Télécharger le dossier artistique

ORIMITA
une femme dans la tourmente
une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
de
CLAIRE RENARD
librement inspiré du roman de Janine Matillon
Les deux fins d’Orimita Karabegovic
ed. Maurice Nadeau
Nouvelle Version Théâtre de La Bastille / Paris les 5 et 6 mai 2014
PIMC 45 avenue marceau 75116 paris t +33(0)1 47 20 24 [email protected]
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
DISTRIBUTION ..................................................................................................................................................... 3
SUR UN SUJET BRÛLANT…. ............................................................................................................................. 4
Scénario et Durée .................................................................................................................................................... 4
Protagonistes ........................................................................................................................................................... 4
…UNE FORME INVENTEE MÊLANT TEXTE ET CHANT LYRIQUE ........................................................... 5
Mise en scène et Scénographie : ............................................................................................................................. 6
Orimita traverse le temps et l’espace ...................................................................................................................... 6
QUESTIONS .......................................................................................................................................................... 6
RENCONTRES et ATELIERS ............................................................................................................................... 6
Claire RENARD, compositeur, ............................................................................................................................... 7
Gustavo FRIGERIO, metteur en scène et scénographe........................................................................................... 9
Emilie AUSSEL, vidéaste réalisatrice .................................................................................................................... 9
Isabel SOCCOJA, voix soliste .............................................................................................................................. 10
Delphine RUDASIGWA, comédienne ................................................................................................................. 11
FORMATION ....................................................................................................................................................... 11
Emmanuelle GUIGUES, viole de gambe .............................................................................................................. 12
Stelios PETRAKIS, lyra, ...................................................................................................................................... 12
EXTRAITS DE PRESSE ...................................................................................................................................... 13
PHOTOS ............................................................................................................................................................... 19
FICHE FINANCIERE ET TECHNIQUE…………………………………………………………………………24
CONTACTS……………………………………………………………………………………………………………………………….. 25
1
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Extrait du texte de Janine Matillon
Elle
Elle n’avait pas de cauchemars sanglants
Comme les autres
Elle se réveillait en hurlant
Mais ce n’était pas pour avoir rêvé de corps dépecés et de drapeau
Elle
Elle se voyait
En rêve traverser les massacres
Intacte
Toujours jeune et belle
Ou plus exactement conservant toutes les apparences de la jeunesse et de la beauté
Elle
C’était son cerveau qui était torturé
Il était pris dans les glaces d’un lac hyperboréen
Et dans ses efforts pour se libérer
Il se déchiquetait lui-même
Elle se réveillait en hurlant
Je ne peux plus penser, je n’ai plus de cerveau !
Elle en était sûre
Il s’était passé dans la guerre quelque chose de pire que la guerre
Mais elle ne pouvait trouver quoi.
Il y avait des trous.
La découverte soudaine, au fond de sa poche
D’une lettre de son professeur pour son directeur de thèse à Paris
Oui, là, il y avait des trous
Car c’était dans les trous qu’elle cherchait, les trous noirs de sa mémoire.
Des formes prenaient corps dans la brume matinale
Elle voyait se dessiner des barbelés, des miradors,
Puis derrière les barbelés, une rangée de long bâtiment bas
Elle fut dans l’un des bâtiments.
Elle était si fatiguée
Ou bien le monstre nocturne avait-il à ce point entamé son cerveau
Que de toutes ses longues études sur Mallarmé,
Sa mémoire ne lui rendait que quelques bribes de poèmes.
Et alors, elle vit l’école.
C’était une école d’avant la Deuxième Guerre Mondiale.
Maintenant, elle le savait
C’était ici qu’elle allait mourir.
2
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
DISTRIBUTION
- Claire RENARD
- Janine MATILLON
- Gustavo FRIGERIO
- Emilie AUSSEL
composition musicale et direction artistique
texte
metteur en scène et scénographe
vidéo
- Delphine RUDASIGWA
- Isabel SOCCOJA
- Emmanuelle GUIGUES
- Stelios PETRAKIS,
comédienne
mezzo-soprano
viole de gambe
lyra
Bande de sons fixés avec
- Isabel SOCCOJA
- Osama KHOURY
- Arayik BAKHTIKYAN
mezzo-soprano
qanun
duduk
- EricDeforge
- Frédéric Renois
- Maxime Lance
- et Alexis Derouet
création lumière
création costumes
ingénieurs du son / Césaré
Régie Tournée
- Laurent d’Asfeld
- Julien Guinard
- Antoine di Giuli
- Jean Grison
régisseur général
régisseur son
régisseur vidéo
régisseur lumière
Dans une première version, Orimita a été créé à l’Opéra de Reims le 8 mars 2013
3
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
SUR UN SUJETBRÛLANT….
Une guerre, une guerre de purification ethnique.
Dans cette guerre, une femme, Orimita, personnage emblématique de la souffrance des populations civiles et de
la torture des femmes, plus particulièrement.
Prisonnière dans un camp d'"ensemencement", elle subira la torture physique, le viol autant que la torture
psychique du discours très rationnel, très cultivé du "professeur", faisant une "expérience" de purification ethnique.
Elle échappera à ce camp, mais, victime dans sa chair et dans son esprit, elle est désormais dissociée d'elle-même,
de plus en plus dissociée à mesure de son errance dramatique entre les parties combattantes et les forces du Nouvel
Ordre Mondial, soi-disant chargées de la protéger à coup de mensonges médiatiques.
Fuyant vers une destination qui se précise petit à petit dans son esprit, elle décidera- mais le décide - t'elle
vraiment ? - de se venger en devenant meurtrière à son tour.
Scénarioet Durée
Le scénario suit Orimita dans son destin tragique.
Depuis le camp où elle est prisonnière (Ière partie), puis dans l'errance où elle est confrontée au chaos des foules
déplacées, à l'hypocrisie des forces internationales, à l'intolérance des combattants de quelque bord qu'ils soient
(IIème partie), jusqu'au meurtre final (IIIème partie), nous verrons cette femme pétrie de culture et d'humanité,
progressivement se dédoubler et se regarder agir comme les monstres froids qui l'ont rendues ainsi.
S. Mallarmé l'accompagne dans son destin jusqu'à lui être fatal, puisque c'est justement sa culture qui lui vaut
d'être "sélectionnée" comme objet d'expérimentation, jugée digne par le "professeur" d'être ensemencée.
D’une durée d’environ 1h30, l’œuvre est composée d’un prologue et de 3 parties.
- 1ère Partie comportant 6 épisodes : Assassinat de la culture
- 2ème Partie comportant 4 épisodes : Assassinat de la vie
- 3ème Partie comportant 3 épisodes : Assassinat de l’âme
Protagonistes
Orimita met en scène un personnage principal, une femme, dédoublée en une comédienne récitante et une
chanteuse (mezzo-soprano) ainsi qu’un joueur de lyra crétoise, une violiste, une bande enregistrée et un dispositif
de diffusion visuel et sonore .
