0 J.K Rowling

Harry Potter et les Reliques de la Mort
J.K Rowling
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 11 :: LL’’AAASSSCCCEEENNNSSSIIIOOONNN DDDUUU SSSEEEIIIGGGNNNEEEUUURRR DDDEEESSS TTTEEENNNEEEBBBRRREEESSS
Deux hommes surgirent de nulle part, à quelques mètres l’un de l’autre,
dans une ruelle étroite éclairée par la lune. L’espace d’une seconde, ils restèrent
debout pointant leur baguette magique en direction de la poitrine de l’autre, puis, se
reconnaissant, ils les rangèrent sous leur cape et marchèrent vivement dans la même
direction.
- Des nouvelles ? Demanda le plus grand des deux.
- Les meilleures possibles. Répondit Severus Rogue
La ruelle était bordées à gauche par des ronces sauvages et à droite par
une haie taillée avec soin. Les longues capes des deux hommes voletaient au niveau
de leurs chevilles pendant qu’ils marchaient.
- Je craignais d’être en retard, dit Yaxley, ses traits grossiers se mouvant,
tantôt visibles et invisibles à l’oeil, dans les rayons de la lune filtrés par les
branchages. C’était un peu plus délicat que je ne l’aurais pensé. Mais j’espère qu’il
sera satisfait. Tu sembles avoir confiance en ta réception ?
Rogue hocha la tête sans donner plus de détails. Ils tournèrent à droite
dans une large impasse. La haute haie se courbait avec eux continuant son chemin au
delà de l’impressionnante paire de portails en fer forgé barrant la route aux deux
hommes.
Aucun des deux n’arrêta sa marche, puis, en silence, il levèrent leur bras
gauche dans une sorte de salut et passèrent à travers le métal sombre comme à travers
un rideau de fumée. La haie d’if assourdissant leurs pas, les deux hommes entendirent
un bruissement soudain à leur droite : Yaxley tira, à nouveau, sa baguette magique, la
dirigeant vers le responsable qui s’était avéré n’être rien d’autre qu’un paon blanc
éclatant paradant majestueusement au sommet d’une haie.
- Il s’est toujours bien fait paraître, Lucius. Un paon…, Yaxley abaissa sa
baguette et la rangea sous sa cape avec un grognement. Un élégant manoir grandissait
au fur et à mesure qu’ils avançaient dans l’obscurité. Une intense lumière suintait à
travers les volets d’une fenêtre placée au niveau de l’escalier de l’entrée principale.
Quelque part, dans le sombre jardin, au delà de la haie, on pouvait entendre clapoter
une fontaine. Le gravier crépitant sous leurs pieds, Rogue et Yaxley avancèrent vers
la porte d’entrée qui s’ouvrit vers l’intérieur à leur approche bien que, visiblement,
personne ne l’avait touchée.
Le vestibule était grand, faiblement éclairé, et somptueusement décoré
avec une magnifique moquette recouvrant la plupart du sol en pierre. Les portraits au
teint pâle accrochés au mur suivirent Rogue et Yaxley des yeux. Les deux hommes
s’arrêtèrent devant une porte en bois lourd conduisant dans la pièce suivante, hésitant
l’espace d’un battement de coeur, Rogue tourna la poignée en bronze.
Le salon était rempli de gens silencieux assis à une table longue et très
ornementée. Les meubles, qui décoraient d’ordinaires la pièce, avaient été poussés
avec négligence contre les murs. La lueur vive provenait d’un feu crépitant audessous
d’un élégant manteau de cheminée en marbre surmonté d’un miroir doré.
Rogue et Yaxley s’attardèrent un moment sur le seuil. Comme leurs yeux étaient
encore habitués à la pénombre, ceux-ci furent attirés vers la silhouette la plus
caractéristique, la plus étrange de la scène : une forme humaine, apparemment
évanouie au-dessus de la table, tournoyant lentement comme si elle avait été
suspendue par une corde invisible, et reflétée dans le miroir ainsi que la surface nue et
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
polie de la table.
Aucune des personnes placées au-dessous de cette vue singulière ne la
regardait à part un jeune homme pâle. Il semblait incapable de ne pas y jeter un regard
ascendant chaque minute ou presque.
-Yaxley, Rogue, dit d’une voix aiguë et distincte la personne se trouvant
en tête de table, vous êtes en retard. "
L’interlocuteur était placé juste devant la cheminée, de telle manière qu’il
était difficile, pour les nouveaux arrivés, d’en distinguer plus que sa silhouette.
S’approchant, ils pouvaient distinguer son visage dans l’obscurité : il était chauve,
semblable à un serpent, avec des fentes en guise de narines et des yeux rouges aux
pupilles verticales. Il était si pâle qu’ils semblaient rougeoyer comme des perles.
- Severus, ici, dit Voldemort en indiquant un siège sur sa droite. Yaxley à
coté de Dolohov.
Les deux hommes prirent leurs places allouées. La plupart des yeux
autour de la table suivirent Rogue et ce fut à lui que Voldemort s’adressa en premier.
- Alors ?
-Mon Seigneur, l’Ordre du Phénix à l’intention de déplacer Harry Potter
de son endroit actuel samedi prochain à la tombée de la nuit
L’intérêt autour de la table se durci manifestement ; certains se raidirent,
d’autres se trémoussèrent, tous regardèrent Rogue et Voldemort.
- Samedi… à la tombée de la nuit, répéta Voldemort.
Ses yeux rouges fixaient les noirs de Rogue avec une telle intensité que
certains observateurs détournèrent les yeux, apparemment effrayés d’être brûlés par la
férocité de son regard. Rogue, cependant, regardait calmement le visage du seigneur
des ténèbres ; puis la bouche sans lèvre de Voldemort se courba en quelque chose qui
ressembla à un sourire.
- Bien, très bien. Et ces informations proviennent…
-…De la source dont nous avons discutés
- Mon seigneur.
Yaxley se pencha pour regarder au bout de la longue table Voldemort
et Rogue.
- Mon Seigneur, j’ai eu vent d’informations différentes.
Yaxley attendit, mais voyant que Voldemort ne répondait pas il
continua.
- Dawlish, l’auror, a laissé paraître que Potter ne se déplacera pas avant la
nuit du trente, le jour de ses 17 ans.
Rogue sourit.
- Ma source m’a dit qu’il y avait des projets pour poser de fausses pistes,
celle-ci doit l’être. Sans aucun doute, un charme de confusion a été jeté à Dawlish. Ce
ne serait pas la première fois ; il est connu pour être susceptible.
- Je vous assure mon seigneur, Dawlish semblait certain… Dit Yaxley
- S’il a été soumis au sortilège de Confusion, évidement qu’il en est
certain. Coupa Rogue. Yaxley, je vous assure que le département des Aurors ne
jouera aucun nouveau rôle dans la protection de Harry Potter. L’Ordre croit que nous
avons infiltrés le ministère.
- Au moins, l'Ordre a raison sur un point, hein? dit un homme assis
près de Yaxley.
Il eut un petit rire nerveux qui fît écho tout autour de la table. Voldemort
ne riait pas. Son regard errait, il regarda le corps tourner au dessus de lui. Il semblait
perdu dans ses pensées.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Mon seigneur, reprit Yaxley, Dawlish croit qu’une entière partie des
aurors sera employées pour transférer le garçon.
Voldemort leva sa grande main blanche et Yaxley se calma aussitôt
regardant son seigneur avec impuissance, tandis que le maître se tournait de nouveau
vers Rogue.
- Où vont-ils cacher le garçon ensuite ?
- Dans la maison de l’un des membres de l’ordre. Dit Rogue.
- L’endroit, selon la source, a été doté de la protection de l’Ordre et du
ministère. Je pense qu’il y a peu de chance de s’en prendre à lui une fois qu’il sera làbas
mon seigneur à moins que, bien sur, le Ministère tombe avant samedi prochain, ce
qui nous permettra de défaire assez des enchantements pour percer leur défenses.
- Bien. Yaxley? Appela Voldemort en regardant quelque part vers le bout
de la table, la lumière du feu étincelant d’une manière étrange dans ses yeux rouges.
Le ministère sera-t-il tombé avant samedi prochain ?
De nouveau, toutes les têtes se tournèrent vers lui, Yaxley redressa ses
épaules.
- Mon seigneur, j’ai de bonnes nouvelles sur ce point. J’ai, avec difficulté
et après beaucoup d’effort, réussi à soumettre au sortilège de l’Impérium, Pius
Thickness.
Beaucoup de personnes autour de Yaxley parurent impressionnées ;
Dolohov, un homme au visage long et tordu lui donna une petite tape dans le dos.
- C’est un début, dit Voldemort. Mais Thickness est seulement un
homme. Nous devons encercler complètement Scrimgeour avant que j’agisse. Une
tentative ratée sur la vie du ministre me ralentirait beaucoup.
- Oui, mon seigneur, c’est vrai, mais vous savez, comme Thickness est à
la tête du departement d’application des lois magiques, il a des contacts réguliers et
pas seulement avec le ministre lui-même, mais aussi avec les dirigeant de tous les
autres départements. Ce sera, je pense, plus facile maintenant que nous avons un tel
officier de haut rang sous notre contrôle pour subjuguer les autres, et alors ils
travailleront ensemble pour faire tomber Scrimgeour
- Pourvu que notre cher ami Thickness ne soit pas découvert avant d’avoir
pu en convertir d’autres, dit Voldemort. En tout cas, il reste peu probable que le
ministère soit mien avant samedi prochain. Si nous ne pouvons pas attraper le garçon
à son arrivée, alors nous devons agir pendant qu’il voyage.
- Sur ce point là, nous avons l’avantage, mon seigneur, dit Yaxley qui
semblait déterminé à recevoir une partie des approbations. Nous avons maintenant
plusieurs personnes plantées dans le département de Transport Magique. Si Potter
transplane ou utilise le réseau de cheminée nous le saurons immédiatement.
- Il ne fera pas cela, dit Rogue, l’Ordre évite n’importe quelle forme de
transport qui est contrôle ou réglé par le Ministère ; ils n’ont pas confiance en eux.
- Tant mieux, dit Voldemort, ce sera beaucoup plus facile s’ils ne se
déplacent pas avec les moyens du ministère.
Encore une fois, Voldemort regarda au-dessus de lui le corps en rotation
qui ralenti puis il continua :
- Je m’occuperais du garçon moi-même. Il y a eu trop d’erreurs
concernant Harry Potter. Certaines d’entres elle m’ont été propres. La vie de Harry
Potter est plus due à mes échecs qu’à ses triomphes.
L’assistance regarda craintivement Voldemort, chacun d’entres eux
soignait son expression de peur d’être blâmés sur la survie d’Harry Potter.
- J’ai été négligent, et donc contrecarré par la chance et le hasard, ces
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
destructeurs de projets. Mais j’en sais plus désormais. Je comprends ces choses que je
n’avais pas compris avant. Je dois être celui qui tuera Harry Potter, et je le serai.
A ces mots, apparemment en réponse, on entendit un gémissement
soudain qui ressembla plus à un cri d’horreur qu’autre chose. Beaucoup de personnes
assises à la table semblèrent effrayés car le son avait semblé sortir de dessus la table.
-Queudvert, dit Voldemort d'une voix calme sans enlever ses yeux du
corps tournoyant au dessus de lui. Ne t' avais-je pas chargé de garder notre prisonnier
silencieux ?
- Oui m-mon Seigneur haleta un petit homme à mi-chemin du bout de
table, qui s'était assis si bas dans sa chaise qu'elle semblait, à première vue, être
inoccupé. Il se leva en vitesse de sa place et couru à pas précipités dans la pièce, ne
laissant rien derrière lui si ce n'est une curieuse lueur d'argent.
- Comme je disais, continua Voldemort, regardant les visages tendus de
ses partisants. J'ai compris des choses que je n'avais pas comprises avant. J'aurai
besoin, par exemple, d'emprunter la baguette magique d'un d'entre vous avant que
j'aille tuer Potter.
Les visages autour de lui parurent choqués; il aurait pu leur annoncer qu'il voulait
emprunter un de leurs bras.
-Aucun volontaire ? demanda Voldemort, Voyons… Lucius, je ne voit
aucune raison pour vous ayez une baguette magique.
Lucius Malfoy le regarda, sa peau sembla jaunâtre et cireuse, illuminer
par les flammes, et ses yeux étaient creux et sombre. Il parla d'une voix rauque.
- Mon Seigneur...
- Votre baguette, Lucius. J'exige votre baguette.
- Je …
Malfoy jeta un coup d'oeil latéral à sa femme. Elle regardait fixement
devant elle, aussi pâle que son mari, ses longs cheveux blonds arrivant au bas du dos,
mais sous la table ses doigts minces se convulsèrent nerveusement. Après l'avoir
observée, Malfoy mis sa main dans sa longue robe et retira sa baguette magique qu'il
fit passer à Voldemort qui la regarda avec ses yeux rouge, l'examinant.
- En quoi est-elle ?
- En Orme, lui murmura Malfoy
- Et l'intérieur ?
- Du coeur de dragon.
- Bon...
Il sortit sa propre baguette magique et compara les longueurs. Lucius
Malfoy fit un mouvement involontaire; pendant une fraction de seconde, il semblait
s'attendre à recevoir la baguette de son maître en échange de la sienne. Ce geste
n'échappa pas à Voldemort, dont les yeux s'élargirent méchamment.
- Te donner ma baguette magique, Lucius ? Ma baguette magique ?
Quelques-uns ricanèrent. Je vous ai donné votre liberté, Lucius, cela n'est pas assez
pour vous ? Mais j'ai remarqué que vous et votre famille semble moins qu'heureuse
ces temps-ci… Qu'est-ce qui vous déplait dans ma présence, ici, dans votre maison,
Lucius ?
- Rien... rien du tout, mon Seigneur!
- De tels mensonges, Lucius...
Sa voix douce avait semblée siffler après que sa bouche cruelle arrêta de
se déplacer. Un ou deux des mangemorts réprima un frisson pendant que le sifflement
se développait de plus en plus fort; quelque chose de lourd glissait sur le plancher,
dessous la table. Un énorme serpent émergea pour s'élever lentement vers le haut de
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
la chaise de Voldemort. Il monta, interminablement, et venu se reposer sur les épaules
de Voldemort : son cou était aussi épais que la cuisse d’un homme; ses yeux, avec
leurs fentes verticales pour des pupilles, ne cilla pas. Voldemort caressa la créature
distraitement avec de longs doigts minces, regardant Lucius Malfoy.
- Pourquoi les Malfoy semblent-ils si malheureux de leur sort ? Est-ce
mon retour, ma remontée au pouvoir, n'est-ce pas cela qu'ils ont dit "désirer" pendant
tant d'années.
Évidemment, mon Seigneur, dit Lucius Malfoy. Sa main tremblante essuyant la
transpiration formée sur sa lèvre supérieure.
- Nous le désirions, nous le désirions.
A la gauche de Malfoy, sa femme fit un signe de tête étrange, rigide, ses
yeux évitaient Voldemort et son serpent. A sa droite, son fils, Drago fixa le corps
inerte flotter au-dessus de lui, il jeta, ensuite, un coup d'oeil furtif vers Voldemort mais
détourna les yeux de peur d'être en contact avec le siens.
- Mon Seigneur, dit une femme sombre à mi-chemin du bout de table,
dont la voix vibrait d’émotion.
C'est un honneur de vous avoir ici, dans la maison de notre famille. Il n'y
a pas de plus grand plaisir.
Elle s'assit à côté de sa soeur. Contrairement elle, elle avait des cheveux
sombres et de lourdes paupières, mais la façon dont elle se tenait était la même, une
façon distinguée. Narcissa se tenait assise, rigide et impassible. Bellatrix se pencha
vers Voldemort, de simples mots ne pouvant décrire son désir ardent de se
rapprocher.
- Pas de plus grand plaisir, répéta Voldemort sa tête penchée d’un côté
considérant Bellatrix. Cela signifie beaucoup, Bellatrix, venant de toi.
Son visage pris des couleurs; des larmes de plaisir jaillirent de ses yeux.
- Mon Seigneur sait que je ne dis que la vérité !
- Pas de plus grand plaisir… même comparé à l'événement heureux qui,
j'entends, est survenu dans votre famille cette semaine ?
Elle le regardait fixement, sa bouche entrouverte, apparemment confuse.
- Je ne vois pas ce vous que voulez dire, mon seigneur.
- Je parle de votre nièce, Bellatrix. Et aussi la vôtre, Lucius et Narcissa.
- Elle vient juste de se marier avec le loup-garou, Remus Lupin. Vous
devez être si fier !
Il y eu une éruption de rires sarcastiques autour de la table. Beaucoup se
penchèrent en avant pour échanger des regards rieurs, quelques-uns cognèrent la table
avec leurs poings. Le grand serpent, détestant la perturbation, ouvrit grand sa bouche
et siffla de colère, mais les mangemorts n’y prirent pas garde, ils étaient trop heureux
de l'humiliation subie par Bellatrix et les Malfoy. Le visage de Bellatrix, si
récemment rougit par le bonheur se changea en une tache rouge hideuse.
- Elle n'est pas notre nièce, mon Seigneur, pleura t-elle au-dessus de
toutes les hilarités.
- Nous, Narcissa et moi, n'avons jamais revu notre soeur depuis qu'elle
s'est marier à un sang de bourbe. Cette morveuse n'a rien a voir avec nous, ni les bêtes
qu’elle pourrait marier.
- Qu’en dit-tu Drago ? " demanda Voldemort, bien que sa voix fut calme
elle portait clairement à travers toutes les railleries. Babysiteras-tu les louveteaux ?
Les mangemorts éclatèrent de rire, Drago Malfoy regarda son père avec
terreur, qui fixait ses genoux, puis il chercha sa mère des yeux, elle secoua sa tête
presque imperceptiblement puis fixa son regard sans expression en direction du mur
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
opposé.
- Assez, dit Voldemort caressant le serpent énervé. Assez.
Et les rires moururent aussitôt.
- Beaucoup de nos vieux arbres généalogiques deviennent malades avec
le temps, dit-il alors que Bellatrix le regardait fixement haletante et implorante.
- Tu devrait tailler le tient, n' est-ce pas, pour le garder saint. Coupe ces
parties qui menacent la santé du reste.
- Oui, mon seigneur, murmura Bellatrix, ses yeux baignant dans des
larmes de gratitude, à la première occasion.
- Tu l’auras, dit Voldemort.
- Et dans notre famille, ainsi que dans le monde... nous couperons la
pourritures qui nous infectent jusqu’à ce que restent seuls ceux au sang-pur... "
Voldemort éleva la baguette de Lucius Malfoy, la pointa directement sur
la forme suspendue aux dessus de la table et donna un petit coup. Le corps s’anima
dans un gémissement et commença à se débattre contre des liens invisibles.
- Reconnaît tu notre invitée, Séverus ? demanda Voldemort.
Rogue leva les yeux vers le visage retourné. Tous les mangemorts
regardèrent la captive comme si on leur avaient donné la permission de montrer de la
curiosité.
Alors qu'elle tournoyait face aux flammes, la femme dit d'une voix craquelée et
terrifiée.
- Severus, aide moi !
- Ah, oui, dit Rogue tandis que la prisonnière tournoyait doucement.
- Et toi Drago ? demanda Voldemort tout en caressant le museau du
serpent avec sa main inoccupée.
Drago secoua brusquement la tête, maintenant que la femme fut réveillée
il semblait incapable de la regarder.
- Mais, évidemment, tu n'auras pas pris ses cours, pour ceux d'entre vous
qui ne le savent pas, cette nuit nous a rejoint Charity Burbage qui jusqu'à aujourd'hui
enseignait à l'école de sorcellerie de Poudlard.
Il y eu quelques bruits compréhensifs autour de la table. Une femme
large et tordue ricana, ce qui fit apparaître des dents pointues.
- Oui... le professeur Burbage apprenait aux enfants de sorciers et
sorcières tous sur les moldus... comment ils n’étaient pas si différents de nous...
Un des Mangemorts cracha sur le sol. Charity Burbage tourna pour faire
face à Rogue à nouveau.
- Severus... s'il vous plait... je vous en prie...
- Silence ! dit Voldemort, qui donna un autre coup sec avec la baguette de
Malfoy, et Charity redevint silencieuse comme si elle avait été bâillonnée. Non
contente de corrompre et de polluer les esprits des jeunes sorciers, la semaine dernière
le professeur Burbage à écrit un article défendant passionnément les Sangs de Bourbe
dans la Gazette des sorciers. Les sorciers, nous dit-elle, doivent accepter ceux qui
volent leur savoir et leur magie. Le déclin des sang-purs est, nous dit le professeur
Burbage, une circonstance plus que désirable... Elle aimerait nous voir unis avec les
Moldus... ou, sans doute, les loup-garous...
Personne ne rit cette fois: la colère et le mépris dans la voix de
Voldemort ne prêtait à aucune erreur. Pour la troisième fois, Burbage tourna pour
faire face à Rogue. Des larmes coulaient de ses yeux jusque dans ses cheveux. Rogue
lui rendit son regard, complètement impassible, tandis qu'elle se détournait de lui à
nouveau.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Avada kedavra.
La lueur de lumière verte éclaira chaque recoin de la pièce. Charity tomba, avec un
bruit sourd, sur la table, qui trembla et craqua. De nombreux Mangemorts bondirent
de leurs chaises. Drago glissa de son siège et tomba sur le sol.
- Le dîner est servit, Nagini, dit Voldemort d'une voix doucereuse, et le
grand serpent se balança et glissa de ses épaules jusqu'à la table de bois poli.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
C
H
A
T
R
E
CH
HA
APPPIIIT
TR
RE
E 22:: IIN
NM
MEEM
MO
OR
RIIA
AM
M
Harry saignait. Etreignant sa main droite dans la gauche et jurant dans un
souffle, il ouvrit d'un coup d'épaule la porte de sa chambre. Il y eu un bruit de
porcelaine brisée : il avait marché sur une tasse de thé froid se trouvant sur le sol,
devant la porte de sa chambre.
- Qu' est-ce que ?
Il regarda autour de lui : le palier du numéro 4, Privet Drive était désert. Il
était probable que la tasse de thé fut une farce subtile venant de Dudley. Harry enleva
les morceaux de la tasse avec l'autre main et les jeta dans la poubelle déjà pleine à
craquer. Ensuite il se déplaça jusqu'à la salle de bain pour mettre son doigt sous le
robinet. Il était stupide et plus qu'irritant de devoir attendre encore quatre jours avant
de pouvoir utiliser la magie. Mais il lui fallait admettre que sa coupure au doigt
pourrait bien l'en empêcher! Il n'avait jamais appris à soigner les blessures, et
maintenant il lui vînt à penser, en particulier à la lumière de ses plans imminents, que
c'était une faille sérieuse dans son éducation magique!
Il rédigea une petite note mentale pour demander à Hermione de le lui
apprendre!
Il tira un grand morceau de papier toilette et épongea autant de thé qu'il le
put, avant de retourner dans sa chambre et de claquer la porte derrière lui.
Harry avait passé la matinée à vider complètement sa malle d'école, et ce,
pour la première fois depuis six ans ! Au cours des années précédentes, il avait
simplement utilisé les strates supérieures, remis à jour son matériel, et laissé au fond
une couche indéterminée de vieilles canettes, yeux desséchés, de coléoptères, et
autres chaussettes célibataires...
Quelques minutes plus tôt, Harry avait plongé la main dans ce fouillis, et ressenti une
douleur fulgurante dans le quatrième doigt de sa main droite. Il avait immédiatement
retiré sa main qui saignait abondamment. Il avait à présent décidé de procéder avec
ordre et précaution.
Il agissait maintenant un peu plus prudemment. A genoux près du coffre, il cherchait
à tâtons au fond de celui-ci et, après avoir retrouvé un vieux badge qui clignotait
faiblement entre " VIVE CEDRIC DIGGORY et A BAT POTTER ", un criquet, un
Scrutoscope complètement usé et un médaillon d’or signé " R.A.B ", il découvrit
finalement le morceau pointu qui venait de le blesser. Il le reconnut immédiatement :
c’était un morceau long de deux pouces, partie du miroir enchanté que Sirius, son
parrain disparu, lui avait donné. Harry le posa sur le côté et continua à chercher dans
la grosse malle de bois avec précaution, mais il ne trouva rien d’autre du dernier
cadeau de son parrain, à l’exception d’un peu de verre en poudre, qui, accroché à la
couche la plus profonde de débris, scintillait.
Harry s’assit et examina le morceau entaillé avec lequel il venait de se
couper, ne voyant rien de plus que le reflet de ses yeux verts. Il mit ensuite le
fragment sur La Gazette du Sorcier du matin même, qui reposait sur le lit sans avoir
été encore lue, et il essaya de contenir le flux soudain d’amers souvenirs, les regrets et
la nostalgie que la découverte du miroir cassé avait provoqué en lui. Il s’attaqua au
reste des ordures présentes dans la malle. Cela prit encore une heure pour la vider
complètement, jeter les choses inutiles et classer tout ce qu’il restait dans des piles,
selon ce dont il aurait encore besoin ou non. Les uniformes de l’école et de Quidditch,
la bouilloire, les parchemins, les plumes et la majorité des livres d’école furent
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
empilés dans un coin, pour être laissés de côté. Il se demanda ce que son oncle et sa
tante feraient avec eux ; les brûler tard dans la nuit probablement, comme s’ils étaient
la preuve d’un quelconque crime horrible. Ses vêtements moldus, sa cape
d’invisibilité, son matériel pour fabriquer des potions, quelques livres, l’album photos
que Hagrid lui avait une fois offert, une pile de lettres et sa baguette, le tout venait
d’être emballé récemment dans un vieux sac à dos.
Dans une poche avant se trouvait la Carte du Maraudeur et la reliquaire
avec la note signée " R.A.B ".
Cet objet avait reçu cette place d’honneur non pas pour sa valeur – il était
complètement inutile pour quoi que ce soit – mais surtout pour ce qui lui avait coûté
afin de l’obtenir.
Il restait une pile considérable de journaux sur son bureau, à côté de
Hedwige : un journal pour chaque jour que Harry avait passé à Privet Drive durant
l’été. Il se releva, s’étira et se dirigea vers son bureau. Edwige ne bougea pas lorsqu’il
commença à déchirer les journaux, en les jetant aux ordures un à un. La chouette était
endormie, ou faisait semblant ; elle était fâchée contre Harry à cause du temps limité
qui lui avait été accordé. Alors qu’il arrivait à la fin de la pile de journaux, Harry
ralentit, cherchant en particulier une édition qui, il le savait, était arrivée un court
moment après son retour à Privet Drive pour l’été ; il se souvint qu’il y avait eu une
petite note sur la page principale à propos de l’abandon de Charity Burbage, le
Professeur d’Etude des Moldus à Poudlard. Il le trouva enfin. Feuilletant jusqu’à la
page dix, il s’appuya à sa chaise de bureau et relut l’article qu’il cherchait.
Souvenirs d’Albus Dumbledore, par Elphias Dodge
J’ai rencontré Albus Dumbledore à l’âge de onze ans, lors de notre premier jour à
Poudlard. Notre attirance mutuelle était indéniable, cela était du au fait que nous nous
sentions tous les deux comme des étrangers. J’avais contracté pour ma part la fièvre
du dragon peu avant mon arrivée à l’école, et même si je n’étais plus contagieuse,
mon visage piqué et la couleur verte n’encourageaient pas beaucoup de gens à
m’approcher. Pour sa part, Albus était arrivé à Poudlard avec le lourd fardeau d’une
notoriété non souhaitée. Une année auparavant, son père, Perceval, avait été
condamné pour une attaque très plébiscitée contre trois jeunes Moldus. Albus n’a
jamais essayé de nier que son père (qui est mort à Azkaban), avait commis ce crime ;
au contraire, quand j’ai eu le courage de lui demander, il m’a assurée qu’il savait que
son père était coupable. Indépendamment de ça, Dumbledore refusait de parler de
cette sale affaire, bien que beaucoup aient essayé de le faire parler. Certains même,
disaient qu’il faisait l’éloge de l’action de son père et ont assuré que Albus, aussi,
était un anti-Moldus. Ils ne pouvaient pas avoir plus faux : comme n’importe quelle
personne connaissant Albus ne pourrait dire le contraire, il n’a jamais eu aucune
tendance anti-Moldu. De plus, son soutien déterminé aux droits Moldus lui a apporté
beaucoup d’ennemis au fil des années suivantes. Au cours des mois, par contre, la
célébrité d’Albus a dépassé celle de son père. A la fin de sa première année, il ne
voulait plus jamais être connu comme le fils d’un anti-Moldu, mais comme rien de
plus ou de moins que le plus brillant élève jamais vu à l’école. Ceux qui comme moi
ont eu le privilège d’être ses amis ont pu bénéficier de son exemple, sans oublier son
aide et ses encouragements, dont il était toujours généreux. Il m’a confessé plus tard,
qu’il avait toujours su que son plus grand plaisir serait l’enseignement. Il n’a pas
seulement gagné tous les prix du mérite qu’offrait l’école, il était aussi en contact par
correspondance avec les plus célèbres magiciens actuels, dont Nicolas Flamel, le
célèbre alchimiste, Bathilda Bagshot, la célèbre historienne, et Adalbert Waffling, le
théoricien magique. Plusieurs de ses écrits ont été publiés dans " métamorphoses
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
modernes ", " défis des sortilèges " et " les potionistes pratiquant ".
La future carrière de Dumbledore semblait être " météorique ", et la seule
question qu’il restait était de savoir quand il allait devenir Ministre de la Magie.
Toutefois, même s’il a été souvent prédit dans les années suivantes qu’il était sur le
point de prendre ce poste, il n’a jamais eu des ambitions de Ministre.
Trois ans après que nous ayons commencé à Poudlard, le frère d’Albus,
Aberforth, est arrivé à l’école. Ils ne se ressemblaient pas ; Aberforth n’a jamais été
charismatique et, contrairement à Albus, il préférait régler les conflits par des duels
qu’avec une discussion raisonnée. Par contre, il est assez faux de dire, comme
certains l’ont fait, que les frères n’étaient pas amis. Ils étaient aussi bien tous les deux
que pourraient l’être deux garçons tellement différents. Pour être juste avec
Aberforth, il faut admettre que vivre sous l’ombre d’Albus ne doit pas être une
expérience très commode. Etre continuellement dans l’ombre était un risque en étant
l’ami et le frère d’Albus. Quand Albus et moi avons quitté Poudlard, nous avons
prévu de faire ensemble le dixième traditionnel tour du monde, pour visiter et
observer les sorciers étrangers, avant de poursuivre nos carrières respectives.
Malheureusement, la tragédie a frappé. Au tout début de notre voyage, la
mère d’Albus, Kendra, est morte, laissant Albus à la tête de toute la famille. J’ai postposé
mon départ assez longtemps pour présenter mes condoléances aux funérailles de
Kendra, puis je suis partie pour ce qui était devenu maintenant un voyage solitaire.
Avec un jeune frère et une soeur dont il devait s’occuper, et un rien d’or laissé à eux,
il n’était plus question pour Albus de m’accompagner.
C’est à cette période de nos vies que nous avons perdu contact. J’ai écrit à
Albus, lui décrivant, peut-être insensiblement, les merveilles de mon voyage, des
petites évasions à Chimaeras en Grèce, aux expériences des alchimistes égyptiens.
Ses lettres m’en disaient un peu plus sur sa vie de tous les jours, qui je le supposais
était assez frustrante pour un si brillant sorcier. Immergée dans mes propres
expériences, c’est avec horreur que j’ai entendu, vers la fin de mon année de voyage,
qu’une autre tragédie avait frappé la famille Dumbledore : la mort de sa soeur, Ariana.
Même si Ariana avait une mauvaise santé depuis longtemps maintenant, le drame,
survenu si vite après la perte de leur mère, a eu un impact profond sur les deux frères.
Tous les proches d’Albus – et j’en fais partie – sont d’accord de dire que la mort
d’Ariana et le sentiment de culpabilité qu’Albus a ressenti (même s’il n’y avait pas de
raison, évidemment), a laissé une marque à jamais sur cet homme.
Je suis retournée à la maison pour découvrir un jeune homme qui avait
affronté plus de souffrance qu’une personne âgée. Albus était plus réservé qu’avant,
et beaucoup moins allègre. Pour ajouter à son malheur, la perte d’Ariana avait
provoqué, non pas un rapprochement entre Albus et Aberforth, mais bien un certain
éloignement. Au fil du temps, ils auront cependant renoué contact, pas pour une
relation très proche mais au moins une relation un temps soit peu cordiale. Par contre,
à partir de ce moment-là, Albus parlait rarement de ses parents ou d’Ariana, et ses
amis avaient appris à ne pas en parler.
D’autres trophées décriront les triomphes des années suivantes. Les
innombrables contributions de Dumbledore à la connaissance de la magie, incluant
notamment sa découverte des douze utilisations du sang de dragon, ont profité aux
générations suivantes, tout comme la sagesse dont il a fait preuve dans tous ses
jugements lorsqu’il était Chef du Mangemagot.
Ils le disent encore aujourd’hui, qu’aucun combat de sorcier n’a autant marqué que
celui entre Dumbledore et Grindelwald en 1945. Ceux qui y ont assisté ont écrit des
articles concernant la terreur et la crainte qu’ils ont ressentie alors qu’ils regardaient
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
ces deux extraordinaires sorciers se battre.
Dumbledore triompha et les conséquences qui en découlèrent pour le
Monde des Sorciers ont été considérées comme un point clé dans l’Histoire de la
Magie, pour marquer la naissance d’un Statut International du Secret ou la chute de
Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom.
Albus Dumbledore n’a jamais été fier ou vantard ; il pouvait trouver quelque chose de
bon en chacun, même s’il était apparemment insignifiant ou misérable, et je crois que
les premières pertes qu’il a subies lui ont permis de faire preuve d’une grande
humanité et d’une grande sympathie. Son amitié devrait me manquer plus qu’autre
chose, mais la perte que je viens de subir n’est rien par rapport à celle du Monde des
Sorciers. Qu’il était le plus inspiré et le plus aimé de tous les Professeurs de Poudlard.
Il est mort comme il a vécu : travaillant toujours pour le plus grand Bien, et, à sa
dernière heure, toujours aussi disposé à tendre la main à un jeune garçon avec une
fièvre de dragon que le jour où je l’ai rencontré.
Harry avait fini de lire mais continuait à fixer la photo accompagnant
l’avis de décès. Dumbledore portait son sourire familier et chaleureux, mais, comme
il regardait par-dessus ses lunettes en demi-lune, il donnait l’impression, même à
travers le journal, de passer Harry au rayon X, chez qui la tristesse s’était mélangée à
l’humiliation.
Il pensait connaître plutôt bien Dumbledore, mais déjà en lisant cet avis
nécrologique, il était forcé de reconnaître qu’il ne le connaissait qu’à peine. Pas une
fois il n’avait imaginé l’enfance ou la jeunesse de Dumbledore ; c’était comme s’il
avait toujours été comme quand Harry l’avait connu, vénérable et grisonnant, et
vieux. L’idée d’un Dumbledore adolescent était tout simplement impensable, comme
si on imaginait une Hermione idiote ou un … (à vérifier dès que g recu le livre).
Il n’avait jamais pensé à poser des questions à Dumbledore sur son passé.
Sans doute serait-ce en partie étrange, impertinent même, mais après tout, son duel
légendaire avec Grindelwald était connu de tous. Et Harry n’avait pas pensé à
demander à Dumbledore à quoi cela avait ressemblé, ni ne s’était renseigné sur aucun
autre de ses accomplissements célèbres.
Non, ils ne discutaient toujours que de Harry, de son passé, de son avenir,
de ses plans … et Harry y repensait maintenant, malgré le fait que son avenir allait
être si dangereux et si incertain, qu’il avait manqué des occasions irremplaçables de
demander à Dumbledore plus à son sujet, bien que la seule question personnelle qu’il
n’ait jamais demandée à son directeur soit aussi la seule à laquelle Harry soupçonnait
Dumbledore de ne pas avoir répondu honnêtement :
- " Que voyez-vous quand vous regardez dans le miroir du Rised ? "
- " Moi ? Je me vois tenir une épaisse paire de chaussette en laine. "
Après plusieurs minutes de réflexion, Harry déchira la rubrique
nécrologique de la Gazette, la replia soigneusement et la mit à l’intérieur du premier
volume de son livre " La Pratique de la Magie Défensive et son Utilisation Contre les
Forces du Mal ". Puis, il jeta le reste du journal sur la pile d’ordures et se tourna, face
à la pièce. C’était maintenant déjà beaucoup plus rangé. Les seules choses qu’il restait
étaient la Gazette d’aujourd’hui, toujours étendue sur le lit, et le morceau de miroir
cassé.
Harry se déplaça à travers la pièce, fit glisser le fragment de miroir de la
Gazette et déplia le journal. Il avait tout juste jeté un coup d’oeil au titre en prenant le
journal roulé du hibou-livreur tôt ce matin, et l’avait mis de côté après avoir vu qu’il
ne traitait pas de Voldemort. C’était seulement maintenant, donc qu’il vit ce qu’il
avait manqué.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
A mis chemin de la première page, un titre plus petit était placé au dessus
d’une image de Dumbledore, marchant à grands pas le long de cette image, le regard
tourmenté :
DUMBLEDORE – ENFIN LA VERITE ?
A venir la semaine prochaine, l’histoire choquante du génie imparfait
considéré par plusieurs comme étant le sorcier le plus grand de sa génération
En déshabillant loin l'image populaire du sage serein, a la barbe d'argent, Rita skeeter
révèle l'enfance dérangée, la jeunesse illégale, les querelles perpétuelles et les secrets
coupables que Dumbledore a emporté dans sa tombe. POURQUOI a-t-il été refusé de
devenir ministre de la magie pour rester un simple directeur ? QUEL était le but réel
de l'organisation secrète connue sous le nom de l'ordre du phénix ? COMMENT
Dumbledore a vraiment rencontré sa fin ? Les réponses à ces questions et bien
d’autres sont explorées dans la nouvelle biographie explosive "La vie et le mensonge
d'Albus Dumbledore", par Rita Skeeter, exclusivement interviewé par Betty
Braithwaite, page 13, à l'intérieur.
Harry ouvrit le journal et trouva la page treize. L'article était surmonté
d'une image montrant un autre visage familier : une femme portant des verres parés de
bijoux , des cheveux blonds, ses dents découvertes dans ce que l'on suppose être un
sourire gagnant, agitant ses doigts vers le haut. En faisant de son mieux pour ignorer
cette image écoeurante, Harry continua de lire.
En personne, Rita skeeter est beaucoup plus chaude et plus douce que
dans ses portraits fameusement féroce. En me saluant dans le vestibule de sa maison
confortable, elle me mèna directement dans la cuisine pour une tasse de thé, une
tranche de gâteau et, cela va sans dire, un dégagement de vapeur du commérage le
plus frais.
"Bien, bien sûr, Dumbledore est le rêve de tout biographes," dit Skeeter.
"Une vie si longue, pleine. Je suis sûr que mon livre sera le premier de très loin."
Skeeter était certainement rapide pour écrire. Son livre de neuf cents pages a été
achevé simplement quatre semaines après la mort mystérieuse de Dumbledore en juin.
Je lui demande comment elle a géré cet exploit très rapide.
"Oh, quand vous avez été une journaliste aussi longtemps que moi,
travailler dans de courts délais est une deuxième nature. Je savais que le monde de la
sorcellerie réclamait à cor et à cri l'histoire complète et j'ai voulu être la première à
répondre à ce besoin."
Je mentionne la récente remarque largement rendue publique de Elphias
Doge, la conseillère spéciale au Magenmagot et l'amie de longue date d'Albus
Dumbledore, "Le livre de Skeeter contient moins de faits qu'une carte de chocogrenouille."
Skeeter rejeta sa tête en arrière et rit.
"Darling Dodgy! Je me rappelle l’avoir interviewé il y a quelques années
à propos de " merpeople ", la bénissant. Complètement gaga, elle semblait penser
que nous étions assis au fond du lac Windermere, à me dire de faire attention à la
truite "
Et pourtant les accusations inexactes de Elphias Doge ont été entendues
en de nombreux endroits. Skeeter estime-t-elle vraiment que quatre courtes semaines
aient été suffisantes pour gagner une image complète de la longue et extraordinaire
vie de Dumbledore ?
"Oh, mon cher," rayonna Skeeter, me frappant affectueusement à travers
les articulations, "vous savez aussi bien que moi que beaucoup d'informations peuvent
être produites par un sac gras de gallions, un refus d'entendre le mot "Non" et un
paquet de Citations agréables rapidement aiguisées ! Les gens mettaient en file
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
d'attente les plats sales de Dumbledore, de toute façon. Tout le monde ne le trouvait
pas merveilleux vous savez – il a marché sur un lot terrible d'orteils importants. Mais
la vieille Dodgy Doge peut descendre de son grand hippogriffe, parce que j'ai eu
accès à une source pour laquelle la plupart des journalistes échangeraient leurs
baguettes magiques puisqu'elle provient de celle qui n'a jamais parlé en public
auparavant et qui était près de Dumbledore pendant la phase la plus turbulente et
inquiétante de sa jeunesse."
La publicité d'avance pour la biographie de Skeeter a certainement suggéré qu'il y ait
des chocs dans les magasins pour ceux qui croient que Dumbledore a mené une vie
irréprochable. Je lui demandai ce qui a était la plus grande surprise qu'elle a
découverte.
"Maintenant, Betty, je ne donne pas tous les points croustillants avant que
quiconque ait acheté le livre!", ria Skeeter. "Mais je peux promettre que quelqu'un
qui pense toujours que Dumbledore était blanc comme sa barbe se dirige vers un
réveil brutal. Disons juste que n’importe qui l'entendant en colère contre Vous-SavezQui aurait rêvé qu'il n'ait fait en amateur de la magie noire lui-même dans sa
jeunesse! Et pour un magicien qui a passé à plaider tant d'années pour la tolérance,
il n'était pas exactement aussi large d'esprit quand il était plus jeune! Oui, Albus
Dumbledore avait un passé extrêmement obscur, pour ne pas mentionner cette famille
très poissonneuse, qu'il a travaillée si durement pour la garder cachée."
Je demande si Skeeter se rapporte au frère de Dumbledore, Aberforth,
dont la convocation par le magenmagot pour l'abus de la magie, a causé un scandale
mineur il y a quinze ans.
"Oh, Aberforth est juste le bout du tas de fumier," rit Skeeter. "Non, non,
je parle de quelqu’un de beaucoup de plus mauvais qu'un frère avec un penchant
pour jouer avec des chèvres, plus mauvais même que le père de Muggle-Mugglemaiming
- Dumbledore ne pouvait pas les maintenir tranquille elles n’ont plus de
toute façon, toutes les deux ont été condamnées par le magenmagot. Ce ne sont pas la
mère et la soeur qui m'ont intrigués, et creusant à découvert a nid positif de
méchanceté - mais, comme je dis, vous devrez attendre les chapitres neuf et douze
pour avoir les détails complets. Tout que je peux dire maintenant c’est qu’il est loin
d’être merveilleux ! Par exemple Dumbledore n’a jamais parlé de la façon dont son
nez s’est cassé. "
Des squelettes de famille nonobstant, fait Skeeter, nient les brillantes découvertes
magiques menées par Dumbledore ?
"Il a eu un cerveau," concède-t-elle, "bien que beaucoup doutent
maintenant qu'il pourrait vraiment prendre le plein crédit de tout ses
accomplissements supposés. Comme j'indique en chapitre seize, Ivor, que Dillonsby
soutient, avait déjà découvert huit utilisations du sang de dragon quand Dumbledore
"a emprunté" ses papiers."
- Mais l'importance de certains des accomplissements de Dumbledore ne
peuvent pas, j'osent, être niés. En particulier sa défaite célèbre de Grindelwald ?
"Oh, maintenant, je suis heureux vous ayez mentionné Grindelwald," dit
Skeeter avec un sourire provoquant. "J'ai peur que pour ceux qui ont eu les larmes aux
yeux en faveur de la victoire spectaculaire de Dumbledore, ce livre ne leurs fasses
l’effet d’une bombe - ou peut-être une bombabouse. Affaire très sale en effet. Tout
que je dirai c’est qu’il n’est pas sûr qu'il se soit vraiment produit un duel spectaculaire
de légende. Après qu'ils aient lu mon livre, les gens ne peuvent qu’être forcés de
conclure que Grindelwald a simplement créé un mouchoir blanc de l'extrémité de sa
baguette magique et est revenu tranquillement !"
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Skeeter refuse de donner plus de détails sur ce sujet intrigant, ainsi nous
nous tournons à la place vers le rapport qui fascinera assurément ses lecteurs
davantage que tout autre.
"Oh oui," dit Skeeter, inclinant la tête vivement, "je consacre un chapitre
entier au tout Potter-Dumbledore-Dumbledore le rapport. Il s'est appelé malsain,
même sinistre. Encore une fois, vos lecteurs devront acheter mon livre pour l'histoire
entière, mais il n'y a aucune question sur le fait que Dumbledore ait pris un intérêt
artificiel pour Potter. Si c'était vraiment dans les meilleurs intérêts du garçon - bien,
nous verrons. C'est certainement un secret dévoilé que le Potter a eu une adolescence
pour le moins préoccupante."
Je demande si Skeeter est toujours en contact avec Harry Potter, elle est
tellement célèbre qu’elle interviewé l'année dernière : un morceau de percée dans
lequel le Potter a parlé exclusivement de sa conviction selon laquelle Vous-Savez-Qui
était revenu.
"Oh, oui, nous avons développé un lien plus étroit," dit Skeeter. Le "Potter
des pauvres a peu de vrais amis, et nous nous sommes réunis à un des moments
d'essai de sa vie - le tournoi des trois sorciers. Je suis probablement l'une des seules
personnes vivantes qui peut indiquer qu'elles connaissent vraiment Harry Potter."
Ce qui nous mène d'une manière ordonnée aux nombreuses rumeurs
circulant toujours au sujet des heures finales de Dumbledore. Skeeter croit-il que le
Potter était là quand Dumbledore est mort ?
"Bien, je ne veux pas dire trop - il y a tout dans le livre - mais des témoins
oculaires à l'intérieur de château de Poudlard ont vu le Potter courir à partir du
moments que Dumbledore soit tombé, sauté, ou ai été poussé. Potter plus tard a
accusé Severus Rogue, un homme contre qui il a une rancune notoire. Est-ce que tout
est ce qu'il y parait ? C'est pour que la communauté des sorciers s’en rende compte une fois qu'elles auront lu mon livre."
Sur cette note intrigante, je prends mon congé. Il ne peut y avoir aucun
doute que Skeeter a des tuyaux pour un best-seller instantané. La légion d'admirateurs
de Dumbledore, en attendant, pourra bien être secoué à propos de ce qui sera bientôt
découvert au sujet de leur héros.
Harry avait fini de lire l'article, mais avait continué de regarder fixement la
page. Le revirement et la fureur montèrent en lui comme un haut-le-coeur ; il
chiffonna le journal et le jeta, de toutes ses forces, contre le mur, où il rejoignit le
reste des déchets autour de la poubelle.
Il commença à marcher, sans rien voir autour de lui, à travers la salle. Les
tiroirs vides s'ouvrait et la reprise réserve pour les remplacer seulement sur les mêmes
piles (à verifier), à peine conscient de ce qu'il faisait, car les expressions aléatoires de
l'article de Rita avaient fait écho dans sa tête : Un chapitre entier au tout PotterDumbledore-Dumbledore le rapport... qu'il s'est appelé malsain, même sinistre... il a
trempé dans les arts noirs lui-même dans sa jeunesse... j'ai eu accès à une source si
fiable que la plupart des journalistes serait prêt a vendre leurs baguettes magiques
pour...
"Mensonges !" Beugla Harry, et par la fenêtre il vit le voisin d'à côté, qui
avait fait une pause pour remettre en marche sa tondeuse à gazon, recherchant
nerveusement la cause du bruit.
Harry s’assit sur le lit dur. Le reste du miroir cassé avait dansé à côté de
lui ; il le pris et le fit tourner dans ses doigts, en pensant, en pensant à Dumbledore et
aux mensonges avec lesquels Rita Skeeter le diffamait...
Un flash du bleu des plus lumineux survînt. Harry gela, son doigt coupé
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
glissant sur le bord déchiqueté du miroir une nouvelle fois. Il l'avait imaginé, il devait
l’avoir rêvé. Il jeta un coup d'oeil au-dessus de son épaule, mais le mur était d’une
couleur maladive de pêche que sa tante Pétunias choisissait : Il n'y avait rien de bleu
là que le miroir puisse refléter. Il scruta de nouveau le fragment de miroir, et ne vit
rien de plus que son propre oeil vert clair.
Il l'avait imaginé, il ne pouvait y avoir aucune autre explication ; imaginé
parce qu'il avait pensé à son directeur mort. Si une chose était certaine, c'était que les
yeux bleus lumineux d'Albus Dumbledore ne le traverseraient plus jamais.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 33 :: LLEEE DDDEEEPPPAAARRRTTT DDDEEESSS D
DUUURRRSSSLLLEEEYYYSSS
Le bruit du claquement de la porte d’entée fit écho vers le haut des
escaliers et une voix hurla, " Oh ! Toi ! "
Seize ans passés a être appelé ainsi ne laissait par conséquent à Harry pas
de doute sur le fait que son oncle l’appelait, néanmoins, il ne répondit pas
immédiatement. Il était toujours avec l’étroit fragment dans lequel, pendant une
fraction de seconde, il avait cru apercevoir l’oeil de Dumbledore., jusqu'à ce que son
oncle crie, " MON GARÇON ! ", Harry se leva lentement de son lit et se dirigea vers
la porte de la chambre, faisant une pause pour ajouter le morceau de miroir cassé au
sac à dos rempli des choses qu'il prendrait avec lui.
-Tu as pris ton temps ! hurla Vernon Dursley quand Harry apparu en haut
des escaliers, Descends ici. Je veux te dire un mot !
Harry descendit les marches, ses mains profondément enfouis dans les
poches de son pantalon. Quand il examina la salle de séjour il y trouva chacun des
trois Dursleys. Ils étaient en tenue de voyage ; Oncle Vernon dans une vieille veste
déchirée et Dudley, le grand, blond, musclé cousin d’Harry, dans sa veste en cuir.
-Oui ? demanda Harry.
-Assieds-toi ! dit oncle Vernon. Harry haussa les sourcils. " S’il te plaît !
" ajouta oncle Vernon, grimaçant légèrement comme si ce mot lui avait entaillé la
gorge.
Harry s'assit. Il pensait connaître ce qui suivrait. Son oncle commença à
arpenter la pièce de long en large, tante Petunia et Dudley, suivant son mouvement
avec une expression anxieuse. Finalement, son gros visage pourpre se crispa avec
concentration. Oncle Vernon s'arrêta devant Harry et parla.
- J'ai changé d'avis, dit-il.
- Quelle surprise, dit Harry.
- Ne prends pas ce ton la… commença tante Petunia avec une voix aiguë,
mais Vernon Dursley lui fit signe de se taire.
- C’est un tas de baratin, dit oncle Vernon, lançant à Harry des regards
furieux depuis ses petits yeux porcins. " J'ai décidé de ne pas en croire un mot. Nous
restons ici, nous n’irons nulle part. "
Harry leva les yeux vers son oncle et senti un mélange d'exaspération et
d'amusement. Vernon Dursley avait changé d'avis toutes les vingt-quatre heures
depuis les quatre dernières semaines, chargeant et déchargeant et rechargent la voiture
à chaque changement d’humeur. Le moment préféré de Harry avait été quand oncle
Vernon, ignorant que Dudley avait ajouté ses haltères à sa valise depuis la dernière
fois qu’il avait remplie, avait essayé de la hisser dans le coffre et s'était effondré avec
un jappement de douleur et un paquet de jurons.
- Selon toi, dit Vernon Dursley réarpentant maintenant la pièce de long
en large, nous - Pétunia, Dudley, et moi - sommes en danger. – A cause de, de…
-…d'une partie des gens de " mon espèce " ? dit Harry
- Bien je ne le crois pas, répéta oncle Vernon, faisant encore une halte
devant Harry. Je suis resté réveillée la moitié nuit, à réfléchir, et je crois que c'est un
complot pour obtenir la maison.
- La maison ? Répéta Harry. Quelle maison ?
- Cette maison ! s’écria oncle Vernon, la veine de son front commençant
à palpiter. Notre maison ! Les prix de logements montent en flèche dans les environs !
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Tu nous veux à l'écart pour faire un peu d'abracadabra et avant que nous le sachions,
les contrats seront a ton nom…
- T’as perdu la tête ? demanda Harry. Un complot pour avoir cette
maison ? Es-tu vraiment aussi stupide que tu y parais ?
- Je te défends…! Couina tante Pétunia, mais encore une fois l’oncle
Vernon lui fit signe de se taire. Les insultes dans leur aspect personnel n’étaient
apparemment rien comparées au danger qu’il avait repéré.
- Juste au cas où vous oublieriez, dit Harry, j'ai déjà une maison que mon
parrain m’a légué. Alors pourquoi je voudrais celle-la ? Pour les bons souvenirs ?
Il y eu un silence. Harry pensa qu'il avait plutôt impressionné son oncle avec cet
argument.
- Tu prétends, dit oncle Vernon, commençant à faire les cents pas encore
une fois, que ce Lord machin - Voldemort, dit Harry qui s’impatientait, et nous avons abordé ce sujet
environ cent fois déjà. Ce n'est pas ce que je prétend, c’est un fait. Dumbledore vous
l’a dit l’année dernière, et Kingsley et M. Weasley Vernon Dursley voûta ses épaules de colère, et Harry devina que son
oncle essayait de chasser les souvenirs de la visite inattendue, quelques jours pendant
les vacances d'été de Harry, de deux sorciers pleinement adulte. L'arrivée sur le seuil
de Kingsley Shacklebolt et d'Arthur Weasley était apparu comme choc le plus
désagréable pour les Dursleys. Harry dû admettre cependant qu’il ne pouvait pas
s’attendre a ce que la réapparition de M. Weasley, qui avait par le passé démoli la
moitié de la salle de séjour, détende oncle Vernon.
- Kingsley et M. Weasley l'ont expliqué tout aussi bien, poursuivit Harry
impitoyablement, une fois que j'aurai dix-sept ans, le charme protecteur qui me garde
sauf sera rompu, et cela vous expose autant que moi. L'ordre est sûr que Voldemort
vous prendra pour cible, pour vous torturer pour essayer de découvrir où je suis, ou
parce qu'il pense qu’en vous prenant en otage je viendrais et j’essayerais pour vous
sauver.
Les yeux de Harry et de oncle Vernon se croisèrent. Harry était sûr
qu’en cet instant il était tous deux en train de se demander la même chose. Dès lors
oncle Vernon se remit en marche et Harry repris.
- Vous devez vous cacher et l'ordre veut aider. Il vous est offert une
sérieuse protection, la meilleure qui soit.
Oncle Vernon ne dit rien mais continua à faire les cents pas. Au dehors le
soleil était bas à l’horizon au dessus des haies de Privet Drive. La tondeuse du voisin
s’arrêta de nouveau.
- Je pensais qu’il y avait un ministère de la magie ? demanda Vernon
Dursley abruptement.
- Il y en a un, dit Harry, étonné.
- Bien, alors, pourquoi ne peuvent-ils pas nous protéger ? Il me semble, en
tant que victimes innocentes, coupables de rien plus que l’hébergement d’un homme
marqué, nous devons bénéficier de la protection du gouvernement !
Harry ri ; il ne pourrait pas s'aider. Il était tellement typique de la part de
son oncle de remettre ses espoirs dans la fonction publique, même si c’est dans le
monde qu'il dédaigne et dont il se méfit.
- Vous avez entendu quel M. Weasley et Kingsley ont dit, répondit Harry.
Nous pensons que le ministère a été infiltré.
Oncle Vernon marcha de nouveau vers la cheminée et il respira si
fortement que sa grande moustache noire ondula sur sa face encore rouge de
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
concentration.
- Bien, dit-il, s arrêtant devant Harry encore une fois. Très bien, disons
que pour le plaisir de la discussion nous acceptons cette protection. Je ne vois
toujours pas pourquoi nous ne pouvons pas avoir ce type Kingsley.
Harry était parvenu à ne pas rouler les yeux, mais avec la difficulté. Cette
question avait également été posée une demi-douzaine de fois.
- Parce que je vous l’ai dit, dit-il les dents serrées, Kingsley protège le
mol.. je veux dire, votre premier ministre.
- Exactement - il est le meilleur ! dit oncle Vernon, se dirigeant vers
l'écran blanc de télévision. Les Dursleys avait repéré Kingsley pendant les nouvelles,
marchant au côté du premier ministre moldu pendant qu'il visitait un hôpital. Ceci, et
le fait que Kingsley avait maîtrisé le talent de s'habiller comme un Moldu, pour ne pas
mentionner un certain côté rassurant dans sa voix lente et profonde, faisaient se
comporter les Dursleys avec Kingsley d'une manière dont elles ne l'auraient
certainement jamais fait avec aucun autre sorcier, bien qu'il ait été vrai qu'ils ne
l’avait jamais vu avec sa boucle d’oreille.
- Bien, il est pris, dit Harry. Mais Hestia Jones et Dedalus Diggle sont
plus qu’au point dans ce travail…
- Si on avait pu voir les CVs… commença oncle Vernon, mais Harry
perdit patience. Se levant, il avança vers son oncle, ne se dirigeant pas vers l'ensemble
TV lui-même.
- Ces accidents ne sont pas des accidents – les crashs et les explosions et
les déraillements et quel que soit ce qui s'est produit depuis que nous avons vu pour la
dernière fois les nouvelles. Des gens disparaissent et meurent, et il est derrière tout ça
- Voldemort. Je vous répète ça pour énième fois : il tue des Moldus pour s’amuser.
Même le brouillard - ils est provoqué par des détraqueurs, et si vous ne pouvez pas
vous rappeler ce qu’ils sont, demandez à votre fils !
Les mains de Dudley jaillirent pour se mettre devant sa bouche. Sous le
regard de ses parents et celui de Harry, il les abaissa lentement encore et demanda, " il
y en a…plus que ça ?
- Plus ? Harry ri. Plus que les deux qui nous ont attaqués, tu veux dire ?
Naturellement il y a les centaines, peut-être même des milliers ces temps ci, voyant à
mesure qu’ils s’alimentent de la crainte et du désespoir.
- Bien, bien, fanfaronna Vernon Dursley. Tu marques un point …
- J’espère bien, dit Harry, parce qu'une fois que j'aurais dix-sept ans, tous
les mangemorts, les d »traqueurs, peut-être même les Inferis - ce qui signifie les corps
morts envoûtés par un sorcier du mal - seront capable de vous trouver et vous
attaqueront certainement. Et si vous vous rappelez la dernière fois où vous avez
essayé de vous opposer à des sorciers, je pense vous conviendrez que vous avez
besoin d'aide.
Il y avait un bref silence dans lequel l'écho éloigné de Hagrid fracassant
une porte d’entrée en bois semblait se répercuter au cours des années qui s’étaient
écoulées entre-temps. Tante Pétunia regardait oncle Vernon ; Dudley regardait
fixement chez Harry. Enfin oncle Vernon laissa échapper,
- Mais qu’en est-il de mon travail ? Qu’en est-il de l'école de Dudley ? Je
ne pense pas que se genre de chose importe a une bande de sorciers feignants - Vous ne comprenez pas ? cria Harry. Ils vous tortureront et vous tueront
comme ils l’ont fait avec mes parents !
- Papa, dit Dudley dans une voix forte, papa - je vais avec ces personnes
de l’ordre.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Dudley, dit Harry, pour la première fois de ta vie, tu dis quelque chose
de censé.
Il a su que la bataille était gagnée. Si Dudley était assez effrayé pour
accepter l'aide de l'ordre, ses parents l'accompagneraient. Il ne pouvait être question
d’être séparés de leur dudlouney. Harry jeta un coup d'oeil sur la pendulette au dessus
de la cheminée.
- Ils seront là d’ici cinq minutes, dit-il et au moment un des dursley allait
répondre, il quitta la pièce. La perspective du départ - probablement pour toujours de sa tante, de son oncle, et de son cousin était quelque chose qu’il pouvait
contempler gaiement mais il flottait néanmoins une certaine gène dans l’air. Que
diriez-vous a quelqu’un au bout de seize ans d’aversion ?
De retour dans sa chambre, Harry tripota distraitement son sac à dos puis pris deux
noix pour hibou et les lança à travers les barreaux de la cage d’Hedwige. Ils
tombèrent dans un son mat au fond de sa cage où elle les ignora.
- Nous partirons bientôt, vraiment bientôt, lui dit Harry . Et alors tu
pourras voler de nouveau.
La sonnette tinta. Harry hésita, puis sortit de sa chambre et dévala les
marches. Il était trop tôt pour s'attendre à ce que Hestia et Dedalus fassent face au
Dursleys tous seuls.
- Harry Potter ! glapi une voix excitée, au moment où Harry avait ouvert
la porte ; un petit homme avec un chapeau mauve qui se courba d’une basse
révérence. " Un honneur comme toujours ! "
- Merci, Dedalus, dit Harry, accordant un petit sourire embarrassé vers la
sombre chevelure d’Hestia. C’est vraiment bien de votre part de faire ça… Ils sont
part là, ma tante et oncle et cousin… "
- Bonjour à vous, les parents de Harry Potter ! " dit Dedalus arpentant
joyeusement la salle de séjour. Les Dursleys n’avaient pas l’air ravis d’être appelés de
cette manière ; Une partie d’Harry avait attendu un autre changement de
comportement. Dudley se resserra tout prés de sa mère à la vue de la sorcière et du
sorcier.
- Je vois que vous êtes préparés et prêts. Excellent ! Le plan, comme vous
l’a dit Harry, est simple, dit Dedalus, sortant une énorme montre de poche hors de son
gilet et l'examinant. Nous partirons avant Harry. En raison du danger d'utiliser la
magie dans votre maison - Harry n’ayant toujours pas l’âge requis cela pourrait
fournir au Ministère une excuse pour l'arrêter - nous conduirons par exemple pendant
20 kilomètres avant de disparaître vers l'endroit sûr que nous avons sélectionné pour
toi. Vous savez conduire, je présume ? demanda-t-il poliment à oncle Vernon.
- Savoir quoi ? Evidement que je sais conduire ! cracha oncle Vernon.
- Quelle intelligence, monsieur, quelle intelligence. Je serais
personnellement serais tout à fait déboussolé par tous ces boutons et les boutons et
manette, dit Dedalus. On avait clairement l’impression qu’il était en train de flatter
Vernon Dursley, qui perdait visiblement confiance du plan à chaque mot de Dedalus.
- Ne peut pas même conduire, murmura-t-il dans un souffle, sa
moustache ondulant avec indignation, mais heureusement ni Dedalus ni Hestia ne
sembla l'entendre.
-Toi, Harry, continua Dedalus, " attends ici sur tes gardes. Il y a eu un
changement dans l’organisation …
- Que voulez-vous dire ? dit Harry immédiatement. Je croyais que FolOeil devait venir et me prendre par le transplanage d’escorte.
-Peut pas l’faire, dit Hestia laconiquement, Fol-Oeil t’expliquera.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Les Dursleys, qui avait tout écouté avec des regards d'incompréhension
totale sur leurs visages, sursautèrent lorsqu’il qu’une voix sonore s’écria, " dépêchezvous
! " Harry regarda tout autour de la pièce avant de réaliser que la voix provenait
de la montre de la poche de Dedalus.
- Tout est bien, on est dans un programme très serré, dit Dedalus
inclinant la tête vers sa montre et la remettant de nouveau dans son manteau. " Nous
essayons de synchroniser ton départ de la maison avec la disparition de ta famille, par
conséquent Harry lorsque le charme se rompra, tu sera en sûreté. Il se tourna vers les
Dursleys, tout est emballé vous êtes prêts a y aller ?
Aucun d’eux ne lui répondît. Oncle Vernon regardait toujours fixement le
renflement de la poche de Dedalus.
- Peut-être devrions-nous attendre dehors dans le hall, Dedalus, murmura
Hestia. Elle avait clairement sentit qu’il serait dépourvu de tact qu’ils restent dans la
pièce pendant qu’Harry et les Dursley échangeraient leur amour et leurs adieux
déchirant.
- C’est pas la peine, murmura Harry, mais oncle Vernon rendu toute autre
explication inutile en s’exclamant,
- bien, c'est au revoir mon garçon.
Il leva son bras droit pour serrer la main de Harry, mais au dernier moment sembla
incapable de lui faire face, et ferma simplement son poing et qu’il commença a
balancer d’avant en arrière comme un métronome.
- Prêt, Diddy ? demanda Petunia, vérifiant de manière confuse l'agrafe de
son sac à main afin d'éviter d’avoir à regarder Harry.
Dudley ne répondit pas mais se tint là, sa bouche légèrement entrebâillée, rappelant à
Harry le géant, Graup.
- Allez maintenant, dit oncle Vernon.
Il avait déjà atteint la porte de la salle de séjour quand Dudley marmonna,
- je ne comprends pas.
- Qu’est ce que tu ne comprends pas, Popkin ? demanda Pétunia levant
les yeux vers son fils.
Dudley souleva une grande main, telle un jambon pour se diriger vers
Harry.
- Pourquoi ne vient-il pas avec nous ?
Oncle Vernon et tante Pétunia se figent sur place regardants fixement
Dudley comme s'il venait juste d’exprimé le désir de devenir une ballerine.
- Quoi ? dit Vernon d’un ton fort.
- Pourquoi ne vient-il pas aussi ? demanda Dudley.
- Bien, - il ne le veut pas, dit oncle Vernon, jetant à Harry un regards
menaçant et ajouta, tu ne le veux pas n’est-ce pas ?
- Pas le moins du monde, dit Harry.
- Voilà, dit oncle Vernon à Dudley. Maintenant nous sommes parti.
Il sortit de la pièce. Ils entendirent la porte d’entrée s’ouvrir, mais Dudley
ne bougea pas d’un pouce et après quelque pas hésitants Pétunia s’arrêta aussi.
- Qu’est ce qu’il y a maintenant ? aboya oncle Vernon, réapparaissant sur
le pas de la porte.
Il semblait que Dudley luttait avec des idées trop difficiles à mettre en
mots. Après plusieurs minutes de lutte interne apparement douloureuse il dit, mais où
va-t-il aller ?
Tante Pétunia et oncle Vernon échangèrent des regards. Il était clair que Dudley les
effrayait. Hestia Jones rompit le silence.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Mais… vous savez sûrement où va votre neveu ? demanda-t-elle
semblant déconcertée.
- Certainement nous le savons, dit Vernon Dursley. Il est en contact avec
une partie des gens de votre espèce, n'est-ce pas ? Très bien, Dudley, va à la voiture,
tu a entendu l'homme, nous sommes pressées.
Une fois encore, Vernon Dursley marcha jusqu’à la porte d’entrée, mais
Dudley ne suivit pas.
- En contact avec une partie de " notre espèce " ?
Hestia sembla outragée. Harry avait déjà été confronté à l’attitude de sorcières et
sorciers qui semblait étonné que la famille encore vivante de Harry ait si peu d’intérêt
pour le célèbre Harry Potter.
- Ca va, la rassura Harry. Ce n’est pas grave, honnêtement.
- Pas grave? répéta Hestia, sa voix s’élevant considérablement. Ces
personnes ne réalisent-elles ce que tu as traversé ? Dans quel danger tu es ? La
position unique que tu tiens au sein du mouvement anti-Voldemort ?
