upplnews 2014

http://www.uppl.be
Octobre 2014
TABLE DES MATIÈRES
Unité de PsychoPathologie
Légale ASBL
PRESENTATION DES MISSIONS DE L’UPPL
2
TESTOTHEQUE
3
BIBLIOTHEQUE EN LIGNE
5
REVUES SCIENTIFIQUES
5
PROJETS DE RECHERCHE
5
ARTICLES QUI ONT RETENU NOTRE ATTENTION
6
NOUVELLES ACQUISITIONS
8
FILMS ET REPORTAGES
8
REVUE DE PRESSE
8
92, rue Despars – 7500 Tournai
Tel. +32 (0) 69 888 333
Fax +32 (0) 69 888 334
E-mail : [email protected]
Site Web : http://www.uppl.be
DIRECTION :
Julien Lagneaux
SECRÉTARIAT :
Amandine Lagneau ; Elodie Martin
CENTRE D'APPUI :
Luca Carruana ; Clément Laloy ; MarieHélène Plaëte ; Dorothée Rousseau ;
Dr. J-M Verdebout
AVIS SPÉCIALISÉES :
Psychiatres : Dr Michel-Henri Martin
Psychologues :
Luca
Carruana ;
Barbara Fettweis ; Anne Hayoit ;
Christophe Kinet ; Clément Laloy ;
Anne-Christy Lemasson ; Donatien
Macquet ; Marc Malempré ; Chloé
Martin ; Vanessa Milazzo ; Bernard
Pihet ; Marie-HelènePlaëte ; Dorothée
Rousseau ; Olivier Tilquin
REFLEXION CLINIQUE
11
VEILLE SCIENTIFIQUE
12
FORMATIONS
13
ETUDES DE CAS
14
CONGRÈS & COLLOQUES
15
LES TROIS ANTENNES DE L’UPPL
16
EQUIPE DE SANTÉ SPÉCIALISÉE
Psychiatre : J-M Verdebout
Psychologues :
Luca
Carruana ;
Clément Laloy ; Marie-Hélène Plaëte ;
Dorothée Rousseau
Assistant social, sexologue : Bertrand
Jacques
TRIANGLE
Coordination : Véronique Sermon
Formateurs :
Sandra
Bastaens ;
Virginie Davidts ; Pascale Gérard ;
Bertrand
Jacques ;
Gwenaëlle
Klinkhommer ;
Marie-Charlotte
Quairiat ; Sarah Tannier
1
PRESENTATION DES MISSIONS DE L’UPPL
Les missions de l'UPPL sont définies par l'Accord de coopération Justice/Santé du 8 octobre 1998 et ont pour
objectif d'améliorer la prise en charge et le traitement des délinquants sexuels. Les activités de l’UPPL peuvent
se distinguer en quatre axes :
1. Centre d'Appui :
L’UPPL, en tant que centre d’appui, rempli plusieurs missions :
- RÉALISER des consultances/analyses de cas, à la demande des professionnels. Il s’agit d’aider les
professionnels dans l’analyse de situations problématiques. La consultance peut porter sur un aspect spécifique
ou sur une analyse globale de la situation clinique. Elle peut prendre la forme d’une discussion d’équipe, d’une
étude de cas ou d’une analyse plus fouillée comprenant notamment la rencontre du patient, la passation de
testings et la rédaction d’un rapport détaillé ;
- INFORMER, par le biais du site internet www.uppl.be et de la newsletter trimestrielle et reste à disposition des
médias et des professionnels ;
- ASSURER un soutien logistique en répondant aux demandes ponctuelles des autorités ou decliniciens, en
développant une bibliothèque spécialisée et en mettant à disposition des outils et testings spécifiques ;
- DÉVELOPPER des projets de recherches scientifiques, en collaboration avec des centres de recherche et
des Universités ;
- ORGANISER des formations qualifiantes, des matinées thématiques etdes études de cas à Namur, Liège et
Tournai.
2. Equipe de santé spécialisée :
Reconnue comme équipe de santé spécialisée, l'UPPL propose des consultations thérapeutiques et des guidances
ambulatoires pour les auteurs d'infractions à caractère sexuel.La prise en charge se fait au sein d'une équipe
pluridisciplinaire et spécialisée composée de psychiatres, psychologues, sexologues, d'un assistant social et d'un
criminologue.Les modalités de prise en charge peuvent varier selon les cas et le souhait du patient : individuel/groupe,
présence du/de la conjoint(e), etc. toujours en accord l'autorité judiciaire dans le cadre d'un traitement contraint.
Le tarif des consultations est adaptable en fonction des difficultés financières rencontrées.
Dans certaines situations, l'UPPL peut également confier le traitement à un thérapeute extérieur, à la demande du patient
ou du thérapeute lui-même.
3. Service d’évaluations spécialisées
L'équipe d'évaluations spécialisées réalise des :
- Avis motivés à la demande des tribunaux dans le cadre de sursis probatoires ;
- Avis motivés à la demande des commissions de défense sociale dans le cadre de l'aménagement de
conditions (dans le cadre des articles 14 et 20bis) ;
- Examens médico-psychologiques de mineurs à la demande des tribunaux de la jeunesse.
Ces évaluations sont toujours réalisées par minimum 2 experts, selon le modèle développé par l'UPPL et dans un délai
de 3 mois (cas exceptionnels en urgence : 1 mois - examens médico-psychologiques : 6 mois).
Les évaluations portent surla faisabilité d'un traitement ; une analyse de la dangerosité les conditions de réduction du
risque.
4. Formation Triangle
Le département Triangle de l’UPPL organise des groupes de responsabilisation pour les auteurs d’infractions à
caractère sexuel (AICS) dans le cadre des mesures judiciaires alternatives : médiation pénale, probation et
alternative à la détention préventive. A travers sa méthodologie, Triangle amène ses participants à replacer leurs actes
délictueux dans leur histoire de vie afin de prévenir au mieux la récidive.Les AICS peuvent être adressés à Triangle via
un assistant de justice, un magistrat, un avocat, le CAB ou de manière spontanée.
MODALITÉS:
- 75h de formation réparties en séances hebdomadaires de 3h (durée totale de 6 mois)
- Groupe de 5 à 7 participants, dispensés dans plusieurs villes de la Wallonie et à Bruxelles
CONDITIONS:
- Une reconnaissance minimale des faits ;
- Le respect des termes du contrat.
CONTACTS :Les demandes d'inscription aux groupes Triangle sont à adresser à Mme Véronique Sermon soit par
téléphone au 081/226 638 ou au 0472/317 111, soit par mail à[email protected]
2
TESTOTHEQUE
L'UPPL met à la disposition un panel de testings aux cliniciens des équipes de santé spécialisées ainsi qu’aux
professionnels du domaine. Pour tous renseignements complémentaires, veuillez nous contacter au 069 888 333
ou [email protected]