4
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
…UNE FORME INVENTEE MÊLANT TEXTE ET
CHANT LYRIQUE
Librement adapté par Janine MATILLON elle-même, de son roman Les deux fins d'Orimita Karabegovic (Ed.
Maurice Nadeau), il s’agitd’une œuvre utilisant des outils numériques au service du propos énoncé : confronter la
réalité de la souffrance du corps à l’univers médiatique omniprésent, questionner le rapport entre la culture et la
barbarie.
Une expérience musicale singulière :
Orimita chante, Orimita raconte
Etant donné le thème de la confrontation des cultures, il fut entrepris, en préalable à toute écriture, un travail de
rencontres avec des musiciens d’origines instrumentales diverses, classiques et ethniques, aux fins de découvertes
réciproques de façons de faire et de modes de jeux (kanun jordanien, lyra crétoise, duduk arménien, luth, viole de
gambe, etc…).
Ces rencontres ont donné lieu à une série d’enregistrements dont la composition sur bande constituele fondement
de l’œuvre, donnant une couleur particulière à la sonorité de celle-ci.
La forme musicale fait corps avec le propos énoncé. Par la mise en regard de sonorités et de pratiques inhabituelles,
liées à l’utilisation et au mélange d’instruments de traditions musicales orales et écrites associés à une bande
électro-acoustique, la composition joue autant sur la mixité inattendue et les frottements harmoniques des timbres
que sur le paradoxe de mélodies ancestrales alliées au « concret » de certaines sonorités faisant surgir par moments
une mémoire nostalgique.
Aux contrastes tels que simplicité / complexité, chant solitaire / gestes instrumentaux, effets violents et déferlants
de l’électronique et de l’électroacoustique, présence acoustique frontale de proximité / diffusion spatiale
encerclante -, s’ajoute par instants, l’intrusion inattendueet brève du réel sonore capté sur les ondes.
Le choix du duo chant lyrique / récit est directement issu du propos où l’héroïne se voit progressivement se
dédoubler.
Totalement intégré au tempo de la bande, le récit est énoncé d’une manière sobre et sans compassion, tandis que
la composition vocale lyrique fait écho par moment, aux divers modes utilisés par les instruments enregistrés. Le
plus souvent en alternance, ces deux voix se mêlent pourtant dans plusieurs duos parlés - chantés. Enfin, la voix
lyrique est, de temps en temps, multipliée à la façon d’un chœur et diffusée dans l’espace, jouant sur des effets de
réminiscence et d’éloignement.
L’ensemble instrumental et la bande sont traités de manière relativement « brute », contrastant avec des
mélodies nostalgiques.
Suivant le propos de déshumanisation progressive, les sonorités plutôt modales au départ, sont au fil du temps de
plus en plus âpres jusqu’à n’être presque plus rien.
Par ailleurs, sachant que le jeu de la lyre crétoise relève de la tradition orale, certaines parties instrumentales sont
semi-improvisées à partir d’un réservoir de rythmes et modes de jeux utilisés par cet instrument.
La bande est composée des improvisations rassemblant les musiciens de traditions différentes, d’enregistrements
de la voix chantée ainsi que de sons de diverses sources instrumentales et concrètes.
Enfin, la spatialisation est partie intégrante de la composition, allant d’une diffusion frontale à une diffusion
enveloppante, traversante, tourbillonnante, ou encore au plus près de l’auditeur - grâce à un système de diffusion
spécifiquement développé pour ce projet – avec des plans sonores différents selon l’évolution de l’histoire .
Qu’ils soient vocaux, instrumentaux ou électroacoustiques, les gestes musicaux et les sonorités mêlées de chacun
des pôles se font le reflet d’une situation paradoxale entre la mémoire d’un passé de culture et la dureté d’un
présent d’horreur.
5
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Mise en scène et Scénographie :
Orimita traverse le temps et l’espace
Le récit, simple, distancié et ironique, est le fil conducteur de la dramaturgie tandis que la voix chantée, lyrique,
représente, en contrepoint, le surgissement de la conscience à travers des textes poétiques lapidaires.
En complément de la musique, la temporalité de la transformation de l’héroïne se manifeste dans l’occupation de
l’espace.
Intimiste dans un premier temps, la mise en scène fait part dans un deuxième temps, de la solitude de plus en plus
grande d’Orimita dans l’espace et le temps qu’elle parcourt et les flux incessants au milieu desquels elle se déplace
après son évasion du camp, jusqu'à la scène finale où son isolement dans la nature lui donne la force de réaliser
son geste tragique .
La scénographie réelle est dépouillée, simple, réduite à l’essentiel : une grande table en bois, une chaise, et
quelques accessoiresmobiles laissant ainsi l’espace suffisamment vide pour permettre à la lumière et aux images
vidéo de jouer leur rôle.
La scénographie virtuelle est constituée de projections vidéo.
Inspirées du livre original, les images vidéosuivent la temporalité des saisons allant du gris de l’hiver aux couleurs
de l’automne en passant par le vert du printemps.
Ces images virtuelles sont comme un mur contre lesquelles se cogne sans cesse Orimita.
Aucune image réaliste ne sera montrée, seule la force du texte et de la musique feront part de la violence de la
situation à laquelle est confrontée l’héroïne.
QUESTIONS
Qu’est-ce qui, dans l’humain, engendre la barbarie ?
Peut-on encore parler de culture lorsque celle-ci, détournée de son but, engendre la souffrance du corps de l'autre,
lorsque la raison justifie les actes de barbarie ?
Peut-on parler de culture lorsque le corps de la femme n'est plus qu'un objet d'expérimentation et
d’instrumentalisation d’une idéologie de pureté justifiant, en particulier, le viol ?
Peut-on parler de culture lorsqu’informations, images et sons médiatiques ne sont plus que mensonges, perversions
et vampires de la souffrance réelle ?
A ces questions, Orimita répond à sa façon.
RENCONTRESet ATELIERS
Suivant les possibilités d’accueil des structures intéressées par cette proposition, Orimita est présentée sous deux
formes: celle de la création « opéra », ou sous une forme réduite adaptable à des lieux divers.
Par ailleurs, tant par son sujet que par sa pluridisciplinarité, Orimita peut être l’occasion- en particulier auprès des
adolescents, des étudiants et des associations - de rencontres, ateliers, ou autres, à imaginer avec les lieux de
diffusion.
