Accès au site - Le jour d`Algérie

Constantine capitale de la culture arabe
Promesses, attentes et déceptions
LE JOUR
V o t r e
q u o t i d i e n
D’ALGERIE
n a t i o n a l
Dixième année - N° 3542 - Dimanche 19 avril 2015 – Prix : 10 DA
Page 13
Le prix a baissé de peu
Le boycott
de la sardine
a eu son impact
Page 3
Le geste «mémoriel» de Paris pour des massacres inoubliables
Un officiel français pour commémorer le 8 mai 45
Page 3
Théorème
I
l y a encore peu de temps,
Amar Saadani, le secrétaire général du FLN, qui à ce
titre devait savoir ce qu’il
en était réellement, laissait
clairement entendre que le
projet de révision constitutionnelle était fin prêt et que le
texte remanié serait bientôt
proposé au débat au niveau
des deux chambres. Le voilà
qui maintenant fait entendre
sur le même sujet un tout autre
son de cloche, dans le style
évasif de quelqu’un dont les
prévisions ont été déjà plus
d’une fois démenties par le
cours des événements, de
sorte qu’il se garde désormais
de toute affirmation péremptoire à cet égard. Si d’ici
quelques mois, le projet est
toujours dans les limbes, peutêtre le verra-t-on à ce moment
se risquer à mettre en doute
jusqu’à son existence. La réalité, c’est qu’il n’y a pas de
révision, en tout cas pas au
sens où on l’entend généralement, dans un avenir prochain
ou plus lointain, pour la bonne
raison que la Constitution a
déjà été remaniée, et d’une
façon substantielle par-dessus
le marché, puisque l’article
relatif à la limitation des mandats présidentiels a été abrogé
à cette occasion. Dès ce
moment, l’affaire était pliée, la
messe dite. La seule révision
allant au fond qui soit concevable après cela, ce serait
celle qui limiterait non plus
seulement les mandats présidentiels mais les pouvoirs du
président de la République
eux-mêmes. On sait que telle
n’est pas la conception de
Bouteflika de la fonction présidentielle. A partir de là, continuer à parler de révision n’a
plus beaucoup de sens.
Suite en page 3
Menace de grève des adjoints d'éducation début mai
Les examens risquent
d’être compromis
Alors que la
ministre de
l'Education
nationale a
décidé d'en finir
avec les grèves
dans son
secteur en
donnant son
accord à la
révision du
statut particulier
des enseignants,
d'autres
corporations
menacent de
passer à l'action.
Cette fois-ci, ce
sont les adjoints
d'éducation qui
montent au
créneau.
Ph>D. R.
Par Mohamed Habili
Lire page 2
Bouchouareb pour un partenariat stratégique entre Algérie et Allemagne
Donner corps au slogan
«gagnant-gagnant»
Page 4
Reporté pour absence de l'avocat du principal accusé
Reprise aujourd’hui du procès
de l’autoroute Est-Ouest
Page 2
2
L’événement
Jeudi 3 avril
Dimanche
192014
avril 2015
Menace de grève des adjoints d'éducation début mai
Education nationale
Le ministère de l’Education
nationale a tracé un planning
incluant différentes
thématiques en ce qui
concerne l’orientation scolaire
et l’état de la langue amazighe
dans l’école algérienne, ce
planning, commencé le 15
avril et qui durera jusqu’au 21
du mois en cours, sera mené
par des émissions TV et radio.
Les premières émissions des
15 et 16 ont porté
essentiellement sur
l’orientation et guidance
scolaire, animées par des
conseillers et autres
enseignants.
Quant aux émissions des
samedi, lundi et mardi, elles
aborderont principalement la
réalité de l’enseignement de la
langue amazighe ainsi que de
ses perspectives tout en
évoquant les différentes
démarches de l’Etat algérien
pour l’émancipation de cette
langue, qui demeure peu
enseignée. Ces diffusions
seront marquées par la
présence de Abassi du Haut
commissariat à l’amazighité,
qui en saisissant l’occasion,
avancera quelques détails sur
les obstacles que rencontre la
langue. Abassi a évoqué lors
de plusieurs passages que la
langue amazighe constitue
une identité nationale à
laquelle une volonté politique
de sa revalorisation s’annonce
comme une priorité
incontournable.
Dans le paysage médiatique
algérien, tamazight est
toujours un sujet d’actualité et
donne beaucoup à penser sur
l’avenir de son appréciation
par tous les Algériens, eux, se
disant victimes de ne pas
avoir la chance de l’étudier.
Le planning lancé par le
ministère de l’Education par le
biais de quelques organes
médiatiques rappelle
l’engagement tenu par l’Etat
par ses récurrentes
promesses pour une langue
amazighe généralisée.
La réorientation scolaire et la
mise en place d’un système
éducatif innovant, permettant
aux nouvelles générations
algériennes une instruction de
base, en se servant des deux
langues nationales, sans
oublier de s’ouvrir aux autres
langues de science et du
savoir, tout ça représente un
sérieux défi auquel l’Algérie se
doit de relever.
D’après le communiqué publié
par le ministère, la ministre de
l’Education, Madame Nouria
Benghebrit marquera sa
présence au Forum de la
Radio Chaîne 1 demain lundi.
Il est aussi à signaler que cet
événement coïncide avec
l’anniversaire du Printemps
berbère qui se tient chaque 20
avril et qui se traduit par de
nombresues manifestations
culturelles et artistiques.
Hani Tiouane
Les examens risquent d’être compromis
 Alors que la ministre de l'Education nationale a décidé d'en finir avec les grèves
dans son secteur en donnant son accord à la révision du statut particulier des enseignants,
d'autres corporations menacent de passer à l'action. Cette fois-ci, ce sont les adjoints
d'éducation qui montent au créneau.
Ph/DR
Un planning dédié
en grande partie
à la langue
amazighe
Le Jour D’ALGERIE
Par Louiza Ait Ramdane
L’
année scolaire touche
à sa fin. Au moment où
Nouria
Benghebrit
croyait être parvenue à
mettre fin au conflit qui l’opposait
aux syndicats de son secteur,
d’autres grèves se profilent à l’horizon et risquent de perturber les
examens de fin d’année.
S’estimant «lésés» par rapport
aux autres catégories professionnelles de l’éducation nationale,
les adjoints de l’éducation affiliés
au Syndicat national des travailleurs
de
l’éducation
(SNTE)ont décidé de reprendre le
chemin de la protesta à compter
du 5 mai prochain, suivi d’un rassemblement devant le ministère
de l’Education.
Il est attendu surtout que le
ministère de l’Education donne
des réponses favorables concernant le statut particulier. Si le
débrayage des adjoints perdure,
ce sont les examens de fin d’année qui risquent des perturbations, d’autant plus que ce sont
les adjoints qui se chargent de
l’organisation de ces épreuves.
Dans un communiqué rendu
public suite aux travaux de son
assemblée
générale
tenue
dimanche dernier, la coordination
des adjoints de l’éducation à
dénoncé la politique de «deux
poids deux mesures» adoptée par
le ministère de l’Education, qui,
selon elle, a consacré plus de
temps pour résoudre les problèmes de certaines catégories
du personnel de l’éducation en
ignorant d’autres corporations.
S’agissant de la révision du
statut particulier du personnel de
l’éducation, la coordination des
adjoints de l’éducation insiste sur
la nécessité de l’implication des
représentants de cette catégorie
dans l’élaboration du nouveau
statut particulier. Les adjoints de
l’éducation considèrent que la
position
de
la
tutelle
«n’a pas changé et n’a rien apporté de nouveau depuis plusieurs
longues années d’attente et de
patience». En outre, le syndicat
exige la création de nouveaux
postes pour les conseillers de
l’éducation et les conseillers formateurs de l’éducation, comme
cela a été fait pour le corps des
enseignants, et l’intégration de
tout le personnel répondant aux
conditions dans ses nouveaux
postes ainsi que d’autres revendications.
Ce n’est pas fini. Un autre syndicat prévoit également un
débrayage de trois jours ? Il
s’agit du Syndicat national des
corps communs des ouvriers et
professionnels de l’éducation
nationale (SNCCOPEN) qui vient
d’annoncer un arrêt de travail de
trois jours à partir du 27 avril. Le
SNCCOPEN, qui a tenu une
réunion extraordinaire les 3 et 4
avril, a appelé ses adhérents à se
mobiliser pour contester aussi les
décisions émanant des directions
de l’éducation qui portent sur la
réduction de 40% du nombre de
salariés et le rythme de travail
dont le volume horaire est de 60
heures par semaine. Seule une
réponse positive de la tutelle est à
même, explique le syndicat, de
lui faire changer d’avis.
La ministre de l’Education
nationale, Nouria Benghebrit qui
pensait résoudre les problèmes
de son secteur se trouvera
confrontée à un autre débrayage
des adjoints de l’éducation ainsi
que des corps communs des
ouvriers et professionnels de
l’éducation qui menacent également de durcir le ton si aucune
suite favorable n’est pas donnée
à leurs doléances. Benghebrit
doit éviter ces agitations surtout
que cette période est décisive
pour les élèves qui ont perdu
beaucoup de cours durant le
deuxième trimestre.
L. A. R.
Reporté pour absence de l'avocat du principal accusé
Reprise aujourd'hui du procès de l'autoroute Est-Ouest
R
eporté lors de la dernière audience pour
absence des avocats du principal accusé, le procès tant attendu de l’affaire dite de
l’autoroute «Est-ouest» reprendra aujourd’hui
devant le tribunal criminel d’Alger, avec la
présence des avocats étrangers de Chani
Medjdoub, parmi le collectif de défense des
16 personnes impliquées dans ce dossier.
Durant le procès tenu fin mars à la cour
d’Alger, qui n’a duré que quelques heures,
Medjdoub Chani avait refusé que le tribunal
lui désigne un avocat commis d’office, car
ses défenseurs n’ont pu se présenter à l’audience. Suffisant, selon le collectif des avocats des prévenus, qui avaient demandé la
présence de tous les témoins dans cette affaire, pour que le procès soit renvoyé. Pour la
reprise du procès dimanche, les avocats
étrangers de Chani Medjdoub, Me William
Bourdon et Philippe Penning, devraient être
présents, selon des sources proches du barreau d’Alger. Durant la même audience de
mars dernier, la défense des entreprises
étrangères impliquées dans cette affaire qui
avait éclaté en 2009, a estimé que le parquet
doit prononcer «l’extinction des poursuites
judiciaires», car l’accusation n’a désigné
aucune personne morale ou physique représentant ces entreprises. L’audience avait été
également émaillée d’une bataille procédurière sur la validité ou non de la participation
à ce procès du Trésor public, en tant que partie civile. Après délibération, le président du
tribunal a estimé que cette demande était
«prématurée» dans la conduite du procès, et
«doit être présentée au début de l’action civile, qui commence à la fin de l’action
publique». Dans le box des accusés, 16 personnes dont deux sont en fuite et quatre en
détention, ainsi que sept entreprises étrangères (en tant que personnes morales. Par
ailleurs, la défense des accusés avait à l’automne dernier, introduit un recours pour que
l’affaire soit jugée par un tribunal correctionnel, estimant que les crimes économiques
reprochés à leurs clients étaient des délits.
Sollicitée pour arbitrage dans ce dossier, la
Cour suprême avait invalidé la requête de la
défense et maintenu le procès devant le tribunal criminel, en ne requalifiant pas l’affaire en
tant que délit (correctionnel). L’affaire porte
sur des faits de corruption et octroi de commissions dans la passation de marchés
publics pour la réalisation du projet autoroutier «Est-ouest», sur 1 216 km. Initialement,
le projet de l’autoroute Est-ouest avait bénéficié d’une enveloppe globale de six milliards
de dollars environ. De réévaluations en réévaluations, avec d’importants retards dans la
livraison des sections du projet, l’enveloppe
financière avait atteint les 11 milliards de dollars en 2011-2012. En réponse à une question orale à l’Assemblée populaire nationale
(APN), le ministre des Travaux publics avait
affirmé le 27 novembre dernier que le coût
global jusqu’à présent de ce projet était de 13
milliards de dollars. Neuf années après son
lancement (2006), le projet de l’autoroute Estouest n’a pas encore été livré. Pis, des tronçons réceptionnés depuis plus de deux ans
font actuellement l’objet de travaux de réfection ou de confortement, autant à l’est entre
Bouira et Alger, qu’à l’ouest, en particulier
entre les wilayas de Chlef et Aïn Defla.
Meriem Benchaouia
L’événement
Le Jour D’ALGERIE
Le geste «mémoriel» de Paris pour des massacres inoubliables
Un officiel français
pour commémorer le 8 mai 45
Ph/E. Soraya/J.A.
 Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc
Todeschini, est attendu aujourd'hui en Algérie pour une visite de deux jours, selon un
communiqué de l'ambassade de France à Alger. Le membre du gouvernement français se
rendra à Sétif. «Ce déplacement, qui se déroulera quelques jours avant le soixante-dixième
anniversaire du 8 mai 1945, donnera lieu au premier geste mémoriel effectué devant la stèle
de Saal Bouzid par un membre du gouvernement français s'étant déplacé spécialement à
Sétif à cet effet», lit-on dans le communiqué.
Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat français chargé
des Anciens combattants et de la Mémoire
Par Nacera Chennafi
I
l reste quelques semaines
pour la commémoration du
8 mai 45, une date qui
symbolise une étape douloureuse de l'époque coloniale,
quand les Algériens ont été
réprimés de manière barbare
pour avoir célébré la fin de la
Seconde Guerre mondiale en
faveur des alliés et en croyant à
leur droit de liberté.
Soixante-dix ans après les
massacres du 8 mai 45, l'Etat
français ne reconnaît pas officiellement les crimes coloniaux
en Algérie durant la période de
1830 à 1962, en plus des tentatives de réhabilitation du colonialisme par la loi du 23 février
2005, instituée dans un esprit
saint-simonien, faisant de l'acte
de coloniser une approche civilisationnelle.
Mais aujourd'hui, Paris a
décidé de faire
un geste
«mémoriel» à travers le recueille-
ment d'un membre du gouvernement français devant la stèle
de Saal Bouzid, premier martyr
des massacres du 8 mai 45.
Dans ce cadre, c'est le secrétaire d'Etat français chargé des
Anciens combattants et de la
Mémoire, Jean-Marc Todeschini,
qui est attendu aujourd'hui en
Algérie pour une visite de deux
jours, selon un communiqué de
l'ambassade de France à Alger.
Le membre du gouvernement
français se rendra à Sétif. «Ce
déplacement, qui se déroulera
quelques jours avant le soixantedixième anniversaire du 8 Mai
1945, donnera lieu au premier
geste mémoriel effectué devant
la stèle de Saal Bouzid par un
membre du gouvernement français s'étant déplacé spécialement à Sétif à cet effet», lit-on
dans le communiqué de l'ambassade.
Dans un entretien rendu
public hier par l'APS, le responsable français a indiqué que sa
visite en Algérie s'inscrit dans
une démarche d'«amitié et de
respect» dans le souci d'appréhender la «mémoire commune»
des deux pays, «appelés à se
tourner ensemble vers l'avenir».
M. Todeschini, qui se rendra
à Sétif en compagnie du
ministre des Moudjahidine,
Tayeb Zitouni, a indiqué qu'il
s'agit selon lui à sa connaissance de «la première fois que nous
ferons un geste mémoriel
ensemble. Ce n'est pas rien ! Je
veux y voir un pas supplémentaire dans la collaboration entre
nos deux ministères». «Ce
dimanche, pour la première fois,
à la parole viendra s'ajouter le
geste, traduction concrète de
l'hommage de la France aux victimes et de la reconnaissance
des souffrances infligées», a-t-il
encore ajouté.
Qualifiant ce geste de «fort»
et «très concret», à la veille du
70e anniversaire du 8 mai 1945, il
est revenu sur l'écriture de l'histoire, déclarant : «L'histoire partagée entre la France et l'Algérie
ne s'est pas écrite qu'entre 1954
et 1962, mais aussi sur les
champs de bataille de la grande
guerre et dans les rangs de la
France». Il a précisé qu'«il s'agit
aussi de faire en sorte que sans
rien oublier des victimes, des
drames qui nous ont opposés,
sans renoncer à aucun moment
à honorer leur mémoire, nous
sachions aussi voir ce qui nous
rassemble, ce que nous partageons et qui peut nous aider à
avancer». Le responsable français dira également que l'histoire
entre les deux pays est «multiple
et complexe». «Elle ne se limite
pas à nos affrontements», a-t-il
ajouté, estimant que «c'est cela
qui la rend parfois difficile à
comprendre, mais c'est aussi ce
qui en fait toute la richesse».
Dans sa réponse à une
question sur la reconnaissance
officielle des massacres du 8
mai 1945 à Sétif, il a déclaré que
«cette reconnaissance officielle
a eu lieu, dans des termes très
solennels, lors du discours prononcé par le président Hollande
devant le Parlement algérien le
20 décembre 2012». Le président Hollande avait affirmé en
cette journée que les massacres
de Sétif, Guelma et Kherrata
«demeurent ancrés dans la
conscience des Algériens, mais
aussi des Français. Parce qu'à
Sétif, le 8 mai 45, le jour même
où le monde triomphait de la barbarie, la France manquait à ses
valeurs». M. Todeschini a encore
rappelé que Hollande avait indiqué que «cette vérité, nous la
devons à tous ceux qui par leur
histoire douloureuse veulent
ouvrir une nouvelle page». Mais
aujourd'hui en Algérie, il y a toujours une attente pour une
reconnaissance des crimes
coloniaux et pourquoi pas des
excuses. Il est à noter qu'en
France des voix s'élèvent pour
exiger de l'Etat français sa
reconnaissance de ces crimes
abominables. Ainsi, le Conseil
de Paris interpelle le président
François Hollande à ce que
l'Etat français reconnaisse sa
responsabilité totale dans les
massacres du 8 mai 45.
N. C.
Le prix a baissé de peu
L
Le boycott de la sardine a eu son impact
e prix de la sardine a baissé.
Aujourd’hui, il ne dépasse pas les 600
DA le kilo, a-t-on constaté hier au marché
Clauzel au cen-tre d'Alger.
Au quatrième jour de la campagne, l'appel au boycott lancé le 15 avril par
l'Association de la protection du consommateur et de son environnement (Apoce)
n'a pas eu l'écho espéré. Les caisses de
sardine se sont vidées avant midi. Par
contre, la foule ne se bouscule pas sur les
autres sortes de poissons, a-t-on constaté
hier au marché Clauzel. Le président de
cette association a justifié cet échec par la
triche des vendeurs qui ont mélangé la sardine fraîche à celle congelée. Le prix de la
sardine a donc baissé de peu, puisque
cédée à 800 DA le kilogramme il y a une
semaine, son prix ne dépasse pas aujourd'hui les 600 DA. Mustapha Zebdi, président de l'Apoce, a expliqué qu'aujourd'hui
la balle est dans le camp du consomma-
teur. Il explique que certains consommateurs sont difficiles à persuader. «Les bourgeois sont difficiles à convaincre», ironise-til. L'association considère aussi que son
action est un vrai succès, bien que les
caisses se vident rapidement, a-t-on remarqué. Selon Mustapha Zebdi, président de
l'Association de protection et d'orientation
des consommateurs, le vrai but de l'action
réside pour l'instant dans l'urgence et la
nécessité d'«inculquer au consommateur
algérien la culture du boycott qui a cette
capacité de réguler les prix». «Nous
sommes conscients que pour inculquer
cette culture du boycott, il faut au moins 5
ans de mobilisation», a-t-il assuré. Pour lui,
les prix sur le marché sont pratiqués de
façon anarchique sans aucune traçabilité.
C'est toute la chaîne de production qui est
malade, déplore le président de l'Apoce.
Pour ce qui est de l'action du boycott de la
sardine, selon l'association et dans les dif-
férentes régions du pays, notamment à
Béjaïa, Alger et Tipaza, les prix ont bel et
bien baissé. Les consommateurs qui ne
consommaient plus la sardine vendue à
800 DA le kilo ces dernières années, étaient
nombreux hier à acheter la sardine avant
même la fin de la semaine de boycott prévue sur ce produit. Le prix de la sardine
qu'affichaient les vendeurs de poisson au
marché Clauzel a enchanté plus d'un. Une
femme rencontrée sur place achetant un
kilo de sardine nous a répondu concernant
la campagne de boycott : «Mais de quel
boycott parlez-vous. Je n'en ai jamais
entendu parler. Le prix a baissé autant en
profiter». Un marchand de produits de la
mer nous a expliqué avoir vendu toutes
ses caisses de sardine durant la matinée,
par contre les autres espèces de poisson
se sont moins vendues ce qui l’a poussé à
baisser leur prix.
Thinhinene Khouchi
Dimanche 19 avril 2015
3
LA QUESTION DU JOUR
Théorème
Suite de la page une
C
e qui ne veut pas
dire, cependant,
qu’il ne faut s’attendre à nulle
révision à l’avenir, mais seulement à aucune qui soit
profonde, et qui mériterait
qu’on débatte sur son mode
d’adoption, pour savoir s’il
faut se contenter d’un vote
au Parlement ou s’il faut la
soumettre à l’appréciation
du peuple. Cela dit, le quatrième mandat de Bouteflika
n’est vieux que d’une seule
année. Le moins que l’on
puisse dire est qu’il reste de
la marge pour une révision
quelle qu’elle soit, petite ou
grande. On pourrait s’autoriser de ce grand espace temporel qui s’offre devant nous
pour considérer une fois de
plus que la révision est en
fait quelque chose d’inéluctable, d’autant qu’elle a été
annoncée en bonne et due
forme. Et l’on se tromperait,
une fois de plus. Car contre
cette idée il n’y a pas que
ses reports successifs, au
point que Saadani a fini par
devenir prudent à cet égard,
presque comme quelqu’un
qui aurait jeté sa langue au
chat, ou qui aurait commencé à se désengager d’un terrain moins praticable qu’il
n’y paraît. Il y a aussi qu’on
ignore sur quoi elle doit porter. Le secrétaire général du
FLN lui-même n’a jamais
rien dit sur le contenu de la
révision. Or il existe une
sorte de théorème à ce propos, et qu’on pourrait formuler comme suit : une révision dont on ne peut préciser l’objet n’est pas possible. D’une certaine façon,
il en est d’une révision
constitutionnelle
comme
d’une élection. De même
qu’il n’existe pas de révision
dont on ne sait rien, ni les
candidats ni l’enjeu ni la
date, de même il ne peut
exister de révision dont on
ne sait pas par avance, et
même longtemps à l’avance, sur quoi elle va porter.
Ce théorème a fini par s’imposer à la personne qui
jusque-là était la plus sûre
que révision il y aurait. A ce
point sûre qu’elle la voyait
imminente par moments.
Amar Saadani ne peut pas
en réalité être sûr de
quelque chose dont il ignore
le premier mot. A son point
de vue, il revient au même
de se mettre à douter de
l’existence de la chose ellemême et de continuer à ne
pas savoir le moment de sa
réalisation.
M. H.
Actuel
Jeudi
3 avril
Dimanche
192014
avril 2015
Sahara occidental
Messahel rappelle
à Madrid la
position de l'Algérie
LE MINISTRE délégué, chargé
des Affaires maghrébines et
africaines, Abdelkader
Messahel, a rappelé la position
de l'Algérie vis-à-vis de la question du Sahara occidental, mettant en exergue le soutien au
droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, lors d'une visite de deux jours effectuée en
Espagne et achevée vendredi.
Au terme de son séjour à
Madrid, lors duquel il a eu plusieurs rencontres, M. Messahel
a fait part des questions régionales abordées avec les responsables espagnols notamment celle relative au Sahara
occidental. «Nous avons également abordé (...) certaines
questions régionales notamment celle du Sahara occidental», a déclaré le ministre. «La
position de l'Algérie, a-t-il dit,
repose sur trois points fondamentaux : le droit du peuple
sahraoui à l'autodétermination –
qui ne peut se faire que par un
référendum –, la préservation
des richesses du territoire du
Sahara occidental qui est un
‘’territoire non autonome’’, et
l'ONU est très claire, à travers
sa charte, sur la protection des
richesses de ce genre de territoires», a indiqué M. Messahel.
Le troisième aspect de la position de l'Algérie, dans le cadre
de ce dossier, concerne l'obligation de «la protection et du
respect des droits de l'homme
dans les territoires occupés».
«Il y a eu des échanges intéressants entre nous et les parties
espagnoles sur le dossier du
Sahara occidental», a affirmé
M. Messahel, rappelant que
«ces échanges ont eu lieu à la
veille de l'examen par le
Conseil de sécurité de la question sahraouie ainsi que de
l'examen du rapport du secrétaire général de l'ONU et l'adoption d'une résolution sur ce
conflit», a précisé M. Messahel.
L'Espagne est membre du
Conseil de sécurité et fait partie
du groupe des Amis du Sahara
occidental. Lors de sa visite en
Espagne, M. Messahel a rencontré le secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères,
Ignacio Ybanez, le chef de la
diplomatie espagnole, José
Manuelles Garcia Margallo et
les membres de l'Institut royal,
Think Thank El Cano. Les
recherches du Think Thank El
Cano se focalisent sur des
thèmes et zones géographiques. Il s'intéresse notamment à l'Europe, l'Amérique latine, la Méditerranée et le
monde arabe. El Cano traite
également des sujets relatifs à
la sécurité, la coopération internationale, le développement et
du terrorisme international. M.