TESTS DIAGNOSTIQUES ET PSYCHOPATHOLOGIQUES
1. Inventaire Multiphasique de Personnalité du Minnesota 2 (MMPI - 2, Hathaway S.R. & McKinley J.C., 2003),
2. Inventaire Multiphasique de Personnalité du Minnesota pour Adolescent (MMPI-A de ButcherJ.N., Williams C.L.,
Graham J.R., Archer R.P., Tellegen A., Ben Porath Y.S. etKaemmer B., 1998),
3. Structured Clinical Interview for DSM-IV Axis I Disorders (SCID-I de M. B.First, R.L. Spitzer, M. Gibbon et J.B.W.
Williams, 1997),
4. Structured Clinical Interview for DSM-IV Axis II Personality Disorders (SCID-II de M. Gibbon, R.L. Spitzer,
J.B.W.Williams, LS Benjamin et M.B. First, 1997),
5. Millon Clinical Multiaxial Inventory-III (MCMI-III de T. Million PhD, 1994),
6. Millon Adolescent ClinicalInventory (MACI de Millon, Millon & Davis,1993),
7. Le test de Jesness (adaptation québécoise validée, P.T. Le Blanc et M. Le Blanc,2001),
8. Echelle de Psychopathie Révisée de Hare (PCL-R, Hare, 1991),
9. CaliforniaPsychologicalInventory (CPI, H. Gough, 1957)
10. Chad Test (R. Davido, 1993),
11. Test de l'Arbre (Koch C., 1958),
12. Inventaire de dépression de Beck (T. Beck, 1974)
13. Questionnaire abrégé de Beck (Cottraux J., 1985),
14. Échelle d'évaluation de la dépression d'Hamilton (HDRS, J. Williams, 1988),
15. Mini Mental State Examination (Folstein, 1975),
16. Inventaire d'anxiété trait-état (Spielberger, 1983),
17. Inventaire d'Anxiété : Questionnaire d'auto-évaluation de C.D. Spielberger et al.(1983).
TESTS PROJECTIFS
1.
2.
3.
4.
5.
Rorschach (cotation classique + manuel de cotation et d'interprétation ensystème intégré d'Exner),
Thematic Apperception Test (TAT de Murray, H. &Bellak , L., 1943),
Test de frustration pour adultes (Rosenzweig, S., Pichot, P. & Danjon, S.,1965),
test des phrases à compléter (Rotter J.B. &Willerman B., 1949),
Le Szondi.
ÉCHELLES D'INTELLIGENCE
1. L'Echelle d'intelligence pour adultes (WAIS-III, Wechsler D., 2000),
2. L’Echelle d’intelligence pour adultes (WAIS-IV, Weschsler D. 4e
Edition, 2011)
3. L'Echelle d'intelligence pour enfants, troisième et quatrième édition (WISC III
etIV, Wechsler D. 1996 et 2005),
4. Les Matrices Progressive de Raven (PM 38 de Raven J.et Raven J.C., 1938),
5. Le test de copie d'une figure complexe (Rey A., 1942),
6. Test du dessin d'un bonhomme (Goodenough, F. &Pasquasy, R., 1957),
7. Test Moteur de Structuration Visuelle (Bender, 1967),
8. Test d'attention concentrée d2 (Brickenkamp, 1967),
9. Test des structures rythmiques (Stambak M., 1951),
10. Test D48 (Pichot P, 1948),
11. Test de raisonnement 85 (Rennes, 1959).
ÉCHELLES DE RISQUE
1. Historical-Clinical- Risk-20 items (HCR-20, Webster et al, 1997),
3
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Violence RiskAppraisal Guide (VRAG, Quinsey et al, 1998),
Sex Offenders Risk Appraisal Guide (SORAG, Quinsey et al, 1998),
Sex Violence Risk-20 items (SVR-20, Boer et al, 1995),
Statique-99R (Hanson &Thornton, 1999 ; Règles de codage révisées - 2003, Harris, Phenix, Hanson &Thornton,
2003),
Stable-2007 (Hanson et Harris, 2007) ; Version révisée 2012 (Fernandez, Harris, Hanson & Sparks, 2012),
Acute-2007 (Hanson et Harris, 2007),
JuvenileSexOffenderAssessment Protocol - II (JSOAP- II de Prentky&Rightand, 2001),
Structured Assessment of Violence Risk in Youth (SAVRY, Bartel, Borum et Forth,2000).
Estimate of Risk of Adolescent Sexual Offense Recidivism (ERASOR v 2.0 de James R. Worling, Ph.D., & Tracey
Curwen, M.A. 2001)
DIVERS QUESTIONNAIRES
Les habiletés sociales
Anamnestique
Le
Questionnaire
d'investigation
clinique
pour
lesauteurs d'agression sexuelle (Q.I.C.P.A.A.S,
Balier Cl, Ciavaldini A et Girard-Khayat M, 1997).
1.
Test d'intelligence sociale (O'Sullivan M et Guilford
JP, 1976),
2.
Test d'évaluation de la maîtrise des émotions ("Guide
national d'évaluation relatif au traitement des
délinquants sexuels" (Volume IV) de R. Karl Hanson
et de David Thornton (facultatif Ministère du
Solliciteur général du Canada, Ottawa) (1999-2002)),
3.
Répertoire de la colère de Buss-Durkee (Buss A et
Durkee A, 1957),
4.
Evaluation de la maîtrise de soi chez les délinquants
sexuels (GoguenBc, Yates PM et Blanchard L, 2000),
5.
Le questionnaire de désirabilité sociale de Crown et
Marlow (1960, traduction parT. Pham, 1999),
6.
Questionnaire de Mehrabian et Epstein,
7.
Evaluation de la frustration (Rosenzweig, 1948),
8.
Echelle d'évaluation de la solitude (UCLA) (Russell
D., Peplau L. et Cutrona C., 1980).
Les variables comportementales
1.
Questionnaire d'Agression de Buss et Perry (1992),
2.
Echelle d'impulsivité de Barratt (1994),
3.
Echelle d'impulsivité UPPS.
Les antécédents familiaux
1.
Parental Bonding Instrument (PBI, G. Parker, H.
Tupling et L.B. Brown, 1979),
2.
Childhood Experience of Care and Abuse interview
(CEC, Bifulco et al. 1994),
3.
Childhood Experience of Care and
Questionnaire
(CECA.Q,
Bifulco,
BernazzaniO,Moran PM & Jacobs C, 2005).
Abuse
A,
L'empathie
Les distorsions cognitives
1.
Questionnaire d'empathie (Rosenberg),
1.
L'échelle des distorsions cognitives de Bumby Viol (échelle de cognition n°1) (Bumby, 1996),
2.
Questionnaire UOT (traduction Pham et Amico,
1994),
2.
L'échelle des distorsions cognitives de Bumby Agression sexuelle d'enfants (échelle decognition
n°2) (Bumby, 1996),
3.
Questionnaire « Child Molester Empathy Measure »
(Fernadez, Marshall, LightbodyetO'Sullivan, 1999),
4.
3.
Questionnaire sur les attitudes sexuelles (Hanson,
1994),
Questionnaire
« RapistEmpathyMeasure »
(Fernandez et Marshall, 2003).
4.
Echelle d'évaluation de la peur d'être mal jugé
("Guide national d'évaluation relatif au traitement des
délinquants sexuels" Volume IV) de R. KarlHanson et
de David Thornton (facultatif Ministère du Solliciteur
général du Canada, Ottawa) (1999-2002)
5.
Echelle d'évaluation de Miller sur l'intimité sociale
(Miller, 1982),
6.
Echelle d'évaluation de l'isolement social et de la
détresse (Watson D et Friend R,1969),
7.
Echelle de solitude UCLA (Russel D, Peplau L et
Cutrona C, 1980),
8.
Child Molest Empathy Measure (CMEM, Fernandez,
Marshall, Lightbody& O'Sullivan,1999)
Divers
1.
Inventaire d'alliance thérapeutique (Horvath AO,
Greenberg LS, 1989),
2.
Questionnaire sur le processus d'aide (Wollert RW,
1986),G
3.
Grille d'évaluation du déni et de la minimisation chez
les agresseurs sexuels (McKibben A., 1995).
Jeux pédagogiques / photolangage
1.