- Heu - non, ils ne la savent pas, dit Harry. Ils pensent je suis un
gaspillage d’espace, en fait j’ai l’habitude…
- je ne pense pas que tu es un gaspillage d'espace
Si Harry n'avait pas vu le mouvement des lèvres de Dudley, il ne l’aurait
pas cru. Il regarda fixement Dudley pendant plusieurs secondes avant d'accepter le
fait que c’était son cousin qui avait parlé ; pour fait, Dudley rougit. Harry était
embarrassé et étonné.
- Bien… heu… merci, Dudley.
De nouveau, Dudley sembla s'attaquer a des pensées trop difficiles à
mettre en mot avant de marmonner,
-tu m’as sauvé la vie,
- pas vraiment, dit Harry. C’était ton âme que le Détraqueur aurait pris.
Il regarda curieusement son cousin. Ils n'avaient eu pratiquement aucun
contact pendant cet été ou le dernier, alors qu’Harry retournait à Privet Drive si
brièvement et qu’il s’enfermait dans sa chambre. Maintenant, il vint à l’esprit de
Harry que la tasse de thé froid sur laquelle il avait marché ce matin n’avait peut être
pas été un piège du tout. Bien que plutôt touché il fut néanmoins soulagé que Dudley
sembla avoir épuisé sa capacité à exprimer ses sentiments. Après avoir ouvert sa
bouche une fois ou deux fois plus, Dudley écarlate garda le silence.
Tante Pétunia éclatât en sanglots. Hestia Jones lui jeta un regard d’approbation qui se
changea en outrage pendant que tante Petunia courrait embrasser Dudley au lieu de
Harry.
- S-si bon, Duddlounet… sanglota-elle contre sa massive poitrine. ttellement
adorable g-garçon… d-disant merci…
- Mais il n'a pas dit merci du tout ! s’indigna Hestia . Il a seulement dit
qu’il ne pensait pas que Harry était un gaspillage d'espace!
- Ouais mais venant de Dudley c’est comme un " je t'aime, " dit Harry,
déchiré entre l'ennui et un désir de rire pendant que tante Pétunia continuait à prendre
Dudley comme s’il venait juste de sauver Harry d’un bâtiment en feu.
- On y va ou pas ? hurla oncle Vernon, réapparaissant encore une fois à la
porte de salle de séjour. Je croyais que nous avions un programme serré!
- Oui - oui, on arrive, dit Dedalus Diggle, qui avait observé la scène d’un
air perplexe et qui semblait maintenant se recomposer. Nous ne devons pas rester en
contact. Harry..
Il s’avance et secoua la main de Harry entre les sienne.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Bonne chance. J'espère que nous nous rencontrerons encore. Les espoirs
du monde de la Magie reposent sur tes épaules.
- Oh, dit Harry, c’est vrai. Merci.
- A bientôt, Harry, dit Hestia étreignant également sa main. Nos pensées
t’accompagnent. "
- J’espère que tout ira bien, dit Harry avec un regard vers tante Pétunia et
Dudley.
- Oh je suis sûr que nous finirons par être les meilleurs amis du monde,
dit Diggle d’une voix légère, agitant son chapeau alors qu’il quittait la pièce. Hestia le
suivi.
Dudley se libéra doucement de l’emprise de sa mère et marcha vers
Harry qui dû réprimer l’envie de le menacer avec la magie. Alors Dudley lui tendit sa
grosse main rose.
- Mince alors, Dudley, dit Harry alors que Tante Pétunia ravalait ses
sanglots, Les Détraqueurs ont-ils insuffler une personnalité différente en toi?"
- Je ne sait pas, marmonna Dudley, Au revoir, Harry.
- Ouais … dit Harry, serrant la main a Dudley. Peut-être. Fait attention,
Big D.
Dudley esquissa un sourire. Ils avancèrent lourdement dans la pièce.
Harry entendit ses pas lourds sur l’allée couverte de graviers, puis une porte de
voiture claquer.
Tante Pétunia dont le visage avait été empêtré dans son mouchoir regarda autour
d’elle, après le bruit. Elle ne pas semblait pas avoir pris en compte l’éventualité de se
trouver seul avec Harry. À la hâte rangeant son mouchoir humide dans sa poche, elle
dit :
- bon - au revoir et se dirigea vers la porte sans le regarder.
- Au revoir dit Harry.
Elle s’arrêta et regarda en arrière. Pendant un moment Harry a eu le
sentiment très étrange qu'elle voulait lui dire quelque chose ; Elle lui jeta un regard
étrange et timide et sembla sur le point de parler, mais ensuite, avec un peu de sa tête,
elle sortit de la pièce après son mari et son fils.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
C
H
A
T
R
E
L
E
O
T
T
E
R
CH
HA
APPPIIIT
TR
RE
E 44 :: L
LE
ESSS 77 PPPO
OT
TT
TE
ER
RSSS
Harry remonta les escaliers vers sa chambre, arrivant à sa fenêtre juste à
temps pour la voiture des Dursley sortir de l’allée et virer vers la rue. Le chapeau de
Dedalus était visible entre tante Pétunia et Dudley sur la banquette arrière. La voiture
tourna à droite à l'extrémité de Privet Drive, ses fenêtres brûlantes de rouge pendant
un moment en coucher de soleil, et puis s’en fut.
Harry pris la cage d’Hedwige, son Eclair de feu, et son sac à dos, jetta à sa
chambre anormalement rangée un rapide dernier regard, et puis retourna
maladroitement dans le hall, où il déposa la cage, le balai, et le sac près du pied des
escaliers. La lumière se diminuait rapidement, le hall rempli d’ombres à la lumière du
soir. Il sentait vraiment étrange le fait de rester ici dans le silence alors qu’il était sur
le point de quitter cette maison pour la dernière fois. Il y a bien longtemps, quand il
avait été laissé seul tandis que le Dursleys sortait pour s'amuser, les heures de solitude
avaient été un plaisir rare. Faisant une pause seulement pour dénicher quelque chose
de bon dans le réfrigérateur, il s'était précipité en haut des escaliers pour jouer sur
l'ordinateur de Dudley, ou pour allumer la télévision et changer de chaîne a son gré.
Cela lui donnait un sentiment étrange, de se souvenir de ces moments ; C’était comme
se souvenir d’un jeune frère qui se serait perdu.
- Tu ne veux pas jeter un dernier coup d’oeil a ce lieu ? demanda Harry à
Hedwige, qui boudait toujours, sa tête sous son aile. " Nous ne serons plus jamais ici.
Ne veux-tu pas te rappeler de tous les bons moments ? Je veux dire, regarde ce
paillasson. Quel souvenir… Dudley a vomi là-dessus après que je l'aie sauvé des
Détraqueurs… il s’est avéré être reconnaissant après tout, peux-tu croire ça ? … Et
l'été passé, Dumbledore a passé la porte d’entrée…
Harry perdu le fil de ses pensées pendant un moment et Hedwige ne fit rien pour
l’aider a se rappeler, mais a continua à se reposer, sa tête sous son aile. Harry tourna
le dos à la porte d’entrée.
- Et en dessous de ca, Hedwige - Harry ouvrit une porte sous les escaliers "c’est là que j'avais l'habitude de dormir ! Tu ne le savais pas - mince alors, c’est
petit, j'avais oublié… "
Harry regarda des chaussures et des parapluies empilés, se rappelant
comment il avait l'habitude de réveiller chaque matin levant les yeux vers dessous de
l'escalier, qui était le plus souvent agrémenté d’une ou deux araignées. Tels avaient
été les jours avant qu'il ne découvre sa véritable identité ; avant qu'il ne découvre
comment ses parents étaient morts ou pourquoi de telles choses se produisaient tout
autour de lui. Mais Harry pouvait encore se rappeler des rêves qui ne le lâchaient pas,
même en ces jours : des rêves confus impliquant des flashs de lumière verte et une
fois - oncle Vernon avait failli avoir un accident de voiture quand Harry lui avait
raconté - une moto volante…
Il y eu soudain un hurlement assourdissant tout près. Harry se redressa en
un réflexe et se cogna le dessus de la tête sur l’encadrement de la basse porte. Faisant
une pause pour employer quelqu’un des jurons d’oncle Vernon, il chancela vers la
cuisine, saisissant sa tête et regardant fixement par la fenêtre dans le jardin de
derrière.
L'obscurité sembla onduler, l'air lui-même vibrait. Puis, un par un, des
visages commencèrent a apparaître pendant que leur Charme de Désillusion se
dissipait. Hagrid dominait la scène, portant un casque et des lunettes et chevauchant
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
une énorme moto possédant un side-car noir. Tout autour de lui d'autres descendaient
des balais et, dans deux cas, de chevaux noirs aux ailes squelettiques.
Ouvrant la porte arrière a la volée, Harry se précipita au milieu. Il y eu un
cri général de la salutation alors qu’Hermione se jetait ces bras autour de lui, Ron lui
donna une claque dans le dos, et Hagrid dit,
- tout va bien, Harry ? Prêt pour l’décolage ?
- Sans aucun doute, dit Harry, rayonnant autour d’eux. Mais je ne
m’attendais pas à ce que vous soyez autant !
- changement de plan, grogna Fol-Oeil, qui portait deux que énormes sacs,
et dont l'oeil magique tournait du ciel qui s’obscurcissait, à la maison, au jardin avec
une étourdissante rapidité. Allons a couverts avant d’aborder la sujet.
Harry les ramena vers la cuisine où, riant et plaisantant, ils prirent place sur
les chaises, s’assirent sur le sol brillant de Tante Pétunia, ou s’appuyèrent contre les
surfaces de travail immaculées ; Ron, grand et dégingandé ; Hermione, ses cheveux
touffus réunis en arrière en une épaisse et longue tresse ; Fred et George, souriant
identiquement ; Bill, méchamment marqué et avec ses long cheveux ; M. Weasley, au
regard bienveillant, a la calvitie naissante, ses lunettes peu un de travers ; Fol-Oeil,
usé par les batailles, unijambiste, son oeil magique bleu lumineux sifflant dans son
orbite ; Tonks, dont les cheveux courts portaient sa nuance préférée un rose vif ;
Lupin, grisonnant, plus ridé ; Fleur, mince et belle, avec ses longs cheveux blonds
argentés ; Kingsley, chauve et large d’épaule ; Hagrid, avec ses cheveux et sa barbe
hirsute, plié en deux pour éviter de se cogner la tête au plafond ; et Mondingus
Fletcher, petit, sale, et honteux, avec les yeux et les cheveux emmêlés de son chien de
chasse percé en vrille abaissé. Cela réchauffa le coeur de Harry qui rougissait a vue : Il
se senti incroyablement bien au milieu de tous, même de Mondingus, qu’il avait
essayer d’étrangler la dernière fois qu’il l’avait vu.
- Kingsley, je croyais que vous vous occupiez du premier ministre de
Moldu ? lanca-t-il a travers la pièce.
- Il peut tenir une nuit sans moi, dit Kingsley, tu es plus important.
- Harry, devine quoi ? dit Tonks perchée sur la machine à laver, et elle
agita sa main gauche vers lui ; une bague y scintillait.
- Vous vous êtes marié ? jappa Harry, regardant tour à tour lupin et elle.
- Je suis désolé que tu n’ai pas pu être la, Harry, c’était vraiment discret
- C’est génial, félici...
- bien, bien, nous aurons du temps les étreintes plus tard, hurla Maugrey
au-dessus du remue-ménage, et le silence retomba dans la cuisine. Maugrey laissa
tomber ses sacs à ses pieds avant de se tourner vers Harry.
- Comme Dedalus te l’a sûrement dit, nous avons dû abandonner le plan A.
Pius Thicknesse s’en est allé, ce qui nous pose un sacré problème. Il a commis une
infraction condamnable pour relier cette maison au réseau de Cheminées, placer un
Porte-au-loin ici, ou Transplaner ça et là. Tout ceci fait au nom de ta protection, pour
empêcher Tu-Sais-Qui de s’en prendre a toi. Absolument injustifié, puisque le charme
de ta mère le faisait déjà cela. Tout ce qu’il a réussi à faire c’est de nous empêcher de
sortir d’ici sain et sauf.
- Deuxième problème tu n’a pas l’âge requis, ce qui veut dire qu’il y a une
Marque sur toi
- Je n’ai pas…
- Une Marque, une Marque ! s’impatienta Maugrey . Le charme qui
détecte toute activité magique chez les moins de dix sept ans, la façon dont le
ministère découvre une utilisation illégale de la magie ! Si toi, ou n'importe qui autour
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
de toi, lance un sort pour partir d’ici, Thicknesse le saura, ainsi que les mangemorts.
Nous ne pouvons pas attendre la Marque se lève, parce qu’au moment ou tu aura
17ans tu perdra la protection magique de ta mère. En bref, Pius Thicknesse pense qu'il
t’aura d’une façon ou d’une autre.
Harry ne pouvait pas aider mais était d’accord avec l’inconnu Pius Thicknesse.
- Alors qu’est ce qu’on va faire ?
- Nous allons employer les seuls moyens de transport qu’il nous reste, les
seuls que la Marque ne peut pas détecter, parce que nous n'avons pas besoin de
formule magique pour les utiliser : les balais, les sombrals, et la moto de Hagrid.
Harry pouvait voir des failles dans ce plan ; cependant, il tint sa langue
pour donner a Fol-OEil une chance de s’expliquer.
- A présent, le charme de ta mère se brisera seulement à deux conditions :
quand tu atteindra l'âge, ou " - Maugrey gesticula dans la parfaite cuisine – tu
n’appellera plus cette endroit ta maison. Toi et ta tante et ton oncle avaient pris des
chemins diffèrent ce soir et ce en sachant pertinemment que vous ne vivrez plus
jamais ensemble, correct ? "
Harry acquiesça.
- Ainsi cette fois, quand tu partiras il n’y aura pas de retour possible et le
charme se brisera au moment ou tu quitteras cet endroit. Nous avons choisi de le
rompre plus tôt, parce que l'autre alternative consiste à attendre Tu-sais-qui et qu’il te
prenne le jour de tes Dix sept ans.
- La seule chose qui est de notre coté est que Tu-sais-qui ne sait pas où est
ce que nous allons ce soir. Nous avons laissé de fausses piste au ministère : Ils
pensent que tu ne partira pas avant le 30. Cependant, c'est de Tu-sais-qui dont nous
parlons, ainsi on ne peut pas compter sur de fausse dates pour le dupper ; il laissera un
couple des mangemorts patrouiller dans le ciel dans le secteur, juste au cas où. Ainsi,
nous avons donné à une douzaine de maison différentes toutes les protections qu’il
était possible de leur attribuer. Elles ressemblent toutes a un endroit ou on pourrait te
cacher, et elles ont toute une certaine protection faites par l’Ordre: ma maison, celle
de Kingsley, de tantine Muriel de Molly – ca te donne une idée.
- Ouais, dit Harry, pas entièrement sincère, parce qu'il voyait encore une
faille dans le plan.
- Tu ira chez les parents de Tonks. Une fois que tu dans les limites des
sortilèges protecteurs que nous avons installé autour de leur maison tu pourra utiliser
un porte-au-loin vers le Terrier. Des questions ?
- Heu - oui, dit Harry. Peut-être qu’ils ne sauront pas dans laquelle des
douze maisons sécurisées je me dirigerais en premier, mais ne serait-ce pas évident
par la suite – dit-il rapidement - quatorze d’entre nous en train de voler vers la maison
de Tonks ?
- Ah, dit Maugrey, " j'ai oublié de mentionner le point clé. Quatorze de
entre nous ne voleront pas vers les parents de Tonks. Il y aura sept qui Harry Potter
qui se déplaceront dans le ciel ce soir, chacun d’eux avec un compagnon, chaque
paire se dirigeant vers une maison sécurisée différente. "
De l'intérieur de son manteau Maugrey avait maintenant retiré un flacon
de quelque chose qui ressemblait a de la boue. Il n'y au aucun besoin d’ajouter
quoique ce soit d’autre ; Harry compris le reste du plan immédiatement.
- Non ! dit-il d’une voix forte, sa voix se répercutant dans la cuisine. Pas
moyen !
- Je lui ai dit que tu le prendrais de cette manière, dit Hermione avec air
de satisfaction.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Si vous pensez que je vais laisser six personnes risquer leurs vies -- ! " parce que c’est la première fois pour nous, dit Ron.
- C'est différent, de feindre d'être moi …
- bien, aucun de nous ne se déguise vraiment, Harry, dit Fred sincèrement.
Imagine si quelque chose tournait mal et nous que étions coincés pour toujours en tant
que débile marqué et maigre.
Harry ne sourit pas.
- Vous ne pouvez pas le faire si je ne coopère pas, vous avez besoin de moi
pour vous donner quelques cheveux.
- Bien, c'est là que le plan tombe a l’eau , dit George. " Evidemment il n'y a
aucune chance du tout pour qu’on obtienne quelque cheveux a moins que tu coopères.
"
- Ouais, nous treize contre un type qui n’a pas le droit d’utiliser la magie ;
on n’a aucune chance, dit Fred.
- Très Drôle, dit Harry, vraiment marrant.
- Si on doit le prendre de force alors, ce sera fait, grogna Maugrey, son oeil
magique tremblant maintenant un peu dans son orbite alors qu’il jetait des regards
furieux à Harry. Chaque personne de cette pièce a le bon âge, Potter, et ils sont tous
prêt à prendre le risque.
Mondingus gesticula et grimaça ; l'oeil magique tournant deriere la tête de Maugrey
pour le voir.
- Nous n’avons plus le temps de discuter. Le temps ne nous attend pas. Je
veux quelques uns de tes cheveux, mon garçon, maintenant.
- Mais c'est fou, il n’y a pas besoin..
- Pas besoin ! gronda Maugrey. Avec Tu-sais-qui dehors et la moitié du
ministère de son côté ? Potter, si nous sommes chanceux il aurons gober les fausses
pistes et projetteront de t’attirer dans un guet-apens le 30, mais il serait fou de ne pas
avoir mis un ou deux mangemorts pour garder un oeil sur toi, moi c’est ce que je
ferais. Ils ne pourraient probablement pas t’avoir dans cette maison alors que le
charme de ta mère se tient, mais il est sur le point de se rompre et ils connaissent la
position approximative de ce lieu. Notre seule chance est d'utiliser des leurres. Même
Tu-Sais-qui ne peut pas se diviser en sept.
Harry croisa le regard d’Hermione et détourna les yeux immédiatement.
- Alors, Potter – quelque uns de tes cheveux, s’il te plait.
Harry jeta un coup d'oeil a Ron, qui se tordit en une sorte d’expression de
" fait-ce-qu’il-demande "
- Maintenant ! Hurla Maugrey.
Avec tous les regards posés sur lui, Harry leva sa main vers sa tête, saisis
une touffe de cheveux, et tira.
- Bien, dit Maugrey, boitant en avant pendant qu'il tirait le bouchon du
flacon de potion. Directement dedans, s’il te plaît.
Harry laissa tomber les cheveux dans le liquide boueux. Au moment ou ils
entrèrent en contact avec la surface, la potion commença à mousser et à fumer, puis,
d'un coup, pris une couleur or lumineuse.
- Ooh, tu semble avoir meilleur gout que Crabbe et Goyle, Harry, dit
Hermione, avant de capter le mouvement des sourcils de Ron, s’empourprant
légèrement, ajouta, Oh, vous voyez ce que veux dire je.. la potion de Goyle avait un
goût monstrueux.
- Très bien, les faux Potter en ligne de ce coté ci sil vous plaît , dit
Maugrey.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Ron, Hermione, Fred, George, et Fleur s’alignèrent devant l'évier brillant de
tante Pétunia.
- Il en manque un, dit le lupin.
- Ici, dit Hagrid d’un ton bourru, et il souleva Mondingus de terre par la
peau du cou et le laissa tombé près de Fleur, qui fronça le nez ostensiblement avant de
longer la rangée pour prendre place entre Fred et Georges.
- Je suis un soldat, je serais bientôt un protecteur, dit Mondingus.
- Ferme-la, grogna Maugrey. Je t’ai deja dit, espèce de mollusque, que
chaque mangemort sur lequel nous tomberons seront autoriser a capturer Potter non a
le tuer. Dumbledore a toujours dit que Tu-Sais-Qui voudrait en finir avec lui en
personne. Ce seront les protecteurs qui devront le plus s’en inquiéter, les mangemorts
voudront les tuer.
Mondingus n'eu pas l’air particulièrement rassuré, mais Maugrey tirait déjà
une demi-douzaine de verre de la taille de coquetier de l'intérieur de son manteau,
qu'il distribua, avant de verser un petit peu de Polynectar dans chacun.
- tous ensemble, maintenant…
Ron, Hermione, Fred, George, Fleur, et Mondingus en burent leur potion.
Tous haletèrent et ont grimacèrent pendant que la potion descendait dans leurs gorges
; Immédiatement, leurs traits commencèrent à bouillonner et à se tordre comme de la
cire chaude. Hermione et Mundungus étaient en train de grandir ; Ron, Fred, et
George rétrécissaient ; leurs cheveux s’obscurcissant, ceux d’Hermione et Fleur se
tiraient vers l'arrière de leurs crânes.
Maugrey, tout à fait insouciant, détachait maintenant les liens des grands sacs
apportés avec lui. Quand il se redressa, il y avait de six que Harry Potter haletant
devant lui.
Fred et George se tournèrent l’un vers l’autre et dirent ensemble, Wow nous sommes identiques !
- Sais pas, mais, j’crois quand être encore le plus beau , dit Fred, examinant
son reflet dans la bouilloire.
- Bah, dit Fleur, se contemplant dans la porte du micro-onde, Bill, ne me
regarde pas - je suis une " idée ". (ou un ideal c pas sur ‘ideous’ ?) (help)
- Ceux dont les vêtements sont trop grands, j'en ai de plus petit ici, dit
Maugrey, indiquant le premier sac, et vice-versa. N'oubliez pas les lunettes, il y en a
six pair dans la poche latérale. Et quand vous serez habillés, il y a des bagages dans
l’autre sac.
Le vrai Harry pensa que ceci pourrait être la chose la plus bizarre qu'il ait
jamais vue, et il en avait vu des choses étranges. Il observé comme ses six conspires
fouiller dans les sacs, retirer des ensembles de vêtements, mettre des lunettes, retirant
leurs propres affaires. Il faillit leur demander de montrer peu plus de respect pour son
intimité pendant qu'ils tous commençaient a se déshabiller avec impunité, clairement
plus à l'aise à montrer son corps qu'ils l’auraient été avec le leurs.
- Je savais que Ginny mentait au sujet de ce tatouage, dit Ron, regardant
vers le bas son dos nu.
- Harry, ta vision est vraiment terrible, a dit Hermione, car elle avait mis
ses lunettes.
Une fois habillés, les faux Harrys faux prirent leurs sacs à dos et leur cage de hibou,
chacune contenant un hibou blanc-neige, depuis le deuxième sac.
- Bien, dit Maugrey, aux sept habillés, prêts, et tenant leur bagages. Les
couples seront comme suit : Mondingus voyagera avec moi, par balai…
- pourquoi' lui et pas moi ? grogna Harry le plus près la porte arrière.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Parce que tu es le seul qui doit être surveillé, grogna Maugrey, et assez
sur, que son oeil magique ne quittait pas Mondingus alors qu’il continuait "Arthur and
Fred..
- Je suis George, dit le jumeau que pointait Maugrey. Vous ne pouvez
même pas nous différencier quand nous sommes Harry ?
- Désolé, George..
- J’plaisante, je suis Fred vraiment…
- Assez ! gronda Maugrey." L'autre - George ou Fred ou peut importe
lequel des deux - tu seras avec Remus. Mlle Delacour …
- je prends Fleur sur un sombral, dit Bill. " Elle n'est pas très adeptes des
balais..
Fleur se dirigea près de lui, lui adressant un regard mielleux et servile que
Harry espéra de tout ne plus jamais voir apparaître sur son propre visage.
- Mlle Granger avec Kingsley, encore sur un sombral….
Hermione sembla rassurée pendant qu'elle rendait son sourire à Kingsley ;
Harry su aussi qu’Hermione aurait manqué de confiance sur un manche à balai.
- Ce qui te laisse avec moi, Ron ! dit Tonks brillamment, frappant un
support de tasse alors qu’elle allait vers lui.
Ron ne paraissait pas aussi heureux qu’Hermione.
- Et toi avec moi, Harry. Ca te va ? dit Hagrid, paraissant un peu anxieux.
Nous serons sur la moto, les balais et les sombrals ne peuvent pas me prendre, tu
comprends. Ya pas beaucoup d’place sur le siège avec moi donc tu seras dans le sidecar.
- C’est bien, dit Harry, pas tout à fait sincèrement.
- Nous pensons que les mangemorts s'attendront à ce que tu sois sur un
balai, dit Maugrey, qui sembla deviner ce que Harry ressentait. Rogue a eu tout le
loisir de tout leur dire à ton sujet et qu’il n’avait jamais dit avant , ainsi si nous
rencontrons par hasard des mangemorts, nous parions qu'ils s’en prendrons à un
Potter qui voyage sur un balais. Bien, après il continua ramassant tous les vêtements
des faux Potter dans ses sacs et se dirigeant vers la porte arrière, il reste 3 minutes
avant que nous soyons supposés partir. Pas question de fermer la porte arrière, ça
n’empêchera pas les mangemorts d’entrer quand il viendront jeter un coup d’oeil.
Aller… "
Harry se dépêcha de prendre son sac a dos, la cage d’Hedwige, son éclair
de feu et suivi le groupe dans le sombre arrière jardin.
De chaque côté des balais sautaient dans les mains ; Hermione était aidé a
monté sur le grand sombral par Kingsley, Fleur sur l'autre par Bill. Hagrid se tenait
prêt, à côté de la moto, lunettes mises.
- Est-ce que c’est elle ? La moto de Sirius ?
- Elle même, dit Hagrid, rayonnant se penchant vers Harry. Et la dernière
fois qu’on était dessus, Harry, je pouvais te tenir dans une main !
Harry ne pourrait pas aider et il se sentait humilier en entrant dans le side
car. Ca le plaçait à hauteur des pieds de tout le monde : Ron souri d’un air affligé à la
vue de Harry s’asseyant comme un enfant dans une auto-tamponneuse. Harry entassa
son sac à dos et son balai à ses pieds et cala la cage d’Hedwige entre les genoux.
C’était extrêmement inconfortable.
- Arthur a fait un peu d’bricolage, dit Hagrid, tout à fait inconscient du
malaise Harry. Il monta sur la moto, qui grinça légèrement et s’enfonça de quelques
pouces dans le sol. Elle a quelques tours dans sa manche, ou dans son capot. Ca
c’était mon idée. " Il pointa un doigt épais vers un bouton pourpre près du compteur
de vitesse.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Veuillez faire attention, Hagrid. dit M. Weasley, qui se tenait près de
eux, tenant son manche à balai. Je ne suis toujours pas sûr que c’est très fiable et ce
doit être employé uniquement en cas d’urgences.
- Bien, dit Maugrey. Tout le monde est prêt , svp. Je veux que nous tout le
monde parte exactement au même moment ou l’endroit de notre séparation sera
perdu.
Tout le monde fit signe de la tête.
- Accroche toi, Ron, dit Tonks, et Harry vit Ron se forcer, lançant un
regard coupable à Lupin avant de poser ses main de chaque coté de sa taille. Hagrid
démarra sa moto : Elle rugit comme un dragon, et le side-car commença à vibrer.
- bonne chance, tout le mode, cria Maugrey. On se retrouve tous au Terrier
dans une heure. A trois. Un… deux. TROIS. "
Il y au un grand rugissement de la moto, et Harry senti le side-car faire une
méchante embardée. Ils s’élevaient dans les airs rapidement, ses yeux s’humidifiant
légèrement, des cheveux fouettant son visage. Autour de lui les balais montaient aussi
; la longue queue noire d'un sombral se balançait. Ses jambes, bloquées dans le sidecar
par la cage d’Hedwige et son sac à dos, étaient déjà endolories et
s’engourdissaient. Il se sentait si mal qu’il avait même oublié de jeter un dernier coup
au 4, Privet Drive. Au moment ou il regarda par-dessus le Side car il n’aurait su dire
ou il était.
Et puis, comme sortit de nulle part, il furent encerclés. Au moins trente
visage à capuchon, suspendues entre ciel et terre, formait un vaste cercle au milieu
duquel les membres de l’ordre s’élevaient, inconscient - Des cris perçants, une
flamme de feu vert de chaque côté : Hagrid cria et fit une embardée. Harry perdu tout
sens de l’espace. Des traits de lumière au-dessus de lui, des hurlements autour, il
s'accrochait au sidecar pour sa vie. La cage de Hedwige, son éclair de feu, et son sac a
dos glissèrent sous ses genoux
- Non- AU SECOUR
Le manche à balai tournoya aussi, mais il parvenu à temps la courroie de
son sac à dos et le haut de la cage pendant que la motocyclette se balançait et montait
encore. Un deuxième repris, et puis il y eu un éclat de lumière verte. La chouette
poussa un cri perçant et tomba au fond de sa cage.
- Non, NON !
La motocyclette bourdonna vers l’avant ; Harry aperçu les mangemorts se
disperser lors qu’Hagrid rompait leur cercle.
- Hedwige - Hedwige –
mais la chouette restait immole, comme un jouet au font de sa cage. Il ne
pouvait pas la tirer de la, et sa peur pour les autres était à son apogée. Il jeta un coup
d'oeil au-dessus de son épaule et vu une masse des personnes se déplaçant, des flash
de feux verts, deux couples sur des balais descendre en flèche mais avec la distance, il
ne pouvait pas dire qui c’était
- Hagrid, nous devons y retourner, nous devons y retourner ! hurla-t-il audessus
du hurlement assourdissant du moteur, il tira sa baguette magique, enfonçant la
cage d’Hedwige sur le plancher, refusant de croire qu'elle était morte.
- Hagrid, DEMI-TOUR ! "
- Mon travail est de te garder sauf, Harry ! beugla Hagrid, ouvrant la
commande de puissance.
- Stop - STOP ! cria Harry , mais pendant qu'il regardait encore derrière lui
deux jets de lumière verte frôlèrent son oreille gauche : Quatre mangemorts avait
briser le cercle pour les poursuivre, visant pour le large dos d’Hagrid. Hagrid fit un
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
écart, mais les mangemorts suivirent la moto ; Il y d’autres sort lancé vers eux, que
Harry su éviter en s’enfonçant dans le side car. Se tortillant il cria, " Stupéfix ! " et un
jet de lumière rouge venant de sa propre baguette magique fendit l’air vers les quatre
mangemorts qui de dispersèrent pour l’éviter.
- Tiens bon, Harry, j’leur réserve ca! " hurla Hagrid, et Harry eut juste le
temps de voir Hagrid appuyer de son doigts épais sur un bouton vert près de la jauge
de carburant.
Un mur, un véritable mur noir émergea du pot d’échappement. Tendant le
cou, Harry vie qu’il augmenta de taille au milieu du ciel. Trois mangemorts firent un
écart pour l’éviter mais le quatrième ne fut pas aussi chanceux ; Il a disparu du
champs de vision puis tomba comme un rocher de derrière le mur, son balais en mille
morceaux. Un de ses camarades ralenti pour le sauver, mais eux et le mur aéroporté
fut englouti par l’obscurité, tandis que Hagrid se penchait sur son guidon et accélérait.
Des jet de lumière mortels volèrent près de la tête de Harry lancés par les
deux mangemorts qui restait ; ils visaient Hagrid. Harry répondit avec encore plus de
sortilège de stupéfixion : Le rouge et le vert entraient en collision dans le ciel dans
une douche d’étincelles multicolores, et Harry pensa d'une manière extravagante aux
feux d'artifice, et au Moldu au-dessous qui n'aurait aucune idée de ce qui se produisait
- On recommence, Harry, tiens bon ! hurla Hagrid, et il enfonça à un
deuxième bouton. Cette fois un grand filet émergea de l’échappement de la moto,
mais les mangemorts étaient prépares. Ils firent seulement un écart pour l’éviter, mais
le compagnon qui avait ralenti pour sauver leur camarade inconscient les avaient
rattrapé. Il émergea soudainement hors de l'obscurité et maintenant trois d'entre eux
poursuivaient la moto, un tas de maléfices avec.
- Ca, ca l’fera, Harry, accroche toi bien ! hurla Hagrid, et Harry le vit
appuyer avec sa main entière sur le bouton pourpre près du compteur de vitesse.
Avec un énorme rugissement, le feu de dragon éclata de l'échappement,
blanc brûlant et bleu, et la moto crachota avec un bruit de ferraille arrachant. Harry vit
les mangemorts faire un écart hors de vue pour éviter la traînée mortelle de la flamme,
et en même temps senti le side-car se balancer sinistrement : Ses raccordements en
métal a la moto s'étaient brisés avec la force de l'accélération.
- Tout va bien, Harry ! beugla Hagrid, apparemment maintenant jeté sur le
dos par la montée subite de vitesse ; plus personne ne conduisait maintenant, et le
side-car commençait à tordre violemment dans le sillage de la moto.
- J’men occupe, Harry, t’inquiètes pas ! hura Hagrid, et de la poche
intérieur de sa veste il tira son parapluie rose fleuri.
- Hagrid ! Non ! Laissez-moi faire !
- REPARO !
Il y eu un grand bruit assourdissant et le side-car se détacha de la moto
complètement. Harry fut expédié en avant, propulsé par l'impulsion du vol de la moto,
puis le side-car a commença à tomber ; dans le désespoir Harry dirigea sa baguette
magique vers le side-car et cria,
Wingardium Leviosa !
Le side-car se leva comme un bouchon de bouteille, instable, mais du
moins toujours dans les air. Il a eu mais un second cour repris brisé, cependant, par
des sorts lancés vers lui : Les trois mangemorts lui collaient au train.
- J’arrive, Harry ! hurla Hagrid dans l'obscurité, mais Harry pourrait sentir
le side-car commencer à chuter encore : Se tapissant aussi bas qu'il pouvait, il se
dirigea au milieu des figures approchantes et hurla, " Impedimenta ! "
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Le sortilège frappa le mangemort au milieu du dos ; Pendant un moment
l’homme tel un oiseau eployé resta au milieu des air comme s’il y avait un mur
invisible : Un de ses camarades failli entrer en collision avec lui ; alors le side-car
commença à tomber dans le vide, et le mangemort lança un srort si près de Harry qu'il
dû pencher au-dessous de la jante de la voiture, se cognant une dent sur le bord de son
siège
- J’arrive, Harry, j’arrive!
Une main énorme saisi le dos des vêtement de Harry et le hissa hors du
side-car qui tombait; Harry tira son sac à dos et monta par lui même sur le siège de
la moto et se trouva dos à dos avec Hagrid. Comme ils montèrent vers le ciel, loin des
deux mangemorts restant, Harry cracha le sang hors de sa bouche, dirigea sa baguette
vers le side-car en chute, et hurla, " Confringo ! "
Il ressenti une douleur épouvantable et arrachante pour Hedwige alors
qu'elle explosait ; le mangemort le plus près tomba de son balai dans le souffle de
l’explosion ; son compagnon tomba en arrière et disparu.
- Harry, je suis désolé, je suis désolé, gémit Hagrid, j’aurai pas du essayer
de l’reparer moi-même – il n’y a plus d’échappatoire –
- C’est pas un problème, continuons juste a voler ! cria Harry en arrière,
car deux mangemorts supplémentaire émergeait de l’obscurité, se rapprochant.
Alors que les malédiction striait le vide encore une fois, Hagrid fit un
écart et zigzagua : Harry su que Hagrid n'oserait pas utiliser le bouton feu-de-dragon
encore, avec Harry assis tellement précairement. Harry renvoya sorts de stupefixion
après sorts de stupefixion, les tenant à peine à l’écart. Il lança un autre sort de blocage
vers eux : Le mangemort le plus proche fit un écart pour l’éviter lui et sa cagoule
glissa, et a travers la lumière rouge de son charme de blocage suivant, Harry vit le
visage étrangement blanc de Stanley Rocade - Stan - Expelliarmus ! hurla Harry.
- C’est lui, c’est lui, c’est le vrai ! "
Le cri du mangemort a capuchon atteint Harry même au-dessus du
tonnerre du moteur de la moto : Un instant après, les deux poursuivants avaient
disparu du champ de vision.
- Harry, qu’est ce qui c’est passé ? beugla Hagrid. Ou sont-ils allés ?
- Je ne sais pas !
Mais Harry avait peur : Le mangemort a capuche avait crié " c’ est le vrai
! " ; comment le savait-il ? Il sonda l’obscurité alentour et senti distinctement la
menace. Où étaient-ils ?
Il se retourna sur son siège et a saisi la prise du dos de la veste de Hagrid.
- Hagrid, fait le truc du feu-de-dragon encore, partons d'ici !
- Tiens toi bien Harry !
Il y eu un assourdissant, strident rugissement et le feu blanc-bleu explosa
de l’échappement : Harry se senti glisser vers l'arrière du peu de siège qu’il avait.
Hagrid jeté vers l'arrière sur lui, maintenant à grande peine les poignées du guidon - Je crois qu’on les a semé Harry, J’crois qu’on a réussi ! hurla Hagrid.
Mais Harry n'était pas convaincu ; La crainte le saisissant alors qu'il
regardait à gauche et à droite certain que ses poursuivants viendraient. . . . Pourquoi
auraient-ils laissé tombé ? L'un d'entre eux
avait toujours une baguette. . . . c’ est lui. . . c’ est le vrai. . . . Ils l'avaient dit juste
après qu'il ait essayé de désarmer Stan. . . .
- Nous y sommes presque, Harry, nous avons presque réussi ! cria
Hagrid.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Harry senti la moto perdre un peu d’altitude, cependant les lumières du sol semblaient
toujours distante comme des étroites.
Alors la cicatrice sur se front le brûla comme du feu : pendant qu'un
mangemort apparaissait de chaque coté de la moto, deux sortilèges mortels ratèrent
Harry de quelques millimètres, tout droit venu de derrière - et alors Harry le vit.
Voldemort volait comme de la fumée dans le vent, sans balai ou sombrals, son visage
de serpent brillant dans l’obscurité, ses doigts blancs levant encore sa baguette Hagrid abandonna sa peur et orienta la moto en un piqué vertical. Se cramponnant à
sa vie, Harry envoya un sortilège de stupefixion au hasard dans le tourbillonnement
de nuit. Il vit un corps voler derrière lui et su qu'il avait frappé l'un d'entre eux, mais
alors il a entendit une détonation et vit des étincelles sortir de l’engin ; la moto
tournoya dans les airs, complètement hors de contrôle – un jet de lumière verte fut
encore envoyé dans leur direction. Harry n'avait pas la moindre idée de s’ils étaient en
train de descendre ou monter : Sa cicatrice brûlait toujours ; il s’attendait à tout
moment. Un visage encapuchonné sur un balai apparu près de lui, il le vit soulever
son bras " NON ! "
Avec un cri de fureur Hagrid se balança de la moto sur le mangemort ; à
son horreur, Harry vu Hagrid et le mangemort, dégringolant hors de la vue, leurs
poids combinés étant trop pour le balai – à peine s’agrippa-t-il a la moto en chute
avec ses genou, qu’Harry entendit le cri perçant de Voldemort, " il est à moi"
C'était fini : Il ne pouvait pas voir ou entendre où était Voldemort ; il
aperçu un autre mangemort non loin à l'écart et entendit, " Avada - " alors que la
douleur de la cicatrice forçait Harry à garder ses yeux fermés, sa baguette magique
agit de sa propre initiative. Il senti sa main tirée comme un aimant, vit des jets de feu
doré en sortir à travers ses paupières à moitiés closes, entendus un grand coup et un
cri perçant de fureur. Le mangemort restant hurla ; Voldemort cria, " NON ! " D’une
façon ou d’une autre Harry avait trouvé le bouton du feu-de-dragon. Il y appuya avec
la main qui ne tenait pas la baguette et envoya un jet de flammes de plus dans les air,
chutant à toute vitesse vers le sol.
- Hagrid ! Harry appela, se tenant sur la moto cramponné a sa vie. "
Hagrid - Accio Hagrid ! "
La moto accéléra, se rapprochant du sol. Face au guidon, Harry ne
pouvait rien voir à part les lumières du sol qui grossissait inexorablement : Il allait se
scratcher et il ne pouvait rein y faire. Derrière lui retenti un autre cri perçant, " ta
baguette, Selwyn, donne moi ta baguette ! "
Il senti Voldemort avant de le voir. Regardant sur le coté, il plongea dans
les yeux rouges et il était sur que ce serait la dernière chose qu’il verrait jamais :
Voldemort se préparant a lui lancé un sort une fois de plus - alors Voldemort disparu.
Harry regarda en bas et vit Hagrid tel un oiseau déployé sur le sol au-dessous de lui. Il
tira voilement sur le guidon pour éviter le crash, cherchant à tâtons le frein, mais dans
un choc à crever les tympans et dans un tremblement de terre, il s'écrasa dans un
étang boueux.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 55 :: G
GUUUEEERRRRRRIIIEEERRR DDDEEECCCHHHUUU
- Hagrid ?
Harry s'efforça de se dégager des débris de métaux et de cuir qui
l'encerclaient, ses mains s'enfonçaient de quelques centimètres dans l'eau boueuse,
tandis qu'il essayait de se relever. Il ne comprenait pas d'où Voldemort l'avait attendu
pour l'attaquer par surprise surgissant tout à coup de l'obscurité. Quelque chose de
chaud et d’humide s'écoulait au goutte à goutte de son menton depuis son front. Il
rampa hors de l'étang en trébuchant vers la grande masse sombre sur le sol qu'était
Hagrid.
- Hagrid ? Hagrid, dîtes quelque chose…
Mais la masse sombre ne réagit pas.
- Qui es là ? C'est Potter ? Vous êtes Harry Potter ?
Harry ne reconnut pas la voix de l'homme . Alors une femme hurla . " Ils
se sont écrasés, Ted ! Ecrasés dans le jardin !
Sa tête était embrouillée .
- Hagrid, répéta t'il stupidement, avant que ses genoux cédèrent .
La première chose qu'il savait, c’était qu'il était allongé sur le dos sur ce
qu'il semblait être des coussins, avec une sensation brûlante aux côtes et au bras droit.
Sa dent manquante avait repoussé. La cicatrice sur son front le palpitait toujours.
- Hagrid ?
Il ouvrit les yeux et vit qu'il était allongé sur un sofa dans un salon éclairé
qu'il ne connaissait pas . Son sac à dos était posé sur le plancher pas très loin de lui,
humide et boueux. Un homme blondinet et un peu rond regardait anxieusement
Harry.
- Hagrid va bien, fiston, dit l'homme. Ma femme l'examine actuellement.
Comment te sens tu ? Rien de cassé ? J'ai soigné tes côtes, ta dent et ton bras. A
propos, je suis Ted, Ted Tonks, le père de Dora.
Harry se redressa trop rapidement. Les lumières vacillèrent devant ses
yeux et il se senti malade et étourdi .
- Voldemort…
- Tout va bien maintenant, dit Ted Tonks plaçant une main sur l'épaule de
Harry et le repoussant contre les coussins. Tu viens d'avoir un mauvais accident. Que
s'est-t-il passé, au fait ? Quelque chose n'a pas marché avec la moto ? Arthur Weasley
n'a pas été raisonnable, lui et ses bidules de moldus ? "
- Non, dit Harry dont la cicatrice le lancinait comme si ce fut une plaie
ouverte. Mangemorts,… beaucoup d'entre eux,… nous avons été pourchassé…
- Mangemorts ? Dit Ted brusquement. Que voulez vous dire par des
Mangemorts ? Je pensais qu'ils n'étaient pas au courant de votre déplacement de ce
soir, je pensais...-"
- Ils l’ont su, dit Harry
Ted Tonks regarda le plafond comme si il pouvait voir le ciel qui se trouvait au
dessus.
- Bien, nous avons des charmes protecteurs, n'est ce pas ? Ils ne devraient
pas être capable d'arriver à moins de 100 km d'ici, peut importe la directions d’où il
viennent.
Maintenant Harry comprenait pourquoi Voldemort avait disparu, il était là
lorsque la moto avait passé la barrière de charmes de l'ordre. Il espérait seulement que
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
les charmes continueraient à fonctionner. Il imagina Voldemort, une centaine de
mètres plus haut, recherchant un moyen de pénétrer dans ce qu'Harry visualisait
comme une grande bulle transparente.
Il balança ses jambes sur le côté du sofa, il avait besoin de voir Hagrid de
ses propre yeux avant de pouvoir croire qu'il été bel et bien vivant. Il s'était à peine
mis debout, cependant, qu’une porte s'ouvrit, Hagrid appuyé contre elle, son visage
était couvert de boue et de sang, boitant un peu mais miraculeusement vivant.
- Harry !
Renversant deux tables fragiles et un aspidistra, il parcourut la distance
entre eux en deux enjambées et embrassa Harry dans une étreinte à presque lui briser
ses côtes récemment réparées.
Mince alors ! Harry, tu t'en es finalement sorti ? j'ai pensé que nous étions tout les
deux perdus.
- Ouais moi aussi, je n'arrive pas à y croire…
Harry se dégagea de l'étreinte. Il venait juste de remarquer la présence
d'une femme qui été rentrée dans la salle derrière Hagrid .
- Vous ! hurla t'il, et plongea sa main dans sa poche, mais elle était vide.
- Votre baguette est ici, fiston, dit Ted, en tapotant le bras de Harry. Elle
est tombé à coté de toi, je l'ai ramassé.... et c'est sur ma femme que tu hurle.
- Oh, je-je suis désolé.
Pendant qu'elle s'avançai dans la pièce, la ressemblance de Mme Tonks
avec sa soeur Bellatrix devint beaucoup moins prononcée : ses cheveux étaient d'un
brun lumineux et ses yeux paraissaient plus larges et plus aimables. Néanmoins, après
l'exclamation de Harry, elle lui lança un regard hautain.
- Qu'est-il arrivé à notre fille ? Demanda t'elle .Hagrid nous a appris que
vous aviez été pris dans un guet-apens .Où est Nymphadora?
- Je ne sais pas, répondit Harry. Nous ne savons pas ce qui est advenus de
tout les autres.
Elle et Ted échangèrent des regards. Un mélange de crainte et de
culpabilité saisit Harry à la vue de leurs expressions, si un d'eux mourrait, ça serrait
de sa faute, totalement de la sienne.
Il avait accepté le plan, et leur a donné de ses cheveux...
- Le Portoloin, dit Harry, se rappelant de tout subitement. Nous devons
retourner au terrier et nous renseigner, ensuite nous pourront vous envoyer des
nouvelles ou,… Ou bien Tonks le fera une fois qu'elle y sera.
- Dora ira bien, Dromeda, dit Ted. Elle connaît sa mission, et a de
l'expérience grâce à ses missions en tant qu’auror . Le portoloin est par ici, précisa t'il
à Harry.
- Nous somme supposés partir dans 3 minutes, si tu veux bien te donner
la peine de le prendre...
- Ouais, j'y vais, dit Harry, en saisissant son sac à dos et le balançant sur
ses épaules.
- Je...
Il regarda Mme Tonks, voulant s'excuser de l'état de crainte dans lequel il
la laissais, de plus il se sentait terriblement responsable, mais aucun mots ne lui vint à
l'esprit qui ne lui aurait semblé creux et hypocrite .
- Je dirai à Tonks, Dora, de vous envoyer des nouvelles, quand elle....
merci de nous avoir soigné, merci pour tout, je...
Harry était soulagé de sortir du salon, pour suivre Ted Tonks le long d'un court
vestibule pour débouché dans une des chambre à coucher . Hagrid les suivait, se
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
pliant à moitié pour ne pas se cogner contre le linteau de porte.
- C'est ici, fiston , voila le portoloin.
M. Tonks se dirigeait vers un petit, sèche-cheveux argenté se trouvant sur
la table de repassage.
- Merci, dit Harry, en tendant le bras pour poser un doigt sur l'objet, prêt
à partir.
- Attend un peu, intervint Hagrid. Harry, où est Hedwige ?
- Il...il l'on eu, répondit Harry. La réalisation de ce qui s'était passé
l'écrasa soudainement. Il se sentit terriblement honteux, des larmes emplissant ses
yeux.
La chouette avait été son compagnon, son plus fort lien avec le monde
magique toute les fois où il avait dû retourner chez les Dursleys.
Hagrid lui tapota l’épaule.
- Ce n'est rien, dit Hagrid d'un ton bourru ; Ne t'en fait pas, elle a eu une
belle vie...
- Hagrid ! intervint Ted Tonks subitement, tandis que le sèche cheveux
rayonnait d'un bleu lumineux. Hagrid posa son index juste à temps.
Harry sentit une secousse au niveau du nombril, comme si un filin
invisible l'entraînait vers l'avant, attiré vers le néant, tournant de façon incontrôlable,
son doigt fixé au portoloin.
La seconde d'après, les pieds de Harry cognèrent contre le sol dur et il tomba à
genoux dans le jardin du Terrier. Il entendit des cris. Jetant le portoloin qui ne brillait
plus du tout, il se leva un peu fébrilement, et vit Mrs Weasley et Ginny descendre les
escaliers venant de la porte qui se trouvait derrière Hagrid, qui, lui aussi, s'étant
effondré lors de l'atterrissage, se relevait péniblement.
- Harry ? Tu es vraiment Harry ? Que s'est t'il passé ? Où sont les autres ?
cria Mme Weasley.
- Que voulez vous dire ? Personne n'est encore revenu ? Demanda Harry
tout haletant.
La réponse était claire sur le visage pâle que Mme Weasley affichait.
- Les mangemorts nous attendaient, dit Harry à Mme Weasley. Nous
avons été encerclé au moment ou nous partions, ils savaient que c'était ce soir, je ne
sais pas ce qui est arrivé aux autres, quatre d'entre eux nous ont pourchassé, nous
avons tout fait pour leur échapper, et c'est alors que Voldemort nous a rattrapé.
Il pouvait entendre la note d’auto-justification dans sa voix, L’excuse
pour elle de ne pas entendre qu’il ne savait pas ce qu’il était arrivé a ses fils..
- Remercions dieu que tu n’ai rien, dit-elle, l’entraînant dans une étreinte
qu’il sentait ne pas mériter.
- N’avez pas un peu d’Brandy, hein, Molly ? demanda Hagrid un peu
maladroitement, dans un but médicinal ?
Elle aurait pu l’appeler a elle par magie, mais pendant qu'elle se dépêchait
de retourner dans la maison tordue, Harry savait qu'elle voulait cacher son visage. Il
se tourna vers Ginny qui répondit à son air suppliant par des informations.
- Ron et Tonks aurait dû avoir été les premier à rentrer, mais ils ont raté
leur Portoloin, il est revenu sans eux, dit-elle, se dirigeant vers un bidon d'huile
rouillé qui se trouvait par terre, tout près. Et celui-là, elle se dirigea vers une vieille
espadrille, aurait du être pour papa et Fred, ils étaient censé rentré en deuxième. Toi
et Hagrid étiez en troisième et, elle vérifia sa montre, s’ils y arrivent, George et Lupin
seront là d’ici une minute.
Mrs. Weasley réapparu portant une bouteille de Brandy, qu'elle remis à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Hagrid. Il la déboucha et la bu d’un trait.
- Maman ! cria Ginny se dirigeant vers un endroit à plusieurs mettre de
distance.
Une lumière bleue apparue dans l'obscurité : Elle devint plus grande et
plus lumineuse, et Lupin et George apparurent, chancelant puis tombant. Harry su
immédiatement que quelque chose n’allait pas : Lupin soutenait George, qui était
inconscient et dont le visage était couvert de sang.
Harry se précipita et saisit les jambes de George. Ensemble, lui et Lupin
portèrent George jusqu'à la maison, passèrent par la cuisine pour atteindre la salle de
séjour, où ils l’entendirent sur le sofa. Alors que la lumière d’une lampe éclairait la
tête de George, Ginny haleta et l'estomac de Harry se retourna : Une des oreilles de
George manquait. Le côté de sa tête et son cou était baignés de sang, d’un affreux
rouge écarlate.
A peine quelques instants après que madame Weasley se penchait sur son
fils, Lupin saisi Harry par le bras le traînant avec lui, sans ménagement, de nouveau
dans la cuisine, où Hagrid essayait toujours de faire passer son corps à travers la porte
arrière.
- Oh ! s’indigna Hagrid, Lâche le ! Lâche Harry !
Lupin l’ignora.
- Quelle créature était disposée dans un coin la première fois que Harry
Potter est venu dans mon bureau à Poudlard ? dit-il, secouant Harry. Répondez-moi !
- Un - un strangulot dans un aquarium, n'est-ce pas?
Lupin libera Harry qui tomba en arrière contre un placard de la cuisine.
- Que qu’est c’que c’est encore que ça ? hurla Hagrid.
- Je suis désolé, Harry, mais je devais vérifier, dit Lupin laconiquement.
Nous avons été trahis. Voldemort savais que tu te déplacerais ce soir et les seules
personnes qui pourraient lui avoir dit sont directement impliquées dans le plan. Tu
aurais pu être un imposteur.
- Alors pourquoi vous n’me vérifiez pas moi ? haleta Hagrid, se battant
encore avec la porte.
- Vous êtes à moitié-géant, Lupin, levant les yeux vers Hagrid. La potion
de polynectar est uniquement a usage humain. Personne de l’Ordre n’aurait pu
indiqué que nous nous déplacerions ce soir,dit Harry.
L'idée lui paraissait horrible, il ne pouvait se résoudre à y croire.
- Voldemort s'en est seulement pris a moi vers la fin, il ne savais pas
lequel j’étais au début. S'il connaissait le plan il aurait su que dès le début que j’était
celui avec Hagrid.
- Voldemort s'en est pris à toi ? dit Lupin brusquement. Que s'est-t'il
passé ? Comment vous en êtes vous sortis ?
Harry expliqua comment les Mangemorts les avait poursuivis et
comment ils avaient semblés l'identifier comme le véritable Harry, comment ils
avaient arrêtés la poursuite, comment ils ont dû appeler Voldemort, qui était apparu
juste avant que lui et Hagrid n'atteigne le refuge de la maison des parents de Tonks.
- Ils t'ont reconnu ? Mais comment ? Qu'as tu fait ?
- Je... Harry essayait de se souvenir, le voyage entier lui paraissait tel un
énorme pâté de panique et de confusion.
- J'ai vu Stan Rocade, vous savez le type qui conduit le Magicobus ? Et
j'ai essayé de le désarmer au lieu de.... - Et bien, il ne sait pas ce qu'il fait, n'est-ce-pas
? Il est sûrement sous l'emprise de l'Imperium.
Lupin sembla effaré .
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Harry le temps où tu pouvais encore te permettre de désarmer est révolu! Ces personne
essayent clairement de te capturer et de te tuer ! Assomme le au moins si tu ne veut pas le tuer.
- Nous étions à plusieurs centaines de mètres du sol ! Stan n'était pas lui
même, et si je l'avait assommé et qu'il était tombé, il serait mort, cela serait revenu au
même que de lui envoyer un Avada Kedavra ! Expelliarmus m'a sauvé de Voldemort
il y a deux ans, ajouta Harry d'un air provoquant.
Lupin lui rappelait le sourire railleur de Zacharias Smith, qui s'était
moqué de Harry parce qu'il voulait apprendre à l'AD comment désarmer un ennemi.
- Oui, Harry, dit Lupin avec une peine contenue. Et un grand nombre de
Mangemorts ont été témoins de ça ! Pardonne moi, mais c'est une réaction très peu
commune, lorsque l’on est en danger de mort. Refaire exactement la même chose
devant les Mangemorts ce soir, qui avait assisté ou entendu l'histoire de cet
évènement, c'était presque suicidaire !
- Donc vous pensez que j'aurais dû tuer Stan Rocade ? dit Harry en se
mettant en colère .
- Bien sur que non ! répondit Lupin. Par contre les Mangemort franchement, la plupart des personnes ! - se serait attendues à ce que tu attaques en
arrière ! Expelliarmus est un charme utile, Harry, mais les Mangemorts semblent
penser que c'est ton mouvement de signature, et je t'exhorte de ne pas faire en sorte
que ça le devienne !
Lupin faisait se sentir Harry idiot, mais il y avait toujours un grain de défit
à l'intérieur de lui.
- Je ne vais pas écarter des personnes de mon chemin juste parce qu'elles
sont là, dit Harry. Ça c'est la manière de Voldemort.
Lupin n'avait plus d'argument : Réussissant finalement à passer à travers la
porte, Hagrid chancela jusqu'a une chaise et s'y assis, mais elle s'effondra sous son
poids.
Ignorant ses excuses mélangées à des serments, Harry s'adressa encore une fois à
Lupin.
- George va-t-il s'en sortir ?
La tension entre Lupin et Harry sembla se dissiper, lorsque Harry posa la
question.
- Je le pense. Cependant, il n'y a aucun moyen de remplacer son oreille,
puisqu'elle a été arrachée à l'aide d'un maléfice.
Il y eut des mouvements à l'extérieur et Lupin se précipita dans la cour.
Harry sauta par dessus les jambes de Hagrid et couru dans le jardin, là où deux
silhouettes étaient apparues. Tandis qu'il courait vers elles, il reconnut Kingsley et
Hermione, tenant un vieux cintre rouillé. Hermione, qui avait retrouvé son apparence
habituelle, se jeta dans les bras de Harry, mais Kingsley ne montra aucun signe
démontrant qu'il était heureux de les voir. Par dessus l'épaule de Hermione, Harry le
vit pointer sa baguette sur la poitrine de Lupin.
- Quelles sont les dernières paroles qu'Albus Dumbledore nous a dit ?
- Harry est notre espoir. Il faut lui faire confiance. Répondit calmement
Lupin.
Kingsley tourna automatiquement sa baguette vers Harry, mais Lupin
l'arrêta.
- Ça va, j'ai déjà vérifié.
- Parfait, c'est parfait. dit-il en rangeant sa baguette dans une poche
intérieure de son manteau. Mais quelqu'un nous a trahis. Ils savaient, ils savaient que
c'était ce soir !
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- En effet. Répondit Lupin. Mais ils ignoraient qu'il y aurait sept Harry.
- Qui d'autre est arrivé ?
- Harry, Hagrid, George et moi uniquement.
Hermione gémit, la tête enfouit dans les bras.
- Qu'est-ce qui vous est arrivé ? questionna Lupin.
- Cinq nous ont suivis, deux ont été blessés et peut-être un tué. marmonna
Kingsley. Nous avons vu Tu Sais Qui, aussi. Il a rejoint la bataille lorsqu'on était à
mi-chemin, mais il est reparti subitement. Remus, il arrive à ...
- Voler. l'interrompit Harry. Je l'ai vu aussi, il nous suivait, Hagrid et moi.
- C'est pour ça qu'il est parti, pour te suivre ! s'exclama Kingsley. Je ne
comprenais pas pourquoi il était parti si vite ! Mais pourquoi a-t-il changé subitement
de cible ?
- Harry a été un peu trop clément avec Stan Rocade. Expliqua Lupin.
- Stan Rocade ? répéta Hermione. Je croyais qu'il était à Azkaban !
Kingsley émit un rire sans joie.
- Hermione, c'est évident qu'il y a eu une évasion massive d'Azkaban que le
ministère n'a pas révélée ! La cagoule de Travers est tombée lorsque je lui ai jeté un
sort, lui aussi est supposé être emprisonné. Remus, que t'est-il arrivé à toi ? Où est
George ?
- Il a perdu une oreille. Dit Lupin.
- Une oreille ? s'exclama Hermione d'une voix totalement intelligible.
- C'est de la faute de Rogue. Ajouta Lupin.
- Rogue ! Vous ne l'aviez pas dit ! cria Harry.
- Sa cagoule est tombée durant la bataille. Sectumsempra a toujours été une
spécialité de Rogue. Je peux dire, en quelque sorte, que je lui ai renvoyé la balle, mais
c'est tout ce que j'ai pu faire. Je faisais déjà tout mon possible pour garder George sur
le balai, après qu'il eut été blessé. Il perdait beaucoup de sang.
Le silence s'installa tandis qu'ils regardaient le ciel. Il n'y avait aucun
mouvement, les étoiles restaient immobiles, impassibles et indifférentes au sort des
autres. Où pouvait bien être Ron ? Mr Weasley et Fred ? Bill, Fleur, Tonks, Fol Oeil
et Mondingus ?
- Harry ! Viens donc nous donner un coup de main ! rugit Hagrid de la
porte, dans laquelle il était de nouveau coincé.
Heureux de pouvoir se rendre utile, Harry se rendit au salon, où Mrs
Weasley et Ginny se trouvaient, aux côtés de George. Mrs Weasley avait stoppé
l'hémorragie. Néanmoins, à la lueur des lampes, Harry aperçu un trou béant où,
normalement, l'oreille de George aurait dû se trouver.
- Comment va-t-il ?
Mrs Weasley jeta un regard implorant autour de la pièce.
- Je ne peux pas la faire repousser, puisqu'elle a été arrachée par magie
noire. Mais cela aurait pu être pire ! Au moins, il est vivant.
- Oui ? dit Harry. Grâce au ciel !
- J'ai entendu des bruits dans la cour, d'autres personnes sont arrivées ?
demanda Ginny.
- Hermione et Kingsley. répondit Harry.
- Dieu merci. murmura Ginny.
Son regard croisa celui de Harry. Il éprouvait un intense désir de
l'étreindre, la prendre dans ses bras, la caresser, ça lui importait peu que Mrs Weasley
soit là. Toutefois, avant de céder à cette délicieuse impulsion, un fracas sonore s'éleva
de la cuisine.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Je te prouverais qui je suis quand j'aurais vu mon fils, Kingsley !
Maintenant, tu as intérêt à me laissez passer !
Jamais Harry n'avait entendu Mr Weasley crier de la sorte. Quelques
secondes plus tard, il fit irruption dans le salon, le front ruisselant de sueur, les
lunettes de travers. Fred se trouvait derrière lui. Tous deux étaient très pâles, mais ils
ne semblaient pas blessés.
- Arthur ! sanglota Mrs Weasley. Oh ! Merci ! Merci !
- Comment va-t-il ? demanda Mr Weasley tandis qu'il se laissait choir aux
côtés de George. Pour la première fois depuis que Harry le connaissait, les mots
semblaient manquer à Fred. Lorsqu'il aperçut la blessure de son jumeau, il ouvrit la
bouche, stupéfait. Il donna l'impression de ne pas croire ce qu'il voyait. Peut-être
était-ce dû au bruit de l'arrivée de Fred et de son père, mais George remua.
- Comment te sens-tu, George ? chuchota Mrs Weasley.
George se caressa le côté de la tête.
- Eh Bien, marmonna-t-il à l'adresse de sa mère qui continuait de pleurer
torrentiellement. Maintenant tu pourras nous différencier, Fred et moi.
Il observa les alentours.
- Harry ! Tu vas bien ?
- Oui, ça va pour moi. Dit Harry en s'approchant du canapé.
- Pourquoi Bill, Fleur et Ron ne sont pas à mon chevet ?
- Ils ne sont toujours pas revenus, George. révéla Mrs Weasley.
Le visage de George se renfrogna. Harry croisa le regard de Ginny, puis
lui fit signe de l'accompagner à l'extérieur. Tandis qu'ils traversaient la cuisine, Ginny
lui fit part de son inquiétude.
- Ron et Tonks devraient déjà être revenus ! Tante Murielle n'habite pas si
loin, ils n'avaient pas un long voyage à faire !
Harry ne répondit pas. Depuis qu'il était arrivé au Terrier, il avait tenté de
camoufler ses propres appréhensions, mais, maintenant, elles semblaient l'envelopper,
embrouiller son cerveau et lui oppresser la poitrine. Tandis qu'ils sortaient dans le
jardin sombre, Ginny lui pris la main. Kingsley semblait fébrile tandis qu'il observait
frénétiquement le ciel, en faisant les cents pas. Harry eut un vague souvenir de l'oncle
Vernon arpentant le salon, bien des années auparavant. Hagrid, Lupin et Hermione se
tenaient côtes à côtes, guettant le moindre signe en provenance du ciel. Ils ne firent
aucun geste lorsque Harry et Ginny se joignirent à leur vigile silencieuse. Les minutes
s'écoulaient tranquillement. Le moindre bruissement les sortait de leur torpeur. Ils
guettaient chaque arbre, chaque buisson, dans l'espoir que l'un des membres absents
de l'ordre puisse en sortir. Après ce qui aurait pu être des heures, un balai se
matérialisa au-dessus d'eux, avant d'entreprendre d'atterrir.
- Ce sont eux ! s'écria Hermione.
Tonks atterrit brusquement, projetant sur eux de la terre et des cailloux.
- Remus ! pleura Tonks avant de se jeter dans ses bras. Celui-ci garda un
visage impassible, quoiqu' étonnement blafard. Il semblait incapable de parler.
Ron avança d'une démarche incertaine vers Harry et Hermione.
- Vous allez bien ? marmonna-t-il avait d'être étroitement étreint par
Hermione.
- J'ai pensé, j'ai pensé ...
- Je vais bien ! dit-il en lui tapotant le dos. Tout va bien.
- Ron a été fantastique ! dit Tonks, le visage rayonnant, abandonnant sa
prise sur Lupin." Stupéfixer des Mangemorts, droit à la tête, sur des balais volants,
c'est quelque chose !
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Tu as fait ça ? demanda Hermione en regardant Ron, les mains autour de
son cou.
- Je suis plein de surprise. dit-il d'une voix sarcastique en se libérant de
l'étreinte d'Hermione. Sommes-nous les derniers arrivés ?
- Non, répondit Ginny. Nous attendons toujours Bill, Fleur, Fol Oeil et
Mondingus. Je vais avertir Maman et Papa que tu es de retour. Ajouta-t-elle en
courant à l'intérieur.
- Pourquoi arrivez-vous si tard, qu'est-ce qui vous a retenus ? Demanda
Lupin à Tonks, comme s'il était en colère.
- Bellatrix. indiqua Tonks. Elle m'en veut presque autant qu'elle en veut à
Harry ! Elle a essayé de me tuer avec beaucoup d'ardeur. Je souhaite l'avoir touchée.
Mais, chose certaine, nous avons blessé Rodolphus. Mais quand nous sommes arrivés
chez la tante de Ron, nous avions manqué le départ du portoloin.
Un muscle tressaillit dans la mâchoire de Lupin. Il inclina la tête, mais fut
incapable de parler.
- Et que vous est-il arrivé, à vous ? Demanda Tonks, observant Hermione,
Kingsley et Harry.
Ils racontèrent leur voyage respectif, cependant l'absence de Bill, Fleur, Fol
Oeil et Mondingus planait au-dessus d'eux comme la menace d'un gigantesque oiseau,
dont l'attaque glaciale laissait une souffrance pénétrante, qui s'amplifiait de minutes
en minutes, et qui était, de surcroît, de plus en plus dure à ignorer.
- Je vais devoir retourner à Downing Street. J'aurais du m'y trouver il y a
déjà une heure. Dit finalement Kingsley, lançant un dernier regard furtif au ciel étoil.
Faites le moi savoir, lorsqu'ils seront de retour.
Lupin hocha la tête. Après avoir salué les autres, Kingsley disparut dans la
nuit. Harry cru entendre un faible bruit qui signifiait que Kingsley venait de
transplaner, hors des limites du Terrier. Mr et Mrs Weasley sortirent de la maison,
puis parcoururent le jardin au pas de course, Ginny derrière eux.