6
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
BIOGRAPHIES
Claire RENARD, compositeur,
Formée à la pensée de Pierre Schaeffer (diplômée du CSNSM /Paris 1973) – Claire Renard, compositrice, est aussi
l’auteur de spectacles musicaux, d’installations sonores et de musiques de spectacles joués en France et à l’étranger
(Festivals : Biennale Musiques en Scène/ Lyon, Festival Archipel / Genève, Festival d’Ile de France, Festival 100 Dessus
Dessous/ La Villette / Paris, Futura, Ars Musica /Belgique, Festival itinérant [email protected]/Balkans, Taormina/Italie,
Kunst in Bewegung/ Autriche, Ateneum/The Finnish National Gallery/Finlande, Fournos Art Center & Nouvelles
Technologies /Athènes, etc...). Prix Villa Médicis Hors les Murs 1990, Prix Fondation Beaumarchais en 1990 pour le
domaine audiovisuel et en 2002 pour le domaine lyrique, titulaire d’une bourse de recherche du Dicream- 2002 et 2010,
elle reçoit des commandes de l’Etat et de différents organismes.
De sa double formation classique (elle a longtemps été professeur de piano) et électroacoustique, elle a gardé le goût de
la rigueur et de l’expérimentation, interrogeant sans cesse l’acte compositionnel et la façon de le donner à percevoir dans
une société en évolution permanente et hautement technologique.
Chacune de ses compositions reflète la mise en œuvre d’un projet d’écoute spécifique lié à l’utilisation des
nouvelles technologies, comme Allo Musique au Centre Pompidou (1991) ou La part de l'ouïe au Théâtre de SaintQuentin-en-Yvelines (1995). Puis, avec le soutien de la Commission Européenne/Programme Raphaël (1997), la
première composition/exposition Muistan (création à Ateneum/ The Finnish National Gallery/Helsinki, 1999), suivie de
La musique des mémoires, (créationHelsinki 2000, Capitale européenne de la culture et tournée en Europe 2000/02),
Mémoire de ville, créée à la Chapelle des Franciscains – Saint-Nazaire (2002), ou encore le concert déambulatoire La
Muse en son jardin ou L’esprit des lieux (Festival Ile-de-France 2003) utilisant l’espace du jardin comme lieu de
résonance. Plus récemment,Chambre du Temps, installation créée avec la collaboration du designer finlandais Esa
Vesmanen, au Musée d’Art Contemporain de Lyon dans le cadre de la Biennale Musiques en Scène (2006), et tournée
(2006-2009).
Ces différentes créations soulignent l’attention que, depuis sa première pièce La vallée close - où chœurs et
instrumentistes entouraient le public -, elle porte à la notion d’espace et aux conditions de perception, reliant de façon
quasi indissociable la composition même - qu’elle soit vocale, instrumentale ou sur bande - et la façon dont la pièce est
donnée à percevoir au public.
Par ailleurs, la voix est au centre de son travail, qu’elle soit chantée comme dans sa première pièce La vallée close
créée par les Percussions de Strasbourg, les Percussions de Tréffort et le Chœur Résonance Contemporaine (1986), ou
dansCol Canto, drame lyrique (création Théâtre de Saint-Quentin-en –Yvelines, Ensemble Ars Nova / Ph.Nahon, 1995),
Emportez-moi, pour voix et piano/bandonéon (création Cabaret Contemporain/ Mireille Larroche/ Péniche-Opéra,
1998), et/ou associée à une bande comme dans La Muse en son jardin ou L’esprit des lieux (création Festival d’Ile de
France, avec Isabelle Soccoja, soliste et l’Ensemble Instrumental Ars Nova / Ph.Nahon- 2003) -, ou parlée, comme dans
La musique des mémoires, composition/exposition (2000), ou I need, pièce pour voix sur bande (création Rencontre
Européenne Objective1=Art=Objective 1 Festival Kunst in Bewegung/ Autriche2001).
Elle explore aussi des univers mixtes instrumentaux – comme le shakuhachi mêlé à des instruments de tradition
occidentale dans Col Canto ( 1995) , Les Plis du Ciel, ( 2003)- et pluridisciplinaires - instruments baroques, bande et
lumière dans Brèves d’été (création Théâtre de la Bastille/ Paris/ création plastique Adalberto Mecarelli, 1994), mise en
espace dans Pour Octave ou La Muse en son jardin ou L’esprit des lieux ,associant alors à son travail plasticiens et
metteurs en scène. Elle collabore ainsi avec le théâtre, la danse et le cinéma (Catherine Dasté, Stéphanie Aubin, Gustavo
Frigerio, Jacques Kébadian, Esa Vesmanen ...)
Chacune de ses créations est empreinte des réflexions qu’elle mène sur la relation entre le compositeur et la cité. Elle est
ainsi en résidence de compositeur dans des lieux très divers : Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines (1994 /1996 ), Ville
d'Epinal (1998), Conservatoire National de Région de Grenoble (1999), Théâtre Athénor/Saint-Nazaire(2000), Villa
Gamberaia Italie 2001/2002, rencontre européenne Objective1=Art=Objective1- Autriche (2001), Résidence d’artistes
/Parc et Grande Halle de la Villette, GRAME/ Centre National de Création Musicale/ Lyon et Sally and Don Lucas
Artists Programs Montalvo Art Center-Californie- USA (2005 / 2006), Théâtre de la Cité Internationale / Paris 2009. En
2010/11 elle est en résidence au Théâtre du Crochetan / Suisse et à Césaré/ Centre National de Création Musicale/ Reims
et à la Muse en circuit/ Centre National de Création Musicale/ Paris 2012-13.
_Parallèlement, elle mène une recherche sur le rôle de la création dans l’apprentissage musical dans différentes
structures (GRM (1973/77, CERM-Metz (1978/81), IRCAM (1983), Centre Pompidou (1983/91) et forme à cette
démarche les adultes (Centre Pompidou, Cité de la Musique, Conservatoires, CFMI, Fondation Gulbenkian, Sibelius
Academy, etc)…Elle publie à ce sujet Le geste musical et Le temps de l’espace (ed. Van de Velde).
7
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Quelques créations
2013
Orimita tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui. Création Opéra de Reims avec D. Rudasigwa,
comédienne, M.G. Monet, mezzo-soprano, E. Guigues, viole de gambe, S. Petrakis, lyra crétoise et bande
enregistrée avec I. Soccoja, mezzo-soprano, A. Bartikian, duduk et O. Khoury, kanun.Mis.en.sc : Gustavo
Frigerio, vidéo : E.Aussel .
2011
Maquette vidéo Orimita. Mis.en.sc.G.Frigerio, vidéo E. Aussel. Journées Grame 2011/ Lyon
Avec D. Al-Joundi, comédienne, et bande enregistrée avec I. Soccoja, voix, E. Guigues, viole de gambe,
S. Petrakis, lyra crétoise, A. Bartikian, duduk, O. Khoury, kanun
2006
Chambre du Temps, installation sonore et plastique avec la collaboration d’Esa Vesmanen, designer et
vidéaste. Création Biennale Musiques en Scène - Musée d’Art Contemporain / Lyon. Enregistrements
avec l’Ensemble Instrumental Ars Nova et Isabel Soccoja et Laurent Dupont, voix. Tournée Institut
finlandais/ Paris, 2007 et Lönnström Art Museum / Finlande 2008, Design Forum /Helsinki 2009.
