Analyse Procuste du cyclogramme de la cheville

C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Analyse Procuste du cyclogramme de la cheville :
comparaison de différentes spécialités de sprint
Leslie Decker a,b,*, Sabine Renous a, Christine Berge a, Xavier Penin c
FRE 26 96, CNRS, « Anatomie comparée », Museum national d’histoire naturelle, 57, rue Cuvier, BP 55, 75231 Paris, France
Laboratoire « Mouvement, Action, Performance »,
institut national du sport et de l’éducation physique, 11, avenue du Tremblay, 75012 Paris, France
Département d’orthodontie, faculté de chirurgie dentaire, université René-Descartes (Paris-5),
1, rue Maurice-Arnoux, 92120 Montrouge, France
Reçu le 30 novembre 2004 ; accepté après révision le 22 novembre 2005
Disponible sur internet le 20 mars 2006
Rédigé à l’invitation du Comité éditorial
Le but de l’étude est l’analyse quantitative des changements de conformation des cyclogrammes de la cheville en fonction de la
spécialisation des sprinters (courtes ou longues distances). Le protocole expérimental consiste à réaliser quatre séquences de course
de 80 m à vitesse maximale. La superposition Procuste de 40 cyclogrammes (quatre par individu) a été complétée par des
procédures statistiques (analyse en composantes principales, régression linéaire multivariée), afin de rechercher les variables cinématiques susceptibles d’exprimer l’effet de la spécialisation. Les résultats révèlent un changement de conformation du cyclogramme selon un continuum, allant des sprinters de 60 m aux sprinters de 100 m, 200 m, et 400 m. Plus les sprinters sont
spécialisés sur de courtes distances, plus leurs cyclogrammes présentent une conformation fusiforme, et ceci indépendamment
de leur vitesse durant l’expérimentation. Les résultats suggèrent que l’entraînement (visant à l’efficacité de la foulée) joue un rôle
essentiel dans l’acquisition d’une coordination spécifique en réponse aux exigences de chaque spécialité de sprint. Pour citer cet
article: L. Decker et al., C. R. Palevol 5 (2006).
© 2006 Académie des sciences. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Procrustes analysis of ankle cyclogram: comparison of different sprint specializations. The aim of this study is to provide
a quantitative analysis of shape changes of ankle cyclograms according to the specialization of sprinters (short or long distances).
The experimental protocol consists of four sequences of 80-m sprints at maximal speed. The Procrustes superimposition of 40
cyclograms (four per individual) was completed by statistical procedures (principal component analysis, multivariate linear regression) to seek the kinematic variables likely to express the specialization effect. The results reveal a shape change of the cyclogram
according to a continuum, from 60-m sprinters to 100-m, 200-m, and 400-m sprinters. The more the sprinter is specialized in shortdistance running, the more spindle-shaped the cyclogram, irrespective of their velocity during the experiment. The results suggest
that training (aimed at the effectiveness of the stride) played an essential role in the acquisition of specific coordination in order to
meet effectively the requirements of each sprint speciality. To cite this article: L. Decker et al., C. R. Palevol 5 (2006).
© 2006 Académie des sciences. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés.
* Corresponding
Adresses e-mail : [email protected] (L. Decker), [email protected] (S. Renous), [email protected] (C. Berge), [email protected] (X. Penin).
1631-0683/$ - see front matter © 2006 Académie des sciences. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés.
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Mots clés : Bipédie ; Homo sapiens ; Sprint ; Cinématique ; Cyclogramme de la cheville ; Superposition Procuste ; Régression multivariée
Keywords: Bipedalism; Homo sapiens; Sprint; Kinematics; Ankle cyclogram; Procrustes superimposition; Multivariate regression
Abridged English version
Marey and Demeny [9,21] were among the first to
study the lower limb movement relative to the hip joint,
considered as a fixed point, during the human walking
or running cycle (‘geometric chronophotography’).
Later, the relative ankle movement (called ‘cyclogram’) was applied to different types of animal and
human locomotion, providing a clear representation
for evaluating continuous cyclical movement patterns
[2,6,12,22,33,37–39]. Classically, the running cycle is
divided into equal time intervals, so that cyclogram
landmarks correspond to distinct moments of the cycle
from one runner to another. Thus, Yokoi et al. [41] localized specific spatiotemporal landmarks along the cyclograms in order to determine kinematic differences
dependent on the stature of sprinters. These studies make it possible to quantify the variability for each cyclogram landmark, but do not assess the variability of the
cyclogram as a whole.
Procrustes analysis uses ‘homologous’ spatiotemporal landmarks (here, termed ‘isodynamic’ landmarks) to
represent all the ankle cyclograms collectively, by removing information about size, position and orientation. Multivariate statistical procedures aim to quantify
cyclogram shape changes according to the specialization of sprinters (60 m, 100 m, 200 m, 400 m).
The study was carried out on highly skilled male
runners: five specialists in the short distances (60 m to
100 m) and five specialists in the longer distances
(200 m to 400 m). Subjects had an average age of 24
(SD 3.7) years, height of 178.5 (SD 4.6) cm, lower limb
length of 103.6 (SD 3.1) cm and body mass of 76.6 (SD
8.4) kg.
Experimental protocol
Each sprinter performed four sequences of running
at maximal speed with active and complete recovery of
8 min between each try. Runners were videotaped using
a high-speed camera (at 250 frames per second) in lateral view over a distance of 10 m between the 40- and
50-m marks of an 80-m race. The 10-m stretch was
marked by transmission radio cells in order to record
the runners’ mean velocity over this distance during
each running sequence.
Processing method
Skin markers on the great trochanter and external
malleolus [42] of the right lower limb were digitalized
at 14 key events of the running cycle, which are identical and identifiable in all sprinters, whatever their speciality and their morphology. Thus, we obtained fourteen equivalent spatiotemporal landmarks for all
cyclograms (Fig. 1, Table 1).