Tous deux enlacèrent leur fils, avant de se tourner vers Lupin et Tonks.
- Merci. Dit Mrs Weasley. Merci pour nos fils.
- Ne soit pas idiote, Molly. S'empressa de répondre Tonks.
- Comment va George ? interrogea Lupin.
- Qu'est-ce qu'il a ? s'inquiéta Ron.
- Il a perdu ...
Toutefois, la phrase de Mrs Weasley fut interrompue par un tumultueux
vacarme. Un sombral venait tout juste de se poser, à quelques mètres d'eux. Bill et
Fleur se laissèrent glisser de l'animal, visiblement secoués, mais indemnes.
- Bill ! Dieu merci !
Mrs Weasley couru enlacer son fils, mais celui-ci ne la serra que
brièvement. Il regardait son père.
- Fol Oeil est mort. Dit-il.
Plus personne ne parla, plus personne ne bougea. Harry sentit que quelque
chose en lui se détachait de son corps, puis le quittait pour toujours.
- Nous l'avons vu. Dit Bill.
Fleur approuva d'un signe de tête. Des traces de larmes brillaient sur ses
joues.
- Ça s'est produit juste après que la formation soit brisée. Fol Oeil et Ding
étaient tout près de nous, ils volaient vers le nord, eux aussi. Vous Savez Qui s'est
précipité sur eux en volant. Ding a paniqué, je l'ai entendu pleurer et gémir. Fol Oeil a
essayé de le calmer, mais il a fini par transplaner. Le maléfice de Vous Savez Qui l'a
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
touché directement au visage. Il est tombé de son balai, on ne pouvait rien faire, on
avait déjà une demi-douzaine de Mangemorts collée aux basques. Expliqua Bill d'une
voix brisée.
- Vous ne pouviez rien faire. Approuva Lupin.
Tous se regardaient, la mine déconfite. Harry n'arrivait pas à y croire. Fol
Oeil ne pouvait pas être mort, c'était impossible. Lui qui était si dure, si brave,
l'éternel survivant ... Un sentiment de profonde tristesse semblait naître en chacun
d'eux, bien que personne n'en parlait. L'attente dans le jardin étant devenue inutile, ils
suivirent Mr et Mrs Weasley à l'intérieur du Terrier. Ils entrèrent dans salon, où Fred
et George riaient.
- Qui a-t-il ? Demanda Fred en balayant d'un regard perplexe leurs visages
troublés. Qu'est-il arrivé ? Qui est ...
- Fol Oeil, souffla Mr Weasley. Fol Oeil est mort.
Le visage des jumeaux se contracta en une grimace de douleur. Personne
ne semblait savoir quoi faire. Tonks pleurait silencieusement dans son mouchoir.
Harry savait que Fol Oeil et elle avaient toujours été proches, l'un de l'autre. Au
Ministère, elle avait été sa favorite, sa protégée. Hagrid, assis dans le coin le plus
grand de la pièce, s'épongeait les yeux à l'aide d'un mouchoir de la taille d'une nappe.
Bill se dirigea vers le buffet, où il sortit une bouteille de whisky pur feu, ainsi que
plusieurs verres.
- Tenez. dit-il avant d'envoyer, d'un coup de baguette, les douze verres à
leur destinataire. Il tenait le treizième en l'air.
- À Fol OEil !
- À Fol OEil ! répétèrent-ils, avant de boire le contenu de leur verre.
- À Fol OEil ! hoqueta Hagrid, avec un peu en retard.
Le whisky qu'il avalait l'emplissait de sentiments nouveaux. Son sens des
réalités revenait peu à peu et Harry se sentait plus conscient de son corps et de son
esprit.
- Ainsi, Mondingus a transplané ? Demanda Lupin, qui avait vidé son
verre d'un seul trait.
L'atmosphère changea radicalement. Tous regardaient Lupin, le visage
tendu. Ils étaient visiblement avides d'en entendre davantage, bien que légèrement
effrayés de ce qu'ils pourraient apprendre.
- Je sais ce que vous pensez. affirma Bill. Moi-même je me suis posé des
questions, sur le chemin du retour. Après tout, ils semblaient nous attendre, non ?
Mais les sept Harry les ont confus, ils ne s'y attendaient pas. Pourquoi Mondingus ne
leur aurait pas dévoilé le point essentiel du plan ? Il ne peut pas nous avoir trahis.
C'est lui qui a proposé ce tour d'embrouille, vous vous souvenez ? Je pense qu'il a
simplement paniqué. Il ne voulait pas venir, en premier lieu, c'est Fol Oeil qui l'y a
poussé. De plus, Vous Savez Qui s'est dirigé droit vers eux. C'était suffisant pour faire
paniquer n'importe qui.
- Vous Savez Qui a agi exactement comme Fol Oeil l'avait prévu. dit
Tonks entre deux sanglots. Il m'a dit que Vous Savez Qui penserait sûrement que
Harry se trouvait avec le plus redoutable d'entre nous, l'auror le plus aguerri. Il a
d'abord chassé Fol Oeil et quand Mondingus s'est éclipsé, il s'est rué sur Kingsley.
- Tout ça c'est très bien, mais on ne sait toujours pas comment ils ont pu
savoir que nous transférions Harry ce soir. " dit Fleur. Enfin, c'est insensé ! Quelqu'un
a dû laisser échapper l'information ! C'est la seule explication ! Sinon comment
auraient-ils eu connaissance de la date, mais pas du reste du plan ?
Elle attendit une quelconque protestation qui ne vint pas. Le seul son
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
venant briser le silence étaient les sanglots de Hagrid. Harry lui jeta un regard en
biais. Hagrid venait de risquer sa vie pour sauver la sienne. Harry aimait Hagrid, il
avait confiance en lui. Toutefois, dans le passé, Hagrid avait révélé involontairement
des informations cruciales à Voldemort en échange d'un oeuf de dragon.
Le whisky pur feu semblait avoir amplifié le volume de sa voix.
- Non ! cria Harry, s'attirant tous les regards. Je veux dire, si quelqu'un a
fait une erreur, s'il a laissé échapper un brin d'information, je sais que ce n'était pas
volontaire. Il ne l'a certainement pas fait exprès ! continua t'il d'une voix un peu plus
forte que d'habitude. Nous devons nous faire confiance mutuellement. J'ai confiance
en chacun de vous, je suis sûr que personne dans cette salle ne m'aurait vendu
volontairement à Voldemort.
Un profond silence suivit ces mots. Tous le regardaient. Harry se sentit
fiévreux et but de longues gorgées de whisky. Tandis qu'il buvait, il pensait à Fol
Oeil. Fol Oeil avait toujours été exaspéré par la confiance que Dumbledore accordait
à chacun.
- Bien dit, Harry ! affirma inopinément Fred.
Lupin regardait Harry avec une drôle d'expression, qui ressemblait à la
pitié.
- Vous pensez que je suis un imbécile ? ironisa Harry.
- Non, je pense que tu es comme James. Expliqua Lupin. Lui aussi
considérait que de se méfier de ses amis était le comble du déshonneur.
Harry savait que Lupin faisait référence à la trahison de Peter Petigrow
envers James Potter. Il se sentit fâché d'une telle allusion. Il voulut argumenter, mais
Lupin lui avait tourné le dos, afin de poser son verre vide sur la table.
- Il y a du travail à faire. Dit-il à Bill. Je peux demander à Kingsley si ...
- Non. L'interrompit Bill. Je le ferai, je viendrai.
- Où allez vous ? demandèrent Fleur et Tonks à l'unisson.
- Le corps de Fol Oeil. Expliqua Lupin. Nous devons le récupérer.
- Ça ne peut pas ... commença Mrs Weasley, implorant son fils du regard.
- Attendre ? l'interrompit Bill. Non, à moins que quelqu'un souhaite que
les Mangemorts le récupèrent avant nous.
Personne ne répondit. Après avoir dit au revoir, Bill et Lupin partirent.
Les autres les avaient regardés partir, puis tous, excepté Harry qui était demeuré
debout, s'étaient effondrés sur la chaise la plus proche. La mort planait de nouveau
au-dessus d'eux, comme une présence malsaine.
- Je dois y aller aussi. Dit Harry tandis que dix paires d'yeux effrayés se
tournaient vers lui.
- Ne soit pas stupide, Harry. lança Mrs Weasley.
- Je ne peux pas rester ici.
Il se frotta le front, sa cicatrice avait recommencé à lui faire mal. Elle ne
lui avait pas été si douloureuse depuis plus d'un an.
- Vous êtes tous en danger quand je suis là ! Je ne veux pas ...
- Harry ne soit pas si stupide, voyons ! répéta Mrs Weasley. Notre but, ce
soir, c'était de te ramener ici, sain et sauf, et remercie le ciel que cela ait fonctionné !
De plus, Fleur a accepté de se marier ici plutôt qu'en France, de façon à ce que l'on
reste ici, tous ensemble, à veiller sur toi.
Elle ne comprenait pas. Elle le faisait se sentir encore plus mal, si c'était
possible.
- Et si Voldemort découvre que je suis ici ?
- Comment ferait-il ? RÉpondit Mrs Weasley. Il y a des douzaines de maisons dans
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
lesquelles tu pourrais Être.
- Il n'a aucun moyen de savoir oÙ tu te trouves, Harry. Le rassura Mr
Weasley.
- Ce n'est pas pour moi que je m'inquiÈte ! Hurla Harry.
- Nous savons cela. RÉtorqua calmement Mr Weasley. Mais si tu pars, tu
rendras nos efforts de ce soir particuliÈrement futiles.
- Tu n'iras pas nulle part, Harry ! Gronda Hagrid. AprÈs tout ce que nous
avons endurÉ pour t'amener ici !
- J'ai sacrifiÉ une oreille, pour toi ! Dit George en se redressant sur ses
coussins. Je sais que ce n'est pas ce que.... Fol Oeil aurait voulu.
- JE SAIS ! Beugla Harry.
Il se sentait oppressÉ et manipulÉ. Ils pensaient qu'il ignorait tout ce qu'ils
avaient fait pour lui, alors que c'Était prÉcisÉment pour À§a qu'il dÉsirait partir,
plutÀ´t que de leur causer des souffrances supplÉmentaires. Il y eut un long et
douloureux silence durant lequel la cicatrice de Harry lui brÀ»la, comme si elle avait
ÉtÉ chauffÉe À blanc.
- OÙ est Hedwige ? Demanda Mrs Weasley, rompant ainsi le silence.
Nous pouvons la monter avec Coquecigrue et lui donner quelque chose À manger.
Les entrailles de Harry se contractÈrent douloureusement. Il but le reste de
son verre de whisky pur feu, s'Évitant ainsi de rÉpondre.
- Il faut que tu nous racontes, Harry, grogna Hagrid, comment tu as pu lui
Échapper, l'attaquer alors qu'il se trouvait au-dessus de nous.
- Ce n'Était pas moi. RÉpondit Harry d'un ton catÉgorique. C'Était ma
baguette magique ! Ma baguette a agi d'elle-mÊme, de sa propre initiative.
- Harry, c'est impossible ! Tu veux dire que tu aurais fait de la magie sans
le vouloir ? Tu as rÉagi par instinct, voilÀ tout. RÉpliqua Hermione avec diplomatie.
- Non. S'obstina-t-il. La moto tombait, je ne savais pas oÙ Était
Voldemort, mais ma baguette le savait, elle ! Elle s'est mise À tourner, puis elle a
trouvÉ Voldemort et lui a lancÉ un sort, dont j'ignore la nature ! Je n'ai jamais produit
de flammes dorÉes, auparavant !
- Parfois, Expliqua Mr Weasley. Dans une situation dangereuse, il est
possible de produire de la magie qu'on ne peut mÊme pas imaginer. Les enfants, avant
leurs Études, expÉrimentent souvent ce genre de magie.
- Ce n'Était pas À§a ! S'indigna Harry.
Sa cicatrice lui brÀ»lait et il se sentait incompris. Il dÉtestait l'idÉe que les
autres puissent imaginer qu'il avait le pouvoir d'Égaler Voldemort. Plus personne
n'Émit d'objections. Harry savait qu'ils ne le croyaient pas. Maintenant qu'il y pensait,
Harry n'avait jamais entendu parler d'une baguette capable d'agir seule. Sa cicatrice
Était dessÉchÉe par la douleur, il faisait tout son possible pour ne pas gÉmir À haute
voix. Marmonnant au sujet d'un besoin d'air frais, Harry posa son verre vide, puis il
sortit de la salle.
Tandis qu'il traversait le jardin, il vit le sombral brouter paisiblement.
Quand l'animal l'aperÀ§u, il dÉploya deux ailes immenses, semblable À celles d'une
chauve-souris. Harry s'arrÊta devant la porte du jardin. Il observait les mauvaises
herbes tout en lissant sa cicatrice, qui le faisait souffrir. Il pensait À Dumbledore.
Dumbledore l'aurait cru, il le savait. Dumbledore aurait su comment et pourquoi la
baguette de Harry avait agi de faˤon si inattendue, car Dumbledore avait toujours
toutes les rÉponses. Il savait tout À propos des baguettes magiques, c'Était lui qui
avait expliquÉ À Harry le lien Étrange qui unissait sa baguette
Sa cicatrice lui brÀ»lait et il se sentait incompris. Il dÉtestait l'idÉe que les autres
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
puissent imaginer qu'il avait le pouvoir d'Égaler Voldemort. Plus personne n'Émit
d'objections. Harry savait qu'ils ne le croyaient pas. Maintenant qu'il y pensait, Harry
n'avait jamais entendu parler d'une baguette capable d'agir seule. Sa cicatrice Était
dessÉchÉe par la douleur, il faisait tout son possible pour ne pas gÉmir À haute voix.
Marmonnant au sujet d'un besoin d'air frais, Harry posa son verre vide, puis il sortit
de la salle.
Tandis qu'il traversait le jardin, il vit le sombral brouter paisiblement. Quand
l'animal l'aperÀ§u, il dÉploya deux ailes immenses, semblable À celles d'une
chauve-souris. Harry s'arrÊta devant la porte du jardin. Il observait les mauvaises
herbes tout en lissant sa cicatrice, qui le faisait souffrir. Il pensait À Dumbledore.
Dumbledore l'aurait cru, il le savait. Dumbledore aurait su comment et pourquoi la
baguette de Harry avait agi de faˤon si inattendue, car Dumbledore avait toujours
toutes les rÉponses. Il savait tout À propos des baguettes magiques, c'Était lui qui
avait expliquÉ À Harry le lien Étrange qui unissait sa baguette À celle de Lord
Voldemort. Pourtant, Dumbledore, comme Fol Oeil, comme Sirius, comme ses
parents et comme sa pauvre chouette, Étaient partis dans un endroit oÙ Harry ne
pourrait plus jamais leur parler. Il sentit un picotement dans sa gorge qui n'avait rien
À voir au whisky pur feu.
Soudain, sans aucun signe avant-gardiste, la cicatrice de Harry fut parcourue
d'un Élan particuliÈrement douloureux. Tandis qu'il fermait les yeux et saisissait son
front de ses mains fÉbriles, des cris rÉsonnÈrent dans sa tÊte.
- Vous aviez dit que le problÈme serait rÉsolu si j'utilisais la baguette d'une
autre personne !
La vision d'un vieil homme maigre et Émacier, effondrÉ sur un tas de chiffon
recouvrant un sol de pierre brute s'insinua dans on esprit. L'homme criait, hurlait,
suppliait.
- Je vous en prie, je vous en supplie ! Implora-t-il
- Tu as menti À Lord Voldemort, Ollivander.
- Non, je le jure ! Je n'ai pas ...
- Tu espÉrais aider Potter, l'aider À m'Échapper !
- Non, c'est la vÉritÉ ! Je vous en prie ! J'ai cru qu'avec une baguette magique
diffÉrente À§a fonctionnerait !
- Alors, explique-moi pourquoi la baguette de Lucius a ÉtÉ dÉtruite !
- Je ne n'arrive pas À comprendre ... Le raccordement… devrait seulement
exister entre vos deux baguettes magiques !
- Mensonges !
- Je vous en prie, il faut me croire.
Puis Harry vit une main aux doigts longs et blanchˢtres soulever une
baguette magique, avant de sentir l'irruption subite de cruautÉ de Voldemort.
L'homme frÊle gigotait sur le sol, au bord de l'agonie.
- Harry ?
À‡a avait pris fin aussi subitement que c'Était arrivÉ. Harry se tenait debout,
chancelant, dans l'obscuritÉ. Son coeur battait trÈs vite et sa cicatrice le lanÀ§ait
encore.
Cela prit un moment avant que Harry s'aperÀ§oive de la prÉsence de Ron et
Hermione À ses cÀ´tÉs.
- Harry, rentre À l'intÉrieur. Chuchota Hermione. Tu ne penses plus partir,
n'est-ce pas ?
- Tu dois rester, mon vieux ! lui dit Ron en lui tapant le dos.
- Harry, tu vas bien ? Demanda Hermione, maintenant qu'elle Était assez
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
prÈs pour voir son visage. Tu as une mine Épouvantable !
- En tout cas, R Épondit-il, faiblement. Je vais mieux qu'Ollivander.
Quand il eut finit de raconter ce qu'il venait de voir, Ron semblait consternÉ,
mais Hermione Était totalement horrifiÉe.
- À‡a ne devait plus se produire ! Tu ne devais plus voir ce genre de choses ! Il ne
faut pas laisser le lien s'ouvrir de nouveau ! Harry, Dumbledore voulait que tu fermes
ton esprit !
Il ne rÉpondit pas.
- Harry, Voldemort a rÉussi À infiltrer le ministère, les journaux et la moitiÉ du
monde de la magie ! Ne le laisse pas infiltrer ta tête aussi !
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
M
A
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 66 :: LLAAA GGGOOOUUULLLEEE EEENNN PPPYYYJJJAAAM
MA
A
Le choc de la perte de Fol-Oeil traîna sur la maison durant les jours qui suivirent.
Harry continuait à espérer de le voir entrer à pas lourd par la porte de derrière comme
les autres membres de l'Ordre, qui entraient et sortaient pour se passer les dernières
informations. Harry senti que rien d'autre à part des actions ne pourrait soulager son
sentiment de culpabilité et de peine et qu'il devait accomplir sa mission pour trouver
et détruire aussi tôt que possible les horcuxes.
"Bien, tu ne peux rien faire par rapport aux - Ron mâcha le mot Horcruxes - jusqu'à
tes 17 ans. Tu as toujours la Marque en toi. On peut s'organiser ici comme on peut le
faire n’importe où, n'est-ce- pas ? Ou…" Sa voix devint un souffle "Ou est-ce que tu
crois déjà savoir où est Tu-Sais-Qui ?"
"Non" admit Harry
"Je pense qu'Hermione a fait un peu de recherche" dit Ron " Elle a dit qu'elle le
gardait pour quand tu en aurais besoin "
Il était assis à la table du petit déjeuner, Mr Weasley et Bill venaient juste de quitter
leur travail. Mrs Weasley était montée en haut pour réveiller Hermione et Ginny,
pendant que Fleur s'était laissé gagner par le sommeil avant de prendre un bain.
"La Marque se cassera le 31" dit Harry. " Cela signifie que je dois seulement rester ici
quatre jours. Alors je pourrais..."
" Cinq jours, " corrigea Ron fermement " Nous devons restez pour le mariage. Elles
nous tueront si nous le manquons "
Harry comprit que "elles" signifiait Fleur et Mme Weasley.
"Ce n'est qu'un jour supplémentaire, "dit Ron, quand Harry sembla révolté.
"Ils ne réalisent pas combien cela est important ?"
"Bien sûr que non " dit Ron."Ils n'en ont aucune idée. Et maintenant que tu l'as
mentionné, je voudrais te parler de ça. "Ron jeta un coup d’oeil vers la porte pour
vérifier que Mrs Weasley ne revenait pas maintenant, puis il se pencha pour être plus
près de Harry. "Maman essaye de nous garder hors de ça, Hermione et moi. Ce que
nous ne somme pas prêt de faire. Elle viendra te questionner plus tard, alors accrochetoi.
Papa et Lupin nous ont aussi demandé, mais quand nous avons dit que
Dumbledore t'avait dit de ne rien dire à personne sauf à nous, ils ont laissé tombé.
Mais pas maman. Elle est déterminée."
La prédiction de Ron se réalisa en moins de quelques heures. Peu avant le déjeuner.
Mrs Weasley prit Harry a l'écart des autres en lui demandant d'aider à identifier une
seule chaussette qu'elle pensait venir de son sac a dos. Une fois qu'elle l’eut coincé à
l'arrière de la minuscule cuisine, elle commença.
"Ron et Hermione semblent penser que 3 d'entre vous, laisseraient tomber Poudlard",
commença t'elle d'un ton banal et léger.
"Oh," dit Harry "Ben ouais…On laisse tomber "
L'essoreuse s'arrêta toute seule dans un angle, extorquant ce qui semblait ressembler à
l'une des vestes de Mr Weasley.
" Puis-je demander pourquoi vous abandonnez votre éducation ?" dit Mrs Weasley.
" Hé bien, Dumbledore m'a laissé... un truc à faire " marmonna Harry " Ron et
Hermione savent de quoi il s'agit, et ils veulent venir aussi"
" Quel genre de truc ? "
" Je suis désolé, je ne peux pas ..."
" Bien, franchement, je pense qu'Arthur et moi avons le droit de savoir, et je suis sûre
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
que Mr et Mme Granger seraient d'accord !" dit Mme Weasley.
Harry avait eu peur de l'attaque des "parents concernés". Il se força à la regarder droit
dans les yeux, remarquant comme il l'avait déjà fait qu'ils contenaient la même nuance
de brin que ceux de Ginny. Cela n'aidait pas.
" Dumbledore ne veut pas que quelqu'un d'autre soit au courant, Mme Weasley. Je
suis désolé, Ron et Hermione ne sont pas obligés de venir, c'est leur choix ... "
" Je ne vois pas pourquoi vous devez y aller !!" lâcha-t-elle, oubliant maintenant toute
contenance. "Vous avez à peine l'âge tous les trois ! Ça n'a aucun sens, si Dumbledore
avait besoin que du travail soit accomplit, il aurait eu l'Ordre entier sous ses ordres !
Harry, tu as du mal le comprendre. Il t'a sûrement dit qu'il voulait que quelque chose
soit fait, et tu as cru qu'il signifiait que c'est toi qu'il voulait pour l'accomplir... "
" J'ai très bien compris" dit Harry d'un ton catégorique. " Ça doit être moi". Il reprit la
chaussette retrouvée seule et qu'il était censé reconnaître, décorée de joncs dorés." Et
ce n'est pas la mienne, je ne suis pas supporter du club de Flaquemarre"
" Oh, bien sur que non, " dit soudainement Mme Weasley avec un ton plutôt affaibli.
" j'aurais dû le savoir. Et bien, Harry, tant qu'on t'a encore ici, tu ne voudrais pas nous
aider à préparer le mariage de Bill et Fleur ? Il y a encore tellement à faire "
" Bien sûr" dit Harry, déstabilisé par un changement de sujet si rapide.
" Tu es un ange," dit-elle en s'en allant, et elle sourit en quittant l'arrière-cuisine.
A partir de ce moment, Mme Weasley maintenait Harry, Ron, et Hermione si occupés
avec les préparatifs du mariage qu'ils eurent difficilement du temps pour réfléchir.
L'explication la plus gentille concernant ce comportement aurait été que Mme
Weasley voulait les distraire, loin de toutes sortes de pensées à propos de Fol-Oeil et
des terreurs subies au cours de leur dernière aventure. Mais après deux jours de
nettoyage, de tissus colorés, de rubans, de fleurs, de chasse aux gnomes dans le jardin
et d'aide à Mme Weasley à préparer des rangées de petits-fours, Harry commença à la
suspecter d'avoir d'autres objectifs en tête. Toutes les tâches qu'elle donnait à faire
semblaient avoir pour but de les tenir à distance les uns des autres. Il n'avait eu
aucune occasion de leur parler secrètement depuis la première nuit, où il leur avait
parlé de la torture qu'exerçait Voldemort sur Ollivander.
" Je pense que Maman croit qu'elle pourra retarder votre départ. Si elle vous empêche
tous trois de vous rassembler et faire des plans." dit Ginny à Harry d'un ton bas,
pendant qu'ils mettaient la table du dîner lors de la troisième nuit de son séjour.
" Et que pense-t-elle qu'il se passera après ?" murmura Harry. " Quelqu'un d'autre se
chargera de tuer Voldemort pendant qu'elle nous fait faire des vol-au-vent ?"
Il avait parlé sans réfléchir, et vit le visage de Ginny pâlir.
" Alors c'est vrai ?" dit-elle " C'est ce que vous tentez de faire ?"
" Je... Non. Je plaisantais, " répondit rapidement Harry.
Ils se regardèrent, et il y eut quelque chose de plus que de la surprise et de la terreur
dans l'expression de Ginny. Harry réalisa subitement que c'était la première fois qu'il
se retrouvait seul avec elle depuis leurs heures volées dans les coins reculés de la cour
de Poudlard. Il était sûr qu'elle était aussi en train d'y repenser. Ils sursautèrent tous
deux lorsque la porte s'ouvrit, et que Mr Weasley, Kingsley, et Bill rentrèrent.
Les autres membres de l'Ordre les rejoignaient souvent pour dîner en ce moment, car
le Terrier avait remplacé le numéro douze, c'est à dire la place de Grimmaurd en tant
que QG. Mr Weasley avait expliqué qu'après la mort de Dumbledore, leur gardien du
secret, chaque personne à qui Dumbledore avait confié le nom du lieu où se trouvait
Grimmaurd devenait à son tour gardien du secret.
" Et comme il y en a environ douze d'entre nous, cela estompe remarquablement le
pouvoir du sortilège de fidélité. Il y a vingt fois plus de chance pour les mangemorts
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
d'obtenir le secret de l'un d'entre nous. On ne peut espérer le garder plus longtemps."
" Mais Rogue aura sûrement donné l'adresse aux mangemorts dés maintenant non ?"
demanda Harry
" Fol-Oeil a jeté deux sorts contre Rogue au cas où il les rejoindrait de nouveau. Nous
espérons qu'ils seront tous deux assez forts pour l'en empêcher et lui faire tenir sa
langue s'il tente de parler de l'endroit, mais nous ne pouvons en être certains. Il aurait
été irresponsable de continuer d'utiliser cet endroit en tant que quartier général alors
que sa protection est devenue si précaire"
La cuisine était devenue tellement bondée qu'il était difficile d'utiliser les couteaux et
les fourchettes. Harry se retrouva serré prés de Ginny. Les choses qu'ils n'avaient pas
osés entre eux juste avant d'être interrompus l'avaient fait espérer d’être séparer d'elle
par plus de personnes. Il tentait tellement d'éviter de frôler son bras pendant qu'ils
mangeaient qu'il pouvait à peine couper son poulet.
" Rien de neuf sur Fol-Oeil ?" demanda Harry à Bill
" Rien" répondit Bill
Ils n'avaient pas été capables de lui offrir des funérailles, car Bill et Lupin avaient
échoué dans leur quête de son corps. Il était difficile de savoir où il avait pu tomber,
étant donné l'obscurité et la confusion qui régnaient lors de la bataille.
" La gazette du sorcier n'a pas dit un mot en ce qui concerne sa mort ou la recherche
de son corps." continua Bill. " Mais cela ne veut pas dire grand chose. Ils sont assez
calme au journal ces derniers jours"
" Et ils n'ont toujours pas fait appel à un jugement pour toute la magie que j'ai utilisée
en m'échappant des mangemorts ?" demanda Harry à Mr Weasley qui secoua la tête à
l'autre bout de la table. "Parce qu'ils savent que je n'avais pas le choix ou bien parce
qu'ils ne veulent pas révéler au monde entier que Voldemort m'a attaqué ? "
" Le second je pense. Scrimgeour ne veut pas admettre que Tu-sais-qui est aussi
puissant que lui, ni que Azkaban a subit une évasion massive de ses prisonniers."
" Ouais, pourquoi dire au public la vérité ?" dit Harry, serrant si étroitement dans sa
main droite son couteau qu'il vit réapparaître en lettres blanches sur sa peau "je ne
dois pas dire de mensonges".
"Mais tout le monde au ministère n'est-il pas prêt à l'affronter ?" demanda Ron avec
fureur
" Bien sur Ron, mais les gens sont terrifiés." répondit Mr Weasley, "terrifiés d'être les
prochains à disparaître, et leur enfants d'être les prochains attaqués ! Il y a de
mauvaises rumeurs qui courent. Moi le premier, je ne crois pas que le professeur
d'études des Moldus a démissionné. Elle n'a pas été aperçue depuis des semaines. En
attendant, Scrimgeour reste silencieux dans son bureau toute la journée. J'espère
seulement qu'il est en train de travailler à chercher un plan "
Il y eut juste une pause durant laquelle Mrs Weasley pris les assiettes vides et les
déposa sur le plan de travail à l'aide de sa baguette magique pour servir de la tarte à la
pomme.
" Nous devons décider de ta tenue 'Arry" dit Fleur, une fois que tout le monde eut du
gâteau. " Pour le mariage' " ajouta-t-elle lorsqu'elle remarqua sa mine confuse. " Bien
sur, aucun de nos invités n'est un Mangemorts, mais nous ne pouvons pas garantir
qu'ils ne laisseront rien glisser après une coupe de champagne "
A partir de ce moment, Harry comprit qu'elle soupçonnait toujours Hagrid.
" Oui, c'est un bon point" dit Mme Weasley de l'autre bout de la table, où elle s'assit,
les lunettes perchées sur l'extrémité de son nez, observant une liste immense de tâches
qu'elle avait inscrites sur un très grand bout de parchemin. " Sinon, Ron, as tu rangé ta
chambre ?"
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
" Pourquoi? " s'exclama Ron, claquant sa cuillère en regardant sa mère. " Pourquoi
ma chambre doit-elle être rangée ? Harry et moi sommes tous les deux contents telle
qu'elle est ! "
" Nous avons le mariage de ton frère dans quelques jours, jeune homme ... "
" Et ils se marient dans ma chambre ? " demanda furieusement Ron, " Non ! Alors
pourquoi au nom de la sagesse de Merlin ..."
" Ne parle pas de cette façon à ta mère " dit fermement Mr Weasley, " et fais ce
qu'elle te dit de faire"
Ron regarda ses parents d'un air menaçant, repris sa cuillère et attaqua les dernières
bouchées de sa part de tarte aux pommes.
" Je peux l'aider, c'est aussi un peu de mon désordre" dit Harry à Ron, mais Mme
Weasley le coupa
" Non, Harry. Mon chéri, je préférerais plutôt que tu aides Arthur à déplumer les
poulets, et Hermione, je te serais vraiment très reconnaissante si tu changeais les
draps pour Monsieur et Madame Delacour, tu sais qu'ils arrivent à onze heures
demain matin"
Mais il s'alerta en voyant qu'il y avait si peu à faire pour les poulets.
" Il n'y a pas besoin, dis-le à Molly" dis Mr Weasley à Harry, en lui bloquant l'accès à
la cage. " Mais là, Ted Tonks m'a envoyé le plus de restes possibles de la moto de
Sirius, et là, je cache ... je veux dire je la garde ici. Merveilleux travail ! Ici il y a un
gaskin d'échappement, je pense que ça s'appelle comme ça, la plus merveilleuse
batterie, et ça serait une grande opportunité de découvrir comment les freins
marchent. Je vais essayer de tout recoller ensemble et tout faire fonctionner quand
Molly ne sera pas là, euh je veux dire quand j'aurais le temps."
Quand ils retournèrent à la maison, Mme Weasley était hors de vue. Harry se glissa
alors à l'étage, dans la chambre de Ron.
" Je la fais, je la fais ! Oh c'est toi " dis Ron, soulagé de voir Harry rentrer dans la
chambre. Ron s'allongea de nouveau sur le lit, qui semblait avoir été évacué il y a à
peine quelques secondes. La chambre était dans le même désordre qu'elle l'avait été
durant toute la semaine. Le seul changement était qu'Hermione était assise dans
l'angle le plus éloigné de la chambre, son gros chat pelucheux à ses pieds, Pattenrond,
griffant des livres, que Harry reconnut comme étant les siens, entre deux énormes
piles.
" Salut Harry" dit-elle pendant qu'il s'asseyait sur son lit de camp.
" Comment t'es-tu débrouillée pour t'échapper ?"
" Oh, la maman de Ron a oublié qu'elle nous avait déjà demandé à Ginny et moi de
changer les draps hier" dit Hermione. Elle jeta Numérologie et grammaire sur une pile
et l'âge d'or et la chute des forces du mal sur une autre.
" Nous étions justement en train de parler de Fol-Oeil" dit Ron à Harry. " Je pense
qu'il a peut-être survécut"
" Mais Bill l'a vu se faire frapper par le sortilège de mort " dit Harry
" Ouais, mais Bill était attaqué aussi" dit Ron. " Comment pouvons nous être sûrs
qu'il l'a vu ?"
" Même si le sort fatal a échoué, Fol-Oeil est quand même tombé de plusieurs
centaines de mètres." dit Hermione, en pesant Les équipes de Quidditch de Grande
Bretagne et d'Irlande dans sa main.
" Il a peut-être utilisé un sortilège de bouclier ... "
" Fleur a dit que sa baguette magique a été éjectée de sa main" dit Harry
" Bon, d'accord, si vous tenez absolument à ce qu'il soit mort" dit Ron en posant ses
jambes de façon à être plus confortablement installé
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
" Bien sûr que nous ne voulons pas qu'il soit mort !" dit Hermione, choquée.
" C'est désespérant qu'il soit mort, mais nous sommes réalistes ! "
Pour la première fois, Harry imagina le corps de Fol-Oeil, brisé comme l'avait été
celui de Dumbledore, avec toujours un oeil tournant au sein de son globe. Il sentit de
l'écoeurement mêlé à un étrange désir de rire.
" Les Mangemorts ont probablement nettoyé derrière eux, c'est pourquoi personne ne
l'a retrouvé" dit sagement Ron.
"Ouais" dis Harry " comme Barty Croupton, transformé en os et enterré dans le jardin
d'Hagrid. Ils ont probablement transformé Fol-Oeil et ils l'ont... "
" Ne dis plus rien !! " couina Hermione. Effrayé, Harry se retourna juste à temps pour
la voir éclater en larmes au dessus du .Bescherelle de Spellman.
" Oh non" dis Harry, luttant pour se retirer du vieux lit de camps. " Hermione, je ne
voulais pas te mettre dans cet état..."
Mais avec un grand grincement de sommier rouillé, Ron bondit du lit et la rejoignit en
premier. Le bras autour d'Hermione, il chercha dans la poche de son jeans et en retira
un hideux mouchoir de poche qui servait à nettoyer les meubles. Retirant hâtivement
sa baguette magique, il la pointa sur le chiffon en disant " Tergeo ".
La baguette retira la majorité de la quantité de graisse que le chiffon contenait.
Paraissant plutôt content de lui-même, Ron tendit légèrement le mouchoir de tissu à
Hermione.
" Oh ... Merci Ron... Je suis désolée ..." Elle se moucha et hoqueta "c'est juste que
c'est si horrible n'est ce pas ? Di-Directement après Dumbledore... Je n'avais ja-jamais
imaginé que Fol-Oeil pouvait mourir ... Il semblait si dur ! "
" Ouais je sais" dit Ron, lui donnant une tapette sur le dos. " Mais tu sais ce qu'il nous
aurait dit s’il avait été là ?"
" Vigilance constante" dit Hermione, en essuyant ses yeux
" C'est exactement ça" dit Ron, acquiesçant. " Il nous aurait dit de tirer une leçon de
ce qui lui est arrivé. Et ce que j'ai appris c'est qu'il ne faut pas avoir confiance en ce
petit lâche de Mondingus."
Hermione retrouva le sourire et se pencha devant pour attraper deux livres de plus.
Une seconde plus tard, Ron avait retiré son bras des épaules de celle-ci. Elle avait
laissé tombé Le monstrueux livre des monstres sur ses pieds. Le livre avait été libéré
de sa ceinture étouffante et mordait vicieusement la cheville de Ron.
" Je suis désolée ! Pardon ! " cria Hermione alors que Harry arrachait le livre de la
jambe de Ron et l'étreignait fermement.
" Qu'est-ce que tu fais avec tous ces livres de toute façon ? " demanda Ron, boitant
jusqu'a son lit.
" J'essayais juste de décider lesquels il fallait prendre avec nous" dit Hermione. " Pour
chercher les Horcruxes "
" Oh bien sûr," dit Ron, frappant d'une main son front. " J'ai oublié que nous allions
chasser Voldemort avec une bibliothèque mobile."
"Haha" dit Hermione, en regardant le Bescherelle de Spellman. " Je me demandais ...
aurons-nous besoin d'interpréter les runes ? C'est possible... je pense que nous ferions
mieux de le prendre, pour être sûr."
Elle laissa tomber le Bescherelle dans la plus large des deux piles et attrapa L'histoire
de Poudlard.
" Ecoutez" dit Harry
Il s'était levé et se tenait droit devant eux. Ron et Hermione le regardaient avec une
expression similaire de résignation mêlée de défiance.
" Je sais bien qu'après les funérailles de Dumbledore vous m'avez dit que vous vouliez
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
venir avec moi" commença Harry.
" C'est reparti " dit Ron à Hermione, louchant des yeux.
" On savait qu'il le ferait " soupira-t-elle, retournant aux livres. " Vous savez, je pense
que je prendrais L'histoire de Poudlard. Même si nous n'y retournons pas, je ne pense
pas que je me sentirais bien si je ne l'ai pas avec ..."
"Ecoutez !!" répéta Harry
" Non, Harry, tu écoutes " dit Hermione. " On vient avec toi. Ça a été décidé depuis
des mois, des années en réalité."
" Mais ..."
" Tais-toi " lui conseilla Ron
" Vous êtes surs d'y avoir bien réfléchi ?" insista Harry
" Voyons voir " dit Hermione, claquant Voyages avec les trolls et le jetant dans la
pile, d'un air féroce. " Ça fait des jours que j'emballe les affaires, alors nous sommes
prêts à partir au moment voulu, qui, pour info, inclut l'exercice d'un peu de magie de
haut niveau, sans oublier qu'il faut piquer tout le stock de potion de polynectar sous le
nez de la mère de Ron. J'ai aussi modifié la mémoire de mes parents, et ils sont
maintenant convaincus qu'ils s'appellent Wendell et Monica Wilkins, et que leur rêve
était de vivre en Australie, ce qu'ils ont finit par faire. C'est pour que Voldemort ait du
mal à les retrouver et les interroger sur moi, ou plutôt sur vous, car malheureusement,
je leur ai un peu parlé de vous. Supposons que je survive à la chasse aux Horcruxes,
je retrouverai maman et papa et je leur enlèverai l'enchantement. Si ce n'est pas le cas
et bien... Je pense que j'aurais laissé un nombre assez important de sorts pour les
garder en sécurité et heureux. Wendell et Monica Wilkins ne savent pas qu'ils ont une
fille, vous voyez."
Les yeux d'Hermione étaient de nouveau noyés de larmes. Ron se rendit près d'elle,
mit ses bras autour d'elle une fois de plus, et fronça les sourcils à Harry, lui
reprochant son manque de tact.
" Je... Hermione, je suis désolé... Je ne..."
" Tu ne savais pas que Ron et moi savions parfaitement ce qui pourrait nous arriver si
nous venons avec toi ? Et bien nous savons ! Ron, montre à Harry ce qu'on a fait "
" Non, il vient de manger " dit Ron
" Vas-y ! Il doit le savoir !"
" Bon, ok. Harry, viens ici "
Pour la seconde fois Ron retira ses bras d'autour d'Hermione et s'avança vers la porte.
"Viens"
"Pourquoi? " demanda Harry, en suivant Ron hors de la chambre.
" Deshendo !" marmonna Ron, en pointant sa baguette sur le plafond. Une trappe
s'ouvrit juste devant leurs têtes et une échelle descendit jusqu'a leurs pieds. Un son
horrible provint du trou carré, avec une odeur de canalisations pourries.
"C'est ta goule n'est ce pas ?" demanda Harry, qui n'avait en fait jamais rencontré la
créature, qui parfois rompait le silence de la nuit.
" Oui c'est elle" dit Ron, en grimpant l'échelle. "Viens jeter un coup d’oeil"
Harry suivit Ron et monta les quelques marches qui menaient à l'espace du grenier. Sa
tête et ses épaules furent dans la pièce avant qu'il n'ait pu apercevoir la créature à
quelques pieds de lui, courbée dans la triste obscurité et endormie, avec la bouche
grande ouverte.
" Mais ça .... Est-ce que les goules ont pour habitude de mettre des pyjamas ?"
" Non" dit Ron " Ni celle d'avoir des cheveux rouges ou ce nombres de pustules sur le
visage"
Harry contempla la chose, légèrement révolté. C'était un humain, en formes et en
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
taille, qui était vêtu de, ce qu'Harry comprit après que ses yeux se furent habitués à
l'obscurité, des pyjamas de Ron. Il était aussi sûr que les goules étaient généralement
plutôt gluantes et chauves, plutôt que poilus et couverts de boursouflures pourpres.
" C'est moi tu vois" dit Ron
" Non, je vois pas." dit Harry
" Je t'expliquerai quand nous serons de retour dans ma chambre, l'odeur m'écoeure"
dit Ron. Ils descendirent l'échelle, que Ron fit retourner vers le plafond, et
rejoignirent Hermione, qui était toujours en train de trier les livres.
" Une fois que nous serons partis, la goule viendra et vivra ici dans ma chambre" dit
Ron " Je pense qu'elle en est vraiment capable... enfin, c'est difficile à dire, parce que
tout ce qu'elle peut faire c'est gémir et baver, mais elle acquiesce beaucoup quand on
le lui dit. De toute façon, elle va être moi. Bien hein ?"
Harry sembla tout simplement confus
" Ca l'est !" dit Ron, manifestement frustré qu'Harry ne saisisse pas l'intelligence du
plan. " Regarde, comme tous les trois nous ne retournons pas à Poudlard, tout le
monde va penser qu'Hermione et moi sommes avec toi, ok ? Ce qui signifie que les
mangemorts iront directement voir nos familles pour savoir s’ils ont des informations
concernant le lieu où nous sommes."
" Mais si tout va bien, on croira que je suis partie avec maman et papa. Beaucoup de
moldus parlent de se cacher en ce moment." dit Hermione
" On ne peut pas cacher ma famille entière, ça semblerait trop louche et ils ne peuvent
pas tous quitter leur travail." dit Ron. " Alors nous allons faire croire que nous
sommes sérieusement malades et moi, ce qui sera mon excuse pour ne pas aller à
l'école. Si quelqu'un vient pour vérifier, maman ou papa pourront toujours montrer la
goule dans mon lit, couverte de pustules. Spattergroit est vraiment contagieux, donc
ils ne voudront pas s'en approcher. C'est pas trop grave s'il ne peut rien dire, parce
que, à ce qui parait, on ne peut plus, une fois que le virus s'est correctement propagé"
" Et ton père et ta mère sont dans ce plan aussi ? " demanda Harry.
" Papa a aidé Fred et George à transformer la goule. Maman… et bien, vous avez vu
comment elle est. Elle ne nous acceptera pas tant que nous n'y sommes pas allés. "
Il y avait un silence dans la chambre, cassé seulement par des sons doux car
Hermione continuait à jeter des livres les uns sur les autres. Ron se reposait en
l'observant, et Harry regardait l'un et l'autre, incapable de dire quoi que ce soit. La
décision qu'ils avaient prise pour protéger leurs familles lui avait fait réaliser, que plus
que toute autre chose, ce qui pourrait avoir lieu, qu'ils allaient vraiment venir avec lui
et qu'ils savaient exactement ce qui étaient dangereux. Il voulait leur dire ce que cela
signifiait pour lui, mais il ne pouvait simplement pas trouver de mots assez forts.
Avec le silence on pouvaient entendre les bruits de Mme Weasley criant quatre étages
en dessous.
« Ginny a laissé probablement un point de la poussière sur un anneau de serviette de
poxy, » indiquait Ron. « Je ne comprends pas pourquoi les Delacour doivent venir
deux jours avant le mariage. »
« La demoiselle d'honneur est la soeur de Fleur. Elle doit être ici pour la répétition, et
elle est trop jeune pour venir toute seule, » dit Hermione, car elle a étudié à fond avec
une dame blanche.
« Bien, les invités ne vont pas aider les énormes efforts de maman, » dit Ron.
« Ce que nous devons vraiment décider, c'est » dit Hermione, jetant la théorie
magique défensive dans le casier sans un second regard et prenant une évaluation
d'éducation magique en Europe,
« Où nous irons après que nous soyons partis d'ici. Je sais que tu as décidé d'aller à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Godric's Hollows d'abord, Harry, et je comprends pourquoi, mais… bon… ne
devrions nous pas faire des Horcruxes notre priorité ? »
« Si nous savions où était l'un des Horcruxes, je serais d'accord avec toi, » dit Harry,
qui se demandait si Hermione avait vraiment compris son désir de retourner à
Godric's Hollows. Les tombes de ses parents étaient seulement une partie de cette
raison. Il avait une sensation inexplicable que cet endroit avait des indications à lui
apporter. Peut-être était-ce simplement parce que c'était là qu'il avait survécu à
l'attaque de Voldemort. Maintenant qu'il relevait le défi de répéter l'exploit, Harry
était décidé à retourner à l'endroit où cela s'était produit pour ainsi comprendre.
« Vous ne pensez pas que Voldemort n'a pas déjà pensé à cette hypothèse en mettant
en surveillance Godric's Hollows ? » demanda Hermione. « Il pourrait prévoir que tu
décides d'y retourner pour visiter les tombes de tes parents une fois que tu seras libre
pour aller là où tu veux? »
Harry n'avait pas pensé à cela. Tandis qu'il cherchait à trouver un argument contraire,
Ron parlait à voix haute, suivant sa façon de pensée.
« Cette personne R.A.B.» dit-il. « Vous savez, qui est cette personne qui a volé le vrai
collier? »
Hermione inclina la tête.
« Il dit dans sa note qu'il allait le détruire, ne l'a t il pas fait ? »
Harry traîna son sac à dos vers lui et en sorti le faux Horcruxe dans lequel la note de
R.A.B. était encore pliée.
« J'ai volé le vrai Horcruxe et j'ai l'intention de le détruire dès que je pourrai.' » Harry
le relu.
« Bien, l'a t-il détruit? »dit Ron.
« Ou elle. » s'interposa Hermione.
« Il dit Celui qui » indiqua Ron. « Et cela nous en ferait un en moins à chercher ! »
« Oui, mais nous allons toujours devoir essayer de trouver le vrai collier, n'est ce pas
? » dit Hermione, « pour découvrir s'il a été détruit. »
« Et une fois que nous mettrons la main dessus, comment détruira-t-on l'Horcruxe ? »
demanda Ron.
« Et bien, j'ai fais des recherches sur cela » dit Hermione,
« Comment ? » demanda Harry. « Je n'ai pas pensé qu'il y avait des livres sur les
Horcruxes dans la bibliothèque ? »
« Il n'y en avait pas, » dit Hermione, qui avait tourné au rose. « Dumbledore les a tous
enlevés, mais il ne les a pas détruits. » Ron se reposait directement, avec l’oeil
écarquillé.
« Comment au nom du pantalon de MERLIN nous allons pouvoir obtenir de nos
mains ces livres d'Horcruxes ? »
« Il ne les a pas volés ! » dit Hermione, regardant Harry et Ron avec un air de
désespoir. « Ils sont toujours des livres de bibliothèque, même si Dumbledore les
avait pris outre des étagères. Quoi qu'il en soit, s'il ne voulait vraiment pas que
n'importe qui en eût après eux, je suis sûr qu’il les aurait rendus? Encore plus
introuvables - »
« Elle marque un point ! » dit Ron.
« Ben… c'était facile » dit Hermione, dans une petite voix. « J'ai juste fait un sortilège
simple. Vous connaissez - Accio. Et ils sont sortis juste par la fenêtre d'étude de
Dumbledore jusqu'au dortoir des filles. »
« Mais quand as-tu fait ça? » demanda Harry, à Hermione avec un mélange
d'admiration et d'incrédulité.
« Juste après l'enterrement de Dumbledore, » indiqua Hermione d’une voix encore
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
plus petite. « Après que nous ayons convenus que nous quitterions l'école et irions
rechercher les Horcruxes. Quand je suis retournée en haut pour chercher mes affaires,
je me suis dis que plus nous en connaîtrions sur eux, mieux ce serait et j'étais toute
seule dans le dortoir alors j'ai essayé… et ça a marché. Ils sont passés directement par
la fenêtre ouverte et je les ai emballés. »
Elle avala sa salive et dit en priant, «Je pense que Dumbledore ne serait pas fâché en
sachant que nous avons ces livres, ce n'est pas comme si nous allions utiliser ces
livres pour faire un Horcruxe, n’est ce pas? »
« Et tu crois que nous allons nous plaindre ? » dit Ron. « Où sont ces livres de toute
façon ? »
Hermione fouilla pendant un instant dans son sac et en sorti une grande pile de larges
volumes, faits en cuir noir fané. Elle les regarda avec tristesse et les ouvrit
délicatement comme s’ils étaient récemment morts.
« C'est celui qui donne des instructions explicites sur la façon de faire un Horcruxe.
Secrets de la magie noire - c'est un livre horrible, vraiment terrible, plein de magie
noire. Je me demande quand Dumbledore l'a enlevé de la bibliothèque. … sûrement
une fois qu’il était devenu le directeur de Poudlard, je parie que Voldemort a obtenu
toutes les informations dont il avait besoin là dedans. »
« Pourquoi a-t-il dû demander à Slughorn comment faire un Horcruxe, s'il avait déjà
lu ? » demanda Ron.
« Il a seulement approché Slughorn pour découvrir ce qui se produirait si vous
coupiez votre âme en sept » dit Harry. « Dumbledore était sûr que Voldemort avait
déjà su faire un Horcruxe avant qu'il n’ait demandé à Slughorn. Je pense que tu as
raison, Hermione, il pouvait avoir lu l'information bien avant. »
« Et j’ai déjà commencé à en savoir un peu plus sur eux » dit Hermione, « Cela
semble horrible, et j’ai du mal à croire qu’il en ai fait six. Le livre avertit qu’il est très
dangereux de détacher un bout de votre âme, juste pour faire un Horcruxe ! »
Harry se rappelait que Dumbledore avait indiqué au sujet de Voldemort qu’il disait au
delà « du mal habituel. »
« Et on ne peut plus rebrousser chemin après ? »Demanda Ron.
« Non » dit Hermione avec un sourire creux, « Mais c’est atrocement douloureux »
« Pourquoi ? Comment ça se fait ? » demanda Harry.
« Les remords» indiqua Hermione. « Tu ressens vraiment ce que tu viens de faire. Il y
a une apostille. Apparemment la douleur est telle, qu’elle peut vous détruire. Je ne
peux pas voir Voldemort l'essayer d’une façon ou d'une autre, vous y croyez-vous ? »
« Non, » dit Ron, avant qu’Harry réponde. « Bien, expliquent-ils comment détruire
les Horcruxes dans ce livre ? »
« Oui, » dit Hermione, tournant maintenant les pages fragiles comme si c’était des
entrailles de décomposition, « parce qu'il avertit les magiciens sombres combien ils
doivent faire de sortilèges sur eux. De tous ce que j'ai lu, ce qu’à fait Harry au journal
intime de Jedusor était l'une des quelques manières pour détruire un Horcruxe. »
« Le poignarder avec un crochet de Basilic? »demanda Harry.
« Génial, nous avons un si grand stocks de crochet de basilic,» dit Ron ironique. « Je
me demandais ce que nous allions faire avec eux. »
« Ce n’est pas obligatoirement un crochet de basilic» dit Hermione patiemment. «
Cela doit être quelque chose de très puissant pour que l’Horcruxe ne puisse pas être
réparé. Il existe un antidote au venin de basilic, mais il est incroyablement rare - »
« - Fumseck bien sur» dit Harry, inclinant la tête.
« Exactement» dit Hermione. « Notre problème est qu'il y a très peu de substances
aussi destructrices que le venin de basilic, et il est tout aussi dangereux de le porter
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sur soi. C'est un problème que nous allons devoir résoudre, bien que, pour que l’on
casse, brise, ou écrase un Horcruxe. Ce ne sera pas tout. Vous devez le mettre hors
d’état de réparation magique. »
« Mais si nous détruisons la chose qui vit dedans » dit Ron, « pourquoi le bout d’âme
ne peut-il pas entrer dans un autre objet ? »
« Puisqu'un Horcruxe est l'opposé complet d'un être humain. » Voyant que Harry et
Ron la regardait complètement confus, Hermione rechercha. « Regardez, si vous
preniez une épée en ce moment, Ron, et à travers celle-ci tu n’endommagerais pas ton
âme du tout. »
» Génial quel réconfort » dit Ron. Harry rit.
« C’est vrai! Mais mon point de vue est que si celui-ci arrive à votre corps, votre âme
survivra et restera intacte » dit Hermione. « Mais c'est le contraire avec un Horcruxe.
Le fragment de l'âme à l'intérieur dépend de son récipient, son corps enchanté, pour la
survie. Il ne peut pas exister sans lui. »
« Cette sorte de journal intime mourait quand je l'ai poignardé, » dit Harry, se
rappelant l'encre verser comme le sang des pages perforées, et des cris perçants du
morceau de l'âme de Voldemort pendant qu'il disparaissait. »
« Et une fois que le journal intime est correctement détruit, le peu d'âme emprisonné
dedans ne peut plus exister. Ginny a essayé de se débarrasser du journal intime avant
que tu ne le fasses, en le noyant, mais évidemment il est resté comme neuf. »
« Elle était possédée » dit Ron, fronçant les sourcils. « Le peu d’âme que ce journal
intime possédait, était de Ginny, n'est-ce pas? Comment cela est possible? »
« Tant que le récipient magique est encore intact, le peu d'âme à l'intérieur peut se
déplacer dans ou hors de quelqu'un s'ils deviennent trop proches de l'objet. Je ne peux
pas donner plus d’informations pour le moment, il n'y a rien à faire contre le toucher»
ajouta-t-elle avant que Ron puisse parler. « Je veux dire qu’avec l’émotion, Ginny a
laissé parler son coeur dans ce journal intime, elle s'est rendue incroyablement
vulnérable. Vous avez des ennuis si vous êtes trop affectueux avec la personne en
charge de l’Horcruxe. »
« Je me demande comment Dumbledore a détruit l'anneau? » dit Harry. « Pourquoi je
ne lui ai pas demandé ? Je n’y avais jamais pensé »
Sa voix traînait loin. Il pensait à toutes les choses qu'il n’avait pas demandées à
Dumbledore, et de la façon dont, le directeur était mort, il semblait à Harry qu'il avait
gaspillé tant d'occasions quand Dumbledore était vivant d'en découvrir plus… pour
découvrir tout…
Le silence se brisa lorsque que la porte de la chambre à coucher s’ouvrit avec un choc
contre le mur. Hermione poussa des cris perçants et laissa tomber des secrets de la
magie noire ; Pattenrond striait sous le lit, sifflant avec indignation ; Ron sauta sur le
lit, en marchant sur un emballage de chocogrenouilles, et se cogna la tête sur le mur
opposé ; et Harry instinctivement plongea sur sa baguette magique avant de se rendre
compte qu'au-dessus, Mme Weasley, dont les cheveux bouclés et dont le visage était
contorsionné par la fureur.
« Je suis désolée de casser votre conversation sûrement très intéressante »dit-elle,
d’une voix tremblante. « Je suis sûr que vous avez assez récupérés…il y a des
présents de mariage empilés dans ma chambre qui ont besoin d’être trié et j'ai comme
l’impression, que vous avez acceptés de m’aider. »
« Oh oui, » dit Hermione, la regardant terrifiée pendant qu'elle se mettait debout. «
Nous… nous sommes désolés… »
Avec un regard de désolation Harry, Ron et Hermione se dépêchèrent de sortir de la
salle après Mme Weasley.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« On devrait avoir un elfe de maison » se plaignit Ron à voix basse, massant toujours
sa tête en suivant Harry. « Excepté sans la satisfaction professionnelle. Plus tôt le
mariage sera fini, plus heureux, je serai. »
« Ouais, » dit Harry, « alors nous n'aurons rien à faire, excepté la recherche des
Horcruxes. …. Il aura lieu pendant les vacances ? »
Ron commença à rire, mais à la vue de l'énorme pile de présents de mariage les
attendant dans la pièce de Mme Weasley, ils s’arrêtèrent brusquement.
Les Delacours arrivèrent le matin suivant à onze heures. Harry, Ron, Hermione et
Ginny se sentaient tout à fait irrités envers la famille de Fleur d’arriver à cette heure ;
et ils étaient chanceux, Ron mettait des chaussettes pour être assorti à sa tenue, et
Harry essaya d'aplatir ses cheveux. Une fois que tous étaient prêts, ils se
rassemblèrent dehors dans l'arrière-cour ensoleillée pour attendre les visiteurs. Harry
n'avait jamais vu l'endroit si bien rangé. Les chaudrons rouillés et les vieilles bottes de
Wellington qui étaient habituellement très sales, n’étaient plus à côté de la porte de
derrière, remplacés par deux nouvelles plantes à Pipaillon de chaque côté de la porte
dans de grands pots. Bien qu'il n'y ait aucune brise, les feuilles ondulaient
paresseusement, donnant des ondulations attrayantes. Les poulets étaient enfermés au
loin, le yard avait été balayé, et le jardin voisin avait été taillé, et bien refait, bien
qu’Harry l’aimait dans son état envahi, il regardait plutôt désespérément s’il n’y avait
de gnomes de jardin.
Il avait oublié combien de sortilèges de sécurité avaient été placés sur le terrier par
l'ordre et le ministère ; tout ce qu'il savait c'est qu'il n'était plus possible pour
quiconque de voyager par magie directement à cet endroit. Mr.Weasley était donc allé
rencontrer les Delacours sur une colline voisine, où ils devraient arriver par portoloin.
Le bruit de leur approche était un rire exceptionnellement aigu, qui s'est avéré venir
de Mr. Weasley, qui apparu, chargé de bagages et avec une belle femme blonde,
passant à travers les feuilles avec de longues robes vertes, qui devait être la mère de
Fleur.
« Maman ! » pleura Fleur, se précipitant en avant pour l'embrasser. « Papa ! »
Monsieur Delacour était moins attirant que son épouse ; il était plus petit et se tenait
droit, arborant une barbe noire. Cependant, il semblait de bonne composition.
Se retournant vers Mme Weasley, il l'embrassa deux fois sur chaque joue.
« Vous avez eu beaucoup d'ennuis » dit-il d'une voix profonde. « Fleur nous a indiqué
le fonctionnement de protection. »
« Oh, ce n'était rien, rien ! » dit Mme Weasley. « Aucun ennui du tout ! »
Ron soulageait ses sentiments en visant un gnome qui scrutait dehors par derrière de
la nouvelle plante à Pipaillon.
« Chère dame ! » dit Monsieur Delacour, tenant toujours la main de Mme Weasley
entre les siennes.
« Nous sommes honorés de l'union de nos deux familles ! Laissé-moi vous présenter
mon épouse, Apolline. »
Madame Delacour glissa en avant et se pencha pour embrasser Mme Weasley.
« Enchantée, » dit-elle. « Votre mari nous a raconté des histoires très amusantes! »
Mr. Weasley eu un fou rire ; Mme Weasley lui jeta un regard, qu'il le rendit
immédiatement silencieux et avec une expression d'un ami étroit.
« Et, naturellement, vous avez déjà rencontré ma fille, Gabrielle ! » dit Monsieur
Delacour.
Gabrielle ressemblait à Fleur mais plus petite ; elle avait onze ans, avec des cheveux
blonds et argentés, elle donna à Mme Weasley un sourire éblouissant et la prit dans
ces bras, puis jeta à Harry un regard rougeoyant, en battant des cils. Ginny s'éclaircit
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
bruyamment la gorge.
« Bien, entrez donc ! » dit Mme Weasley brillamment, et elle conduit les Delacour
dans la maison, avec beaucoup de « non, SVP ! » et « après toi ! » et « pas du tout ! ».
Les Delacours, étaient des invités utiles et plaisants. Ils étaient heureux d'aider aux
préparations pour le mariage. Monsieur Delacour prononça « Charmantes demoiselles
d'honneur ! » Madame Delacour faisait des charmes ménagers afin de nettoyer
correctement le four; Gabrielle suivait sa soeur plus âgée, essayant de l'aider de
quelque façon qu'elle pourrait et parler au loin en français rapidement.
En bas, le terrier n'était pas construit pour recevoir tant de personnes. M. et Mme
Weasley dormaient maintenant dans le salon, malgré les protestations de Monsieur et
de Madame Delacour insistant qu'ils reprennent leur chambre à coucher. Gabrielle
dormait avec Fleur dans la vieille pièce de Percy, et Bill partagera avec Charlie, son
témoin, une fois que Charlie arrivera de Roumanie. Les occasions de faire des plans
ensemble devenaient pratiquement inexistantes, et cela désespéraient Harry, Ron et
Hermione qui avaient choisis de nourrir les poulets juste pour échapper à la maison
surchargée.
« Mais elle ne nous laissera jamais seuls ! » gronda Ron, et leur deuxième tentative de
réunion en cours fut ratée car Mme Weasley était apparue portant un grand panier de
blanchisserie dans ses bras.
« Oh, bien, vous avez nourris les poulets » elle les appela en approchant. « Nous
devrions les enfermer avant que les hommes arrivent demain… pour mettre le
chapiteau pour le mariage, » expliqua-- elle, faisant une petite pause contre le
poulailler.
Elle semblait épuisée. « Les chapiteaux magiques de Millamant…sont très bons. Bill
les escorte. …. Vous devriez rester à l'intérieur tant qu'ils seront ici, Harry. Je dois
dire que tu compliques l'organisation du mariage, avec tous ces enchantements de
sécurité autour de l'endroit. »
« Je suis désolé » dit Harry humblement.
« Oh, ne sois pas idiot ! » dit Mme Weasley immédiatement. « Je n'ai pas voulu dire
ça ! Ta sûreté est beaucoup plus importante ! En fait, j'avais voulu te demander
comment tu veux célébrer ton anniversaire, Harry. Dix-sept ans, après tout, c'est un
jour important. … »
« Je ne veux pas grand chose » dit Harry rapidement, envisageant la contrainte
additionnelle que ceci leur ajouterait en plus. « Vraiment, Mme Weasley, juste un
dîner normal…. C'est le jour avant le mariage. … »
« Oh, bien, si tu es sûr. J'inviterai Remus et Tonks, si tu veux ? Et que dirais-tu
d'Hagrid ? »
« Ce serait génial » dit Harry. « Mais je ne veux pas que cela vous cause d'ennui. »
« Pas du tout, pas du tout…. Aucun ennui. … »
Elle le regarda, un long moment, puis le regarda dans les yeux, puis sourit un peu
tristement, se redressa, et marcha au loin. Harry observa pendant qu'elle ondulait sa
baguette magique près de la ligne de linge, et les vêtements humides se levèrent dans
les airs pour s'accrocher vers le haut, et soudainement il sentit une grande vague de
remords le déranger et lui faire mal.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
C
H
A
T
R
E
M
B
L
E
D
O
R
E
CH
HA
APPPIIIT
TR
RE
E 77 :: L
LAAA VVVOOOLLLOOONNNTTTEEE DDD''A
ALLLBBBUUUSSS D
DUUUM
MB
BL
LE
ED
DO
OR
RE
E
Il marchait le long d'une route de montagne dans la lumière bleue et fraîche de l'aube.
Non loin de là, enveloppée dans la brume, s’étendait l’ombre d’une petite ville.
L'homme qu'il pouvait sentir d'ici , l'homme dont il avait tellement besoin qu’il ne
pouvait penser a rien d’autre, l'homme qui détenait la réponse, la réponse à son
problème… ?
« Ohé, reveille toi. »
Harry ouvrit les yeux. Il était encore etendu dans le lit de camp de Ron. Le soleil ne
s'était pas encore levé et la chambre était encore sombre. Coquecigrue était endormi,
sa tête sous son aile minuscule. La cicatrice sur le front de Harry picotait.
« Tu murmurais dans ton sommeil. »
« c’est vrai ? »
« Ouais. « Gregorovitch. » t’as pas cessé de dire « Gregorovitch. » «
Harry ne portait pas ses lunettes ; Le visage de Ron apparaissait légèrement brouillé.
« Qui est Gregorovitch ? »
« Sais pas » « Cest toi qui le disait »
Harry se frotta le front, reflechissant. Il avait la vague impression d’avoir deja
entendu ce nom auparavant, mais il n’aurait su dire où.
« Je pense Voldemort le cherche. »
« pauvre gars, » dit Ron vivement.
Harry se redressa, frottant toujours sa cicatrice, maintenant parfaitement éveillée. Il
essaya de se rappeler exactement ce qu'il avait vu dans le rêve, mais tout ce qui lui
revenait étaient un horizon montagneux et le contour du petit village au sein d’une
vallée profonde.
« Je pense qu'il est à l'étranger. »
« Qui, Gregorovitch ? »
« Voldemort. Je pense qu'il est quelque part à l'étranger, en train de chercher
Gregorovitch. Ca ne ressemblait a aucun lieu en Grande-Bretagne. «
« Tu recommences encore à voir dans son esprit ? »
Ron paraissait inquiet.
« Fais-moi une faveur et ne le dit pas à Hermione, » dit Harry. « Alors qu’elle
s’attend à ce que je cesse de voir des trucs dans mon sommeil… »
Il a regardé fixement vers le haut la petite cage de Coquecigrue, réfléchissant…
pourquoi le nom de « Gregorovitch » lui était familier ?
« Je pense, » il dit-il lentement, « il a quelque chose a voir dans le Quidditch. Il y a un
certain lien, mais je ne peux pas--Je ne peux pas dire lequel. «
« le Quidditch ? » ldit Ron. « Tu ne pense pas à Gorgovitch ? »
« Qui ? »
« Dragomir Gorgovitch, poursuivant, transféré aux Canons de Chudley pour un
salaire records depuis 2 ans. Le détenteur du record pour le plus grand nombres de
buts de souafle en une saison. «
« non, » dit Harry. « Je ne pense certainement pas à Gorgovitch. »
« J'essaye pas non plus, » dit Ron. « Bien, joyeux anniversaire de toute façon. »
« Wow -- c'est vrai, j'avais oublié ! J'ai dix-sept ans ! «
Harry saisit la baguette magique qui se trouvait près de son lit de camp, se dirigea
vers le bureau encombré où il avait laissé ses lunette, et dit, « Accio lunettes! » Bien
qu'elles étaient a quelques centimètre de distance, il y avait quelque chose de
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
satisfaisant a la vue de les voir voler vers lui , du moins jusqu'à ce qu’elles heurtent
son oeil.
« Trop facile, » renifla Ron.
Se révélant à la disparition de la Marque, Harry envoya les objet de Ron voler à
travers la pièce, réveillant Coquecigrue qui flotta enthousiasmé autour de sa cage.
Harry essaya aussi de faire le noeud de ses chaussures par magie (le noeud qui en
résultat pris plusieurs minutes a être défait) et, purement pour le plaisir, changea les
robes orange du poster des Canons de Chudley en bleu vif.