Brin
de
(2011)
Jasette
Shalimar (2008)
4
BIBLIOTHEQUE EN LIGNE
Vous pouvez dès à présent consulter notre bibliothèque en ligne via https://www.zotero.org/uppl/items
Il s'agit de plus de 3000 références mises à disposition des professionnels et étudiants. Pour plus
d'informations nous vous invitons à consulter l'onglet "Documentation" de notre site.
REVUES SCIENTIFIQUES
L'UPPL est abonnée à plusieurs revues scientifiques qui peuvent être consultées sur demande :
Acta PsychiatricaBelgica, revue trimestrielle,
Child Abuse &Neglect - The International Journal, revue mensuelle,
Confluences, revue trimestrielle de l'Institut Wallon pour la Santé Mentale (ASBL),
Le Divan familial. Revue de thérapie familiale psychanalytique, revue semestrielle,
European Journal of Criminology, revue trimestrielle,
International Journal of Law and Psychiatry, revue bimestrielle,
Journal du Droit des Jeunes, 10 numéros par an,
Journal of InvestigativePsychology and OffenderProfiling, revue semestrielle,
Journal of PersonalityDisorders, revue bimestrielle,
Journal de thérapie comportementale et cognitive, revue trimestrielle,
L'Observatoire - Revue d'Action Sociale & médico-sociale, revue trimestrielle,
Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment, revue trimestrielle,
Revue de la Fédération belge des psychologues, revue trimestrielle,
UniversitairForensisch Centrum (UFC),revue bimestrielle.
Revue européenne de sexologie et de santé mentale, revue trimestrielle.
PROJETS DE RECHERCHE
Projet d’étude sur le téléchargement de matériel pédopornographique
Récemment, L’UPPL s’est associée aux équipes de santé spécialisées de Liège, Herstal, Verviers et Huy dans le cadre
d’un projet de recherche. Celui-ci porte sur l’étude exploratoire de profils de téléchargeurs de matériels
pédopornographiques et aura pour but de dégager des caractéristiques communes.
L’échantillon d’étude sera constitué d’hommes adultes dont les évaluations ont été réalisées par les différentes équipes
dans le cadre de demandes de mesures probatoires, de libération à l’essai ou définitive. L’échantillon est donc constitué
de profils de personnalité et de délits différents, ce qui permettra d’établir des liens entre les variables criminologiques,
sexologiques et psychopathologiques.
Une partie de cette étude tentera également de dégager des pistes de traitement spécifiques aux différents profils. A
terme, cette recherche pourrait faire l’objet d’une ou plusieurs communications au prochain congrès du CIFAS (Congrès
International Francophone sur l’Agression Sexuelle) ayant lieu à Charleroi, en Belgique les 3, 4 et 5 juin 2015.
Collaboration entre les trois centres d’appui belges et le CRDS pour l’élaboration d’un outil statistique commun
Dans le cadre d’un projet de recherche commun, les trois centres d’appui belges (UFC, CAB et
UPPL) ainsi que le centre de recherche en défense sociale (CRDS) s’unissent dans le but de
développer un outil commun à la récolte des données sur les AICS en Belgique. Ce projet
permettra, à terme, de collecter de manière systématique et homogénéisée des informations
socio-démographiques, sexologiques, criminologiques et psychiatriques. Ces informations
constituent autant de données indispensables au développement de futurs projets de
recherche à l’échelle nationale. Enfin, ce même projet fera l’objet d’une présentation au
prochain congrès CIFAS 2015.
5
ARTICLES QUI ONT RETENU NOTRE ATTENTION
Examining the developmental trajectories of adolescent sexual offenders
L. E. Pullman, E. J. Leroux, G. Motayne, M. C. Seto (Volume 38, Number 7, July 2014, Pages 1249-1278)
Abstract
The aim of the current study was to assess the validity of the sex-plus versus sex-only
categorization method for distinguishing between different types of adolescent sex offenders
(ASOs; Butler &Seto, 2002). It is hypothesized that this categorization method has utility when
attempting to distinguish between generalist and specialist ASOs (Seto& Pullman, 2014).
Additionally, further classification of ASOs was attempted using a well known juvenile delinquency
classification scheme, early-onset versus late-onset offenders (Moffitt, 1993). The current study
was an archival analysis of clinical files from a sample of 158 male ASOs seen for clinical
assessment at a Metropolitan Family Court Clinic. Results indicate that sex-plus offenders are
more antisocial, exhibit more psychiatric issues, and have greater deficits in general social skills compared to sex-only
offenders. Conversely, sex-only offenders were found to have more atypical sexual interests, and were more likely to
have greater deficits in romantic relationships compared to sex-plus offenders. Due to a power related limitation, little
support was found for the use of the early-onset versus late-onset classification scheme with ASOs. Overall, these results
provide further support to the validity of a sex-only versus sex-plus distinction. Given these results mirror those found in
the generalist/specialist literature regarding the etiology of ASOs, sex-only and sex-plus offenders may indeed have
different etiological pathways: sex-plus offenders are more driven by general antisociality factors, as the generalist
perspective suggests, and sex-only offenders are more driven by special factors, as the specialist explanations suggest.
The effects of childhood abuse on symptom complexity in a clinical sample: Mediating
effects of emotion regulation difficulties.J. Y. Choi, Y. M. Choi, M. S.Gim, J. H. Park, S. H. Park(Volume 38, Number 8,
August 2014, Pages 1313-1319).
Abstract
The purpose of the present study was to first examine whether childhood abuse predicts symptom complexity, as
indicated by the number of clinically elevated scales on the MMPI-2 in an adult clinical sample. Secondly, we investigated
whether emotion regulation difficulties mediated the relationship between childhood abuse and symptom complexity. A
total of 162 adult outpatients not presenting with psychotic symptoms completed the Korean Childhood Trauma
Questionnaire (K-CTQ), Life Events Checklist (LEC), Difficulties in Emotion Regulation Scale (DERS), and Korean
Minnesota Multiphasic Personality Inventory-2 (MMPI-2). Partial correlation analysis results indicated that after controlling
for the presence of adulthood trauma, childhood abuse was associated with more symptom complexity, or more clinically
elevated scales on the MMPI-2. Furthermore, structural equation modeling results showed that emotion regulation
difficulties partially mediated the relationship between childhood abuse and symptom complexity. These findings indicate
that individuals who had experienced childhood abuse evidence simultaneous presentation of diverse clinical symptoms.
Child maltreatment rates assessed in a national household survey of caregivers and
youthD. Finkelhor, J.Vanderminden, H. Turner, S. Hamby, A. Shattuck (Volume 38, Number 9, September 2014, Pages1421-1435).
Abstract
This paper reports on national estimates for past year child maltreatment from a national household survey conducted in
2011. It also discusses the validity of such estimates in light of other available epidemiology. The Second National Survey
of Children Exposed to Violence obtained rates based on 4,503 children and youth from interviews with caregivers about
the children ages 0–9 and with the youth themselves for ages 10–17. The past year rates for physical abuse by
caregivers were 4.0% for all sample children, emotional abuse by caregivers 5.6%, sexual abuse by caregivers 0.1%,
sexual abuse by caregivers and non-caregivers 2.2%, neglect 4.7% and custodial interference 1.2%. Overall, 12.1% of
the sample experienced at least one of these forms of maltreatment. Twenty-three percent of the maltreated children or
2.8% of the full sample experienced 2 or more forms of maltreatment. Some authority (teacher, police, medical personnel
or counselor) was aware of considerable portions of most maltreatment, which suggests the potential for intervention.
Many of the study's estimates were reasonable in light of other child maltreatment epidemiological studies, but
comparisons about emotional abuse and neglect were problematic because of ambiguity about definitions.