Procrustes superimposition of cyclograms comprises
three steps: translation, normalization, and rotation
[3,4,15,17,20,25,26,29,30,34,35]. The superimposition
algorithm used is the generalized least square (GLS),
which translates and rotates normalized cyclograms
for an optimal fitting according to the least-square criterion. The superimposition computes the mean shape
of the cyclograms, referred to as the ‘consensus’. Each
cyclogram is defined by its ‘Procrustes residuals’. Residuals correspond to the differences between the coordinates of the cyclogram after superimposition with the
equivalent coordinates of consensus.
A principal components analysis (PCA) is performed
from the variance–covariance matrix of Procrustes residuals [27]. We used a multivariate linear regression in
which the dependent variables are the principal component (PC) scores, and the independent (explanatory) variable is the sprint speciality (G1: 60 m, G2: 100 m, G3:
200 m, G4: 400 m). The coefficient of determination
(R2) of the multiple regression is used for the calculation of the Fisher test, giving the level of significance of
the regression [4,23]. The solution of the regression
equation gives the b coefficients used to calculate the
linear combination of PC as follows: V ¼ ðb1 PC 1 þ
b2 PC 2 þ ::: þ bj PC j Þ where V is the shape vector
expressing shape changes of the cyclogram according
to the sprint speciality [17,25,29,31].
A one-way ANOVA (Bonferroni adjustment) was
carried out on the cyclogram scores on the V vector in
order to ensure the validity of groups. The factor is the
sprint speciality (G2, G3, G4); G1 was not included in
the analysis because of the small sample size.
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Procrustes superimposition, graphs, and statistical
tests were carried out with APS software [28].
The 40 cyclograms were projected onto the plane of
the first two principal components (50.3% and 11.2% of
total variance, respectively) (Fig. 2). The remaining
38.5% comprised only a small percentage of the information related to the sprint speciality (see below V vector).
PC1 separates the four groups with a partial overlapping
of the clouds between G2-G3 and G3-G4. PC2 sets G2
apart from G3 (Fig. 2). Multivariate regression calculated
with the first two PC was significant (the contribution of
the following PC being almost nil): R2 = 0.77; F = 79.22;
p < 10–6. The equation of the V shape vector is as
follows: V = 0.93 × PC1 + 0.37 × PC2. Mean scores on
the V vector of cyclograms for each of the four groups
provided the four sprint specialization patterns (Fig. 3).
The one-way ANOVA, performed from cyclogram scores
onto V vector, was significant (Shapiro-Wilk test:
p = 0.313; Levene test: p = 0.728; Fisher test:
F = 27.492, p < 10–6). Post-hoc tests (Bonferroni) revealed significant differences between groups (p < 0.01), except between G3 and G4 (p = 0.092).
We compared the four cyclogram patterns according
to the different phases of the running cycle. The main
invariants of cyclogram patterns are the ankle position
when the foot begins its forward movement after takeoff (landmarks 5–6) and its backward and downward
movement prior to foot strike (landmark 13). The variant coordination properties relative to the sprint speciality are, in descending order of magnitude, the ankle
position at contralateral take-off (beginning of airborne
phase, landmarks 11–12), the ankle ascent close to the
pelvis (landmarks 7–9), the ankle position at foot strike
(landmark 1) and take-off (landmark 4) (Fig. 4). Besides, the sprinters’ mean velocity during the experiment
was highly variable within and between groups
(Table 2).
The Procrustes analysis of cyclograms based on a
selective choice of reference frames allows us to compare shape changes, independently of ‘size’ and ‘velocity’ factors [1]. Shape changes are proportion changes
and the landmark positions must be interpreted as relative displacements [5,27]. PCs are a means to reduce
the number of variables by selecting those which have
the greatest eigenvalues [7,25,27,31,32]. The selection
of PC eliminates nuisance parameters generated by superimposition [13,14] and minimizes errors due to incorrect identification of skin markers inherent in the
digitizing procedure.
Our results reveal that the cyclogram patterns are
arranged along the V vector, from 60-m sprinters to
100-m, 200-m, and 400-m sprinters. The spindle-shaped cyclogram that characterizes short-distance sprinters may be explained by a combination of significant
changes in successive phases of the cycle: I) stance
phase: a more flexed lower limb position during support with a limited extension at take-off (landmarks 1 to
4); (II) lift-off phase: a relative limited ascent of ankle
to the pelvis after take-off (landmarks 4 to 8); (III)
swing phase: a rectilinear forward movement of the
ankle (landmarks 8 to 11); (IV) landing phase: a rapid
forward movement in front of the hip (landmarks 11 to
13) to prepare efficient and active foot strike (landmarks 13, 14, 1). These results confirm the literature
data which show that efficient running is characterized
by a high knee lift [10] and a rapid extension occurring
at the knee joint to carry the swing ankle upward in
front of the body [11]. This action prepares an efficient
foot strike in order to place the foot as closely as possible beneath the centre of gravity at contact [16,36],
thereby greatly reducing horizontal braking. The greater
flexion of the supporting hindlimb during contact might
seem surprising, but it can be interpreted as a way of
generating easier forward traction of the body over the
ground contact point [19,40]. In sprinters specialized in
longer distances, these technical features are minimized
and give a poulaine-type shape to the cyclogram similar
to that of middle-distance runners [8].
1. Introduction
À la fin du XIXe siècle, Marey et Demenÿ [9,21]
furent les premiers à retranscrire, par la chronophotographie géométrique, le mouvement du membre inférieur pendant un cycle de marche ou de course chez
l’homme. Le référentiel utilisé n’est plus le sol, mais
un repère mobile, la hanche, considéré comme fixe.