Messahel était également l'invité de Casa arabe, où il a donné
une conférence sur le thème :
l’«Algérie et la sécurité régionale». La visite de M. Messahel
intervient, rappelle-t-on, à la
veille de la tenue de la sixième
session de la réunion bilatérale
de haut niveau entre l'Algérie et
l'Espagne. «Ma visite s'inscrit
également dans le cadre de la
préparation de ce rendezvous», a indiqué M. Messahel.
Hani Y.
Le Jour D’ALGERIE
Bouchouareb pour un partenariat stratégique entre Algérie et Allemagne
Donner corps
au slogan «gagnant-gagnant»
 Au terme de sa visité effectuée à Berlin dans le cadre de la 5 session de la Commission
économique mixte algéro-allemande, le ministre de l'Industrie a plaidé pour un partenariat
stratégique entre les deux pays.
e
Ph/B. Mehdi/J.A.
4
Par Yasmine Ayadi
Abdeslam Bouchouareb, a plaidé vendredi à Berlin pour «un
partenariat stratégique» entre les
deux pays. «Notre objectif fondamental commun devra converger
vers la concrétisation des aspirations et attentes des opérateurs
économiques de nos deux
nations et mettre en valeur les
potentialités que recèlent nos
économies pour bâtir un partenariat de choix, un partenariat stratégique», a déclaré
M. Bouchouareb. «S'il y a un défi
que nous devons nous donner
dès à présent et sans hésiter,
c'est bien celui de transformer la
présence économique (allemande en Algérie) en investissements
directs», a-t-il encore plaidé lors
de cette rencontre qu'il a co-présidée avec son homologue allemand, le secrétaire d'Etat au
ministère fédéral de l'Economie
et de l'Energie, Matthias
L
es rencontres de partenariat se succèdent et
se ressemblent, laissant les conclusions
loin des objectifs espérés. Les
visites diplomatiques comme les
forums économiques ne jurent
que par «le gagnant-gagnant». si
les conclusions tardent à se
concrétiser et apporter leurs
résultats, les plaidoyers et ambitions sont répétés comme un
refrain nécessaire pour chaque
coopération et partenariat dont
l'équation «gagnant-gagnant» est
difficile à concrétiser du côté
algérien surtout. Un partenariat
de plus est signé entre l'Algérie
et l'Allemagne à la clôture de la
5e session économique algéroallemande qui s'est tenue les 15
et 16 avril à Berlin. Le ministre de
l'Industrie et des Mines,
Machnig. Il a relevé que «les
entreprise allemandes ne
devraient plus hésiter à venir
investir en Algérie» car «toutes les
appréhensions doivent disparaître pour ne laisser place qu'à la
confiance». Après avoir abordé
les aspects institutionnels de la
coopération économique bilatérale, M. Bouchouareb a passé en
revue le volet relatif aux entreprises, notamment l'état d'avancement des partenariats. Se félicitant de la qualité de la coopération avec les partenaires allemands, M. Bouchouareb a indiqué que ces partenariats, notamment dans l'industrie mécanique,
ont commencé à apporter leurs
premiers résultats, notamment à
Rouiba et à Constantine. D'autres
secteurs ont été identifiés
comme potentiellement porteurs
d'intérêts pour des investissements structurants à l'instar de la
métallurgie, la sidérurgie, les
technologies et les mines. A ce
propos, le ministre a exprimé l'intérêt de l'Algérie pour l'expertise
allemande ainsi que pour la formation professionnelle et l'apprentissage. La cinquième
Commission mixte algéro-allemande s'est soldée par la signature du procès-verbal consignant
le bilan des relations bilatérales
dans plusieurs secteurs de
coopération et traçant la feuille
de route des prochaines étapes.
Les deux parties ont convenu de
tenir la 6e session de la
Commission mixte algéro-allemande en 2016 à Alger. Plus de
120 opérateurs, dont 80 allemands, ont participé aux rencontres d'affaires (B to B), organisées en trois ateliers : partenariat industriel, énergie et enfin
logistique et infrastructures de
services.
Y. A.
35 anniversaire du Printemps berbère à Béjaïa
e
Le bilan de la recherche scientifique en tamazight en débat
U
ne série de communications sera animée par d'imminents professeurs et
chercheurs à l'occasion de la commémoration du 35e anniversaire du Printemps amazigh à Akbou, sur l’initiative de l'association
étoile culturelle. Ces communications seront
animées la journée du 20 avril et porteront
sur le thème de «La recherche scientifique
dans le domaine amazigh : quelle avancée
depuis 1980». Elles seront animées respectivement par Nacib Yousef, sociologue algérien, spécialiste de la littérature amazighe, Dr
en lettres et sciences humaines à la
Sorbonne ; Ramdane Ouahes (Aït
Mensour), Dr en sciences, ancien
Professeur de chimie à l'Université d'Alger,
ancien directeur de recherche associé au
CNRS, à l'université Paris VI. D'autres professeurs participeront aussi à cette table
ronde, dont Mme Farida Aït Ferroudk, anthro-
pologue et poétesse ; Mohamed Djellaoui,
professeur, écrivain chercheur, spécialiste
de la littérature amazighe, doyen de la faculté des lettres à l'université de Bouira ;
Mohamed Mahrazi, Dr en linguistique amazighe, chef de département de langue et culture amazighes à l'université de Bouira. Les
activités de commémoration du double
anniversaire du Printemps berbère et
Printemps noir de cette année se traduiront
par des portes ouvertes sur le département
de tamazight de l'université de Bouira. Une
exposition aura lieu, à l'occasion, dans le
hall du centre culturel de la ville et représentera des œuvres, thèses et mémoires de fin
d'études des étudiants du département de
tamazight de Bouira. Une vente-dédicace
de livres a eu lieu hier à l'ouverture. La 2e
journée sera dédiée à la poésie : un récital
poétique sera psalmodié par des poètes de
renom dans la région, en l'occurrence Malek
Houd, Boualem Messouci, Boualem Chekri,
Malek Sid Abdelkader, Chérif Aït Mekourta,
Mourad Agchariou… Pour terminer cette
manifestation, une soirée artistique sera animée par l'association Agraw de Chemini
avec une chorale et une pièce théâtrale intitulée «Alaxart yeddran» de la troupe «Tilawt».
«L'objectif de ce partenariat permettra encore une fois de tisser des liens de travail, de
mutualisation des ressources et de la promotion des travaux de recherche de ce
département réalisés par des étudiants en
formation», souligne-t-on. Et d'ajouter :
«Cette action permettra également de fédérer les différentes énergies cognitives et
montrera l'importance que peuvent jouer les
associations comme relais entre l'université
et les citoyens».
H. Cherfa
Economie
Le Jour D’ALGERIE
Dimanche 19 avril 2015
5
18 édition du 3 au 7 mai à Alger
e
1 200 exposants dont 640 étrangers au Batimatec
 La 18 édition du Salon international du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics «Batimatec
2015» se déroulera du 3 au 7 mai prochain, au Palais des expositions des Pins maritimes à Alger,
indique un communiqué de la Société Batimatec Expo.
e
Ph/DR
Par Anis Gh.
O
rganisée par la
Société Batimatec
Expo en partenariat
avec la Société algérienne des foires et exportations
(Safex), cette nouvelle édition
accueillera quelque 1 200 exposants dont 640 étrangers venus
de 26 pays, a-t-on ajouté.
L'édition de 2015 verra aussi la
présence de nouveaux pays tels
que l'Afrique du Sud, la Russie,
la Serbie et la Malaisie, aux côtés
des participants habituels, à
savoir la Turquie (163 entreprises), la Chine (103 entreprises), l'Espagne (90 entreprises), l'Italie (82 entreprises) et
la France (67), selon les organisateurs. Cette rencontre qui
durera cinq jours s'étalera sur
une surface globale de plus de
44 000 m2, et abritera des jour-
Accord de libre-échange
USA-UE
Obama plaide
pour «des progrès
importants»
LE PRÉSIDENT Barack
Obama a plaidé pour que les
négociations sur l'accord de
libre-échange entre les EtatsUnis et l'Union européenne, dit
«TTIP», avancent de façon
accélérée cette année, lors
d'une conférence de presse
avec le Premier ministre italien,
Matteo Renzi. «Maintenant
que le Congrès examine une loi
soutenue par des élus des
deux partis, les négociations
sur le TTIP doivent accomplir
des progrès importants cette
année», a déclaré vendredi
Barack Obama à la MaisonBlanche. Le président américain faisait allusion à une proposition de loi dévoilée jeudi et
qui sera examinée prochainement au Congrès. Si elle était
adoptée, elle mettrait en place
un mécanisme pour que les
élus américains se prononcent,
en un seul vote en bloc et sans
possibilité d'amendement, sur
tout accord commercial conclu
d'ici à 2018 entre Washington
et l'UE, ou avec 11 pays de la
région Asie-Pacifique (Australie,
Brunei, Canada, Chili, Japon,
Malaisie, Mexique, NouvelleZélande, Pérou, Singapour,
Vietnam). Le premier accord
bénéficiant de cette procédure
accélérée serait celui négocié
avec la région Asie-Pacifique,
nommé TPP (Trans-Pacific
Partnership), a dit Barack
Obama. «Les marchés en plus
forte croissance se trouvent en
Asie. Si nous ne contribuons
pas à l'élaboration des règles
pour que nos entreprises et
nos travailleurs puissent être
compétitifs dans ces marchés,
alors la Chine écrira des règles
qui avantageront les entreprises
et travailleurs chinois», a justifié
Barack Obama.
R. E.
nées techniques et des conférences-débats axées sur la valorisation et la promotion de la
production nationale. La première journée de ce cycle de conférences sera réservée au ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et
de la Ville et portera sur la présentation de communications,
notamment sur la valorisation et
la promotion de la production
nationale et l'industrialisation du
bâtiment. La deuxième journée
du salon sera axée sur l'implica-
tion de la corporation des architectes, des urbanistes algériens
et de leurs invités respectifs.
Placée sous le thème «du développement et de l'efficacité
constructive», la journée focalisera sur l'efficacité énergétique
dans le bâtiment et la réhabilitation. Une cérémonie de remise
de trophées à des jeunes architectes est également au programme de cette journée. La troisième et dernière journée sera
consacrée aux industries des
matériaux
de
construction
comme les bétons prêts à l'emploi (BPE), et l'industrie algérienne des terres cuites (briques,
procédés d'extrusion, contrôle
de qualité, la préparation et l'isolation). Parmi les participants
figurent notamment des dirigeants d'entreprises, des responsables institutionnels, des
décideurs et des experts.
Batimatec 2015 constitue un carrefour d'échanges d'informations, d'expertises et de présentation de nouveaux équipements
et matériaux du secteur. A. Gh.
Télécommunications
L
Algérie Télécom signe un accord avec Sonatrach
e groupe Sonatrach et la compagnie
Algérie Télécom ont signé une convention-cadre pour la mise à disposition des
infrastructures en télécommunications permettant, entre autres, le passage des câbles
de télécommunications dans les canalisations de transport des hydrocarbures, a
annoncé Sonatrach dans un communiqué.
Le document a été signé par Saïd Sahnoun
et Azouaou Mehmel, respectivement P-dg de
Sonatrach et d'Algérie Télécom. La conclusion de cette convention permettra notamment de régulariser la situation d'utilisation
par Algérie Télécom des moyens et supports
de Sonatrach, de sécuriser et de fiabiliser le
réseau des télécommunications de ce groupe pétrolier et de se conformer à la réglementation en vigueur au niveau national
dans le domaine des télécommunications.
Dans ce sens, la convention tend à fixer les
conditions générales techniques et financières par lesquelles ces deux sociétés
publiques s'accordent la prise en charge
mutuelle des prestations de mise à disposition des liaisons spécialisées (bande passante) et fibres noires pour l'interconnexion de
leurs sites, souligne le communiqué. Il s'agit
aussi de la colocation des espaces dans les
sites techniques pour l'hébergement des
équipements de télécommunications, le droit
de passage des câbles de télécommunications dans les canalisations de transport des
hydrocarbures de Sonatrach. Par ailleurs,
cette convention permettra de réduire la fracture numérique en facilitant l'accès internet
haut et très haut débit, GSM, 3G et la 4G LTE,
et ce, notamment dans le sud du pays.