6
History of sexual abuse and suicide attempts in alcohol-dependent patients
A. Jakubczyk, A. Klimkiewicz , A. Krasowska, M. Kopera, A. Sławińska-Ceran, K.J. Brower, M. Wojnar(Volume 38, Number 9, September 2014,
Pages1560-1568).
Abstract
History of child abuse is considered one of the important risk factors of suicide attempt in general population. At the same
time it has been shown that suicide attempts appear significantly more frequently in alcoholics than in healthy individuals.
The objective of this study was to investigate associations between history of childhood sexual abuse and suicide
attempts in a sample of Polish alcohol dependent patients. A sample of 364 alcohol-dependent subjects was recruited in
alcohol treatment centers in Warsaw, Poland. Information was obtained about demographics, family history of psychiatric
problems, history of suicide attempts, sexual and physical abuse during childhood and adulthood and severity of alcohol
problems. When analyzed by gender, 7.4% of male and 39.2% of female patients had a lifetime history of sexual abuse;
31.9% of the study group reported at least one suicide attempt during their lifetime. Patients who reported suicide
attempts were significantly younger (p = 0.0008), had greater severity of alcohol dependence (p = 0.0002), lower social
support (p = 0.003), and worse economic status (p = 0.002). Moreover, there was a significant association between
history of suicide attempts and family history of psychiatric problems (p = 0.00025), suicide attempts in the family
(p = 0.0073), childhood history of sexual abuse (p = 0.009) as well as childhood history of physical abuse (p = 0.002).
When entered into linear regression analysis with other dependent variables history of childhood sexual abuse remained
a significant predictor of suicide attempt (OR = 2.52; p = 0.035). Lifetime experience of sexual abuse is a significant and
independent risk factor of suicide attempts in alcohol-dependent individuals.
Les accros du porno :évaluation, diagnostic(s) et regard critique
C. Messier-Bellemare, S. Corneau (SexologiesAvailable online, 26 September 2014 – In Press)
Résumé
Comment évalue-t-on un usage problématique de pornographie ? Il existe plusieurs « zones
grises » dans les écrits et recherches scientifiques, notamment en ce qui a trait à la définition, aux
critères à utiliser, ainsi qu’à la conceptualisation du trouble. Le présent article dresse un portrait des
outils présentement disponibles pour soutenir les sexologues et autres professionnels de la santé
dans l’évaluation et l’émission de diagnostics en lien avec cette problématique de plus en plus
rencontrée dans leur pratique. L’article traite de la manière dont le trouble est abordé dans deux ouvrages de
classification largement utilisés par les cliniciens (DSM-5 et CIM-10), des questionnaires disponibles pour évaluer le
problème, ainsi que des critères d’évaluation sur lesquels convergent un plus grand nombre d’auteurs et qui peuvent être
utilisés par les cliniciens comme lignes directrices. Comme phénomène relativement récent, un certain regard critique est
jeté sur la médicalisation de l’usage problématique de pornographie en ce sens que certains discours peuvent être
considérés comme normalisants dans leur volonté de définir la « bonne » sexualité.
Sexual abuse and intellectual disability: Awareness for a better intervention
M. Martinet, C. Legry( SexologiesAvailable online 30 September 2014 – In Press)
Abstract
Manyintellectualdisabledpersons, victims of sexual violence–more frequentlythan in the valid population–
cannotstillbetakenseriously and, consequentlybenefitfrom the necessaryspecific care. Their cognitive and
mnesicdifficulties of chronological benchmarks, in space, comprehension or (verbal or non-verbal) elocution are sources
for mistakes, insufficiencies and contradictions withintheirownanswers are often the cause for doubting about
theircredibility, and disability as an aggravatingcircumstanceconcerninglawmattersmaybackfire on thesevictims.
The recentneurobiologicalworks on psychological traumas withsevereconsequences on mental healthwillbe at first
introduced. Theyinvolvespecificpsychicdisorders, post-traumatic stress disorderwith syndromes of revivification and
avoidance and/or dissociative symptoms, and physicalhealth–neurovegetative and hyperactivity–disorders. Secondly, we
deal with situations of twoyoungpersonswhowerevictims of sexual abuse and haddeveloped a posttraumaticpathologywithtraumatic memory thatwas not diagnosed as such in theirspecialised institution and in the
psychiatrichospital. Familieshad to find the specifictreatmentallowing to stop the psychic-medicineescalation and the
directingtowardhosting structures. Prior to theirtreatmentis the family and social attitude toward violence to
disabledpersons.
7
NOUVELLES ACQUISITIONS
 SPSS facile appliqué à la psychologie et aux sciences sociales.
Maitriser le traitement de données. C. Gray & P. Kinnear. De Boeck.
Première publication francophone expliquant le traitement de données avec SPSS aux étudiants en
psychologie et en sciences sociales, SPSS facile mène le lecteur de la théorie aux exercices, en
toute convivialité...
Grâce à ce manuel, l'utilisateur néophyte découvre progressivement l'usage du logiciel. Les six
premiers chapitres constituent une introduction aux bases du travail : comment tirer le plus
d'informations possible d'un ensemble de données, quel test statistique choisir, quels sont les
avantages et les limites des statistiques...
Un utilisateur moins novice trouvera lui aussi des informations utiles : SPSS facile aborde des
sujets plus complexes, comme les dessins ANOVA, la corrélation et la régression, l'analyse
discriminante, le facteur d'analyse, la régression logistique...
Très concret, l'ouvrage développe la théorie de chaque chapitre par des analyses statistiques et des exemples clairs.
Pour permettre de mieux visualiser les explications, il est illustré par de nombreuses captures d'écrans, de menus et de
boîtes de dialogue. Enfin, un index permet au lecteur un accès rapide et fonctionnel à l'information qu'il recherche.
FILMS ET REPORTAGES
Party Girl (Marie Amachoukeli, Claire Burger, Samuel Theis)
Date de sortie :27/08/2014 (1h35)
Synopsis :
Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour
gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les
clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui
propose de l’épouser.
R EV U E D E P R ESSE
«Affaire Magnotta » Résumé d’articles
Ce lundi 29 septembre 2014 a débuté le procès de Luka Rocco Magnota, jugé pour meurtre avec préméditation. Eric
Newman est né en 1982 en Ontario, au Canada d’un père alcoolique et d’une mère décrite comme dominatrice. Il a été
élevé par sa grand-mère maternelle. A partir de 2003, il travaille comme stripteaseur et comme escort boy. Il tente une
carrière d’acteur pornographique mais sans atteindre la notoriété. En 2004, il est arrêté et inculpé pour vol de matériel,
agression sexuelle et fraude. Dès 2005, et sous 127 pseudonymes différents, il poste sur Internet des commentaires qui
font état de sa vie intime. En 2006, alors qu’il est en rupture avec sa famille, il change légalement de nom et subit
plusieurs opérations de chirurgie esthétique. Il s’appelle dorénavant Luka Rocco Magnotta. A partir de 2010, Magnotta
diffuse sur Internet des videos dans lesquelles des chats sont torturés. L’une de ces vidéos montre un chat se faire
manger par un python. Des activistes pour les droits des animaux offrent une récompense de 5000 $ contre sa capture.
Par Internet, il aurait entretenu une sorte de légende noire autour de son nom : à la fois nécrophile et tueur en série,
raciste à l’égard des Chinois et des Juifs, et torturant des animaux. Lin Jun, né en Chine en 1978, se faisait appeler
Patrick Jun en français et Justin Jun en anglais. Il était étudiant en sciences informatiques à Montréal depuis juillet 2011.
