Complémentarité et divergences d’approches ».
Jacqueline Breugnot (Universität Koblenz-Landau, Allemagne), Tchirine Mekideche (Université
d’Alger, Algérie), Pierre Dasen (Université de Genève, Suisse), Melissa Arneton (INS HEA-Institut
National Supérieur pour les Handicaps et Enseignements Adaptés, Suresnes, France), Malika Bennabi
(Université de Picardie Jules Verne, Amiens), Aline Gohard-Radenkovic (Université de Fribourg,
Suisse), Anahy Gajardo (Université de Genève, Suisse), Chakroun Ghazi (Université de Sfax, Tunisie),
Saeed Paivandi (Université de Lorraine, Nancy, France), Jacques Demorgon (Université de Bordeaux,
France).
Axe 2 : Dominique Groux (Université des Antilles-Guyane) : « Diversité, transferts de savoirs et de
pratiques. Mondialisation et développement durable ».
Michèle Vatz Laaroussi (Université de Sherbrooke, Québec), Tchirine Mekideche (Université d’Alger,
Algérie), Melissa Arneton (INSHEA, Suresnes, France), Nicole Carignan (UQAM-Université du
Québec à Montréal, Québec), Altay Manço (IRFAM-Institut de Recherche, Formation et Action sur les
Migrations, Belgique), Hedi Saïdi (Unité de recherches Migrations et sociétés, Paris Diderot), Régis
Malet (Université de Bordeaux, France).
Axe 3 : Henri Vieille-Grosjean (Université de Strasbourg, France) : « Enjeux et défis de la migration sur
les politiques publiques de l’éducation, de la santé et de la protection sociale à tous les âges de la vie ».
7
Michèle Vatz Laaroussi (Université de Sherbrooke, Québec), Emmanuel Jovelin (Université de
Lorraine), Charles Romain Mbele (ENS-Ecole Normale Supérieure, Yaoundé, Cameroun), Fabienne
Tanon (ENS de Lyon, France), Claudio Bolzman (HES-Haute Ecole Specialisée, Genève, Suisse),
Thierry Malbert (Université de la Réunion) Melissa Arneton (INSHEA, Suresnes, France), Khadidja
Mokedem (Centre de recherche en anthropologie culturelle, Oran), Montserrat Feu Closas (Université
de Barcelone), Tania Ogay (Université de Fribourg, Suisse), Altay Manço (IRFAM, Belgique),
Christiane Perregaux (Université de Genève, Suisse), Chakroun Ghazi (Université de Sfax, Tunisie),
Alida Gulfi (HES SO-Haute Ecole de Travail Social, Fribourg, Suisse), Lucille Guilbert (Université
Laval, Québec), Hadjira Bagdad-Bay (Université de Strasbourg, France), Andrea Young (ESPE-Ecole
Supérieure du Professorat et de l’Education, Université de Strasbourg, France), Nabil Hajji (ITESInstitut pour le Travail Educatif et Social, Brest-Quimper, France)
Axe 4 : Zohra Guerraoui (Université Toulouse Jean Jaurès, France) : « L’implication de l’appartenance
culturelle plurielle sur les processus identitaires et interculturatifs de la personne »
Margalit Cohen-Emerique (Consultante, Paris, France), Fatima Moussa-Babaci (Université d'Alger 2,
Algérie), Nicole Carignan, (UQAM, Université du Québec à Montréal, Québec), Geneviève Vermes
(Université Paris 8, France), Christiane Perregaux (Université de Genève, Suisse), Marc Weisser
(Université de Haute Alsace, Mulhouse, France), Carole Philip-Asdih (ESPE, Université de Montpellier
2, France), Hervé Larroze-Marracq (Université Toulouse 2, Jean Jaurès, France), Myriame Martineau
(Université du Québec, Montréal), Odette Lescarret (Université de Nîmes, France), Mohamed Lahlou
(Université de Lyon 2, France), Patrick Denoux (Université Toulouse 2 Jean Jaurès, France), Jacques
Brandibas (Université de la Réunion), Yoram Mouchenik (Université Paris 13, France), Odile
Reveyrand-Coulon, (Université de Bordeaux 2, France), Laurent Licata, (Université Libre de Bruxelles,
Belgique), Mourad Kahloula (Université d'Oran, Algérie), Julien Teyssier, (Université Toulouse 2 Jean
Jaurès, France), André Ndobo (Université de Nantes, France), Altay Manço (IRFAM, Belgique).
Axe 5 : Elaine Costa-Fernandez (Université Fédérale du Pernambuco, Recife, Brésil) : « Globalisation,
déplacements et nouvelles technologies de la communication et de l’information (NTCI) ».