Diffusion acousmatique Festival Futura 2008, Nuit Blanche / Paris 2009 et Trans’électroacoustique /
GMEM 2011.
2004
Le souffle du temps, électroacoustique.
Création Festival 100 Dessus Dessous - Grande Halle de la Villette. Installation musicale et plastique
avec la collaboration d’Esa Vesmanen, designer. Présentation maquette Chambre du Temps. Voix : Isabel
Soccoja, soprano et Catherine Dasté, comédienne et metteur en scène.
2003
La Muse en son jardin ouL'esprit des lieux, concert-promenade .Commande de l 'Etat. Création Festival
d’Ile de France 2003 dans la Roseraie de L’Haÿ-les Roses, avec Isabelle Soccoja, soliste et l'Ensemble
Ars Nova, dir : Philippe Nahon, Mise en scène Gustavo Frigerio
2003
Les Plis du Ciel, pièce pour voix, shakuhachi, luth, viole de gambe, harpe et accordéon Commande de
l’Etat- Commande du GMEM - Création Festival Les Musiques - Marseille avec l’EOC, direction Daniel
Kawka . Futurs Composés/ Journées du Patrimoine 2010.
2002
Mémoire de ville, installation sonore.Création Galerie Chapelle des Franciscains/Théâtre Athénor / SaintNazaire / Scénographie : Esa Vesmanen.
Diffusion acousmatique Festival Futura 2010.
2001
I need, pièce pourvoix sur bande. Création Festival Kunst in Bewegung / ORF/ Ziel=Kunst=Ziel1 /
Autriche, puistournée en Europe /2001/02.
2000
La musique des mémoires, installation .Création Makasiinit/Helsinki/ 2000, tournée (2000-05) Fournos
Art Center&News Technologies/ Athènes, Cordoaria Nacional/Lisbonne et Chapelle des
Franciscains/Théâtre Athénor/Saint Nazaire, Festival itinérant [email protected] (Grèce, Bulgarie, Slovénie,
Allemagne), Festival Archipel -Genève (2005), Festival Futura (2008).
Scénographie : Esa Vesmanen.
1999
Les voix des murs, évènement sonore et musical pour les 30 ans du CNR de Grenoble. Création
Conservatoire national de région de Grenoble.
Muistan, installation. Création à l'Ateneum /The Finnish National Gallery / Helsinki/ Finlande,
scénographie : Esa Vesmanen.
Installation permanente : La Ville mémoire au Musée de Suomenlinna / Helsinki / Finlande.
1998
Emportez-moi, voix et bandonéon, création Cabaret Contemporain/ Mireille Larroche /Péniche Opéra.
1995
Col Canto, opéra de chambre création par l'Ensemble Ars Nova au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines,
1995 et tournée en 1996. Direction Philippe Nahon, mise en scène Gustavo Frigerio.
1994
Brèves d’été, contrepoint de musique et de lumière au Théâtre de la Bastille/Paris, avec une création
plastique d’Adalberto Mecarelli, 1994.
8
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Gustavo FRIGERIO,metteur en scène et scénographe
Metteur en scène, scénographe et comédien italien, il vit à Rome.
Il est l’auteur de spectacles où se mêlent différentes disciplines, ainsi de : Dell’odore della pelle, 1983, Théâtre
des Arts, Cergy-Pontoise, Festival de Polverigi, Italie, Théâtre Mickery, Amsterdam, inspiré de l’œuvre de Francis
Bacon ; Les idées se baladent toutes nues, 1988, Teatro Trianon, Rome, Théâtre des Arts, Cergy-Pontoise; Dove
esita l’immagine del mondo, 1992, Théâtre de la Bastille, Paris, De Singel, Anvers, Festival de Taormina, Sicile,
où chant et percussion font partie intégrante de l’action ;Black Out, Museo de la Nacion, Lima, 1993 ; Kholdampf,
MousonTurm, Francfort, 1994 ; Homicide acrobatique de F.Depero, Festival Orient-Occident / Rovereto et
Sophiensaele Berlin, 1998.Je deviendrai Medée, 1986, avec Noemi Lapzeson, Salle
Patino / Genève ; El lagarto y el la lagarta/ Festival imbeweging / Rotterdam avec la danse.
Il est aussi l’auteur des scénographies de ses propres spectacles ainsi que celles de Pour Octave, Curlew River,
EightSongs for a madking, Col Canto, La confession impudique.
Il met en scène des textes du répertoire théâtral comme Woyzeck, 1985, Rome, Amsterdam, Paris; Léonce et
Lena, 1987, Rome; Vêtir ceux qui sont nus, de Pirandello, Paris Théâtre de la Bastille, 2003; Così è se vi pare,
Pirandello, Grenoble, C.D.N.A., 2003 ; Les Nègres, de Jean Genet, avec des artistes africains, Rome, 2007, Festival
de Carthage, Tunis, Fabbrica Europa, Firenze, 2008 ; Noces de sang, F.G.Lorca/ Festival Polverigi, Lausanne,
Paris, 2011.
Depuis 1988, il assure la mise en scène de spectacles musicaux : Pour Octave, de Claire Renard, 1988, créé au
Théâtre des Arts de Cergy-Pontoise, repris au Centre Pompidou, Festival Ars Musica, Belgique, Festival Future
Musique ; Curlew River, opéra de B. Britten, 1993, ARCAL, créé à Caen et tourné en France ;Eightsongs for a
madking opéra de Maxwell Davies, 1994, pour le KammerOpera de Francfort ; Col Canto, drame lyrique de Claire
Renard, 1995, créé au Théatre de St-Quentin-en-Yvelines, et l’opéra de Bernard Cavanna La confession
impudique, créé à La Scène Nationale d’Orléans, janvier 2000; La Muse en sonjardin, spectacle-concert de Claire
Renard, Festival de l'Ile-de-France, Paris, 2003; Frauen-Donne, de Catharina Kroeger, pour soprano et musique
de Lombardi, Bucchi, Reimann, Montanaro, Roma, Sala Uno, 2004.
Il réalise en vidéo Woyzeck, qui obtient le 1er prix au concours de Narne Opera Prima, 1986, et Froissement
d’ailes tiré de Pour Octave, 1990, présenté au Festival MondiRiflessi, Villa Medici, 1991.
Comme comédien il a travaillé entre autres avec Pier’Alli, P. Friloux, F. Tiezzi, M. Solari. Récemment, il joue
dans Le silence de Nathalie Sarraute, mis.en sc. de Armand Deladoye, en Suisse et dans Le Grand Inquisiteur de
Dostoievski, mise en sc. de Madlen Materic, Théâtre de la Garonne, Toulouse, Théâtre de la Bastille, Paris (200910), et joue le rôle de Zio Sal dans le film de Woody Allen To Rome, with love (2011).