Dans une vidéo postée le 25 mai 2012, Lin Jun ligoté est égorgé par Magnotta qui lui coupe un morceau de fesse avec
un couteau et une fourchette avant de lui faire subir une série d’autres mutilations, démembrements et de le violer sur la
musique originale d’American Psycho. Des colis de morceaux de son corps humain sont envoyés quelques jours plus
tard au Parti Conservateur du Canada, au Parti libéral et dans d’autres lieux. Magnotta est identifié comme l’auteur du
crime. Une chasse à l’homme nationale et hyper-médiatique est organisée. Magnotta a fui à Paris avant de voyager en
Eurolines vers Berlin sous le pseudonyme Kirk Tramell, en référence à Basic Instinct. Il est finalement arrêté le 4 juin
2012, signalé par le gérant d’un cyber-café où il a consulté une série d’articles le concernant ainsi que son avis de
recherche.
8
«Les agressions sexuelles dans l’armée américaine et dans l’armée française » Résumé
d’articles
Dans l’armée américaine
Ce lundi 08 septembre 2014, le site Internet de La Libre a publié une série de clichés de Mary Clavert, visant à dénoncer
les agressions sexuellesdes femmes dans l’armée américaine qui sont estimées à plus de 26.000 en 2013. L’armée tait
généralement les crimes qui restent la plupart du temps impunis. Les victimes sont alors sommées de quitter leur poste
ou d’accepter l’humiliation de continuer à travailler avec ou sous les ordres de leurs bourreaux.
Mary Calvert dit : « Beaucoup de ces femmes sont exclues de l’armée pour troubles de la personnalité. En gros, on leur
dit : " Ca ne vous est pas vraiment arrivé, en fait vous êtes folles. ". Elles doivent
montrer un document quand elles se présentent pour un travail, ce qui réduit leurs
possibilités d’être embauchées. Même chose quand elles veulent s’inscrire à
l’université. Ça les poursuit jusqu’à leur tombe, parce qu’elles ne sont pas autorisées
à être enterrées dans un cimetière militaire.» Le sujet est heureusement de plus en
plus dénoncé.
Dans un registre différent, le 12 décembre 2011, le site du magazine Slate citait The
Guardian, pointant « la présence d'une culture de l'ignorance et de la confidentialité
chez les militaires ». Selon ce journal, on estime que 37% des agressions sexuelles
dans l'armée sont en réalité des actes homosexuels commis sur des soldats. Pour
Mic Hunter, cité par Newsweek, ce sont bien souvent des hétérosexuels qui
commettent ces faits, non par pulsion sexuelle, mais pour «remettre les gens à leur
place». Dans ce cas, «l'agression sexuelle n'est pas une question de sexe, mais de
violence».
En février 2010, 17 membres militaires et vétérans ont porté plainte contre le Pentagone pour protester contre ce «fléau».
Etaient particulièrement visés les anciens secrétaires d'Etat Robert Gates et Donald Rumsfeld qui auraient toléré, ignoré,
voire encouragé implicitement ces pratiques.
The Guardian mentionne l'existence de sites comme mydutytospeak.com permettant aux victimes de viols de partager
leurs expériences.
Dans l’armée française
La Guerre invisible. Révélations sur les violences sexuelles dans l'armée française, par Leïla Minano et Julia Pascual.
Coédition Les Arènes / Causette,paru en février 2014 aux éditions Les Arènes/Causette, dénonce les violences sexuelles
et le harcèlement des femmes dans l’armée française. Les auteures ont eu l’idée de leur livre à partir de ce qu’elles
avaient lu à propos des viols dans l’armée américaine. Patiemment, elles ont récolté les témoignages des victimes
qu’elles ont contactées à partir de coupures de presse.
Parmi cinquante situations, elles citent le cas d'une secrétaire à la marine nationale et victime de harcèlement sexuel de
la part de son supérieur hiérarchique. La secrétaire a porté plainte. Tandis qu’elle était en arrêt maladie, ses supérieurs
en ont profité pour la muter. Les auteures ont lu des e-mails qui racontent comment ils se sont débarrassés d'elle et qui
prouvent qu'ils n'ignoraient pas les faits.
Leïla Minano dit : « L'armée est le symbole de l'ordre et de la discipline. Elle doit tenir ses hommes et ses femmes.
Reconnaître ce phénomène, c'est reconnaître que l'institution a failli à sa mission. Alors, on préfère dissimuler activement
les faits: en cas de plainte, la victime est mutée et l'agresseur - même lorsqu'il est condamné par la justice-, lui, reste en
place. »
"Les violences sexuelles au sein de l'armée sont similaires à l'inceste dans la mesure où les auteurs et les victimes sont
les membres d'une même famille", estimait une organisation américaine de défense des femmes militaires. "Les
supérieurs et les camarades peuvent accuser la victime de ruiner la réputation d'un bon soldat ou essayer de la
persuader que ce qu'elle a vécu n'est pas si grave et ne mérite pas de créer des confits au sein de l'unité."
Depuis lors, le ministère de la Défense a commandité une enquête interne à ce sujet ce qui réjouit les victimes qui ont le
sentiment d’avoir été entendues. Mais les auteures voient comme unique solution la création d’une commission
parlementaire transparente et indépendante.
Selon les auteures, la Suède fait figure de modèle puisque son armée a connu les mêmes problèmes en 2010, mais le
scandale a été pris en charge par les politiques qui ont ouvert une commission parlementaire. Des sanctions sévères ont
été prononcées. Des suivis psychologiques pour les victimes ont été proposés. Le phénomène semble avoir été alors
endigué.
9
«Jean-Jacques Pauvert » Résumé d’articles
Le célèbre éditeur Jean-Jacques Pauvert est décédé le 27 septembre 2014 à 88 ans.
Mauvais élève et grâce à son père, il entre à la N.R.F. à 15 ans, comme coursier. A seize ans avec « Les 120 journées
de Sodome », il rencontre Sade : "C'était me trouver immédiatement au coeur du problème Sade. J'étais immédiatement
confronté à ce qu'il a de plus radical. Je n'en suis toujours pas sorti." (Le Point, le 29 septembre 2014). Il décide de le
publier dès 1947, alors qu’il n’avait lui-même que 21 ans : « Jamais à aucune époque, dans aucune littérature, on n’avait
rien écrit d’aussi scandaleux, d’aussi repoussant, d’aussi insupportable ». Au nom de la morale, la justice l’en empêche
mais Pauvert insiste et finit par obtenir, en 1958, un jugement consacrant Sade comme écrivain et non plus comme
pornographe : « C’était un sentiment sauvage, simplement, écrit-il dans ses Mémoires. Je tenais quelque chose que je
n’allais pas lâcher. Comme un os. Quelque chose qui m’appartenait par une propriété que je n’aurais pas su définir. Que
je n’avais pas envie de définir. C’était mon affaire, c’est tout ».
Voici comment l’affaire est racontée dans Le Monde du 29 septembre 2014 : « Pour Jean-Jacques Pauvert, « Donatien
de Sade tient une place énorme, unique dans la littérature non seulement française, mais universelle. » Sa décision est
prise : il entend éditer en intégralité l'œuvre - pourtant interdite - de Sade, sous son nom. Il débute par l'Histoire de
Juliette, de 1947 à 1949. Tous ses amis crient au casse-cou : il risque la prison. Les critiques sont muets, les libraires le
boudent. (…) Il persévère. A droite, on l'accuse de démoraliser la jeunesse, à gauche, de contaminer les femmes du
peuple par les vices des bourgeoises. Traîné en justice, suspendu de ses droits civiques, mais défendu par le meilleur
avocat de l'époque, Me Maurice Garçon, expert des lois sur la censure, il achève néanmoins son entreprise en 1955.