Claudio Bolzman (HES-Haute Ecole Spécialisée, Genève, Suisse), Said Ghedir (Université de
Besançon, France), Sandoss Ben Abid Zarrouk (Université de Haute Alsace, Mulhouse, France),
Bernard Coulibaly (Université de Haute Alsace, Mulhouse, France), Christophe Bouyssi (Université de
Strasbourg, France), Ecaterina Pacurar (Université de Strasbourg, France)
Informations pratiques
Tarifs
150 euros pour les non membres avant le 10 juin 2015, 160 euros après le 10 juin 2015.
125 euros pour les membres avant le 10 juin 2015, 135 euros après le 10 juin 2015
100 euros pour les membres des pays du Sud avant le 10 juin 2015, 110 euros après le 10 juin 2015
70 euros pour les étudiants avant le 10 juin 2015, 80 euros après le 10 juin 2015
Gratuité pour les étudiants de l’Université de Strasbourg et les membres du LISEC.
8
L’ouverture des inscriptions est prévue fin mars sur le site de la cellule Congrès de l’Université de
Strasbourg
Dates butoir
10 avril 2015:
délai d’envoi des résumés
20 mai 2015 : réponse aux communicants
10 juin 2015 : délai de paiement
30 juin 2015 : diffusion du programme définitif
20 août 2015 :
envoi des textes complets
Festivités
Diner de gala (35 euros)
Cocktail de bienvenue offert le lundi 24 août au soir
Balade en bateau sur inscription (offert par le congrès)
Hébergement
La Cellule Congrès a des accords tarifaires à l’année avec certains hôtels. La tranche de prix varie entre
40 et 270 euros.
Actes du Congrès
. Résumé des communications ISBN
. DVD avec les textes complets ISSN
. Ouvrage collectif dans la collection « Espaces interculturels de l’Harmattan »
Consignes aux auteur(e)s
9
Date de renvoi : avant le 10 avril 2015
XVème congrès
de l’Association Internationale pour la Recherche Interculturelle (ARIC)
L’interculturel aujourd’hui, perspectives et enjeux
organisé par le LISEC (Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l’Éducation et de la
Communication) de l’Université de Strasbourg, France
Noms et prénoms des auteur (es) :
Fonction :
Affiliation :
Adresse :
Courriel :
Titre de la communication ou du symposium avec nom et prénom du responsable du symposium.
Choix du type de communication (cochez la réponse choisie)
Communication individuelle
Recherche avec terrain
Travaux théoriques
Travaux en cours
0
0
0
0
Symposium
Recherche avec terrain
Travaux théoriques
Travaux en cours
0
0
0
0
Choix des axes
Axe 1 : Epistémologie de l’interculturel, le transculturel et le comparatisme. Complémentarité et
divergences d’approches
0
Envoyez vos résumés au responsable de l’axe 1 : Elisabeth Regnault : regnault@unistra.fr
Axe 2 : Diversité, transferts de savoirs et de pratiques. Mondialisation et développement durable.
0
Envoyez vos résumés au responsable de l’axe 2 : Dominique Groux : dominiquegroux@yahoo.fr
Axe 3 : Enjeux et défis de la migration sur les politiques publiques de l’éducation, de la santé et de la
protection sociale à tous les âges de la vie.
0
Envoyez vos résumés au responsable de l’axe 3 : Henri Vieille-Grosjean : vieilleg@unistra.fr
10
Axe 4 : L’implication de l’appartenance culturelle plurielle sur les processus identitaires et
interculturatifs de la personne.
0
Envoyez vos résumés au responsable de l’axe 4 : Zohra Guerraoui : zohra.guerraoui@free.fr
Axe 5 : Globalisation, déplacements et nouvelles technologies de la communication et de l’information
(NTCI).
0
Envoyez vos résumés au responsable de l’axe 4 : Elaine Costa Fernandez : elainef@free.fr
A. / Communication individuelle
Le résumé doit être rédigé en français et ne doit pas contenir de graphiques, de schémas, de
photographies, de tableaux ni de références bibliographiques. La communication pourra être présentée
dans une autre langue, à condition que le support écrit soit en français.
La rédaction des résumés doit correspondre aux normes suivantes:
(1) Le texte du résumé doit être compris entre 400 et 500 mots, police Times New Roman, taille 12.
(2) Le résumé des recherches doit contenir les éléments suivants : introduction, objectifs, méthode,
résultats et conclusions.
(3) Le résumé des travaux théoriques doit contenir les éléments suivants : introduction, objectifs,
analyse et conclusions.
(4) Le résumé des travaux en cours doit contenir les éléments suivants : introduction, objectifs,
méthode, résultats partiels (le cas échéant).
(5) À la fin, ajouter entre trois et cinq mots-clés.
Veuillez ne pas mettre sur le résumé des données qui peuvent vous identifier.
Les auteurs qui souhaitent proposer leurs travaux pour publication doivent envoyer le texte complet
avant le début du Congrès.
11
B. / Symposium
(1) Un texte d’une demi-page afin de présenter la problématique du symposium.
(2) Un résumé pour chaque communication (cf consignes plus haut).
12
13