Salem K./APS
7e Forum mondial de l'eau
L
Adoption d'une feuille de route internationale
a septième édition du
Forum mondial de l'eau
s'est achevée vendredi après
six jours de débats et
d'échanges par l'adoption d'une
feuille de route internationale
pour améliorer l'accès à l'eau à
travers toute la planète. Placé
sous le slogan «l'eau pour notre
avenir», le septième Forum
mondial de l'eau a réuni plus de
30 000 visiteurs venus de 168
pays. En outre, les chefs des
délégations se sont engagés à
poursuivre le dialogue et débat
pour mettre l'eau au cœur des
politiques de développement. A
cet effet, la feuille de route
adoptée à l'issue du Forum
constitue un réel engagement
politique qui ouvre la voie pour
le huitième Forum mondial de
l'eau qui aura lieu à Brasilia en
2018. «Il s'agit de la première
fois qu'un engagement formel a
été signé lors du Forum mondial
de l'eau pour assurer une action
appropriée», s'est félicité le
Conseil mondial de l'eau dans
un communiqué distribué à la
presse à l'issue de l'évènement.
Cette feuille de route constitue
«une ressource-prête à l'emploi
pour les gouvernements» car
elle prend en charge tous les
aspects liés au financement
des infrastructures, la sécurité
alimentaire, le développement
durable et la gouvernance, a
souligné le CME, ajoutant que
l'évolution de ce document peut
être suivie en ligne pour assurer
la transparence et la responsabilité pour les actions. «Les
engagements pris lors du 7e
Forum seront menées à New
York comme une contribution
majeure à l'adoption des objectifs de développement durable
sur l'eau», a-t-on affirmé. En
outre, le principal objectif de ce
Forum triennal avait été mis en
exergue dès le début de l'événement lorsque les dirigeants
politiques, officiels gouvernementaux et experts de plus de
100 pays avaient adopté une
déclaration conjointe soulignant l'importance des questions liées à l'eau et promettant
des efforts conjoints pour faire
face au changement climatique. L'événement de cette
année, qui s'est déroulé à
Daegu et Gyeongju, a également abordé les aspects scientifiques et technologiques des
questions liées à l'eau. La
volonté de partager les technologies de pointe avec les pays
en voie de développement a
été ainsi relevée dans les
diverses sessions auxquelles
ont participé des milliers d'experts venus des quatre coins
du monde.
H.C./APS
Aidé par un dollar affaibli
L'
or est resté stable cette semaine, soutenu par un dollar quelque peu affaibli
par des indicateurs américains décevants, ce
qui pourrait repousser l'échéance d'une
hausse des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) dans les prochains mois. Le
métal jaune est tombé mardi à son plus bas
niveau en deux semaines, à 1 184,03 dollars
l'once, mais s'est ensuite repris, s'échangeant autour du seuil psychologique de
1 200 dollars l'once. La relative faiblesse du
dollar a redonné le moral aux férus de
métaux précieux, selon plusieurs analystes,
même si l'or peine à rebondir fermement. Le
billet vert a été lesté cette semaine par des
L'or se stabilise
indicateurs américains décevants. Or, un dollar faible a tendance à rendre les matières
premières libellées dans cette monnaie plus
attrayantes pour les acheteurs munis
d'autres devises. Le dollar s'était fortement
apprécié ces derniers mois grâce aux anticipations d'un relèvement des taux d'intérêt
américains restés proches de zéro depuis
plus de six ans. L'argent a suivi le métal jaune
dans son sillage, et a atteint mardi son minimum en deux semaines, à 16,00 dollars l'once. Du côté des platinoïdes, le palladium
s'est nettement repris en début de semaine,
grimpant lundi à son plus haut niveau en un
mois. Le platine a, quant à lui, poursuivit sa
stabilisation. La hausse des ventes de voitures en Europe devrait soutenir les cours de
ces métaux utilisés dans l'industrie automobile pour la fabrication de pots catalytiques,(ont augmenté de 10,6% en mars.
Sur le London Bullion Market, l'once d'or a
terminé à 1 203,35 dollars vendredi au fixing
du soir, contre 1 182,75 dollars le vendredi
précédent. L'once d'argent a clôturé à 16,36
dollars, contre 16,30 dollars il y a sept jours.
Sur le London Platinum and Palladium
Market, l'once de platine a fini à 1 161 dollars,
contre 1 205 dollars sept jours plus tôt.
L'once de palladium a terminé pour sa part
stable à 777 dollars.
F.G./ agence
Régions
Le Jour D’ALGERIE
Dimanche 19 avril 2015
9
Oran
760 millions DA de créances
à recouvrer par l’OPGI
Par Farid K.
«N
ous utilisons tous les
moyens à notre disposition pour recouvrer ces créances allant jusqu’au
porte à porte et utilisant même
les mises en demeure», a indiqué Mohamed Djebli, signalant
qu’en 2014 plus de 750 locataires de l’OPGI ont été poursuivis en justice pour cumul de
loyers non payés. Si le montant
des loyers impayés est important, un calendrier de remboursement s’étalant sur plusieurs
mois, voire une année, est proposé au locataire pour régler ses
dettes auprès de l’Office, a-t-il
ajouté. Après l’intervention d’un
huissier de justice et une ultime
mise en demeure, les locataires
récalcitrants sont estés en justice et se voient signifier, sous
délai, de régler les loyers
impayés, au risque, parfois, de
se voir expulsés des logements
qu’ils occupent, a-t-il encore
indiqué. Cependant, la tâche
n’est pas aisée pour l’OPGI, qui
gère un important parc de logements disséminés à travers les
26 communes de la wilaya
d’Oran. A travers ses 12 unités
sises au niveau d’Oran (5), Bir El
Djir (2), Es-Sénia (1), Aïn El-Turck
(1), Gdyel (1), Arzew (1) et
Bethioua (1), l’OPGI gère un
parc de plus de 35 000 logements et près de 1 800 locaux
commerciaux, selon un bilan
dressé en janvier 2015. En plus
de campagnes périodiques pour
sensibiliser les locataires sur des
facilités de paiement des loyers,
l’office offre la possibilité aux
locataires installés avant janvier
2004 d’être propriétaires de
leurs logements, a-t-il rappelé.
Colloque en mai
sur le vieux quartier
de Sid El Houari
Le vieux quartier de Sidi El
Houari constituera le thème
générique d’un colloque prévu
les 17 et 18 mai prochain à Oran,
à l’occasion de la célébration du
mois du patrimoine, a-t-on
Ph.>D. R.
 L’Office de promotion et de gestion
immobilière de la wilaya d’Oran détient
760 millions DA de créances impayées
jusqu’au mois de mars 2015, a-t-on appris du
sous-directeur de l’OPGI.
appris des organisateurs. Cette
rencontre, qu’abritera le département des sciences et de la communication de l’université
d’Oran, intervient après la désignation d’un secteur protégé
dans ce quartier historique par
décret exécutif paru au Journal
officiel. Initié en collaboration
avec l’université d’Oran AhmedBenbella, ce colloque vise à sensibiliser les Oranais sur l’importance de la création d’un secteur
protégé et impliquer tous les
acteurs au service du «vieil
Oran» et sa préservation, selon
la même source. Le programme
de ce colloque, auquel prendront part des chercheurs intéressés par le patrimoine et l’histoire d’Oran, comporte des
thèmes abordant, entre autres,
une approche ethnographique
de hai Sidi El Houari, l’histoire
du vieux quartier et écritures historiques, la dimension esthétique et touristique du quartier,
l’image de hai Sidi El Houari et le
vieux quartier dans les œuvres
littéraires
et
cinématogra-
Ouargla
U
Projet de plan de prévention
contre les incendies des palmeraies
n plan de prévention contre les incendies de palmeraies sera mis au point
cette année dans les régions du Sud, a fait
savoir, à Ouargla, le sous-directeur chargé
des statistiques à la direction générale de la
Protection civile (PC).
S’exprimant en marge d’un regroupement
régional, dans le cadre de la préparation de
la campagne de lutte contre les incendies de
palmeraies, Farouk Achour a indiqué que ce
plan «traduit l’intérêt accordé par la PC à
l’élaboration, en coordination les autres parties concernées (agriculture et forêts), d’une
stratégie à même de faire face et de prévenir
le phénomène et ses répercussions négatives sur l’économie nationale».
Le même responsable a fait avoir, à ce
titre, qu’un patrimoine d’au moins 17 014 pal-
miers productifs a été ravagé l’année dernière par les flammes, à travers les différentes
régions phœnicicoles du sud du pays. Il a fait
état, par ailleurs, d’un programme à concrétiser cette année et consistant en la création
d’un réseau Intranet reliant les différentes
unités de la PC à leur direction générale, en
vue de fluidifier et d’échanger les données et
informations et prendre ainsi les décisions
appropriées en temps réel. Le chef de service chargé de la prévention à la direction de
la PC de la wilaya de Ouargla a signalé, de
son côté, que les feux de palmeraie, enregistrés l’an dernier à travers la wilaya, ont causé
la destruction de 3 317 palmiers, en légère
baisse par rapport à l’année l’ayant précédée
et marquée par la perte de 3 406 palmiers.
Belkacem Ghrissi a ajouté que 515 inter-
ventions ont été effectuées l’année dernière
par les éléments de la PC de la wilaya pour
venir à bout des incendies qui s’étaient
déclarés dans diverses palmeraies de la
wilaya. Mis sur pied par la direction générale
de la PC, ce regroupement régional, auquel
ont pris part des directeurs centraux de la PC
et les directeurs de huit wilayas de ce corps
(Ouargla, El-Oued, Biskra, Ghardaïa, Adrar,
Béchar, Tamanrasset et Illizi), a porté sur
l’examen de trois axes liés notamment aux
dispositifs de prévention et de lutte contre les
feux de palmeraie, les voies d’intervention au
plan organisationnel, ainsi que les équipements et moyens mobilisés dans la lutte
contre les feux de palmeraie.
A.O./APS
Programme des 100 locaux par commune
A
1 200 sur les 6 000 locaux sont exploités à Batna
u total, 1 242 locaux commerciaux sur les 6 081 réalisés à Batna dans le cadre du
programme des 100 locaux par
commune sont «effectivement
exploités», a indiqué le directeur
du commerce, Abdelatif ElAïchaoui.
Cette situation s’explique par
l’implantation d’un grand nombre de ces locaux sur des sites à
faible potentiel commercial, le
non-aménagement des alentours immédiats de certains
commerces et, parfois, leur
«inadaptation aux activités des
bénéficiaires», a indiqué ce responsable qui a estimé à «moins
d’une centaine les locaux non
raccordés aux divers réseaux».
A fin 2014, seuls 987 locaux
étaient exploités, a encore fait
savoir M. El Aïchaoui, estimant
que ce chiffre est appelé à aug-
menter grâce aux actions de
sensibilisation menées conjointement par la direction du commerce, l’inspection de wilaya et
les communes.
Cette sensibilisation a été précédée de visites d’inspection
menées par la direction et l’inspection du commerce, en application des instructions du wali
pour les 4 839 locaux fermés
«pouvant conduire à l’annulation
des arrêtés d’attribution. Vingt
parmi ces locaux, situés à
Kouchbi dans la commune
d’Ouled
Si
Slimane,
ont
d’ailleurs été transformés en
annexes de l’administration locale, tandis qu’à Barika certains
locaux ont été aménagés en
groupes scolaires ou en salles
de soins.
L.B.
phiques. Il prévoit une série de
communications sur les coutumes et traditions à hai Sidi El
Houari, les monuments islamiques à hai Sidi El Houari, les
technologies modernes de promotion des sites archéologiques
et les modalités d’élaboration du
plan permanent de conservation
et de valorisation du secteur protégé de hai Sidi El Houari. Hai
Sidi El Houari, qui constitue un
noyau essentiel de la ville
d’Oran, recèle plusieurs sites
archéologiques suscitant l’engouement des touristes dont 14
sites classés monuments nationaux témoins de différentes
époques historiques qui se sont
succédé dans la capitale de
l’ouest algérien.
F.K. /APS
Mostaganem
5e Salon
international de
la pomme de terre
du 4 au 6 mai
LE CINQUIÈME Salon
international de la pomme de
terre «Batatis 2015» de
Mostaganem sera organisé du
4 au 6 mai prochain, a-t-on
appris du directeur de la
manifestation. Ce rendez-vous
économique verra la
participation de plus de 100
exposants dont des opérateurs
nationaux et des producteurs
de semences de pomme de
terre de France, Hollande,
Espagne et Italie, outre 30
autres exposants spécialisés
dans le matériel agricole, a
indiqué Mahi Omar. L’objectif
de cette manifestation, devenue
annuelle, est de faire connaître
différentes variétés de pomme
de terre et leurs semences et
les techniques modernes
utilisées dans cette filière
agricole, ainsi que l’échange
d’expériences entre opérateurs
locaux et étrangers. Une
exposition de différentes
variétés de ce tubercule et des
semences produites dans
différentes wilayas du pays est
prévue au titre de ce salon qui
sera abrité par le village de
Menasria dans la commune de
Oued El Kheir. Des
communications sur les
modalités de production, de
traitement et d’utilisation
d’engrais sont programmées
pour la circonstance, de même
que des sorties à des
exploitations agricoles de la
région. Le Salon international
de la pomme de terre est initié
par la société d’expositions
agricoles «HM.com» en
collaboration avec la chambre
nationale d’agriculture et la
direction des services agricoles
(DSA) de Mostaganem.