En 2012, il joue dans Dans la solitude des champs de coton de Koltès, mis.en sc. Armand Deladoye (Sierre,
Monthey, Lausanne, La Chaux de Fonds/ Suisse).
Il enseigne dans différentes écoles en Europe et depuis 2000, régulièrement, à l’Ecole du Théâtre des Teintureries
a Lausanne.
Emilie AUSSEL, vidéaste réalisatrice
Artiste vidéaste et réalisatrice, est née en 1980, à Montpellier. Elle vit à Paris et à Marseille.
Diplômée des Beaux-Arts de Montpellier en 2001, et de la Villa Arson à Nice en 2003, Emilie Aussel a terminé
sa formation au Fresnoy, Studio national des arts contemporains, à Tourcoing, en 2006.
Elle a réalisé des vidéos, « Le sourire » (DV n&b, 13 min, 2004), « Edenville » (DV cam> béta et DVD, 16
min,production de l’Ecole des Beaux-Arts de Montpellier, 2008), des court-métrages, « Scrubbing » (super 16 >
bétanumérique, 7min, projet de commande européen, 2004), « Pris au souffle » (super 16 > béta numérique, 15
min, production Le Fresnoy, 2005), « L’ignorance invincible » (super 16 > 35 mm, dolby SR, 21 min, coproduction leG.R.E.C et Shellac Sud, 2009). Ces vidéos et films ont été montrés dans des festivals en France et à
l’étranger(Pantin, Aix-en-Provence, Vila do Conde, Genève).
Elle a aussi réalisé des installations vidéos, « Blade affection » (installation pour 3 écrans, son 5.1 (ou stéréo,
etperformance live pour multi-écrans, voix et électronique, production Le Fresnoy, Abbaye de Royaumont, 2006)
et« Hoover » (installation vidéo - boucle, HD > DVD, production Le Fresnoy, 2006).
Au fil des années, son parcours lui a permis d’expérimenter différentes formes du récit, d’explorer les matières de
l’image et du son, ainsi que plusieurs approches du montage. Son travail personnel a évolué vers un cinéma plus
narratif, sans renier ses origines, mais en s’en nourrissant.
Parallèlement à ses films, elle collabore à des créations chorégraphiques, théâtrales et
musicalespluridisciplinaires et élabore ainsi des récits ou/et des installations vidéos destinées à la scène. Elle a
ainsi travaillé avec la compositrice Claire-Mélanie Sinnhuber pour « Bladeaffection » en 2006 (performance live
pour multi-écrans, voix et électronique, co-produite par le Fresnoy et la Fondation Royaumont). La même année,
9
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
elle réalise un tryptique vidéo pour un duo de danse créé et interprété par Philippe Blanchard (SWE/FR) et Gemma
Higginbotham (UK). En 2010,elle a crée un dytique vidéo pour « Contrôle d’identité », pièce théâtrale écrite et
mise en scène par Alexandra Badea.
Sesrécents films de fiction, deux moyen-métrages produits par Shellac Sud, ont été présentés l’un« Do you believe
in rapture? » au Festival du moyen métrage de Brive 2013 et l’autre, « Petite Blonde », dans le cadre de Marseille
2013 ainsi qu’au Studio des Ursulines/ Paris en 2013.
Isabel SOCCOJA, voix soliste
Isabel Soccoja a obtenu au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris des prix d’opéra (avec C. Patard)
et de musique de chambre (classe de Mr C. Ivaldi), au CNR de Reims des prix de chant piano, formation musicale
et musique de chambre. Elle est également lauréate des “Schubertiades” de la fondation France Télécom en 1996.
Invitée à l’Opéra (Théâtre du Châtelet, Atelier du Rhin, Opéra de Reims, de Besançon, de Lille …), elle a collaboré
avec l’Orchestre de Montpellier (“ Le miroir de Jésus“ ), l’Orchestre National d’Ile de France, l’Orchestre de Lyon
et interprète régulièrement les plus belles pages de la musique de chambre : les Chansons Madécasses de Ravel,
Pierrot Lunaire de Schönberg, Le Marteau sans Maître de boulez, Khoom de Scelsi, les Siebenfrühen Lieder de
Berg, la 4ème symphonie de G.Mahler .
L’intérêt qu’elle porte à la musique du 20ème siècle l’a amenée à collaborer avec des ensembles tels que l’Ens.
Intercontemporain, en tournée, sous la baguette de J. Noth, l’ Ens. Orchestral Contemporain, dir. D. Kawka, l’Ens.
Ars Nova, dir. P. Nahon, l’Ens. l’Itineraire, dir. P.Rophe, l’Ens. Sic, dir. F Rivalland, l’Ens. Fa dir. D.My, l’Ens.
Recherche, l’Ens. Utopik, l’Ens. Linea. elle a effectué des tournées dans le monde entier (SettembreMusica à
Turin, Romaeuropa, la WDR de Kôln, le festival d’alicante, Musicarama à Hong-Kong, Togamura au Japon,
Kaoshiung à Taiwan, le Centre Georges Pompidou, la Cité de la Musique et l’Ircam à Paris, le Festival de Spoleto,
le Deutschoperet le Konzerthaus de Berlin). Elle participe aussi à des spectacles de Théâtre (D.G.Gabily, Cie Le
Grain,C.Dormoy) et de danse (L. Touze, Olivia Grandville).
Attentive à la création d’œuvres nouvelles, elle a travaillé avec des compositeurs comme L. De Pablo, K.
Stockhausen, L. Berio et Le Marteau sans Maître avec P. Boulez.
Invitée régulièrement au Festival Présence de Radio-France, elle se produit également avec l’Orchestre National
de la Radio (œuvres de Lancino, Kaufmann, Toeplitz) ainsi qu’avec l’ens. MusifabbrikOpus 8, 13, 14 de Webern
sous la direction de Peter RundeL) à Bonn au Beethoven Festival, l’ens. Musique Nouvelle à Bruxelles (Sippal,
Dobbal,…de Ligeti sous la direction de Jean-Paul Dessy).
Après avoir effectué une tournée avec l’opéra Copernicus de C.Vivier dirigé par P.Rophe et mise en scène par
Stanislas Nordey à Banff, Montreal, Toronto, également à Strasbourg (festival Musica) et Huddersfield (Royaume
Uni), Isabel Soccoja a également interprété Wobist du Licht?au festival Ars Musica de Bruxelles ainsi qu’à la
fondation Gulbelkian à Lisboa.
Dans un autre répertoire, elle incarne le rôle de Mademoiselle Lange dans La Fille de Madame Angotdans la région
Nord-Pas-de-Calais (Opéra de Lille entre autres sous la direction de D. My, puis à Besancon sous la direction de
D. Trottein, mise en scène de B. Pisani. Egalement à Toulon dans Lucia de Lammermoor (Alisa), La Flûte
Enchantée de Mozart (la deuxième dame) et dernièrement Vincenetteau côté de L.Vaduva dans Mireille.