Ils ont ainsi pu rendre compte des variations de la vitesse angulaire des différents segments du corps. Ce
principe a été appliqué à la locomotion animale pour
décrire le mouvement relatif des extrémités distales
des segments des membres supérieurs et inférieurs relativement à l’épaule et à la hanche [6,33,37–39]. Plus
tard, les biomécaniciens se sont intéressés plus précisément au mouvement relatif de la cheville et le tracé
obtenu correspond à une courbe fermée (cyclogramme)
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
en forme de « poulaine » [2,12]. Ce mode de représentation a permis de mettre en évidence le rôle déterminant du membre oscillant dans la propulsion [2].
La représentation du mouvement relatif en fonction
du temps fournit une bonne visualisation des patrons de
mouvements cycliques continus, mais reste limitée à
des analyses cinématiques essentiellement descriptives
[2,12,22]. En outre, la durée du cycle de course étant
variable, le cyclogramme n’est pas bâti avec le même
nombre d’images d’un individu à l’autre. Ces images
correspondent à des événements distincts du cycle de
course. Yokoi et al. [41] ont alors eu l’idée de localiser
huit points repères spatio-temporels sur le cyclogramme
(par exemple, la reprise et la perte de contact du pied
droit au sol, la mi-distance de la phase d’appui du pied
droit). Ils ont ainsi pu identifier des différences cinématiques dépendantes de la stature des athlètes courant à
vitesse maximale. Bien que leurs analyses quantifient la
variabilité de chacun des points repères du cyclogramme pris séparément, elles ne permettent pas d’évaluer la variabilité du cyclogramme dans son ensemble.
Initialement destinée à la morphométrie géométrique,
l’analyse Procuste offre la possibilité d’utiliser des
points repères spatio-temporels « homologues » (on parlera ici de points « isodynamiques ») pour représenter
collectivement tous les cyclogrammes, après élimination
des différences de « taille ». Elle s’appuie ensuite sur des
analyses statistiques multivariées (analyse en composantes principales, régression linéaire multivariée), afin de
rechercher si la spécialisation, pour une distance de
sprint (60 m, 100 m, 200 m, 400 m), se traduit par des
changements de conformation du cyclogramme.
2. Sujets
La population d’étude comprend dix sprinters masculins, dont cinq spécialistes des sprints courts (du 60 m au
100 m) et cinq spécialistes des sprints longs (200 m au
400 m). Les sujets ont en moyenne 24 ans (DS : 3,7), une
taille de 178,5 cm (DS : 4,6), une longueur de membre
inférieur de 103,6 cm (DS : 3,1) et une masse corporelle
de 76,6 kg (DS : 8,4). Ces athlètes sont des coureurs
expérimentés, effectuant un entraînement spécifique à
raison de 8 à 12 h par semaine. Les épreuves de compétition auxquelles ils participent habituellement sont les
courses de 60 et 100 m pour les spécialistes des sprints
courts, et de 200 et 400 m pour les spécialistes des
sprints longs. Les meilleures performances réalisées pour
ces épreuves sont comprises entre 6,53 et 6,90 s pour le
60 m, 10,52 et 10,79 s pour le 100 m ; 21,16 et 21,77 s
pour le 200 m ; 49,5 et 50,9 s pour le 400 m.
3. Protocole expérimental
Le protocole consiste à réaliser quatre sprints (courses à vitesse maximale) sur une distance de 80 m, avec
une récupération active de 8 min entre chaque essai.
Les coureurs sont munis de marqueurs aux articulations
du membre inférieur droit, selon la définition de Zatsiorsky (grand trochanter, malléole externe) [42]. Ils
ont été filmés à l’aide d’une caméra à grande vitesse
(250 Hz), en vue latérale, dans un intervalle de 10 m
situé entre le 40e et le 50e mètre de la distance parcourue. L’intervalle est délimité par des cellules photoélectriques, afin de relever la vitesse moyenne de déplacement pour parcourir la distance filmée.
4. Méthode de traitement
4.1. Définition et saisie des points repères
des cyclogrammes de la cheville
Les marqueurs articulaires sont digitalisés sur 14 images de référence, correspondant à 14 événements clés du
cycle de course. Ces images sont facilement identifiables
chez tous les sprinters, quelle que soient leur spécialité et
leur morphologie. On obtient ainsi 14 points repères spatio-temporels, équivalents pour tous les cyclogrammes
(Fig. 1, Tableau 1). Quatre cyclogrammes par athlète
on été traités, soit un total de 40 cyclogrammes.
Les sept premières images de référence décrivant
l’appui du pied et le début de son levé jusqu’à l’appui
contralatéral sont identiques à celles qui décrivent la fin
du levé jusqu’à un nouvel appui. En supposant que le
mouvement cyclique de la jambe soit symétrique pour
les deux membres, nous pouvons extraire du cyclogramme des informations concernant la position relative des deux chevilles à un moment remarquable du
cycle de course.
Fig. 1. Les 14 images références du cycle de course correspondant aux
14 points repères spatio-temporels du cyclogramme. La trajectoire de
la cheville relative à l’articulation de la hanche (considérée comme
fixe) dessine le cyclogramme.
Fig. 1. The 14 reference frames of the running cycle corresponding to
the 14 spatiotemporal landmarks of the cyclogram. The ankle
trajectory related to the hip joint (considered as fixed) draws the
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Tableau 1
Choix des images de références (événements clés) du cycle de course pour définir les quatorze points repères spatio-temporels du cyclogramme
Choice of reference frames (key events) to define the fourteen landmarks of the cyclogram
1, 8
2, 9
3, 10
Prise de contact au sol
Hanche à l’aplomb de la cheville du membre d’appui
Cheville oscillante confondue avec le genou du membre
Perte de contact au sol
Alignement des chevilles sur une même horizontale
Jambe oscillante à l’horizontale
Extension maximale du genou avant la prise de contact au sol
4.2. Superposition Procuste des cyclogrammes
de la cheville
L’application de la superposition Procuste à l’étude
de trajectoires articulaires nous conduit à revisiter les
fondements théoriques de cette analyse. La superposition Procuste consiste en trois transformations géométriques, que nous illustrerons en prenant l’exemple de
deux triangles ABC et DEF de position, de taille et
d’orientation différentes [3,15,20,25,26,29,30,34,35].