F.T.
10
Maghreb
Dimanche 19 avril 2015
Le Jour D’ALGERIE
Libye
Sahara occidental
Le prisonnier
politique
Abdelkhalek
El Merkhi
entame une
grève de la
faim
Vingt et un morts dans
des combats près de Tripoli
 Au moins 21 personnes ont été tuées dans des combats près de Tripoli vendredi, ont indiqué
des sources militaires, tandis que les délégations des deux Parlements rivaux libyens
négociaient sous l’égide de l’ONU au Maroc pour mettre fin aux violences.
Ph. : DR
Par Salim O.
D
es forces du gouvernement reconnu par la communauté internationale ont
affronté des combattants de la
coalition de milices Fajr Libya à
Tajoura, à 30 km de la capitale
libyenne. Les forces du gouvernement avaient attaqué le camp de
la coalition, dans une nouvelle
tentative destinée à reprendre le
contrôle de Tripoli. «Quatorze soldats, quatre combattants de Fajr
Libya et trois femmes ont été tués
aujourd’hui à Tajoura», a dit à
l’AFP une source militaire progouvernement, ajoutant que les
femmes avaient été tuées accidentellement par des tirs de
roquettes. «Vingt-quatre autres
personnes ont été blessées», a-t-il
ajouté, sans préciser le camp auxquelles elles appartenaient. Un
porte-parole de Fajr Libya à
Tripoli, Mohamad Shami, a confirmé l’affrontement mais donné un
bilan plus élevé du côté des
forces du gouvernement reconnu.
«Trente-deux membres des forces
à l’origine de l’attaque ont été
tués», a-t-il déclaré.
«Fajr Libya exerce un contrôle
intégral sur Tajoura. Il y a des combats mineurs près d’un camp
appelé camp 101 où sont encore
présents quelques attaquants qui
sont encerclés par les forces de
Fajr Libya», a-t-il poursuivi. Une
deuxième source pro-gouvernement internationalement reconnu
a dit à l’AFP qu’il y avait «des
combats intenses en cours dans
le secteur de Tajoura, avec l’appui
de nos forces aériennes qui
mènent des frappes». Le pays a
deux gouvernements et
Parlements depuis que la coalition de milices s’est emparée de
Tripoli en août et que le gouvernement reconnu s’est replié à l’est
du pays.
Après deux premières sessions en mars, les négociations
entre les deux Parlements libyens
rivaux ont repris jeudi dans la station balnéaire de Skhirat, près de
Rabat, sous l’égide de l’émissaire
onusien Bernardino Leon. L’ONU
a indiqué qu’elle tentait de rapprocher les points de vue entre les
deux Parlements, après avoir reçu
leurs remarques sur son projet de
gouvernement d’union nationale.
Depuis le renversement et la mort
du numéro un libyen Mouammar
Kaddafi en 2011 à la suite d’un
soulèvement puis d’une interven-
tion militaire de la France, de la
Grande-Bretagne et des EtatsUnis, la Libye est le théâtre de
luttes incessantes entre factions
rivales.
La stabilité, seule
solution à la crise des
migrants en Méditerranée
Le Premier ministre italien
Matteo Renzi a réagi aux récents
naufrages de migrants en
Méditerranée en affirmant que le
problème ne pourrait être résolu
sans une stabilisation de la situation en Libye.
«C’est une mer, pas un cimetière», a déclaré Matteo Renzi, lors
d’une conférence de presse avec
le président Barack Obama à la
Maison-Blanche. «La seule solution est la paix et la stabilité des
institutions libyennes».
Evoquant la situation sécuritaire, le Premier ministre italien a
martelé que tous les pays de la
région étaient concernés. «Nous
devons aussi avoir pleinement
conscience du fait que le travail à
faire concerne la Libye mais aussi
toute l’Afrique, et je dirais, le
monde entier», a-t-il dit. A ses
côtés, le président Barack Obama
a rappelé l’inquiétude américaine
face à l’établissement de zones
contrôlées par des groupes «terroristes».
«L’EI (groupe Etat islamique,
Daech) veut très explicitement
exploiter le chaos en Libye pour
installer une partie de ses
hommes là-bas», a dit le président
américain. «La coordination avec
l’Italie et d’autres partenaires-clés
va être très importante. Nous ne
pourrons pas résoudre le problème avec quelques frappes de
drones ou quelques opérations
militaires».
S.O./ Agence
Tunisie
Plus de 12 mille individus empêchés de rejoindre
des mouvements radicaux
L
ors d’une séance d’écoute avec la commission de législation générale à l’ARP, le
ministre de l’Intérieur, Néjem Gharsalli, a
dévoilé que 1 084 individus ont été arrêtés et
traduits devant la justice depuis le début de
l’année 2015 pour des affaires liées au terrorisme.
158 individus ont par ailleurs été arrêtés
après l’attaque terroriste du Bardo. Le ministre
a aussi dévoilé que plus de 12 000 personnes
ont été empêchées de partir vers les zones de
conflits depuis le mois de mars 2013. Le
ministre de l’Intérieur a, en effet, confirmé que
les autorités tunisiennes ont interdit plus de 12
mille Tunisiens de rejoindre les rangs des
organisations islamistes en étranger, et ce
depuis le mois de mars 2013. Il a ajouté lors
d’une déclaration, que le ministère a interdit
à 12 490 Tunisiens de voyager vers les zones
de tension et de conflits. D’autre part, le
ministre de l’Intérieur a souligné que dans la
première moitié de l’année 2015, près de 1
000 personnes ont été renvoyées aux tribunaux après avoir rejoint des groupes terroristes. Néjem Gharsalli a aussi déclaré que
l’opération sécuritaire de Sidi Aich a frappé le
groupe terroriste Okba Ibn Nefaa dont les
membres vont se diviser. De retour sur les préparatifs de son ministère, Néjem Gharsalli a
assuré que des équipements seront acquis
pour une somme de 53 millions de dinars. Un
système de surveillance vidéo sera placé dans
différentes régions du pays pour un coût de
6.5 millions de dinars, des voitures blindées
acquises pour 41.7 millions de dinars et de
nouveaux hélicoptères achetés pour la somme
de 25 millions de dinars.
Le blogueur Yassine Ayari libéré
Le blogueur tunisien Yassine Ayari,
condamné à six mois de prison ferme pour
«atteinte à l’armée» a été libéré jeudi.
L’annonce a été faite, hier, par son frère. En
Tunisie, le blogueur Yassine Ayari, emprisonné
depuis plusieurs mois, a été libéré. La famille
du jeune homme avait demandé sa libération
«il y a une dizaine de jours à la justice parce
qu’il a purgé plus de la moitié de sa peine, n’a
pas d’antécédent judiciaire et s’est bien
conduit en prison», a déclaré son frère Moutiaa
Ayari. Précédemment refusée par le parquet,
sa libération a eu lieu dans la nuit de jeudi. Le
blogueur Yassine Ayari a vu sa peine réduite à
six mois au lieu d’un an, le 3 mars dernier. «Il a
été condamné lors d’un premier procès par
contumace, le 18 novembre dernier, à trois ans
de prison pour avoir diffamé des officiers et
cadres du ministère de la Défense, publié des
rumeurs pouvant provoquer la confusion chez
les unités militaires et accusé des responsables d’infractions financières et administratives sans présenter de preuves», selon ses
avocats. Interpellé en décembre à son retour
de Paris, puis transféré vers une prison près
de Tunis, il avait fait opposition au jugement et
avait vu sa peine réduite à un an en janvier,
avant que la cour d’appel militaire ne décide
de réduire sa peine à 6 mois. Pour le blogueur,
son procès «est un règlement de compte, une
mascarade». Yassine Ayari était un activiste
sous le régime de Zine El Abinine Ben Ali. Il est
également le fils d’un colonel de l’armée, tué
en mai 2011 dans des affrontements avec un
groupe de djihadistes. Son arrestation avait
suscité une vague d’indignation en Tunisie,
particulièrement auprès des associations de
droits de l’Homme.
Lamia F. / APS
LE PRISONNIER
politique sahraoui
Abdelkhalek El Merkhi a
entamé jeudi, depuis sa
cellule à la prison
marocaine d’Ait Meloul,
une grève de la faim pour
protester contre les
conditions inhumaines, a
indiqué le bureau
exécutif du Collectif des
défenseurs sahraouis des
droits humains (Codesa).
Le prisonnier politique
sahraoui a entamé sa
grève de la faim de sa
cellule à la prison d’Ait
Melloul, pour protester
contre les dures
conditions et la privation
de ses droits légitimes
aux visites familiales, à la
communication avec le
monde extérieur et à un
procès équitable,
garantis par les
conventions
internationales des droits
de l’homme, a ajouté la
même source. Il convient
de rappeler que
Abdelkhalek El Merkhi a
été arrêté pour sa
participation à plusieurs
manifestations pacifiques
réclamant le droit à
l’autodétermination et
l’indépendance du
peuple sahraoui.
L’université de
Mostaganem
accueille des
journées d’étude
L’université de
Mostaganem a organisé
des journées d’étude
ouvertes sur la culture
sahraouie, en présence
des étudiants
universitaires ainsi que
des représentants des
composantes de la
société civile algérienne
et sahraouie. Les
journées d’étude sur la
culture sahraouie ont
débuté dans le
département des
sciences de la
communication et de
l’information à Université
Abdelhamid-Ibn-Badis.
La cérémonie d’ouverture
a été suivie par le
Secrétaire général de
l’Union des étudiants
sahraouis (Uesario),
Moulay Ahmahamad
Brahim, le consul
sahraoui à l’ouest
algérien, Musa Selma, le
vice-doyen de l’Université
de Mostaganem en
charge des études,
Ahmed Al-Hawwari
Ramy G./ SPS
12
Monde
Dimanche 19 avril 2015
Le Jour D’ALGERIE
Afghanistan
33 morts dans un attentat-suicide
devant une banque
I
l s'agit de l'attentat le plus
sanglant dans le pays
depuis novembre alors
qu'un kamikaze s'était fait
exploser au milieu des spectateurs lors d'un match de volleyball dans la province de Paktika,
aussi frontalière du Pakistan,
tuant 57 personnes. Hier, l'explosion est survenue au moment où
des fonctionnaires étaient venus
toucher leur salaire mensuel
devant la succursale locale de la
Kabul Bank, la principale banque
privée du pays, ont indiqué les
autorités de la province de
Nangarhar, dont Jalalabad est la
capitale. «Les corps de 33 personnes et plus de 100 blessés
ont été amenés à l'hôpital», a
indiqué à l'AFP le Dr Najeebullah
Kamawal, chef de l'hôpital provincial, relevant à la hausse un
précédent bilan faisant état de 22
morts et une cinquantaine de
blessés. Après l'attentat, des
lambeaux de chair, des jambes,
des têtes et une mare de sang
tapissaient le sol près de la
banque, où se relevaient des rescapés ensanglantés, selon un
journaliste de l'AFP sur place. Le
président afghan Ashraf Ghani a
vivement
condamné
cette
attaque, fatale aussi à de nombreux enfants, affirmant que de
tels «attentats terroristes dans
des lieux publics» sont en fait
«les plus lâches». Les talibans
afghans du mollah Omar, qui ont
tendance à ne pas revendiquer
les attentats faisant des victimes
civiles, ont nié toute responsabilité dans cette attaque qui pourrait aussi avoir été perpétrée par
des groupuscules jihadistes. Au
cours des derniers mois, les
autorités afghanes ont répété
leurs craintes de voir un nombre
croissant de jihadistes locaux se
rallier à l'organisation État
Islamique (EI) qui contrôle des
pans entiers de la Syrie et de
l'Irak. Un ancien porte-parole des
talibans pakistanais du TTP
ayant affirmé avoir plaidé allégeance à l'EI, Shahidullah
Shahid, a revendiqué hier l'attaque de Jalalabad, mais il n'a
pas été possible hier d'établir s'il
dispose de liens réels avec cette
organisation.