« J’exécuterait tes vols à la main, mais bon » avisa Ron à Harry, riant sous cape
quand Harry se tourna vers lui. « Voila ton cadeau. Ouvre le dans les air, c’est pas
pour les yeux de ma mère. «
« Un livre ? » dit Harry quand il pris le colis rectangulaire. « C’est un peu loin de la
tradition, n'est-ce pas? »
« Ce n'est pas un livre ordinaire, » dit Ron. « C’est de l’or pur : Douze manières
fiables de charmer des sorcières. Explique tout ce que tu veux savoir des filles. Si
seulement j'avais eu ça l’année dernier j'aurais su exactement comment me
débarrasser de lavande et su comment sortir avec… Bien, Fred et George m'ont donné
un exemplaire, et j'en ai beaucoup appris. Tu serrais étonné, ce n’est pas du tout au
sujet du travail de baguette, non plus. «
Quand ils arriverent dans la cuisine ils trouverent une pile de cadeaux qui attendait
sur la table. Bill et Monsieur Delacour finissaient leurs petits déjeuners, alors que
Mme. Weasley bavardait avec eux par-dessus sa poêle à frire.
« Arthur m'a dit de te souhaiter un joyeux dix septième anniversaire, Harry, » dit
Mme. Weasley, rayonnante. « Il a dû partir tôt pour le travail, mais il sera de retour
pour le dîner. C'est notre cadeau qui est au dessus. «
Harry s'assit, prit le colis carré qu'elle lui avait indiqué, et le déballa. À l'intérieur il y
avait une montre très semblable a celle qu’ils avaient offerts pour les 17 ans de Ron ;
elle était en or, avec des étoile dans cadrant a la place des aiguilles.
« C’est une tradition d’offrir à un sorcier une montre lorsqu’il atteint l’âge, » dit
Mme. Weasley, l'observant anxieusement près de la cuisinière. « J'ai bien peur que
celle-ci ne soit pas nouvelle comme celle de Ron, elle appartenait a mon frère Fabian
et il ne faisait pas attention du tout a ses biens, elle est un peu bosselé sur le dessus,
mais-- »
Sa phrase se perdit.
Harry se leva et l'étreignit. Il essaya de mettre beaucoup des choses qui étés
inexprimées dans l'étreinte, et peut être les a-t-elle comprises, parce qu'elle tapota sa
joue maladroitement lorsqu'il la libéra, elle ondula alors sa baguette magique d'une
manière légèrement aléatoire, causant la chute de la moitié du paquet de bacon de la
poêle sur le sol.
- " Joyeux anniversaire, Harry ! " dit Hermione, s'empressant d'entrer dans la cuisine
pour ajouter son propre présent au dessus de la pile. " C'est pas grand chose mais
j'espére que tu appréciera, que lui as-tu offert ? " ajouta t'elle à l'adresse de Ron, qui
ne sembla pas l'avoir entendue.
- " Allez, ensuite, c'est à celui d'Hermionne ! " s'exclama Ron
Elle lui avait offert un nouveau Sneakoscope . Les autres paquets contenaient un
rasoir magique venant de Bill et Fleur ( " Ah oui , il te donnera le rasage le plus doux
qui soit " lui assurait Monsieur Delacour " , mais tu dois lui dire très clairement ce
que tu veut.... sinon tu pourrais constater que tu as un peu moins de cheveux que tu ne
le voudrais " ) , des chocolats offerts par les parents Delacour et une énorme boite
venant de la boutique de Fred et George .
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Harry, Ron, et Hermione ne s'attardèrent pas à table, car l'arrivée de Madame
Delacour, Fleur, et Gabrielle eu comme conséquence de sur peupler la cuisine .
-" J'emballerai ça pour toi, " dit Hermione gaiement, en prenant les cadeaux des bras
de Harry pendant que tout trois remontaient à l'étage. " C'est presque fini, je dois juste
attendre que le reste de tes sous-vêtements soit propre, Ron- ... "
Le bredouillement de Ron fut interrompu par l'ouverture d'une porte au premier étage
.
-" Harry, tu veut bien entrer un instant ? "
C'était Ginny. Ron s'immobilisa subitement, mais Hermione pris Harry par le coude et
la poussa vers le haut des escaliers . Se sentant nerveux, Harry suivi Ginny dans sa
chambre.
Il n'était jamais entré auparavant. C'était petit, mais lumineux. Il y avait un grand
poster du groupe magique les Bizarr Sisters sur un mur, et une photo de Gwenog
Jones, capitaine de l'équipe de Quidditch les Harpies de Holyhead, sur l’autre. Un
bureau se tenait en face de la fenêtre ouverte, de laquelle on pouvait apercevoir le
verger où lui et Ginny avaient par le passé joué un deux-contre-deux contre Ron et
Hermionne, dans une partie de Quidditch. Et qui maintenant hébergeait un
majestueux chapiteau nacré de blanc . Le drapeau doré se trouvant au-dessus était au
même niveau que la fenêtre de Ginny.
Ginny leva les yeux vers le visage de Harry, pris un souffle profond, et dit " Bon
anniverssaire Harry "
-" Ouais...merci "
Elle le regardait fixement, lui cependant, trouvait difficile de lui retourner son regard,
c'était comme s’il était observé dans une lumière éblouissante).
" Belle vue " dit il faiblement en montrant la fenêtre .
Elle l’ignora. Il ne pourrait pas la blâmer.
-"Je ne sais pas quoi t'offrir", dit-elle
-" Tu n'as pas besoin de m'offrir quoi que ce soit "
Elle ne tint pas compte de cette remarque aussi.
-" Je ne savais pas ce qui pourrait être utile. Rien de trop grand, parce que tu n'aurais
pas pu le prendre avec toi . "
Il prit le risque d'un coup d'oeil vers elle. Elle ne pleurait pas, c'était l'une des
nombreuses qualités de Ginny, elle n'était pas pleurnicharde. Il avait parfois pensé
qu'avoir six frères avait dû la renforcer.
Elle se rapprocha un peu plus de lui .
-" Donc j'ai pensé , je voudrais que tu aies quelque chose qui te rappelle moi, tu sais,
si tu rencontres une quelconque vélane lorsque tu iras faire tout ce que tu as à faire "
« Je pense que tu auras beaucoup de belles occasions de le faire, pour être honnête . »
« C’est l’occasion en or que je cherchais, chuchota-t-elle, et alors elle l'embrassa
comme elle ne l'avait jamais embrassé auparavant, et Harry l'embrassait en retour, et
c'était plus divin état d’oubli que le Whisky pur feu ; elle était la seule vraie chose
dans le monde, Ginny, son odeur, dans son dos et leur longueur, l'odeur agréable de
ses cheveux-La porte s’ouvrit a la volée et ils sautèrent loi l’un de l’autre.
« Oh, » dit Ron de façon cinglante. « Désolé. »
« Ron ! » Hermione était juste derrière lui, légèrement hors d’haleine. Il y eu un
silence tendu, alors que Ginny dit d’une petite voix plate,
« , joyeux anniversaire de toute façon, Harry. »
Les oreilles de Ron étaient écarlates ; Hermione semblait nerveuse. Harry voulu leur
claquer la porte au visage, mais elle se sentit comme si il avait une douche froide
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
lorsque la porte s’était ouverte, et son instant brillant avait éclaté comme une bulle de
savon. Toutes les raisons du monde de finir sa relation avec Ginny, pour rester loin
d’elle, semblaient avoir fondu dans cette chambre, et avec Ron tous ses souvenirs
heureux étaient parti.
Il regarda Ginny, voulant dire quelque chose, bien qu'il su a peine quoi, mais elle lui
avait tourné le dos. Il pensa qu'elle pouvait avoir cédé, pour une fois, aux larmes. Il ne
pourrait rien faire pour la soulager devant Ron.
« Je te verrai plus tard, » dit-il, et suivi les deux autres deux hors de la chambre.
Ron descendit les escaliers, traversa l’etroite cuisine et la cour, suivi par Harry qui
avait gardé la silence pendant tout le trajet, Hermione trottinant derrière semblant
effrayée.
Une fois qu'il atteignait la retraite de la pelouse fraîchement tondu, Ron s’en prit à
Harry.
« Tu l'as traîné dans la boue. Qu’est ce que tu fais maintenant, à la chambouler ? «
« Je ne la chamboule pas, » dit Harry, alors qu’Hermione les rattrapait.
« Ron-- »
Mais Ron leva une main pour lui faire signe de se taire.
« Elle était vraiment anéantie quand tu as rompu-- »
« Comme je l’ai été. Tu sais pourquoi j’ai arrêté ça, et ce n’était pas parce que je le
voulais. «
« Ouais, mais tu vas encore la remettre dans tous ses états maintenant alors qu’elle
recommençait a trouver de l’espoir-- »
« Elle n'est pas idiote, elle sait que ça ne peut pas se produire, elle ne s’attend pas a ce
que nous—nous finissions mariés, ou-- »
Alors qu’il disait ça, une image vivante se forma dans l’esprit de Harry de Ginny dans
une robe blanche, épousant un étranger grand, sans visage, et désagréable.
Dans un moment d’étourdissement, cela sembla le frappé : Son futur à elle était libre
et non chargé, tandis que dans le sien… il ne pouvait rien voir d’autre que Voldemort.
« Tu as laissé passé toutes les chances avec elle-- »
« Cela ne se reproduira plus, » dit durement Harry. C’était un jour sans nuages, mais
il se sentait comme si le soleil s’en était allé. « Ok ? »
Ron sembla moitié irrité, moitié contrarié ; il chancela en arrière et se balança sur ses
pieds pendant un moment, et dit, « Très bien, bon, c’est… ouais. »
Ginny ne chercha pas un autre tête à tête avec Harry durant le reste de la journée, elle
ne montra pas non plus par un quelconque regard ou attitude qu’ils avaient eu une
conversation plus que polie dans sa chambre. Néanmoins, l'arrivée de Charlie apparu
comme un soulagement pour Harry. Cela lui procura une distraction, de voir Mme
Weasley forcer Charlie a s’asseoir dans une chaise, levant sa baguette magique
menaçante, et annonçant qu'il était sur le point d'avoir enfin une coupe de cheveu
digne de ce nom.
Pour le dîner d’anniversaire d’Harry la cuisine du Terrier avait été tirée a son
maximum brisant ses limites : avant même l'arrivée de Charlie, de Lupin, de Tonks, et
de Hagrid, plusieurs tables avaient été dressées d ‘un bout a l’autre du jardin. Fred et
George enchantèrent un certain nombre de lanternes pourpres affichant toutes le
nombre 17, pour danser dans le ciel au dessus des invités. Grâce aux soins de Mme
Weasley, la blessure nette et propre, mais Harry n'était pas encor habitué au trou
sombre sur le côté de sa tête, en dépit des nombreuses plaisanteries des jumeaux à ce
sujet.
Hermione fit émerger des flammes or et pourpre à l’extrémité de sa baguette et se
dispersèrent artistiquement au-dessus des arbres et des buissons.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Joli, » dit Ron, alors que le bouquet final faisait éruption au bout de sa baguette,
Hermione fit changer en or les feuilles d’un pommier sauvage. « Tu as vraiment le
don pour ce genre de chose. »
« Merci, Ron ! » dit Hermione, semblant tous deux heureux et confus. Harry se
retourna, souriant à lui-même. Il avait la drôle d’impression qu'il trouverait un
chapitre sur les compliments quand il trouverait le moment de lire son exemplaire de
« Douze manières fiables pour charmer des sorcières » ; il attira l'attention de Ginny
et lui sourit avant de se rappeler sa promesse à Ron et commença à la hâte une
conversation avec Monsieur Delacour.
« Place, place ! » cria Mme. Weasley, passant par la porte avec ce qui semblait être un
géant Vif d’or de la taille d’un ballon de plage flottant devant elle. Quelques secondes
plus tard Harry se rendu compte que c'était son gâteau d'anniversaire, que Mme.
Weasley faisait voler avec sa baguette, plutôt que de prendre le risque de le
transporter marchant sur un sol irrégulier. Quand le gâteau atterri finalement au
milieu des invités, Harry dit,
« C’est impressionnant, Mme. Weasley. «
« Oh, ce n’est rien, mon chéri, » dit-elle tendrement. Au-dessus de son épaule, Ron
leva son pouce vers Harry en signe d’encouragement, Bon signe.
A sept heures tous les invités étaient arrivés, conduits dans la maison par Fred et
George, qui les avaient attendus à l'extrémité de la ruelle. Hagrid avait honoré
l'occasion en portant son meilleur, et horrible, costume marron et velu. Bien que le
Lupin ait souri pendant qu'il secouait la main de Harry, Harry pensa qu’il avait l’air
plutôt malheureux. C’était vraiment étrange ; Tonks, près de lui, semblait simplement
radieuse.
« Joyeux anniversaire, Harry, » dit-elle, l'étreignant étroitement.
« Dix-sept ans, hein ! » dit Hagrid alors qu’il acceptait le verre de vin de la taille d’un
tonneau que Fred lui tendait. « Six ans depuis l’jour ou nous sommes rencontré,
Harry, tu t’rapelles ? »
« Vaguement, » dit Harry, lui souriant. « N’as-tu pas exploser la porte d’entrée,
donner à Dudley une queue de cochon, et revelé que j’étais un sorcier ? »
« tu forge l’détail, » gloussa Hagrid. « Ca va, Ron, Hermione ? »
« Nous allons bien, »dit Hermione. « Et vous ? »
« Arf, pas trop mal. Les casiers occupés, nous avons obtenu des nouveaux-nés de
Licorne. J’te montrerai quand tu r’viendras --« Harry évita les regards fixes de Ron et
d’Hermione pendant qu’ Hagrid fouillait dans ses poches. « Vla Harry – me d’mande
pas comment j’lai obtenu, mais jme suis rappelé d’ca. « Il retira un petit, léger étui en
fourrure avec une cordelette, évidemment prévue pour être porté autour du cou. «
Peaubouricot (Mokeskin ?) . Cache quelque chose là-d’dans et personne d’autre que
l’propriétaire ne pourra le récupérer. C’est rare ces trucs là. «
« Hagrid, merci ! »
« D’rien », » dit Hagrid d’un vague mouvement de sa main de la taille d’un couvercle
de poubelle. « Hey, c’est Charlie! L’ai Toujours aimé lui -- hé ! Charlie ! «
Charlie s’approcha, faisant courir sa main doucement de manière attristée, sur sa
nouvelle et brutale coupe de cheveux. Il était plus petit que Ron, trapu, avec un
certain nombre de brûlures et d'éraflures en haut de ses bras musclés.
« Salut, Hagrid, quoi de neuf ? »
« Tout va bien. Comment va Norbert? «
« Norbert ? »ri Charlie. « Le norvégien a longue queue? Nous l’appelons Norberta
maintenant. «
« Quoi… Norbert est une fille. ? »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
«Ouais, » dit Charlie.
« Comment peux tu le savoir ? » demanda Hermione.
« Elles sont beaucoup plus méchantes, » dit Charlie. Il regarda au-dessus de son
épaule et baissa la voix. « Priez pour que papa se dépêche et rentre ici. Maman
s’énerve de plus en plus. «
Ils se tournèrent tous vers Mme. Weasley : elle essayait de parler à Madame Delacour
tout en jetant des coups d'oeil vers la porte à plusieurs reprises.
« Je pense que nous devrions commencer sans Arthur, » dit-elle dans toute la largeur
du jardin après un moment ou deux. « Il a du être retenu - oh ! »
Ils le virent tous en même temps : une strie de lumière vola à travers la cour et sur la
table, où elle tourna sur elle-même en se matérialisant en une brillante fouine argentée
, qui se tenait sur ses pattes arrières et parla avec la voix de M. Weasley.
«Le Ministre de magie vient avec moi. »
Le Patronus se dissout dans l'air mince, laissant la famille de Fleur se regardant d’un
air dubitatif l’endroit ou il se trouvait.
« Nous ne devrions pas être ici, » dit Lupin immédiatement. « Harry -- Je suis désolé
– Je t’expliquerai ça a un autre moment-- »
Il a saisi le poignet de Tonk et l' écarta ; ils atteignirent la barrière, s’élevèrent audessus
d’ elle, et disparurent du champs de vision Mme. Weasley sembla déconcerté.
« Le ministre -- mais pourquoi--? Je ne comprends pas--«
Mais ce n’était plus le moment de discuter de cela ; une seconde plus tard, M.
Weasley apparu hors de l’air mince de la porte, accompagnée de Rufus Scrimgeour,
immédiatement reconnaissable à sa crinière de cheveux grisonnant.
Les deux nouveaux venus marchèrent dans la cour en direction du jardin et de la table
éclairée de lanterne, où tout le monde était assis dans le silence, les observant plus
méticuleusement. Alors Scrimgeour arriva dans les limites de la lumière des
lanternes. Harry vit qu'il paraissait beaucoup plus âgé que la dernière fois qu’ils
s'étaient rencontrés, maigre et sinistre.
« Désolé pour l’intrusion, » dit Scrimgeour, alors qu’il boitait vers la table avant de
faire une halte. « Surtout maintenant que je me rend compte que j’interromps une fête.
»
Ses yeux s’attardèrent un moment sur le gâteau en forme de Vif d’or.
« Meilleurs voeux. »
« Merci, » dit Harry.
« J'ai besoin de te dire un mot en privé, » Continua Scrimgeour. « En outre avec M.
Ronald Weasley et Mlle Hermione Granger. «
« Nous ? » dit Ron, paraissant étonné. « Pourquoi nous ? »
« Je vous le dirai lorsque nous serons dans un endroit plus privé, » dit Scrimgeour. «
Y a-t-il un tel endroit ? demanda-t-il a M. Weasley.
« Oui, naturellement, » dit M. Weasley, qui semblait nerveux. « Heu, le salon,
pourquoi ne pas l’utiliser ? »
« Vous pouvez montrer le chemin, »dit Scrimgeour à Ron. "Vous n’aurez pas besoin
de nous accompagner, Arthur."
Harry vit Mr. Weasley échanger un regard inquiet avec Mme. Weasley alors que lui,
Ron, et Hermione se levaient. Pendant qu’il remontaient le chemin de la maison,
Harry su que les deux autres pensaient a la même chose que lui ; Scrimgeour devait,
d’une façon ou d'une autre, apprits qu’eux trois projetaient se laisser tomber Poudlard.
Scrimgeour ne parla pendant qu'ils traversaient la cuisine toute sale et le salon du
Terrier. Bien que le jardin ait été plein de lumière dorées du soir, il faisait déjà
sombre ici; Harry effleura de sa baguette des lampes à huile pendant qu'il entrait et
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
elles illuminèrent la salle misérable mais confortable. Scrimgeour s'assit dans le
fauteuil affaissé normalement occupé par M. Weasley, laissant Harry, Ron, et
Hermione se serrer côte à côte sur le sofa. Une fois qu'ils furent tous installés,
Scrimgeour parla.
« J'ai quelques questions pour vous trois, et je pense que se serait bien mieux si nous
le faisons individuellement. Si vous deux " -- il se dirigea vers Harry et Hermione -« pouvez attendre en haut, je commencerai par Ronald. »
« Nous n'allons nulle part, » dit Harry, alors qu’ Hermione inclinait la tête
vigoureusement. « Vous pouvez nous parler à nous ensemble, ou pas du tout. »
Scrimgeour lanca un regard à froid à Harry et l’évalua. Harry a eu l'impression que le
ministre se demandait à quel moment il ouvrirait les hostilités.
« Très bien alors, ensemble, » dit-il, gesticulant. Il se racla la gorge. « Je suis ici, je
suis sûr que vous le savez, en raison de la volonté d'Albus Dumbledore. »
Harry, Ron, et Hermione se regardèrent l’un l’autre.
« Une surprise, apparemment ! Vous ne vous rendiez pas compte que Dumbledore
vous avait laissé quelque chose ? «
« Un…à nous trois ? » dit Ron, « moi et Hermione aussi ? »
« Oui, à vous tr…. »
Mais Harry l’interrompu.
« Dumbledore est mort il y à déjà un mois. Pourquoi cela vous a-t-il pris tant de temps
pour nous le dire? “
“N’est ce pas évident?„ dit Hermione, avant que Scimgeour ait pu répondre. « Ils ont
voulu examiner ce qu’il nous a laissé. Vous n'aviez aucun droit de faire cela ! « ditelle,
sa voix tremblant légèrement.
« J'ai tous les droits, » dit Scrimgeour avec dédain. « Le décret de la Confiscation
Justifiable donne au ministère la pouvoir confisquer tout ce qu’il… »
« Cette loi a été créée pour arrêter des sorciers qui faisaient passé des objets du mal, »
dit Hermione, « et le ministère est censé avoir la preuve incontestable que les biens du
défunt sont illégaux avant de les saisir ! Ne ma dites pas que vous avez pu penser
quelque chose de mauvais de Dumbledore? «
« Avez-vous l’intention de poursuivre une carrière en Droit magique, Mlle Granger ?
» demanda Scrimgeour.
« Non, je n’en ai pas l’intention, » répliqua Hermione. « J'espère faire un certain bien
dans le monde ! »
Ron ri. Les yeux de Scrimgeour cillèrent vers lui et encore lorsque Harry pris la
parole.
« Alors pourquoi avez-vous décidé de nous les remettre maintenant ? Vous n’avez pas
réfléchi à un prétexte pour les garder ? «
« Non, c’est parce que le délai de trente et un jour est passé, » dit Hermione
immédiatement. « Ils ne peuvent pas garder ces objets plus longtemps à moins qu'ils
se soient avérés dangereux. N’est ce pas ? «
« Auriez vous dit que vous étiez proche de Dumbledore, Ronald ? » demanda
Scrimgeour, ignorant Hermione. Ron sembla effrayé.
« Je ? Pas -- pas vraiment… C'était toujours Harry qui… «
Ron regarda dans la direction de Harry et Hermione, pour voir Hermione lui adresser
une sorte de « arrête-de-parler-tout-de-suite » regard, mais le mal était déjà fait ;
Scrimgeour le regarda comme s'il avait entendu exactement ce qu'il comptait
entendre. Il sauta comme un oiseau de proie sur la réponse de Ron.
« Si vous n'étiez pas très proche de Dumbledore, comment expliquez-vous le fait qu'il
se soit souvenu de vous dans son testament ? Il a fait exceptionnellement peu de legs
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
personnels. La grande majorité de ses possessions -- sa bibliothèque personnelle, ses
instruments magiques, et d'autres effets personnels -- ont été laissés à Poudlard. Dans
quel but pensez-vous avoir été choisi ? «
« Sais pas je……, » dit Ron. « I… quand je dis nous n'étions proches… je veux dire,
je pense qu’il m’aimait bien… »
« Tu es modeste, Ron, » dit Hermione. « Dumbledore était vraiment affectueux avec
toi. »
Ceci tirait la vérité à son point d’arrêt ; dans la mesure où Harry savait que, Ron et
Dumbledore n'avaient jamais été seuls ensembles, et les contacts directs entre eux
pouvaient se compter sur les doigts d’une main. Cependant, Scrimgeour ne sembla
pas écouter. Il a mis sa main à l'intérieur de son manteau et en sortit une pochette en
fourrure beaucoup plus grande que celle que Hagrid lui avait donné. Il en tira un
rouleau de parchemin qu'il déroula et lu à haute voix.
« « La dernière volonté et le testament d'Albus Percival Wulfric Brian Dumbledore »
… Oui, nous y sommes… « À Ronald Bilius Weasley, je laisse mon « Déluminateur
», dans l'espoir qu'il se rappelle de moi quand il l’utilisera. » «
Scrimgeour pris du sac un objet que Harry avait déjà vu avant : Il ressemblait a
quelque chose près a un briquet argenté brillant, mais il avait, il le savait, le pouvoir
d’absorber toute la lumière d'un endroit, et de la restituer, en un simple clic.
Scrimgeour se pencha en avant et donna le Deluminateur à Ron, qui le prit et le fit
tourner entre ses doigts semblant abasourdi.
« C’est un objet de valeur, » dit Scrimgeour, observant Ron. « Il est peut être même
unique. Certainement de la propre conception de Dumbledore. Pourquoi t’aurait-il
laissé un objet si rare? «
Ron secoua la tête, semblant déconcerté.
« Dumbledore doit avoir enseigné à les milliers d'étudiants, »persista Scrimgeour .
“Pourtant les seules personnes dont il se souvient dans son testament c’est de vous
trois. Pourquoi ça ? Quelle utilisation pensait-il que vous en ferez, M. Weasley ? «
« Eteindre les lumières, j’suppose, » marmonna Ron. « Quoi d’autre pourrais-je en
faire ? »
Évidemment Scrimgeour n'eu aucune suggestion. Après avoir louché vers Ron
pendant un moment ou deux, il se tourna de nouveau vers la volonté de Dumbledore.
« « À Mlle Hermione Jean Granger, je laisse à mon exemplaire des « Contes de
Beedle le barde », dans l'espoir qu'elle le trouvera amusant et instructif. » «
Scrimgeour retira à présent du sac un petit livre qui semblait aussi antique que celui
Des Secrets des arts sombres resté en haut. Sa reluire était sale et écaillée par
endroits. Hermione le pris sans un mot à Scrimgeour. Elle tint le livre par sa
couverture et le regarda fixement. Harry vu que le titre était en runes ; il n'avait jamais
appris à les lire. Pendant qu'il regardait, une larme éclaboussa les symboles de relief.
« Pourquoi pensez vous que Dumbledore vous a laissé ce livre, Mlle Granger ? »
demanda Scrimgeour.
« Il… il savait que j'aimais les livres, « dit Hermione avec une voix pâteuse,
s'essuyant les yeux dans sa manche.
« Mais pourquoi ce livre en particulier ? »
« Je ne sais pas. Il doit avoir pensé que je l'apprécierais. «
« Avez-vous déjà discuté de code, ou de tout moyen pour transmettre des messages
secrets, avec Dumbledore ? »
« Non, jamais, » dit Hermione, continuant a s’essuyer les yeux dans sa manche.
. « Et si le ministère n'a trouvé aucun code caché dans ce livre en trente et un jours, je
doute que j’y parviendrai. »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Elle écrasa une larme. Ils étaient serré l’un contre l’autre tellement étroitement que
Ron eu des difficultés à extraire son bras pour le mettre autour des épaules de
Hermione. Scrimgeour retourna au testament.
« À Harry James Potter, » lut-il, et les entrailles de Harry de contractèrent avec un
soudain excitement, » « je laisse le vif d’or qu'il a attrapé dans son premier match de
Quidditch à Poudlard, en rappel des récompenses de la persévérance et de l’habileté.
»«
Alors que Scrimgeour retirait la minuscule sphère en or de la taille d’une noix, ses
ailes argentées s’agitèrent plutôt faiblement, et Harry ne pouvait pas s’empêcher de
définir le sens d’une chute..
« Pourquoi Dumbledore t’a-t-il laissé ce vif d’or ? » demanda Scrimgeour.
« Aucune idée, » dit Harry. « Pour les raisons que vous avez énumérées à haute voix,
je présume… pour me rappeler ce qu’on peut obtenir si on… persévère et peu importe
quoi d’autre. «
« Vous pensez donc que ceci est un simple souvenir symbolique ? »
« Je suppose oui, » dit Harry. « Qu’est ce pourrait être d’autre ? »
« Je pose les questions, » dit Scrimgeour, décalant son fauteuil plus près du sofa. Le
crépuscule tombait vraiment à l’extérieur à présent ; le chapiteau au delà des fenêtres
dominait d’un banc fantomatique au dessus de la haie.
« J’ai remarqué que la forme de votre gâteau d’anniversaire était celle d’un vif-d’or»
dit Scrimgeour à Harry. « Pourquoi ca ? »
Hermione eu un rire dérisoire.
« OH, ce n’est pas une référence que Harry est un grand attrapeur, c’est évident, » ditelle.
« Il doit y avoir un message secret de Dumbledore caché dans le glaçage ! »
« Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de caché dans le glaçage, » dit Scrimgeour,
« mais voyez vous un vif d’or serait une très bonne cachette pour un petit objet. Vous
savez pourquoi, je n’en doute pas ? «
Harry gesticula, Hermione, cependant, répondi : Harry pensa qu’elle ne pouvait pas
s’empêcher de répondre à une question si profondément ancrée en elle. « Parce que les vifs d’or ont des mémoires de chair, » dit-elle.
« Quoi ? » dirent Harry et Ron ensemble ; tous deux considéraient la connaissance en
Quidditch de Hermione dérisoire.
« Correct, » dit Scrimgeour. « Un vif-d’or n’est pas toucher par une peau nue avant
qu’il ne soit libéré, ni par celui qui la fabriqué, même avec des gants. Il porte un
enchantement grâce auquel il peut identifier le premier humain, qui l’a attrapé avec
ses mains, en cas de capture contestée. Ce vif d’or" -- il pris la minuscule sphère en or
-- « se rappellera de votre contact, Potter.
Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi Dumbledore, qui a eu la compétence
magique prodigieuse, qui avait une prodigieuse compétence magique, aurait pu
ensorceler ce vif d’or pour que toi seul puisses l’ouvrir. »
Le coeur de Harry s’accéléra. Il était sûr que Scrimgeour avait raison. Comment
pouvait-il éviter de prendre le vif d’or a main nue devant le ministre ?
« Vous ne dites rien, » dit Scrimgeour. "Peut être savez pourquoi ce que ce vif d’or
contient"
"Non," dit Harry, se demandant encore comment faire semblant de prendre le vif d’or
sans vraiment le toucher. Si seulement il connaissait la Légilimencie, il savait qu’il
aurait pu lire l’esprit d’Hermione ; il pouvait pratiquement entendre son cerveau
siffler près de lui.
« Prenez-le, » dit Scrimgeour tranquillement.
Harry rencontra les yeux jaunes du ministre et su qu’il n’avait pas d’autre option que
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
d’obéir. Il tendit sa main, et Scrimgeour se pencha en avant encore et plaça le vif d’or,
lentement et délibérément, dans la paume de Harry.
Rien ne se produit. Quand Harry referma ses doigts autour du vif d’or, ses ailes
fatiguées s’agitant faiblement encore. Scrimgeour, Ron, et Hermione continuèrent à
regarder fixement avide la boule partiellement dissimulée à présent, comme s’ils
espéraient qu’il allait se transformer d’une manière ou d’une autre.
« C’est dramatique, » dit Harry d’une décontraction insolente. Ron et Hermione
rirent.
«Ce sera tout maintenant n’est ce pas ? » demanda Hermione, aux prises avec le sofa.
« Pas tout à fait, » dit Scrimgeour, qui avait un regard mauvais à présent. «
Dumbledore t'a laissé un deuxième legs, Potter. »
« Qu’est ce que c’est ? » demanda Harry, réveillant son excitation.
Scrimgeour ne pris pas la peine de lire le reste du testament.
« L'épée de Godric Gryffondor, » dit-il. Hermione et Ron tous deux se raidirent.
Harry regarda en attendant un signe de la poignée incrusté de rubis, mais Scrimgeour
ne retira l'épée de la poche en cuir, qui semblait de toute facon trop petite pour la
contenir.
« Alors ou est-elle ? » demanda Harry soupçonneux.
« Malheureusement, » dit Scrimgeour, « Il n’appartenait pas à Dumbledore de donner
l’épée. L'épée de Godric Griffondor est un objet artefact historique important, et
comme telle, appartient--«
« Elle appartient à Harry ! » dit Hermione avec ferveur. « Elle l'a choisi, il était celui
qui l'a trouvé, Elle est venu à lui hors du choixpeau magique-- »
« Selon des sources historiques fiables, l'épée peut se présenter d’elle-même à
n’importe qui de la maison de Gryffondor, » dit Scrimgeour. « Ce qui n’en fait pas la
propriété exclusive de M. Potter, quoi que Dumbledore ait pu décidé. « Scrimgeour a
frotta sa joue mal rasée, examinant Harry. « Qu’en pensez-vous-? »
« De la raison pour laquelle Dumbledore a voulu me donner l'épée ? » dit Harry,
luttant pour garder son calme. « Peut-être il a pensé qu'elle ferait joli sur mon mur. »
« Ce n'est pas une plaisanterie, Potter ! » grogna Scrimgeour. « Était-il parce que
Dumbledore croyait que l’épée de Godric Gryffondor pouvait détruire l’héritier de
Serpentard ? Est-ce qu'il a souhaité te donner cette épée, Potter, parce qu'il a cru,
comme beaucoup, que tu es celui destiné a détruire Celui-dont-on-ne-doit-pasprononcerle-nom ? «
« Théorie intéressante, » dit Harry. Quelqu’un a-t-il déjà essayer d’enfoncer une épée
dans Voldemort? Peut-être que le ministère devrait mettre quelque personne sur le
cou, au lieu de perdre leur temps à demonter entièrement des Déluminateurs ou à
dissimuler les évasions d'Azkaban. Ainsi c’est ce que vous essayiez de faire, ministre,
enfermé dans votre bureau, essayant d’ouvrir a tout prix un vif d’or? Des gens
meurent – j’ai failli être l’un d’entre eux - Voldemort m'a poursuivit a travers trois
régions, a tué Maugrey Fol-Oeil, mais Y a-t-il eu un mot a ce sujet de la part du
ministère depuis lors? Et vous vous attendez à ce que je coopère avec vous ! «
« Vous allez trop loin ! » cria Scrimgeour , se levant : Harry sauta sur ses pieds aussi.
Scrimgeour boita vers Harry et enfoncé sa baguette magique violement dans sa
poitrine ; Il brûla légèrement le t-shirt d’Harry comme un trou de cigarette.
« Ohé ! » dit Ron, sautant sur pied et élevant sa propre baguette magique, mais Harry
dit,
« Non ! Veux tu vraiment lui donner une excuse pour nous arrêter ? «
« Vous vous êtes souvenu que vous n’étiez plus l’école, n’est ce pas ? » dit
Scrimgeour son souffle dur dans le visage de Harry. « vous vous êtes souvenu que je
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
ne suis pas Dumbledore, qui a pardonné votre insolence et insubordination ? Vous
pouvez porter cette cicatrice comme une couronne, Potter, mais il n'appartient pas à
un garçon de dix sept ans de me dire comment faire mon travail ! Il est temps pour
d’apprendre ce qu’est le respect ! «
« Il serait temps que vous le méritiez. » dit Harry.
Le plancher trembla ; il y eu un bruit de pas précipités, puis la porte du salon s’ouvrit
a la volée et M. et Mme. Weasley entrèrent.
« Nous --- nous avons pensé entendre -- » commenca M. Weasley, regardant
complètement alarmés Harry et le ministre pratiquement nez a nez.
“- des voies s’élevaient,„ haleta Mme Weasley.
Scrimgeour recula deux pas de Harry, jetant un coup d'oeil sur le trou qu'il avait fait
dans le T-shirt de Harry. Il sembla regretter la perte de son sang froid.
« Ce... Ce n’est rien, » grogna-t-il. « Je déplore… votre attitude, » dit-il, regardant
Harry dans les yeux une fois de plus. « Vous semblez penser que le ministère ne
désire pas ce que vous -ce que Dumbledore- désirait. Nous devons travailler
ensemble. «
« Je n'aime pas vos méthodes, M. le ministre, »dit Harry. « Vous vous en souvenez ?
»
Pour la deuxième fois, il a souleva son poing droit et montra à Scrimgeour la cicatrice
qui montrait toujours sur le dos de sa main, l’expression « je ne dois pas dire de
mensonge ». Le visage de Scrimgeour se durci. Il se tourna sans dire un mot et boita
dans la salle. Mme. Weasley se dépêcha après lui ; Harry entendit son arrêt à la porte
de derrière. Après quelques minutes elle signala, « il est parti ! »
Que voulait-il ? « Demanda M. Weasley , regardant tour a tour Harry, Ron, et
Hermione alors Mme. Weasley se précipitait de nouveau à eux.
« Nous donner ce que Dumbledore nous a légué, » dit Harry. « Ils nous a juste révélé
le contenu de sa volonté. »
A l'extérieur dans le jardin, au-dessus des tables de dîner, les trois objets que
Scrimgeour leur avait donné passé de main en main. Chacun se prononcant sur le
Déluminateur et « Les contes de Beedle le barde » et déplora le fait que Scrimgeour
ait refusé de donner l’épée, mais aucun d’eux ne trouvant une explication valable sur
la raison pour laquelle Dumbledore avait laissé à Harry un vieux vif d’or. Comme M.
Weasley examinait l’Eteignoir pour la troisième fois sur quatre, Mme. Weasley dit à
titre d'essai, « Harry, mon chéri, chacun de nous est terriblement affamé et nous
n'avons pas aimé commencer sans toi… Je sers le dîner maintenant ? »
Ils entamèrent tous à la hâte une chanson de « joyeux anniversaire » et mangèrent le
gâteau avec beaucoup d'appétit, la soirée se termina. Hagrid, qui avait été invité au
mariage le jour suivant, mais qui était trop encombrant pour passer la nuit au Terrier
déjà complètement occupé, vit se faire construire une tente pour lui tout seul dans le
terrain voisin.
« On se voit là haut, » chuchota Harry à Hermione, alors qu'ils aidaient Mme.
Weasley à remettre le jardin dans son état normal. « Après que tout le monde soit allé
au lit. »
De retour dans sa chambre au grenier, Ron examina son Eteignoir, et Harry rempli la
bourse du Peubouricot de Hagrid, pas avec de l'or, mais avec des objets qui lui étaient
chers, apparemment sans valeur bien que certains d'entre eux aient été la carte du
maraudeur, le morceau du miroir enchanté de Sirius, et le médaillon de R.A.B. Il tira
fortement sur la corde et glissa la bourse autour de son cou, puis s’assit tenant le vif
d’or et regardant ses ailes qui battaient faiblement. Enfin, Hermione tapa à la porte et
avança sur la pointe des pieds à l'intérieur.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Muffiato, » chuchota-t-elle, agitant sa baguette magique en direction des escaliers.
« Je croyais que tu n’approuvais pas ce sort ? » dit Ron.
« Les temps changent » dit Hermione. « Maintenant, montre-nous cet Eteignoir. »
Ron s’exécuta immédiatement. Le Tenant haut devant lui, il cliqua. La seule lampe
qui était allumée s’éteint.
« Le truc c’est que, » chuchota Hermione dans l'obscurité, « on aurait pu également
faire ça avec la Poudre Péruvienne Instantanée d’obscurité. »
Il y eu un petit clic, et la boule de la lumière de la lampe vola de nouveau au plafond
et elle les illumina tous une fois de plus.
« C’est quand même cool, » dit Ron, un peu sur la défensive. « Et d’après ce qu'ils ont
dit, Dumbledore l'a inventé lui-même ! »
« Je sais mais, il n’aurait pas mis ça sûrement dans son testament juste pour nous
aider à éteindre les lumières ! »
« Tu crois qu’il savait que le Ministere nous confisquerait ce qu’il nous a laissé dans
le but de les examiner ? » Harry demandé.
« Certainement, » dit Hermione. « Il ne pouvait pas nous dire dans son testament
pourquoi il nous laissait ces choses, mais ça n'explique pas… »
« … pourquoi il ne nous l’a pas dit quand il était vivant ? » demanda Ron.
« Et Bien oui, exactement, » dit Hermione, effleurant maintenant « les contes de
Beedle le barde ». « Si ces choses sont assez importantes pour passer sous le nez du
ministère, on pourrait penser qu’il nous a laissé à nous la charge de savoir pourquoi…
à moins qu'il ait pensé que c’était évident ? »
« Alors il a mal pensé, n’est ce pas ? » dit Ron. « J’ai toujours dit qu’il perdait la
boule. Brillant et tout, mais cinglé. Laisser à Harry un vieux vif d’or – que diable cela
signifie? «
« J’en n'ai aucune idée, » dit Hermione. « Quand Scrimgeour te l’a fait prendre,
Harry, j'étais si sûr que quelque chose allait se produire ! »
« Ouais, bien, » dit Harry, son pouls s’accélérant pendant qu'il levait le vif-d’or entre
ses doigts. « Je n'allais pas essayer de me forcer devant Scrimgeour ? »
« Que veux-tu dire ? » demanda Hermione.
« Le vif-d’or que j'ai attrapé durant mon premier match de Quidditch ? » dit Harry. «
Vous ne vous rappelez pas ? »
Hermoine le regarda simplement stupéfaite. Ron, cependant, haleta, pointa tour a tour
le vif d’or et Harry a toute vitesse et encore jusqu’à ce qu’il retrouve sa voie.
« C’est celui que ta presque avaler ! »
« Exactement, » dit Harry, et son coeur battant rapidement, il serra le vif- d’or dans sa
bouche.
Il ne s’ouvrit pas. L'anéantissement et la déception amère ont jaillirent en lui: Il
abaissa la sphère d'or, mais alors Hermione s’ecria.
« l’Écriture ! Là c’est écrit dessus, vite, regardes ! « Il avait presque laissé tomber le
vif d’or dans la surprise et l'excitation. Hermione avait tout à fait raison. Gravé sur la
surface d'or douce, où quelques secondes auparavant qu'il n'y avait rien, étaient écrits
cinq mots dans l'écriture mince et inclinée que Harry identifié comme celle de
Dumbledore :
« j’ouvre a la fermeture ». (meilleur taduc svp?? I open at the close)
Il les avait à peine lus quand les mots disparurent.
« J’ouvre à la fermeture…. » Qu'est-ce que c'est censé signifier ? «
Hermione et Ron secouerent la tête, pale.
« Je m'ouvre à l'étroit… à l'étroit… Je m'ouvre à l'étroit… »
Mais aussi souvent qu’ils répétèrent ces mots, avec beaucoup de différentes
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
intonations, ils n’en trouvait pas plus de signification.
« Et l'épée, » dit Ron enfin, quand ils avaient enfin abandonné leurs tentatives de
deviner la signification de l’inscription du vif-d’or.
« Pourquoi voulait-il que Harry ait l’épée ? »
« Et pourquoi ne pouvait-il pas juste me le dire ? » dit Harry tranquillement. « Elle
était là, elle était sur le mur de son bureau pendant tous nos entretiens l'année dernière
! S'il voulait que je l'aie, pourquoi ne me l'a-t-il pas juste donné alors ? «
Il s'est se sentait comme durant un examen face a une question devait répondre mais
que son cerveau restait mou et insensible. Y avait-t-il quelque chose qu’il avait raté
pendant tous ses longs entretiens avec Dumbledore l’an passé? Devait-il savoir tout
ce que cela signifiait? Dumbledore s'était-il attendu à ce qu'il comprenne ?
« Et quant à ce livre. » dit Hermione, « les contes de Beedle le barde »… j'ai jamais
même entendu parler d’eux ! »
« Tu n'a jamais entendu parler des contes de Beedle le barde ? » dit Ron incrédule. «
Tu plaisantes c’est ca ? »
« Non, je ne plaisante pas, » dit Hermione surprise. « Toi tu les connais ? »
« Ben, naturellement que je les connais »
Harry leva les yeux, amusé. La circonstance de Ron ayant lu un livre que Hermione
n'avais jamais lu était sans précédent. Ron, cependant,sembla stupéfié de leur
surprise.
« OH aller ! Les histoires que tous vieux enfants sont censés connaître ? « La fontaine
de la fortune »… « Le sorcier et le pot de l’espoir »… « Babbitty Rabbitty et ses
chicots caquetants »… »
« Excuse-moi ? » dit Hermione riant nerveusement. « C’était quoi le dernier ? »
« Aller laissez tomber ! » dit Ron, semblant incrédule face à Harry et Hermione. «
Vous devez avoir entendu parler de Babbitty Rabbitty - »
« Ron, tu sais très bien que Harry et mi avons été élevés par des Moldus ! » dit
Hermione. « Nous n'avons pas entendu des histoires comme cela quand nous étions
petits, nous on écoutait « la Blanche Neige et les sept nains » et « Cendrillon » - »
« c’est quoi ça, une maladie ? » demanda Ron .
« Donc c’est aussi une histoire pour enfants ? » demanda Hermione, se penchant au
dessus des runes.
« Ouais. » dit Ron incertain. « Je veux dire, Tout ce que vous entendez, vous voyez,
vient de toutes ces vieilles histoires de Beedle. Sais pas a quoi ressemblent les
éditions originales. «
« Mais je me demande juste pourquoi Dumbledore a pensé que je devrais les lire ? »
Quelque chose craqua en bas des marches.
« Probablement juste Charlie, s’éclipsant pour refaire pousser ses cheveux ,
maintenant maman est endormie» dit Ron nerveusement.
« Tous les mêmes, nous devrions nous couché, » chuchota Hermione. « Je ne
voudrais pas être à moitié endormie demain. »
Non, en convenu Ron. « Un violent triple meurtre par la mère du marié pourrait
mettre un peu refroidir sur le mariage. J'éteint la lumière. «
Et il cliqua sur l’Etegnoir une fois de plus lorsque Hermione quitta la chambre.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
M
A
R
A
G
E
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 88 ::LLEEE M
MA
AR
RIIIA
AG
GE
E
A trois heures de l'après-midi Harry, Ron, Fred et George étaient dehors devant le
grand chapiteau blanc, attendant l'arrivée des invités du mariage. Harry avait pris une
grande dose de breuvage magique de Polynectar et était maintenant le sosie d'un jeune
Moldu roux du village local, l'officier de rue d'Ottery, dont Fred avait volé des poils
en utilisant un sortilège. Le plan était de présenter Harry en tant que le « cousin Barny
» et de le confier au plus grand nombre de Weasley, pour le
camoufler.
Chacun d'entre eux saisissait les plans des places, de sorte qu'ils les aident à les placer
aux bons sièges. Une foule de serveurs tout de blanc revêtus d'une robe arrivée une
heure plus tôt, avec une bande revêtue d'or, et tous ces magiciens se reposaient non
loin sous un arbre. Harry pourrait voir une brume bleue de pipe fumer de là-bas.
Derrière Harry, l'entrée du chapiteau indiquait des rangées et des rangées des chaises
d'or fragiles. Réglés de chaque côté d'un long tapis pourpre, les poteaux de soutien
étaient enlacés avec du blanc et des fleurs d'or.
Fred et George avaient attaché un énorme groupe de ballons d'or au-dessus du
point exact où Bill et Fleur deviendraient sous peu mari et épouse. Dehors, les
papillons et les abeilles planaient paresseusement au-dessus de l'herbe et des bordure
de haies.
Harry n'était pas à l'aise. Le garçon Moldu dont il avait l'aspect était légèrement plus
gros que lui et il se sentait serré et avait chaud dans sa longue robe, dans la pleine
lueur d'un jour d'été.
« Quand je me marierai, » dit Fred, tirant avec effort sur le collier de sa propre robe
longue, « je ne me tracasserai pas avec tout ça. Vous pourrez porter ce que vous
voudrais, et je mettrai plein d'oiseaux sur le corps de maman jusqu'à ce qu'elle soit
partout. »
« Elle n'était pas trop irritée ce matin » dit George. « Elle pleurait un peu au sujet de
Percy n'étant pas ici. Oh blimey, le croisillon vous-même, ici ils viennent, regardent.
»
Les personnes brillamment colorées apparaissaient, de nulle part à la frontière
éloignée de la cour.
En quelques minutes un cortège était formé, qui commença à serpenter sa manière
remontant du jardin vers le chapiteau.
Les fleurs exotiques et les oiseaux enchantés flottaient sur les chapeaux des sorcières,
alors que les
pierres précieuses scintillaient de plusieurs foulards de magiciens ; un fredonnement
de broutement
se développait de plus fort en plus fort, noyant le bruit des abeilles pendant que la
foule approchait
du chapiteau.
« Excellent, je pense que je vois quelques cousins de Veela, » dit George, tendant le
cou pour voir un peu mieux. « Ils ont besoin d'aide comprenant nos coutumes
anglaises, je m'occupe d'eux…. »
« Pas si vite, votre sainteté, » indiqua Fred, Le groupe de sorcières entre deux âges se
dirigeant vers eux. Tu voudrais sûrement être indiqué.
« Ici » dit-il à un groupe de filles françaises, qui riaient nerveusement et il les escorta
à l'intérieur. George étant resté, il devait aider les sorcières entre deux
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
âges et Ron pris la charge du vieux Ministère collègue de Perkins de Mr. Weasley,
alors qu'un vieux
couple plutôt sourd tombait sur Harry.
« Wotcher » indiqua une voix familière pendant qu'il sortait du chapiteau et trouvait
Tonks et Lupin à l'avant de la file d'attente. Elle avait des cheveux blonds pour
l'occasion. « Arthur nous a dit que vous étiez celui avec les cheveux bouclés. Désolé
au sujet de la nuit dernière, » elle ajouta dans un
chuchotement à Harry les mena vers le haut du bas-côté. « Le ministère étant très
anti-loup-garou au musée et nous avons pensé que notre présence ne pourrait pas vous
faire du bien. »
« Très bien, je comprends, » dit Harry, parlant davantage à Lupin qu'à Tonks. Lupin
lui donna un sourire rapide, mais pendant qu'ils tournaient Harry vit le visage de
Lupin tomber encore dans des lignes de la misère. Il ne le comprenait pas, mais il n'y
avait plus le temps pour en demander plus.
Hagrid causait certains dégâts. Après avoir mal compris les directions de Fred car il
se reposait, sur le siège comme par magie agrandi et renforcé sur le côté pour lui dans
la rangée arrière, cinq sièges étaient devenus des allumettes d'or.
Tandis que Mr. Weasley réparait les dommages, Hagrid criait des excuses à
quiconque l'écoutait,
Harry se dépêchait de retourner à l'entrée pour trouver Ron en tête à tête avec un
magicien au regard égocentrique. Légèrement louchants, avec des cheveux blancs
shoulder-length la texture du candyfloss, il utilisait son chapeau dont le bout balançait
devant son nez et une robe longue d'une nuance de jaune d'oeuf jaunissant.
Un symbole, avec un oeil triangulaire, scintillant sur un chaîne en or autour de son
cou.
« Xenophilius Lovegood, » dit il, tendant une main à Harry, « ma fille et moi vivons
juste au-dessus
de la colline, ainsi les Weasleys nous ont invité.
Mais je pense que vous connaissez Luna ? » ajouta t il à Ron.
« Oui, » dit Ron. « Elle n'est pas avec vous ? »
« Elle s’est arrêté au jardin pour dire bonjour aux gnomes, une infestation si glorieuse
! Combien de magiciens réalisent combien nous pouvons apprendre des petits gnomes
sages ou pour leur donner leur nom correct, le gardensi de Gernumbli. »
« Nous en savons beaucoup sur eux » dit Ron, « Mais je pense que Fred et George en
savent beaucoup plus. »
Il menait une partie de magiciens dans le chapiteau pendant que Luna se précipitait en
remontant.
« Bonjour, Harry ! » dit elle.
« Heu - mon nom est Barry, »dit Harry, surpris.
« Oh, tu as tant changer que cela? »demanda t elle brillamment.
« Comment le sais tu ? »
« Oh, juste une impression »dit elle.
Comme son père, Luna avait une robe jaune longue lumineuse, avec un grand
tournesol dans ses cheveux. L'ensemble est tout simplement éclatant, l'effet général
était tout à fait plaisant. Au moins, il n'y avait pas de radis à ses oreilles.
Xenophilius, occupé dans une conversation, avait manqué la discussion entre Luna et
Harry. Après
avoir saluer le magicien, il se tourna vers sa fille, qui montra son doigt et dit, « papa,
regarde un des gnomes m'a mordu réellement. »
«Merveilleux ! La salive de Gnome est énormément salutaire. » dit Mr. Lovegood,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
saisissant les doigts tendus de Luna et examinant les marques de morsure. « Luna,
mon amour, tu ne sens aucun talent en pleine expansion aujourd'hui? Peut-être un
recommander inattendu de chanter à l'opéra ! Tu peux être doué par le Gernumblies !
»
Ron, les contourna dans la direction opposée.
« Ron, vient rire » dit Luna serein comme Harry mena elle et Xenophilius vers leurs
sièges, « Mon père a fait beaucoup de recherche sur la magie de Gernumbli. »
« Vraiment ? » dit Harry, depuis longtemps il avait décidé de ne pas contester les vues
particulières de Luna et son père. « Es tu sûre que tu ne veux rien sur cette morsure? »
« Oh, oui ne t'inquiète pas » dit Luna, suçant son doigt d'un air rêveuse et regardant
Harry de haut en bas. «Tu me sembles futé. J'ai dit à papa que la plupart des
personnes utiliseraient probablement
des robes longues, mais il croit que vous devez porter des couleurs du soleil à un
mariage, pour la chance, vous le savez. »
Pendant qu'elle suivait au loin son père, Ron réapparu avec une vieille sorcière à son
bras. Son nez tordu, yeux rouges, avec un chapeau de cuir rose lui donnait le regard
d'un flamant des mauvais temps.
« … et tes cheveux sont beaucoup trop longs, Ronald, pendant un instant j'ai pensé
que tu étais
Ginevra. Par la barbe de MERLIN, Qu’est ce que Xenophilius Lovegood porte? Il
ressemble à une omelette.
Et qui es tu toi ? » dit elle à Harry.
« Ah oui, tante Muriel, ceci est notre cousin Barny. »
Un « autre Weasley ? Vous vous multipliez comme des gnomes. Il n'y a pas Harry
Potter ici ?
J'espérais le rencontrer. Je pensais qu'il était ton ami, Ronald, ou tu mentais tout
simplement? »
« NON il ne pouvait pas venir - «
« Hmm. Une excuse, n'est-ce pas? Juste avant les photos. J'ai juste dit à la mariée la
façon de mieux utiliser mon diadème, » cria t elle à Harry. « Les lutins l'ont fait, vous
savez, et il est dans la famille depuis des siècles. C'est une très belle jeune fille, mais
elle est Française. Bien, bien, tu me trouves un bon siège, Ronald, j'ai cent sept ans et
je ne dois pas être sur mes pieds trop longtemps. »
Ron donna à Harry un regard significatif pendant qu'il passa et ne réapparu pas avant
un moment.
Après qu'ils se soient réunis à l'entrée, Harry montra à une douzaine de personnes
supplémentaires leurs place. Le chapiteau était presque plein maintenant et pour la
première fois il n'y avait
aucune file d'attente dehors.
«Quel Cauchemar, Murielle est là, » dit Ron, essuyant son front sur sa veste. « Elle
avait l'habitude de venir pour Noël chaque année, remercions Dieu, elle était de
mauvaise humeur parce que Fred et George avait placé une bombabouse sous sa
chaise au wagon-restaurant.
Papa dit toujours qu'elle avait demandé d'elle même - comme il s'inquiète, il va finir
plus riche que n'importe qui dans la famille, Wouah, »ajouta t il, en regardant
rapidement Hermione venant vite
vers eux. « Tu es sublime ! ».
« Toujours aussi surpris? » dit Hermione, bien qu'elle sourit. Elle portait une robe
flottante couleur
lilas assortie avec de hauts talons ; ses cheveux étaient lisses et brillants. « Ta tante
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Murielle n'est pas aimable, je l'ai juste rencontrée en haut tandis qu'elle donnait à
Fleur le diadème. Elle a dit, `Oh ma chère, est ce la Moldu ? ' Elle se tient mal et elle
a de petites chevilles ' »
« Ne le prends pas personnellement, elle est grossière avec tout le monde »dit Ron.
« Vous parlez de Murielle ? » dit Georges, réapparaissant du chapiteau avec Fred. «
Ouais, elle m'a juste dite que mes oreilles sont décollés. Vieille batte. J'aurais souhaité
que le vieil oncle Bilius soit toujours avec nous, il avait raison rions des mariages. »
« Ce n'est pas lui qui est mort vingt-quatre heures plus tard? » demanda Hermione.
« Ben, si, il est allé un peu parti vers l'extrémité, » concéda Georges.
« Mais avant qu'il ne soit mort il avait le sens de la fête » indiquait Fred. « Il avait
l'habitude d'avaler une bouteille entière de whisky pur feu, puis de courir sur la piste
de danse, levant vers le haut sa robe longue, et enlever les groupes de fleurs sur lui «
« Oui, c'était un vrai charmeur, dit Hermione, alors que Harry hurlait de rire.
« Ne jamais me marier, pour quelque raison, » dit Ron.
« Vous me stupéfiez, » dit Hermione.
Ils rirent tous tellement qu'aucun d'eux n'avait remarqué un retardataire, un jeune
homme aux
cheveux noirs avec un grand nez incurvé et sourcils noirs épais, jusqu'à ce qu'il ait
donné son invitation à Ron et dit, en regardant Hermione, « Tu es vraiment
magnifique. »
« Viktor ! » poussa t elle en même temps que des cris perçants, et laissa tomber son
petit sac perlé,
qui tomba lourdement malgré sa taille disproportionné.
Pendant qu'elle rougissait en le prenant des ses bras, elle dit « je n'ai pas su que tu
étais si beau
jeune homme - comment vas tu ? »
Les oreilles de Ron avaient tourné au rouge lumineux encore. Après avoir jeté un
coup d'oeil sur l'invitation de Krum comme si il ne pouvait croire un mot et il dit tout
fort, « comment cela se fait-il que tu sois ici ? »
« Fleur m'a invité, » dit Krum, en haussant des sourcils.
Harry, qui n'avait aucune rancune contre Krum, lui serra la main ; alors estimant qu'il
serait prudent d'enlever Krum de la proximité de Ron, lui proposa de lui montrer son
siège.
« Ton ami n'est pas heureux de me voir, » dit Krum, quand ils entraient dans le
chapiteau. « Qui es tu ? » ajouta t il en jettant un regard aux cheveux bouclés rouges
de Harry.
« Un cousin. » murmura Harry, mais Krum n'écoutait pas vraiment.
Son aspect attirait en particulier les cousins de Veela : Il était, après tout, un joueur
célèbre de
Quidditch. Tandis que les gens tendaient le cou pour pouvoir mieux le voir, Ron,
Hermione, Fred, et George venaient se dépêchant sur les bas-côtés.
« Il est l'heure de s'asseoir Fred » dit Harry, « On va dans la rangée de la famille du
marié »
Harry, Ron et Hermione prirent leurs sièges dans la deuxième rangée derrière Fred et
George.
Hermione regarda plutôt les oreilles roses de Ron étaient toujours écarlate. Après
quelques moments il murmura à Harry, « tu as vu il s'est laissé pousser une petite
barbe stupide ? »
Harry donna un grognement évasif.
Un sens d'anticipation nerveuse avait rempli le chapiteau, le murmure de général
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
cassée par des
jaillissements occasionnels de rire excités. Mr. et Mme Weasley flânait debout sur le
bas côté,
souriant aux parents ; Mme Weasley portait un ensemble tout neuf de robe longue
colorée par améthyste avec un chapeau assorti.
Un peu plus tard Bill et Charlie se levaient à l'avant du chapiteau, les deux robes
longues, avec de plus grandes roses blanches dans leurs boutonnières ; Fred siffla et il
y eu une manifestation de rire nerveusement des cousins de Veela. Alors la foule
devenait silencieuse pendant que la musique gonflait de ce qui semblait être des
ballons d'or.
« Ooooh ! »dit Hermione, en pivotant sur son siège pour regarder l'entrée.
Un grand soupir collectif publié des sorcières et des magiciens rassemblés comme
Monsieur Delacour
et Fleur venaient marchant par l'allée centrale, Monsieur Delacour rebondissant et
rayonnant. Fleur
portait une robe blanche très simple et semblé émettre une lueur forte et argentée.
Tandis que son rayonnement obscurcissait habituellement chacun autrement par
comparaison, aujourd'hui elle embelli tout le monde pendant un moment.
Ginny et Gabrielle, les deux demoiselles d'honneur étaient en robes d'or, semblaient
encore plus jolies que d'habitude et une fois que Fleur atteint l'Hôtel, Elle regarda Bill
comme s'il n’avait jamais rencontré Fenrit Greyback.
« Mesdames et messieurs, »dit une voix légèrement monotone, avec un léger choc,
Harry reconnut le même petit magicien qui avait présidé l'enterrement de
Dumbledore, maintenant se tenant devant Bill et Fleur. « Nous sommes recueillis ici
aujourd'hui pour célébrer l'union de ces deux
êtres… »
« Oui, mon diadème va à merveille avec son ensemble, » indiquait tante Muriel dans
un
chuchotement. « Mais je dois dire, que la robe de Ginevra est coupée bas. »
Ginny jeta un coup d'oeil autour, grimacante, lançant un clin d'oeil à Harry, puis
rapidement fit face.
L'esprit d'Harry errait loin du chapiteau, de nouveau aux après-midi passés seul avec
Ginny dans les parties isolées de l'école.
Cela paraissait il y a tellement longtemps ; ils avaient toujours semblés trop beau pour
être vrai, comme s'il avait volé des heures brillantes de la vie d'une personne normale,
une personne sans cicatrice en forme d'éclair sur son front….
« Vous, William Arthur, Voulez vous prendre Fleur Isabelle… ? »
Dans la première rangée, Mme Weasley et Madame Delacour étaient tous deux
sanglotant tranquillement dans des chutes de larmes. Les bruits de trompette du dos
du chapiteau indiquait à chacun qu'Hagrid avait sorti un de ses propres mouchoirs de
nappes. Hermione tourna rayonnante vers Harry ; ses yeux étaient aussi pleins de
larmes.
« … alors je vous déclare marriés pour la vie. »
Le magicien Tufty avec une chevelure onduleuse mis sa main au-dessus des têtes de
Bill et Fleur et une douche d'étoiles argentées tombèrent sur eux, se développant en
spirales autour de leurs figures maintenant enlacées. Fred et George menaient les
applaudissements. Les oiseaux du paradis et les cloches d'or minuscules volaient et
flottaient sur eux, ajoutant leurs chansons et carillons au vacarme.
« Mesdames et messieurs ! » appela le magicien tufty. « Pouvez vous vous lever? »
Tous le firent ainsi que la tante Muriel maugréant à l'oreille ; elle faisait tournait sa
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
baguette
magique encore. Les cicatrices sur lesquelles elles s'étaient reposées se levèrent avec
élégance dans
l'air pendant que les murs de toile du chapiteau disparaissaient, de sorte qu'ils se
soient tenus sous
une verrière soutenue par les poteaux d'or, avec une vue glorieuse du verger ensoleillé
et de la
campagne environnante.
Après, la piscine d'or fondu et écarta le centre du chapiteau pour former une piste de
danse brillante
autour de laquelle des petites tables blanches , flottés avec élégance de nouveau sur le
terre ferme, et la main d'or s'assembla en un podium.
« Bien » dit Ron avec approbation pendant que les serveurs passaient sur tous les
côtés, quelques plateaux d'argents de jus de potiron, de la Bière au beurre, et du
Whisky pur feu,et sur d'autres des piles de tartes et des sandwichs.
« Nous devrions aller les féliciter ! » dit Hermione, se tenant sur la pointe des pieds
pour voir l'endroit où Bill et Fleur avaient disparu parmi une foule de sympathisants.
« Nous aurons le temps plus tard, » gesticula Ron, saisissant trois Bières au beurre
d'un plateau et en remit une à Harry. « Hermione, prend une cannette, nous allons
chercher une table…. Pas là ! Nulle part près de Muriel - «
Ron passa à travers la piste de danse vide, jetant un coup d'oeil à gauche et à droite
pendant qu'il avançait ; Harry savait qu'il cherchait Krum. Avant qu'ils aient atteint
l'autre côté du chapiteau, la plupart des tables été occupées : La plus vide était celle
où Luna seul se reposait.
« On peut se joindre à toi? » demanda Ron.
« Oh oui, » dit elle heureuse. « Papa est allé donner à Bill et Fleur notre présent. »
« C'est quoi, l'approvisionnement d'une vie en Gurdyroots ? » demanda Ron.
Hermione lui donna un coup de pied sous la table, mais tapa Harry à la place. Les
yeux arrosant de douleur, Harry perdit le sujet de la conversation pendant quelques
instants.
La bande avait commencé à jouer, Bill et Fleur danser d'abord en premier, sous de
grands applaudissements ; après un moment, Mr. Weasley Madame Delacour sur le
piste, suivi de Mme. Weasley et de Monsieur Delacour.
« J'aime cette chanson, » dit Luna, se balançant, et quelques secondes plus tard elle se
leva et elle
alla sur la piste de danse, où elle tournait sur place, toute seule.
« Elle est grandiose? » dit Ron admiratif.
Mais le sourire disparu de son visage immédiatement : Viktor Krum s'était laissé
tomber dans le siège
vide de Luna. Hermione le regarda mais cette fois Krum n'était pas venue pour la
complimenter.
Avec un air menaçant sur son visage il a dit, « qui est cet homme en jaune ? »
« Qui est Xenophilius Lovegood, il est le père d'une amie à nous, » dit Ron. Sa
tonalité pugnace indiqua qu'ils n'étaient pas sur le point de rire de Xenophilius, en
dépit de la provocation claire.
« Viens on danse,» ajouta t il abruptement à Hermione.
Elle a semblé prise au dépourvu, mais heureuse à la fois et se leva. Ils disparurent
ensemble dans la foule croissante sur la piste de danse.
« Oh, ils sont ensemble maintenant ? » demanda Krum , momentanément distrait.
« Heu on peut dire ça » indiqua Harry.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Qui es tu toi ? » demanda Krum.
« Barny Weasley. »
Ils se sont serrèrent la main.
« Vous, Barny - vous connaissez cet homme Lovegood bien ? »
« Non, je l'ai seulement rencontré aujourd'hui. Pourquoi ? »
Krum fit la mine au-dessus de sa boisson, observant Xenophilius, qui parlait à
plusieurs magiciens de
l'autre côté de la piste de danse.
« Et bien » dit Krum, « s'il n’est pas un invité, il va être expulsé si cela continu avec
son signe dégoûtant sur sa poitrine »
« Signe ? » dit Harry, regardant plus de Xenophilius en détail. L'oeil triangulaire
étrange brillait sur sa
poitrine. « Pourquoi ? Qu'est ce qui ne vas pas chez lui ? »
« Grindelvald. C'est le signe de Grindelvald. »
« Grindelwald… Le magicien noir que Dumbledore a défait ? »
« Exactement. »
Les muscles de la mâchoire de Krum fonctionné comme si il mâchaient, puis il a dit,
« Grindelvald a tué beaucoup de personnes, mon père, par exemple.
Naturellement, il n'y a jamais eu plus puissants dans ce pays, ils ont dit qu'il craignait
Dumbledore, voyant comment il a fini. Mais ceci dit » - il diriga un doigt vers
Xenophilius –
« c'est son symbole, je l'a identifié au vunce : Grindelvald l'a découpé dans un verre
de Durmstrang il a une pupille là. Quelques idiots l'ont copié sur leurs livres et les
vêtements pensant choquer, se rendent impressionnants - jusqu'à ceux de nous qui
avaient perdu les membres de la famille à Grindelvald les ont enseignées pour
améliorer. »
Krum fendit ses articulations d’un air menaçant en regardant vers Xenophilius. Harry
se senti perplexe. Il semblait incroyablement peu probable que le père de Luna était
un défenseur des ténèbres, et personne dans la tente ne semblait autrement avoir
identifié le triangle.
« Êtes vous sûr qu'il est Grindelwald - ? »
« Je ne peux pas confondre » dit Krum froidement. « J'ai passé plusieurs années à
l'étudier donc je sais le bien. »
« Bien, il y a une chance, » dit Harry, « que Xenophilius ne sait pas réellement ce que
signifie le symbole, le Lovegoods sont tout à fait… peu commun. Il pourrait l'avoir
facilement pris quelque part et pense que c'est une section transversale de la tête d'un
Snorkack à cornes ou de quelque chose. »
« La section transversale d'un quoi ? »
« Bien, je ne sais pas ce que c'est, mais apparemment lui et sa fille partent en
vacances les recherchant…. »
Harry sentait qu'il faisait une mauvaise à Luna et son père.