La première transformation élimine les différences de
position par translation. Les triangles sont déplacés de
façon à faire coïncider leurs centres géométriques (point
à partir duquel la somme des carrés des distances aux
trois sommets est minimale). La seconde transformation
consiste à réduire les deux triangles à une taille standardisée égale à l’unité. Pour normaliser, les coordonnées
des points du triangle sont divisées par la « taille centroïde ». La « taille centroïde » est la racine carrée de la
somme des carrés des distances entre le centre géométrique et chaque coordonnée de chaque point du triangle. Par exemple, pour le triangle ABC, la taille centroïde est :
ðOAxÞ2 þ ðOAyÞ2 þ ðOBxÞ2 þ ðOByÞ2 þ ðOCxÞ2 þ ðOCyÞ2
Après la division de chaque coordonnée de chaque
point de chaque triangle par la taille centroïde, la
somme des carrés des écarts entre le centre et les nouvelles coordonnées des points du triangle est égale à 1.
Pour le triangle ABC, on a :
ðOAx0 Þ2 þ ðOAy0 Þ2 þ ðOBx0 Þ2 þ ðOBy0 Þ2 þ ðOCx0 Þ2 þ ðOCy0 Þ2 ¼ 1;
où les points A’(Ax’, Ay’) ; B’(Bx’, By’) ; C’(Cx’, Cy’)
sont les nouvelles coordonnées des points du triangle
après les étapes de translation et de mise à l’échelle. Il
en est de même pour le triangle DEF. La troisième
transformation est une rotation qui réalise l’ajustement
optimal des deux triangles, A’B’C’ et D’E’F’, par une
procédure répondant au critère des moindres carrés : la
Foot strike
Hip and ankle projected on same vertical
Swing ankle superimposed on contact knee
Take-off support phase
Ankles projected on same horizontal
Swing leg at horizontal
Maximal extension of knee prior to foot strike
somme des carrés des écarts entre points homologues
des différents triangles doit être la plus faible possible.
On obtient ainsi de nouvelles coordonnées des points
repères (A’’, B’’, C’’ et D’’, E’’, F’’), traduisant les différences de forme pure ou de « conformation » entre les
deux triangles [3,4,17].
Les études de morphométrie ne se limitant pas à la
comparaison de deux objets, la méthode Procuste peut
être étendue à une collection d’objets : ici, 40 cyclogrammes dont chacun est décrit par 14 points repères [15].
Les résultats de superposition sont exprimés par le
« consensus » et les « résidus Procuste ». Le consensus
représente la conformation moyenne du cyclogramme,
pour tout l’échantillon. Les résidus Procuste sont les
variables de conformation, c’est-à-dire les différences
entre les coordonnées des points repères du cyclogramme, après superposition avec les coordonnées homologues du consensus. Les résidus Procuste définissent la conformation de chaque cyclogramme.
L’ajustement de superposition se réalisant sur l’ensemble des points, le déplacement d’un point dépend
de celui des autres, et son niveau de signification ne
peut être testé isolément [5].
4.3. Analyse en composantes principales
Une analyse en composantes principales (ACP) est
réalisée à partir de la matrice de variance–covariance
des résidus Procuste. Elle fournit une base de vecteurs
propres, les « composantes principales de conformation » [27]. Chacune de ces composantes est une combinaison linéaire des 28 variables initiales de conformation (14 résidus Procuste en deux dimensions),
décrivant un mouvement simultané et synchrone de
l’ensemble des points du cyclogramme. L’ACP classe
les composantes principales (CP) par ordre de valeur
propre décroissante : plus un type de déformation du
cyclogramme est retrouvé fréquemment dans l’échantillon, plus la valeur propre de la CP (exprimée en pourcentage de la variance totale) est importante. L’ACP
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
permet de visualiser les 40 cyclogrammes dans l’espace
des CP, et donc d’aider à repérer d’éventuelles « anomalies » dans leur distribution.
La superposition Procuste, les procédures statistiques et les représentations graphiques ont été effectuées
à l’aide du logiciel APS [28].
4.4. Régression linéaire multivariée
5. Résultats
Afin de rechercher s’il existe une relation entre la
conformation du cyclogramme et la spécialité du sprinter, nous utilisons la régression multivariée, dont le
principe est présenté par Kraznowski [18] et a été largement appliqué en morphométrie [25,26,31]. Les variables dépendantes sont les scores des cyclogrammes
sur les CP et la variable indépendante (explicative) la
spécialité du sprinter (G1 : 60 m, G2 : 100 m, G3 :
200 m, G4 : 400 m). L’équation à résoudre est la suivante : Y ij = bj × Xi, où Y ij est la matrice des scores des
cyclogrammes sur les CP, Xi est la variable de groupe et
bj est l’inconnue. Le coefficient de détermination R2 de la
régression multiple est calculé pour mesurer la qualité de
l’ajustement des données au modèle théorique linéaire, et
sert à la réalisation du test F de Fisher, donnant le niveau
de signification de la régression [4,23]. La solution de
l’équation de régression donne les coefficients b, utilisés
pour calculer la combinaison linéaire des CP comme suit :
V = (b1 × CP1 + b2 × CP2 + bj × CPj). Le vecteur de
conformation V traduit les changements de conformation
du cyclogramme corrélés à la spécialité de sprint.