L'attaque
de
Jalalabad survient au début de la
«saison des combats», marquée
par le redoux printanier. Or les
forces afghanes sont pour la première fois cette année sur la
«ligne de front» pour le début de
cette période car la mission de
l'Otan dans le pays (Isaf) a mis
fin à ses opérations en
décembre dernier. L'Otan maintient néanmoins une force résiduelle
de
12 500 soldats, dont 9 800
Américains, mais qui reste cantonnée principalement dans un
rôle de formation des forces
afghanes. La semaine dernière,
au moins 15 civils afghans ont
été tués dans deux attaques à la
bombe, dont un attentat-suicide
Points chauds
Républicains
S
Par Fouzia Mahmoudi
i depuis une semaine le nouveau nom qu’adopterait en mai
prochain l’UMP, déchaîne une partie de la classe politique, il
semblerait que les militants de droite eux-mêmes ne soient pas des
plus enthousiastes quant à ce changement tant voulu par Nicolas
Sarkozy. Ainsi, l’UMP qui devrait devenir «Les Républicains» dans
quelques semaines, n’en a pas fini avec les polémiques en tous
genres. En effet, deux Français sur trois (66 %) et plus d'un sympathisant de l'UMP sur deux (56 %) préfèrent l'actuel nom du parti de
droite à celui envisagé par Nicolas Sarkozy, «Les Républicains»,
selon un sondage publié vendredi. À la question : «Préférez-vous le
nom UMP ou Les Républicains ?», 66 % des personnes sondées
répondent UMP, 32 % Les Républicains et 2 % ne se prononcent
pas. Les sympathisants de droite sont 57 % à préférer le nom UMP,
contre 42 % Les Républicains (1 % ne se prononcent pas). Parmi
les sympathisants UMP, ils sont 56 % à préférer l'appellation actuelle aux Républicains (44%). Les sympathisants UMP jugent à 53 %
que le futur nom Les Républicains fait «trop américain», à 36 % qu'il
est «trop consensuel», à 6 % qu'il est «trop de droite» et à 4 % qu'il
est «trop de gauche». 1 % des sondés ne se prononce pas. Nicolas
Sarkozy avait confié ne pas vouloir d'un sigle pour marquer la métamorphose du parti dont il a reconquis la présidence en novembre.
Il entend le changer du sol au plafond pour en faire un mouvement
de masse. Une nouvelle appellation est le symbole le plus fort et
immédiat de la mutation voulue par l'ancien chef de l'État, lui-même
sujet d'un livre d'Alain Badiou intitulé De quoi Sarkozy est-il le nom?
C'est une façon de s'inscrire dans la tradition d'une droite qui a
changé cinq fois de nom depuis 1958, et de devenir lui aussi un
père fondateur. Ainsi, il est plus que probable que malgré les évidentes réticences des sympathisants et des militants, Sarkozy aille
au bout de sa logique et change le nom du parti qui l’a porté à la
présidence en 2007 mais qui a été incapable d’aider à sa réélection
en 2012. Reste à savoir si «Les Républicains» aura plus de succès
auprès des Français que son prédécesseur et surtout si cette nouvelle appellation aidera la droite à faire élire son candidat à la présidentielle de 2017.
F. M.
Ph.>D. R.
 Des Afghans sur le lieu de l'attentat-suicide le 18 avril 2015 à JalabadAu moins 33 personnes ont été tuées et plus
de 100 autres blessées hier dans un attentat-suicide perpétré devant une banque de Jalalabad, grande ville de l'est
de l'Afghanistan, près de la frontière pakistanaise, ont annoncé les autorités locales.
visant un convoi de l'Otan revendiqué par les rebelles talibans. Et
18 soldats afghans avaient été
tués, dont certains décapités, au
cours d'une autre attaque des
talibans dans le district de Jurm
de la province du Badakhshan,
une région reculée du nord-est
de l'Afghanistan. Selon un rapport de l'ONU publié en février, le
conflit afghan a ainsi continué de
faire de plus en plus de victimes
civiles l'an dernier, avec près de
3 700 morts et 6 850 blessés,
une hausse de 22% sur un an
due entre autres à l'intensification des combats au sol. Ces
nouveaux affrontements interviennent au moment où le président Ashraf Ghani tente de
convaincre les talibans du mollah Omar de s'engager dans un
processus de paix afin de stabiliser un pays endeuillé par plus de
35 années de conflits. Le président Ghani s'est d'ailleurs tourné
vers son voisin pakistanais, qui
compte sur des relations historiques avec des leaders talibans,
afin de faire pression sur les
insurgés pour qu'ils s'engagent
dans le processus de paix. Mais
les talibans refusent pour l'heure
de participer à de tels pourparlers, exigeant au préalable le
retrait des forces étrangères
encore déployées dans ce pays
et dont le mandat arrive à
échéance à la fin 2016.
Yémen
Riyad se chargera du coût humanitaire du conflit
L'
Arabie Saoudite a promis
hier de prendre en charge
le coût des opérations humanitaires urgentes de l'ONU au
Yémen, où la coalition arabe
qu'elle dirige mène des frappes
aériennes pour soutenir les partisans du président en exil contre
une rébellion chiite. De nouvelles
violences ont fait au moins 27
morts, en majorité des rebelles, à
Taëz, la troisième ville du Yémen,
portant à plus de 100 le nombre
des personnes tuées en moins
de deux jours dans le sud du
pays, selon un bilan compilé par
l'AFP à partir de sources médicales, militaires et tribales. Les
combats se concentrent dans le
Sud où les rebelles chiites, dits
Houthis, tentent avec le soutien
d'unités militaires restées fidèles
à l'ex-président Ali Abdallah
Saleh de prendre le contrôle de
l'ensemble du pays après s'être
emparés de la capitale Sanaa
(nord) et de vastes régions.
Devant leur progression vers le
Sud, le président Abd Rabbo
Mansour Hadi a dû fuir Aden, la
deuxième ville du pays, où il
s'était réfugié, pour s'exiler en
Arabie Saoudite, qui a lancé le 26
mars une opération militaire à la
tête d'une coalition arabe contre
les rebelles et leurs alliés. Face à
la détérioration de la situation au
Yémen, où la population manque
de tout, l'ONU et ses partenaires
humanitaires ont lancé vendredi
un appel à une aide urgente de
près de 274 millions de dollars
pour répondre aux besoins
vitaux des 7,5 millions d'habitants affectés par le conflit. La
réponse est venue rapidement
de Riyad, où le roi Salmane Ben
Abdel Aziz a fait savoir qu'il règlerait la totalité du montant réclamé
par l'ONU. Le royaume «se tient
aux côtés du peuple yéménite
frère» et espère «le rétablissement de la sécurité et de la stabilité» dans ce pays, a indiqué le
cabinet royal dans un communiqué. Tout en s'empressant de
prendre à sa charge le coût
humanitaire du conflit, l'Arabie
Saoudite a réaffirmé sa détermination à poursuivre l'opération
militaire en dépit de l'appel du
secrétaire général de l'ONU Ban
Ki-moon à «un cessez-le-feu
immédiat». «Nous avons besoin
de patience et de persévérance.
Nous ne sommes pas pressés», a
répété vendredi le porte-parole
de la coalition, le général saoudien Ahmed Assiri, lors de son
point de presse quotidien à
Ryad. Selon l'agence officielle
SPA, le roi Salmane a évoqué
vendredi la conjoncture régionale avec le président américain
Barack Obama lors d'un entretien téléphonique. De récents
appels d'ONG à «une pause
humanitaire» n'ont pas eu de
suite alors que les civils au
Yémen, un pays qui compte
quelque 24 millions d'habitants,
paient un lourd tribut dans le
conflit. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les
récentes violences ont fait 767
morts et 2 906 blessés. Le
Comité international de la CroixRouge (Cicr) a de son côté
déploré le manque cruel de
médicaments, aliments et carburant au Yémen. Entre 120 000 et
150 000 personnes ont été
déplacées à l'intérieur du Yémen
par les violences en cours, alors
qu'il y avait déjà plus de 300 000
déplacés internes avant la crise
actuelle, a affirmé un porte-parole du Haut-Commissariat de
l'ONU pour les réfugiés (HCR),
Adrian Edwards. La rébellion
chiite a vivement critiqué le
Conseil de sécurité de l'ONU
pour sa résolution du 14 avril, qui
la somme de se retirer des zones
du Yémen qu'elle a conquises et
lui impose des sanctions, dont
un embargo sur les armes. Le
Conseil de sécurité «s'est rangé
aux côtés du bourreau contre la
victime», a écrit le Conseil politique de la rébellion dans un
communiqué publié vendredi
soir, quatre jours après l'adoption
de la résolution 2216. Le chef de
la rébellion, Abdel Malek alHouthi, frappé de sanctions individuelles (gel des avoirs et interdiction de voyage), ne s'est plus
manifesté en public depuis les
premiers jours de l'opération militaire de la coalition.
L'Iran, qui soutient les rebelles
Houthis, a présenté dans un
message à Ban Ki-moon un plan
de paix en quatre points, prévoyant notamment un cessez-lefeu, une reprise du «dialogue
national» et «un gouvernement
d'union nationale».
Le Jour D’ALGERIE
Culture
Dimanche 19 avril 2015
13
Constantine capitale de la culture arabe
Promesses, attentes et déceptions
Le choix de Constantine pour représenter la culture arabe tout au long de cette année est à l’origine de nombreuses
réactions de la part de la population et des artistes. Les uns sont heureux de voir cette ville historique reprendre
des activités culturelles mais d’autres regrettent que cette fête soit organisée à Constantine en l’absence des artistes
de la ville. En effet, il est vrai qu’il faut se garder de critiquer la manifestation avant même qu’elle ne commence
mais pour un évènement d’une telle envergure, tout doit être préparé d’avance pour assurer une bonne qualité
en matière d’activités culturelles.
Ph/DR
De notre envoyée spéciale à
Constantine Abla Selles
L’
organisation de la manifestation «Constantine
capitale de la culture
arabe 2015» a suscité des réactions différentes chez la population. Nombreux sont ceux qui
trouvent dans cet évènement une
bouffée d’oxygène qui permettra
à la population d’avoir des
espaces d’attractions et des activités diveress. «Je ne vous cache
pas mon contentement de voir la
salle Zinet ouvrir ses portes au
public. C’est un bel espace qui
nous permettra d’assister à des
spectacles et casser la routine
des journées de travail sachant
qu’auparavent on n’avait pas où
passer nos soirées», nous a
confié une constantinoise rencontrée lors de la soirée d’ouverture. Pour cette dame, les enfants
comme les adultes de la ville
n’ont pas d’endroit où aller passer les week-ends et les
vacances. «Pour les familles qui
ont les moyens pour se déplacer
vers d’autres villes durant les
vacances tant mieux pour elles
mais ceux qui n’ont pas de
moyens restent et comptent les
jours et les heures sans rien
faire», ajoute notre interlocutrice.
Quant à Nacer, il est confiant
que la manifestation
«Constantine capitale de la culture arabe» va apporter beaucoup
de nouveautés en matière d’édifices et d’établissements culturels. «Je pense que les autorités
ne pensent pas à construire de
nouvelles institutions culturelles à
Constantine sauf si un évènement
d’une telle importance est organisé. Alors on doit profiter au maximum pour enrichir la région avec
de nouveaux édifices culturels
pour s’en servir dans l’avenir», at-il déclaré. Pour notre interlocuteur, la direction de la culture de
la ville doit assurer la continuité
des activités culturelles à
Constantine après la clôture de
cet évènement. «Le plus important pour nous ce n’est pas de
vivre la fête durant une année
mais d’assurer des espaces de
créativité pour nos enfants afin de
promouvoir la culture locale et
protéger notre patrimoine ancestral», ajoute-t-il.
Les Constantinois,
entre optimisme
et pessimisme
Cependant, les Constantinois
ne sont pas tous optimistes pour
l’organisation de cet évènement
dans leur ville. «Chaque pierre et
chaque endroit dans Constantine
racontent l’histoire de la ville et
nous rappellent un savant mais
les gens n’en parlent que d’une
façon superficielle. Les organisateurs comptent beaucoup plus
sur les pays participants même
s’ils ne seront là que pour représenter la culture de leur pays»,
nous a déclaré un vendeur de
djouzia (délice typiquement
constantinois). «On aurait aimé
que les artisans de la ville soient
tous appelés pour faire connaître
aux visiteurs la culture de la
région. On est traité comme des
gens n’ayant aucune culture et
les participants vont nous
apprendre ce qu’est la vraie culture. C’est scandaleux», ajoute-til. Par contre, Samir, vendeur de
tenues traditionnelles, trouve
que la ville de Constantine peut
«représenter la culture amazighe
mille fois mieux que la culture
arabe vu son histoire et son patrimoine purement amazighs».