« Qui est elle? » dit il, se dirigeant vers Luna, qui dansait toujours seule, tendus ces
bras au dessus de
sa tête comme quelqu'un essayant de battre des mouches.
« Que fait elle ? » demanda Krum.
« Elle essaye probablement de se débarrasser d'un Wrackspurt, » dit Harry, qui
identifiait les symptômes.
Krum ne semblait pas savoir si Harry se moquait de lui. Il serra son poing dans
l'intérieur de sa robe
longue et frappa sur ses cuisses ; les étincelles volèrent hors de l'extrémité.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Gregorovitch ! » dit fort Harry, et Krum recommença, mais Harry était trop excités
pour s'inquiéter
; la mémoire était revenue à lui à la vue de la baguette magique de Krum : Ollivander
la prenant et l'examinant soigneusement avant le tournoi des Trois Sorciers.
« Vous le connaissez ? » demanda Krum soupçonneux.
« Il fabrique des baguettes ! »
« Je sais cela, » dit Krum.
« Il a fait votre baguette magique ! C'est pourquoi j'ai pensé au Quidditch «
Krum le regardait de plus en plus soupçonneux.
« Comment savez-vous ce que Gregorovitch a fait ma baguette magique ? »
« Je… je l'ai lu quelque part, je pense » dit Harry. « Dans un magazine de balai » il
improvisa d'une manière extravagante et Krum semblait se calmer.
« Je n'avais pas réalisé que j'avais parler de ma baguette à des magazines, » dit il.
« Ainsi… heu… où est Gregorowitch de nos jours ? »
Krum sembla perplexe.
« Il s'est retiré il y a plusieurs années. J'étais venu pour acheter une baguette de
Gregorovitch. C'est le meilleur - bien que je sais, naturellement, que vous
Britanniques sont fabriqués par Ollivander. »
Harry ne répondit pas. Il feint d'observer les danseurs, comme Krum, mais il pensait
dur. Ainsi Voldemort recherchait un fabriquant de baguette magique célèbre et Harry
trouva tout de suite une raison.
Il avait sûrement raison car la baguette magique d'Harry avait fait la nuit que
Voldemort l'a poursuivi à travers les cieux. Le houx et la baguette magique de plume
du Phénix avaient explosé la baguette
magique empruntée, une certaine chose qu'Ollivander n'avait pas prévue ou n'avait
pas comprise.
Gregorowitch en savait-il plus? Était-il vraiment plus habile qu'Ollivander, il sait des
secrets sur les baguettes magiques qu'Ollivander ne connaît-il pas ?
« Cette fille est très jolie, » indiqua Krum, rappelant Harry à la réalité. Krum se
dirigeait vers Ginny,
qui avait juste rejoint Luna. « Elle est également de parenté avec vous ? »
« Oui » dit Harry, soudainement irrité, « et elle voit quelqu'un. Type jaloux. Grand
type. Vous ne
voudriez pas le croiser. »
Krum grogna.
« Zut » dit il, vidant son gobelet et regardant ses pieds encore « A quoi ça sert d'être
un joueur
international de Quidditch si toutes les belles filles sont prises ? »
Et il laissa Harry pour prendre un sandwich d'un serveur passant et fit le tour du bord
de la piste de
danse. Il voulait trouver Ron, pour lui dire au sujet de Gregorovitch, mais il dansait
avec Hermione au
milieu du plancher. Harry se posa contre un des piliers d'or et observait Ginny, qui
dansait maintenant avec Lee Jordan l'ami de Fred et de George, essayant de ne pas se
sentir irrité au sujet de la promesse qu'il avait donné à Ron.
Il n'avait jamais été à un mariage avant, ainsi il ne pourrait pas juger comment les
célébrations de
sorciers n'était pas si différentes que celles des moldus , bien qu'il ait été assez sûr que
ces derniers ne mettraient pas sur un gâteau de mariage deux Phénix s'envolant quand
le gâteau sera couper, ou voir des bouteilles de champagne flottant dans les airs dans
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
la foule.
Pendant que la soirée dessinait dedans, et les mites commençaient à passer la verrière,
maintenant flotter des lanternes d'or, les festivités devenaient de plus en plus
déchaînées. Fred et George avaient disparu depuis longtemps dans l'obscurité avec
une bande de cousins de Fleur ; Charlie, Hagrid, et un magicien accroupi dans un
chapeau de porkpie pourpre chantaient à « Odo le héros » dans le
coin.
Errant dans la foule afin d'échapper à un oncle ivre de Ron qui sembla incertain si
Harry était son fils,
Harry repéra un vieux magicien seul s'asseyant à une table. Sa coupe de cheveux
blancs lui faisait ressembler à une horloge âgée de pissenlit. Il lui était vaguement
familier : Étirant ses cheveux,
Harry se rendit soudainement compte que c'était Elphias Doge, membre de l'ordre de
Phoenix et l'auteur de la nécrologie de Dumbledore.
Harry l'approcha.
« Je peux m'asseoir ? »
« Naturellement, naturellement, » dit Doge ; il avait une voix plutôt aiguë et
asthmatique.
Harry se pencha sur lui.
« Mr. Doge, je suis Harry Potter. »
Doge haleta.
« Mon cher garçon ! Arthur m'a dit que vous étiez ici, déguisé…. Je suis si heureux,
ainsi qu'honoré !
»
Dans un flottement du plaisir nerveux Doge versa Harry un gobelet de champagne.
« J'ai pensé à l'inscription » chuchota t il, « après que Dumbledore… le choc… pour
toi, je suis sûr… »
Les yeux minuscules de Doge se remplirent de larmes soudainement.
« J'ai vu la nécrologie que vous avez écrite pour le prophète quotidien, » dit Harry. «
Je ne savais pas que vous avez tellement bien connu professeur Dumbledore. »
" Mieux que n'importe qui, » dit Doge, tamponnant ses yeux avec une serviette.
« Je suis certainement celui qui l'a connu le plus longtemps, sans compter Aberforth et de toute façon, les gens ne semblent jamais compter Aberforth. »
« à propos du Daily Prophet, je ne sais pas si vous avez vu, M. Doge - ? »
« Oh, s’il te plaît, appelle-moi Elphias, cher garçon. »
« Elphias, je ne sais pas si vous avez vu que l'entrevue Rita Skeeter a donné au sujet
de Dumbledore ? »
Le visage de Doge prit un ton fâché.
« Oh oui, Harry, je l'ai vu. Cette femme, ou ce vautour pour être plus précis, m'a
franchement agacé, j'ai honte de dire que je suis devenu plutôt grossier, quand j'ai vu
cette truite calomnier sur ma santé d'esprit. »
« Bien, dans cette entrevue, » continua Harry , « Rita Skeeter a laissé entendre que
Dumbledore a été impliqué dans de la magie noire quand il était jeune. »
« Ne croyez pas un mot de ça ! » dit Doge immédiatement.
« Pas un mot, Harry ! Ne laissez rien ternir vos mémoires d'Albus Dumbledore ! »
Harry regarda le visage de Doge peu rassuré, mais frustré. Est-ce que Doge a-t-il
vraiment pensé que cela lui serait facile, ce que Harry a pu simplement choisir de ne
pas croire ? Doge n'a pas compris le besoin d’Harry d'être sûr, pour savoir tout ? »
Peut-être que Doge suspecta les sentiments de Harry, parce qu’ il sembla intéressé.
« Harry, Rita Skeeter est redoutable - Mais il fut interrompu par un aigu caquètement.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Rita Skeeter ? Ah, je l'aime, je la lis toujours ! »
Harry et Doge regardèrent jusqu'à voir tante Muriel se tenir là, les plumes dansant sur
ses cheveux,
un gobelet de champagne dans sa main. « Elle a écrit un livre concernant
Dumbledore, vous savez ! »
« Bonjour, Muriel » dit Doge
« oui, nous discutions juste - « « Vous là ! Donnez-moi votre chaise, j'ai cent sept ans
! » Un autre cousin Weasley, roux (évidemment) a sauté hors de son siège, semblant
alarmé, et tante Muriel balança sa chaise avec une force étonnante entre Doge et
Harry. « Bonjour encore, Barry ou
je ne sais quoi » dit-elle à Harry
« Maintenant, continuez ce que vous disiez au sujet de Rita Skeeter, Elphias ? Vous
savez qu'elle a écrit une biographie de Dumbledore ? Je ne peux pas attendre pour la
lire. Je dois me rappeler de passer une commande à Fleury & Bott ! »
Doge la regarda, raide et solennel, mais tante Muriel fini son gobelet d’un seul trait et
fit un signe à un serveur pour une autre coupe. Elle prit une autre grand coupe de
champagne, rota puis dit, « il n'y a aucun besoin de ressembler à une paire de
grenouilles bourrées ! Avant qu'il soit devenu aussi respecté et respectable, il y avait
quelques drôles de rumeurs au sujet d'Albus !
« Vous êtes mal renseignée » dit Doge, tournant aussi coloré qu'un radis.
« Vous diriez cela, Elphias, »
"J'ai noté comment vous assembliez les pièces du puzzle dans votre nécrologie !!"
beugla t-elle.
"Je suis désolé que vous ayez vu ça de la sorte ..." dit Doge, plus froidement.
"Je vous assure que j'écrivais avec le coeur."
«Oh, nous savons tous que vous avez adoré Dumbledore ; Vous pensez même que
c'était un saint,
même si il s'avère qu'il a éliminé sa soeur de pétard ! »
« Muriel ! » Doge hurla. Un froid qui n'avait rien à faire avec le champagne glacé
volait près de Harry.
« Qu'est ce que vous voulez dire ? » demanda-t'il à Muriel.
« Qui a dit que sa soeur a été tuée ? Je pensais qu'elle était malade ? »
« Vous pensez mal, Barry ! » dit tante Muriel, regardant l'effet qu'elle avait produit,
enchantée. « De
toute façon, comment pourriez vous compter savoir tout à son sujet ! Tout ça s'est
produit avant
même que vous n'étiez considéré mon cher et la vérité est que nous qui étions vivants
n'avons jamais
su ce qui s'était vraiment produit. C'est pourquoi je ne peux pas attendre pour
découvrir ce que
Skeeter a écrit ! Dumbledore a gardé pendant trop longtemps cette soeur tranquille ! »
« Faux ! » dit Doge, respirant bruyamment
« Absolument faux ! »
« Il ne m'a jamais dit que sa soeur avait été tué » a dit Harry, sans penser
« Et pourquoi, vous l'aurait-il dit ? » Muriel poussa des cris perçants, balançant son
siège et se
focalisant sur Harry « La raison pour laquelle Albus n'a jamais parlé au sujet d'Ariana
» commença
Elphias dans une voix raide avec émotion « est, je pensais être tout à fait clair qu'il
était dévasté par
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sa mort "
« Pourquoi personne ne la vit jamais, Elphias ? »
Muriel poussa des cris rauques
« pourquoi la moitié de nous n'a jamais été au courant de son existence jusqu'à ce
qu'ils aient porté
le cercueil hors de la maison et aient tenu un enterrement pour elle ? Où était Saint
Albus tandis qu'Ariana était enfermée à clef dans la cave ? Autre qu'être brillant à
Poudlard, ne s'est t'il jamais occupé de sa propre maison ! »
« Comment aurait elle été verrouillé dans la cave ? » demanda Harry.
« Qui est-ce ? » Doge semblait misérable.
Tante Muriel continua son récit et répondit à Harry.
La mère de Dumbledore était une femme terrifiante. Elle était une sang-de-bourbe,
même si elle prétendait le contraire "
"Elle n'a jamais prétendu n'importe quoi de la sorte ! Kendra était une bonne femme,"
chuchota Doge malheureux, mais tante Muriel l’ignora.
-" - hautaine et très autoritaire, le genre de femme qui aurait été mortifié de doner
naissance a une crackmol . "
-" Arriana n'était pas une Crackmol " repeta Doge .
-" Vous dîtes ça, Elphias, mais expliquer moi, alors, pourquoi n'a t'elle jamais
fréquenté Poudlard " dit Tante Muriel. Elle se retourna cers Harry. " De nos jours, les
Crackmol sont souvent étouffés, on les
éloigne à l'extrême ou alors dans ce cas là on confine une jeune fille à la maison et
fait comme si elle
n'existait pas. "
- " Je vous dit que ce n'est pas ce qu'il s'est passé ! " dit Doge, mais Tante Muriel n'y
fit pas attention, pourtant s'adressa à Harry.
-" D'habitude les crackmol sont envoyé dans des écoles de Moldus, et on les
encourage à s'intégrer dans la société moldue.... c'est mieux que d'essayer de leur
trouver une place dans le monde magique, ou ils seront à jamais une sorte de
deuxième classe, mais naturellement Kendra Dumbledore ne voulait surtout pas
envoyer sa fille dans une école de Moldus _ "
-" Ariana était fragile ! " dit Doge désespérément " sa santé était trop fragile pour lui
permettre de..."
-" .... partir de la maison ? " intervint Tante Muriel " De plus, elle n'a jamais été
emmenée à Ste Mangouste et aucun guérisseur n’a jamais mandé à la voir "
-" Honnêtement, Muriel, comment pouvez vous savoir si -- "
Pour votre information, Elphias, mon cousin Lancelot était un guérisseur à l’hôpital
Ste Mangouste, et il a dit à ma famille, avec la discrétion la plus totale, qu’Ariana
n'avait jamais été vu là bas. Très soupçonneux, Lancelot y pensa !»
Doge était au bord des larmes. . Tante Muriel, semblait s'amuser énormément en
tourmentant Doge et appeler de plus en plus de serveurs pour lui apporter du
champagne
Paralysé, Harry pensa à la façon dont les Dursleys l'avait, par le passé, fermé à clef,
maintenu hors de la vue de tous pour le crime d'être un magicien. La soeur de
Dumbledore a souffert du même destin à l'envers : emprisonné pour son manque de
magie ? Dumbledore l'avait-il vraiment laissée à son destin tandis qu'il allait briller à
Poudlard ?
« Maintenant, si Kendra n'était pas morte d'abord, » Muriel reprit
« je dirais que c'est elle qui a tué Ariana
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Comment osez vous, Muriel ! » gémit Doge.
« Une mère tuant sa propre fille ? Pensez ce que vous dites ! »
« Si la mère en question était capable d'emprisonner sa fille pendant des années,
pourquoi pas ? »
Gesticula Muriel.
« Mais comme Kendra est morte avant Ariana – ce dont personne n'a jamais semblé
sûr «
« Oui, Ariana pourrait avoir fait un acte désespéré et avoir tué Kendra » indiqua tante
Muriel
pensivement.
« Secouez votre tête autant de temps que vous voudrez, Elphias. Vous étiez à
l'enterrement d'Ariana ? »
« Oui j'y étais, » dit Doge, tremblant » et ce dont je peux me rappeler, c'est qu'Albus
était navré, Albus en avait le coeur brisé, Il n’y eu pas que son coeur. Alberforth lui a
cassa le nez .
Si Doge avait semblé horrifié avant, ce n'était rien comparé à maintenant. Muriel
pourrait l'avoir poignardé. Elle prit une autre gorgée de champagne, qui ruisselait en
bas de son menton puis beugla.
« Comment faites -vous ? » coassa Doge.
« Ma mère était amie avec Bathilda Bagshot, » dit Muriel.
«Bathilda a décrit comment élever un enfant tandis que j'écoutais à la porte. Une
bagarre de cercueil à côté. Bathilda expliqua que Alberforth cria sur Albus en lui
disant que c’était entièrement sa faute si Ariana était morte puis il lui mit son
poing à la figure.
Selon Bathilda, Albus ne s'est pas même défendu, et c'est assez cohérent en soi.
Albus pourrait détruire Aberforth dans un duel avec les deux mains attachées derrière
lui.
Muriel buvait de grandes gorgées de champagne. Le récit de ces vieux scandales
semblait l'exciter autant qu'ils horrifiaient Doge. Harry ne savait pas quoi penser, qui
croire. Il voulait la vérité mais le fait que Doge bêlait faiblement n'aidait pas Harry. Il
avait peine à croire que Dumbledore ne serait pas intervenu si une telle cruauté s'était
produite dans sa propre maison, mais il y avait assurément
quelque chose de pas clair au sujet de l'histoire. « Et je vais te dire autre chose, » dit
Muriel alors qu'elle abaissait son gobelet.
« Je pense que Bathilda a tout dit à Rita Skeeter pendant l'entrevue de Skeeter au sujet
d'une source importante près de Dumbledore - elle était là pour les affaires d'Ariana !
»
« Bathilda ne parlerait jamais à Rita Skeeter ! » chuchota Doge.
« Bathilda Bagshot ? » dit Harry
« L'auteur d'une histoire de magie ? »
Le nom a été imprimé sur l'avant d'un des manuels de Harry, dont bien entendu sur un
livre qui n’avait jamais lu attentivement.
«Oui » dit Doge, saisissant la question de Harry comme un homme en pleine noyade.
« L'historienne sorcière la plus douée et une vieille amie d'Albus »
« Tout à fait gaga de nos jours, j'ai entendu» dit gaiement tante Muriel.
« Si c'est ainsi, il est bien plus déshonorant que Skeeter tire profit d’elle, » dit Doge
« On ne peut pas forcément avoir confiance en ce que Bathilda a pu avoir indiqué ! »
« Oh, il existe des moyens pour rapporter des mémoires, et je suis sûre Rita Skeeter
les connaît toutes " dit Muriel
« Mais même si Bathilda est devenue folle, je suis sûre qu'elle a gardé de vieilles
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
photographies, voire même quelques lettres. Elle a connu Dumbledore pendant des
années….
Bon motif pour un voyage à Godric's Hollow » dit Harry, qui avait pris une chope de
Biéraubeurre, qui était en train de s’étouffer.
Doge le frappa sur le dos pendant que Harry toussait, regardant tante Muriel, les yeux
coulants. Une
fois qu'il retrouva l'usage de sa voix, il demanda, « Bathilda Bagshot vit encore à
Godric's Hollow ? »
« Oh oui, elle y sera pour toujours ! Dumbledore y a séjourné après que Percival ait
été emprisonné, et elle était leur voisin. »
« Dumbledore a vécu à Godric's Hollow ? » demanda Harry.
« Oui, Barry, c'est ce que je viens de dire » dit tante Muriel avec mauvaise humeur.
Harry se sentit soudain vide. Jamais une fois, en six ans, Dumbledore lui avait dit
qu'ils avaient vécu et perdu ceux qu'ils aimaient à Godric's Hollow. Pourquoi ? Lily et
James ont-ils été enterrés près de la mère et de la soeur de Dumbledore ? Dumbledore
avait-il visité leurs tombes, avait-il peut-être marché près de Lily et James pour faire
ainsi ? Et il avait jamais dit à Harry par le passé … non jamais
pris la peine pour dire… Et pourquoi il était si important, Harry ne pouvait pas
l'expliquer, pourtant il sentit qu'il considérait ça comme un mensonge pour ne pas lui
avoir indiqué qu'ils ont eu cet endroit et ces expériences en commun. Il regarda
devant lui, à peine notant ce qui continuait autour de lui,
et ne se rendit pas compte qu'Hermione était apparu hors de la foule jusqu'à ce qu'elle
ait prit une
chaise près de lui. « Je ne peux pas danser plus, » elle haletait, glissant une de ses
chaussures et
frottant la plante de son pied. « Ron est parti chercher de la bièraubeurre. C'est un peu
le chahut.
J'ai vu Viktor provoquer le père de Luna, il la regardait d'un air dubitatif. Elle laissa
tomber sa voix, le regardant fixement. « Harry, tu vas bien ? »
Harry ne savait pas par où commencer, mais à ce moment, quelque chose de grand et
argenté vint, tombant par la verrière au-dessus du plancher
de danse. Gracieux et brillant, le lynx débarqua légèrement au milieu des danseurs
étonnés. Les têtes tournérent, car les plus proches gelérent absurdement en dansant.
Puis la bouche du Patronus ouverte au loin, parla avec la voix forte, profonde, lente
de Kingsley Shacklebolt. « Le ministère est
tombé. Scrimgeour est mort. Ils arrivent. »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 99 :: U
UNNN EEENNNDDDRRROOOIIITTTOOOUUU SSSEEE CCCAAACCCHHHEEERRR
Tout semblait brouillé, lent. Harry et Hermione se levèrent d'un bond et tirèrent leurs
baguettes magiques. Beaucoup des personnes ne se rendaient pas compte que quelque
chose d'étrange se produisait ; leurs têtes se tournaient toujours vers le chat argenté
qui, soudain, disparu. Le silence s'étendit alors. Ils virent des ondulations froides à
l'endroit où le Patronus s'était tenu. Alors quelqu'un cria.
Harry et Hermione se jetèrent dans la foule, prise de panique. Les invités sprintaient
dans toutes les directions, beaucoup transplanèrent ; les sortilèges protecteurs autour
du Terrier s'étaient brisés.
« Ron ! » cria Hermione. « Ron, où es-tu ? »
Ils se frayèrent un chemin à leur façon à travers la piste de danse, Harry vit des
figures masquées apparaître dans la foule ; alors il vit Lupin et Tonks brandir leurs
baguettes magiques et les entendit crier,
« Protego ! »
Un cri qui fit écho partout dans la pièce.
« Ron ! Ron ! » Appela Hermione, à moitié sanglotante pendant qu'elle et Harry se
trouvaient, protégés, derrière les invités en panique. Harry saisit sa main pour
s'assurer de ne pas être séparé, pendant qu'une strie de lumière sifflait au-dessus de
leurs têtes - un charme protecteur où quelque
chose de plus sinistre, il ne l'a pas su Enfin, Ron était là. Il attrapa le bras libre de Hermione, Harry fit un tour sur lui
même, la vue et le bruit s'éteignaient, l'obscurité les enveloppa. Tout ce qu'il pouvait
sentir était la main de Hermione pendant qu'il était serré par l'espace et le temps, loin
du Terrier, loin des Mangemorts, s'enfuyant, peut-être, de Voldemort lui-même...
« Où sommes-nous ? » dit la voix de Ron
Harry ouvrit les yeux. Un moment, il cru qu'ils n'avaient pas quitté le mariage, ils
semblaient toujours entourés par des gens.
« La Route de la Cour de justice de Tottenham » haleta Hermione. « Une promenade,
juste une promenade, nous avons besoin de trouver quelque part pour nous changer »
Harry fit comme elle le lui demanda. Ils commencèrent à marcher puis à courir vers le
haut d'une large et sombre rue envahie par les derniers fêtards du soir et remplie de
magasins fermés, les étoiles scintillant au-dessus d'eux. Un bus à double étage leur
klaxonna et un groupes de jeunes saouls les reluqua quand ils leurs passèrent devant.
Harry et Ron portaient toujours des robes de sorciers.
« Hermione, il n'y a aucun endroit pour se changer » lui dit Ron, pendant qu'une jeune
femme entra dans une trombe de petits rires nerveux en le voyant.
« Pourquoi je ne me suis pas assuré d'avoir la Cape d'Invisibilité avec moi ? » dit
Harry, en jurant intérieurement sa propre stupidité. « Toute l'année dernière je l'ai
gardée avec moi et – »
« C'est bon, je l'ai la cape, j'ai aussi des vêtements pour vous deux » interrompa
Hermione « Essayez juste d'agir naturellement à ce qu'on vous dit – cela suffira. »
Elle les mena en bas une petite rue, puis dans l'abri d'une allée ombragée.
« Quand tu dis que tu as la cape, et des vêtements... » dit Harry, regardant Hermione
en fronçant les sourcils voyant qu'elle ne possédait que son petit sac à main perlée
dans lequel elle fouillait maintenant.
« Oui, ils sont ici » dit Hermione, et à la surprise totale de Harry et Ron elle retira une
paire de jeans, un sweatshirt, quelques chaussettes bordeaux et finalement la Cape
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
d'Invisibilité argentée.
« par quel miracle comment as-tu fait cela ?
« Le sortilège de prolongation, » indiqua Hermione. « Rusé, mais je ne pense pas
l'avoir fait correctement; quoi qu'il en soit, j’ai réussi à mettre tout ce dont nous avons
besoin là-dedans. » Elle donna au sac une petite secousse et ils entendirent un écho
comme ci celui ci était rempli d'un grand nombre d'objets lourds qui roulaient à
l'intérieur.
« Oh, zut, les livres, » dit-elle, en scrutant à l'intérieur, « Et dire que je les avais tous
ranger par titre… et bien. … Harry, tu veux bien prendre ta cape d'invisibilité. Ron,
dépêche-toi de te changer… »
« Quand as tu fais tout ça? » Demanda Harry pendant que Ron se changeait
rapidement.
« Je vous ai dit qu'au terrier, j'avais eu les temps de les ranger pendant des jours, tu
sais, au cas où nous devions partir en fuite rapidement. J'ai rangé ton sac dedans ce
matin, Harry, après que vous vous soyez changez, et je l'ai mis dedans…
J'ai juste eu un pressentiment… »
« Tu es vraiment étonnante » dit Ron, lui donnant leurs robes de sorcier.
« Merci, » dit Hermione, avec un petit sourire pendant qu'elle poussait les longues
robes dans son sac. « S'il te plaît Harry, mets ta cape ! »
Harry jeta sa cape d'invisibilité sur ces ses épaules et l'a tira au-dessus de sa tête,
disparaissant de la vue. Il commençait seulement à réaliser ce qui s'était produit
« Les autres - Les personnes du mariage «
« Nous ne devons pas nous inquiéter de ça maintenant, » chuchota Hermione. « C'est
après toi qu'ils en ont Harry, et nous nous mettrons chacun encore plus en danger si
nous retournions là bas. »
« Elle a raison, » dit Ron, qui semblait savoir qu'Harry était sur le point de dire, même
s’il ne pouvait pas voir son visage. «Une grande partie de l'Ordre était là, ils s'en
occuperont. »
Harry inclina la tête, puis se rappela qu'ils ne pouvaient pas le voir, et dit, « D'accord.
» Mais il pensa à Ginny, et la crainte bouillonnait en lui comme de l'acide dans son
estomac.
« Avançons, je pense que nous devrions continuer dans cette direction » dit
Hermione.
Ils se déplaçaient dans la petite rue et sur la route principale, où un groupe d'hommes
du côté opposé chantaient et traverser la route jusqu'au trottoir.
« Simple question d'intérêt, pourquoi la rue de Tottenham ? » demanda Ron à
Hermione.
« Je n'en ai aucune idée, ça m'est venue d'un coup à l'esprit, mais je suis sûr que nous
sommes plus en sécurité ici dehors dans le monde des Moldus, ils ne s'attendront pas
à ce que nous soyons ici. »
« C'est vrai » dit Ron, regardant autour, « mais n'avez vous pas l'impression d'être
exposé? »
« Où veux tu aller sinon? » demanda Hermione, se tapissant alors que les hommes de
l'autre côté de la route commençaient à siffler. « Nous ne pouvons pas aller au
Chaudron Baveur directement?
Et si Rogue allait vérifier là bas…. Je suppose que nous pourrions juger bons d'allez
chez mes parents, je pense qu'il y a aucune chance pour qu'ils aillent vérifier là bas…
oh, j'espère qu'ils n'ont rien ! »
« Tout droit, chérie? » Hurlait un des hommes ivres sur l'autre trottoir. « Vous voulez
une boisson ? Entourée de gingembre avec une bonne pinte ! »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Asseyons-nous quelque part, » indiqua Hermione à la hâte pendant que Ron ouvrait
sa bouche pour crier à travers la route. « Regardez, cela vous suffira ! »
C'était un petit et minable café de nuit. Une couche mince de crasse sur toutes les
tables, mais il était plus ou moins vide. Harry se glissa dans un espace d'abord et Ron
se posa à côté de lui ainsi qu'Hermione:« Asseyons-nous quelque part, » dit elle en
jetant un coup d'oeil au-dessus de son épaule tellement fréquemment qu'elle semblait
avoir un mouvement convulsif. Harry n'aimait pas rester ici à ne pas bouger; la
marche lui avait donné l'impression qu'ils avaient un but. Sous la cape il sentait les
derniers effets du Polynectar s’estomper, ses mains reprirent leur forme et longueur
habituelle. Il sortit ces lunettes de sa poche et les mis.
Après une minute ou deux, Ron indiqua, « vous savez, nous ne sommes pas loin du
chaudron baveur ici, il est dans la croix de Charing –
« Ron, nous ne pouvons pas ! » répondit immédiatement Hermione.
«Pourquoi rester ici alors que nous pourrions aller voir ce qui c’est passé?! »
« Nous savons que c’est passé ! Voldemort a tué le ministre de la magie, qu’est ce que
nous devons savoir d'autres? »
« Ok, Ok, c'était juste une idée ! » Ils retombèrent dans le silence. La serveuse
mâchait un chewing gum et Hermione avait commandé deux cappuccinos : Harry
étant invisible, il aurait semblé très bizarre d’en commander trois. Une bande
d'ouvriers robustes venait d'entrer et s’assirent tous serrés à la table voisine. Hermione
laissa tomber sa voix en un chuchotement.
« Je dis que nous devons trouver un endroit tranquille pour disparaître et ensuite on se
dirigera vers la campagne. Une fois que nous serons là bas, nous enverrons un
message à l'ordre. »
« Tu peux faire un Patronus parlant? » demanda Ron.
« Je l’ai déjà pratiqué et je pense que oui, » dit Hermione.
« Bien, tant que nous nous attirons aucun ennuis, si ça se trouve, ils ont peut être déjà
été arrêtés » dit Ron avec révolte en renversant un peu de café mousseux et grisâtre.
La serveuse avait entendu ; elle lança à Ron un regard méchant pendant qu'elle était
au loin prenant les commandes des nouveaux clients. Le plus grand des deux ouvriers,
était blond et très imposants, Harry pouvait désormais le voir, non loin de là. Il le
regarda fixement.
« Allons nous en, je ne veux pas boire cette horreur, » dit Ron. « Hermione, as tu de
l'argent moldu pour payer ça ? »
« Oui, j'ai retiré tout mon argent de mon compte bancaire avant de venir au terrier. Je
parie que tout l'argent est au fond, » soupira Hermione, cherchant dans son sac perlé.
Les deux ouvriers firent le même mouvement, et Harry les avaient remarqués sans
pensée éveillée : Chacun des trois avaient leurs baguettes magiques. Ron, réalisa
quelques secondes plus tard ce qui se passait, se précipitant sur la table, poussant
Hermione en longueur sur son banc. La force des sortilèges qu’avaient lancé les
mangemorts brisa le mur carrelé où la tête de Ron c'était trouver quelques secondes
auparavant, Harry, étant invisible, hurla, « Stupéfix ! »
Le grand mangemort blond fut frappé au visage par un jet de lumière rouge: Il
s'effondra en longueur, inconscient. Son compagnon, incapable de voir qui avait jeté
le sort, lança un sort sur Ron: Des cordes noires et brillantes s'envolèrent du bout de
sa baguette et enroulèrent Ron de la tête aux pieds - la serveuse cria et courut vers la
porte Harry envoya un autre sort d'immobilisation au mangemort avec le visage tordu, celui
qui avait attaché Ron, mais le sort le manqua, rebondi sur la fenêtre, et frappa la
serveuse, qui s'effondra devant la porte.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Expulso ! » beugla le mangemort, et la table derrière laquelle Harry se tenait
explosa: La force de l'explosion le plaqua contre le mur et il senti sa baguette magique
lui échappait des mains pendant que sa cape glissait un peu plus loin.
« Petrificus Totalus ! » cria Hermione cachée, et le mangemort tomba en avant
comme une statue sur la porcelaine qui était posé sur la table, et renversant ainsi le
café. Hermione rampa sous son banc, en enlevait le peu de cendre de cendrier dans
ses cheveux et tremblante de partout
« D-diffindo, » dit elle, en dirigeant sa baguette magique vers Ron, qui hurla de
douleur alors qu'elle ouvrit son jean au niveau de son genou, laissant une coupure
profonde. « Oh, je suis désolé, Ron, mon bras tremble ! Diffindo ! »
Les cordes divisées tombèrent. Ron retomba sur ses pieds, secouant ses bras pour
retrouver leurs mobilités. Harry pris sa baguette magique et se releva au-dessus de
tous les débris où le grand mangemort blond était tombé sur le banc.
« Je le reconnais, dit il, il était là, la nuit où Dumbledore est mort, » dit il. Il retourna
le mangemort plus sombre avec son pied ; les yeux de l'homme se déplacés
rapidement sur Harry, Ron et Hermione.
« C'est Dolohov, » dit Ron. « Je le reconnais grâce aux vieilles affiches. Je pense que
l’autre c’est son frère. »
« Pourquoi s'occuper de leurs noms! » dit Hermione un peu de façon hystérique. «
Comment nous ont-ils trouvés ? Qu’est ce que nous allons en faire ? »
Sa panique semblait d'une façon ou d'une autre sortir de la tête d'Harry.
« Ferme la porte à clef, » lui dit-il, « et Ron, éteint les lumières. »
Il regarda par terre Dolohov paralysé, pensant rapidement pendant que la serrure
cliquetait et que Ron utilisait le Deluminator pour plonger le café dans l'obscurité.
Harry pouvait entendre les hommes qui avaient raillé Hermione plus tôt, hurlaient
maintenant après une autre fille dans la ruelle.
« Qu'est ce que nous allons faire d'eux? » chuchota Ron à Harry dans l'obscurité; « les
tuer ? Ils nous tueraient. S’ils ont la moindre occasion la prochaine fois. »
Hermione frissonna et fit un pas en arrière. Harry secoua la tête.
« Nous devons juste vider leurs mémoires, » dit Harry. « Il est meilleur que celui de la
mort et au bout d'un moment ils sentiront très fort ; de plus si nous les tuons il serait
évident que nous étions ici. »
« C'est toi le chef » dit Ron, semblant profondément soulagé. « Mais je n'ai jamais fait
un sortilège d'amnésie. »
« Moi non plus » dit Hermione, « enfin qu'en théorie. »
Elle prit une profonde inspiration et quand elle fut apaisé, elle dirigea sa baguette
magique au front de Dolohov et dit, « Oubliettes. »
Immédiatement, les yeux de Dolohov devinrent confus et rêveurs.
« Brillant ! » dit Harry, lui donnant une tape dans le dos. « Prend bien soin de l'autre
ainsi que de la serveuse tandis que Ron et moi remettons tout en ordre (remettre la
lumière et réparer). »
« Remettre en ordre ? »dit Ron, regardant autour de lui le café en partie détruit. «
Pourquoi ? »
« Tu ne penses pas qu'elle pourrait se demander ce qui c'est produit si elle se réveille
en se trouvant dans un endroit bombardé? »
« Oh oui, d'accord… »
Ron lutta pendant un instant avant de parvenir à sortir sa baguette magique de sa
poche.
« Je ne suis pas vraiment à l'aise dans mes vieux jeans, ils sont serrés. » dit il.
« Oh, je suis désolé dit en sifflant Hermione qui tirait la serveuse hors de la vue des
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
fenêtres. Harry l'entendit murmurer une suggestion à Ron où il pourrait mettre sa
baguette magique à la place.
Une fois que le café était redevenu comme avant, ils soulevèrent les Mangemorts de
nouveau devant leur table et les placèrent debout à leur place d'origine. « Mais
comment nous ont-ils trouvés ? » demanda Hermione, regardant les deux hommes
inertes. « Comment ont-ils su où nous étions ? »
Elle se tourna vers Harry.
« Tu...Tu ne penses pas que tu as toujours l'enchantement sur toi, Harry ?
« Il ne peut pas l'avoir, » dit Ron. « L'enchantement se rompt à ces dix-sept ans, c'est
la lois des Sorciers, tu ne peux pas la mettre sur un adulte. »
« Dans la mesure où vous savez, » dit Hermione. « Ce qui voudrait dire que les
Mangemorts ont trouvé une manière de le mettre sur une personne de plus de 17ans ?
»
« Mais Harry n'a pas été près d'un Mangemort dans les dernières vingt-quatre heures.
Ce qui laisse supposer qu'il y avait un traître parmi nous? »
Hermione ne répondit pas. Harry semblait être corrompu : Est-ce que c'était vraiment
les Mangemorts qui l'avaient trouvé ?
« Si je ne peux pas employer la magie, vous ne devez pas l’employer près de moi,
pour ne pas donner notre position - « commença t il.
« Nous ne l'utiliserons pas ! » dit fermement Hermione.
« Nous avons besoin d'un endroit sûr pour se cacher, » dit Ron. « Nous devons penser
à nous reposer. »
« Square Grimmauld, » indiqua Harry.
Les deux autres baillaient.
« Ne sois pas idiot, Harry, Rogue peut entrer là ! »
«Le père de Ron a dit qu'ils ont mis plein de sorts contre lui - et si ils n'avaient pas
fonctionné? » dit-il pressé pendant qu'Hermione commençait à discuter « Tu ne
comprends pas, je jure, que je ne voudrais rien de mieux que de rencontrer Rogue ! »
« Mais - « dit elle.
« Hermione, que proposes-tu d'autres ? C'est la meilleure solution que nous ayons.
Seul un Mangemort comme Rogue. Si j'ai toujours la trace sur moi, nous aurons une
foule entière à nos trousses partout où nous irons autrement. »
Elle ne pouvait pas discuter, bien qu'elle le regardait comme si elle allait trouver une
autre solution. Tandis qu'elle ouvrait la porte du café, Ron appuya sur le
Deluminateur pour libérer la lumière dans le café.
Puis, en comptant jusqu’à trois, Harry lança un sort, et il arrêta les charmes sur les
trois victimes, et avant que la serveuse ou que l’un des deux mangemorts pouvaient
faire plus que remuer en somnolant, Harry, Ron et Hermione avaient tourné sur place
et avaient disparu dans l'obscurité une fois de plus.
Les poumons de Harry quelques secondes plus tard pouvaient se gonfler de nouveau
et il ouvrit ses yeux : Ils se tenaient maintenant au milieu d'une petite et minable place
familière.
Devant une maison délabrée ils regardèrent de chaque côté. Le numéro douze étant
face à eux, il avait connu son existence par Dumbledore, le Gardien du secret, et ils ne
se précipitèrent pas vers elle, vérifiant tous les quelques yards qu'ils n'étaient pas
suivis ou n'étaient pas observées. Elle était faite en pierre, et Harry tapa à l'entrée
principale avec sa baguette magique. Ils entendirent une série de clics métalliques et
le cliquetis d'une chaîne, puis la porte s'ouvrit avec un grincement et ils se
dépêchèrent de passer le seuil.
Quand Harry ferma la porte derrière eux, de la lumière jaillie des lampes de gaz
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
démodées, la lumière montrant la longueur du vestibule. Il regarda et c’était comme
Harry s'en souvenait: mystérieux, les contours de l'elfe de maison se dirigeant vers le
mur jetant des affaires sur le haut de l'escalier. Les longs rideaux foncés cachant le
portrait de la mère de Sirius. La seule chose qui était hors d'atteinte était le porteparapluie
en forme de jambe de troll, qui se trouvait renverser comme si Tonks venait
juste de le frapper.
« Je pense que quelqu'un est venu ici, » chuchota Hermione, en avançant.
« Qui pourrait s'être introduit en dehors de l'Ordre? » murmura Ron derrière.
« Où sont ces sorts qu'ils ont mis contre Rogue ? » se demanda Harry.
« Peut-être sont ils seulement activés en sa présence ? » suggéra Ron.
Pourtant ils restèrent serrés ensemble sous la cape, dos contre la porte, effrayés de
rentrer plus loin dans la maison.
« Bien, nous ne pouvons pas rester ici pour toujours, » dit Harry, et il fit un pas en
avant.
« Severus Rogue ? » demanda une voix.
La voix déprimée de FolOeil chuchota alors hors de l'obscurité, faisant à chacun
d'entre eux un saut en arrière d'effroi. « Je ne suis pas Rogue ! » coassa Harry, avant
qu'il ne senti quelque chose au-dessus de lui comme de l'air froid et que sa langue se
soit courbée en arrière sur elle-même, lui rendant impossible de parler. Avant qu'il
n'ait eu le temps de sentir l'intérieur de sa bouche, sa langue s'était démêlée.
Les autres deux semblaient avoir éprouvé la même sensation désagréable. Ron faisait
des bruits de mastication; Hermione bégaya, « Qui d'autres mis à part FolOeil aurait
pu mettre ce sort de Bloc langue pour Rogue ! »
Harry fit un autre pas en avant. Quelque chose bougea dans l'ombre à l'extrémité du
hall, et avant que n'importe lequel d'entre eux n'ait pu dire un mot, une figure sorti
hors du tapis, grand, poussièreux et terrible; Hermione poussa un cri, qui réveilla
Mme Black, qui ouvrit ces rideaux; la figure grise glissait vers eux, de plus en plus
rapidement, ses cheveux longs et sa barbe traînant derrière elle, son visage submergé,
fleshless ( je ne comprends pas ce mot. flesh=chair et less=moins donc peut-etre ridé
ou creux ? ), avec des yeux vides dans ces orbites: Terriblement familière, il souleva
un bras, se dirigeant vers Harry.
« Non ! » cria Harry, et bien qu'il ait soulevé sa baguette magique aucun charme n'en
sorti. « Non ! Nous ne sommes pas lui! Nous ne vous tueront pas - «
Après cette annonce de non mise à mort, la figure éclata dans un grand nuage de
poussière: Toussant, ses yeux humides, Harry regardait autour de lui pour voir que
Hermione s'était allongé sur le plancher près de la porte avec ses bras au-dessus de sa
tête, et Ron lui se secouait de la tête au pied, tapotant sur ces l'épaule et dit, « Tout va
bien. …. Ca va allez. … »
La poussière tourbillonna autour de Harry comme de la brume, attrapant la lumière du
gaz bleue, alors que Mme Black continuait à crier.
« Sang de Bourbe, ordures, taches du déshonneur, vous souillez la maison de mes
aïeux - «
« FERMEZ LA, LA HAUT ! » beugla Harry, dirigeant sa baguette magique vers elle,
et avec un geste, un jet des étincelles rouge, ferma les rideaux encore, la faisant taire.
« Que… qui était… « pleurnicha Hermione, car Ron l'avait remise sur pieds.
« Oui, » dit Harry, « mais ce n'était pas vraiment lui! C'était juste quelque chose pour
effrayer Rogue. », Harry se demanda, où il avait vu Rogue pris d'horreur en passant
qu'il avait tué le vrai Dumbledore(( ???))? Toujours nerveux, il mena les deux autres
vers le hall, prévoyant à moitié une nouvelle terreur pouvant apparaître, mais rien ne
se passa excepté une petite souris qui passa le long du mur.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Avant que nous allions plus loin, je pense que nous devrions vérifier, » chuchota
Hermione, et elle souleva sa baguette magique et dit, « revelio de Homenum. »
Rien ne se produisit.
« Bon, tu as juste eu un grand choc, » dit Ron avec bonté. « C'était l’effet attendu,
non? »
« Il a fait ce qu’il devait! » dit Hermione plutôt gênée. « C'était un charme pour
indiquer la présence humaine, et il n'y a personne ici à part nous ! »
« Un vieux poussiéreux, » dit Ron, jetant un coup d'oeil sur le tapis sur lequel le
cadavre était apparut.
« Allons en haut » dit Hermione avec un regard effrayé à cette idée, et elle mena la
marche en montant l'escalier avec des grincements jusqu'au salon du premier étage.
Hermione tournait sa baguette magique pour allumer les vieilles lampes de gaz, puis,
tremblant légèrement dans la salle où il y avait des courants d'air, elle s'assit sur le
sofa, ses bras enroulés étroitement autour d'elle-même. Ron, lui, fermait la fenêtre et
ferma les rideaux lourds en velours.
« Il n'y a personne dehors, » rapporta t il. Si Harry avait toujours une marque sur lui,
ils nous auraient suivis jusqu’ici, non? Je sais qu'ils ne peuvent pas rentrer dans cette
maison, mais ils le veulent. Harry ? »
Harry poussa un cri de douleur : Sa cicatrice le brûla pendant que quelque chose
clignait à travers son esprit comme une lumière lumineuse sur l'eau. Il vit une grande
ombre et sentit une fureur qui n'était pas la sienne dans son corps, violente comme
une décharge électrique.
« Qu'est-ce que tu as vu? » demanda Ron, avançant vers Harry. « Tu as où il était ? »
« Non, j'ai juste senti sa colère - il est vraiment très en colère - «
« Mais ça pourrait être au Terrier, » dit Ron fortement. « Rien d’autre ? Tu n'as rien
vu? Maudissait-il quelqu'un? »
« Non, j'ai juste senti sa colère - je ne pourrais pas en dire plus - «
L'esprit d'Harry était confus, et Hermione qui ne l’aidait pas et disait avec une voix
effrayée, « ta cicatrice, encore? Mais que se passe-t-il ? Je pensais que le
raccordement s'était fermé ! »
« C'était le cas pendant un moment » murmura Harry ; sa cicatrice le lançait encore,
ce qui lui donnait du mal à se concentrer. « Je - Je pense qu'elle commence à me faire
mal lorsqu'il qu'il perd son contrôle, cela est dur à contrôler- «
« Mais tu devais fermer ton esprit ! » dit Hermione. « Harry, Dumbledore n'a pas
voulu de ce raccordement, il a voulu que tu le fermes, c'est pourquoi tu étais censé
étudier l'Occlumancie ! Autrement Voldemort peut mettre de fausses images dans ton
esprit, tu te souviens? - «
« Ouais, je m’en souviens, merci, » indiqua Harry les dents serrées ; tu n'a pas besoin
de me rappeler, Hermione, comment Voldemort avait, par le passé, employé ce même
raccordement entre nous pour me mener dans un piège, qui a eu pour conséquence la
mort de Sirius. J’aimerais que vous ne me le rappeliez plus; Voldemort essayait de
voir, il se posa contre le mur de la salle, et la douleur de sa cicatrice était toujours
importante mais il la combattait : C'était comme résister à une maladie.
Il tourna le dos à Ron et à Hermione, faisant croire qu'il examinait la vieille tapisserie
de l'arbre généalogique noir sur le mur. Puis Hermione poussa des cris perçants :
Harry sorti sa baguette magique et se tourna pour voir un Patronus argenté monter par
la fenêtre et sauter sur le plancher du salon devant elle, où une belette parlait avec la
voix du père de Ron.
« Le coffre fort de la famille, ne répondez pas nous sommes observés »
Le Patronus se dissout dans le néant. Ron laissa échapper un bruit entre une
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
pleurnicherie et un gémissement et se laissa tomber sur le sofa : Hermione la
rejoignit, le prenant dans ces bras.
« Ils vont tous bien, ils vont tous bien ! » chuchota t elle, et Ron la prit aussi dans ses
bras et la serra.
« Harry, » dit-il au-dessus de l'épaule d'Hermione, « je - «
« Ce n'est pas grave» dit Harry, pris d'énormes douleurs à sa tête. « C'est ta famille,
c'est normal que tu sois inquiet pour eux. Je réagirai de la même manière. » Et pensant
à Ginny. « Je réagis de la même manière. »
La douleur dans sa cicatrice atteignait son apogée, brûlante car il eu la même
impression dans le jardin du terrier. Il entendit faiblement qu'Hermione disait « il ne
veut pas être tout seul. Pourrions-nous nous servir des sacs de couchage que j'ai
apportés et que l'on dorme ici ce soir ? »
Il entendit Ron acquiescer. Il ne pouvait pas combattre la douleur beaucoup plus
longtemps : il craqua.
« Salle de bains, » murmura t il, et il quitta la salle aussi rapidement qu'il pouvait sans
trébucher.
Il était à peine arrivé qu’ il ferma la porte avec ses mains tremblantes, il prit sa tête
entre ses mains :il crut qu’elle allait exploser et tomba sur plancher, puis dans une
explosion de souffrance, il sentit qu’une fureur qui ne lui appartenait pas possédait
son âme ; il vit une longue salle allumée seulement par la lumière des flammes, et que
le géant Mangemort blond sur le plancher, criait et hurlait, alors qu’une plus légère
figure se tenait au-dessus de lui, une baguette magique tendue ; Harry parlait d'une
voix élevée, froide, et impitoyable.
« Alors, Rowle, devons-nous en finir et vous servir de repas à Nagini ? Lord
Voldemort n'est pas sûr qu'il pardonnera cette fois. …. Tu oses revenir ici, pour me
dire qu’Harry Potter s'est encore échappé ? Drago, donne à Rowle un autre goût de
notre mécontentement. …. Fais lui sentir ma colère par toi-même ! »
Une notation tomba dans le feu : Flammes élevées, leur lumière dardant à travers un
visage blanc terrifié et aigu - avec un sens de l'émergence d'eau profonde, Harry
respira pleinement et rouvrit les yeux.
Il se retrouva sur le plancher de marbre noir froid, son nez reposant sur l’une (je
crois…) des queues de serpent d'argent qui soutenait la grande baignoire. Il s’assit
dessus. Malefoy avait le visage pétrifié et l'intérieur de ses yeux semblait brûlé. La
vision qu'Harry avait eue le rendit malade, Drago servait Voldemort.
Il y eu un coup sec et dur sur la porte, et Harry sauta pendant que la voix d'Hermione
parlait dehors.
« Harry, si tu veux ta brosse à dents, je l'ai ici. »
« Oui, merci, » dit il, en essayant de garder sa voix habituelle.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1100 :: LLEEE CCCOOONNNTTTEEE DDDEEE K
KRRREEEAAATTTUUURRR
Harry se réveilla tôt le matin suivant, enveloppé dans son sac de
couchage sur le sol du salon. Un bout de ciel était visible entre les rideaux lourds. Il
était d’un bleu d’encre mouillé frais et clair, quelque part entre la nuit et l'aube, et tout
était tranquille excepté la profonde et longue respiration de Ron et d’Hermione. Harry
jeta un coup d'oeil sur les ombres foncées qu’ils projetaient sur le sol derrière eux.
Ron avait eu un élan de galanterie et avait insisté pour qu’Hermione dorme sur les
matelas du sofa, de sorte que sa silhouette s’élevait au-dessus de la sienne. Son bras
pendait sur le plancher, ses doigts à quelques centimètres de ceux de Ron. Harry se
demanda s’ils s’étaient tenu la main lorsqu’ils s’étaient endormi. L'idée lui donna
l’étrange sensation d’être isolé.
Il leva les yeux vers le plafond ombragé, et la grande structure du
lustre. Il y avait moins de vingt quatre heures il se tenait à la lumière du soleil à
l’entrée du chapiteau, à attendre les invités du mariage. Cela semblait faire des
lustres. Qu'allait il se passer maintenant ? Il s’étendit sur le plancher et pensa aux
Horcruxes, à la mission complexe et angoissante que Dumbledore lui avait laissé…
Dumbledore…
La peine qu’il ressentait depuis la mort de Dumbledore sonnait
différemment maintenant. Les accusations qu'il avait entendues de Muriel au mariage
semblaient s’être incrusté dans son cerveau comme du poison, infectant ses souvenirs
du sorcier qu’il avait admiré. Dumbledore avait-il pu laissé de telles choses se
produire ? Avait-il été comme Dudley, se contentant d’observer la maltraitance et
l’abus sans en être affecté ? Pourrait-il avoir tourné le dos à une soeur qui était
emprisonnée et cachée ?
Harry ne pourrait pas rester là avec pour seule compagnie ses amères
pensées. Désespérant de voir arriver quelque chose, une quelconque distraction, il se
dégagea de son sac de couchage, repris sa baguette magique, et sorti furtivement de la
salle. Lorsqu'il se trouva sur le palier il chuchota " Lumos " et commença a grimper
l'escalier à la lueur de sa baguette.
Au deuxième étage se trouvait la chambre ou lui et Ron avaient dormis la dernière
fois qu’ils étaient venus, il jeta un coup d'oeil à l'intérieur. Les portes de la penderie
étaient restées ouvertes et la literie rejetée en arrière. Harry se souvenu de la jambe de
troll du rez-de-chaussée. Quelqu'un avait il fouillé la maison depuis que l'Ordre l'avais
abandonnée, Rogue ?
Sirius est mort ? Le regard de Harry déambula sur le portrait qui a
parfois contenus le grand père de Sirius, Phineas Nigellus Black, mais il était vide, ne
montrant rien d'autre qu'un bout de rideau marron. Phineas Nigellus passait
évidemment la nuit dans le bureau du directeur à Poudlard.
Harry continua de monter les escalier, jusqu'a qu'il atteigne le plus
haut palier de la maison, où il y avait seulement deux portes. Celle en face de lui
arborait une plaque avec le nom de Sirius. Harry n'était jamais entré dans la chambre
à coucher de son parrain auparavant. Il poussa la porte et l'ouvrit, maintenant sa
baguette haute pour projeter la lumière de celle-ci aussi largement que possible.
La chambre était spacieuse et avait dû être belle au moins une fois. Il
y avait un grand lit avec une tête de lit en bois ouvragé, une grande fenêtre obscurcie
par de longs rideaux en velours, un lustre enveloppé d'un épais manteau de poussière
avec des bougies qui étaient restées dans leurs douilles, la cire solide s'écoulant dans
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
une coulée congelée.
Une fine pellicule de poussière recouvrait les images et la tête de lit,
une toile d'araignée s'étendait du lustre jusqu'au haut de la penderie en bois, tandis
qu'il entrait plus profondément dans la chambre, il surprit une course de souris.
Le Sirius adolescent avait tellement mis d'images et de posters que peu
du mur de couleur gris argenté restait visible. Harry pouvait simplement supposer que
les parents de Sirius s’étaient avéré incapable de défaire l'enchantement de glue
perpétuelle que Sirius avait lancés au posters et images, parce qu'il était sûr que ses
parents n'appréciaient pas les goût de leur fils aine en matière de décoration. Sirius
avait l'air d'avoir une longue expérience sur la manière d’embêter ses parents.
Il y avait plusieurs banderoles des Gryffondor, écarlate et or un peu
fanée, juste pour souligner sa différence du reste de la famille qui eux avait appartenu
à Serpentard . Il y avait aussi beaucoup d'images de motos de moldu, et également
(Harry était obligé d'admirer le toupet dont Sirius avait fait preuve) plusieurs posters
de filles moldus en bikini.
Harry pouvait affirmer que c'était des images moldu car les models
restaient parfaitement immobiles dans leur cadre, sourire défraîchis et yeux figés sur
le papier.
La seule photographie magique sur le mur, contrastait avec le reste, c’était une image
de quatre étudiants de Poudlard, bras dessus bras dessous, riant devant l'appareil
photo.
Avec un certain plaisir, Harry reconnu son père, ses cheveux noirs
pointant désordonnés, les mêmes que ceux de Harry, lui aussi portant des lunettes.
Près de lui se tenait Sirius, négligemment beau, son visage légèrement arrogant
tellement plus jeune et plus heureux que Harry ne l'avait jamais vu étant vivant. A
droite de Sirius se tenait Pettigrow, plus petit que Sirius d'une tête, dodus avec des
yeux humides, rouge de plaisir de son intrusion dans le groupe le plus cool, avec les
très admirés James et Sirius. A la suite de James il y avait Lupin, d'apparence un peu
minable, mais avec le même air de surprise ravie, d'être aimé et intégré ou bien c'était
seulement parce que Harry connaissait son passé. Il essaya de la prendre du mur, elle
était à lui maintenant après tout, Sirius lui avait laissé tout ce qu'il possédait, mais elle
ne bougea pas d'un pouce. Sirius n'avais laissé aucune opportunité en prévention de la
volonté de ses parent à redécorer sa chambre.
Harry regarda autour de lui. Le ciel à l'extérieur devenait de plus en
plus lumineux. Une raie de lumière révéla des papiers, des livres, et des petits objets
dispersés sur le tapis.
Évidemment la chambre de Sirius avait elle aussi été fouillée, bien que ces objets
paraissaient avoir été jugés presque, sinon entièrement, sans valeur. Quelques uns des
livres avaient été secoués assez rudement pour qu’une partie de son contenu, leurs
couvertures et pages diverses jonchent le plancher.
Harry se pencha, prit quelques uns des morceaux de papier, et les
examina. Il en identifia un comme une partie d’une vielle édition de " L’Histoire de la
Magie ", par Barhilda Bagshot, et d’autres comme appartenant à un manuel
d'entretien de moto. Le tiers était écrit a la main et chiffonnés : il les défroissa.
" Cher Patmol
Merci, Merci, pour le cadeau d’anniversaire de Harry! C'était son
favori de loin. Un an et déjà qu’il monte sur un balai en jouet, il a l’air si heureux
avec. Je joins une image comme tu peux voir. Tu sais qu’il est haut comme trois
pommes mais il a presque tué le chat et casser l’horrible vase que Pétunia m'a envoyé
pour Noël (je ne m’en plains pas). Naturellement James a pensé que c’était très drôle,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
et dit qu'il sera un grand joueur de Quidditch mais nous avons du éloigné tous les
bibelots et nous assurons de ne pas perdre de vue quand il se déplace.
Nous avons eu un très tranquille goûter d'anniversaire, juste nous et
la vieille Bathilda qui a toujours été adorable avec nous et qui adore Harry. Nous
étions si désolé que tu ne puisses pas venir, mais l'ordre devait passer au premier
plan, et Harry n’est pas assez vieux pour savoir que c’est son anniversaire de toute
façon ! James devient frustré à rester enfermé ici, il essaye de ne pas le montrer mais
je peux dire – d’ailleurs Dumbledore détient toujours sa cape d'invisibilité, donc pas
de chance pour une petite excursion. Si tu pouvais venir, tu lui remonterais tellement
le moral. Queudver était ici le week-end dernier. Il semblait au plus bas de sa forme,
mais c'était probablement à cause des nouvelles au sujet de McKinnons ; J’ai crié
toute la soirée quand je les apprises.
Bathilda se lâche la plupart des jours, elle est incroyable lorsqu’il
s’agit de raconter des histoires des plus étonnantes au sujet de Dumbledore. Je ne
suis pas sûr qu’il serait content s'il le savait ! Je ne sais pas trop quoi croire, en fait
parce qu’il semble incroyable que Dumbledore... "
Les extrémités de Harry semblèrent s’être engourdies. Il restait
debout calme, tenant le papier miraculeux entre ses doigts inertes tandis qu'à
l'intérieur de lui une sorte d'éruption tranquille déversaient la joie et la peine a
mesures égales dans ses veines. Vacillant vers le lit, il s’assit.
Il lu encore la lettre, mais n’arrivait plus à saisir de quoi il était
question, et fut réduit à regarder fixement la lettre écrite a la main. Elle faisait ses " g
" de la même manière que lui : il rechercha chacun d’entre eux dans la lettre, et
chacun raisonna comme une douce vague glissant de derrière un voile. La lettre était
un trésor incroyable, la preuve que le Lili Potter avait vécu, vraiment vécu, que sa
main chaude s'était par le passé déplacée sur ce parchemin, traçant à l’encre ces
lettres, ces mots, des mots à son sujet, Harry, son fils.
Chassant impatiemment l’humidité de ses yeux, il relu la lettre, cette
fois se concentrant sur sa signification. C’est comme écouter une voix dont on se
souvenait à moitié.
Ils avaient eu un chat… peut-être avait-il péri, comme ses parents à Godric’s
Hollow… ou bien s’était il sauvé quand il n'y eu plus personne pour le nourrir…
Sirius lui avait acheté son premier balai… Ses parents avaient connu Bathilda
Bagshort ; Dumbledore les avaient-ils présentés ? " Dumbledore détient toujours sa
cape d'invisibilité "… ça c’était quelque chose de drôle…
Harry fit une pause, considérant les mots de sa mère. Pourquoi Dumbledore avait-il
pris la cape d'invisibilité de James ? Harry s’était distinctement rappelé son directeur
lui dire des années auparavant, " Je n'ai pas besoin d'une cape pour me rendre
invisible " peut-être qu’un membres moins doué de l'ordre avait eu besoin de son aide,
et Dumbledore avait-il agi en tant que porteur ? Harry laissa cela de coté…
" Queudver était la "… Pettigrew, le traître, paraissait au plus bas de sa
forme, hein ? Se rendait-il compte qu'il voyait James et le Lili vivants pour la dernière
fois ?
Et enfin Bathilda encore, qui racontait des histoires incroyables au sujet de
Dumbledore. " Il semble incroyable que Dumbledore.. " Que Dumbledore quoi ? Mais
il y avait un certain nombre de choses qui sembleraient incroyables au sujet de
Dumbledore ; qu'il ait reçu par le passé la note la plus basse en Transplanage , par
exemple, ou ait jeté des sorts à des chèvres comme Aberforth…
Harry se mit sur pied et balaya le plancher du regard : Peut-être le reste
de la lettre était-il ici quelque part. Il saisi des papiers, les triant avec ferveur, avec un
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
peu de considération en tant que chercheur original, il ouvraient les tiroirs, secoua les
livres, pris une chaise pour voir au dessus de la penderie, et rampa sous le lit et le
fauteuil.
Enfin, face contre terre sur le sol, il remarqua ce qui semblait être un
bout de papier sous la commode. Lorsqu’il l’extirpa, il reconnu ce qui devait être la
photo dont Lili parlait dans sa lettre. Un bébé aux cheveux noirs allait et venait dans
la photo sur un balai minuscule, hurlant de rire, et une paire de jambes qui devait
appartenir à James courrait après lui. Harry replia la photographie dans sa poche avec
la lettre de Lili et continua à chercher la deuxième feuille.
Après un autre quart d'heure, il fut toutefois contraint d’admettre que
le reste de la lettre de sa mère n’était plus là. S’était-elle simplement perdue depuis
les seize années qui s'étaient écoulées depuis qu'on l’avait écrite, ou avait-elle été
prise par celui qui avait fouillé la chambre ? Harry lu la première feuille encore, cette
fois à la recherche d’ indices qui auraient pu lui indiquer ce que contenait la deuxième
feuille. Son balai en jouet aurait difficilement pu être considéré comme intéressante
par les Mangemorts… La seule chose potentiellement utile qu'il pouvait y voir était
l'information possible sur Dumbledore. " Il semble incroyable que Dumbledore.. "
- Quoi ?
- Harry ? Harry ? Harry !
- Je suis là ! Cria-t-il, qu’est ce qui se passe ?
Il y eu un bruis de pas derrière la porte, et Hermione déboula à
l'intérieur.
- Nous nous sommes réveillé et nous ne savions pas où tu étais ! ditelle
à bout de souffle. Elle se retourna et cria par dessus son épaule, Ron ! Je l'ai
trouvé.
La voix lointaine de Ron fit écho depuis plusieurs étage en dessous :
- Bon ! Dis lui de ma part que c’est un imbécile !
- Harry ne disparaît plus comme ça, je t’en prie, nous étions terrifiés !
Pourquoi es-tu monté ici de toute façon ? Elle regarda tout autour d’elle la chambre
mise a sac. Qu’est ce que tu étais en train de faire ?
- Regarde ce que je viens de trouver.
Il sortit la lettre de sa mère. Hermione la prit et la lut tandis que Harry
l'observait. Quand elle atteint la fin de la page elle leva les yeux vers lui.
- Oh Harry…
- Oui et il y a aussi ça.
Il lui remit la photographie déchirée, et Hermione souri au bébé qui
allait et venait sur le balai en jouet.
- J'ai cherché le reste de la lettre, dit Harry, mais elle n'est pas ici.
Hermione jeta un coup d'oeil autour.
- Tu as mis tout ce désordre ou c’est une partie de celui que tu as
trouvé quand tu es arrivé ici ?
- Quelqu'un avait fouillé avant moi, dit Harry.
- Je le pensais aussi. Chaque pièce que j'ai examinée en montant avait
été dérangée. Qu’est-ce qu’ils cherchaient à ton avis ?
- Des informations sur l'ordre, si c'était Rogue.
- Mais tu ne penses pas qu’il aurait eu déjà tous ce dont il a besoin. Je
veux dire il était dans l'ordre, n'est ce pas ?
- Bon, dit Harry, impatient de discuter de sa théorie, que dis-tu de
l'information sur Dumbledore ? La deuxième page de la lettre, par exemple. Tu sais
que ma mère a mentionné Bathilda, tu sais qui elle est ?
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Qui ?
- Bathilda Bagshort, l'auteur de…
- " L’Histoire de Magie, " dit Hermione, semblant intéressée. Ainsi
tes parents l'ont connue ? Elle était une historienne magique incroyable.
- Et elle est encore vivante, dit Harry, et elle vit à Godric’s Hollow.
La Tante Muriel de Ron parlait d’elle au mariage. Elle connaissait la famille de
Dumbledore aussi. Ca s’rait rudement intéressant de lui parler, n’est ce pas ?
Il y avait un peu trop de compassion dans le sourire de Hermione à
son goût. Il récupéra la lettre et la photographie et les remplia à l'intérieur de la
pochette autour de son cou, pour ne pas avoir à la regarder et se trahi lui même.
- Je comprends pourquoi tu aimerais lui parler au sujet de ta maman
de ton papa, et de Dumbledore aussi, dit Hermione. Mais cela ne nous aiderait pas
vraiment dans notre recherche des Horcruxes, si ?
Harry ne répondit pas, et elle sauta sur l’occasion :
- Harry, je sais que tu veux vraiment aller à Godric’s Hollow, mais je
suis effrayée... Je suis effrayée par la façon dont les Mangemorts nous ont si
facilement retrouvé hier. Et cela me fait encore plus que jamais sentir que nous
devons éviter l’endroit ou tes parents sont enterrés, je suis sûr qu’ils s’attendent à ce
que tu y ailles.
- Ce n’est pas juste ça, dit Harry, évitant toujours de la regarder,
Muriel a dit des trucs au sujet de Dumbledore au mariage. Je veux savoir la vérité…
Il dit à Hermione tout ce que Muriel lui avait dit. Quand il eu fini,
Hermione dit :
- Bien sur, je peut comprendre que cela t’ai bouleversé, Harry…
- Je ne suis pas bouleversé, mentit-il, je voudrais juste si c’est vrai
ou…
- Harry penses-tu vraiment que tu obtiendras la vérité d'une vieille
femme malveillante comme Muriel, ou de Rita Skeeter ? Comment peux-tu les croire
? Ne connaissais-tu pas Dumbledore !
- Je le croyais, murmura-t-il.
- Mais tu sais combien il y avait de vérité dans ce qu’écrivait Rita à
ton sujet ! Doge a raison, comment oses-tu laissez ces personnes ternir tes souvenirs
de Dumbledore ?
Il détourna las yeux, essayant de ne pas trahir le ressentiment qu’il éprouvait. C’était
encore la : Choisir quoi croire. Il voulait la vérité. Pourquoi tout le monde était-il
tellement convaincu qu’il ne l’obtiendrait pas ?
- On descend à la cuisine ? Suggéra Hermione après une petite pause.
Trouver quelque chose pour le déjeuner ?
Il accepta, mais à contrecoeur, et la suivi dehors sur le palier et devant
la seconde porte qui donnait dessus. Il y avait les marques profondes d'éraflures dans
la peinture au-dessous d’un petit panneau qu’il n’avait pas remarqué dans l’obscurité.
Il fit une pause en haut des escaliers pour le lire. C'était une petite pancarte pompeuse
avec des lettres soigneusement écrites a la main de sorte que Percy Weasley aurait
très bien pu l’accroché sur la porte de sa chambre.