5.1. Définition des groupes de sprinters en fonction
de leur spécialisation
4.5. Analyse de la variance
Une analyse de la variance à un facteur est réalisée à
partir des scores des cyclogrammes sur le vecteur V, afin
de vérifier la validité des groupes de spécialité. Le facteur est la spécialité de sprint à trois niveaux G2, G3, G4,
G1 n’étant pas inclus dans l’analyse en raison d’un trop
faible effectif. Les conditions d’application de l’analyse
de la variance ont été vérifiées par un test de Shapiro–
Wilk (normalité de la distribution) et un test de Levene
(homogénéité des variances). Une procédure de comparaison multiple (post-hoc Bonferroni) permettra de déterminer quelles sont les spécialités de sprint significativement distinctes les unes des autres.
4.6. Représentations graphiques
Les différences de conformation sont mises en évidence à partir de deux modes de représentation graphique : la projection des cyclogrammes dans l’espace
des composantes de conformation (CP1–CP2 et vecteur
V), et la visualisation des changements de conformation
qui leur sont associés.
Les 40 cyclogrammes ont été projetés dans le plan
des deux premières CP (Fig. 2). Le consensus est le
cyclogramme théorique situé au barycentre de l’espace
des CP. CP1 et CP2 représentent respectivement 50,3%
et 11,2% de la variance totale. Les 38,5% correspondent
à une variabilité intragroupe (un faible pourcentage de
l’information est lié à la spécialité de sprint).
Quatre groupes de sprinters sont relativement distincts sur CP1 : les spécialistes du 60 m (G1), du
100 m (G2), du 200 m (G3) et du 400 m (G4). Les
zones de recouvrement des nuages sur CP1 restent
néanmoins relativement étendues, notamment entre G2
et G3, puis G3 et G4. En revanche, G2 et G3 sont
séparés sur CP2. Les changements de conformation correspondant à CP1 et CP2 sont représentés le long des
axes. La description du changement de conformation du
cyclogramme est effectuée, de façon plus synthétique,
avec le calcul du vecteur V.
5.2. Corrélation entre conformation du cyclogramme
et spécialisation en sprint
La régression linéaire multivariée calculée avec les
deux premières CP est significative (R2 = 0,77 ;
F = 79,22 ; p < 10–6). Le vecteur a pour équation :
V = 0,93 × CP1 + 0,37 × CP2, la contribution des CP
suivantes étant proche de zéro (valeurs des coefficients
de régression b). Sur la Fig. 3, l’axe des abscisses correspond au groupe de spécialité (G1–G4) et l’axe des
ordonnées, au vecteur de conformation V. Les scores
des cyclogrammes sur le vecteur V s’échelonnent selon
un continuum : plus le sprinter est spécialisé sur de
courtes distances, plus le cyclogramme tend vers une
conformation fusiforme. Les changements de conformation peuvent être visualisés par quatre cyclogrammes
figurant les scores moyens sur le vecteur V de chacun
des quatre groupes.
L’ANOVA, réalisée à partir des scores des cyclogrammes sur le vecteur V, montre un effet significatif
de la spécialisation (test de Shapiro–Wilk : p = 0,313 ;
test de Levene : p = 0,728 ; test de Fisher : F = 27,492 ;
p < 10–6). Les tests post-hoc (Bonferroni) révèlent des
différences significatives entre les groupes G2 et G3
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Fig. 2. Analyse en composantes principales des 40 cyclogrammes de la cheville. CP1 : composante principale 1 (50,3 % de la variance totale) ;
CP2 : composante principale 2 (11,2 % de la variance totale). Les changements de conformation correspondant à CP1 et CP2 sont représentés le
long des axes. Sprinters spécialisés : G1 sur 60 m (cercles noirs), G2 sur 100 m (cercles blancs), G3 sur 200 m (carrés noirs), G4 sur 400 m (carrés
blancs). 1–10 : cyclogrammes moyens des 10 sprinters.
Fig. 2. Principal component analysis of 40 ankle cyclograms. CP1: principal component 1 (50.3% of total variance); CP2 : principal component 2
(11.2% of total variance). Shape changes corresponding to CP1 and CP2 are sketched along axes. Specialized sprinters: G1 on 60 m (dark circles),
G2 on 100 m (white circles), G3 on 200 m (dark squares), G4 on 400 m (white squares). 1–10: mean cyclograms of the 10 sprinters.
(p = 0,002), G2 et G4 (p < 0,0001), mais pas entre les
groupes G3 et G4 (p = 0,092).
5.3. Les quatre patrons du cycle de course
Le cycle de course a été décomposé en quatre phases
successives (Fig. 3) : (I) la phase de posé : de la prise
de contact du pied au sol (point 1) à la perte d’appui
(point 4) ; (II) le début du levé : de la perte d’appui
(point 4) à la prise de contact du pied contralatéral au
sol (point 8) ; (III) le retour du pied vers l’avant (mouvement balistique), qui se poursuit jusqu’à la perte
d’appui au sol du pied contralatéral (points 8–11) ;
(IV) la fin du levé, de la perte de contact du pied contralatéral au sol (point 11) jusqu’à la reprise de contact du
pied étudié au sol (point 1). La phase de levé comprend
deux phases aériennes (points 4–8 ; points 11–1), séparées par l’appui contralatéral (points 8–11).
Nous avons recherché dans les cyclogrammes quels
étaient les points repères qui présentaient le plus d’amplitude de variations, pour les distinguer de ceux qui
sont pratiquement invariants (Fig. 4). L’objectif est
d’identifier les invariants propres à la discipline du
sprint, largo sensu, et les variables susceptibles d’expliquer chaque spécialité de sprint (G1–G4).
Les principaux invariants, communs aux quatre
groupes, sont : la position de la cheville au moment
du retour du pied vers l’avant après la perte de contact
au sol (points 5 et 6), et au moment où le pied amorce
son trajet vers le bas et vers l’arrière à la fin du levé
(point 13). Les points repères qui présentent les plus
grandes variations sont, par ordre décroissant d’amplitude : la position de la cheville oscillante au moment de
la perte d’appui contralatéral (points 11–12), l’élévation
de la cheville vers le bassin (points 7–9), et enfin la
position de la cheville à la reprise de contact du pied
au sol (point 1) et à la perte d’appui (point 4).