Récemment elle a chanté le Soprano II dans la Messe en Ut de Mozart à Caen sous la direction de M. Foster et
Shéhérazade de Ravel pour le festival de Kuopio en Finlande, le rôle de Dorabella dans Cosi fan Tutte" dans le
festival off d’Aix-en-Provence; C’est la deuxième année qu’Isabel Soccoja est invitée aux Folles journées de
Nantes, pour des programmes très variés, Falla, Llorca et Schubert. Dernièrement elle interprétait les “ Lieder
einfahrenden Gesellen” de G .Mahler sous la dir. De D.Kawka avec l’ens. Orchestral de Lyon.
Depuis 2013, elle enseigne le chant au Conservatoire du Mans.
10
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Delphine RUDASIGWA, comédienne
Opéra Spectacle Lyrique
2013
Orimita de Claire Renard, Opéra de Reims, mis.en Sc. Gustavo Frigerio
Théâtre
2012
2012
2011
2010
2010
2008
2008
2008
2008
2007
2007
2007
2007
2006
Court-métrage
Février 2005
Stage
Janvier 2009
FORMATION
2003  2006
1997  2000
1992  1995
Renens ou la pulsation des âges, composition originale de Gregorio Zanon inspirée
des Variation Goldberg de J.-S. Bach, textes tirés du Gitanjali de R. Tagore,
Festimixx 2012, Renens (CH)
Permettez-moi de vous offrir ma colère, spectacle-concert de Blaise Hofmann et
Stéphanie Riondel, mise en scène de Julie Burnier, Salle Paderewski, Lausanne
(CH)
L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer de Copi, mise en scène de Sébastien
Ribaux, Espace Silo, Renens (CH)
Princesse Amazonia de Serge Rullaud, mise en scène de Sébastien Rabbé, Grande
Halle de la Villette, Paris
Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, mise en scène de Pip Simmons,
La Tour Vagabonde, Espace Nuithonie, Fribourg (CH)
 Tournée de février à juin 2010 à Lausanne, Dijon et Hardelot ; en marsavril 2011 à Saint-Louis et en mai 2011 à Nancy
Kiss me quick d’Ishem Bailey, adapté de « Carnival strippers »de Susan Meiselas,
mise en scène de Bruno Geslin, Festival d’Automne, Théâtre de la Bastille, Paris
 Tournée de novembre 2008 à avril 2009 à Orléans, Strasbourg,
Dunkerque, Toulouse, Valence, Nîmes, Dieppe, Foix, Brest
Moi, Ulrike, je crie de Dario Fo, mise en scène de Romain Aury-Galibert, Théâtre de
l’Arsenic, Lausanne (CH)
Crash(s)! Variations, adaptation du roman « Crash » de James G. Ballard, mise en
scène de Bruno Geslin, Festival Les Antipodes, Le Fourneau, Brest
 Tournée fin avril-début juin 2009 à Tarbes, Foix, Cabanac-Cazeau (festival
Pronomades) ; début juin 2010 à Nîmes
Assistanat sur L’opéra de quat’sous de Bertold Brecht, atelier dirigé par Benjamin
Knobil avec la promotion 2005-2008 de l’Ecole de Théâtre des Teintureries (CH)
Sam Grat au Pays des Himagiques de Gérald Chevrolet, mise en scène d’Anne-Lise
Prudat, Le Petit Théâtre, Lausanne (CH)
Performances autour du titre-thème « Beware, beware, nightmareis in the air ! »,
conception et mise en scène de Laetitia Dosch et Jean-François Mariotti, Lausanne
Underground Film Festival, Lausanne (CH)
Moi, tit Jack d’Emanuelle delle Piane, mise en scène d’Anne-Lise Prudat, Bussigny
(CH)
 Tournée mai-juillet 2008 dans les cantons de VD, JU, VS, et au Festival de
la Cité Lausanne (CH)
Sauvée par une coquette et Le rêve du papillon de Kuan Han Chin, mise en scène de
Bernard Sobel, Théâtre de Gennevilliers, Paris
Lettre pour Louis de Funès de Valère Novarina, adaptation et mise en scène de JeanMichel Rabeux (aboutissement d’un stage), dans le cadre du Festival TRANS, La
Cartoucherie Théâtre du Chaudron, Paris
Une femme blessée, réalisation de Francis Reusser, Lausanne (CH)
La Nuit des Rois de William Shakespeare, dirigé par Jacques Vincey, Théâtre de
Carouge, Genève (CH)
ECOLE DU THEATRE DES TEINTURERIES, Lausanne
Diplôme de comédienne professionnelle
GYMNASE DU BUGNON, Lausanne
Diplôme de Culture Générale
CONSERVATOIRE DE LAUSANNE
Formation solfège et violon
11
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Emmanuelle GUIGUES, viole de gambe
Elle étudie la Viole de Gambe au CNR de Lyon avec Geneviève Bégou, puis à la Schola Cantorum de Bâle auprès
de Jordi Savall et Paolo Pandolfo. Ayant obtenu le Diplôme de soliste en 1996, elle se perfectionne ensuite auprès
de Christophe Coin dans le cadre du Cycle de Perfectionnement et de Spécialisation du CNSM de Paris.
Elle se produit et enregistre au sein de diverses formations dont "La Symphonie du Marais", "Le Concert d'Astrée",
"Le Baroque Nomade, "Les Paladins", "ZephiroTorna", "Canticum Novum", "Allégorie", " La Maîtrise Notre
Dame de Paris", "Le Chœur de Radio-France"... etc et s’intéresse à la création contemporaine pour viole de gambe
(créations de George Benjamin, Claire Renard, Philippe Hersant…).
Elle voyage avec bonheur partout où son instrument l'emmène (Ethiopie, Syrie, Iran, Inde, Roumanie, Brésil, Iles
Canaries, Europe...) et c'est ainsi qu'elle fait l'heureuse découverte du Kamansheh caucasien qu'elle étudie auprès
de Gaguik Mouradian. Elle pratique l'improvisation en duo et en trio avec divers musiciens dont l'accordéoniste
Olivier Innocenti, la chanteuse Noma Omran et le joueur de lyra Stelios Petrakis. Elle cultive avec gourmandise
les rencontres transversales avec le théâtre (Comédie Française, La Fabrique à Théâtre), le cinéma (composition
d’une musique de Court-métrage, direction musicale d’un documentaire franco-iranien pour Arte) ou encore la
danse (collaboration avec les compagnies "Ana Yepes", "le Miroir des songes", "les Cavatines").
En 2007, son enregistrement des Sonates de Bach avec Bruno Procopio reçoit un "CHOC" du Monde de la
Musique. Par ailleurs, elle enseigne la Viole de Gambe à l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne ainsi qu'au
Conservatoire de Boulogne.