Entre déclarations
officielles et réalité…
un grand fossé
Les autorités locales ont assuré que tous les moyens humains
et matériels sont mis en place
pour le bon déroulement de la
manifestation «Constantine capitale de la culture arabe».
D’ailleurs c’est ce qu’a déclaré le
wali de Constantine Hocine
Ouadah lors de la journée inaugurale. «La ville de Constantine
est prête pour représenter la culture arabe tout en mettant en
valeur la culture locale», a-t-il
déclaré à la presse nationale. Ce
genre de déclaration a été fait
avant par la ministre de la Culture
lors du forum de «Liberté» et
celui de la Radio nationale. Elle a
même déclaré que «le retard qu’a
connu
la
restauration
de
quelques édifices culturelles n’influencera en aucun cas sur le
bon déroulement de la manifestation». Des restaurations concernant 72 projets ont commencé
depuis l’annonce du choix de
Constantine pour représenter la
culture arabe, selon les dires du
président du département de la
restauration du patrimoine,
Abdelhalim Serraî. Ces projets
concernent d’anciens bâtis culturels et historiques, les ponts de la
ville ainsi que la vieille ville. A propos de cette dernière, il a été
décidé l’érection de bâtiments
écrans «afin de pouvoir entreprendre des fouilles archéologiques à l’intérieur du site et
essayer de sauver ce qui peut
l’être», selon la déclaration du
même responsable.
Cependant, sur le terrain, les
choses ne sont pas aussi belles
comme le montrent les différentes déclarations des responsables. Ce qui est constaté sur
place est que la ville de
Constantine a été, auparavant,
ruinée sur le plan culturel
puisque les activités culturelles
étaient très rares. Aujourd’hui
cette ville est ruinée sur le plan
architectural car un grand
nombre de chantiers ont commencé puis ont été bloqués pour
des raisons bureaucratiques
comme est le cas des anciens
hammams et la basse Casbah,
pour ne citer que ces deux
exemples. Même la rue de
France, Souika et Bardo où les
restaurations ne demandent pas
grand-chose, elles sont encore
en chantier. Les raisons de ce
retard ne sont jamais communiquées par les autorités locales ni
par le ministère de la Culture.
La statue de
Abdelhamid Ibn
Badis…sa maison…
du mépris pour
son savoir
Quant à la statuette du grand
savant Abdelhamid Ibn Badis,
«elle ne lui ressemble même
pas» selon la majorité des gens
qu’ils l’ont vue. D’ailleurs, les
jeunes n’ont pas compris quelle
personnalité représente cette
statuette et ont pris des photos
insolites avec elle. «Je n’ai su à
qui appartient cette statue
qu’après avoir lu le nom. Elle ne
ressemble
nullement
à
Abdelhamid Ibn Badis» disait un
jeune rencontré sur les lieux.
Les gens ont même réagir sur
les différents réseaux sociaux
disant que «c’est indigne de la
part des autorités qui n’ont pas
choisi la bonne personne pour
réaliser cette statue», «le savoir
de Abdelhamid Ibn Badis rayonne sur l’Algérie entière, il mérite
plus de considération et de respect pour sa personne et pour le
savoir qu’il a laissé pour les générations».
Par ailleurs, le peu de gens
qui connaissent la maison de cet
homme de savoir savent très
bien qu’il n’en reste que des
ruines.
Plusieurs artistes
de la ville marginalisés
Pour de nombreux acteurs de
la scène culturelle, le mépris et la
marginalisation ont touché de
nombreuses personnes. A l’instar de l’écrivaine Ahlem
Mostaghanemi, fille de
Constantine qui n’a pas assisté à
l’ouverture de cet évènement,
d’autres écrivains ne sont pas au
programme de cette manifestation ; tel est le cas de Fadila
Elfarouk, fille de Batna pour ne
citer que celle-ci.
Les artistes de la ville sont
aussi furieux contre les autorités
qui ne les ont pas sollicités pour
d’éventuelles activités. D’ailleurs,
l’acteur de théâtre et cinéma
Allaoua Zermani regrette qu’il
soit marginalisé de l’épopée de
Constantine. «J’ai beaucoup travaillé pour la télévision et le
théâtre de Constantine et on m’a
mis à l’écart d’un tel travail. C’est
méprisant pour tous les artistes
car je ne suis pas le seul à être
marginalisé aujourd’hui».
Les interprètes du malouf ne
sont pas épargnés de cette marginalisation. Cheikh Smaïl
Mokrane, un des artistes de
l’école de Constantine «regrette
que la fête soit chez nous et
qu’onne soit pas invité. Ce n’est
pas du mépris pour ma personne
ni pour l’art puisque les gens
nous connaissent très bien mais
c’est décevant», a-t-il déclaré.
«On nous a dit qu’il ne faut pas
anticiper les choses mais si je
suis au programme, on doit m’informer d’avance pour que je puisse me préparer. Notre travail ne
se fait pas du jour au lendemain»,
ajoute-t-il.
En attendant ce que vont
nous apporter les prochains
jours, les acteurs dans le domaine culturel ainsi que la population souhaitent que la manifestation «Constantine capitale de la
culture arabe» apporte beaucoup
de bien à cette ville oubliée
durant plusieurs années.
A.S.
Sports
Le Jour D’ALGERIE
Dimanche 19 avril 2015
23
Ligue des champions/8 de finale
es
Coup-franc
direct
L’ESS, le MCEE et l’USMA en appel
Par Anouar M.
E
ncore une fois et comme à chaque fin de saison, un autre président
de club a accusé ses joueurs d’avoir levé le pied lors d’un match de
championnat de Ligue I. Même si tout un chacun a le droit de se poser
des questions après une situation donnée et une défaite qui serait
amère, n’empêche que ces accusations gratuites ne devraient pas être
monnaie courante dans notre championnat. Que changera-t-on en
apportant ce genre d’accusations et en faisant des déclarations virulentes à l’encontre de ses propres joueurs ? Il faut dire que le plus
important maintenant est de moraliser le football mais pas de n’importe quelle manière. Les dirigeants de ces clubs doivent apporter la preuve avant d’avancer une quelconque accusation. Les responsables de la
balle ronde nationale doivent être intransigeants avec ces dirigeants de
club qui accusent sans avoir de preuves palpables et des enquêtes
devraient être ouvertes pour situer les responsabilités de tout un chacun. Cela fait longtemps que les responsables de la LFP et de la FAF
entendent parler de ce genre d’accusations mais rien n’est fait pour le
moment et cela enlève tout crédit au football national qui se trouve
dans une situation très difficile. Il appartient à tout un chacun de respecter une certaine éthique pour ne pas tomber dans les travers et
redorer le blason de notre football qui se trouve dans une situation difficile.
A. M.
Coupe de la Confédération (CAF)
L’ASO tenue en échec
par le Club Africain
 Les trois formations
algériennes représentant
l’Algérie dans la Ligue des
champions d’Afrique seront
en appel pour les matches
d’aujourd’hui pour le
compte des rencontres des
huitièmes aller de la C1. Le
champion d’Afrique en
titre, l’Entente de Sétif
jouera un derby magrébin
face à la redoutable
formation du Raja
Casablanca.
Par Anouar M.
es gars de la ville des HautsPlateaux qui souhaitent aller
encore le plus loin possible
dans cette compétition feront tout
pour revenir avec un résultat probant
et pourquoi pas surprendre les
Marocains. Les Sétifiens qui seront
privés de pas moins de sept joueurs
tenteront quand même de faire avec
et de repartir avec un résultat probant.
Toutefois, ils risquent gros dans
ce déplacement d’autant plus que le
Raja n’est pas n’importe qui et a pour
habitude de jouer les premiers rôles
dans cette compétition et ne ratera,
sûrement pas, cette sortie pour
prendre option avant la manche
L
Ph.>DR.
Ces accusations gratuites
L’Aigle noir
à l’épreuve du Raja
retour qui se jouera à Sétif. L’autre
club des Hauts-Plateaux, le MC El
Eulma, qui surprend pour sa première participation à une compétition
africaine donnera la réplique, pour sa
part, à l’équipe de Sfax dans un autre
derby maghrébin. Les Eulmis qui se
sont rassurés en championnat avec
la dernière victoire face au NAHD
souhaitent revenir avec le meilleur
résultat possible et pourquoi pas
l’emporter là-bas. Les coéquipiers de
Derardja ont les moyens pour surprendre cette équipe de Sfax surtout
que dans un derby tout reste possible et les Eulmis ne seront pas
dépaysés à Sfax. Enfin, la formation
de l’USM Alger donnera la réplique
au stade de Bologhine ce soir à
l’équipe guinéenne de l’AS Kalloum.
Les Rouge et Noir ne devraient pas
trouver de peine pour l’emporter surtout qu’il s’agit d’une équipe tout
juste moyenne, voire modeste, et qui
ne devrait pas lui poser des problèmes.
Les poulains de Pfister devraient
l’emporter et donc prendre une
option pour la prochaine rencontre
retour qui se jouera dans une semaine.
A. M.
Programme
Raja Casablanca (Maroc)-ES Sétif
Sfax (Tunisie)-MC El Eulma
USM Alger-AS Kalloum(Guinée)
Ligue 1Mobilis ( 25 journée)
e
Le MOB se fait surprendre
L
L’
ASO Chlef et le Club Africain
de Tunisie se sont séparés sur
le score de 1/1 au terme de la rencontre disputée vendredi à Chlef
pour le compte des huitièmes de
finale de la Coupe de la
Confédération.
Les buts ont été inscrits par Saber
Khelifa (64’) et Kouakou 85’. Le
match retour se déroulera le 1 mai à
Tunis. C’est là une mauvaise opération pour les Chélifiens qui devront
ouvrir le jeu au match retour pour
marquer et donc tenter de se qualifier pour le prochain tour.
Par ailleurs, et au cours de ce
match, le sélectionneur national
Gourcuff a mandaté son assistant
Nabil Neghiz pour superviser le duel
er
et plus particulièrement Hichem
Belkaroui. Un autre jeune défenseur
intéressant a été observé durant ce
match, c’est celui de Chlef,
Mohamed Naâmani (24 ans), tandis
que
l’ancien
entraîneur
de
l’Olympique Médéa a eu également
un œil attentif sur le portier international de l’ASO Abdelkadir Salhi (22
ans).
Toujours à la recherche de nouveaux renforts pour la charnière centrale défensive des Verts où les solutions ne sont pas légion, Gourcuff a
fait appel à Farouk Chafaï et Djamel
Eddine Benlamri à l’occasion du
récent tournoi du Qatar, mais n’avait
pas convoqué l’ancien défenseur de
l’USM El Harrach.
Emirats arabes unis
Ziani passeur décisif contre Al Sharjah
I
nvaincu depuis quatre matches,
Al Fujairah de Madjid Bougherra
et Karim Ziani traverse une bonne
phase. Le club des deux Algériens
a enregistré cet après-midi un troisième succès en quatre matches
de Championnat et poursuit son
redressement.
Al Fujairah avec les deux exinternationaux présents durant les
90 minutes, s’est imposé (2-1) à
domicile face à Al Sharjah dans le
cadre de 23 journée de l’Arabian Gulf League émiratie. Karim Ziani, sur
coup franc, est le passeur décisif sur le premier but des siens à la 50 , Khaleil
Khameis Salem reprenant de la tête un coup franc précis du milieu offensif
algérien. Boubacar Sanogo rajoutera un second but à la 80 suite à une
passe de Wanderley, bien lancé en profondeur par Ziani, avant une réduction du score de Yousif Saeed Juma à la 84 . Au classement, Al Fujairah est
9 avec 29 points.
e
e
e
e
e
e MO Béjaïa qui avait une belle
occasion pour reprendre la première place a été surpris à domicile
par l’USM El Harrach qui l’a battu sur
le score de (1/0). Cette défaite des
«Crabes» fait que le classement reste
maintenant tel qu’il est à savoir avec
l’Entente de Sétif comme leader de
la Ligue I.
Les Harrachis, quant à eux, ont
pu donc sortir de la zone des relégables et assurer leur maintien en
grande partie. Le seul but de la partie a été l’œuvre de Benachour à la
95’. De son côté, la JS Saoura a été
mise en échec par la formation du
CS Constantine sur le score de (1/1).
Touil a marqué pour la JSS à la
45’+1, alors que Boucherit avait
ouvert le score à la 43’. A noter que
Sayeh avait raté un penalty pour la
formation locale à la 95’ et raté l’occasion de prendre les trois points, ce
qui complique sa situation au classement général.
L’opération du jour a été réalisée
par le MC Alger vainqueur sur son
voisin du CR Belouizdad sur le score
sans
appel
de
(3/0).