5.4. Vitesse et spécialité de sprint
La « spécialisation » du sprinter est l’acquisition
d’un patron locomoteur répondant aux spécificités techniques de sa distance de prédilection (60 m, 100 m,
200 m et 400 m). On doit la distinguer de la capacité
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Fig. 3. Changements de conformation du cyclogramme en fonction de la spécialité de sprint. Abscisses : distance de spécialité en sprint (G1–G4).
Ordonnée : vecteur V calculé par régression multivariée (voir § Méthode). Sprinters spécialisés : G1 sur 60 m (cercles noirs), G2 sur 100 m (cercles
blancs), G3 sur 200 m (carrés noirs), G4 sur 400 m (carrés blancs). Les quatre patrons de spécialisation en sprint correspondent aux scores moyens
de G1–G4 sur le vecteur V. Phase d’appui : points repères 1–4 ; début du levé : points repères 4–8 ; retour du pied vers l’avant : points repères 8–11 ;
fin du levé : points repères 11–14. En gris : phases d’envol du cycle de course. Voir numéros des points repères, Fig. 1 et Tableau 1.
Fig. 3. Shape changes of the cyclogram according to the speciality of sprint. X-axis: distance of sprint speciality (G1–G4). Y-axis: V vector computed
from multivariate regression (see § Method). Specialized sprinters: G1 on 60 m (dark circles), G2 on 100 m (white circles), G3 on 200 m (dark
squares), G4 on 400 m (white squares). The four patterns of sprint specialization correspond to the mean scores of G1–G4 on the V vector. Stance
phase: landmarks 1–4; lift-off phase: landmarks 4–8; swing phase: landmarks 8–11; landing phase: landmarks 11–1. In grey: flight phases of
running cycle. See numbers of landmarks, in Fig. 1 and Table 1.
du sprinter à se déplacer avec la plus grande vitesse
possible (efficacité maximale).
Dans notre étude, les sprinters ont tous parcouru, à
vitesse maximale, une distance de sprint déterminée
(80 m), afin d’observer leur organisation motrice dans
les mêmes conditions. Le Tableau 2 montre que la vitesse moyenne de déplacement est très hétérogène, à la
fois au sein d’un même groupe (G2, G3), et entre les
quatre groupes. La conformation du cyclogramme n’est
pas liée à la vitesse maximale de déplacement
(Tableau 2).
6. Discussion
L’analyse Procuste s’est révélée une méthode particulièrement performante et fiable pour étudier les changements de conformation des cyclogrammes associés à
la spécialisation du sprinter. La mise à l’échelle des
cyclogrammes, couplée à un choix sélectif d’images
de référence du cycle, est essentielle lorsqu’on cherche
à quantifier la dynamique intersegmentaire, indépendamment des facteurs de « taille » et de « vitesse »
[1]. Il est à préciser que l’absence de référentiel fixe
et l’élimination des différences de taille impliquent
une certaine précaution dans la lecture des cyclogrammes. En effet, la position des points repères doit être
interprétée en termes de déplacements relatifs.
L’ACP se prête particulièrement bien à la superposition Procuste, car les résidus sont trop nombreux pour
être directement exploitables [25,27,31]. En effet, un
nombre trop élevé de variables crée un excès des degrés
de liberté et une diminution de la puissance des tests
statistiques [32]. Les composantes principales révèlent
ici les principales variations de conformation du cyclo-
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
Fig. 4. Amplitudes des déplacements relatifs des points repères du
cyclogramme. Abscisses : numéros des points repères. Ordonnées :
amplitude de la variation calculée par addition des résidus Procuste
pour chaque point repère. Phase d’appui : points repères 1–4 ; début
du levé : points repères 4–8 ; retour du pied vers l’avant : points
repères 8–11 ; fin du levé : points repères 11–14. En gris : phases
d’envol du cycle de course. Voir numéros des points repères sur la
Fig. 1 et le Tableau 1.
Fig. 4. Magnitudes of relative landmark displacements of the
cyclogram. X-axis: numbers of landmarks. Y-axis: magnitude of the
variation calculated by addition of Procrustes residuals for each
landmark. Stance phase: landmarks 1–4; lift-off phase: landmarks 4–
8; swing phase: landmarks 8–11; landing phase: landmarks 11–1. In
grey: flight phases of running cycle. See numbers of landmarks in
Fig. 1 and Table 1.
Tableau 2
Vitesse (moyenne ± DS) de quatre séquences de sprint par individu,
en m. s–1
Velocity (mean ± SD) of four sprint sequences for each individual, in
m. s–1
m : Moyenne ; σ : écart-type. Sprinters spécialisés : G1 sur 60 m ; G2
sur 100 m ; G3 sur 200 m ; G4 sur 400 m.
m: Mean; σ: standard deviation. Specialized sprinters: G1 on 60 m;
G2 on 100 m; G3 on 200 m; G4 on 400 m.
gramme de la cheville au sein d’une population hétérogène de sprinters, tant par leurs morphologies, que par
leurs performances motrices (évaluées par la vitesse de
déplacement durant l’expérimentation) [7,24]. La sélection des CP présente un double avantage : (1) compenser les erreurs de digitalisation (dues aux phénomènes
de perspective et de parallaxe, lors de la prise de vue et
au glissement des marqueurs sur la peau) ; (2) éliminer
les paramètres de nuisance générés par la superposition
L’intérêt du vecteur V est d’obtenir la combinaison
linéaire des CP les plus significatives pour exprimer les
changements de conformation associés aux différentes
spécialités de sprint. Les petites variations significatives, qui passaient jusqu’alors inaperçues avec les méthodes classiques, peuvent être ainsi visualisées en les
amplifiant, pour aider à la compréhension du processus
de spécialisation. Nos résultats montrent que les changements de conformation du cyclogramme s’opèrent
selon un continuum, allant des sprinters de 60 m aux
sprinters de 100 m, 200 m, et 400 m. Les différences
résultent d’une combinaison de caractéristiques cinématiques spécifiques dans les quatre phases du cycle de
course. G1 : le sprinter spécialisé sur la plus courte
distance de sprint (60 m) présente un cyclogramme de
conformation très fusiforme. À l’appui, le sprinter
adopte une position relativement plus fléchie du membre inférieur, ce qui s’observe par le déplacement de
l’ensemble des points 1 à 4 au-dessus du consensus.