Stelios PETRAKIS, lyra,
Hewas born in 1975 and raised in Sitia, Crete. In 1983 he started lyra lessons in the Music School of Sitia with
Yannis Dandolos (1983), Ross Daly (1984) and Helen Drettakis (1985-1993) under the supervision of Kostas
Mountakis. He completed his studies in lyra in 1993.
In 1993 he moved to Athens where he continued his studies in lyra under the guidance of Ross Daly and started
studying relevant musical traditions (popular music of Anatolia, cosmic music and religious music of
Constantinople, Greek traditional music) and instruments (saz, Constantinople and Cretan lute, bulgari,
Constantinople lyra). In 1999 and 2000 he attended seminars of saz in the Labyrinth Musical Workshop with the
master musician Talip Ozkan. In the Labyrinth Musical Workshop, which has been rehoused to Houdetsi,
Herakleion, he attended, during the summer of 2003, a series of seminars from master musicians with broad
knowledge on the instruments and the musical traditions of the East. Stelios Petrakis has collaborated with many
important musicians of what is known as the "World Music" scene (Ross Daly, Bijan Chemirani, Patrick Vaillant,
Dupain, Kristi Stasinopoulou), various Cretan musicians (George Xylouris, Vassilis Stavrakakis, Zacharias
Spyridakis, Michalis and Mitsos Stavrakakis, Chainides, etc.) as well as with other Greek musicians and composers
(Christos Leondis, Stamatis Spanoudakis, Achilleas Persides, George Makris etc.) in concertsand recordings in
Greece and abroad.
For the last ten years he has been one of the basic members of the "Labyrinth" group, under the direction of Ross
Daly, with which he has performed in numerous concerts.
12
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
EXTRAITS DE PRESSE
« Les notions d’espace et de perception sont au cœur de la recherche de Claire Renard, compositeur (…).
…l’impressionnant matériau sonore s’impose de lui-même, avec naturel, c’est la vedette incontestée de ce
spectacle virtuel, dont l’éclairage diaphane, conçu avec soin par le scénographe Esa Vesmanen, est le plus fin
miroir(…).Cette attention au réel, qui passe par une écoute intime, devient alors un formidable sujet de méditation
sur « l’expérience du temps ».
Franck Mallet / Artpress
« C'est vraiment un travail très original et qui nous interroge particulièrement sur la place de l'art musical dans
nos vies(…. ). Cette exposition révèle quelque chose de notre situation d'auditeur dans notre environnement visuel,
et c’est très important, parce que, au concert, on ne se pose pas la question On est dans un moment historique de
la musique… »
David Jisse / France Culture
« Plutôt que de réalisme, je parlerai de surréalisme, il y a un surréalisme sonore dans La musique des mémoires
qui fait que l'oreille devient un œil, et ça c'est fascinant. Et c’est troublant, parce qu’on ne sait plus ce qu'est le
dedans, le dehors, où est l'imaginaire, où est la réalité…. »
Omer Corlaix / France Culture
« … La compositrice retrouve cette association subtile de l’électroacoustique et de la voix, désormais sa
marque…une musique douce qui associe les timbres rares du théorbe, de la harpe, de la viole, de l’accordéon et
de la flûte japonaise shakuhachi. ..Claire Renard invente un rituel des temps modernes, les musiciens se déplacent
et suivent le public sans qu’il s’en aperçoive…Tout est suggéré, jamais appuyé. On est sous le charme de ce
spectacle unique. Le Festival d’Ile-de-France fut bien inspiré de nous offrir cette Muse à la lisière du
merveilleux. »
Franck Mallet / Le Monde de la Musique
« ..tout à coup, un son s’élève, un seul, pur, irréel, dont nul ne saurait dire s’il l’a entendu ou rêvé. On n’en voit
pas la source, il s’est déjà éteint….Ces quelques instants ont suffi à vous souffler à l’oreille que l’élément
primordial de cette musique est l’espace…l’espace à parcourir…l’espace entre les sons… »
Janine Matillon / La Quinzaine littéraire
…« Sa musique (Claire Renard) est faite autant de sons que de silences, dans une grande variété de nuances (…).
C’est une musique qui force l’écoute, en laissant toute la place à l’imaginaire de l’auditeur. »
James Giroudon / Bloc-Notes
« Ici (Chambre du Temps), c’est la lumière qui invite à la douceur. …. un cargo au loin, une femme qui chuchote
en s’avançant, et, sur les bords d’une pièce transparente, des transats proposent une croisière statique et
intemporelle. On s’allonge, de petits écouteurs cachés diffusent les murmures de l’eau.La ville est
loin….immersion totale dans un autre univers. »
HauvietteBethemont / La Tribune de Lyon
« …Enfin une musique qui vient de l’intime, du silence de l’intime, et qui, tout naturellement, s’adresse à nous, en
ce lieu où l’on aime à se retirer, là où coule la source, le murmure de la source…Ces pièces prêtent à méditer, à
être en nous, nous laissent en possession d’un profond bien-être … ».
Charles Juliet à propos deBrèves d’Eté
" Dans cette atmosphère propice au recueillement, les visiteurs suivent l'imaginaire de Claire Renard les yeux
fermés. Ils voient alors défiler des vignettes poétiques au hasard d'un flux sonore qu'on peut situer, dans le vaste
champ de la musique concrète, à égale distance des Etudes de Pierre Schaeffer et des Presque Rien de Luc Ferrari.
Lancée sur les pistes polymorphes d'une langue inintelligible, l'oreille apprend avec La musique des mémoires à
faire l'écoute buissonnière sur un terrain sonore particulier à chaque ville: plastique pour Athènes, moelleux pour
Lisbonne, et volatile pour Helsinki " .
Pierre Gervasoni / Le Monde
13
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Programme Site Internet Théâtre de la Bastille
(copyright avec l’aimable autorisation du Théâtre de la Bastille )
« ARTICLE
Entretien avec Claire Renard
Orimita, une tragédie lyrique d'hier et d'aujourd'hui
composition musicale et direction artistique : Claire Renard - texte : Janine Matillon - metteur en scène
et scénographe : Gustavo Frigerio - vidéo : Emilie Aussel
Interprétation Isabel Soccoja mezzo-soprano, Delphine Rusasigwa comédienne, Emmanuelle
Guigues, viole de gambe, Stelios Petrakis, lyra
Claire Renard, compositrice contemporaine formée à l'école de Pierre Schaeffer, aime se frotter à
d'autres matières, d'autres expériences, d'autres disciplines. Orimita, adaptée d'un livre de Janine
Matillon, Les deux fins d'Orimita Karabegovic qui retrace le parcours d'une femme internée dans un
camp d'ensemencement et violée tous les jours avant de s'échapper pour trouver une autre horreur à
l'extérieur, mélange donc composition, improvisations, voix, théâtre et images vidéos.
Laure Dautzenberg : Qu'est-ce qui vous a donné envie de monter Orimita?