Ne Pas Entrer
Sans L’Expresse Permission de
Regulus Arcturus Black
L’excitation fourmilla dans le corps de Harry, bien qu’il ne su pas
immédiatement pourquoi. Il lu encore la pancarte. Hermione dévalait déjà les marches
au dessous de lui.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Hermione, dit-il, et il s’étonna que sa voix fût si calme. Reviens ici.
Qu'y a-t-il ?
- R.A.B. Je pense que je l'ai trouvé.
Il y eu un halètement avant qu’Hermione se re-précipite vers les
escaliers.
- Dans la lettre de ta maman ? Mais je n'ai pas vu…
Harry secoua la tête, indiquant la pancarte de Regulus. Elle la lu, et
saisi le bras de Harry si fort qu’il grimaça.
- Le frère de Sirius ? Chuchota-t-elle.
- C’était un Mangemort, dit Harry. Sirius m'a parlé de lui, il s'est joint
à eux lorsqu’il était vraiment jeune et après a eu la trouille et a essayé de partir - donc
ils l'ont tué.
- Justement ! haleta Hermione. S'il était un mangemort il a eu accès à
Voldemort, et a été désenchanté lorsqu’il a voulu faire tomber Voldemort !
Elle libéra Harry, se pencha au-dessus de la rampe, et cria,
- Ron ! RON ! Monte ici, vite !
Ron apparu, haletant, une minute plus tard, sa baguette magique prête
dans sa main.
- Quoi de neuf ? Si c'est encore des araignées géantes je veux prendre
mon petit déjeuner avant de…
Il fronça les sourcils à la vision de la porte de Regulus, vers laquelle
Hermione se dirigeait silencieusement.
- Quoi? C'était le frère de Sirius, n'est-ce pas ? Regulus Arcturus…
Regulus… R.A.B. ! Le médaillon - vous ne comptez pas,… ?
- C’est ce que nous allons voir, dit Harry.
Il poussa la porte : Elle était verrouillée. Hermione dirigea sa baguette
magique vers la poignée et dit, " Alohamora. " Il y eu un déclic, et la porte s’ouvrit.
Ils se déplacèrent sur le seuil ensemble, regardant fixement autour. La
chambre de Regulus était légèrement plus petite que celle de Sirius, bien qu'elle ait eu
la même trace de son ancienne splendeur. Alors que Sirius avait cherché à afficher sa
différence au reste de la famille, Regulus avait tâché de souligner l’opposé. Les
couleurs vert émeraude et argent de Serpentard étaient partout, drapant le lit, les murs,
et les fenêtres. L’emblème de la famille des Black avait été soigneusement peint audessus
du lit, avec sa devise, " toujours pur ". En dessous, il y avait une collection de
découpages jaunis de journaux, tous assemblés ensembles en un collage misérable.
Hermione s’avança dans la pièce pour les examiner.
- Ils concernent tous Voldemort, dit-elle. Regulus semble avoir été un
admirateur pendant quelques années avant de rejoindre les Mangemorts…
Un petit souffle de poussière s’éleva du couvre-lit alors qu’elle
s’asseyait pour lire les coupures. Harry, en attendant, avait remarqué une autre
photographie : une équipe de Quiditch de Poudlard souriait s’agitait hors du cadre. Il
se rapprocha et vit l’emblème d’un serpent sur leur poitrine : Serpentard. Regulus
était immédiatement reconnaissable comme le garçon assis au milieu de la rangée de
devant : Il avait les mêmes cheveux foncés et le regard légèrement hautain de son
frère, bien qu'il ait été plus petit, plus mince, et plutôt moins beau que Sirius l’avait
été.
- Il jouait comme attrapeur, dit Harry.
- Quoi ? Dit Hermione distraitement ; elle était encore immergée dans
les coupures de presse sur Voldemort.
- Il est assit au milieu de la rangée de devant, la où se trouve
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
l’attrapeur… peu importe, dit Harry, se rendant compte que personne ne l’écoutait.
Ron était à quatre pattes, cherchant sous la penderie.
Harry regarda autour de la pièce à la recherche de cachettes
potentielles et s’approcha du bureau. Encore une fois, quelqu'un y était passé avant
eux. Le contenu du tiroir avait été retourné récemment, la poussière dérangée, mais il
n'y avait rien de valeur ici : de vieilles cannettes, des manuels démodés qui attestaient
de leur rude manipulation, une bouteille d'encre récemment cassée, un résidu collant
couvrant le contenu du tiroir.
- Il y a une manière plus facile, dit Hermione, alors que Harry essuyait
ses doigts noirs d'encre sur son jeans. Elle souleva sa baguette et dit, " Accio
Medaillon ! "
"Accio Médaillon"
Rien ne se produit. Ron, qui avait cherché dans les plis des vieux
rideaux, sembla déçu.
- Alors c’est ça ? Il n'est pas ici ?
- Oh, il pourrait être encore ici, mais protégé par des ContresSortileges, dit Hermione. " Des charmes pour l'empêcher d'être appelée par la magie,
vous savez.
- Comme celui que Voldemort a installé sur le bassin en pierre dans la
caverne, dit Harry, se rappelant comment il n’avait pas pu appeler a lui le faux
médaillon.
- Comment sommes nous supposé le trouver alors ? Demanda Ron.
- En cherchant à la main, dit Hermione.
- Quelle bonne idée, dit Ron, roulant ses yeux, en reprenant son
examen des rideaux.
Ils passèrent au peigne fin chaque centimètre de la chambre, mais
durent admettre finalement, que le médaillon n’était pas là.
Le soleil s'était levé maintenant ; sa lumière les éblouissait même à
travers les fenêtres encrassées de l’étage.
- Il pourrait être autre part dans la maison, bien que, dit Hermione dans
un ton de ralliement alors qu’ils descendaient les escaliers. Car alors qu’Harry et Ron
se décourageaient, elle paraissait de plus en plus déterminée. Qu’il soit parvenu à le
détruire ou non, il voulait le tenir loin de Voldemort, n’est ce pas ? Rappelez-vous
toutes ces choses terribles dont nous avons du nous débarrasser la dernière fois que
nous sommes venu ici? Cette horloge qui envoyait des boulons à tout le monde et ces
vieilles robes longues qui ont essayé d'étrangler Ron ; Regulus pourrait les avoir mis
là pour protéger la cachette du médaillon, quoique nous ne l'ayons pas réalisée à…
à…
Harry et Ron la regardèrent. Elle se tenait avec un pied a mis chemin
entre ciel et terre, avec le regard stupéfait de quelqu’un qui vient de subir le charme
d’Oubli: Ses yeux étaient même sortis de leurs orbites.
- … à temps finit-elle dans un souffle.
- Quelque chose qui va pas ? Demanda Ron .
- Il y avait un médaillon.
- Quoi ? dirent Harry et Ron d’une même voix.
- Dans le coffret dans le salon. Personne ne pourrait l'ouvrir. Et nous…
nous…
Harry sentis comme si une brique avait glissé vers le bas de sa poitrine
dans son estomac. Il s'était souvenu. Il avait même manipulé la chose pendant qu'ils
se la passaient tour à tour, chacun essayant à tour de rôle de l’ouvrir. Il avait jeté tout
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
droit dans envoyé parmi les déchets, avec la tabatière de Poudre de Verrue et la boîte
à musique qui avait rendu tout le monde somnolent…
- Kreatur récupérait un paquet de chose derrière notre dos, dit Harry.
C'était la seule chance, le seul mince espoir qui s’offrait encore a eux,
et il allait s'y accrocher avant d’être forcer à le laisser tomber.
- Il avait une cachette entièrement remplie de trucs dans son placard
dans la cuisine. V’nez.
Il descendit les escaliers en courant prenant deux respirations à chaque
pas, les deux autres le suivant dans sa course. Ils firent tellement de bruit qu'ils
réveillèrent le portrait de la mère de Sirius pendant qu'ils traversaient le hall.
- Ordures ! Sang de Bourbe ! Écume ! cria t’elle.
Ils se précipitèrent dans la cuisine au sous-sol et claquèrent la porte
derrière eux. Harry couru le long de la salle, et fit une halte devant la porte de
Kreatur, qu’il faillit arracher en l’ouvrant. Il y avait un nid et de vieilles couvertures
sales dans lesquelles l’elfe de maison avait dormi auparavant, mais il n’y avait aucun
des objets que Kreatur avait récupérés. La seule chose qu’il y avait était une vieille
copie de " Noblesse de la nature " : " Une généalogie de sorcier ". Il n’en croyait pas
ses yeux, Harry saisi les couvertures et les secoua. Une souris morte tomba et roula
lugubrement sur le sol. Ron gémi pendant qu'il se jetait sur une des chaises de la
cuisine et Hermione ferma les yeux.
- Je n’ai pas encore dit mon dernier mot ! dit Harry, et il cria, "Kreatur
!"
Il y eu une forte odeur, et l'elfe de maison dont Harry avait hérité à
contrecoeur de Sirius, apparu hors de nulle part, devant la cheminée froide et vide :
minuscule, à moitié humain, sa peau pâle laissant apparaître de nombreux plis, des
cheveux blancs qui avaient copieusement poussé sur ses oreilles. Il portait toujours le
même chiffon dégoûtant, comme lorsqu’ils l'avaient rencontré la première fois, et le
regard méprisant qu'il portait sur Harry prouvait que son attitude envers son nouveau
maître de maison n'avait pas plus changé que ses vêtements.
- Le "maître," coassa Kreatur avec une voix de grenouille mugissante,
et il s’inclina ; murmurant à ses genoux, dans la vieille maison de ma maîtresse avec
le traître à son sang Weasley et la Sang de bourbe.
- Je t’interdis d'appeler n'importe qui " traître à son sang " ou " Sang de
bourbe ", dit Harry.
- Oui, maître, dit Kreatur, se baissant encore bien bas. Harry vît ses
lèvres bouger sans émettre de son, assurément en train de prononcer les insultes qu’il
lui était à présent interdit d’utiliser.
- Il y a deux ans, dit Harry, son coeur martelant dans sa poitrine, il y
avait un grand médaillon en or dans le salon en haut. Nous l'avons jeté. L’as tu volé
derrière nous ?
Il y eu un moment de silence, pendant lequel Kreacher se redressa pour
faire face au visage de Harry. Alors il dit :
- Oui.
- Où est il maintenant ? Demanda Harry réjoui alors que Ron et
Hermione semblaient allègres.
Kreatur ferma ses yeux comme s'il ne pourrait pas soutenir de voir leurs
réactions à son prochain mot.
- Parti.
- Parti ? fit écho Harry, l’exaltation glissant hors de lui, Qu’est ce que tu
veux dire par là, il est parti ?
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
L'elfe trembla. Il se balança.
- Kreatur, dit violemment Harry, Je te donne l’ordre de…
- Mondingus Fletcher, croassa l'elfe, ses yeux toujours fortement
fermés. " Mondingus Fletcher a tout volé ; Les images de Mlle Bella's et de Mlle
Cissy's, les gants de ma maîtresse, l'ordre de MERLIN, première classe, les gobelets
avec l’emblème de la famille, et – et…
Kreatur retint sa respiration : Sa poitrine creuse se soulevant et
s’abaissant rapidement, puis ses yeux s’ouvrirent et il poussa un cri perçant a faire
glacer le sang.
- Et le médaillon, le médaillon de maître Regulus. Kreatur lui a fait du
tort, Kreatur a échoué aux ordres !
Harry réagi instinctivement : Pendant que Kreatur se précipitait sur le
tisonnier se tenant dans la grille, il se lança sur l'elfe, l'aplatissant au sol. Le cri
perçant de Hermione se mélangea à celui de Kreatur mais Harry beugla plus fort que
les deux autre :
- Kreatur, je t’ordonne de rester ici !
Il senti l’elfe se figer et le libéra. Kreatur s'étendit à plat sur le plancher
en pierres froides, des larmes jaillissant de ses yeux affaissés.
- Harry, lâche le ! chuchota Hermione.
- Comme ça il pourra se frapper avec le tisonnier ? renifla Harry , se
mettant à genoux près de l'elfe. Il n’en est pas question. Bien. Kreatur, je veux la
vérité : Comment sais-tu que Mondingus Fletcher a volé le médaillon ?
- Kreatur l'a vu ! haleta l'elfe alors que des larmes versées coulaient le
long de son museau et dans sa bouche au dents complètement ébréchées. Kreatur l'a
vu sortir du placard de Kreatur ses mains pleines des trésors de Kreatur. Kreatur a dit
au sale voleur de s'arrêter, mais Mondingus Fletcher a ri et est p-parti en c-courant…
- Tu as appelé le médaillon, celui du maître Regulus dit Harry.
Pourquoi ? D'où venait-il ? Qu’est ce que Regulus voulait faire avec lui ? Kreatur,
assieds toi et dis moi tout ce que tu sais au sujet du médaillon et tout ce Regulus
voulait faire avec lui !
L'elfe se redressa, plié en boule, plaqua son visage humide entre ses
genoux, et commença à se balancer d’avant en arrière. Quand il parla, sa voix était
assourdie mais tout à fait distincte dans la cuisine silencieuse et faisant écho.
- Maître Sirius s’est enfui, bon débarras, c’était un mauvais garçon et a
brisé le coeur de ma maîtresse avec ses manières anarchiques. Mais maître Regulus
était une fierté ; Il connaissait la valeur des Black et à la dignité de son sang pur.
Pendant des années il a parlé de Lord Voldemort, qui allait mettre en valeur les
sorciers en abolissant les règles au sujet des Moldus et leur enfants … et lorsqu’il a eu
16 ans, Maître Regulus a rejoint le seigneur des ténèbres. Si fier, si fier, si heureux de
servir… et un jour, une année après qu'il l’ait rejoint, Maître Regulus est descendu à
la cuisine pour voir Kreatur. Maître Regulus a toujours aimé Kreatur. Et maître
Regulus a dit… il a dit…
Le vieil elfe se balança plus rapidement que jamais.
- … il a dit que le seigneur des ténèbres avait besoin d'un elfe.
- Voldemort avait besoin d'un elfe ? dit Harry , regardant tour à tour
Ron et Hermione, qui le regardèrent stupéfait comme lui-même l’était.
- Oh oui ! gémit Kreatur. Et Maître Regulus avait proposé Kreatur.
C'était un honneur, disait Maître Regulus, un honneur pour lui et pour Kreatur, qui
devait faire tout ce que le seigneur des ténèbres lui ordonnait de faire… et puis il est
venu à la maison.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Kreatur se balançait toujours plus rapidement, son souffle se mêlant
aux sanglots.
- Ainsi Kreatur est allé au seigneur des ténèbres. Le seigneur des
ténèbres n'a pas dit à Kreatur ce qu'ils allaient de faire, mais a pris Kreatur avec lui
dans une caverne près de la mer. Et au delà de la caverne était une autre caverne, et
dans la caverne était un grand lac noir…
Les poils du cou de Harry se hérissèrent. La voix croassante de
Kreatur lui parvenait depuis l’autre coté de l’eau sombre. Il voyait ce qui s'était
produit clairement comme s'il avait été présent.
- … Il y avait un bateau…
Naturellement il y avait eu un bateau ; Harry connaissait ce bateau, vert
et minuscule fantomatiques, enchanté afin de porter un sorcier et une victime vers l'île
au centre. C’était comme ça, alors, que Voldemort avait examiné les défenses
entourant le Horcruxes, en empruntant une créature jetable, un elfe de maison…
- Il y avait un b-bassin rempli de potion sur l'île. Le seigneur D-des
ténèbres l'a faite boire à Kreatur… "
L'elfe trembla de la tête au pied.
- Kreatur a bu, et pendant qu'il buvait il voyait de terribles
choses…Kreatur brûlait de l’intérieur…… il a pleuré pour que Maître Regulus le
sauve, il a pleuré pour sa maîtresse Black, mais le seigneur des ténèbres a seulement
ri… a fait boire à Kreatur toute la potion… il a laissé tomber un médaillon dans le
bassin vide… il l'a rempli de plus de potion.
- Et alors le seigneur des ténèbres a navigué loin, laissant Kreatur sur
l'île…
Harry pouvait anticiper la suite. Il imagina le visage blanc de serpent de
Voldemort, disparaissant dans l'obscurité, ces yeux rouge fixés sans pitié sur le moins
que rien dont la mort se produirait dans quelques minutes, alors qu’il allait succomber
et l’intangible soif que le poison brûlant causait à sa victime… mais ici, l'imagination
de Harry ne pouvait aller plus loin, parce que il ne voyait pas comment Kreatur s'était
échappé.
- Kreatur a eu besoin d'eau, il a rampé au bord de l'île et il a bu du lac
noir… et des mains, des mains mortes , sont sorties de l'eau et ont entraîné Kreatur en
dessous…
- comment t’en es-tu sorti ? Demanda Harry, et il ne s’étonna pas de
s'entendre chuchoter.
Kreatur leva sa tête affreuse vers Harry et regarda Harry de ses grand
yeux injectés de sang.
- Maître Regulus a dit à Kreatur de revenir, dit-il.
- Je sais - mais comment tu as échappé aux Inferi ?
Kreatur ne semblait pas comprendre.
- Maître Regulus a dit a Kreacher de revenir, répéta-t-il
- Je sais, mais….
- Bien, c’est évident, n'est ce pas, Harry ? dit Ron. Il a transplané !
- Mais… on ne peut pas Transplaner dans cette caverne, dit Harry,
autrement Dumbledore…
- La magie des elfes n'est pas comme la magie des sorciers, n’est ce pas
? dit Ron, je veux dire, eux ils peuvent apparaître et disparaître a l’intérieur de
Poudlard quand nous ne le pouvons pas.
Il y eu un silence durant lequel Harry digéra cela. Comment Voldemort
pourrait-il avoir fait une telle erreur ? Mais pendant qu'il pensait ça, Hermione parla,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
et sa voix était glaciale.
- Naturellement, Voldemort a considéré les elfes de maison comme des
moins que rien… et il ne lui serait jamais venu a l’esprit qu’ils pourraient avoir une
magie qu’il n’avait pas.
- La plus grande loi d’un elfe de maison c’est celle de son maître, dit
Kreatur. Kreatur a été appelé à venir à la maison, ainsi Kreatur est venu à la maison…
- Bien, puis, tu as fait ce qu’on t’as dit de faire, n’est ce pas ? Dit
Hermione avec bonté. Tu n’as pas désobéi aux ordres du tout !
Kreatur secoua sa tête, se balançant plus vite que jamais.
- Ainsi qu’est ce qu’il s’est passé quand tu es revenu ? demanda Harry.
Qu’est ce que Regulus a dit quand tu lui a raconté ce qui s'était produit ?
- Maître Regulus était vraiment inquiet, vraiment inquiet, croassa
Kreatur. Maître Regulus a dit à Kreatur de se cacher et de ne pas sortir de la maison.
Et alors… c'était un petit moment plus tard… Maître Regulus est venu trouver
Kreatur dans son placard une nuit, et le maître Regulus était étrange, pas comme il
était habituellement, son esprit était dérangé, Kreatur pourrait dire… et il a demandé a
Kreatur de l’amener à la caverne, la caverne où Kreatur était allé avec le seigneur des
ténèbres …
Et ainsi ils y étaient allés. Harry pouvait clairement les visualiser, le
vieil elfe effrayé et l’attrapeur mince et sombre qui avait tant ressemblé à Sirius…
Kreatur savait ouvrir l'entrée dissimulée dans la caverne souterraine, et soulever le
bateau minuscule : cette fois c'était son Regulus adoré qui avait navigué avec lui vers
l'île avec son bassin de poison…
- Et il t’a incité à boire le poison ? dit Harry, dégoûté.
Mais Kreatur secoua sa tête et pleura. Les mains de Hermione
sautèrent vers sa bouche : Elle sembla avoir compris quelque chose.
- Le M-Maître Regulus a pris de sa poche un médaillon comme celui
que le seigneur de ténèbres avait, dit Kreatur, des larmes coulant de chaque côté de
son nez en forme de groin. Et il a dit Kreatur de le prendre et, quand le bassin serait
vide, d’inter changer les médaillons… "
Les sanglots de Kreatur étaient accompagnés de grand râles à présent ; Harry dû se
concentrer pour le comprendre.
- Et il a ordonné … à Kreatur de partir.. sans lui. Et il a dit à Kreatur…
d’aller à la maison …et de ne jamais dire à ma maîtresse … ce qu'il avait fait … mais
de détruire .. le premier médaillon. Et il a bu.. toute la potion .. et Kreatur a permuté
les médaillons - et a regardé… pendant que Maître Regulus… était traîné sous l'eau…
et…
- Oh, Kreatur ! Cria Hermione, qui pleurait. Elle se laissa tomber à
genoux près de l'elfe et essaya de l'étreindre. Immédiatement il se mit sur ses pieds, se
tapissant loin d’elle, tout à fait révulsé.
- La sang-de-bourbe a touché Kreatur, il ne le permettra pas, qu’est-ce
que sa maîtresse dirait ?
- Je t’ai dit de ne pas l’appeler son Sang de bourbe ! Gronda Harry,
mais l'elfe se punissait déjà. Il tomba à terre et se frappa son front sur le plancher.
- Arrête-le - arrête-le ! criait Hermione. Oh, Tu ne vois pas maintenant
comment il est malade à la façon dont il doit obéir ?
- Kreatur arrête, arrête ! cria Harry.
L'elfe s'allongea sur le plancher, haletant et tremblant, du mucus vert
scintillant autour de sa truffe, une contusion fleurissant déjà sur son front pâle où il
s'était frappé, ses yeux gonflé et injecté de sang , baignant dans les larmes. Harry
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
n'avait jamais rien vu de si pitoyable.
- Ainsi tu as rapporté à la maison le médaillon, dit-il impitoyablement,
parce qu’il était déterminé à connaître la fin de l’histoire. Et tu as essayé de le détruire
?
- Rien de ce que Kreatur a fait n’a marché, gémi l'elfe. Kreatur tout
essayé, tout qu'il ce qu’il savait, mais rien, rien ne marchait… tant de puissants sorts
sur son couvercle, Kreatur était sûr que la manière de le détruire se trouvait à
l'intérieur de lui, mais il ne s’ouvrait pas… Kreatur s'est puni, il a essayé encore, il
s'est puni, il a essayé encore. Kreatur n'a pas obéi aux ordres, Kreatur n'a pas pu
détruire le médaillon ! Et sa maîtresse était folle de peine, parce que Maître Regulus
avait disparu et Kreatur ne pourrait pas lui dire ce qui s'était produit, non, parce que
Maître Regulus l-l-lui avait interdit de dire à sa f-f-famille ce qui s'était produit dans
la c-caverne…
Kreatur commença à sangloter tellement fort qu'il ne disait plus aucun
mots distinctement. Des larmes roulèrent sur les joues d’ Hermione pendant qu'elle
observait Kreatur, mais elle n'osa pas le toucher encore. Même Ron, qui n'était en
aucun cas adepte de Kreatur, semblait désolé. Harry se reposa sur ses talons et se
secoua la tête pour réfléchir.
- Je ne comprend pas, Kreatur, dit-il finalement. Voldemort essaye de
te tuer, Regulus meurt en essayant de descendre Voldemort, mais tu es allé voir
Narcissia et Bellatrix, et tu étais heureux de donner à Voldemort des informations sur
Sirius, bien que…
- Harry, Kreatur ne réfléchit pas comme cela, dit Hermione, en
s’essuyant les yeux avec un mouchoir dans sa main. C’est un esclave, les elfes de
maison sont exploités méchamment, subissent de mauvais traitements, ce que
Voldemort a fait à Kreatur n’était qu’un exemple. Qu’est ce qu’un sorcier en guerre
peut en avoir à faire de Kreatur ? Il est loyal envers les gens qui sont gentils avec lui,
et Mrs Black a dû l’avoir été, et Regulus l’était certainement, alors il s’est approprié
leur idéologie. Je crois que c’est ce que tu étais en train de dire, elle s’approcha
pendant que Harry commençait à protester, Regulus a changé de pensée… Mais il ne
semblait pas l’avoir expliqué à Kreatur, n’est ce pas ? Et je pense savoir pourquoi.
Kreatur et la famille de Regulus était en sécurité s’ils étaient dans une lignée de sangpur.
Regulus a essayé de le protéger, c’est tout.
- Sirius…
- Sirius a été horrible avec Kreatur, Harry lui lança un regard mauvais,
et tu sais que c’est vrai. Kreatur a été très seul pendant très longtemps, ici, et il était
probablement désespéré de ne pas recevoir un soupçon d’affection. Je suis persuadé
que " Miss Cissy " et " Miss Bella " étaient parfaitement agréables avec Kreatur
quand il leur rendait visite, alors il leur accordait toutes les informations qu’elles
voulaient. J’ai dit depuis longtemps que les sorciers devraient être traités comme ils
traitent leurs elfes de maison. Bien, Voldemort l’a fait… Sirius l’a fait.
Harry ne rétorqua rien. Alors qu’il regardait Kreatur sangloter sur le
sol, il se souvint de ce que Dumbledore lui avait dit, quelques heures après la mort de
Sirius : " je ne pense pas que Sirius voyait Kreatur comme un être capable de ressentir
des sentiments comme les humains… "
- Kreatur, dit Harry, après un moment, quand tu te sentiras mieux…
assieds toi s’il te plaît.
Il se passa quelques minutes pendant lesquelles Kreatur hoqueta en
silence. Alors il se remit en position assise, frottant ses jointures devant ses yeux
comme un petit enfant.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Kreatur, je vais te demander quelque chose, dit Harry.
Il lança un regard à Hermione pour lui demander de lui venir en aide : il
voulait donner une sorte d’ordre, mais en même temps, il ne voulait pas prétendre que
c’était un ordre. Cependant, il changea la tonalité de sa voix pour avoir son
approbation : elle eut un sourire encourageant.
- Kreatur, je voudrais, s’il te plaît, que tu ailles retrouver Mondingus
Fletcher. Nous avons besoin de trouver où est caché le médaillon, où le médaillon de
maître Regulus se trouve ; C’est vraiment important. Nous voulons finir ce que maître
Regulus a commencé, nous voulons,… Euh,… Faire en sorte qu’il ne soit pas mort en
vain.
Kreatur cessa de menacer de se frapper et regarda Harry.
- Trouver Mondingus Fletcher ? Croassa-t-il.
- Et le ramener au Square Grimmauld, dit Harry, est ce que tu pourrais
faire cela pour nous ?
Alors que Kreatur hochait la tête et se remit sur ses pieds, Harry eut
une soudaine inspiration. Il sortit le sac de Hagrid et prit le faux horcruxe, le substitut
du médaillon dans lequel Regulus avait placé la lettre pour Voldemort.
- Kreatur, j’ai,… Euh,… Comme j’ai ceci, dit-il, en remettant le
médaillon dans la main de l’elfe. C’était à Regulus et je suis sûr qu’il te l’aurait donné
en échange de sa gratitude envers toi,…
- En plein dans le mille, dit Ron tandis que l’elfe regardait le médaillon,
laissant échapper un hurlement dû au choc et à la misère et le jeta dans le fond. (pas
sûre du sens)
Il prirent près d’une demi heure, afin de calmer Kreatur, qui célébrait sa
joie de s’être vu offrir un objet qui avait appartenu à la famille Black à un tel point
que dans une marque de faiblesse il s’était tout simplement agenouillé. Lorsque enfin
il fut capable de chanceler de quelques pas, ils l’accompagnèrent jusqu’à sa tanière,
en le regardant ranger le médaillon dans une petite couverture et lui assurèrent qu’ils
voulaient faire de sa sécurité leur priorité absolue, pendant qu’il était ailleurs. Il fît
alors pour Ron et Harry deux grandes révérences et après avoir eu un drôle de petit
spasme en direction d’Hermione ; il fît un puissant effort pour lui adresser un
respectueux salut, avant de disparaître avec un grand " crack ".
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1111 :: LLEEE PPPOOOTTT--DDDEEE--VVVIIINNN
Si Kreattur pouvait échapper à un lac plein d'Inferi, Harry était persuadé que la
capture de Mondingus prendrait plusieurs heures au maximum, et il rôdait
impatiemment dans la maison toute la matinée . Cependant, Kreattur n'était pas
revenu dans la matinée ni dans l'après-midi. A la tombée de la nuit, Harry était
découragé et anxieux, et un souper composé en grande partie de pain moisi, sur lequel
Hermione avait essayé une multitude de sorts de métamorphose sans succès, ne
l'aidait pas.
Kreattur ne revint pas le lendemain, ni le surlendemain. Cependant, deux hommes
dans de grandes capes apparurent dans le square en face du numéro 12, et ils restèrent
là toute la nuit, regardant fixement dans la direction de la maison qu'ils ne pouvaient
voir.
"Des Mangemorts, sûrement," dit Ron. Comme lui, Harry, et Hermione regardaient
par les fenêtres du salon. "Vous croyez qu'ils savent qu'on est ici ?"
"Je ne pense pas,' dit Hermione, bien qu'elle avait l'air effrayée, "Ou ils auraient
envoyés Rogue, n'est-ce pas?"
"Vous croyez qu'il est venu ici et qu'il s'est fait clouer le bec par le sort de Maugrey
?"
"Oui," dit Hermione, " Autrement il aurait pu leur dire comment entrer, n'est-ce pas ?
Mais ils sont probablement là pour voir si nous réapparaissons. Ils savent que c'est la
maison de Harry, après tout."
"Comment peuvent-ils… ?" commença Harry.
" Les dernières volontés magiques sont examinées par le Ministère, vous vous
souvenez ? Ils savent que Sirius t'as légué cet endroit."
La présence des Mangemorts à l'extérieur intensifia l'humeur sinistre à l'intérieur du
numéro 12. Ils n'eurent aucune nouvelle de l'extérieur du square Grimmaurd depuis le
patronus de Mr Weasley, et la tension commençait à se ressentir. Agité et irritable,
Ron avait pris l'habitude de jouer avec son Eteignoir dans sa poche; Cette particularité
exaspérait Hermione, qui passait le temps à attendre Kreattur à étudier Les contes de
Beedle le Barde et n'appréciait pas que les lumières s'allument et s'éteignent sans
arrêt.
"Vas-tu arrêter ça!" cria t'elle lors de la troisième soirée d'absence de Kreattur, alors
que toute les lumières du salon étaient absorbées encore une fois.
"Désolé, désolé!" dit Ron, cliquant l'Eteignoir et restaurant les lumières. "Je ne me
rendais pas compte que je faisais ça!"
"Bon, peux-tu trouver quelque chose d'utile à faire pour t'occuper ?"
"Quoi, comme lire des histoires d'enfants ?"
"Dumbledore m'a légué ce livre, Ron…"
"…et il m'a légué l'Eteignoir, peut-être que je suis censée l'utiliser!"
Incapable de supporter cette dispute, Harry se glissa hors de la pièce inaperçue par les
deux autres. Il se dirigea en bas vers la cuisine, qu'il tenait à vérifier car il était sûr
que c'était là que Kreattur préfèrerait réapparaître. Arrivé au milieu des escaliers du
hall, cependant, il entendit un petit coup sur la porte d'entrée, puis des cliquetis
métalliques et le bruit d'une chaîne qui coulisse.
Tous les muscles de son corps se raidirent : Il sorti sa baguette, se plaça dans l'ombre
à côté des têtes d'elfes décapitées, et attendit. La porte s'ouvrit : Il entrevit le réverbère
du square dehors, et une silhouette en cape se glisser dans le hall et fermer la porter
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
derrière elle. L'intrus fit un pas en avant, et la voix de Maugrey demanda, "Severus
Rogue ?". Alors la figure poussiéreuse émergea de l'extrémité du hall et se rua vers
lui, levant ses mains mortes.
"Ce n'est pas moi qui t'ai tué, Albus," dit une voix tranquille.
Le sort se brisa : la figure explosa encore une fois, et il était impossible de distinguer
le nouvel arrivant à travers le nuage gris que cela laissa.
Harry pointa sa baguette vers le centre du nuage.
"Ne bougez pas!"
Il avait oublié le portrait de Mrs Black : Au son de ce cri, les rideaux qui la cachaient
s'ouvrirent et elle commença à hurler, "Sang-de-bourbe et saletés déshonorant ma
maison…"
Ron et Hermione déboulèrent les escaliers derrière Harry, baguettes pointées, comme
la sienne, vers l'inconnu qui levait les bras dans le hall en bas.
"Baissez vos baguettes, c'est moi, Remus!"
"Oh, merci mon Dieu," dit Hermione faiblement, pointant sa baguette sur Mrs Black
plutôt; avec un bang, les rideaux se refermèrent et le silence tomba. Ron abaissa sa
baguette aussi, mais pas Harry.
"Montrez-vous!" rappela t'il.
Lupin s'avança dans la lumière de la lampe, mains toujours en l'air dans un geste de
capitulation.
"Je suis Remus John Lupin, loup-garou, connu aussi sous le nom de Lunard, l'un des
quatre créateurs de la carte du Maraudeur, marié à Nymphadora, plus connu sous le
nom de Tonks, et je t'ai appris comment faire un patronus, Harry, lequel prend la
forme d'un cerf."
"Oh, très bien," dit Harry, abaissant sa baguette, "Mais je devais contrôler, n'est-ce
pas ?"
"Tu parles à ton ex-professeur de Défense Contre les Forces du Mal, je suis tout à fait
d'accord que tu doives me contrôler. Ron, Hermione, vous ne devriez pas baissez vos
défenses si rapidement."
Ils coururent en bas des escaliers vers lui. Enveloppé dans une épaisse cape de voyage
noire, il semblait épuisé, mais heureux de les voir.
"Pas de signe de Severus, alors ?" demanda t'il.
"Non," dit Harry. "Que se passe-t-il ? Tout le monde va bien ?"
"Oui," dit Lupin, "Mais nous sommes tous surveillés. Il y a deux Mangemorts dans le
square dehors…"
"Nous le savons…"
"J'ai du transplaner très précisément sur le pas de la porte d'entrée pour être sûr qu'ils
ne me voient pas. Ils ne savent pas que vous êtes là ou bien il y aurait plus de monde
dehors; ils repèrent tous ceux qui ont un lien avec toi, Harry. Allons en bas, j'ai pas
mal de choses à vous dire, et je veux savoir ce qui est arrivé après votre départ du
Terrier."
Ils descendirent à la cuisine, où Hermione pointa sa baguette vers l'âtre. Un feu surgit
instantanément : il donnait une illusion de confort aux murs de pierres austères et
miroitait sur la longue table de bois. Lupin tira quelques canettes de Bièraubeurre de
l'intérieur de sa cape et ils s'assirent.
"J'aurais du être là il y a trois jours mais j'ai du me défaire du Mangemort qui me
filait," dit Lupin.
"Alors, vous êtes venus directement ici après le mariage ?"
"Non," dit Harry, "seulement après que nous nous soyons heurté à deux Mangemorts
dans un café sur Tottenham Court Road."
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Lupin répandit la plupart de sa Bièraubeurre sur lui.
"Quoi ?"
Ils expliquèrent ce qui était arrivé; quand ils eurent finis, Lupin était sidéré.
"Mais comment vous ont-ils trouvés si vite ? Il est impossible de suivre quelqu'un qui
transplane, à moins que vous l'agrippiez au moment où il disparaît."
"Et il ne semblait pas qu'ils se promenaient dans Tottenham Court Road au même
moment, n'est-ce pas ?"
"On se demandait,' dit Hermione timidement, "si Harry pouvait toujours avoir la
Marque en lui ?"
"Impossible," dit Lupin. Ron était béat, et Harry se sentait énormément soulagé. "A
part cela, ils savaient sûrement que Harry était là si il a toujours la Marque en lui,
n'est-ce pas ? Mais je ne vois pas comment ils ont pu te suivre jusqu'à Tottenham
Court Road, c'est inquiétant, très inquiétant."
Il était troublé, mais d'aussi loin que Harry était concerné, cette question pouvait
attendre.
"Dites nous ce qui est arrivé après que nous soyons partis, nous n'avons pas eus de
nouvelles depuis que le père de Ron nous a dit que la famille allait bien."
"Bon, Kingsley nous a sauvé," dit Lupin. "Grâce à son avertissement la plupart des
invités ont pu transplanner avant qu'ils n'arrivent."
"C'étaient des Mangemorts ou des gens du Ministère ?" questionna Hermione.
"Un mélange; mais en fait c'est la même chose maintenant," dit Lupin. "Il devait y en
avoir une douzaine, mais ils ne savaient pas que tu étais là, Harry. Arthur a entendu
une rumeur comme quoi ils ont torturés Scrimgeour pour lui faire avouer l'endroit où
tu étais avant de le tuer; si c'est vrai, il ne l'a pas révélé."
Harry regarda Ron et Hermione; leur expression reflétait le mélange du choc et de la
gratitude qu'il ressentait. Il n'a jamais beaucoup aimé Scrimgeour, mais si ce que
Lupin a dit est vrai, le dernier acte de cet homme aura été de le protéger.
"Les Mangemorts ont cherché au Terrier de la cave au grenier," continua Lupin. "Ils
ont trouvés la goule, mais ils ne voulaient pas rester trop près – et alors ils ont
interrogés ceux qui étaient restés. Ils ont essayés d'avoir des informations sur toi,
Harry, mais bien sûr personne en dehors de l'Ordre savait que tu avais été là."
"En même temps qu'ils saccageaient le mariage, d'autres Mangemorts ont pénétrés de
force dans toutes les maisons en lien avec l'Ordre dans le pays. Pas de morts" ajouta
t'il rapidement, devançant la question, "mais ils ont été brutaux. Ils ont brûlés la
maison de Dedalus Diggle, mais comme vous le savez il n'était pas là, et ils ont
utilisés le sortilège Doloris sur la famille de Tonks. Encore une fois, ils essayés de
savoir ou tu es allé après être passé chez eux. Ils vont bien – secoués, évidemment,
mais autrement ça va."
"Les Mangemorts ont pu passés à travers tous les sorts de protection ?" demanda
Harry, se rappelant combien ils ont été efficaces la nuit où il s'est écrasé dans le jardin
des parents de Tonks.
"Ce que tu dois réaliser, Harry, c'est que les Mangemorts ont toute la puissance du
Ministère de leur côté maintenant," dit Lupin. " Ils ont le pouvoir d'exécuter des
sortilèges brutaux sans craindre d'être identifié ou arrêtés. Ils réussissent à pénétrer
tous les charmes défensifs que nous avions lancés contre eux, et une fois à l'intérieur,
ils étaient libres de faire ce pour quoi ils étaient venus."
"Se sont-ils donnés la peine de donner une excuse pour avoir torturé ces gens pour
connaître l'endroit où se trouvait Harry ?" demanda Hermione, d'une voix tranchante.
"Hé bien," dit Lupin. Il hésitait, il sortit alors un exemplaire plié de la Gazette du
sorcier.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Là," dit il, le poussant sur la table vers Harry, "vous l'auriez su tôt ou tard de tout
façon. Ca c'est leur prétexte pour te courir après."
Harry lissa le journal. Une énorme photo de lui remplissait la première page. Il lut le
titre au dessus :
RECHERCHE POUR INTERROGATOIRE A PROPOS DE LA MORT DE ALBUS
DUMBLEDORE
Ron et Hermione hurlèrent d'indignation, mais Harry ne dit rien. Il repoussa le
journal; il ne voulait pas en lire plus : Il savait ce que ça dirait. Personne sauf ceux qui
étaient au sommet de la tour quand Dumbledore est mort ne savaient qui l'avait
réellement tué et, comme Rita Skeeter l'avait déjà dit au monde Magique, Harry avait
été vu s'enfuyant de cet endroit après que Dumbledore soit tombé.
"Je suis désolé, Harry," dit Lupin.
"Donc les Mangemorts ont aussi pris le contrôle de la Gazette du sorcier ?" demanda
furieusement Hermione.
Lupin fit un signe de tête affirmatif.
"Mais les gens réalisent sûrement se qu'il se passe ?"
" Le coup d'Etat a été calme et virtuellement silencieux," dit Lupin
" La version officielle du meurtre de Scrimgeour est qu'il a démissionné; il a été
remplacé par Pius Thicknesse, qui est sous l'emprise de l'Imperium."
"Pourquoi Voldemort ne s'est pas déclaré Ministre de la Magie ?" demanda Ron
Lupin ria.
"Il n'en as pas besoin, Ron. Effectivement, il est le Ministre, mais pourquoi devrait-il
s'asseoir derrière un bureau au Ministère ? Sa marionnette, Thicknesse, s'occupe des
affaires quotidiennes, laissant Voldemort libre d'étendre son pouvoir au-delà du
Ministère."
"Naturellement beaucoup de gens ont déduit ce qui est arrivé : Il y a eu un tel
changement dramatique dans la politique du Ministère ces derniers jours, et beaucoup
chuchotent que Voldemort doit être derrière tout ça. Cependant, c'est ça le point noir :
ils chuchotent. Ils n'osent pas se fier aux autres, ne sachant pas à qui faire confiance;
Ils ont peur de parler, au cas où leurs suspicions soient vraies et leurs familles prisent
pour cible. Oui, Voldemort joue un jeu intelligent. Se déclarer auraient pu provoquer
une rébellion : Rester caché a créé la confusion, l'incertitude, et la peur."
"Et ce changement dramatique de la politique du Ministère," dit Harry, "implique
d'avertir le monde Magique contre moi à la place de Voldemort ?"
"Ca en est certainement une partie," dit Lupin, " et c'est un coup de maître.
Maintenant que Dumbledore est mort, toi – Le Survivant- tu es sûr d'être le symbole
et le point de ralliement pour toute résistance à Voldemort. Mais en suggérant que tu
as une part dans la mort d'un héro, Voldemort n'a pas seulement mis ta tête à prix,
mais il a semé le doute et la peur parmi tous ceux qui voulaient te défendre."
"Entre-temps, le Ministère à commencer à bouger contre les enfants de Moldus."
Lupin pointa la Gazette du sorcier.
"Regardez à la page 2."
Hermione tourna les pages avec la même expression d'aversion qu'elle avait quand
elle tenait Secrets de la Magie Noire.
"Le Registre des enfants de Moldus!" lit elle à haute voix."Le Ministère de la Magie a
entrepris une étude des 'enfants de Moldus' de façon à mieux comprendre comment ils
arrivent à posséder des pouvoirs magiques."
"Les récentes recherches entreprises par le Département des Mystères révèle que la
magie ne peut seulement se transmettre quand des sorciers se reproduisent. Là où
aucune ascendance magique n'est prouvé, par conséquent, les enfants de Moldus il est
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
vraisemblable d'avoir obtenu des pouvoirs magiques par le vol ou la force."
3 Le Ministère est déterminé à dénicher tous les usurpateurs de pouvoirs magiques, et
à cette fin à délivrer une invitation à tous les enfants de Moldus pur qu'ils se
présentent eux-mêmes pour un entretien avec la Commission d'Enregistrement des
Enfants de Moldus nouvellement nommée."
"Les gens ne vont pas laisser cela arriver," dit Ron
"C'est arrivé, Ron," dit Lupin. "Les enfants de Moldus sont en train d'être rassemblés
au moment où nous parlons."
"Mais comment peuvent-t-ils supposés qu'on puisse 'voler' la magie ?" dit Ron. "C'est
débile, si on peut voler la magie il n'y aurait pas de crackmols, n'est-ce pas ?"
"Je sais," dit Lupin. "Néanmoins, à moins de prouver que tu as un proche parent
magicien, tu es maintenant jugé pour avoir obtenu tes pouvoirs magiques illégalement
et tu dois subir le châtiment."
Ron jeta un coup d'oeil à Hermione, et dit alors, "Que se passe-t-il si des sang-purs et
des sang-mêlés jurent qu'un enfant de Moldu fait partie de leur famille ? Je dirais à
tout le monde que Hermione est ma cousine…"
Hermione pris les mains de Ron dans les siennes et les serras.
"Merci Ron, mais je ne pourrais pas te laisser…"
"Tu n'auras pas le choix," dit Ron violemment, prenant ses mains en retour. "Je
t'apprendrais mon arbre généalogique comme ça tu pourras répondre aux questions."
Hermione laissa échapper un rire tremblant.
"Ron, comme nous sommes en fuite avec Harry Potter, la personne la plus recherchée
dans ce pays, je ne crois pas que cela ait de l'importance. Si j'étais retourné à l'école
ce serait différent. Qu'est-ce que Voldemort a prévu pour Poudlard ?" demanda t'elle à
Lupin.
"La scolarité est maintenant obligatoire pour tous les jeunes sorcières et sorciers,"
répondit il. "Ca a été annoncé hier. C'est un changement, parce que ça n'a jamais été
obligatoire avant. Bien sûr, à peu près tous les sorcières et sorciers d'Angleterre ont
étudié à Poudlard, mais leurs parents avaient le droit de leur enseigner à domicile ou
de les envoyer à l'étranger si ils préféraient. De cette façon, Voldemort aura l'oeil toute
la population magique depuis le plus jeune âge. Et c'est aussi une autre façon de
rejeter les enfants de Moldu, parce que tous les élèves devront donner leur Statut de
Sang – signifiant qu'ils ont prouvé au Ministère qu'ils sont des descendants de sorciers
– avant qu'ils soient autorisés à aller à l'école".
Harry se sentait écoeuré et en colère : En ce moment, des jeunes de 11 ans tout excités
étudiaient de près des piles de livres de sortilèges nouvellement achetés, ignorants
qu'ils ne verraient jamais Poudlard, ni ne reverrait de nouveau leur famille.
"C'est…c'est…" marmonna t'il, luttant pour trouver les mots qui exprimeraient le
mieux l'horreur de sa pensée, mais Lupin dit calmement,
"Je sais."
Lupin hésita
"Je comprendrais si tu ne peux pas le confirmer, Harry, mais l'Ordre à l'impression
que Dumbledore t'as confié une mission."
"Il l'a fait," répondit Harry, "et Ron et Hermione en font partie et ils viendront avec
moi."
" Peux-tu me confier qu'elle est cette mission ?"
Harry examina le visage ridé prématurément, encadré d'une épaisse chevelure grise, et
souhaita
pouvoir donner une réponse différente.
"Je ne peux pas, Remus, je suis désolé. Si Dumbledore ne te le pas dit je ne pense pas
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
que je puisse le faire."
" Je pensais que tu dirais ça," dit Lupin, semblant déçu. "Mais je pourrais encore vous
être utile. Vous savez ce que je suis et ce que je peux faire. Je peux venir avec vous
pour fournir une protection. Il n'y aurait pas besoin de me dire exactement ce que
vous devez faire."
Harry hésita. C'était une offre très tentante, quoique il ne puisse imaginer comment il
garderait le secret de leur mission vis-à-vis de Lupin s’il était tout le temps avec eux.
Hermione, cependant, semblait embarrassée.
"Mais et Tonks ?" demanda t'elle.
"Et elle ?" dit Lupin.
"Hé bien," dit Hermione, fronçant les sourcils, "vous êtes mariés! Que diras Tonks si
vous partez avec nous ?"
"Tonks sera parfaitement en sécurité," dit Lupin, " Elle sera chez ses parents."
Il y avait quelque chose d'étrange dans le ton de Lupin, il était presque froid. Il y avait
aussi quelque chose de bizarre dans l'idée que Tonks reste cachée dans la maison de
ses parents; elle était, après tout, un membre de l'Ordre et, pour autant que Harry le
sache, voudrait vraisemblablement être dans le feu de l'action.
"Remus," dit Hermione timidement, " si tout va bien…vous savez…entre vous et…"
"Tout va très bien, merci," dit Lupin d'un ton mordant.
Hermione rougit. Il y eu un nouveau silence, gêné et embarrassé, puis Lupin dit, avec
l'air de se forcer à dire quelque chose de déplaisant, "Tonks va avoir un bébé."
"Oh, c'est merveilleux!" couina Hermione.
"Excellent!" dit Ron enthousiasmé.
"Félicitations," dit Harry.
Lupin fit un sourire qui ressemblait plus à un grimace, puis dit, "Alors…acceptezvous
mon offre ? Les trois vont-ils devenir quatre ? Je ne peux pas croire que
Dumbledore aurait désapprouvé, il m'a nommé comme votre professeur de Défense
Contre les Forces du Mal, après tout. Et je dois vous dire que je crois que nous
devrons faire face à une magie que beaucoup d'entre nous n'avons jamais rencontrée
ou imaginée."
Ron et Hermione regardèrent tous les deux vers Harry.
"Juste…juste pour être clair," dit il. " Tu veux laisser Tonks dans la maison de ses
parents et venir avec nous ?"
"Elle sera parfaitement en sécurité là-bas, ils la surveilleront," dit Lupin. Il parlait
avec une irrévocabilité à la limite de l'indifférence : "Harry, je suis sûr que James
aurait voulu que je te reste fidèle."
"Hé bien," dit Harry doucement, "je ne suis pas d'accord. Je suis pratiquement sûr que
mon père aurait voulu savoir pourquoi vous n'êtes pas fidèle à votre propre enfant, en
fait."
Le visage de Lupin perdit ses couleurs. La température de la cuisine semblait avoir
baissé de dix degrés. Ron regarda autour de la pièce comme s’il voulait la mémoriser,
pendant que les yeux de Hermione allait de Harry à Lupin et inversement.
"Tu ne comprends pas," dit Lupin finalement.
"Expliques, alors," dit Harry.
Lupin ravala ses larmes.
"Je…j'ai fait une grave erreur en me mariant avec Tonks. Je l'ai fait en dépit du bon
sens et l'ai beaucoup regretté depuis."
"Je vois," dit Harry, "donc tu vas juste les plaquer elle et ton enfant et t'enfuir avec
nous ?"
Lupin bondit sur ses pieds : Sa chaise tomba en arrière, et il les foudroya du regard si
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
férocement qu’Harry vit, pour la toute première fois, l'ombre du loup derrière le
visage humain.
"Ne comprends-tu pas ce que j'ai fais à ma femme et mon futur enfant ? Je n'aurais
jamais dû me marier avec elle, J'en ai fait une paria!"
Lupin donna un coup de pied sur le côté de la chaise qu'il avait renversé.
"Tu m'as seulement vu au sein de l'Ordre, ou sous la protection de Dumbledore à
Poudlard! Tu ne sais pas comment la majorité du Monde magique voit les créatures
comme moi! Quand ils connaissent mon infirmité, c'est tout juste s’ils me parlent! Ne
vois-tu pas ce que j'ai fait ?"
"Même sa propre famille était dégoûtée par notre mariage, quels parents veulent
marier leur unique fille à un loup-garou ? Et l'enfant – l'enfant – "
Lupin s'arrachait véritablement des poignées de ses cheveux; il avait l'air vraiment
dérangé.
"Mon espèce ne se reproduit pas habituellement! Il sera comme moi, j'en suis
convaincu – comment je pourrais me pardonner, quand j'ai sciemment transmis ma
propre condition à un enfant innocent ? Et si, par miracle, il n'est pas comme moi,
alors il serait mieux, cent fois mieux, sans un père qui lui feras toujours honte!"
"Remus!" chuchota Hermione, les larmes aux yeux. "Ne dites pas ça – comment un
enfant pourrait-il avoir honte de vous ?"
"Oh, je ne sais pas, Hermione," dit Harry. "J'ai assez honte de lui."
Harry ne savait pas d'où venait sa fureur, mais il avait bondi sur ses pieds aussi. Lupin
regardait Harry comme si il l'avait frappé.
"Si le nouveau régime pense que les enfants de Moldu sont mauvais," dit Harry, "que
feront-ils à un semi loup-garou dont le père est dans l'Ordre ? Mon père est mort en
essayant de nous protéger ma mère et moi, et tu crois qu'il te dirait d'abandonner ton
enfant pour partir à l'aventure avec nous ?"
"Comment – comment oses-tu ?", dit Lupin. "Ce n'est pas par désir de – du danger ou
de gloire personnelle – comment oses-tu suggérer une telle…"
"Je pense que tu te sens un peu casse-cou," dit Harry, "tu t'imagines à la place de
Sirius…"
"Harry, non!" Hermione supplia Harry, mais il continuait à foudroyer le visage livide
de Lupin.
"Je ne l'aurais jamais cru," dit Harry. "L'homme qui m'a appris à combattre les
détraqueurs – un lâche."
Lupin tira sa baguette si vite que Harry avait à peine saisit la sienne; il y eut un grand
boum et il se sentit voler en arrière comme si il s'était pris un coup de poing; alors
qu'il s'écrasait contre le mur de la cuisine et glissait sur le sol, il aperçut le pan du
manteau de Lupin disparaissant derrière la porte.
"Remus, Remus, reviens!" cria Hermione, mais Lupin ne répondit pas. Un moment
plus tard, ils entendirent la porte d'entrée claquer.
"Harry," gémit Hermione. "Comment as-tu pu ?"
"C'était facile," dit Harry. Il se leva, il pouvait sentir une bosse enfler là où sa tête
avait frappé le mur. Il était toujours si en colère qu'il tremblait.
"Ne me regarde pas comme ça!" dit-il sèchement à Hermione.
"Ne commence pas avec elle!" grogna Ron.
"Non – non – nous ne devons pas nous battre!" dit Hermione, se lançant entre eux.
"Tu n'aurais pas dû dire ça à Lupin," dit Ron à Harry.
"Il l'a vu venir," dit Harry. De mauvais souvenirs traversèrent ses pensées : Sirius
tombant à travers le voile; Dumbledore suspendu, brisé, dans les airs; un flash de
lumière verte et la voix de sa mère, demandant pitié…
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Les parents," dit Harry, "ne devraient pas quitter leurs enfants à moins que – à moins
qu'ils n'en pas."
"Harry – " dit Hermione, tendant une main consolatrice, mais il l'écarta et s'éloigna,
les yeux sur le feu que Hermione avait fait apparaître. Il avait une fois parlé avec
Lupin par cette cheminée, cherchant du réconfort à propos de James, et Lupin l'avait
consolé. Maintenant le visage torturé de Lupin semblait flotter dans l'air devant lui. Il
ressentit une vague écoeurante de remords. Ni Ron ni Hermione ne parlèrent, mais
Harry était sûr qu'ils se regardaient dans son dos, communiquant silencieusement.
Il se retourna et il les surprit à se détourner en toute hâte l'un de l'autre.
"Je sais que je n'aurais pas dû le traiter de lâche."
"Non, tu n'aurais pas dû," dit Ron immédiatement.
"Mais il agit comme tel."
"Tous les mêmes…" dit Hermione.
"Je sais," dit Harry. "Mais si ça le fait retourner auprès de Tonks, ça en valait la peine,
non ?"
Il n'avait pas pu garder cette réplique. Hermione le regarda de manière
compréhensive, Ron de manière incertaine. Harry regarda ses pieds, pensant à son
père. James l'aurait-il appuyé dans ce qu'il a dit à Lupin, ou aurait-il été en colère de
la façon dont son fils avait traité son vieil ami ?
La cuisine silencieuse semblait bourdonner du choc de la scène récente et des
reproches inexprimés de Ron et Hermione. La Gazette du sorcier que Lupin avait
amené était toujours étalée sur la table, le propre visage de Harry regardant fixement
le plafond depuis la première page. Il s'avança vers elle et s'assit, ouvrit le journal au
hasard, et fit semblant de lire. Il n'arrivait pas à saisir les mots; son esprit était
toujours fixé sur l'affrontement avec Lupin. Il était sûr que Ron et Hermione avaient
repris leur communication silencieuse de l'autre côté de la Gazette. Il tourna
bruyamment une page, et le nom de Dumbledore lui sauta aux yeux. Il lui fallu un
moment avant qu'il ne comprenne la signification de la photo, laquelle montrait une
famille. Au-dessous de la photo était écrit :
La famille Dumbledore, de gauche à droite : Albus; Perceval, tenant dans ses bras
Ariana la nouvelle née; Kendra, et Aberforth.
Son attention retenue, Harry examina la photo plus attentivement. Le père de
Dumbledore, Perceval, était un bel homme avec des yeux qui semblaient pétiller
même sur cette vieille photo décolorée. Le bébé, Ariana, était un peu plus grand
qu'une baguette de pain et n'avait pas de signes distinctifs. La mère, Kendra, avait des
cheveux noirs de jais tirés en un chignon haut. Cela donnait à son visage un air
sérieux. Harry pensa aux photos d'indiens qu'il avait vues comme il étudiait ses yeux
sombres, ses hautes pommettes, et son nez droit, d'apparence tranquille au-dessus
d'une robe de soie à haut col. Albus et Aberforth portaient des vestes à col de
dentelles assorties et avaient un style coiffure identique, long jusqu'aux épaules.
Albus semblait plus vieux de quelques années, mais autrement les deux garçons
étaient vraiment semblables, car c'était avant que le nez d'Albus ne soit cassé et avant
qu'il ne porte des lunettes.
La famille semblait parfaitement heureuse et normale, souriant avec sérénité en haut
du journal. Les bras d'Ariana s'agitaient vaguement hors de son châle. Harry regarda
sous la photo et vit le titre :
EXTRAIT EXCLUSIF DE L'IMMINENTE
BIOGRAPHIE DE ALBUS DUMBLEDORE
Par Rita Skeeter
Pensant que ça pourrait à peine le faire se sentir plus mal qu'il ne l'était déjà, Harry
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
commença à lire:
La fière et hautaine, Kendra Dumbledore ne pouvait pas supporter de rester à Mouldonthe-Wold après la très médiatique arrestation et l'emprisonnement de son mari à
Azkaban. Elle a donc décidé de déménager à Godric's Hollow, le village qui devra
plus tard sa renommée à l'étrange incident où Harry Potter à échappé à Vous-SavezQui.
Comme Mould-on-the-Wold, Godric's Hollow était le foyer de nombreuses familles
sorcières, mais Kendra n'en connaissait aucune, elle voulait se passer de la curiosité à
propos du crime de son mari à laquelle elle a dû faire face dans son ancien village. En
repoussant à maintes reprises les avances amicales de ces nouveaux voisins sorciers,
elle s'est assurée aussitôt qu'on laisserait sa famille tranquille.
"Elle me fermait la porte au nez lorsque je suis allée la voir pour lui souhaiter la
bienvenue avec une fournée de Fondants du Chaudron faits maison," dit Bathilda
Tourdesac. "La première année qu'ils étaient là, j'ai seulement vu les deux garçons. Je
n’aurais pas su qu'il y avait une fille si je n'avais pas été cueillir des Plangentines à la
pleine lune l'hiver après qu'ils soient arrivés, et j’ai vu Kendra conduire Ariana dehors
dans le jardin arrière. Elle lui a fait faire un tour de la pelouse, gardant une prise
assurée sur elle, et retourner à l'intérieur. Elle ne savait pas quoi en faire."
Il semblerait que Kendra pensait que le déménagement à Godric's Hollow était
l'opportunité parfaite pour cacher Ariana une fois pour toute, chose qu'elle avait
probablement planifiée depuis des années. Le timing était significatif. Ariana avait
tout juste sept ans quand elle a disparu, et sept ans c'est l'âge auquel la plupart des
experts accordent que la magie se révèle, si elle est présente. Personne encore en vie
ne se souvient qu'Ariana n'ait manifesté le moindre petit signe de capacité magique.
Cela semble clair, donc, que Kendra ait pris la décision de cacher l'existence de sa
fille plutôt que de subir la honte d'admettre qu'elle avait engendrée une cracmol.
Déménager loin des amis et voisins qui connaissaient Ariana devait, bien sûr,
permettre de l'emprisonner plus facilement. Elle pouvait compter sur le petit nombre
de personnes qui désormais connaissaient l'existence d'Ariana pour garder le secret,
incluant ses deux frères, qui ont détourné les questions gênantes avec la réponse que
leur mère leur avait appris. "Ma soeur est trop fragile pour l'école."
La semaine prochaine : Albus Dumbledore à Poudlard – les Prix et le Faux Semblant.
Harry avait tort : ce qu'il venait de lire l'avait en effet fait se sentir plus mal. Il regarda
à nouveau la photo de la famille apparemment heureuse.Qu'est-ce qui était vrai ?
Comment pouvait-il le découvrir ? Il voulait aller à Godric's Hollow, même si
Bathilda n'était pas dans un bon état pour lui parler : Il voulait visiter le lieu où lui et
Dumbledore avaient tous les deux perdus des êtres chers. Il était en train d'abaisser le
journal, pour demander l'opinion de Ron et de Hermione, quand un crac assourdissant
se répercuta dans la cuisine.
Pour la première fois depuis trois semaines Harry avait tout oublié à propos de
Kreattur. Sa première pensée était que Lupin avait fait irruption de nouveau dans la
pièce, et pendant une fraction de seconde, il ne se rendit pas compte de la masse de
membres luttant qui était apparue dans le mince espace à droite de sa chaise. Il s'est
dépêché de se mettre debout comme Kreattur se dégageait et, s'inclinant doucement
devant Harry, croassa, "Kreattur est revenu avec le voleur Mondingus Fletcher,
Maître."
Mondingus se redressa et tira sa baguette; Hermione, cependant, était trop rapide pour
lui.
"Expelliarmus!"
La baguette de Mondingus s'éleva dans les airs, et Hermione l'attrapa. Les yeux
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
égarés, Mondingus se précipita vers les escaliers. Ron le plaqua et Mondingus heurta
le sol de pierre avec un craquement sourd.
"Quoi ?" hurla t'il, se tordant dans sa tentative de se libérer de l'étreinte de
Ron."Qu'est-ce que j'ai fait ? Me mettre un foutu elfe de maison sur le dos, à quoi
vous jouez, qu'est-ce que j'ai fait, laissez moi partir, laissez moi partir, sinon…"
" Vous n'êtes pas dans la meilleure position pour faire des menaces," dit Harry. Il jeta
le journal de côté, traversa la cuisine en quelques enjambées, et se laissa tomber à
genoux à côté de Mondingus, qui arrêta de lutter et semblait effrayé. Ron se leva,
haletant, et regarda comme Harry pointait délibérément sa baguette sur le nez de
Mondingus. Mondingus puait la sueur et la fumée de tabac. Ses cheveux étaient mats
et sa robe était souillée.
"Kreattur s'excuse du retard pour amener le voleur, Maître," croassa l'elfe. "Fletcher
sait comment éviter une capture, il a beaucoup de cachettes et de complices. Pourtant,
Kreattur a coincé le voleur finalement."
"Tu as très bien fait, Kreattur," dit Harry, et l'elfe s'incline lentement.
"Bon, nous avons quelques questions à te poser," dit Harry à Mondingus, qui
vociférait en même temps.
"J'ai paniqué, ok ? J'ai jamais voulu venir, j'veux pas t'offenser, camarade, mais j'ai
jamais voulu volontairement mourir pour toi, et ce foutu Vous-Savez-Qui volait vers
moi, n'importe qui serait parti. J'ai dit tout du long que je ne voulais pas le faire…"
"Pour information, aucun autre d'entre nous n'a transplané," dit Hermione.
"Bien, vous êtes une bande de foutu héros alors, n'est-ce pas, mais je n'ai jamais
prétendu que j'étais là pour me faire tuer…"
"Nous ne sommes pas intéressés de savoir pourquoi tu as fuit en laissant Fol-OEil," dit
Harry, bougeant sa baguette un peu plus près des yeux injectés de sang de
Mondingus. "Nous savions déjà que vous étiez un salaud sur qui on ne peut pas
compter."
"Bien alors, pourquoi j'ai été traqué par des elfes de maison ? Ou alors c'est à propos
des gobelets encore une fois ? J'en ai plus aucun, ou vous pouvez les avoir…"
"Ce n'est pas à propos des gobelets non plus, bien que tu chauffes," dit Harry. "Ferme
la et écoute."
Il était merveilleux d'air quelque chose à faire, quelqu'un à qui il pouvait demander
une partie de la vérité. La baguette d’Harry était maintenant si proche de l'arête du
nez de Mondingus que celui-ci louchait pour la garder en vue.
"Quand tu as vidé cette maison de tout ce qui était précieux," commença Harry, mais
Mondingus l'interrompit encore une fois.
"Sirius ne s’est jamais soucié de toute cette camelote…"
Il y eu le son d'un trottinement, un éclat de cuivre brillant, un son métallique
répercutant, et un cri d'agonie; Kreattur avait couru vers Mondingus et l'avait frappé à
la tête avec une casserole.
"Rappelez-le, rappelez-le, il devrait être enfermé!" hurla Mondingus, reculant comme
Kreattur élevait la lourde casserole à nouveau.
"Kreattur, non!" cria Harry.
Le bras mince de Kreattur tremblait avec le poids de la casserole, toujours tenu en
l'air.
"Peut-être juste un de plus, Maître Harry, pour la chance ?"
Ron ria.
"Nous avons besoin de lui conscient, Kreattur, mais si il a besoin d'être persuadé, à toi
l'honneur," dit Harry.
"Merci beaucoup, Maître," dit Kreattur avec une inclination de la tête, et il recula à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
une courte distance, ses grands yeux pâles toujours fixés sur Mondingus avec
répugnance.
"Quand tu as dépouillé cette maison de tous les objets de valeur que tu pouvais
trouver," recommença Harry, "tu as pris un tas de chose dans le placard de la cuisine.
Il y avait là un médaillon." La bouche d’Harry était soudainement sèche : Il pouvait
sentir la tension et l'excitation de Ron et Hermione aussi. "Qu'est-ce que tu en as fait
?"
"Pourquoi ?" demanda Mondingus. "Il a de la valeur ?"
"L'avez-vous encore ?" s'écria Hermione.
"Non, il ne l'as plus," dit Ron avec perspicacité. "Il se demande s’il n'aurait pas dû
demander plus d'argent pour ça."
"Plus ?" dit Mondingus. "Ca n'aurait pas été tellement difficile…j'ai dû le donner, pas
le choix."
"Qu'est-ce que tu veux dire ?"
"J'étais en pleine vente au Chemin de Traverse et elle est venue me voir et m'a
demandé si j'avais une licence pour le commerce d'artefacts magiques. Foutu
fouineuse. Elle allait me mettre une amende, mais elle a eu envie du médaillon et m'a
dit qu'elle le prenait et me laissait partir cette fois, et de remercier ma chance."
"Qui était cette femme ?" demanda Harry.
"Je sais pas, une sorcière du Ministère."
Mondingus réfléchit pendant un moment, les sourcils froncés.
"Petite femme. Un ruban sur le dessus de la tête"
Il fronça les sourcils et ajouta, "Avait l'air d'un crapaud."
Harry lâcha sa baguette : Elle frappa Mondingus sur le nez et lança des étincelles
rouges sur ses sourcils, qui s'enflammèrent.
"Aguamenti!" cria Hermione, et un jet d'eau coula de sa baguette, submergeant
Mondingus bafouillant et choqué.
Harry leva les yeux et vit son propre choc se refléter sur les visages de Ron et
Hermione. Les cicatrices sur le dos de sa main droite semblaient le picoter encore.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
M
A
G
E
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1122 :: LLAAA PPPUUUIIISSSSSSAAANNNCCCEEE DDDEEE LLLAAA M
MA
AG
GIIIE
E
Tandis qu'août arrivait, le carré d'herbe non entretenu au milieu de la place
Grimmaurd se desséchait
au soleil jusqu'à être cassante et brune. Ni les habitants du numéro douze, ni le
numéro douze luimême,
n'étaient jamais vus par quiconque dans les maisons environnantes. Les
Moldus qui vivaient
dans la place Grimmaurd depuis longtemps avaient accepté l'erreur amusante de
numérotation qui
avait fait siéger le numéro onze à côté du numéro treize. Mais la place attirait
maintenant un certain
nombre de visiteurs qui semblaient trouver l'anomalie plus intrigante. À peine un jour
passait sans
qu'une ou deux personnes arrivaient dans la place Grimmaurd sans autre but, tout du
moins à ce
qu'il semblait, que pour s'appuyer contre les grilles faisant face aux numéros onze et
treize,
observant la jointure des deux maisons. Les badauds n'étaient jamais les mêmes deux
jours d'affilés,
bien qu'ils semblaient tous partager une aversion pour l'habillement normal.