En 1958, la cour d'appel déclare que « Sade est un écrivain digne de ce nom » : le divin marquis est enfin reconnu. Dans
le même temps, la cour confirme la condamnation de Pauvert mais sans amendes, ni destruction des livres. Bref, ce
jugement historique, après « onze ans de luttes dans l'obscurité », délimite pour la première fois l'existence d'une
littérature pour adulte. Jean-Jacques Pauvert peut continuer à éditer Sade, sans entrave. »
Après avoir publié l’entièreté des œuvres de Sade, il lui a consacré une biographie rééditée en 2013. Le journal
Libération (29 septembre 2014) commente : « Dans Sade vivant, Pauvert se refuse à faire œuvre critique, seuls comptent
l’importance des textes pour l’histoire, leurs liens avec les épisodes de la vie de Donatien. (…) Si fasciné qu’il soit par le
personnage, Jean-Jacques Pauvert ne cède ni à la sympathie, ni à la répulsion, ni à la mise en scène. (…)Ce biographelà tire plutôt vers l’entomologiste. (…) «Il joue comme un enfant joue, comme un poète trouve, comme un savant cherche,
c’est-à-dire avant tout pour voir comment ça marche.» L’enfance de l’âme sadienne est l’innocence déployée, galopante,
rayonnante. Tel un garnement cruel qu’on imagine enlever une à une les pattes d’un animal pour observer ses réactions.
(…) . A Arcueil, il a fait venir une prostituée dans une chambre, qu’il a fouettée et fait blasphémer. «Il y a quelque chose
d’absolument exceptionnel dans son libertinage et il le sent très tôt. C’est un esprit libre qui se construit petit à petit.» Les
derniers vestiges de la respectabilité de Sade seront vite balayés. «L’affaire d’Arcueil va faire aussi la démonstration
d’une malchance répétitive dans sa vie ; coups multipliés d’un destin autant acharné à sa perte qu’il semble être luimême entêté à l’accomplir.» Une trajectoire dans une société où Pauvert le voit occuper «la place du mort». Il y
contribuera largement : une autre partie fine à Marseille avec sodomie homosexuelle et tentative d’empoisonnement de
filles à la cantharide, aphrodisiaque de l’époque, le fera condamner à mort par contumace le 12 septembre 1772.
«L’affaire des petites filles» dans son château de Lacoste finira de pétrir la légende de celui qui incarnera à jamais le
mouton noir du clan familial et du troupeau social. On ne sait toujours pas ce qu’il faut penser du «Je suis un libertin,
mais je ne suis pas un criminel ni un meurtrier. (…) Car la grande vérité de Sade, c’est l’histoire d’une solitude absolue.
Ce mystère qui n’a pas fini d’amollir le cuir de Jean-Jacques Pauvert. (…) Lui seul a touché au fond de la nature
humaine, répète inlassablement Pauvert. Une radicalité qui a ébloui son existence et laisse pantois.»
Dans Le Point (29 septembre 2014): « (…) même aujourd'hui où le sexe ne choque plus guère, il (Sade) garde une aura
de scandale. "Personne n'est allé aussi loin que lui dans sa guerre contre la société, dans sa description de l'homme."
Que ressent-il (Pauvert) aujourd'hui à voir le marquis promu gloire nationale, "institutionnalisé" par son entrée dans La
Pléiade en 1990 et bientôt célébré au musée d'Orsay ? "Bien sûr, cela me fait sourire, avoue celui qui a beaucoup
contribué à cette gloire tardive. Mais je ne suis pas sûr qu'il soit destiné à être compris du plus grand nombre." Lui-même
était réticent à l'idée que Les 120 Journées de Sodome paraissent en collection de poche. Sade disponible, oui. Mais
Sade entre toutes les mains ? Il s'interroge encore... Oui, lui, Pauvert, est choqué par certaines pages du marquis. Une
lecture dont on ne sort pas indemne, même après plusieurs décennies : la meilleure preuve, peut-être, de la singularité
irréductible de l'écrivain, décidément impossible à domestiquer. L'homme le fascine, mais pas seulement par son génie
littéraire. Sa personnalité aussi le trouble. "Il est terriblement entêté, analyse-t-il. Il court à la catastrophe, et s'obstine."
Pauvert est l'un des rares sadiens à défendre la présidente de Montreuil, la belle-mère de Sade. "Elle l'a aimé, très
sincèrement, et fait partie des rares qui ont cherché à le comprendre." Comme lui, donc... Il s'est passionné aussi pour ce
policier qui suivit Sade à la trace et fournit des rapports de police des plus détaillés sur ses frasques. "Bien sûr qu'il a été
fasciné, même si lui était du côté de la loi." Le regard se perd quand on évoque les crimes supposés du marquis.
Donatien a-t-il tué ? Jean-Jacques Pauvert est de ceux qui en sont convaincus. À Lacoste, suppose-t-il, le marquis a eu
tout le loisir d'expérimenter son goût du sang. Comment expliquer autrement la précision clinique de ses descriptions ? »
Outre Sade, Jean-Jacques Pauvert a publié beaucoup d’œuvres érotiques mais aussi Sartre, Montherlant, Sagan,
Albertine Sarrazin, Guy Debord, André Malraux, Aymé, Gide, Queneau, Matzneff, Siné etc. Dans Le Point, on lit : « Le
juste, pour lui, c'est de faire bouger les lignes éditoriales en interrogeant et repoussant les tabous de l'époque. »
(29/09/14).
10
REFLEXION CLINIQUE
L’Héboïdophrénie ou la « schizophrénie psychopathique »
Dans notre pratique, nous avons constaté que des caractéristiques psychopathiques pouvaient parfois se retrouver à
l’avant plan d’un fonctionnement psychotique. La question du diagnostique posait alors question. Dans ces cas
particuliers, nous sommes à la limite entre la schizophrénie et la psychopathie. L’héboïdophrénie, terme introduit par
Kahlbaum en 1899 mais non reconnu par la nosographie internationale, permet de donner un éclairage sur ce
fonctionnement particulier.
Définitions :
L’héboïdophrénie est un terme introduit pour la première fois par Kahlbaum en 1899 pour faire référence à une forme de
type caractériel et asocial du groupe des schizophrénies.
Le dictionnaire Larousse propose lui une définition plus générale : « État pathologique caractérisé par la prédominance
des comportements antisociaux violents et impulsifs sur un fond fait d'apathie, d'émoussement de l'affectivité, et
d'activités stéréotypées. »Selon le Dictionnaire de la Psychiatrie (éditions du CILF), elle ferait référence : « au
développement en fin d'adolescence, d'éléments hébéphréniques peu accentués, pouvant évoluer par poussées
(autisme morose, froideur, inertie ou apathie, bizarreries, etc.), en association ou en relative alternance avec des troubles
pseudo-psychopathiques parfois inauguraux et (instabilité, passages à l'acte peu utilitaires, impulsifs, parfois autoagressifs) : autant de tentatives possibles pour maintenir le contact avec la réalité.
Le plus souvent considérée comme une forme mineure de schizophrénie ou un mode d'entrée, l'héboïdophrénie a été
également rapprochée d'autres entités comme les états-limites. Assez mal précisée, son évolution semble dépendre
surtout de l'importance des conduites antisociales. »
Tentative de critérisation :
De même que la "schizophrénie latente", la "schizophrénie pseudo-psychopathique" est incluse par la nosographie
psychiatrique internationale définie dans le CIM 10 dans le "trouble schizotypique". Si elle est clairement définie dans le
CIM-10, on la retrouve dans le DSM-IV dans les termes de « schizophrénie désorganisée » ou de « schizophrénie
indifférenciée ».En fait, l'héboïdophrénie est souvent réinventée et réintroduite dans des rubriques diverses.