Les
Mouloudéens se rapprochent de leur
but de se sauver de la relégation
étant donné qu’ils occupent maintenant la neuvième place, après avoir
été longtemps dans les profondeurs
du classement. Les buts de la rencontre ont été marqués par Gourmi
(60'), Hachoud (72'), Gherbi (75').
Le Doyen a effectué une formidable remontée et est maintenant
presque assuré du maintien. Pour sa
part, le Chabab est dans une situation quelque peu difficile et se doit de
l’emporter lors de la prochaine journée face à l’ASMO pour se tirer d’affaire.
A. M.
Résultats
JS Saoura-CS Constantine 1-1
MO Béjaïa-USM El Harrach 0-1
MC Alger-CR Belouizdad 3-0
Ligue 2 «Mobilis» (26e Journée)
L'USMB perd, Les concurrents n’en profitent pas
L
e leader de la Ligue 2 Mobilis de
football, USM Blida, malgré sa
défaite (1-0) à Boussaâda au cours
de la 26 journée, disputée vendredi
s'est quand même tiré à bon compte,
ses principaux concurrents pour l'accession, le RC Relizane et le DRB
Tadjenant n'ayant pas profité de ce
revers pour le rattraper, concédant
respectivement le nul (0-0) contre
l'US Chaouia et une défaite à domicile (0-1) contre le CA Batna.
L'USMB conserve ainsi six longueurs d'avance sur le RCR (2 ) et
une de plus sur le DRBT (3 ), ce qui
lui procure une certaine marge de
sécurité à quatre journées de la fin
de la saison, surtout que les trois premières places du classement sont
synonymes d'accession en L1.
Autre grand bénéficiaire de cette
26 journée, le CABBA qui grâce à sa
victoire (2-0) face à l'AS Khroub
revient à seulement trois longueurs
du podium, ce qui lui permet de rêver
à nouveau d'accession, tout comme
le CA Batna, auteur de la seule victoire en déplacement de la journée face
e
e
e
e
au DRBT (0-1) et grâce à laquelle il
se retrouve 5 , avec 39 points.
Même l'O. Médéa a réussi une
bonne opération, ce vendredi, suite à
sa victoire (2-1) contre le WA
Tlemcen, car ce résultat le maintient
à la 4 place, ex aequo avec le CA
Batna, mais avec seulement deux
longueurs de retard sur le podium,
ce qui lui permet de rêver également
d'accession.
Dans le bas du tableau, l'ESM
Koléa a remporté une importante victoire dans la course au maintien, en
disposant de l'USMM Hadjout (2-1)
malgré le huis clos, car les trois
points engrangés le ramènent à seulement deux points du premier club
non relégable.
Même la lanterne rouge, AB
Merouana est sortie victorieuse de
cette 26 journée, en l'emportant (1-0)
face au CRB Aïn Fekroun, ce qui lui
permet de revenir à cinq points du
premier club non relégable, à quatre
journées de la fin de la saison, ce qui
ravive quelque peu son espoir de
maintien, même s'il est infime.
e
e
e
Résultats
et classement
USC- RCR 0-0
CABBA-ASK 2-0
DRBT-CAB 0-1
ESMK-USMMH 2-1
ABS-USMB 1-0
MCS-JSMB 1-0
ABM-CRBAF 1-0
O. M-WAT 2-1
Pts
1 . USM Blida
48
2 . RC Relizane
42
3 . DRB Tadjenanet 41
4 . O. Médéa
39
--. CA Batna
39
6. CABBA
38
7 . MC Saïda
37
8. A Boussaâda
36
9. AS Khroub
35
10. CRB A. Fekroun34
11. US Chaouia
33
12. JSM Béjaïa
32
13. WA Tlemcen
29
14. USMM Hadjout 28
15. ESM Koléa
27
16. AB Merouana 24
J
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
26
LE JOUR
Vo t r e
q u o t i d i e n
D’ALGERIE
n a t i o n a l
http://www.lejourdalgerie.com
Point d'ordre
Le peuple pluriel
Par Nazim Rochd
U
n
peuple
c'est
d'abord une population qui s'est trouvée
à un moment donné
de l'Histoire coincée dans un
territoire à l'intérieur de frontières tracées et défendues par
une armée. Mais, pendant
longtemps, les peuples ont
changé souvent de pays au gré
de la puissance de l'armée qui
gardait les frontières. Depuis
un certains nombre d'années,
la situation s'est un peu stabilisée. Pas partout, quand même.
Mais, lorsque tout est calme et
que rien ne vient menacer de
faire bouger les limites territoriales, dûment consignées sur
une carte et reconnues par les
plus puissants d'abord, ensuite
par le reste des pays, on
constate qu'au sein d'un
peuple, il existe toujours plusieurs peuples. On s'en rend
compte très vite. L'indicateur le
plus classique est la différence
du langage parlé. L'autre est la
religion, un autre pourrait être
la couleur de la peau et ainsi de
suite. Ce qui, en général, ne
remet pas fondamentalement
en cause la cohésion générale,
pourvu que rien ne vienne,
pour une raison ou pour une
autre, titiller les fibres linguistique, raciste ou religieuse. Il y
a encore d'autres critères qui
fabriquent des peuples. On
peut parler du peuple ouvrier,
du peuple paysan, du peuple
des banlieues ou du peuple
des villes et de celui des montagnes, des plaines ou du
désert. Cette distinction peut
avoir plusieurs fondements.
Dans ce cas-ci les principaux
relèvent soit du pouvoir économique, soit du mode de vie,
soit de la résidence géographique. Et on peut encore
décliner bien d'autres motifs
d'identification des peuples.
Face à cela le rôle de l'Etat,
quel qu'il soit, est de faire en
sorte qu'il n'apparaisse qu'un
seul peuple. Il y en a qui y parviennent aisément et d'autres
pas. Là il est aussi facile de
comprendre pourquoi. Il suffit
de considérer le mode de
constitution de l'Etat. Lorsque
celui-ci fabrique le peuple dans
sa tête, avant de voir comment
le peuple réel vit, parle et se
conduit, et qu'il cherche à tout
prix à le faire correspondre à
l'image qu'il s'en est fabriquée,
les peuples finissent toujours
par apparaître plus différents
qu'ils n'étaient. Dans une exacerbation de leurs caractéristiques propres, seul moyen de
résister à la dissolution dans
une entité artificielle et agressive. Les sécessions et autres
irrédentismes ne sont qu'une
réaction de fuite du danger
d'annihilation. Les révolutions
sont une riposte contre la violence d'un traitement. Lorsque
l'Etat est constitué à partir du
peuple et que le peuple se
reconnaît tout entier dans l'Etat,
il n'y a rien qui vient perturber
fondamentalement la structure
du peuple. On le verra plutôt
bouger uni pour régler un problème ou dépasser une situation. On n’entendra parler ni de
régions ni de quartiers, sauf
pour les besoins ordinaires de
localisations géographiques.
On n'entendra pas du tout parler de tribus, sauf pour des
besoins d'ethnographie. De
tous les paramètres, tout Etat
devrait commencer par faire en
sorte que personne ne se
sente étranger dans son
propre pays, du fait de sa
langue, de sa culture ou de sa
religion. C'est dans cela que se
trouve les pires sources de
divisions et ce sont celles-là qui
sont les plus simples à respecter.
N. R.
Djalou[email protected]
L'accusé condamné à la peine de 5 ans de prison ferme
Pour se venger de sa femme
il incendie son domicile
 Les faits remontent à l'année dernière dans un village de la commune
de Naciria à l'extrême est du chef-lieu de wilaya Boumerdès lorsque
l'accusé, la quarantaine d'années, a mis le feu à son domicile.
L'intervention des voisins a été salutaire. Lesquels ont sauvé les membres
de la famille des flammes et d'une mort certaine.
Par Thinhinene Khouchi
L
e tribunal criminel, près
la cour de Boumerdès a
condamné l'accusé à la
peine de 5 ans de réclusion criminelle pour avoir incendié son domicile volontairement.
L'accusé pour se venger de sa
femme qui l'a soupçonné de
l'avoir trompé, a incendié son
domicile.
Les faits remontent à l'année
dernière dans un village de la
commune de Naciria à l'extrême
est du chef-lieu de wilaya
Boumerdès lorsque l'accusé, la
quarantaine d'années, a mis le
feu à son domicile. L'intervention
des voisins a été salutaire.
Lesquels ont sauvé les membres
de la famille des flammes et d'une
mort certaine. Tous les doigts
Takliaât/Béjaïa
Des habitants devant la wilaya pour réclamer
des projets de développement
DES DIZAINES d'habitants
du quartier périphérique de la
ville de Béjaïa «Takliaât» ont
observé hier matin un rassemblement de protestation devant
le siège de la wilaya pour revendiquer de meilleures conditions
de vie. Une énième action du
genre. Très excédés par la
dégradation du cadre de vie et
le manque d'infrastructures de
base dans ce quartier, les
mécontents voulaient interpeller
directement le wali sur leur situation de plus en plus difficile et
surtout rappeler aux autorités
communales que de nombreux
projet inscrits depuis 2012 en
faveur de ce village mais rien n'a
été fait à ce jour. Ils ont exigé la
nécessité de désenclaver par la
relance de ces projets. Les
mécontents ont réclamé le raccordement du village au gaz de
ville, l'aménagement de toutes
les routes de Takliaât et les
oueds qui sont, relèvent-ils, la
source des inondations, la libération des PV de localisation de
terrains à utilité publique en vue
de lancer des équipements
publics à Takliaât tels qu'une
école, une antenne administrative (APC), un bureau de poste,
un centre de soins et des terrains de sport de proximité pour
les jeunes et enfants du village.
Une large banderole a été
accrochée sur le portail de la
wilaya et sur laquelle les habitants dénoncent «les promesses
sans lendemain». Les mécontents ont revendiqué leur droit
au développement hier. A noter
que la circulation automobile
était très perturbée hier matin
sur le boulevard de la liberté où
la foule des mécontents venus
très nombreux pour crier leur
colère une nouvelle fois.
H. C.
sont dirigés sur le chef de famille.
Lequel a été vu par des voisins la
veille du crime aux alentours de
son domicile. L'enquête déclenchée par les gendarmes a déterminé que le criminel a mis le feu
à l'aide d'une cigarette. Interpellé,
l'accusé, le chef de famille, a
reconnu au cours de l'interrogatoire qu'il est l'auteur du crime et
qu'il a agi de la sorte pour se venger de sa femme qui l'aurait trompé lors de son absence. A l'audience, l'accusé a indiqué qu'il a
songé plusieurs fois à divorcer
n'était l'avenir de ses enfants en
bas d'âge. Cette situation l'a
contraint à changer de comportement envers sa famille et s'adonner à la consommation des boissons alcoolisées. A la barre, l'accusé a réfuté les déclarations
déposées lors de l'interrogatoire
et devant le magistrat instructeur.
Des déclarations qui n'ont nullement convaincu le procureur
général et le tribunal. Lequel tribunal après délibération a prononcé le verdict de 5 ans de prison ferme.
T. K.
Tizi Ouzou
Deux escrocs subsahariens
arrêtés par les gendarmes
LES ÉLÉMENTS de la section de recherches (SR) du groupement de gendarmerie de Tizi
Ouzou viennent de mettre fin aux
agissements d'une bande spécialisée dans l'escroquerie,
annoncé, jeudi, le même corps
de sécurité dans un communiqué. Les faits, selon la même
source, remontent au 8 avril courant quand l'une des victimes de
cette bande a porté plainte au
niveau de la SR de Tizi Ouzou
De fil en aiguille, les gendarmes
ont réussi à identifier les auteurs
de cette escroquerie dont a été
victime le malheureux citoyen à
qui la somme de 29 000 euros a
été dérobée au motif que ces
individus de nationalités africaines sont intéressés d'investir
leur argent en Algérie et ont établi ces contacts via internet. Les
deux escrocs de nationalités
malienne et nigérienne faisaient
croire à leurs victimes qu'ils
étaient capables de fabriquer
des billets de banque à l'aide
d'un liquide qu'ils ramenaient de
l'étranger. Mieux ils soutiraient
de l'argent à leurs victimes au
motif qu'ils en avaient besoin
pour le transfert de leur pays
depuis leurs pays respectifs.
Après avoir étendu la territorialité
de leurs compétences, les gendarmes ont tendu une souricière
à Alger où résidaient les deux
mis en cause et au cours de
laquelle ils ont été arrêtés. Un lot
de matériel informatique utilisé
par les deux escrocs a été saisi à
la suite de ces deux interpellation. Présentés le 12 avril devant
le parquet, ils ont été placés
sous mandat de dépôt pour les
méfaits précités qu'ils avaient
commis auparavant dans les
wilayas de M'sila et d'Alger.
Hamid M.