Cette plus grande flexion permettrait de tracter plus facilement le corps vers l’avant pendant la phase initiale
du poser (point 1 à 2), afin de réduire les forces de
freinage consécutives à la reprise de contact au sol et
générer plus tôt des forces propulsives pendant l’appui
[19,40]. Pendant le levé, le retour du pied vers l’avant
s’effectue selon une trajectoire la plus tendue possible,
d’où une atténuation de la pente de dénivellation du
cyclogramme (points 8–11). À la fin du levé, la cheville
décrit une trajectoire haute en avant de la hanche
(points 11–13) ; ceci peut s’expliquer par une plus
grande flexion de la hanche, accompagnée d’une extension rapide du genou [11]. À ce sujet, Deshon et Nelson
[10] affirment qu’une grande élévation du genou est un
des facteurs déterminants d’une course efficace. Elle
facilite une reprise active de l’appui au sol, qui s’effectue grâce à un mouvement rapide du pied dans le sens
opposé du déplacement (points 13, 14 et 1). Hay [16] et
Slocum [36] soulignent le rôle majeur de cette action
pour effectuer la reprise de contact au sol, le plus proche possible de la projection verticale du centre de gravité, et limiter ainsi l’amortissement. G2 et G3 : les
sprinters de 100 et 200 m présentent une conformation
plus ovoïde du cyclogramme. Les caractéristiques décrites chez le sprinter de 60 m sont ici atténuées : en
particulier, la trajectoire de la cheville est moins rectiligne lors du retour de la jambe vers l’avant (points 8–
11), mais aussi moins haute en avant de la hanche, à la
fin du levé (points 11–13). En outre, l’action antéropostérieure du pied qui précède la reprise de contact
au sol (points 13, 14, 1) est moins rasante, traduisant
chez ces sprinters une tendance à rapprocher davantage
le pied du sol que sous le bassin. G4 : les sprinters
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
spécialisés sur la plus longue distance de sprint (400 m)
ont un cyclogramme plus haut dans sa partie postérieure. Cette conformation, qui justifie le nom de « poulaine », se rapproche du cyclogramme des coureurs de
demi-fond (800 m) [8]. Les sprinters de longue distance
reprennent appui au sol, avec une position du membre
inférieur plus inclinée et plus tendue (point 1–4 situés
en dessous du consensus). Au début du levé (points 4–
8), la cheville remonte et atteint un point haut (point 8),
permettant d’emmagasiner une énergie potentielle utilisable pour un retour économique de la jambe vers l’avant (points 8–13). Il semble que ces sprinters profitent
davantage de la réaction passive des muscles fléchisseurs du genou, préalablement mis en tension par une
extension vigoureuse durant la phase de poussée [36].
En dépit des différences cinématiques entre les spécialités de sprint, tous les sprinters présentent deux paramètres invariants, indispensables à l’équilibre dynamique du corps en mouvement, qui sont l’amorce du
retour du pied vers l’avant après la perte d’appui au
sol (points 5 et 6) et celle de la reprise d’appui (point
13). Ces paramètres ici invariants sont, au contraire,
fortement modifiés dans les autres types de course
(courses de demi-fond et de fond).
Cette étude a été financée par l’équipe FRE 26 96 du
CNRS et par l’Université d’Évry-Val-d’Essonne. Nous
remercions tout particulièrement les athlètes et leurs entraîneurs, Christian Kapfer et Gaby Occuli, pour leur
collaboration, sans qui ce travail n’aurait pas été possible. Nos remerciements vont aussi à Francine Clerc et
à Éric Pellé pour la réalisation technique.
R.McN, Alexander, The dependence of gait on size, speed, and
gravity, in: F.K. Jouffroy, M.H. Stack, C. Niemitz (Eds.), The
Gravity, Posture and Locomotion in Primates, Il Sedicesimo,
Firenze, 1990, pp. 79–85.
J.-P. Blanchi, M. Pierre, P. Trouillon, R. Vaussenat, Biodynamique de la course : rôle du membre oscillant, Staps 6 (1982)
F.L. Bookstein, Size and shape: a comment on semantics, Syst.
Zool. 38 (1989) 173–180.
F.L. Bookstein, Morphometric tools for landmark data: geometry and biology, Cambridge University Press, Cambridge, 1991.
F.L. Bookstein, Metrics and symmetries of the morphometric
synthesis, in: K.V. Mardia, C.A. Gill (Eds.), Proceedings in Current Issues in Statistical Shape Analysis, Leeds University
Press, Leeds, 1995, pp. 139–153.
D. Brinkman, Structural correlates of tarsal and metatarsal functioning in Iguana (Lacertilia; Iguanidae) and other lizards, Can.
J. Zool. 58 (1980) 277–289.
A. Daffertshofer, C.J.C. Lamoth, O.G. Meijer, P.J. Beek, PCA
in studying coordination and variability: a tutorial, Clin. Biomech. (Bristol, Avon) 19 (2004) 415–428.
L. Decker, C. Berge, S. Renous, X. Penin, F. Natta, The Procrustes method applied to the study of knee and ankle cyclograms in human locomotion: comparison of middle-distance
runners and sprinters, Arch. Physiol. Biochem. 112 (2004) 92.
G. Demenÿ, Mécanisme et éducation des mouvements, Félix
Alcan, Paris, 1924.