Si Kahlbaum a décrit le premier cette forme, elle a été reprise plus tard par Rinderknecht, Halberstadt et Guiraud qui ont
fait l’ébauche d’une description de l'héboïdophrénie sur base de plusieurs critères : un mode de déséquilibre
psychopathique ; des troubles de caractère (oppositionnisme, impulsivité), comportements antisociaux (vagabondage,
escroqueries, violences), conduites inadaptées et bizarres, turbulence, appauvrissement idéique progressif, autisme
morose, délire, accès catatoniques, épisodes dysthymiques avec tentative de suicide, abus d’alcool, consommation de
drogues.
Dide et Guiraud (1929) considéraient l’héboïdophrénie comme une forme frustre d’hébéphrénie, débutant tôt et marquée
par des conduites délinquantes et la disparition de « l’affectivité familiale et sociale » avec une indifférence qui pourrait
paraître totale (froideur de marbre).
Une forme de schizophrénie spécifique à expression psychopathique
Lors de l’audition publique, le Dr. Lamothe disait ceci :
« Un nombre croissant de patients se présentent avec des « a-structurations », qui non seulement ne sont pas
assimilables aux structures psychotiques ou névrotiques de type traditionnel mais encore aux organisations de
personnalité état-limite ou aux organisations de personnalité perverse. »
« Ces personnes, caractérisées par leur comportement spectaculaire qui emprunte à celui des psychopathes,
sont décrites tantôt comme des psychoses « blanches » ou héboïdophréniques, tantôt comme des « immaturités
essentielles », tantôt comme des psychopathies régressées. Jean Bergeret a décrit avec le concept de la «
violence fondamentale » ces personnalités immatures, et notamment leur évolution vers la dépendance dans les
toxicomanies ou le lien d’emprise aux objets, avec intolérance à la frustration et tendance permanente au
passage à l’acte, dont la conduite est plutôt violente sans spécificité qu'agressive à l'égard de quelqu'un de façon
précise. »
« Les capacités de perception par rapport à l'épreuve de réalité paraissent conservées chez le psychopathe
comme chez les immaturités essentielles et chez les pervers, mais la capacité à tenir compte de la réalité est
différente. »
11
Lors de cette même audition publique, le Dr.Zagury abordait quant à lui la question de la place de l’héboïdophrène dans
l’expertise légale et dans le parcours judiciaire :
« La véritable complexité de la question de l’expertise des psychopathes concerne le champ de l’héboïdophrénie,
des psychoses pseudo-psychopathiques et de certaines évolutions psychopathiques vers la psychose
dissociative. Un contingent non négligeable de sujets primitivement étiquetés psychopathes évolue
d’incarcérations en incarcérations vers des tableaux de psychose avérée. »
« C’est à leur propos qu’il y a souvent désaccord et polémique entre experts et psychiatres en milieu carcéral. En
liberté, ils consument leur tension interne dans la fuite en avant, l’alcool, les drogues, la marginalité… Entre les
murs de la prison, c’est la béance hémorragique qui se démasque. Dans ces cas difficiles, seule l’analyse
rigoureuse des rapports entre l’état mental et l’infraction permet de conclure. «
« Si la plupart des actes violents commis par les psychotiques sont un sursaut de survie au bord du gouffre de la
dissolution psychique, les infractions psychopathiques répondent habituellement au court-circuit, à la décharge,
au défi, à la toute-puissance, au recours à l’acte face à la menace d’effondrement, l’un de leurs traits
caractéristiques étant l’incapacité à se déprimer authentiquement. »
Bibliographie
-
-
CHABROL H., « Traité de psychopathologie clinique et thérapeutique de l'adolescent », Dunod. Paris. 2011.
GUIRAUD P., « Constitution perverse et héboïdophrénie », Bulletin de la Société Clinique de Médecine Mentale, 1927, pp. 89-92.
HALBERSTADT G., « La forme héboïdophrénique de la démence précoce », A.M.P., 1925, pp. 23-32.
LAMOTHE P. « DIAGNOSTIC ET PRISES EN CHARGE DE L’ADULTE : Intérêt du modèle psychodynamique de la psychopathie » » cité
dans « Prise en charge de la psychopathie », Haute Autorité de Santé. Paris 7ème. 2005. pp. 117 – 118.
Organisation mondiale de la santé. « Classification internationale des troubles mentaux et des troubles du comportement ». Elsevier Masson.
1993.
ZAGURY D. « L’EXPERTISE MÉDICO-LÉGALE - L’expertise pénale des psychopathes » cité dans « Prise en charge de la psychopathie »,
Haute Autorité de Santé. Paris 7ème. 2005. p. 129.
VEILLE SCIENTIFIQUE
13th Conference of the International Association for the Treatment of Sexual Offenders
Le congrès IATSO (International Association for the Treatment of SexualOffender) s’est tenu cette année à Porto du 03
au 06 septembre 2014. L’UPPL a pu assister aux différentes conférences présentées durant ces quatre journées.
Parmi celles-ci, nous avons été particulièrement intéressés par les recherches de L.
Marschall et W. Marschall sur une échelle d’évaluation d’efficacité du traitement
(TRS-2). Cette recherche avance la possibilité d’utiliser un outil d’évaluation d’efficacité
du traitement qui pourrait être proposé et utilisé par les thérapeutes belges. Cette
échelle contient dix items notés sur deux dimensions, à savoir, la compréhension
intellectuelle d'un problème, et l'acceptation/la démonstration d'une intériorisation du
changement. Les différentes rubriques de cette échelle sont les relations
interpersonnelles, l’auto-régulation, et d'autres questions criminogènes concernant les délinquants sexuels. L’échelle est
à la fois dynamique et formulée de manière positive. En effet, les auteurs ont trouvé pertinent d’utiliser cette échelle dans
le travail clinique en tant que thérapeutes, et également comme un moyen d'améliorer la qualité de la communication
entre les agents de libération conditionnelle et les futurs thérapeutes pour les traitements ultérieures. Notons également
que la TRS-2 possède de bonnes propriétés psychométriques. (www.rockwoodpsyc.com)
L’étude de J. Mulder sur l’analyse des profils des téléchargeurs d’images pédo-pornographiques a également
retenu notre attention. En effet, depuis quelques mois, l’UPPL s’est associée aux équipes de santé spécialisées de
Liège, Herstal, Verviers et Huy dans le cadre d’un projet de recherche. Celui-ci porte sur
l’étude exploratoire de profils de téléchargeurs de matériels pédopornographiques et
aura pour but de dégager des caractéristiques communes. L’étude de J. Mulder porte
sur l’analyse de 43 cas d’hommes téléchargeurs de pornographie infantile. Elle a pu
mettre en évidence que l’âge moyen de ces hommes était de 45 ans. 52% étaient
célibataires, 12 % étaient sans emploi. Parmi ceux-ci 77% avaient uniquement des
délits liés au téléchargement. La fréquence de la consultation était journalière pour 32%
d’entre eux et de une à plusieurs fois semaines pour 56%. La durée de ces
consultations variait de 30 minutes à deux heures pour 33%, et de plus de deux heures
pour 16%. Notons également que 51% des délinquants sexuels se masturbaient toujours au moment du visionnage des
images et 28% se masturbaient parfois. Les images représentaient pour la plupart des filles (84%) dont la tranche d’âge
la plus représentée est de 12 à 15 ans (39%). Enfin, 31% des hommes interrogés justifiaient leurs téléchargements par
une recherche de satisfaction sexuelle.