La majeure partie des Londoniens qui passaient étaient habitués aux gens habillés
excentriquement
et y firent peu attention, bien que de temps en temps l'un d'entre eux pouvait jeter un
coup d'oeil en
arrière, se demandant pourquoi n'importe qui porterait de si longs manteaux avec cette
chaleur.
Les observateurs semblaient récolter peu de satisfaction de leur surveillance. De
temps en temps l'un
d'entre eux commençait à s'avancer avec enthousiasme, comme s'il avait enfin vu
quelque chose
d'intéressant, mais seulement pour faire demi-tour, l'air déçu.
Le premier jour de septembre, il y avait plus de personnes rôdant dans la place que
jamais
auparavant. Une demi-douzaine d'hommes dans de longs manteaux se tenaient,
silencieux et
attentifs, comme toujours regardant fixement les numéros onze et treize, mais la chose
qu'ils
attendaient semblait toujours insaisissable. Tandis que la soirée se profilait, apportant
avec elle une
rafale inattendue de pluie froide, pour la première fois en plusieurs semaines, se
produisit un de ces
moments inexplicables lorsqu'ils semblaient avoir vu quelque chose d'intéressant.
L'homme avec le
visage tordu fit remarquer quelque chose et son plus proche compagnon, un homme
livide et
grassouillet, commença à s'avancer, mais un moment plus tard ils étaient retournés
dans leur état
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
précédent d'inactivité, semblant frustrés et déçus.
Pendant ce temps à l'intérieur du n°12, Harry venait d'entrer dans le hall. Il avait
presque perdu
l'équilibre quand il était apparu sur la dernière marche juste à l'extérieur de la porte
d'entrée, et
grâce à cela les Mangemorts pourraient avoir entraperçut son coude momentanément
à découvert.
Fermant la porte d'entrée soigneusement derrière lui, il retira sa cape d'invisibilité,
l'enroula autour
de son bras et se pressa le long du couloir lugubre en direction de la porte qui mène
au sous-sol,
agrippant une copie volée de la Gazette du sorcier.
L'habituel chuchotement de Severus Rogue l'accueillit, le vent froid le balaya et sa
gorge se serra
pour un moment.
" Je ne t'ai pas tué" dit-il une fois qu'il l'eut déroulé, puis il retient son souffle quand la
figure portemalheur
de poussière explosa. Il attendit d'être à mi-chemin des escaliers vers la
cuisine, hors de
portée de la voix de Mrs Black et débarrassé du nuage de poussière, avant d'appeler :
"J'ai des
nouvelles, et vous n'allez pas les aimer".
La cuisine était presque irreconnaissable. Chaque surface resplandissait ; les pots en
cuivre et les
casseroles avaient été polie jusqu'à un éclat rosé, le dessus de table en bois luisait, les
verres à pieds
et les assiettes déjà alignées pour le repas étincelaient dans la lumière d'un feu
crépitant
joyeusement et sur lequel un chaudron mijotait.
Rien dans la pièce, cependant, n'était plus nettement différent que l'elfe de maison qui
accourait
vers Harry, habillé d'un torchon blanc comme neige, ses poils d'oreille aussi propre et
duveteux que
de la laine de coton, le médaillon de Regulus rebondissant sur sa maigre poitrine.
"Enlevez vos chaussures, s'il vous plaît, maître Harry, et lavez-vous les mains avant
de manger"
croassa Kreattur, en saisissant la cape d'invisibilité et en se voutant pour l'accrocher à
un crochet sur
le mur, à côté d'un certain nombre de robes démodées récemment nettoyées.
"Que se passe-t-il ?" demanda Ron avec appréhension.
Hermione avait déversé une liasse de notes griffonnées et de cartes dessinées à la
main qui jonchait le
bout de la longue table de cuisine mais maintenant ils regardaient Harry alors qu'il les
enjambait et
jetait le journal sur le sommet de leurs parchemins éparpillés.
Hermione fut la plus rapide; elle saisit le journal et commença à lire à haute voix
l'article qui
l'accompagnait.
"Severus Rogue, professeur de potion de longue date à Poudlard, l'école de sorcellerie
et de magie, a
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
été nommé directeur dans le plus important des postes qui ont changé dans l'ancienne
école. Suivant
les résignations du précédent professeur d'étude des Moldus, Alecto Carrow obtiendra
le poste
pendant que son frère, Amycus, occupera le poste de professeur de défense contre les
forces du
mal".
" 'Je me réjouis de l'opportunité de confirmer nos plus fines traditions et valeurs
magiques
-'Comme commettre des meurtres et couper les oreilles des gens, je suppose! Rogue,
directeur!
Rogue avec les fonctions de Dumbledore-par la pantalon de Merlin!"cria-t-elle,
faisant sursauter
Harry et Ron. Elle se dégagea de la table et traversa la pièce, criant, alors qu’elle
partait " Je reviens
dans une minute!"
-"Par le pantalon de Merlin" répéta Ron, amusé. "Elle doit être chamboulée." Il tira le
journal vers
lui et lu attentivement l'article à propos de Rogue.
"Les autres professeurs ne resteront pas avec ça, McGonagall, Flitwick et Chourave,
tous connaissent
la vérité, ils savent comment Dumbledore est mort, ils n'accepteront pas Rogue
comme directeur. Et
qui sont ces gars ?"
-"Des Mangemorts" dit Harry."Il y a des images d'eux à l'intérieur. Ils étaient au
sommet de la tour
quand Rogue a tué Dumbledore, donc ensemble, ils sont tous amis. Et" Harry
continua amèrement,
prenant une chaise " Je ne pense pas que les autres professeurs ont d'autres choix que
de rester. Si le
ministère et Voldemort sont derrière Rogue, ils ont le choix entre rester et enseigner,
ou de belles
années à Azkaban-s'ils sont chanceux. Je pense qu'ils resteront pour essayer de
protéger les élèves."
Kreattur est venu s'activant sur la table avec une grande marmite dans ces mains, et
servit de la
soupe dans de vieux bols, sifflant entre ses dents comme d'habitude.
"Merci, Kreattur" dit Harry en prenant son bol et le mettant sur la Gazette du sorcier
pour ne pas
avoir à regarder le visage de Rogue. "Bon, au moins nous savons exactement où se
trouve Rogue
maintenant."
Puis il commença à manger le bouillon grâce à une cuillère que le petit elfe lui donna.
La qualité de la
cuisine de Kreattur s’était nettement améliorée depuis qu’il a reçu le médaillon de
Regulus.
"Il y a toujours un groupe de Mangemorts observant la maison," dit Ron après avoir
finit son bol "plus
que d’habitude... Comme s’ils espèrent que nous sortiront d’ici pour aller à la gare de
King ‘s Cross! "
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Ron jeta un coup d'oeil à sa montre.
"Je n’ai pas arrêté de penser à cela. Il est parti il y a presque six heures. Étrange que
nous ne soyons
pas dedans, non?"
Dans son esprit, Harry cru voir le grand train à vapeur se diriger vers le somptueux
château, il
repensait au moment ou lui et Ron le survolèrent grâce à la voiture de Mr. Weasley. Il
était sûr que
Ginny, Neville, et Luna étaient ensemble en ce moment, peut-être se demandaient-ils
ou lui, Ron et
Hermione se trouvaient ? Ou comment faire pour survivre au nouveau règlement de
l’école qui était
sous l’emprise des Mangemorts ?
"Ils m'ont presque vu quand je suis revenu ce matin" dit Harry, "J’ai trébuché sur une
marche et la
cape d’invisibilité a glissé
"Ca m’arrive à chaque fois. Ah, Hermione est là" ajouta Ron se retournant pour la
voir entrer dans la
cuisine. "Et lesquels étaient-ce ? Les slips de kangourou ou les hanches de Merlin ?"
"Je me suis rappelé ceci," S’écria Hermione, ravie.
Elle portait un grand tableau peint qu’elle mit sur la table afin d’ouvrir son sac, puis il
essaya de faire
rentrer la toile dans son petit sac, qui à vue d’oeil ne pouvait porter que quelques petits
objets, mais le
grand tableau disparut rapidement dans les profondeurs du sac magique.
"Phineas Nigellus," Expliqua Hermione en jetant son sac sur la table accompagné du
bruit sonore qui
retentit à chaque fois qu’elle le faisait.
"Désolé ?" dit Ron, mais Harry compris. Phineas Nigellus pouvait voyager à volonter
entre son
tableau peint en noir que Hermione venait de prendre et celui qui se trouvait dans le
bureau de
Rogue, à Poudlard ou Rogue devait probablement se reposer, en ce moment. Il était
sûrement
heureux de posséder la collection de Dumbledore de livres, les instruments magiques,
les pensives, le
choipeaux magique, et à moins qu'elle fut déplacé ailleurs, l'épée de Gryffondor.
"Rogue pourrait très bien envoyer Phineas ici pour voir si on s’y trouve" expliqua
Hermione à Ron
pendant qu'elle reprenait son siège. "Mais maintenant, il ne pourra voir que mon sac à
main »
"Bien pensé » Dit Ron, admiratif.
"Merci," dit Hermione en souriant, tirant son bouillon vers elle. "Sinon Harry, rien
d’intéressant
aujourd’hui ?"
"Rien," Répondit Harry. "J’ai observé l’entrée du ministère pendant sept heures,
aucun signe d’elle.
Par contre, j’ai vu ton père Ron, il va très bien"
Ron inclina la tête pour montrer son contentement au vu de ces nouvelles. Mais ils
savaient qu’il leur
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
été impossible de communiquer avec lui vu qu’il était toujours accompagné d’autres
sorciers.
Cependant, ils étaient rassurés de le voir en bonne état.
"Papa nous a toujours dit que la plupart des gens importants du ministère entraient
grâce au réseau
de cheminée," Indiqua Ron. "C’est pourquoi nous ne voyons jamais Ombrage, elle se
croit importante…
»
"Et qui sont ces deux sorciers qui entrent toujours habillés de robes bleues marines ?"
demanda
Hermione.
"Ah ouais, les types de l’entretient magique ? » Répondit Ron.
"Comment tu sais qu’ils travaillent pour l’entretient du ministère ?" Demanda
Hermione,
soupçonneuse.
"Papa dit toujours que les hommes d’entretient portent des robes bleues marines, mais
je ne suis sûr
de rien !"
Hermione laissa tomber sa cuillère pour tirer de son sac un carnet qu'elle et Ron
examinaient quand
Harry entra dans la cuisine.
"Il n'y a rien ici à propos de robes bleues marines!" dit-elle tout en tournant
rapidement les pages.
"Euh… c’est réellement important tous ça ? » Demanda Ron, incrédule
"Je pense que nous devrions y pénétrer demain !,"dit Harry.
Hermione arrêta de parler comme pétrifié et Ron regarda fixement Harry comme s’il
ne l’avait jamais
vu.
"Demain ?" Hermione répété. "Tu n’es pas sérieux Harry ?"
"Je le suis" dit Harry “Je ne pense pas que nous puissions être mieux préparés que
nous ne le
sommes maintenant même si nous rodons autour de l'entrée du ministère encore un
mois. Plus
longtemps nous tardons, plus loin le médaillon pourra être. Il y a déjà une bonne
chance qu'Ombrage
l'ai jeté ; il ne s'ouvre pas.”
“Sauf si,” dit Ron, “elle a trouvé un moyen de l'ouvrir et qu'elle soit maintenant
possédée.”
“Est-ce que ce cela ferait une différence dans son cas ? Elle est déjà si malfaisante,”
fit Harry en
haussant les épaules.
Hermione se mordait la lèvre, perdu dans ses pensées.
“Nous savons tout ce qui est important,” poursuivit Harry, s'adressant à Hermione.
“Nous savons
qu'ils ont rendu impossible de transplaner dans ou hors du ministère; nous savons que
seuls les
membres les plus importants du ministère sont autorisés à connecter leur maison au
réseau de
cheminée maintenant, parce que Ron a entendu des plaintes à ce propos. Et nous
savons en gros où
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
se trouve le bureau d'Ombrage, parce que tu as entendu le type barbu le dire à son
camarade“.
"Je vais en haut, Dolores veut me voir " récita immédiatement Hermione.
"Exactement,” dit Harry. “Et nous savons que tu entres en utilisant ces pièces
amusantes, ou quoi
qu'elles soient, parce que j'ai vu cette sorcière en emprunter une à son amie ...“.
“Mais nous n'en avons aucune !”
“Si le plan fonctionne, nous en aurons,” continua Harry posément.
“Je ne sais pas, Harry, Je ne sais pas … Il y a un affreux nombre de chose qui peuvent
mal se passer,
trop de chose repose sur la chance … “
"Ce sera vrai la même chose si nous passons 3 autres mois à nous préparer, dit Harry.
“Il est temps
d'agir.”
Il pouvait dire d'après les visages de Ron et d'Hermione qu'ils avaient peur, il n'était
pas
particulièrement confiant lui-même, et maintenant il était sûr que le temps était venu
de mettre leur
plan en action.
Ils avaient passé les quatre semaines précédentes à se relayer avec la cape
d'invisibilité et à
espionner l'entrée officielle du ministère, que Ron, merci à Mr. Weasley, connaissait
depuis
l'enfance. Ils avaient pisté des employés du ministère sur leur chemin d'entrée,
espionné leur
conversation, et apprit par de prudentes observations, auxquels d'entre eux ils
pouvaient
s'en remettre pour apparaître, seul, à la même heure chaque jour. Occasionnellement
ils avaient eut
la chance de chiper la Gazette du sorcier dans l'attaché-caisse de quelqu'un.
Doucement ils avaient
élaborés une carte sommaire et des notes maintenant empilée devant Hermione.
“D'accord,” dit Ron lentement, “Disons que nous le ferions demain ... Je pense que ça
devrait être
Harry et moi.”
“Oh, ne recommence pas avec ça !” soupira Hermione. “Je pensais que nous avions
réglé ça.”
“C'est une chose de rôder autour de l'entrée sous la cape, mais ça c'est différent.
Hermione,” Ron
planta son doigt sur une copie de la Gazette du sorcier daté de dix jours. “Tu es sur la
liste des gens
né chez les moldus qui ne se sont pas présentés pour l'interrogatoire ! "
“Et toi tu es supposé être en train de mourir de Spattergroit au Terrier ! Si quelqu'un
doit y aller, c'est
Harry, il y a une prime de 10 000 gallions sur sa tête"
“Bien, je vais rester ici,” dit Harry. “Vous me le ferez savoir si vous arrivez à vaincre
Voldemort, n'est-ce pas ?”.
Comme Ron et Hermione rirent de la douleur de la cicatrice sur le front de Harry . Sa
main sauta à
elle. Il a vu les yeux d’Hermione se rétrécir, et il essaya au passage du mouvement à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
la brosse ses
cheveux passé hors de ses yeux.
« Bien, si chacun nous trois disparaît nous devons disparaitre séparément »
Ron dit. « Nous ne pouvons tous nous adapter sous le Cloadk plus. » ((?))
La cicatrice d’Harry devenait de plus en plus douloureuse. Elle s'est levée. Une fois
que, Kreatcher se
dépêchait en avant.
« Maître son potage, le maître n'a-t-il pas fini préférerait-il le ragoût savoureux, ou
bien la mélasse au
goût âpre à quel maître est si partiel ?
Les « mercis, Kreacher, mais nous seront de retour dans une minute--heu--salle de
bains. »
Conscient du fait que Hermione l'observait soupçonneusement, Harry s'est dépêché
d'aller vers le
haut des escaliers du hall, puis, arrivé au premier étage, il entra dans la salle de bains
et ferma
la porte. Grognant avec douleur, il s'effondra au-dessus du bassin noir avec ses
robinets
sous forme de serpents à bouche ouverte et a fermé ses yeux…, Il glissait l'alon d'une
rue de twilit.
Les bâtiments de chaque côté de lui eurent la haute, pignons boisés ; ils ressemblaient
aux maisons
de pain d'épice. Il approcha l'une d'entre elles, et vu alors que les whitenes ((?))de ses
propres
longfingered((?)) Il frappa à la porte. La porte s'ouvrit ; Une femme riante se tenait
là. Son visage tomba lorsqu’elle regarda le visage d’Harry ; elle perdit sa bonne
humeur, la terreur la remplaçant….
« Gregorovitch est-t-il là ? » dit une voix élevée et froide. Elle secoua sa tête ; Elle
essayait de fermer la
porte.
Une main blanche la tint doucement, l'empêchant de bouger « Je veux Gregorovitch.
»
« Er wohn hier nicht mehr! » pleura t'elle, secouant sa tête. « Il ne vit pas ici ! Il ne
vit pas ici ! Je ne le connais
pas ! » Abandonnant sa tentative de fermer la porte, elle commença à revenir dans le
hall sombre, et
Harry la suivit, glissant vers elle, et sa main aux longs doigts avait pris sa baguette
magique.
« Où est il ? » « Das weis ich nicht ! » en se déplaçant, « Je sais pas, je sais pas ! » Il
souleva sa baguette
magique. Elle cria. Deux jeunes enfants vinrent, courant dans le hall. Elle essaya de
les protéger de
ses bras. Il y eut un flash de feu vert.
« Harry ! HARRY ! » Il ouvrit les yeux ; il était tombé sur le plancher. Hermione
martelait sur sa porte.
« Harry, ouvre ! » Il su qu’il avait crié. Il se leva et a déverrouilla la porte ; Hermione
tomba
littéralement à l'intérieur, regagna son équilibre immédiatement, et regarda autour de
manière
soupçonneuse. Ron était derrière elle, semblant affaibli en ayant dirigé sa baguette
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
magique dans les
coins de la salle de bains fraîche. Que faisais-tu ? « demanda Hermione.
« Que penses-tu que je faisais ? » demanda Harry d’une voix faible. «Tu hurlais au
loin ! » dit Ron.
« Oh je devais somnoler au loin ou --»
« Harry, s'il te plaît n'insulte pas notre intelligence, » dit Hermione, reprenant
profondément son souffle. « Nous savons ta cicatrice te faisait mal, et tu es blanc
comme une
feuille. » Harry s'assit sur le bord du bain. « J'ai juste vu Voldemort assassiner une
femme. À présent,
il a probablement tué sa famille entière. Et il n'a pas eu besoin. C'était Cédric encore
une fois, ils
étaient juste là….« « Harry, tu es supposé ne plus laisser ceci se produire ! »
Hermione pleura,
sa voix faisant écho par la salle de bains.
"Harry, tu ne dois pas laisser tout ça se produire !" Hermione pleurait tout en parlant,
sa voix faisant
écho dans la salle de bain. "Dumbledore voulait que t’entraines à fermer ton esprit! Il
a pensé que le
raccordement était dangereux -Voldemort peut s’en servir, Harry ! Qui a-t-il de bon
de le voir tuer et
torturer des gens?"
"Comme ça, je peux au moins savoir ce qu’il fait et où il est" dit Harry.
"Ainsi tu ne vas même pas essayer de fermer ton esprit ?"
"Hermione, je ne peux pas. Tu sais très bien que je suis nul en Occlumencie. Je n'ai
jamais obtenu le
moindre résultat."
"Tu n’as jamais vraiment essayé !" dit-elle ardemment. "C’est pourquoi tu n’obtiens
pas de résultat,
tu te comportes comme si tu aimais ce raccordement, ce ralliement entre vous deux
comme…comme… »
Elle hésita sous le regard noir que lui jetait Harry.
"Comme quoi ?" dit-il tranquillement. "Comme si je l’aimais ?"
"Je -Non-je suis désolé, Harry. Je n’ai pas voulu dire ça -"
"Je le déteste, je déteste le fait qu’il puisse être à l’intérieur de moi, qu’il puisse me
contrôler, que je
doive l'observer quand il tue une personne. Mais je me dois de l’employer."
"Dumbledore… "
"Oublie un peu Dumbledore…C’est mon choix, pas le sien. Je veux savoir pourquoi il
est après
Gregorovitch."
"Qui ça ?"
"C’ est un fabriquant de baguette magiques étranger "dit Harry. "Il a fait la baguette
magique de
Krum, il dit qu’il est brillant"
"Mais selon toi" dit Ron, "Voldemort détient déjà Ollivender. S'il a déjà un fabriquant
de baguettes
magiques, pourquoi cherche-t-il un autre?"
"Peut-être est-il d’accord avec Krum, qu’il croit que Gregorovitch est meilleur... ou
bien pense-t-il
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
que Gregorovitch sait ce qui s’est passé quand il me poursuivait, pourquoi ma
baguette s’est ainsi
comporté et a cassé la sienne."
Harry jeta un regard au miroir poussiéreux devant lui et aperçu Ron et Hermione qui
s’échangeaient
des regards interrogatoires.
"Harry, tu continue à parler de ce que ta baguette a fait," dit Hermione "mais c’est toi,
et toi seul qui
a jeté ce sortilège! Pourquoi ne veux tu pas admettre que c’est toi qui a fait ça ?
"Puisque je sais que je n’ai rien fait…En tout cas, Hermione, Moi et Voldemort sont
les seuls à avoir
vu ce qui s’est réellement passé »
Ses deux amis se regardèrent étrangement ; Harry su qu'il n'avait pas convaincu
Hermione et qu'elle
rassemblait des arguments contre sa théorie sur sa baguette magique et le fait qu'il
pouvait
voir dans l'esprit de Voldemort. À son soulagement, Ron intervint :
"Laissez tomber," conseilla-t-il. "En tout cas, si nous devons aller demain au
ministère, nous devons
penser à un plan, pas vrai?"
À contrecoeur, Hermione garda le silence, même si Harry était sur qu’elle attaquerait
tôt ou tard.
Ensuite, le trio se dirigea vers la cuisine ou Kreatuur leur servit de la tarte au ragout.
Ils restèrent éveillés jusque tard dans la nuit en discutant de leur plan. Harry, qui
dormait
maintenant dans la chambre de Sirius, regardait attentivement une photo, grâce à la
lumière d’un
Lumos où les Maraudeurs souriaient tout en le fixant. Mais après quelques minutes, il
éteignit sa
baguette, cependant, il ne pensait pas au polynectar, aux robes longues bleu marine de
l'entretien
magique ou encore de ce qui allait se passer le lendemain ; mais il réfléchissait plutôt
à combien de
temps pourraient-ils se cacher encore avant que Voldemort ne les trouve, et à
l’endroit ou pouvait
se trouver Gregorovitch maintenant.
"Tu semble fatigué » dit Ron en entrant de la chambre afin de réveiller Harry
"Pas pour longtemps, ne t’inquiète pas" répondit Harry en baillant.
En descendant, ils trouvèrent Hermione assise sur une chaise dans la cuisine. Elle
s’était servie du
café et quelques toasts grillés façon Kreatur. Elle avait une expression étrange sur son
visage, la
même que celle qu’elle avait juste avant les B.U.S.E
"Voila de longues robes, du Polynectar, une cape d'invisiblité, des Détonations de
Deeny chaqu'un en prend deux juste au cas ou, des Pastilles vomissantes, du Nougat
Néansang et des oreilles à ralongs...» Lança Hermione en un seul souffle
Ils engloutirent d’un trait leur petit déjeuner, puis se préparèrent en haut, Kreatur, les
accompagnant dehors leur promit qu’il y aurait une tourte à la viande et aux rognons
prêts pour eux quand ils reviendraient.
"Bénissez le," dit Ron tendrement, "et quand vous pensez que j'avais l'habitude de
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
fantasmer au
sujet de découper sa tête et de la coller sur le mur."
Ils sortirent avec une immense précaution. Ils pouvaient voir deux ou trois
mangemorts aux yeux
bouffis observer la maison de l'autre côté de la place brumeuse. Hermione Transplana
avec Ron
d'abord, puis revint pour Harry.
Après la brève sensation habituelle d'obscurité et d'étouffement, Harry se retrouva
dans l'allée
minuscule où la première phase de leur plan était programmée. C’était jusqu'ici
désert, excepté le présence de deux ou trois larges poubelles ; les premiers employés
du ministère
n’apparaissaient habituellement pas ici avant huit heures.
"Très bien," dit Hermione, vérifiant sa montre. "Elle doit être ici dans environ cinq
minutes. Quand je
la Stupefixe -"
"Hermione, on sait,"dit Ron sévèrement. "Et je pensais qu’on était censé ouvrir la
porte avant qu’elle
n’arrive ?"
Hermione couina.
"J'avais presque oublié ! Reculez -"
Elle dirigea sa baguette magique vers la porte coupe-feu cadenassée et fortement
taguée près d’eux,
qui s’ouvrit à la volée. Le couloir sombre derrière menait, comme ils avaient pu
soigneusement le
vérifier lors de leur précédent voyage, dans un théâtre désaffecté. Hermione poussa la
porte vers elle,
pour donner l’impression qu’elle était encore fermée.
"Et maintenant," dit-elle, se tournant, faisant de nouveau face au visage les deux
autres dans l'allée,
"on remet la cape -"
"-et on attend," fini Ron, jetant cette dernière au-dessus de la tête de Hermione
comme une
couverture au-dessus d'une cage a oiseaux et roulant ses yeux en direction de Harry.
Un Peu plus qu'une minute plus tard, il y eu un crack minuscule et une petite sorcière
du ministère
aux cheveux gris apparu en face d’eux, scintillant un peu dans cet éclat soudain : le
soleil venait juste
de sortir de derrière un nuage. Elle eu à peine le temps d’apprécier cette chaleur
inattendue, que, le
charme renversant et silencieux d’Hermione la frappa à la poitrine et la renversa.
"Joli, Hermione," dit Ron, émergeant de derrière une poubelle près de la porte du
théâtre pendant
que Harry enlevait la cape d'invisibilité. Ensemble ils portèrent la petite sorcière dans
le passage
sombre qui la menait dans les coulisses. Hermione arracha quelques cheveux de la
tête de la sorcière
et les ajouta au flacon de Polynectar boueux qu'elle avait retiré du sac perlé. Ron
fouilla dans le petit
sac à main de la sorcière.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"C’est Mafalda Hopkirk," dit-il, lisant une petite carte qui identifiait leur victime en
tant
qu'Assistance dans le département d’Usage Abbusif de la Magie. « Tu devrais prendre
ca, Hermione."
Il lui passa plusieurs petites pièces de monnaie d'or, avec les lettres M.O.M inscrites
dessus, qu'il venait de prendre de la bourse de la sorcière.
Hermione bu le Polynectar , qui était maintenant d’une couleur pourpre plaisante, et
quelques
secondes plus tard,il y avait un double de Mafalda Hopkirk. Puis elle se baissa pour
prendre les
lunettes de la femme, Harry vérifia sa montre.
"Dépêchons -nous, M. Magical Maintenance sera ici dans quelques secondes." Ils se
dépêchèrent de fermer la porte sur la vraie Mafalda ; Harry et Ron jetèrent la cape
d'invisibilité sur eux mais Hermione resta en vue, attendant. Quelques secondes plus
tard il y eut un autre bruit, et un petit sorcier à face de furet apparu. "Oh, bonjour,
Mafalda."
"Bonjour !" dit Hermione d’une voix tremblotante.
"Comment allez vous aujourd'hui?"
"Pas si bien," répondit le petit sorcier, qui l’a regarda complètement abattu. Comme
Hermione et le sorcier se dirigeaient vers la route principale, Harry et Ron rampèrent
derrière eux.
"Je suis désolé d’entendre que vous n’allez pas très bien" dit Hermione, parlant
fermement au magicien qui essayait de lui exposer ces problèmes; puis, se souvenant
de leur plan, elle demanda.
"Voulez-vous un bonbon ? "
"Hein ? Ah, non…non, merci ! "
"J'insiste !"Dit Hermione agressivement, secouant le sac de pastilles vomissantes
devant son visage.
Apeuré, le sorcier en pris un.
L'effet fut instantané. Juste au moment ou le bonbon toucha sa langue, qu’il
commença à vomir
tendit que Hermione arracha quelques poils de ses cheveux.
"Oh cher !" s’exclama-t-elle, "Peut-être devriez-vous prendre un jour de repos ?! "
"Non de non !" Répondit-il en essayant de continuer, ne pouvant se tenir droitement
"Je dois aujourd'hui -dois aller -travailler -important "
"Mais c'est simplement idiot !" dit Hermione, alarmée. "Vous ne pouvez pas aller
travailler dans cet état -je pense que vous devriez vous asseoir, il y a une chaise au
bout de la rue. " Le magicien s'était effondré, mais il rampa, se dirigeant vers la rue
principale.
"Vous ne pouvez pas aller travailler dans cet état !" S’écriant Hermione, apeuré. «
C’est du pur
suicide »
Enfin, il sembla accepter le fait qu’il soit vraiment malade. Il s’agrippa à Hermione
afin de se lever, fit
demi-tour et disparu ne laissant rien derrière lui. Cependant, Ron avait pu saisir son
sac qui contenait
son badge et ces affaires avant qu’il ne transplane.
"Beurk » s’exclama Hermione en voyant sa longue robe remplis de vomi. "Ca aurait
été plus facile de
le stupéfixier…."
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Ouais," dit Ron, sortant de sous la cape d’invisibilité, "mais je pense comme même
que tout un tas
de corps évanoui aurait attiré l’attention sur nous » Et après qu’il ait jeté les poils pris
par Hermione
dans un flacon de Polynectar, il le but.
En moins de deux minutes, Ron se tenait devant eux, aussi petit et fébrile que le
sorcier malade, et
enfila la longue robe bleu marine qui était pliée dans son sac.
"Étrange qu’il ne la portait pas aujourd'hui, hein, vous avez vu à quel point il voulait y
aller ? Quoi
qu'il en soit, je suis Reg Cattermole, selon l'étiquette dans son dos."
"Attends ici maintenant," dit Hermione à Harry, qui était toujours sous la cape
d'invisibilité, "Et nous
serons de retour avec quelques cheveux pour toi."
Il dû attendre dix minutes, mais qui semblèrent beaucoup plus longue a Harry, seul
faisant les cents
pas dans l'allée boueuse près de la porte cachant Mafalda Stupefixée. Enfin Ron et
Hermione
réapparurent.
"Nous ne savons pas qui il est," dit Hermione, donnant à Harry plusieurs cheveux
noirs bouclés, "mais
il est rentré chez lui avec un saignement de nez épouvantable ! Ceci dit, il est assez
grand, tu auras
besoin de plus grandes robes ..."
Elle retira un ensemble des vieilles robes que Kreacher avait lavé pour elles, et Harry
retira sienne
pour prendre la potion et se changer.
Une fois que la douloureuse transformation fut complète il faisait plus de six pied de
haut et, de ce qu'il pouvait voir ses bras était long et musclés. Il avait également une
barbe. Rangeant la cape d'invisibilité et ses lunettes à l'intérieur de sa nouvelle robe, il
rejoint les deux autres.
"Mince alors, ca fait peur," dit Ron, levant les yeux vers Harry, qui maintenant le
dominait. "Prend un
des badges de Mafalda," dit Hermione a Harry, "et allons –y il est preque neuf
heures."
Ils marchèrent dans l’allée ensemble. Quarante mètres au bout du trottoir étriqué se
trouvaient deux
balustrades noires et aiguisées qui flanquaient deux volées de marche l’une indiquant
« Dames » et
l’autre « Messieurs ».
"On se voit dans un moment," dit Hermione nerveusement, et elle se dirigea vers
l’escalier ou
était indiqué DAMES. Harry et Ron rejoignirent un certain nombre d'hommes
curieusement habillés
descendant dans ce qui semblait être des toilettes publiques souterraines ordinaires,
carrelé en noir
et blanc encrassé.
"B’jour, Reg !" appela un autre sorcier dans une robe bleu marine alors qu’il rentrait
dans la cabine
insérant un jeton en or . "On a d’la peine à venir, hein ? Nous forcer tous venir
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
travailler de cette
façon ! A qui s’attendent ils a voir débarquer , Harry Potter ?"
Le sorcier eclata de rire a sa propre blague. Ron du prendre un rire forcé. "Ouais," ditil
, "stupide,
n'est-ce pas?"
Lui et Harry entrèrent dans la cabine contigue.
Des bruits de chasse d’eau parvinrent de la gauche et la droite d’Harry. Il s'accroupit
sur le sol de la
cabine, juste à temps pour voir une paire de pieds grimper dans la cuvette des toilettes
dans la cabine
d’à coté. Il regarda à sa gauche et vit Ron cligné des yeux.
"Nous devons rentrer dedans ?" chuchota-t-il.
"Ca en a bien l’air," lui chuchota Harry en retour; sa voix sonna profonde et
caillouteuse.
Ils se redressèrent tous les deux. Se sentant particulièrement idiot, Harry grimpa dans
les toilettes.
Il su immédiatement qu'il avait fait ce qu’il fallait ; alors qu’il semblait être dans l'eau,
ses
chaussures, ses pieds, et sa robe restèrent tout à fait secs. Il se redressa, tira la chaîne,
et le moment
suivant glissa le long dans long toboggan, émergeant d'une cheminée au Ministère de
la magie.
Il se leva maladroitement ; il était beaucoup plus grand qu’il n’y était habitué.
Le grand Atrium semblait plus sombre que dans son souvenir. Autrefois une fontaine
d'or reposait au centre
du hall, faisant miroiter la lumière au-dessus du plancher et sur les murs en bois polis.
Maintenant une
statue colossale de pierre noire dominait la scène. Elle était plutôt effrayante, cette
vaste sculpture
sur laquelle une sorcière et d’un sorcier étaient assis sur les trônes dans un style très
ornementé,
regardant vers le bas les employés du ministère se renverser hors des cheminées audessous
d’elles.
Les mots « LA MAGIE PRIME SUR LA FORCE » étaient gravés en lettres
majuscule à la base de la statue.
Harry reçu un coup fort dans les jambes. Un autre sorcier venait juste de volé hors de
la cheminée
derrière lui.
"Hors de mon chemin, vous ne pouvez -oh, désolé, Runcorn."
Clairement effrayé, le sorcier tremblant se dépêcha de s’en allé. Apparemment
l'homme qu’Harry
incarnait, Runcorn, était intimidant.
"Psst !" dit une voix, et il regarda autour de lui pour trouver une petite sorcière aux
cheveux
clairsemés et un sorcier fébrile de la Maintenance Magique lui faire des gestes près de
la statue.
Harry s’empressa de les joindre.
"Tu as réussi a rentrer, hein ?"chuchota Hermione à Harry.
"Non, il est encore coincé dans les chiottes," dit Ron.
"Oh, très drôle... c’est horrible, n'est-ce pas?" dit-elle à Harry, qui regardait fixement
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
vers la statue.
"Vous avez vu sur quoi ils reposent?"
Harry regarda plus attentivement, et s’aperçut que ce qu’il croyait être des trônes
décoratifs
découpés étaient, au fait, des restes de corps humains: des centaines de corps
d’hommes, de
femmes et d’enfants nus, au visage stupide et laid, étaient tordus et pressés ensemble
pour soutenir
le poids de la grande statue.
"Des Moldus," dit Hermione, "C’est vraiment abominable…Bon allons-y."
Ils rejoignirent alors l’assemblements de sorciers qui se dirigeaient vers les portes en
or du hall d’entrée.
Quand ils eurent traversé la grande porte dorée, ils virent une longue file d’attente
devant
l’ascenseur principal.
"Cattermole, viens la!"
Le trio se retourna et Harry sentit son estomac se noué. Un des Mangemorts qui se
trouvait à
Poudlard le jour de la mort de Dumbledore était là. Les sorciers se trouvant justes
devant eux se
turent en un instant, baissant leurs yeux vers le sol tellement ils avaient peur.
L'homme au visage légèrement brut regarda froidement Ron tout en se dirigeant vers
lui. Au même
moment, un sorcier au milieu la file s’écria "Bonne journée, Yaxley !" Mais ce
dernier l’ignora et lança
à Ron :
"Quelqu’un de l’entretien magique doit s’occuper de mon bureau, Cattermole. Il pleut
toujours
dedans »
Ron regarda autour de lui espérant que quelqu'un d'autre interviendrait, mais personne
ne parla.
"Il pleut... dans votre bureau ? C’est que le temps est mauvais aujourd’hui…"
Ron donna un rire nerveux et les yeux de Yaxley s’élargirent.
"Vous pensez que c’est drôle, Cattermole?"
Une dizaine de personne sortirent de la file et entrèrent dans l’ascenseur. "Non"
répondit Ron,
inquiet "naturellement, non -"
"Vous vous rendez compte que je vais interroger votre épouse dans quelques instants,
Cattermole ?
En fait, je suis tout étonné que vous ne soyez avec elle alors qu’elle va être interrogée.
Mais c’est
sage de votre part de vous occuper de votre travail avant tout. En tout cas, la
prochaine fois, mariezvous
à une sang-pure, ça sera nettement plus facile pour vous."
Sous le choc, Hermione dut laisser entendre un couinement d’horreur ce qui détourna
le regard de
Yaxley vers elle. Elle toussa faiblement et s’en alla loin d’eux.
"Je – j’ai -"bégaya Ron.
"Moi, si mon épouse était une née Moldue" commença Yaxley, "-Je dis cela, mais
bon, vous savez
Harry Potter et les Reliques de la Mort
13
Harry Potter et les Reliques de la Mort
que c’est impossible…je l’aurai tué sinon-et que le chef de la police magique avait
besoin de moi,
j’en ferai ma priorité, Cattermole. Vous me comprenez ?"
"Oui," chuchota Ron.
"En tout cas, occupez vous de mon bureau, et si vous n’avez pas finit d’ici une heure,
le statut du
sang de votre épouse sera encore plus en doute...Vous me comprenez j’espère !"
La grille en or devant eux s’ouvrit en cliquettant. Avec un sourire entendu et
désagréable vers Harry,
qui était évidemment censé apprécier ce traitement envers Cattermole, Yaxley se
dirigea vers un
autre ascenseur. Harry, Ron, et Hermione entrèrent dans le leur, mais personne ne les
suivit : c’était
comme s’ils étaient contagieux. Les grilles fermèrent avec une sonnerie et l'ascenseur
commença à
monter.
"Qu’est ce que j’vais faire ?"demanda Ron aux deux autres immédiatement ; il
semblait en détresse.
"Si je n’y vais pas, mon épouse... que je veux dire, l'épouse de Cattermole -"
"Nous viendrons avec toi, nous devrons rester ensemble -"commenca Harry, mais
Ron secoué
frénétiquement sa tête.
"C’est de la folie, nous n'avons pas beaucoup de temps. Vous deux trouvez Ombrage,
je vais y aller et
arrêter le sort dans le bureau de Yaxley -mais comment je fais pour arrêter la pluie ?"
"Essaye Finite Incantatem,"dit Hermione immédiatement, "ça devrait arrêter la pluie
si c'est un
sortilège ou une malédiction ; si rien ne se passe c’est que quelque chose ne va pas
avec le Sort
d’Atmosphere ce sera plus difficile à arranger, mais essai Impervius en attendant pour
protéger ses affaires -"
"Dis le encore, lentement -"dit Ron, cherchant désespérément dans ses poches une
plume, mais à ce
moment l'ascenseur s’arrêta en trépidant. Une voix de femme désincarnée dit,
"niveau quatre,
Département de contrôle et de régulation des Créatures magiques, sections des
animaux, êtres et
esprits, Bureau de liaison des gobelins, Agence de conseil contre les nuisibles"
et les grilles s’ouvrirent encore, laissant pénétrer deux ou trois sorciers et plusieurs
avions de papier
de couleur violet pâle qui voletaient autour de la lampe au plafond de l'ascenseur.
"B’jour, Albert," dit un homme aux cheveux lisses et clairsemés, souriant à Harry. Il
jeta un coup d'oeil
en direction de Ron et Hermione pendant que l'ascenseur montait en grinçant une fois
de plus ;
Hermione chuchotait maintenant des instructions frénétiques à Ron. Le sorcier se
pencha vers Harry,
avec un regard mauvais, et dit "Cette crasse de Cresswell, hein ? De la liaison des
gobelins? Le bon
gars, Albert. Je suis assez sûr d’obtenir son travail maintenant !"
Harry Potter et les Reliques de la Mort
14
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Il fit un clin d’oeil. Harry lui sourit en retour, espérant que cela suffirait. L'ascenseur
s’arrêta ; les
grilles s’ouvrirent une fois de plus.
"Niveau deux, Département de la justice magique, incluant Le bureau des usages
abusif de la Magie,
quartier général des Aurors, et Services administratifs du Magenmagot," dit la voix
désincarnée de la
sorcière.
Harry vit Hermione donner à Ron un petit coup en avant et il se dépêcha de sortir
l'ascenseur, suivi
par les autres sorciers, laissant Harry et Hermione seuls. Au moment où la porte en or
se refermait
Hermione dit, très rapidement, "en fait, Harry, je crois que je ferrai bien mieux de le
suivre, je ne
pense pas qu’il sait que ce qu'il fait et qu'il ait bien tout comprit -"
"Niveau un, ministre de la magie et personnel de support."
Les grilles en or glissèrent encore pour s’ouvrir et Hermione retint son souffle. Quatre
personnes se tenaient devant eux, deux d'entre elles profondément absorbées dans une
conversation : un sorcier aux cheveux longs portant une magnifique robe noire et or et
une trapue ressemblant a un crapaud portant un noeud en velour dans ses cheveux
courts et tenant un bloc note contre sa poitrine.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
15
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
M
M
O
N
D
E
N
R
E
G
T
R
E
M
E
N
T
D
E
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1133 :: LLAAA CCCOOOM
MM
MIIISSSSSSIIIO
ON
ND
D’’E
EN
NR
RE
EG
GIIISSST
TR
RE
EM
ME
EN
NT
TD
DE
ESSS N
NEEESSS--M
MOOOLLLDDDUUU
“Ah, Mafalda” dit Ombrage, regardant Hermione. “C’est Travers qui vous envoie
n’est-ce -pas?”
“Ou-oui”, glapit Hermione
“Bien, vous y arriverez parfaitement bien” Ombrage parla au sorcier en noir et or. “
Le problème est résolu. Monsieur le ministre, si Mafalda peut être épargnée pour
enregistrer nous pourrions commencer immédiatement.” Elle consulta son carnet. “10
personnes aujourd’hui et l’une d’entre elles est la femme d’un employé du Ministère!
Hum, hum... ici même, au coeur du ministère!” Nous irons droit au but, Mafalda, vous
trouverez tout ce dont vous avez besoin dans la salle d’audition du tribunal. Elle
avança d’un pas dans l’ascenseur derrière Hermione de même que les sorciers qui
avaient écouté la conversation d’Ombrage avec le ministre ‘’Bonjour Albert, Vous ne
sortez pas?”
“Si, bien sûr” dit Harry avec la voix profonde de Runcom.
Harry fit un pas hors de l’ascenseur. Les grilles en or résonnèrent derrière lui en se
refermant. Jetant un coup d’oeil par -dessus son épaule, Harry vit le visage inquiet
d’Hermione soutenant son regard, un grand sorcier de chaque côté d’elle, le noeud en
velours dans les cheveux d’Ombrage lui arrivant aux épaules.
“Qu’est ce qui vous amène ici Runcom? demanda le nouveau ministre de la magie.
Ses longs cheveux et sa barbe noirs striés d’argent surplombant un grand front
ombrageaient ses yeux brillants, donnant à Harry l’impression d’un crabe regardant
par dessous une roche.
“Besoin de dire un mot à » Harry hésita une fraction de seconde. “Arthur Weasley,
quelqu’un a dit qu’il était au niveau 1.”
“Ah, dit Pius Thickness, Il s’est fait prendre en contactant un Indésirable?
“Non, dit Harry, la gorge sèche, rien de ce genre”
“ Bien, c’est juste une question de temps, dit Thickness. Si vous voulez mon avis, les
traîtres à leur sang sont aussi mauvais que les Moldus. Bonne journée, Runcom”
“ Bonne journée, monsieur le ministre”
Harry regarda Thickness s’éloigner dans le couloir au tapis cramoisi. Dès que le
ministre fut hors de vue, Harry tira sa cape d’invisibilité de dessous sa lourde cape
noire, s’en enveloppa et partit dans la direction opposée. Runcom était si grand
qu’Harry était forcé de s’arrêter pour s’assurer que ses grands pieds étaient cachés. La
panique tordait le creux de son estomac. Il passait devant des portes brillantes,
chacune portant une petite plaque portant le nom et la fonction de l’employé; la
puissance du Ministère, sa complexité, son impénétrabilité semblait se refermer sur
lui de sorte que le plan qu’il avait établi soigneusement avec Ron et Hermione ces
quatre dernières semaines semblait enfantin. Ils concentraient tous leurs efforts pour
rester à l’intérieur sans se faire détecter: Ils n’avaient pas pensé à ce qu’ils feraient
s’ils étaient séparés. Maintenant Hermione était coincée devant la cour du tribunal ce
qui prendrait certainement des heures, Ron luttait pour faire de la magie qui était,
Harry en était sûr, au dessus de son niveau, la liberté d’une femme dépendant des
résultats, et lui, Harry, déambulait à l’étage du dessus sachant parfaitement que son
gibier se trouvait au niveau inférieur..
Il s’arrêta de marcher, s’appuya contre un mur et essaya de décider quoi faire. Le
silence l’oppressait. Il n’y avait aucune animation ou conversation ou bruits de pas
rapide, ici ; les tapis cramoisis étaient aussi silencieux que si le sort de Muffliato avait
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
été jeté à cet endroit.
Son bureau doit être là, pensa Harry.
Il semblait peu probable qu’Ombrage gardait ses bijoux dans son bureau, mais d’un
autre côté, il aurait été bête de ne pas le chercher pour s’en assurer. Il se remit en
marche dans le couloir, où il ne passa personne à part un sorcier renfrogné qui
murmurait des consignes à une plume qui voletait devant lui, griffonnant sur un
rouleau de parchemin.
Faisant à présent attention aux noms sur les portes, Harry tourna à l’angle. A michemin
du couloir suivant, il émergea sur un large espace ouvert où une douzaine de
sorcières et de sorciers étaient assis devant des rangées de bureau ressemblant à ceux
des écoles, bien qu’étant plus poli et sans graffitis. Harry s’arrêta pour les regarder,
l’effet était assez saisissant. Ils s’agitaient tous tripotant leurs baguettes magiques à
l'unisson et des carrés de papier colorés volaient dans tous les sens comme de petits
cerfs-volants roses. Après quelques secondes, Harry s’aperçut que cette cérémonie
avait un certain rythme, que tous ces papiers formaient le même motif et après
quelques secondes de plus, il se rendit compte que ce à quoi il était en train d’assister
était en fait la création de brochures- que les carrés de papier étaient des pages, qui
assemblées, repliés et crées par magie, tombaient en piles ordonnées derrière chaque
sorciers et sorcières.
Harry se rapprocha à pas de loup, bien qu’il doute que les employés trop absorbés par
ce qu’ils faisaient, perçoivent des bruits de pas étouffés par le tapis et il fit glisser vers
lui une brochure complète d’une pile derrière une jeune sorcière. Il l’examina sous sa
cape d’invisibilité. La couverture rose était ornée d’un titre doré:
Sang -de- Bourbe
et les Dangers qu’ils représentent
pour une société paisible de sang-purs
Sous le titre se trouvait une photo d’une rose rouge avec un visage aguichant au
milieu de ses pétales, qui était étranglé par de la mauvaise herbe avec des crocs et un
air menaçant. Il n’y avait pas le nom de l’auteur sur la brochure mais alors qu’il
l’examinait, Il crut sentir les cicatrices de sa main droite palpiter. Et la jeune sorcière
à côté de lui confirma ses intuitions quand elle dit continuant de tourner et d’agiter sa
baguette:
« La vieille mégère va-t-elle interroger des sangs de bourbe toute la journée?
Est-ce que quelqu’un le sait? »
“Prudence, dit le sorcier à côté d’elle, jetant un coup d’oeil inquiet alentour, une de ses
pages glissa et tomba à terre.
“Quoi, elle a des oreilles magique en plus d’un oeil maintenant!”
La sorcière regarda la porte d’acajou brillante face à la salle remplie de fabriquants de
brochures.
Harry la regarda aussi, et la rage se dressa en lui tel un serpent. Là où aurait dû être la
serrure se trouvait un oeil, grand et rond avec un iris bleu lumineux; un oeil familier
pour quiconque avait connu Alastor Maugrey. Pendant un quart de seconde, Harry
oublia où il était et ce qu’il était en train de faire, il oublia aussi qu’il était invisible.
Il se rendit directement à la porte et examina l’oeil. Il ne bougeait plus, le regard fixe
comme congelé.
La plaque en dessous indiquait:
Dolores Ombrage
Sous-secrétaire au ministre
En dessous, sur une nouvelle plaque, légèrement plus brillante que la précédente où
l’on pouvait lire:
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Responsable de la Commission d’Enregistrement
des Nés-Moldus
Harry regarda derrière lui la douzaine de fabriquants de brochure: Bien qu'ils aient été
attentifs à leur travail, il pouvait difficilement supposer qu'ils ne réagiraient pas si la
porte d'un bureau vide s'ouvrait devant eux. Il retira donc de sa poche intérieure un
objet insolite avec de petites jambes qui s’agitait et un klaxon de caoutchouc pour le
corps. S’accroupissant sous sa cape, il plaça le Leurre de Détonateur à terre. Celui-ci
fila immédiatement vers les jambes der sorciers et des sorcières devant lui. Après un
court instant, pendant lequel Harry attendait la main sur la poignée de porte, un gros
bang retentit et une fumée âcre s’éleva d’un coin. La jeune sorcière au premier rang
cria: des pages roses volaient dans tous les sens alors qu’elle et les autres sursautaient
regardant alentour pour voir quelle était la source de cette soudaine agitation. Harry
tourna la poignée et entra dans le bureau d’Ombrage et ferma la porte derrière lui.
Il eu l’impression de retourner dans le passé. La pièce était exactement identique au
bureau d’Ombrage à Poudlard. Les rideaux de dentelle, les fleurs séchées et les
napperons emplissaient la pièce. Les murs arboraient les mêmes assiettes décoratives,
chacune d’une couleur vive ou figuraient des chatons gambadant d’un charme
écoeurant. Le bureau était couvert d’une nappe remplie de fleurs. Derrière l’oeil de
Maugrey, un appareil télescopique permettait à Ombrage d’observer les employés de
l’autre côté de la porte. Harry y jeta un oeil et vit qu’ils étaient tous rassemblés autour
du Leurre de Détonateur. Alors il arracha le télescope laissant un trou béant, retira le
globe oculaire et le mit dans sa poche. Il se retourna, souleva sa baguette et murmura
« Accio médaillon ». Rien ne se passa, mais il s’y attendait, il n’y avait aucun doute
qu’Ombrage connaissait tous sur les sortilèges et formules magiques. Il se glissa
derrière le bureau et commença à ouvrir tous les tiroirs. Il vit des plumes, des cahiers,
des trombones enchantés enroulés autour de papiers comme des serpents, une petite
boîte poussiéreuse de noeuds et de pinces pour les cheveux mais aucune trace du
médaillon. Il y avait un meuble d’archives derrière le bureau : Harry l’examina. Tout
comme le casier de Rusard à Poudlard, il était rempli de chemises chacune portant un
nom différent. Harry n’eu pas le temps d’ouvrir le tiroir le plus bas que quelque chose
le détourna de sa recherche. Le dossier de Mr Weasley.
Il le sortit et l’ouvrit.
Arthur Weasley
Statut du Sang: Sang pur mais inacceptables penchants pro-moldus
Connaît des membres de l’Ordre du Phoenix
Famille: marié (sang pur), sept enfants dont les deux plus
jeunes à Poudlard.
NB : Le plus jeune fils actuellement présent chez lui, sérieusement malade, les
inspecteurs du Ministère ont confirmé.
Statut de Sécurité : SUIVI, tous déplacements sont sous surveillance, Forte
probabilité que l’Indésirable N°1 entrera en contact
(est resté avec la famille des Weasley précédemment)
« Indésirable numéro 1 »murmura Harry dans un souffle pendant qu’il remettait la
chemise en place et refermait le tiroir. Il pressentait qu’il connaissait la personne en
question. Il se redressa et jeta un dernier coup d’oeil dans le bureau en quête d’une
potentielle cachette et vit une affiche de lui-même sur le mur ou était marquée «
Indésirable numéro 1 » au dessus de sa poitrine.
Une petite note rose était collé dessus avec dans un coin un chaton. Harry s’approcha
pour le lire et vit ce qu’Ombrage avait inscrit: « à punir ».
Plus en colère que jamais, il se mita chercher à tâtons au pied des vases et des
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
corbeilles de fleurs séchées mais ne fut pas surpris de ne pas y trouver le médaillon.
Regardant une dernière fois au cas où quelque chose lui aurait échappé, son coeur fit
un bond. Dumbledore le regardait fixement à travers un petit miroir rectangulaire,
posé au sommet d’une bibliothèque derrière le bureau.
Harry traversa la pièce en courant et se saisit de l’objet en question, mais il réalisa au
moment où il le touchait qu’il ne s’agissait pas du tout d’un miroir. Dumbledore
souriait mélancoliquement derrière un livre à la couverture glacée.
Harry n’avait pas immédiatement remarqué le titre vert et recourbé écrit au dessus de
son chapeau de sorcier: La vie et les mensonges d’Albus Dumbledore, ni l’écriture
plus fine en-dessous:« par Rita Skeeter, auteur du bestseller sur Armando Dippet :
Maître ou Crétin ? »
Harry ouvrit le livre au hasard et vit une photographie recouvrant une page entière,
représentant deux garçons adolescents, tous les deux riant excessivement, les bras
autour des épaules de chacun. Dumbledore, les cheveux longs, s'était laissé pousser
une barbe minuscule qui rappelait celle de Krum qui gênait tant Ron. Le garçon qui
s’amusait silencieusement près de Dumbledore était allègre et sauvage. Ses cheveux
d'or tombaient au niveau des épaules. Harry se demanda si c'était un jeune Doge, mais
avant qu'il ait pu vérifier la légende, la porte du bureau s'ouvrit…
Si Thicknesse n'avait pas regardé au-dessus de son épaule au moment où il entrait,
Harry n'aurait pas eu le temps de tirer sa cape d'invisibilité et de s’en recouvrir. Il se
demanda si Thicknesse pouvait avoir vu un mouvement, parce que pendant un
moment ou deux il resta immobile, regardant fixement curieusement l'endroit où
Harry venait de disparaître. Peut-être décida-t-il que tout ce qu'il avait vu était
Dumbledore se grattant le nez sur la couverture du livre qu’Harry avait remplacé à la
hâte sur l'étagère. Thicknesse finalement marcha jusqu’au bureau et dirigea sa
baguette magique vers la plume se tenant dans le pot d'encre. Il commença à écrire
une note à Ombrage. Très lentement, osant à peine respirer, Harry se rapprocha du
bureau et regarda la pièce de l’autre côté.
Les fabricants de brochures étaient encore groupés autour des restes du Leurre de
Détonateur, qui continuait de siffler faiblement pendant qu‘il fumait. Harry se
précipita vers le couloir et entendit la jeune sorcière dire: je parie qu'il est parti et
qu’ils s’agissaient de charmes expérimentaux, ils sont si négligents, pour utiliser ce
canard toxique ? » Revenant en arrière vers les ascenseurs, Harry passa en revue ses
options. Il n'avait jamais été probable que le médaillon ait été ici au ministère. Leur
priorité maintenant était de quitter le ministère avant qu'ils ne soient repérés, et
réessayer encore un autre jour. La première chose à faire était de trouver Ron, et alors
ils pourraient établir un plan pour récupérer Hermione du tribunal. L'ascenseur était
vide quand il arriva. Harry sauta dedans et retira la cape d'invisibilité pendant qu'il
commençait sa descente. À son grand soulagement, quand l’ascenseur stoppa au
niveau deux, Ron le visage humide et sauvage observa Harry. « Bon Bonjour, »
bégaya t’il à Harry pendant que l'ascenseur repartait. « Ron, c‘est moi, Harry ! » «
Harry ! Mince, j'ai oublié à quoi tu ressemblais. Pourquoi Hermione n’est pas avec toi
? » « Elle a dû descendre aux auditoires de tribunal avec Ombrage, elle ne pouvait pas
refuser, et... Mais avant qu’Harry ait pu finir l'ascenseur s'était arrêté une fois encore.
Les portes s’ouvrirent et M. Weasley entra, parlant à une vieille sorcière dont les
cheveux blonds étaient tel qu’ils lui donnaient l’air d’une grosse fourmi. « … Je
comprends tout à fait ce que vous dites, Wakanda, mais j'ai peur que je ne puisse
partir - « M. Weasley s’interrompu ; il avait remarqué Harry. Il était très étrange de
voir la lueur d’aversion dont M. Weasley le gratifiait. Les portes d'ascenseur se
fermèrent et les tous les quatres s’enfoncèrent un peu plus profond encore. « Oh
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
bonjour » dit M. Weasley, regardant les gouttes régulières tombant de la robe longue
de Ron. « Votre épouse a-t’elle été interrogée aujourd'hui ? Heu - que vous est t’il
arrivé ? Pourquoi êtes-vous si humide ? » Il pleut dans le bureau de Yaxley » dit Ron
s’empressant de se cacher derrière son épaule. Harry était certain que Ron était
inquiet à l’idée que son père puisse l’identifier s’il le regardait droit dans les yeux. «
Je ne pouvais pas l'arrêter, aussi j’ai demandé à ce qu’ils m’envoient Bernie
Pillsworth, je pense qu'il avait plus urgent. « Oui, beaucoup de bureaux ont été
inondés récemment, » dit M. Weasley. « Avez-vous essayé Meterolojinx Recanto ?
Cela a fonctionné pour Bletchley. » « Meteolojinx Recanto ? » Ron répondit. « Non,
Merci, papa - je veux dire, merci, Arthur. » Les portes d'ascenseur s’ouvrirent ; la
vieille sorcière avec les cheveux de fourmis sortit, et Ron attendit qu’elle soit hors de
vue. Harry l’incita à la suivre, mais trouva son chemin bloqué par Percy qui entrait lui
aussi dans l'ascenseur, son nez plongé dans quelques journaux. Jusqu'à ce que les
portes soient fermées Percy ne réalisa pas qu'il était au côté de son père. Il releva le
nez et vit son père. Le teint rouge tournant à la couleur d’un radis il essaya de sortir
dès que les portes s’ouvrirent. Pour la deuxième fois, Harry essaya de sortir, mais
cette fois trouva son chemin bloqué par le bras de M. Weasley. « Un moment,
Runcorn. » Les portes d'ascenseur se fermèrent et l‘ascenseur reprit sa course. M.
Weasley dit, « j'ai entendu que vous avez eu des informations sur Dirk Cresswell. »
Harry eu l'impression que la colère de M. Weasley était accentuée en raison de la
présence de Percy. Harry décida que sa meilleure chance était d'agir stupide. « Désolé
» dit-il. « Ne feintez pas, Runcorn, » reprit M. Weasley violemment. « Vous avez
dépisté le magicien qui a truqué son arbre de famille, non ? » « Comment cela? » dit
Harry. « Ainsi Dirk Cresswell est dix fois le magicien que vous êtes, » dit M.
Weasley tranquillement, car l'ascenseur descendait. « Et s'il survit à Azkaban, vous
devrez lui répondre, pour ne pas mentionner son épouse, ses fils, et ses amis - « «
Arthur, » interrompu Harry, « vous savez que vous êtes dépisté ? » « Est-ce une
menace, Runcorn ? » dit M. Weasley le ton de plus en plus fort. « Non, » dit Harry, «
c'est un fait ! Ils surveillent chacun de vos mouvements-"
Les portes d'ascenseur s'ouvrirent. Ils avaient atteint l'atrium. M. Weasley lança à
Harry un regard méprisant et sortit de l'ascenseur. Harry resta sur place, secoué. Il
regrettait de ne pas jouer le rôle de quelqu'un d'autre que Runcorn... Les portes
d'ascenseur se refermèrent.
Harry prit sa cape d'invisibilité et l'a remis sur lui. Il allait essayer de dégager
Hermione tout seul tandis que Ron s'occuperait du bureau dans lequel il pleuvait.
Quand les portes s'ouvrirent, il sortit par un passage en pierre éclairé par des torches
tout à fait différent des couloirs des étages supérieur en-bois-lambrissés et tapissés.
Comme à sa gauche cliquetait lointainement (à vérifier j'ai pas compris : "As the left
rattled away again,"), Harry
trembla légèrement, regardant vers la porte noire éloignée qui marquait l'entrée du
Département de Mystères.
Il ressortit, sa destination n'était pas la porte noire, mais le couloir à sa gauche, qui
donnait sur des escaliers menant vers le bas aux chambres de cour. (Phrase elle aussi
à vérifier je n'ai pas bien compris son sens). Son esprit envisageait les différentes
possibilités pendant qu'il s'approchait de l'une d'elles : Il avait toujours un couple de
leurres explosifs, mais peut-être vaudrait-il mieux frapper simplement à la porte
d'auditoire de tribunal, d'entrer en se faisant passer pour Runcorn, et de demander un
mot rapide avec Mafalda ? Bien sûr, il ne savait pas si Runcorn était suffisamment
important pour l'en faire sortir et même s'il se débrouillait bien, la non-réapparition
d'Hermione pourrait déclencher une recherche avant qu'ils ne soient libres du
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Ministère.
Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas immédiatement le froid artificiel qui
rampait au-dessus de lui, comme s'il descendait dans le brouillard. Cela devenait de
plus froid et plus froid à chaque pas qu'il faisait; un froid qui avait atteint le fond de sa
gorge et déchirait ses poumons. Et alors il s'aperçut que le sentiment de désespoir le
remplissait, augmentant à l'intérieur de lui…
détraqueur, pensa-t-il.
Et comme il atteignait le pied des escaliers et tournait à sa droite il vit une scène
effrayante. Le passage sombre à l'extérieur des salles d'audience était rempli de
grandes silhouettes capuchonnées de noir, leurs visages complètement dissimulés,
leurs souffles loqueteux étaient le seul son de l'endroit.
Les Nés-moldus pétrifiés amenés ici pour interrogatoire étaient assis blottis et
frémissant sur des bancs de bois dur. La plupart d'entre eux cachaient leur visage dans
leurs mains, peut-être dans une tentative instinctive de se protéger de bouches avides
des détraqueurs. Quelques-uns étaient accompagnés de leurs familles, d'autres seuls.
Les détraqueurs glissaient de haut en bas devant eux, et le froid, et l'absence d'espoir,
et le désespoir du lieu s'étendaient eux-mêmes sur Harry comme une malédiction …
Combat-le, se dit-il, mais il savait qu'il ne pouvait pas invoquer un Patronus ici sans
se découvrir instantanément. C'est pourquoi il avança aussi silencieusement qu'il le
pouvait et avec à chaque pas qu'il faisait la torpeur semblait s'emparer de son esprit,
mais il se força à penser à Ron et Hermione qui avaient besoin de lui.
Et ensuite, brusquement au milieu du froid silence, une des portes du donjon sur la
gauche du couloir s'ouvrit avec force et des cris se répercutèrent vers l'extérieur.
“Non, non, je suis un sang-mêlé, je vous dis ! Mon père était un sorcier, il l'était,
vérifiez, Arkie Alderton, c'était un dessinateur de manche à balai bien connu, vérifiez,
je vous dis - retirez vos mains de moi, retirez vos mains -“
“Ceci est votre dernier avertissement,” dit la douce voix d'Ombrage qui, amplifiée par
magie, raisonnait ainsi clairement par dessus les cris désespérés de l'homme.
“Si vous résistez, vous serez soumis au baiser des Détraqueurs.”
Les cris de l'homme s'atténuèrent mais des sanglots secs résonnaient à travers le
couloir.
“Emmenez-le,” dit Ombrage.
Deux Détraqueurs apparurent sur le seuil de la salle d'audience, leurs mains putrides
et écorchées cramponnant le bras au dessus d'un sorcier qui semblaient défaillir. Ils
descendirent le couloir avec lui en glissant, et les ténèbres qu'ils trainent derrière eux
l'engloutirent.
“Suivant - Mary Cattermole,” appela Ombrage.
Une petite femme se leva ; elle tremblait de la tête aux pieds. Ses cheveux noirs
étaient tirés en arrière en chignon et elle portait une longue robe ordinaire. Son visage
était complètement exsangue. Alors qu'elle passait devant les Détraqueurs, Harry vit
son tressaillement.
Il le fit instinctivement, sans aucune sorte de plan, parce qu'il détestait la voir marcher
seule dans le donjon. Comme la porte commença à osciller pour se fermer, il se glissa
dans la salle d'audience derrière elle.
Ce n'était pas la même salle que celle où il avait été interrogé pour usage inapproprié
de la magie. Celle-ci était beaucoup plus petite, pourtant le plafond était presque aussi
haut, cela donnait un sentiment claustrophobe d'être coincé au fond d'un puits
profond.
Il y avait plus de Détraqueurs ici, déversant leur aura glaciale dans ces lieux ; ils se
tenaient debout comme des sentinelles sans visages dans le coin le plus éloigné de la
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
haute plate-forme surélève. Ici, derrière une balustrade, était assise Ombrage, avec
Yaxley à côté d'elle, et Hermione, presque aussi blanche que Cattermole, de l'autre
côté. Au pied de la plate-forme, un bightsilver, chat à poils longs rôdait ça et là et
Harry réalisa qu'il était là pour protéger le procureur du désespoir qui émanait des
Détraqueurs : c'était la façon dont devait se sentir les accusés, non les accusateurs.
" Asseyez-vous,” dit Ombrage de sa voix douce et soyeuse.
Mrs. Cattermole s’installa sur le siege unique au milieu de la salle. Au moment où
elle s’assit, des chaînes s’enroulèrent autour des pieds de la chaises et la ligotèrent.
“Vous êtes Mary Elizabeth Cattermole?” demanda Ombrage. Mrs. Cattermole fit un
seul et tremblant mouvement de tête.
“Marriée à Reginald Cattermole du Département de Maintenance Magique ?”
Mrs. Cattermole fondit en larmes.
“ Je ne sais pas où il est, il était sensé me rejoindre ici !” Ombrage l'ignora.
"Mère de Maisie, Ellie et d’Alfred Cattermole?”
Mrs. Cattermole sanglota plus fort de jamais.
"Ils sont effrayés, ils pensent que je ne pourrais pas venir à la maison-"
"Nous épargnons," la demi-guêtre (??) Yaxley. "Les gamins des sang-de-bourbe
n'entrent pas dans nos sympathies."
Les sanglots de Mme. Cattermole masquèrent les pas d'Harry pendant qu'il avançait
soigneusement en direction de la plate-forme. Dès qu'il eu passé l'endroit où le
Patronus en forme cde chat patrouillait, il senti le changement de la température :
c'était chaud et confortable ici. Le Patronus, il en était sûr, était celui de Ombrage, et
il rougeoyait brillamment car elle était si bien ici, dans son élément, confirmant des
lois tordues qu'elle avait aidé à écrire. Lentement et très soigneusement il avança sur
le passage le long de la plate-forme derrière Ombrage, Yaxley, et Hermione, prenant
un siège derrière cette dernière. Il s'inquiéta en voyant Hermione sursauter. Il pensa à
lancer le charme Assurdiato sur Ombrage et Yaxley, mais murmurer même le mot
pourrait donner l'alarme sur Hermione. Alors Ombrage augmenta sa voix pour
s'adresser à Mme. Cattermole et Harry saisi sa chance.