D.E. Deshon, R.C. Nelson, A cinematographical analysis of
sprint running, Res. Q. 35 (1964) 453–454.
C.J. Dillman, Kinematic analyses of running, Exerc. Sport Sci.
Rev. 3 (1975) 193–218.
B. Gajer, A. Durey, C. Hanon, C. Thépaut-Mathieu, La poulaine : une représentation complexe de la foulée, Sci. Sports
12 (1997) 24–25.
C. Goodall, Procrustes methods in the statistical analysis of
shape, J. R. Stat. Soc. [Ser A] 53 (1991) 285–339.
C. Goodall, Procrustes methods in the statistical analysis of
shape revisited, in: K.V. Mardia, C.A. Gill (Eds.), Proceedings
in Current Issues in Statistical Shape Analysis, Leeds University
Press, Leeds, 1995, pp. 18–33.
J.C. Gower, Generalized Procrustes analysis, Psychometrica 40
(1975) 33–51.
J.G. Hay, Biomécanique des techniques sportives, Vigot, Paris,
D.G. Kendall, Shape manifolds, Procrustean metrics and complex projective spaces, Bull. Lond. Math. Soc. 16 (1984) 81–
W.J. Kraznowski, Principles of multivariate analysis, Clarendon
Press, Oxford, 1988.
R. Mann, P. Sprague, A kinetic analysis of the ground leg
during sprint running, Res. Q. Exerc. Sport 51 (1980) 334–348.
L.F. Marcus, Traditional morphometrics, in: F.J. Rohlf, F.L.
Bookstein (Eds.), Proceedings of the Michigan Morphometrics
Workshop. Special Publication Number 2, University of Michigan Museum of Zoology, Ann Arbor, 1990, pp. 77–122.
E.J. Marey, Le mouvement, Masson, Paris, 1894.
M.J. Milliron, P.R. Cavanagh, Sagittal plane kinematics of the
lower extremity during distance running, in: P.R. Cavanagh
(Ed.), Biomechanics of distance running, Human Kinetics,
Champaign, Illinois, 1990, pp. 65–105.
J.E. Mosimann, Size allometry: size and shape variables with
characterization of the lognormal and generalized gamma distributions, J. Am. Stat. Assoc. 65 (1970) 930–945.
K.M. Newell, D.M. Corcos, Variability and Motor Control,
Human Kinetics, Champaign, Illinois, 1993.
X. Penin, Modélisation tridimensionnelle des variations morphologiques du complexe crânio-facial des hominoidea, thèse,
université Paris-6, 1997.
X. Penin, Analyse et prévision de croissance crânienne par
superposition Procruste, Rev. Orthop. Dento Faciale 33 (1999)
X. Penin, Exploration de la variabilité des formes faciales par
les composantes de conformation, J. Edgewise 41 (2000) 39–
X. Penin, APS: Applied Procrustes Software, freeware: http://, 2001.
X. Penin, M. Baylac, Analysis of the skull shape changes in
Apes using 3D Procrustes superimposition, in: K.V. Mardia,
C.A. Gill (Eds.), Proceedings in Current Issues in Statistical
Shape Analysis, Leeds University Press, Leeds, 1995,
pp. 208–210.
L. Decker et al. / C. R. Palevol 5 (2006) 571–581
[30] X. Penin, M. Baylac, Comparaison tridimensionnelle des crânes
de Pan et Pongo par superposition procuste, C. R. Acad. Sci.
Paris, Ser. III 322 (1999) 1099–1104.
[31] X. Penin, C. Berge, M. Baylac, Ontogenetic study of the skull
in modern humans and common chimpanzees: neotenic hypothesis reconsidered with a tridimensional Procrustes analysis,
Am. J. Phys. Anthropol. 118 (2002) 50–62.
[32] C.R. Rao, Covariance adjustment and related problems in multivariate analysis, in: P.R. Krishnaiah (Ed.), Multivariate analysis, Academic Press, New York, 1966, pp. 87–103.
[33] O. Rocha Barbosa, S. Renous, J.-P. Gasc, Comparison of the
fore and hind limbs kinematics in the symmetrical and asymmetrical gaits of a caviomorph rodent, the domestic guinea pig,
Cavia porcellus (Linné, 1758) (Rodentia, Caviidae), Ann. Sci.
Nat. Zool. 17 (1996) 149–165.
[34] F.J. Rohlf, Shape statistics: Procrustes superimpositions and tangent spaces, J. Classif. 16 (1999) 197–223.
[35] F.J. Rohlf, D. Slice, Extensions of the Procrustes methods for
the optimal superposition of landmarks, Syst. Zool. 39 (1990)
[36] D.B. Slocum, S.L. James, Biomechanics of running, JAMA 205
(1968) 721–728.
[37] R.C. Snyder, Adaptations for bipedalism of lizards, Am. Zool. 2
(1962) 191–203.
[38] V.B. Sukhanov, General system of symmetrical locomotion of
terrestrial vertebrates and some features of movement of lower
tetrapods, Amerind Publ. Co. Pvt. Ltd, New Delhi, 1974 (original publication in Russian, 1968).
[39] W.F. Walker Jr., A structural and functional analysis of walking
in the turtle Chrysemys picta marginata, J. Morphol. 134 (1971)
[40] G.A. Wood, Biomechanical limitations to sprint running, in: B.
van Gheluwe, J. Atha (Eds.), Medicine and Sport Science, Karger, Basel, Switzerland, 1987, pp. 58–71.
[41] T. Yokoi, K. Shibukawa, M. Ae, Y. Hashihara, Effects of stature
difference on sprint running motion, in: B. Jonsson (Ed.), Biomechanics X-B, Human Kinetics, Champaign, IL, USA, 1987,
pp. 881–885.
[42] V. Zatsiorsky, Kinematics of Human Motion, Human Kinetics,
Champaign, IL, USA, 1998.