12
FORMATIONS
FORMATIONS ET MATINÉES THÉMATIQUES
LA SEXUALITE ENTRE LIBERTE ET CONTRAINTE. QUELLE RESPONSABILITE POUR LES PROFESSIONNELS ?
(N.FLICOURT)
Lieu : 18 rue de la Dodane, 5000 Namur
Date : Décembre 2014 – date à déterminer très prochainement
Frais d'inscription : 250 euros (Gratuit pour les Equipes spécialisées et les membres des accords de
coopération) - Inscription obligatoire
SUPERVISION A L'UTILISATION DU RORSCHACH (L. DE NOOSE)
Lieu : 18 rue de la Dodane, 5000 Namur
Date : le mardi 27 janvier 2015 de 9h à 12h30
Frais d'inscription : 75 euros par supervision (50 euros pour les membres des accords
de coopération)
Dates des supervisions suivantes : les mardis 22 avril 2015, 22 septembre 2015 et
15 décembre 2015
MATINEE THEMATIQUE : « DIVERSITE DES ORIENTATIONS SEXUELLES : REPRESENTATIONS, PERCEPTIONS
ET STEREOTYPES DU PERSONNEL MEDICO-PSYCHO-SOCIAL » (T. DELSEMME)
Lieu : Université de Namur, Rempart de la vierge 5 - Local D21 (faculté de droit)
Date : le Mercredi 17 décembre 2014 de 9h à 12h30
Frais d'inscription : 10 euros - Inscription obligatoire (groupe max : 50 personnes)
Détails, tarifs et inscriptions sur notre sitewww.uppl.be,
au069/888333 ou par mail via [email protected]
AUTRES FORMATIONS
VIOLENCES ET TROUBLES MENTAUX (THIERRY PHAM - UMONS)

Directeur
Thierry H. PHAM
 Collaboration entre :
L’Université Mons (UMONS), le Centre de Recherche en Défense Sociale de Tournai (C.R.D.S.) et l’Université
du Québec à Trois Rivières (U.Q.T.R.)
 Présentation
Chaque module de formation est conçu de manière opérationnelle et débouche sur des applications concrètes au niveau
évaluatif. L’ensemble couvre 3 thèmes pertinents sur le plan de l’actualité judiciaire et clinique.
Ces thèmes se répartissent sur 60 heures de cours et sont fortement soutenus par la recherche standardisée.
Les modules de formation sont assurés par des académiques-chercheurs ayant publié dans leur domaine d’intervention.
Ces modules sont organisés selon un ensemble cohérent. Toutefois, chaque module peut être suivi de manière isolée et
une attestation de participation sera délivrée par l’asbl Extension UMONS.
 Conditions d’admission
Cette formation suppose un prérequis dans le domaine de la psychologie (diplôme de deuxième cycle ou équivalence),
et/ou de la psychiatrie. Sur demande, des dérogations peuvent être accordées pour certains modules.
Un minimum de 8 participants est requis pour l’organisation d’un module.
 Intervenants : Ian BARSETTI, Docteur en Psychologie, Service Correctionnel du Canada (S.C.C.)
Gilles COTE, Docteur en Psychologie, Professeur U.Q.T.R., Directeur Centre de Recherche I.P.P.M.
13
Claire DUCRO, Docteur en Psychologie, Chercheur C.R.D.S.
Thierry H. PHAM, Docteur en Psychologie, Chargé de cours UMONS, Directeur C.R.D.S., Professeur associé U.Q.T.R.,
Chercheur associé I.P.P.M.
Olivier VANDERSTUKKEN, Psychologue S.M.P.R. de Lille, doctorant UMONS, Coordinateur C.R.I.S.A.V.S. Nord-Pasde-Calais et Secrétaire adjoint de la Fédération Nationale.
C.R.D.S. : Centre de Recherche en Défense Sociale ; C.R.I.S.A.V.S. : Centre de Ressources Interdisciplinaire pour le
Suivi des Auteurs de Violence Sexuelle ; I.P.P.M. : Institut Philippe Pinel Montréal; S.C.C. : Service Correctionnel du
Canada ; S.M.P.R. : Service Médico Psychologique Régional ; U.Q.T.R. : Université du Québec à Trois-Rivières.
 Participation financière
175 € par module de 6 heures
Une réduction de 30 % (50 % pour les anciens étudiants et les membres du personnel UMONS) est accordée pour une
inscription à l’ensemble du programme.
Les demandes de désistement doivent être transmises 15 jours au plus tard avant le début de chaque module. Après ce
délai, aucun remboursement ne sera effectué.
 Renseignements et inscriptions
Secrétariat Extension UMONS - Place Warocqué, 17 - 7000 MONS
Tél. : +32(0)65/37.32.11 Fax : +32(0)65/37.32.10
Courriel : [email protected]
Lien :
http://portail.umons.ac.be/FR/universite/partenaires/extension_UMONS/formations_specifiques/Pages/FormationViolence
settroublesmentaux.aspx
URSAVS (UNITÉ RÉGIONALE DE SOINS AUX AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES - CENTRE HOSPITALIER
RÉGIONAL UNIVERSITAIRE DE LILLE)
-
Sensibilisation à la prise en charge de mineurs auteurs de violence sexuelle
Possibilité de modules complémentaires ou d’ateliers
Documentation : [email protected]
ETUDES DE CAS
Pour une meilleure organisation, merci de nous prévenir de votre participation aux études de cas ainsi que de votre désir
de partager une situation en envoyant un e-mail à [email protected]
Les études de cas ne seront pas organisées durant les mois de juillet et août. Les prochaines dates de rencontre sont
reprises ci-dessous :
ER
ETUDES DE CAS LIEGE : UPPL 16 QUAI M ARCELIS - (LE 1ER MARDI DU MOIS)
 De 9h30 à 12h30
Mardi 4 novembre 2014
Mardi 2 décembre 2014
Mardi 6 janvier 2015
Mardi 3 février 2015
Mardi 3 mars 2015
ÈME
ETUDE DE CAS NAMUR : UPPL 18 RUE DE LA DODANE - (LE 2 ÈME MARDI DU MOIS)
 De 9h30 à 12h30
Mardi 11 novembre 2014
Mardi 9 décembre 2014
Mardi 13 janvier 2015
Mardi 10 février 2015
Mardi 10 mars 2015
ETUDE DE CAS TOURNAI : UPPL 92 RUE DESPARS - (LE DERNIER JEUDI DU MOIS)
 De 13h30 à 16h30
Jeudi 30 octobre 2014
Jeudi 27 novembre 2014
Jeudi 25 décembre 2014- annulé
Jeudi 29 janvier 2015
Jeudi 26 février 2015
Jeudi 26 mars 2015
14
CONGRÈS & COLLOQUES
Le prochain congrès CIFAS aura lieu à Charleroi, en Belgique du 3 au 5 juin 2015. L’argumentaire
est disponible sur le site et l’appel à candidatures est désormais ouvert et de nombreuses
informations figurent sur le site internet dont voici l’adresse : http://www.cifas2015.be
15
LES TROIS ANTENNES DE L’UPPL
Siège Principal de Tournai
Rue Despars 92
7500 TOURNAI
tél.: +32 (0)69 888 333
fax : +32 (0)69 888 334
e-mail : [email protected]
Siège de Namur
Rue de la Dodane 18
5000 NAMUR
tél.: +32 (0)81 226 638
fax : +32 (0)81 260 059
e-mail : [email protected]
Siège de Liège
Quai Marcelis 16
4020 LIEGE
e-mail : [email protected]
16