Claire Renard : Quand j'ai lu le livre de Janine Matillon, il y a dix ans, je l'ai trouvé extraordinaire. J'ai
aussitôt eu envie d'en faire un opéra et je l'ai contactée. Elle avait refusé de céder ses droits pour un
film parce qu'elle ne voulait pas d'une adaptation réaliste, mais l'idée d'un opéra la séduisait. Puis je
suis partie sur d'autres créations. Il y a cinq ans, je me suis vraiment penchée dessus. L'opéra à
proprement parler ne me paraissait plus la forme la mieux adaptée. Je voulais quelque chose de plus
simple et je désirais jouer avec les moyens technologiques qui correspondent à la société dans laquelle
nous vivons et à l'histoire de cette femme, qui souffre dans sa chair et son esprit et qui est confrontée
à une omniprésence de sons et d'images médiatiques qui transforment tout en « distraction ». L'enjeu
permanent est l'extrême souffrance de quelqu'un et l'indifférence totale qui l'entoure. J'en ai reparlé
avec Janine Matillon qui a accepté d'adapter elle-même son propre texte, d'en faire un récit. On a
gommé la référence explicite à la guerre en ex-Yougoslavie. C'est en effet à la fois une histoire qui peut
s'ancrer dans une actualité tout en étant malheureusement de tous les temps.
Laure Dautzenberg : Sur scène, vous assemblez un certain nombre de matières : il y a une chanteuse
lyrique, une comédienne, deux musiciens, une bande sonore, de la vidéo… Pourquoi ce mélange ?
Claire Renard : Je vis au XXIe siècle. Ma composition est donc liée à l'époque dans laquelle je vis, aux
moyens qu'elle donne et à ce que je veux dire. C'est l'histoire d'une femme qui se dédouble, qui se
regarde agir en permanence, qui se fait rattraper par la violence sans jamais cesser de se demander
comment elle en est arrivée là. Il me semblait donc important qu'elles soient deux sur scène pour
l'incarner. La comédienne raconte, la mezzo-soprano chante de façon très lyrique ou au contraire à la
manière d'une plainte, comme un rappel du chœur antique ou du chœur des pleureuses, qui représente
alors toutes les autres femmes. Quant à la musique, c'était très important pour moi de me confronter à
des cultures différentes dans cette pièce où l'une des thématiques est le rejet de la culture de l'autre.
Comme préalable, j'ai donc fait des improvisations avec des musiciens crétois, jordaniens, arméniens
et c'est à partir de ces enregistrements que j'ai conçu ma composition qui mixe beaucoup de sources
sonores. Les deux musiciens présents sur scène, une violiste de gambe, incarnation de l'essence de la
culture occidentale et un joueur de lyre crétoise, qui représente une musique traditionnelle venue
d'ailleurs, improvisent à partir de cette bande. Enfin, pour la vidéo, nous avons finalement choisi de ne
pas montrer de scènes de violence mais au contraire des scènes de nature qui suivent le déroulement
des saisons, comme un contrepoint, comme une échappée poétique. J'ai toujours cherché à lier
l'espace et la mémoire par la composition, le travail sur l'écho, les retours, les résonances. On est lié à
tout ce qui s'est passé avant. »
14
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
France Culture : La Vignette / Aude Lavigne / 5 mars 2013
http://www.franceculture.fr/emission-la-vignette
France Musique : Electromania / David Jisse / 5 mars 2013 (annonce)
http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/electromania/emission.php?e_id=20000010&d_id=515006585&arc
h=1
France Musique : Les lundis de la contemporaine / Arnaud Merlin /
Reportage Pierre Rigaudière 1er avril 2013
http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/lundicontemporaine/emission.php?e_id=80000067&d_id=515006908&arch=1
15
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
16
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
L’hebdo du vendredi / Reims / 05/07/13
Jouer la carte de la nouveauté
« …La réussite d'une saison artistique se mesure également à l'applaudimètre, aux échanges avec les artistes
accueillis et associés, et surtout, à l'intensité des moments vécus. La plupart des structures jouent la carte de la
nouveauté, avec de nouvelles formules, de nouveaux lieux pour des spectacles décentralisés, de nouvelles
créations, etc. C’est le cas de Serge Gaymard, directeur de l'Opéra de Reims, qui, pour cette saison baptisée « du
côté des femmes », a fait la part belle aux oeuvres traitant de la condition féminine. « Chaque discipline a son
public. Il ne sera pas le même pour la danse, la musique baroque, ou l'opérette. Une petite proportion seulement
s'essaie à tous les genres. Mais avec de grands classiques tels que La Traviata par exemple, nous sommes certains
de remplir les salles, sur plusieurs représentations. Et il n'est pas rare que les spectateurs sortent leur mouchoir à
la fin de cet opéra. Nous avons vécu un grand moment avec la création de Claire Renard, Orimita, un spectacle
lyrique contemporain que nous avons coproduit, repris par le Théâtre de la Bastille. Voir des gens heureux à la
sortie d'un spectacle, ça n'a pas de prix. Ils sont présents malgré la morosité ambiante. Preuve que l'art, la culture
et le spectacle sont une nourriture de l'âme. »
Sonia Legendre
17
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
La quinzaine littéraire
18
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
PHOTOS
19
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
20
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
21
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
22
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
23
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Fiche Financière
Coût du spectacle :
1/ Version grande forme :
4 interprètes, diffusion son 8 points + dispositif spécial, 2 vidéos: 7781 HT +++
2/ Version réduite sans musiciens :
2 interprètes : 1 chanteuse et 1 comédienne, diffusion son 8 points + dispositif spécial et 2
vidéos : 6553 HT +++
3/ Version concertante sans mise en scène avec vidéo
3 interprètes : 1 chanteuse, 1 comédienne et 1 viole de gambe, diffusion son 8 points +
dispositif spécial et 1 vidéo : 5365 HT +++
Si diffusion son stéréo seulement, sans vidéo : 4249 HT +++
Ce spectacle bénéficie de l'aide à la diffusion d'Arcadi Ile-de-France pour la
saison 2014-2015 en Ile-de-France
Fiche Technique à la demande suivant la version choisie et la
configuration de la salle.
24
ORIMITA de Claire Renard, une tragédie lyrique d’hier et d’aujourd’hui
Contacts
PIMC
Claire Renard
45 avenue Marceau
75116 Paris
mobil + 33 (0)6 73 37 36 23
e mail : [email protected]
site : www.clairerenard-pimc.fr
Membre du Réseau Futurs Composés National et de Plurielles 34
OPERA DE REIMS
Directeur Administratif
Gilbert Henry
13 rue de Chanzy
51100 Reims
tel + 33 (0)3 26 50 31 04
mobil + 33 (0)6 77 06 70 66
[email protected]
ARTZITUDE
Direction
Celia Cukier
tel+ 33 (0) 983349031
[email protected]
Diffusion
Vincent Mc Coy
mobil + 33(0)685618452
[email protected]
site : www.artzitude.com
25