« Je suis derrière toi, » chuchota-t-il dans l'oreille d'Hermione. Comme il l'avait
prévu, elle sursauta tellement violemment qu'elle renversa presque la bouteille d'encre
avec laquelle elle était censée enregistrer l'entrevue, mais Ombrage et Yaxley étaient
concentrés sur Mme Cattermole, et ne s'en aperçurent pas.
"Une baguette magique a été prise sur vous à votre arrivée au Ministère aujourd'hui,
Mme.
Cattermole, " continua Ombrage. "“ 8,75 inches(unité de grandeur) , cerise, brin de
cheveux de licorne. Reconnaissez-vous cette description ? "
Mme. Cattermole inclina la tête, essuyant ses yeux sur sa manche.
"Pourriez-vous s'il vous plaît nous dire qui est la sorcière ou le sorcier à qui vous avez
prise cette baguette magique ?"
"P-prise ?" sanglota Mme. Cattermole. "Je ne l'ai pas p-prise à quelqu'un. Je l'ai aacheté
quand j'avais onze ans. E-elle m'a choisi."
Elle pleura plus fort que jamais.
Ombrage rit avec sa voix de jeune fille qui donna à Harry l'envie de l'attaquer. Elle se
pencha en avant sur la barrière, pour mieux pour observer sa victime et quelque chose
en or se balança aussi en avant et pendait dans le vide : le médaillon.
Hermione l'avait vu; elle libera un grincement , mais Ombrage et Yaxley, toujours
attentifs à leur proie, étaient sourds pour tout le reste.
« Non, » dit Ombrage, « non, je ne pense pas ça, Mme Cattermole. Les baguettes
magiques choisissent seulement des sorcières ou des sorciers. Vous n'êtes pas une
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sorcière. J'ai vos réponses au questionnaire que vous avez envoyé ici - Mafalda,
passez les moi. »
Ombrage tendit une petite main : Elle ressemblait tellement à un crapaud à ce moment
qu'Harry fut tout à fait étonné de ne pas voir des palmes entre ses doigts trapus. Les
mains d’Hermione tremblaient sous le choc. Elle tâta une pile des documents
équilibrés sur la chaise près d’elle, retirant finalement une liasse de parchemin avec le
nom de Mme Cattermole dessus.
"C'est - c'est joli, Dolores," dit-elle, indiquant le bijou brillant dans les plis du
chemisier d'Ombrage
"Quoi ?" cassa Ombrage, jetant un coup d'oeil en bas. "Oh oui - un vieil héritage
familial," dit-elle, tapotant le médaillon se trouvant sur sa grande poitrine. "Le S
représente Serpentard ... Je suis liée aux Serpentards… En effet, il y a peu de familles
de sang-pur à qui je ne suis pas rapprochée …," elle continua d'une voix plus forte,
feuilletant le questionnaire de Mme. Cattermole, "la même chose ne peux pas être
dites de vous. 'Professions de Parents : Marchands de fruits et légumes'. "
Yaxley rit moqueusement. Au-dessous, le chat argenté patrouillait en haut et en bas,
et les détraqueurs se tenaient dans le coin attendant.
Ce fut le mensonge d'Ombrage qui produit l’augmentation de sang dans le cerveau
d’Harry et effaça son sens d'attention.
Le médaillon qu'elle avait pris pour pot de vin d'un petit criminel, était employé pour
soutenir ses propres qualifications de pur-sang. Il souleva sa baguette magique, ne se
souciant pas de la maintenir cachée dans la cape d’invisibilité, et dit « Stupefix »
Il eu un flash de lumière rouge ; Ombrage chiffonna et son front frappa le bord de la
balustrade : Les papiers de Mme Cattermole's glissèrent recouvrement sur le plancher
et, vers le bas ci-dessous, le chat argenté vagabondant disparu. L'air glacé les frappa
comme un vent approchant : Yaxley, confus, regarda autour pour trouver la source du
trouble et la main désincarnée tenant baguette magique d’Harry qui la pointa sur lui.
Il essaya de tirer sa propre baguette magique, mais trop tard : « stupefix ! » Yaxley a
glissa à la terre au mensonge courbé sur le plancher. (Quelqu’un peut reprendre…)
"Harry!"
"Hermione, si tu pensais que j’allais rester assis ici et la laisser feindre"
"Harry, Mme. Cattermole!"
Harry tourna sur lui-même, rejetant sa cape d'Invisibilité; en bas, le détraqueurs avait
bougés de leurs coins; ils glissaient vers la femme enchaînée à la chaise : peut-être
parce que le Patronus avait disparu ou parce qu'ils avaient sentis que leurs maîtres
n'avaient plus le contrôle, ils ont semblé avoir abandonné la contrainte. Mme.
Cattermole libéra un cri perçant épouvantable de crainte comme un gluant, porta la
main a son menton et refoula son visage.
"EXPECTO PATRONUM!”
Le cerf argenté sorti du bout de la baguette magique d’Harry et sauta vers les
Détraqueurs, qui tombèrent en arrière et partirent dans les coins sombres de nouveau.
La lumière du cerf, plus puissante et plus de réchauffante que la protection du chat,
rempli le cachot souterrain entier pendant qu'il avançait au petit galop autour de la
pièce.
"Prends l'Horcruxe," dit Harry à Hermione.
Il revint en courant en bas, mettant la cape d'Invisibilité sur son dos et s'approcha de
Mme. Cattermole.
"Vous ?" chuchota-elle, regardant son visage. "Mais - mais Reg a dit que vous étiez
celui qui a soumis mon nom pour l'interrogation!"
"Moi ?" murmura Harry, tirant sur les chaînes liant ses bras, "Bien, j'ai changé d'avis.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Diffindo!" Rien ne se produisit. "Hermione, comment je me débarrasse de ces chaînes
?"
"Attends, j'essaye quelque chose ici"
"Hermione, nous sommes entourés par des Détraqueurs!"
"Je sais cela, Harry, mais si elle se réveille et que le médaillon est plus la - je dois en
faire un double - Geminio! Là … Cela devrait la tromper."
Hermione revint en courant en bas.
« Voyons…. Relashio ! »
Les chaînes tintèrent et se retirèrent dans les bras de la chaise. Mme. Cattermole
semblait aussi effrayée que jamais auparavant.
“Je ne comprends pas,” soupira-t-elle.
“Vous allez partir d'ici avec nous,” dit Harry en la mettant sur ses pieds, “Rentrez
chez vous, prenez vos enfants, et quittez le pays si vous pouvez le faire. Déguisezvous
et fuyez. Vous avez vu comment c'est, vous n'obtiendrez rien en vous présentant
juste aux auditions ici…”
"Harry, dit Hermione, “comment allons-nous sortir d'ici avec tous ces Détraqueurs à
l'extérieur de la porte ?”
“Le Patronus,” dit Harry, pointant sa baguette sur le sien. Le cerf ralentit et marcha,
toujours miroitant brillant, vers la porte. “Plus nous en avons mieux ce sera, fait le
tien, Hermione.”
“Expec - Expecto patronum,” dit Hermione. Rien ne se passa. “C'est le seul sort avec
lequel elle a toujours eut des ennuis...” Harry raconta à une Mrs. Cattermole
complètement stupéfiée. “Un peu fâcheux, réellement … Allez vas-y, Hermione….”
‘Expecto patronum!”
Une loutre d'argent naquit de l'extrémité de la baguette d'Hermione et vola
gracieusement dans l'air pour rejoindre le cerf.
"v-venez" dit Harry, et il mena Hermione et Mme Cattermole à la porte.
Quand les Patronus glissèrent hors du cachot souterrain il y eu des cris choqués des
gens attendant à l'extérieur. Harry regarda autour de soi; les Détraqueurs tombaient en
arrière des deux côtés d'eux, se mêlant dans l'obscurité, se dispersant avant les
créatures d'argent.
"Il a été décidé que vous devriez tous aller chez vous et entreprendre de cacher vos
familles," dit Harry à l'intention des nés-moldus, qui étaient éblouis par la lumière des
Patronus et se recroquevillaient toujours légèrement. "Allez à l'étranger si vous
pouvez. Allez juste bien loin du Ministère. C'est le - euh - la nouvelle position
officielle. Maintenant, si vous suivez juste les Patronus, vous serez capables de quitter
l'Atrium. "
Ils avaient réussi à se lever des arrêts en pierre sans interception (à vérifier je n’ai pas
comprit), mais pendant qu'ils se rapprochaient des ascenseurs Harry commença à
avoir des pressentiments. S'ils apparaissaient dans l'Atrium avec un cerf d'argent et la
loutre montant en flèche et à côté de cela environ vingt personnes, la moitié d'entre
eux accusés des nés-moldus, il ne pouvait pas s'empêcher d'estimer qu'ils attireraient
l'attention indésirable. Il venait d'arriver à cette conclusion importune quand
l'ascenseur résonna à la porte qui se trouvait devant eux.
“Reg!” s'écria Mrs. Cattermole, et elle se jeta dans les bras de Ron. “Runcorn sort moi
d'ici, il a attaqué Ombrage et Yaxley, et il m'a dit que nous devions tous quitter le
pays. Je pense que nous ferions mieux de le faire, Reg, je le pense vraiment,
dépêchons-nous de rentrer à la maison et allons chercher les enfants - pourquoi es-tu
tout mouillé ?”
“Eau,” marmonna Ron, en s'écartant. “Harry, ils savent qu'il y a des intrus dans le
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
ministère, quelque chose à propos d'un trou dans la porte du bureau d'Ombrage. Je
suppose que nous avons cinq minutes si ça -"
Le patronus d'Hermione s'évanouit avec un pop alors qu'elle tournait un visage frappé
d'horreur vers Harry.
“Harry, si nous sommes piégés ici - !”
“Nous ne le serons pas si nous bougeons rapidement,” dit Harry. Il s'adressa au
groupe silencieux derrière eux, qui était tous badaudant à lui.
“Qui a sa baguette ?”
A peu près la moitié d'entre eux leva la main.
“Ok, tous ceux qui n'ont pas de baguette doivent s'attacher à quelqu'un qui en a une.
Nous devons nous dépêcher avant qu’ils nous arrêtent. Allez-y.”
Ils parvinrent à se tasser dans deux ascenseurs. Le Patronus d'Harry se tenait en
sentinelle devant les grilles dorées pendant qu'il les fermait et l'ascenseur s'éleva.
“Niveau 8,” dit la voix impavide d'une sorcière, “Atrium.”
Harry su immédiatement qu'il avait des ennuis. L'atrium était plein de gens allant
d'une cheminée à l'autre pour les sceller.
"Harry, dit Hermione, "Qu'allons nous faire - ?"
"STOP !" tonna Harry et la puissance voix de Runcon retentit dans l'Atrium. Les
sorciers scellant les cheminées se figèrent. "Suivez-moi, souffla-t-il au groupe de nésmoldus
terrifiés qui avança à nouveau en petit groupe, guidés par Ron et Hermione.
" Qu'est-ce qui se passe, Albert " dit le même sorcier chauve qui avait suivit Harry
hors de la cheminée un peu plus tôt. Il avait l'air nerveux.
"Ce lot doit partir avant que vous ne scelliez les sorties," dit Harry avec toute
l'autorité il pouvait rassembler.
Le groupe de magiciens devant lui se regardèrent.
"On nous a dit de sceller toutes les sorties et pas laissent quelqu'un-"
"Me contredisez-vous ?" dit Harry déchaîné. "Voudriez-vous que je fasse examiner
votre arbre généalogique, comme j'ai fait avec Dirk Cresswell ?"
"Désolé!" haleta le magicien avec une calvitie naissante, reculant. "Je n'ai voulu dire
rien, Albert, mais j'ai pensé … j'ai pensé qu'ils étaient là pour l'interrogatoire et …"
"Leur sang est pur," dit Harry et sa voix profonde répercutée de façon
impressionnante par le hall. "Plus pur que beaucoup des vôtres, j'ose dire. Vous
pouvez y aller," a-t-il grondé au Nés-Moldus, qui se précipitèrent en avant dans les
cheminées et commencèrent à disparaître par deux.
Les magiciens du Ministère restèrent en arrière, avec un regard confus, d'autres
effrayés et craintif.
Lorsque :
"Marie!"
Mme. Cattermole regarda au dessus de son épaule. Le vrai Reg Cattermole, ne
vomissant plus mais pâle et blême, venait de sortir étant en courant d'un ascenseur.
“R- Reg?"
Elle regarda son mari puis Ron, qui avait juré fort.
Le magicien avec une calvitie naissante avait ouvert la bouche, sa tête se tournant
risiblement d'un Reg Cattermole à l'autre.
"Hé - qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que c'est ?"
"Scellez la sortie! SCELLEZ LA!"
Yaxley était sorti d'un autre ascenseur et courait vers le groupe à côté des cheminées,
dans lesquelles tout le nés-moldus était mais Mme. Cattermole avait maintenant
disparu. Comme le magicien avec une calvitie naissante avait soulevé sa baguette
magique, Harry leva son énorme poing et le frappa, l'envoyant voler dans les airs.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Il était en train d’aider les Nées-Moldu à s’échapper, Yaxley ! » cria Harry.
Les collègues du sorcier chauve déclenchèrent un tumulte, dont l’occasion permis a
Ron de saisir Mme Cattermole, de la pousser dans une cheminée encore ouverte, où
ils disparurent. Confus, Yaxley regarda tour à tour Harry et l’homme assommé, alors
que le vrai Reg Cattermole criait, « mon épouse ! Qui était ce avec mon épouse ? Que
se passe-t-il ? »
Harry vit la tête de Yaxley se tourner, vit un soupçon naissant de vérité se dessiné sur
son visage de brute.
« Avance ! » cria Harry à Hermione; il saisi sa main et ils sautèrent dans la cheminée
ensemble pendant que le sort de Yaxley sifflait au-dessus de la tête de Harry. Ils
tournèrent pendant quelques secondes avant d'atterrir dans des toilettes dans une
cabine. Harry sur la porte pour l’ouvrir : Ron se tenait là près des lavabos, luttant
toujours avec Mme. Cattermole.
« Reg, je ne comprends pas - «
« Laisse tomber, je ne suis pas votre mari, vous devez rentrer chez vous ! »
Il y eu un bruit dans la cabine derrière eux ; Harry regarda alentour ; Yaxley venait
juste d’apparaitre.
« ON Y VA ! » hurla Harry. Il saisi Hermione par la main et Ron par le bras et
s’éclipsèrent.
L'obscurité les engloutis, avec une sensation de compression, mais quelque chose
clochait…. La main de Hermione semblait glisser de sa prise….
Il se demanda s'il allait suffoquer ; il ne pouvait pas respirer ou voir ,et les seules
choses tangibles au monde étaient le bras de Ron et les doigts d’ Hermione, qui
glissaient lentement au loin….
Et alors il vit la porte du numéro douze, Square Grimmauld, avec sa poignée en forme
de serpent, mais avant de pouvoir respirer, il y eu un cri perçant et un flash de lumière
pourpre : La main de Hermione fut soudainement serrée comme un étau sur la sienne
et tout devint noir encore une fois.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1144 :: LLEEE VVVOOOLLLEEEUUURRR
Harry ouvrit ses yeux illuminés d’or et de vert. Il n’avait aucune idée de se qui se
passait. Il savait seulement qu’il se trouvait sur ce qui devait être des feuilles et des
brindilles. Luttant pour reprendre de l’air dans ses poumons, il cligna des yeux et se
rendit compte que la lumière qu’il voyait était celle du soleil couchant par-delà les
feuilles des arbres au-dessus de lui. Quelque chose se contracta près de son visage. Il
se mit sur ses mains et ses genoux et, se prépara à faire face à une créature mais vit
que c’était le pied de Ron. Regardant dans les alentours, il vit qu’ils étaient dans une
forêt. Harry cru d’abord que c’était la forêt interdite et, pendant un instant, quoiqu’il
savait que cela aurait été stupide et dangereux de s’aventurer dans Poudlard, il ne put
s’empêcher de penser à partir furtivement vers la cabane de Hagrid. Cependant,
quelques instants plus tard, il pria pour que Ron donne un signe de vie et, rampant
vers lui, il se rendit compte que ce n’était pas la forêt interdite. Les arbres lui
semblèrent plus jeunes et plus largement espacés. Il rencontra Hermione qui, était
aussi sur ses mains et ses genoux. Un moment après, ses yeux tombèrent sur Ron et
ses inquiétudes grandirent en voyant la totalité du flanc gauche de Ron trempé de
sang. Son visage, quand à lui était blanc pâle étendu dans les feuilles. L'effet du
Polynectar s'estompait, l'apparence de Ron était à mi chemin de la sienne et de celle
de Cattermole: ses cheveux devenant de plus en plus roux alors que son visage perdait
le peu de couleur qui lui restait.
-Qu’est-ce qui lui est arrivé? demanda Hermione, ses doigts déjà occupés à la taille de
Ron, là ou le sang était le plus foncé et le plus humide.
-Harry observait, horrifié alors qu’elle déchirait le T-shirt ouvert de Ron. Il avait
toujours pensé au Désartibulement comme quelque chose de comique mais là… Ses
intestins eurent une désagréable impression lorsque Hermione étendait le bras
supérieur nu de Ron ou un grand et gros morceau de chair était absent évidé
proprement comme si cela avait été fait avec un couteau.
-Harry, s’il te plait, donne moi rapidement une bouteille marquée essence de ditany,
elle est dans mon sac droit.
Harry se dépêcha d’aller jusqu’au minuscule sac perlé, il mit sa main à l’intérieur et,
immédiatement, objets après objets se présentèrent à son contact : il sentit les épines
en cuir des livres, les douilles laineuses des pull-overs, les talons des chaussures.
« Vite ».
Il saisi sa baguette magique et la dirigea dans les profondeurs du sac magique.
« Accio Ditany !! »
Une petite bouteille brune sortie en trombe du sac. Harry l’attrapa et couru de
nouveau jusqu’à Hermione et Ron, dont on ne voyait que le blanc des yeux a travers
ses paupières mi-closes.
-Il s’est évanoui. dit Hermione qui était aussi pâle. Elle ne ressemblait plus a Malfada,
bien qu'il avait encore des mèches grises dans ses cheveux.
- Aide-moi, mes mains tremblent. Reprit-elle.
Harry arracha le bouchon de la bouteille et la tendit qui versa trois gouttes du
breuvage sur la blessure. Une fumée verdâtre s'en éleva et lorsqu’elle disparut, Harry
vit que le saignement c’était arrêté. La blessure semblait à présent remonter a
plusieurs années: de la peau nouvelle s'étirait à présent sur la chair anciennement
ouverte.
Wow! dit Harry
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
-J'ai fait ce que je sentais le mieux pour le sauver, dit Hermione tremblante. Il y a des
sort qui auraient pu le rétablir complètement, mais je n'ai pas osé les essayer de peur
de ne pas les réussir et de provoquer plus de dommages... Il a déjà perdu tant de
sang...
-Comment s’est-il blessé ? Je veux dire que… Harry secoua sa tête pour s'éclaircir les
idées, et pour donner un sens à tout ce qui venait de se produire
–Pourquoi sommes nous ici ? Je pensais que nous retournions au square Grimmauld.
Hermione respira profondément. Elle semblait au bord des larmes.
-Harry, je ne pense pas que nous pourrons y retourner.
-Qu’est-ce que…
-Alors qu'on transplanait, Yaxley m’a attrapé, je ne pouvais pas me débarrasser de lui,
il était trop fort. Et il me tenait encore lorsque nous sommes arrivés au square
Grimmaurd, je pense qu’il a du voir la porte, et il a pensé que nous nous arrêtions là.
Donc Il a relâché sa prise, et je me suis débrouillé pour me débarrasser de lui, puis je
nous ai transportés ici, à la place.
-Mais maintenant...ou est-il ? Tu ne vas pas me dire qu’il est au square Grimmauld, il
ne peut pas y entrer?
Ses yeux miroitèrent de larmes lorsqu’elle inclina la tête.
-Harry, je pense qu’il peut !!
-Je l’ai forcé et laisser aller avec ???Revirement Jinx ??? Puisque Dumbledore est
mort, nous sommes tous des gardiens du secret, je lui ai donné le secret n’est-ce pas ?
Harry était sûr qu’elle avait raison. Si Yaxley pouvait maintenant atterrir dans la
maison, même maintenant, ils pourraient apporter d’autres Mangemorts dedans par
transplanage. C’était sombre et accablant, la maison avait été leur refuge, même
maintenant que Kreature était tellement plus heureux et plus amical, un genre de
maison. Avec un élancement de regret, qui n’avait rien à voir avec la nourriture,
Harry avait imaginé l’elfe de maison s’occupant à pâté en croûte de bifteck-et-rein
qu’Harry, Ron, et Hermione ne mangeraient jamais.
-Je suis désolée Harry, je suis désolée !!
-Ne sois pas stupide, ce n’est pas toi, c’est moi, c’était ma maison…
Harry mit sa main dans sa poche et en sortit l’oeil magique de Maugrey Fol-oeil.
Hermione recula, horrifiée. Ombrage l’avait collé à sa porte de bureau, pour voir qui
passait. Je ne pouvais pas le laisse là…mais c’est…comment ont-ils su qu’il y avait
des intrus ?
Avant que Hermione ai pu répondre, Ron gémi et ouvrit les yeux. Il avait toujours le
teint pâle et son visage scintillait de sueur.
-Comment te sens-tu ? lui chuchota Hermione.
-Moche coassa Ron pendant qu'il sentait son bras blessé. Où sommes nous ?
-Dans les bois où ils ont tenu la coupe du monde de Quidditch. Je voulais un endroit
fermé, mais c’était…
-Le premier endroit auquel tu as pensé. Fini Harry pour elle. Jetant un coup d’oeil sur
la clairière qui semblait abandonnée. Il ne pourrait pas aider à se rappeler ce qui s'était
produit la dernière fois qu’ils ont du transplaner au premier endroit auquel Hermione
pensait. Les Mangemorts les avaient trouvés dans les 5 minutes. Avait-ce été par
Legilimencie ? Voldemort et ses partisans connaissent-ils où Hermione vient de les
emmerner ?
-Est-ce que nous ne devrions pas nous déplacer ? demanda Ron.
Ron semblait toujours pâle et moite. Il n'avait fait aucune tentative pour se reposer et
elle le regarda comme s'il était trop faible pour se déplacer. La perspective de le
déplacer était intimidante.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
-Restons ici pour l’instant. Dit Harry
Semblant soulagée Hermione jaillit à ses pieds.
-Où êtes vous allés ? demanda Ron.
-Si nous restons, nous devrions mettre quelques sortilèges protecteurs autour de
l'endroit, répondit-elle, et soulevant sa baguette magique, elle commença à marcher
en cercles larges autour d’Harry et de Ron tout en murmurant des incantations. Harry
vu de petites perturbations dans le ciel environnant : c’était comme si Hermione avait
moulé de la brume et de la chaleur sur leur clairière.
-Salvio Hexia. . . Protego Totalum. . . Repello Muggletum. . . Muffliato. . . Tu
pourrais sortir la tente, Harry. . . elle est dans le sac.
Il ne prit pas la peine de chercher à tâtons à l'intérieur du sac cette fois, mais à
employer un autre charme convoqué. La tente émergea dans une masse grumeleuse de
toile, de cordes, et de poteaux.
Harry l'identifia, en partie en raison de l'odeur des chats, comme la même tente dans
laquelle ils avaient dormi la nuit de la coupe du monde de Quidditch.
"Je pensais qu’elle appartenait à ce type Perkins du ministère ?" demanda-t-il, en
commençant de se démêler des piquets de la tente.
Eh bien il ne l’a pas voulu dit Hermione qui faisait des mouvements compliqués avec
sa baguette magique. Le père de Ron a dit que je pouvais l’emprunter.
-Erecto ! ajouta-t-elle dirigeant sa baguette magique sur la toile difforme, qui dans un
mouvement liquide monta dans l'air et, se construisit entièrement.
-Cave inimicum ! finit Hermione avec un soupir de soulagement. C’est tout ce que je
peux faire. Au moins, nous devrions savoir s’ils viennent ;
Mais je ne peux pas garantir que cela fonctionnera si Vol…
-Ne dis pas son nom ! coupa Ron.
Harry et Hermione se regardèrent.
-Je suis désolé. Dit Ron dans un gémissement. Ne pouvons-nous pas l’appeler VousSavez-Qui tout simplement ?
-Dumbledore n’a pas craint ce nom… commença Harry
-Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, cela ne lui a pas fait beaucoup de bien dit
Ron. Juste pour lui montrer un peu de respect, s’il vous plait.
-Du respect ? répéta Harry mais Hermione lui lança un regard d’avertissement.
Apparemment, il ne devait pas discuter avec Ron tandis que le dernier était danq un
état si affaibli.
Ron, fut transporté par Harry et Hermione dans la tente. L'intérieur était exactement
comme se le rappelait Harry ; un petit plat, complet avec la salle de bains et la cuisine
minuscule. Il poussa de côté un vieux fauteuil et posa Ron soigneusement sur la
couchette inférieure d'un lit superposé. Même ce voyage très court avait fait devenir
plus blanc le visage de Ron, et une fois qu'ils l'avaient arrangé sur le matelas il ferma
ses yeux et ne parla pas pendant un moment.
-Je vais faire du thé. Dit Hermione tirant la bouilloire des profondeurs de son sac. Et
se dirigeant vers la cuisine.
Harry trouva bienvenue la boisson chaude tout comme le whisky pur feu la nuit ou
Fol OEil était mort. Il lui sembla être rongé par la peur. Après une ou deux minutes,
Ron brisa le silence :
-Qu’est-ce qui est arrivé aux Catermoles ?
-Avec de la chance, ils seront loin. Répondit Hermione. Aussi longtemps que Mr.
Catermoles a eu ses esprits il aura transporté Mme Catermoles par Transplanation.
Ils doivent quitter le pays en ce moment avec leurs enfants. C’est ce que Harry lui à
dit de faire.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Blimey, j’espère qu’ils se sont échappés dit Ron, se penchant en arrière sur ses
oreillers. Le thé semblait lui faire du bien, il avait retrouvé toute sa couleur. Je n’ai
bas obtenu les sentiments de Catermoles, bien qu’il avait un esprit vif. J’espère qu’ils
l’ont fait. S’ils allaient à Azkaban à cause de nous…
Harry regarda Hermione et la question qu’il avait été sur le point de poser - si le fait
que Mme Catermoles n’avait pas de baguette magique l’aurait empêché de
transplaner à côté de son mari - mourut dans sa gorge.
Hermione observait Ron et il y avait une telle tendresse dans son expression qu’Harry
ne se serait pas étonné si elle avait embrassé Ron.
-Ainsi vous l’avez obtenu ? lui demanda Harry pour lui montrer qu’il était là.
-Nous avons obtenus ce qui… commença Hermione.
-Pourquoi au juste sommes nous passés par tout ça ? Le médaillon ! Où est le
médaillon ? Vous l’avez obtenu ? cria Ron se soulevant un peu plus de ses oreillers.
Personne ne dit rien !
-Blimey ! Nous pourrions l’avoir mentionné ! Nous courrions pour sauver nos vies
des Mangemorts. Est-ce que nous étions nous ?dit hermione, ici. Et elle tira le
médaillon hors de la poche de ses robes longues et le remis à Ron. Il était aussi grand
que l'oeuf d'une poule. Une lettre fleurie S, marquetée avec beaucoup de petites pierres
vertes, brilla faiblement dans la lumière diffusée par le toit de la toile de la tente.
-Il n’y a pas une chance que quelqu’un l’ai détruit quand Kreature le possédait ?
demanda Ron. Je veux dire, est-ce que nous sommes sûrs qu’il est toujours un
Horcruxe ?
-Je pense que c’en est toujours un dit Hermione. Elle regarda le médaillon et le reprit
dans les mains. Il y aurait eu certains dommages s’il avait été détruit par magie.
Elle le donna à Harry qui le fit tourner entre ses doigts. La chose lui sembla parfaite,
Il se rappela les restes mutilés du journal intime et comment la pierre dans l’anneau
Horcruxe avait été fendue lorsque Dumbledore l’avait détruit.
-Je pense que Kreature a raison, dit Harry. Nous allons devoir établir comment ouvrir
cette chose avant de pouvoir la détruire. Prenant soudainement conscience de ce
qu’avait subit le médaillon, il sentit un besoin violent de le jeter loin de lui. Se
maitrisant, il essaya d’ouvrir le médaillon avec ses doigts. Puis, il essaya le charme
qu’Hermione avait utilisé pour ouvrir la chambre de Regulus. Ni l’un ni l’autre ne
fonctionna. Il redonna le médaillon à Ron et à Hermione pour qu’ils essayent de
l’ouvrir mais il était plus dur à l’ouvrir qu’il ne l’avait été.
-Comment pouvons nous l’ouvrir ? demanda Ron d’une voix calme tandis qu’il tenait
le médaillon dans sa main fermée. Comment ? Il passa le médaillon à Harry.
Après une minute ou deux, Harry se demanda si c’était son propre sang, palpitant
dans ses veines qu’il pouvait sentir, ou était-ce quelque chose, un battement à
l’intérieur du médaillon qu’il pouvait sentir, comme un coeur minuscule en métal ?
-Qu’est ce que nous allons faire avec ? demanda Hermione.
-Le garder en sûreté jusqu’à ce que nous sachions comment le détruire répondit Harry
bien que dans son fort intérieur, il ait voulu accrocher la chaîne autour de son propre
cou, laissant tomber le médaillon sous ses longues robes. Il le mit dans la poche
qu’Hagrid lui avait donnée.
-Je pense que nous devrions prendre des tours de garde à l’extérieur de la tente.
-Et nous devrions penser à de la nourriture aussi répondit Hermione. Bien, vous restez
là, je vais m’en occuper. Avec le sneakoscoppe que Hermione avait donné à Harry le
jour de son anniversaire, Harry et Hermione avaient passés le reste du jour à se
partager la surveillance de la tente. Cependant, le sneakoscope restait toujours
silencieux, posé sur la table et si en raison des sortilèges et des charmes protecteurs
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
d’Hermione ou parce que les gens ont rarement osés s’aventurer dans cette foret, il
resta abandonné, indépendamment des oiseaux et des écureuils. La soirée n’apporta
aucun changement. Harry alluma sa baguette magique pendant qu’il permutait son
poste avec celui d’Hermione et regarda dehors, la scène abandonnée, comptant les
battes(?) flottant au-dessus de lui, dans le ciel dégagé.
Il se sentit affamé maintenant, et un peu étourdi. Hermione n’avait emballé aucune
nourriture dans son sac parce qu’elle avait supposé qu’ils reviendraient au square
Grimmauld la nuit, ainsi ils n’avaient rien eu à manger excepté quelques
champignons sauvages que Hermione avait rassemblé de parmi les arbres les plus
proches. Le silence environnant était brisé par des bruits, qui ressemblaient à des
craquements de brindilles: Harry pensa qu’ils étaient provoqués par des animaux
plutôt que par des personnes pourtant, il maintint sa baguette magique serrée dans sa
main. Il ne se sentait pas très bien, en raison de leur maigre repas de champignons.
Cependant il su qu'il se sentirait mieux, s'ils parvenaient à reprendre l’Horcruxe, mais
d’une façon ou d’une autre il ne le fit pas ; tout ce qu'il ressentit pendant qu'il se
reposait en regardant l'obscurité de l‘extérieur, dont sa baguette magique éclairait
seulement une petite partie, il s’inquiétait de ce qui se produirait après. C’était comme
s'il avançait vers un point depuis des semaines, des mois, peut-être même des années,
mais comme il eut une brusque halte, la course hors de la route.
Il y avait d’autres Horcruxes dehors, quelque part, mais il n'avait pas eu la moindre
idée de l’endroit où ils pouvaient être. Il ne savait même pas ce à quoi ils
ressemblaient. En attendant il était loin de savoir détruire le seul qu'ils avaient trouvé,
l’Horcruxe qui reposait actuellement contre la chair nue de son torse. Curieusement, il
n'avait pas prit la chaleur de son corps, mais il restait si froid contre sa peau qu'il
pourrait juste avoir été sortit de l'eau glaciale. De temps en temps Harry pensait, ou
imaginait peut-être, qu'il pouvait sentir des battements de coeur irréguliers faire
boum…boum à côté des siens. Des pressentiments inconnus l’envahirent pendant
qu'il s'asseyait dans l'obscurité. Il essaya de leur résister, les éloignant, pourtant ils
vinrent à lui implacablement. Aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit. Ron
et Hermione, parlant maintenant doucement derrière lui dans la tente, pourraient
marcher loin s'ils voulaient : Il ne pouvait pas. Et il semblait à Harry, pendant qu'il
reposait là, essayant de maîtriser sa propre peur et son épuisement, que l’Horcrux
contre son torse comptait le temps qui passait….. Idée stupide, s‘est-il dit, ne pense
pas ça…..
Sa cicatrice commençait à le piquer encore. Il avait peur de l’avoir produit en ayant
ces pensées, et essaya de les diriger dans une autre direction. Il pensa à ce pauvre
Kreattur, qui les attendait à la maison et avait reçu Yaxley à la place. L’elfe garderaitil
le silence ou dirait-il au Mangemort tout ce qu'il savait ? Harry voulait croire que
Kreattur avait changé en quelque mois, qu'il serait loyal maintenant, mais qui sait ce
qui se produira ? Si le Mangemort torturait l'elfe ? Les images difficiles entraient en
masse dans la tête de Harry et il essaya d’éloigner ces dernières, parce qu’il n'y avait
rien qu’il pouvait faire pour Kreattur : Hermione et lui étaient contre l’idée de
l’appeler; et si quelqu'un du ministère venait aussi ? Ils ne pouvaient pas compter sur
l'apparition soudaine du même médaillon qu’ils avaient pris.
La cicatrice d’Harry le brûlait maintenant. Il pensa qu'il y avait tellement de choses
qu’il ne savait pas: Lupin avait eu raison au sujet de la magie, qu'ils n'avaient jamais
rencontrée ou imaginé. Pourquoi Dumbledore n’avait pas expliqué plus ? A-t-il pensé
qu'il avait du temps ; qu'il vivrait pendant des années, pendant des siècles peut-être,
comme son ami Nicolas Flamel ? Si oui, il avait eu tort… Rogue avait vu ça…
Rogue, le serpent dormant qui avait frappé sommet de la tour… Et Dumbledore était
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
tombé… tombé…
"Donne le moi, Gregorovitch."
La voix d’Harry était forte, claire et froide, sa baguette était tenue devant lui par une
main blanche aux longs doigts. L'homme vers qui il se dirigeait était suspendu à
l'envers dans les airs, bien qu'il n'y ait aucune corde le tenant ; il se balançait, ses
membres enveloppés autour de lui pendaient le long de son corps, son visage terrifié,
au même niveau que celui d’Harry. Du sang descendait vers sa tête. Il avait des
cheveux tout blancs et une barbe épaisse et touffue : un du père noël.
Je ne l’ai pas ! Je ne l’ai plus ! On me l’a volé il y a des années !
-Ne mentez pas à Voldemort Gregorovitch, il connaît… il sait toujours.
Les pupilles de l'homme étaient larges, dilatées avec crainte, et semblèrent gonfler,
De plus en plus grand jusqu'à ce que leur noirceur ait avalé Harry en entier – Harry se
dépêchait le long d’un couloir foncé, dans le sillage de Gregorovitch qui tenait une
lanterne en haut : l'éclat de Gregorovitch dans la salle à l'extrémité du passage et de sa
lanterne illuminaient ce qui a ressemblait à un atelier ; les copeaux et l'or en bois
brillaient dans la vague d'oscillation de la lumière, et là sur le rebord de fenêtre était
perché, comme un oiseau géant, un jeune homme avec les cheveux d'or. La lanterne
l’illuminait. Harry vit le plaisir sur son beau visage. L’intrus lança un charme
renversant et sauta vers l’arrière avec un rire de corneille. Harry vit que le visage de
Gregorovitch avait été frappé par la terreur.
-Qui était le voleur Gregorovitch ? dit une voix, froide et élevée.
-Je ne sais pas, je n’ai jamais su, un jeune homme qui…
-Le nom ! dit un cri perçant, puis il y eu un éclat de feu vert…
-Harry !
Il ouvrit ses yeux haletant, son front palpitant. Il avait glissé dehors, contre le flanc de
la tente et s’était étendu par terre. Il regarda vers le haut et vit Hermione dont les
cheveux touffus obscurcissaient la scène.
-Rêve. Dit-il se reposant vers le haut et essayant de rencontrer le regard sombre
d’Hermione avec un regard de l’innocence. Je somnolais au loin, désolé.
Je sais que c’était ta cicatrice. Je peux le dire par le regard sur ton visage. Tu étais
dans l'esprit de Vol...
-Ne prononcez pas son nom ! Dit la vois fâchée de Ron venant de l’intérieur de la
tente.
"Bien," répliqua Hermione, "l’esprit de Vous-Savez-Qui, et!"
"Je n‘ai pas voulu que ça arrive!" dit Harry."C’était un rêve! Peux-tu contrôler tes
rêves, Hermione ?"
"Si tu apprends juste à appliquer l’Occlumancie-"
Mais Harry n’était pas intéressé par ce qui ce disait; il cherchait à discuter de ce qu’il
venait juste de voir.
"Il a trouvé Gregorovitch, Hermione, et je pense qu’il l’a tué, mais avant de le tué, il a
lu dans les pensées de Gregorovitch et j’ai vu-"
"Je pense qu’il serait mieux que je prenne le tour de garde si tu es si fatigué et que tu
tombes de sommeil, «dit Hermione froidement.
"Je peux finir ma garde!"
"Non, tu es évidemment épuisé. Part et arrête de mentir."
Elle se laissa tomber vers le bas de l’ouverture de la tente, semblant têtue. Enervé,
mais souhaitant éviter une dispute, Harry se pencha en arrière à l'intérieur.
Le visage encore pale de Ron dépassait de la couchette inférieure; Harry grimpa dans
celle qui était au-dessus de lui, et regarda le plafond de toile foncée. Après plusieurs
secondes, Ron parla avec une voix si faible qu’elle n’arriva pas à Hermione, à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
l’entrée.
"Que fait Vous-Savez-Qui?"
Harry plissa les yeux dans l’effort de se rappeler chaque détail, puis chuchota dans
l’obscurité.
"Il a trouvé Gregorovitch. Il l’a attaché, il le torturait."
." "Comment Gregorovitch est censé lui faire une nouvelle baguette magique s’il est
attaché ?" "Je ne sais pas. .... C’est étrange, n'est-ce pas?"
Harry ferma ses yeux, pensant à tout ce qu’il avait vu et entendu. Plus il essayait de se
rappeler, moins il comprenait. ... Voldemort n'avait indiqué rien au sujet de la
baguette magique de Harry, rien au sujet des noyaux jumeaux, rien au sujet de
Gregorovitch faisant une nouvelle et plus puissante baguette magique pour battre
Harry.....
"Il voulait quelque chose de Gregorovitch," dit Harry, ses yeux commençaient à se
fermer de plus en plus. "Il lui demandait de la lui remettre, mais Gregorovitch dit qu'il
avait été volé... et puis... puis…
Il se souvenait comment sous la forme de Voldemort, il lui avait semblé
avancer à toute vitesse dans les yeux de Gregorovitch, dans sa mémoire....
"Il a vu les souvenirs de Gregorovitch et j'ai vu un jeune type perché sur un
rebords de fenêtre qui a envoyé un sort à Gregorovitch puis a sauté de la vue. Il l'a
volé, il a volé la chose que Vous-Savez-Qui voulait". Et je ... je pense que je l'ai déjà
vu quelque part.... "
Harry regrettait qu'il ne puisse pas avoir un autre aperçu du visage du garçon
riant. Le vol était survenu il y a beaucoup d'années, selon Gregorovitch. Pourquoi le
jeune voleur lui semblait-il si familier ?
Les bruits des bois environnants étaient assourdis à l'intérieur de la tente;
tellement qu’Harry pouvait entendre la respiration de Ron. Après un moment, Ron
chuchota : "tu ne pouvais pas voir ce que le voleur tenait ?"
"Non ... ça devait être quelque chose de petit."
"Harry?"
Les lamelles en bois de la couchette de Ron grincèrent pendant qu'il se
replaçait dans le lit.
"Harry, tu ne penses pas que Tu-Sais-Qui est après quelque chose d'autre à
transformer en Horcruxe"
"Je ne sais pas," dit Harry lentement. "Peut-être. Mais ce ne serait pas
dangereux pour lui d'en faire un autre ? Hermione n'a-t-elle pas dit qu'il avait poussé
son âme à la limite déjà ?"
"Ouais, mais peut-être qu'il ne le sait pas."
"Ouais .. peut-être" dit Harry.
Il avait été sûr que Voldemort avait cherché un moyen autour du problème des
baguettes jumelles, sûr que Voldemort avait cherché une solution auprès du vieux
fabriquant de baguettes... et pourtant il l'avait tué, apparemment sans lui poser une
seule question sur ça.
Qu'est ce que Voldemort essayait de trouver ? Pourquoi, avec le Ministère de
Magie et le monde de la magie à ses pieds, était-il si loin, à la poursuite d'un objet que
Gregorovitch avait possédé et qui avait été volé par un voleur inconnu ?
Harry pouvait encore voir la chevelure blonde sur ce jeune visage; il était
joyeux, sauvage ; il y avait comme un air de Fred et de George de supercherie
triomphante a son sujet. Il était monté rapidement sur le rebord de la fenêtre comme
un oiseau, et Harry l'avait déjà vu avant, mais il ne pouvait pas se souvenir d'où. ….
Avec Gregorovitch mort, c'était le voleur au visage joyeux qui était en
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
danger maintenant et c'était sur lui que les pensées d'Harry s'arrêtait, car les
ronflements de Ron commencèrent à gronder sur la couchette inférieure et qu'il
dérivait lentement dans le sommeil une fois de plus.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1155 :: LLAAA RRREEEVVVAAANNNCCCHHHEEE DDDEEESSS GGGOOOBBBEEELLLIIINNNSSS
Tôt le lendemain matin, avant que les deux autres ne se réveillent, Harry quitta la
tente, pour chercher dans les bois environnants l'arbre le plus vieux, noueux et robuste
qu'il put trouver. Dans son ombre il enterra l'oeil de Maugrey Fol-Oeil, et indiqua
l'endroit en gravant une petite croix dans l'écorce avec sa baguette. Ce n'était pas
beaucoup, mais Harry sentit que Fol-Oeil aurait beaucoup préféré cela plutôt qu’être
incrusté dans la porte de Dolores Ombrage. Puis il retourna à la tente pour réveiller
les autres, et discuter de ce qu'ils allaient faire ensuite.
Harry et Hermione pensaient qu'il était préférable de ne rester nulle part trop
longtemps, et Ron en convint, à l'unique condition que leur prochain déplacement les
mette à la portée d'un sandwich au bacon. Hermione enleva donc les enchantements
qu'elle avait placés autour de la clairière, pendant que Ron et Hermione effaçaient
toutes les traces sur le sol qui auraient pu montrer qu'ils avaient campé là. Puis ils
transplanèrent à la périphérie d'un petit bourg.
Une fois qu'ils eurent mis la tente à l'abri dans un bosquet d'arbres et qu'ils l'eurent
entourée de sorts défensifs fraichement jetés, Harry s'aventura dans le village sous la
Cape d'Invisibilité pour trouver de la nourriture. Mais cela ne se déroula comme
prévu. Il était à peine entré dans le village quand une froideur anormale, une brume
descendante et un soudain obscurcissement des cieux firent qu'il se figea
brusquement.
"Mais tu peux faire un super Patronus !", protesta Ron quand Harry revint les mains
vides, essouflé et articulant seulement le mot "Détraqueurs".
"Je ne pouvais... pas en faire un..." haleta-t-il, serrant l'étoffe contre lui. "Ca ne
venait... pas."
Leurs expressions de consternation et de déception rendirent Harry gêné. Cela avait
été une expérience cauchemardesque de voir les Détraqueurs planer hors de la brume
au loin, et réaliser qu'il ne serait pas capable de se protéger. Cela avait pris toute la
volonté d'Harry de s'arracher de l'endroit et de courir, laissant les Détraqueurs
aveugles planant au mileu des Moldus qui ne pouvaient les voir, mais qui sentaient
assurément le désespoir qu'ils répandaient partout où ils allaient.
"Donc nous n'avons toujours pas à manger.
-Ferme-la, Ron, dit hargneusement Hermione. Harry, que s'est-il passé ? Pourquoi
penses-tu que tu n'as pas pu faire de Patronus ? Tu l'as parfaitement réussi hier !
-Je ne sais pas."
Il tomba dans un des anciens fauteuils de Perkins, se sentant encore plus humilié en
ce moment. Il avait peur que quelque chose ait fonctionné de travers en lui. Hier
semblait loin : aujourd'hui il aurait pu avoir treize ans à nouveau, le seul qui s'était
évanoui dans le Poudlard Express.
Ron tapa dans un pied de chaise.
"Quoi ? grogna-t-il à Hermione. Je meurs de faim ! Tout ce que j'ai eu depuis que j'ai
saigné presque jusqu'à la mort se résume à deux ou trois champignon vénéneux !
-Vas te frayer un chemin parmi les Détraqueurs, alors, dit Harry, piqué.
-Je le ferais bien, mais mon bras est dans un pansement, au cas où tu n'aurais pas
remarqué!
-C'est pratique.
-Et qu'est-ce que c'est censé...
-Bien sûr ! s'écria Hermione, se tapant le front et les réduisant tous les deux au
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
silence. "Harry, donne-moi le médaillon ! Allez," dit-elle impatiemment, claquant des
doigts vers lui alors qu'il ne réagissait pas, "le Horcruxe ! Harry, tu le portes encore
!"
Elle tendit ses mains et Harry souleva la chaine en or au dessus de sa tête. Au moment
où le contact avec la peau de Harry se rompit, il se sentit libre et étrangement léger. Il
n'avait même pas réalisé qu'il était moite, ni qu'il y avait un poids pressant sur son
estomac, jusqu'à ce que ces deux sensations le quittèrent.
"C'est mieux ? demanda Hermione.
-Oui, bien mieux !
-Harry", dit-elle, s'accroupissant devant celui-ci et utilisant la sorte de voix qu'il
associait habituellement avec un visiteur d'un grand malade, "tu ne penses pas que tu
as été possédé, n'est-ce pas ?
-Quoi ? Non ! dit-il sur la défensive. Je me souviens de tout ce que j'ai fait depuis que
je le porte. Je ne saurais pas ce que j'ai fait si j'avais été possédé, n'est-ce pas ? Ginny
m'a dit qu'il y avait des fois où elle ne pouvait rien se rappeler.
-Hum", dit Hermione, baissant les yeux vers le médaillon. " Bien, peut-être ne
devrions-nous pas le porter. Nous pouvons simplement le garder dans la tente.
-Nous n'allons pas laisser ce Horcruxe trainer n'importe où, déclara fermement Harry.
Si nous le perdons, s'il est volé...
-Oh, très bien, très bien." dit Hermione, et elle le plaça autour de son propre cou et le
cacha en dessous de son chemisier. "Mais nous le porterons à tour de rôle, ainsi
personne ne le portera trop longtemps.
-Super, dit Ron avec colère, et maintenant que nous avons réglé ça, peut-on aller
trouver à manger, s'il vous plait ?
-Oui, mais nous irons autre part pour en trouver, dit Hermione en jetant un coup d'oeil
à Harry.
Finalement, ils s’installèrent pour la nuit dans un vaste domaine appartenant à une
ferme isolée, où ils étaient parvenus à obtenir des oeufs et du pain.
« Ce n’est pas du vol, n’est pas ? » demanda Hermione d’une voix préoccupée, alors
qu’ils dévoraient les oeufs brouillés sur du pain grillé. « Pas si j’ai laissé une certaine
somme d’argent sous les cages des poules ? »
Ron roula ses yeux et dit, en gonflant les joues, « Her-mio-ne, tu t’inquiètes
beaucoup trop. Relax ! «
Et, en effet, il était beaucoup plus facile de se détendre quand ils étaient agréablement
rassasiés. La discussion au sujet des Détraqueurs fut oubliée au milieu des rires de la
nuit, et Harry se sentit joyeux, même plein d'espoir, lorsqu’il prit le premier des trois
tours de garde.
Ceci fut leur première confrontation avec le fait qu’un estomac rempli amenait à un
bon état d’esprit : un vide, de la tristesse et les disputes. Harry fut le moins étonné par
cela, parce qu’il avait subit les périodes proches de la famine chez les Dursley.
Hermione ne se laissa pas résolument abattre de ces nuits où ils n’avaient pas eu
d’autres vivres que des baies et des biscuits rassis, son caractère peut-être un peu
moins fort que d’habitude et ses silences moins austères. Ron, cependant, avait
toujours été habitué à prendre trois délicieux repas par jour, préparé avec soin par sa
mère ou les elfes de maison de Poudlard, et la faim le rendait irraisonnable et
irascible. Toutes les fois que le manque de nourriture coïncida au tour de Ron pour
porter l’ Horcruxse, il devenait purement et simplement désagréable.
« Alors où va-t-on après ? » était son refrain récurrent. Il ne semblait n'avoir aucune
idée lui-même, mais s’attendait à ce qu’Harry et Hermione proposent des plans tandis
qu'il s'asseyait et couvait les basses réserves en nourritures. En conséquence de quoi,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Harry et Hermione passèrent des heures stériles à essayer de décider où ils pourraient
trouver les autres Horcruxes, et comment détruire celui qu’ils avaient déjà en leur
possession, leurs conversations devenant de plus en plus répétitives qu'ils n'avaient
pas de nouvelles informations.
Alors que Dumbledore avait dit à Harry qu’il croyait que Voldemort avait caché les
Horcruxes dans des lieus important pour lui, ils ont continuèrent de réciter, dans une
sorte de morne litanie, ces endroits où ils savaient que Voldemort avait vécu ou visité.
L'orphelinat où il avait été né et avait grandi : Hogwarts, où il avait été instruit ;
Barjow et Beurks, où il avait travaillé après avoir quitté l’école ; puis l'Albanie, où il
avait passé ses années d'exil : Ceux-ci formaient la base de leurs spéculations.
« Ouais, allons en Albanie. Ca ne devrait pas prendre plus d’une après midi pour
fouiller le pays entier, »dit Ron ironiquement.
« Il ne peut pas y avoir quelque chose là. Il avait déjà fait cinq de ses Horcruxes avant
de partir en exil, et Dumbledore était sûr que le serpent était le sixième, « dit
Hermione. « Nous savons que son serpent n’est pas en Albanie, il est habituellement
avec Vol… »
« Je ne vous avais pas demandé d’arrêter de dire ca ? »
« Très Bien ! Le serpent est habituellement avec Tu-Sais-Qui, heureux ? «
« Pas vraiment. »
« Je ne le vois pas cacher quoi que se soit chez Barjow et Burks. » Dit Harry, qui
avait attiré l’attention sur ce point plusieurs fois auparavant, mais il dit ça simplement
pour casser le silence. « Barjow et Burk sont des experts des objets maléfiques, ils
auraient identifié un Horcruxe immédiatement. »
Ron bailla à s’en décrocher la mâchoire. Réprimant une forte envie de lui jeter
quelque chose dessus, Harry continua, « Je suis toujours d’avis qu’il aurait pu cacher
quelque chose à Poudlard. »
Hermione le regarda.
« Mais Dumbledore l'aurait trouvé, Harry ! »
Harry répéta l'argument qui continuait de jouer en sa faveur dans cette théorie.
« Dumbledore a dit devant moi qu'il n’avait jamais prétendu connaître tous les secrets
de Poudlard. Je vous dis, s'il y avait un endroit ou Vol… «
« Ohé ! »
« TU-SAIS-QUI, alors ! »Cria Harry, qui arrivait à bout de sa résistance. « S'il y
avait un endroit qui était vraiment important pour lui, c'était Poudlard ! »
« Oh, allez, » railla Ron. « Son école ? »
« Ouais, son école ! C'était sa première vraie maison, l'endroit qui signifiait qu'il
était spécial : qui signifiait tout à lui, et même après qu’il soit parti «
« C’est de Vous-Savez-Qui dont nous parlons, pas vrai ? Pas de Toi ? « observa Ron.
Il tirait avec effort sur la chaîne de l’ Horcruxe autour de son cou ; Harry fut traverser
par le désir de l’attraper et de l'étrangler.
« Tu nous a dit que Tu-sais-qui avait demandé à Dumbledore de lui donner un travail
après qu'il soit parti, »dit Hermione.
« C’est vrai, » dit Harry.
« Et Dumbledore a pensé qu'il voulait seulement revenir pour essayer de trouver
quelque chose, probablement l'objet d'un autre fondateur, pour le transformer en un
autre Horcruxe ? »
« Ouais, » dit Harry.
« Mais il n'a pas obtenu le poste, » dit Hermione. « Ainsi il n'a jamais saisi la chance
de trouver l'objet d'un fondateur et de le cacher dans l'école ! »
« OK, alors, » dit Harry, décomposé. « On Oublie Poudlard. »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Sans aucun autre but, ils voyagèrent dans Londres et, caché sous la cape
d'invisibilité, recherchèrent l'orphelinat dans lequel Voldemort avait grandi. Hermione
commis un vol dans une bibliothèque (ou une librairie au choix..) et découvrit à leurs
dépends que l'endroit avait été démoli des années auparavant. Ils visitèrent son
emplacement et trouvèrent un building de bureaux.
« Nous pourrions essayer de creuser dans les fondations ? » suggéra Hermione sans
enthousiasme.
« Il n'aurait pas caché un Horcruxse ici, »dit Harry. Il l'avait su tout au long.
L'orphelinat avait été l'endroit dont Voldemort avait été déterminé à s'échapper ; il
n'aurait jamais là caché une partie de son âme. Dumbledore avait prouvé à Harry que
Voldemort cherchait la splendeur ou le mystique dans ses cachettes ; ce coin gris
morne de Londres était aussi loin de ressembler à ce qu’on pourrait imaginer de
Poudlard, du ministère ou d'un bâtiment comme Gringotts, les banques des Sorciers,
avec ses portes dorées et ses planchers en marbre.
Même sans aucune nouvelle idée, ils continuèrent à se déplacer à travers la campagne,
établissant la tente dans un endroit différent chaque nuit par sécurité. Chaque matin
ils s’assuraient qu'ils avaient éliminé tous les indices de leur présence et s’en allaient
pour trouver un nouvel espace isolé et reculé, voyageant par Transplanage vers
plusieurs bois, crevasses à l’ombre des falaises, landes cramoisies, les montagnes
ajonc couvertes, et une fois dans une crique abandonnée et abritée.
Ils se passaient ainsi l'Horcruxe entre eux toute les douze heures comme s'ils jouaient
à un jeu pervers, le jeu de la bombe, où ils redoutaient l'arrêt de la musique car la
récompense était douze heures de crainte accrue et d'inquiétude.
La cicatrice d'Harry restait lancinante. Ça se produisait le plus souvent, avaitil
remarqué, lorsqu'il portait l'Horcruxe. Parfois il ne pouvait pas se retenir de réagir à
la douleur.
"Quoi ? Qu'as-tu vu ?" demandait Ron, chaque fois qu'il remarquait qu'Harry
tressaillait.
"Un visage," murmurait Harry à chaque fois. "Le même visage. Le voleur qui
a volé l'objet de Gregorovitch." Et Ron se détournait, ne faisant aucun effort pour
cacher sa déception.
Harry savait que Ron espérait avoir des nouvelles de sa famille ou du reste de
l'Ordre du Phénix, mais après tout, lui, Harry, n'était pas une antenne de télévision; il
pouvait seulement voir ce que Voldemort pensait au même moment et non voir ce qui
lui passait par la tête. Apparemment Voldemort se focalisait totalement sur le jeune
inconnu avec le visage souriant, dont le nom et son emplacement, Harry en était sûr,
demeurait aussi inconnu à Voldemort qu'à lui. Dès que la cicatrice d'Harry
recommençait à brûler et que le garçon joyeux, aux cheveux blonds entrait d'une
façon cruellement tentante dans sa mémoire, il apprit à supprimer n'importe quel
signe de douleur ou de malaise, car ses deux amis ne montraient rien que de
l'impatience à la mention du voleur. Il ne pouvait pas entièrement les blâmer, quand
ils étaient si désespérés par un simple Horcruxe.
Comme les jours se prolongeaient en semaines, Harry commença à
soupçonner que Ron et Hermione avaient des conversations secrètes à propos de lui.
Plusieurs fois ils cessèrent de parler brutalement quand Harry entrait dans la tente, et
deux fois il était allé accidentellement sur eux, blotti à une petite distance plus loin,
les têtes rapprochées et parlant rapidement ; les deux fois ils s'apaisèrent quand ils
comprirent qu'il s'approchait d'eux et s'empressèrent d'apparaître occupés à récolter du
bois de chauffage ou de l'eau.
Harry ne pouvait pas s'empêcher de se demander s'ils avaient seulement
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
accepté de venir sur ce qui s'était maintenant ressenti comme un voyage injustifié et
de promenade ( ??) parce qu'ils avaient l'air de penser qu'il avait un plan secret qu'ils
apprendraient en temps opportun. Ron ne faisait aucun effort pour cacher sa mauvaise
humeur et Harry commençait à craindre que Hermione ait aussi été déçue par son
manque de direction. Dans le désespoir il essaya de penser aux emplacements des
Horcruxes, mais le seul qui continuait à lui arriver était Poudlard et comme aucun
d'entre eux ne pensaient que ce soit probable, il arrêta de le suggérer.
L'automne arriva au-dessus de la campagne pendant qu'ils s'y déplaçaient. Ils
avaient maintenant monté la tente sur des tas des feuilles mortes. Des brumes
naturelles joignirent celle faites par les Détraqueurs ; le vent et la pluie s'ajoutèrent à
leurs ennuis. Le fait que Hermione s'améliorait à l'identification de moisissures
comestibles ne pouvait pas indemniser leur isolement ininterrompu, le manque de
contact avec la société, ou leur ignorance totale de ce qui se passait dans la guerre
contre Voldemort.
"Ma mère," dit Ron une nuit, pendant qu'ils se reposaient dans la tente sur
une rive au Pays de Galles, "peut faire de la bonne nourriture et la faire surgir de nulle
part. "
Il poignarda de façon déprimée son morceau de poisson gris carbonisé de
son plat. Harry jeta un coup d'oeil automatiquement au cou de Ron et vu, comme il
l'avait prévu, la chaîne d'or de l'Horcruxe brillant dessus. Il a réussi à réprimer
l'impulsion de sermonner Ron, dont l'attitude, il savait, s'améliorerait légèrement
lorsqu’il enlèverait le médaillon.
"Ta mère ne peut pas produire de la nourriture de nulle part," dit Hermione.
"Personne ne le peut.
L'alimentation est la première des cinq Exceptions Principales à la Loi de Gamp de
Transfigura-Élémentaire "
"Oh, ne peut tu pas parler français ?" dit Ron, prenant un poisson entre ses
dents.
"Il est impossible de faire de la nourriture à partir de rien! Tu peux l'appeler
si tu sais où elle est, tu peux la transformer, tu peux en augmenter la quantité si tu en
as déjà obtenu -"
"Bien, ne prend pas la peine d'augmenter ça, c'est dégoûtant," dit Ron.
"Harry a attrapé le poisson et j'ai fait de mon mieux pour le cuisiner! Je
remarque que je suis toujours celle qui termine de trier la nourriture, parce que je suis
une fille, je suppose!"
"Non, c'est parce que tu es supposée être la meilleure en magie!" lança Ron
en arrière.
Hermione bondi et les morceaux de poisson rôti glissèrent de son plat
d'étain sur le sol.
"Tu peux faire la cuisine demain, Ron, tu pourras trouver les ingrédients et essayer de
les charmer dans quelque chose de bon à manger, et je m'assiérai ici et ferai des
grimaces et gémirai et toi tu verras ce que ça fait "
"Ferme la!," dit Harry, sautant sur ses pieds et se soutenant de ses deux
mains. "Ferme la maintenant!"
Hermione sembla outragée.
"Comment peux tu être de son côté, il ne fait presque jamais le cuisine-"
"Hermione, sois calme, j'entend quelqu'un!"
Il écoutait, ses mains toujours levées, leur avertissant de ne pas parler. Puis,
au-dessus des précipitations et du flot du fleuve foncé près de eux, il entendit encore
des voix. Il regarda autour de lui vers le Scrutoscope. Il ne bougeait pas.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Tu as jeté le charme Assurdiato sur nous ?" chuchota-t- il à Hermione. "J'ai
tout fait," chuchota-t-elle en arrière, "Assurdiato, Repousse-Moldu et des Charmes de
Désillusion. Ils ne devraient pas être capables de nous entendre parler et de nous voir,
quiconque soient-ils."
Des lourds bruits traînants de pieds grattants, plus le son de pierres déplacées
et des brindilles, leur indiquèrent que plusieurs personnes escaladaient en bas la pente
raide et boisée qui descendait sur la rive étroite où ils avaient lancé la tente. Ils
tirèrent leurs baguettes magiques, attendant. Les enchantements qu'ils avaient jetés
autour d'eux doivent être suffisants, dans l’obscurité, pour les protéger de la présence
de Moldus et sorcières et sorciers normaux. Si c'étaient des Mangemorts, alors peutêtre
que leurs défenses étaient sur le point d'être examinées par magie et forcées pour
la première fois.
Les voix devinrent plus fortes mais pas plus intelligibles à mesure que le groupe
d'homme atteignait le bord. Harry estima que leurs propriétaires étaient à environ
vingt mètre au-dessous, mais la rivière en cascade rendait cela impossible à dire de
manière précise. Hermione saisit le sac en perles, et commença à fouiller. Après un
moment elle en sortit trois oreilles à rallonge et en donna une à Harry et Ron, qui
enfonçèrent à la hâte le bout de la ficelle couleur chair dans leurs oreilles et fit passer
les autres bouts en dehors de l'entrée de la tente. En quelques secondes Harry entendit
une voix d'homme lasse.
"Il devrait y avoir quelques saumons par ici, ou estimes-tu qu'il est trop tôt dans la
saison ? Accio saumons !"
Il y eut quelques splash distincts et ensuite le claquement du poisson contre la chair.
Quelqu'un grogna d'admiration. Harry enfonça le bout de l'oreille à rallonge plus loin
dans la sienne : par dessus le murmure de la rivière il pouvait entendre d'autres voix,
mais elles ne parlaient pas anglais ni aucun langage humain qu'il ait jamais entendu.
C'était une langue rude et pas mélodieuse, c'était une suite de râles, de sons gutturaux,
et il semblait y avoir deux parleurs, l'un avec une voix un peu plus basse que l'autre.
Un feu dansait de l'autre côté de la toile, de grandes ombres passaient entre eux et les
flammes. La délicieuse odeur du saumon cuit venait, terriblement tentante, dans leur
direction. Puis vint le tintement des couverts sur les assiettes, et le premier homme
parla de nouveau.
"Ici, Griphook, Gornuk." Des gobelins ! Hermione fit signe de la bouche à Harry, qui
acquiesca.
"Merci", dirent les gobelins ensemble en anglais. "Donc, vous trois avez été combien
de temps en cavale ?" demanda une nouvelle, mélodieuse et agréable voix ; elle était
vaguement familière à Harry qui se figurait un homme au ventre rond, et à la figure
joyeuse.
"Six semaines... Sept... J'ai oublié", dit l'homme las. "J'ai rencontré Griphook durant
les deux premiers jours et nous avons été rejoints de force par Gornuk pas longtemps
après. Je suis content d'avoir un peu de compagnie."
Il y eut une pause, pendant laquelle les couteaux râpaient les assiettes, et les tasses en
fer blanc étaient prises et reposées sur le sol.
"Qu'est ce qui t'a fait partir, Ted ?" continua l'homme. "Je savais qu'ils venaient pour
moi", répliqua la voix mélodieuse de Ted, et soudain Harry sut qui il était : le père de
Tonks.
"J'ai entendu que les Mangemorts étaient dans la région la semaine dernière et j'ai
décidé que c'était mieux de m'enfuir. Ayant refusé de m'inscrire comme fils de
Moldus par principe, vous voyez, je savais que c'était une question de temps, je savais
que je devrais partir au final. Ma femme devait être d'accord, elle est une sang-pur. Et
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
ensuite j'ai rencontré Dean ici, quoi, quelques jours plus tôt, fils ?" "Oui", dit une
autre voix, et Harry, Ron et Hermione se regardèrent, silencieux mais avec une
excitation intérieure, sûre d'avoir reconnu la voix de Dean Thomas, leur camarade de
Gryffondor.
"Fils de moldus, et ?" demanda le premier homme. "Ce n'est pas sûr", dit Dean. "Mon
père a quitté ma mère quand j'étais un enfant. Je n'ai pas de preuves que c'était un
sorcier, pourtant." Il y eut un silence pendant un moment, excepté le bruit de
mastication ; puis Ted parla de nouveau.
"Je dois dire, Dirk, que je suis surpris de vous trouver. Ravi, mais surpris. On disait
que vous aviez été attrapé;"
"Je l'étais", dit Dirk. "J'étais à mi-chemin d'Azkaban quand j'ai pris la fuite.
Stupéfixant Dawlish, et volant son balai. C'était plus facile que vous ne pensez ; je ne
pense pas qu'il soit très bien pour l'instant. Il a probablement été soumis à un sortilège
de confusion. Si c'est le cas, je voudrais serrer la main de la sorcière ou du sorcier qui
a fait ça, et probablement sauvé ma vie."
Il y eut une autre pause pendant laquelle le feu crépita et la rivière coulait à flots. Ted
dit "et comment vous êtes vous débrouillés tous les deux ? J'avais l'impression que
les gobelins étaient du côté de vous-savez-qui, après tout."
"Vous aviez une mauvaise impression", dit le gobelin avec la voix la plus aiguë.
"Nous ne prenons aucun parti dans cela. C'est une guerre de sorciers;"
"comment êtes-vous venus, vous étiez cachés, non ?" "J'ai jugé bon, par prudence",
dit le gobelin à la voix la plus grave. Ayant refusé ce que je considérais comme une
demande impertinente, j'ai pu voir que là où ma personne est le plus en sécurité est en
Jeopardy;"
"Que vous ont-ils demandé de faire ?" demanda Ted. "Des choses qui ne convenaient
pas à la dignité de ma race, répondit le gobelin, sa voix plus brutale et moins humaine
alors qu'il disait cela. "Je ne suis pas un elfe de maison."
"Et pour toi, Griphook ? "Mêmes raisons", dit le gobelin à la voix la plus aiguë.
"Gringotts n'est plus pour longtemps sous le seul contrôle de ma race. Je reconnais la
domination des sorciers." Il ajouta quelque chose dans sa barbe en Gobbledegook, et
Gornuk rit.
"Qu'est-ce qui est drôle," demanda Dean. "Il a dit", répondit Dirk, "il y a des choses
que les sorciers ne veulent pas reconnaître".
Il y eut une courte pause. "Je ne comprends pas", dit Dean. "J'ai eu ma petite revanche
avant de partir", dit Griphook en anglais.
“Un homme - un gobelin - bien, devrais-je dire,” corrigea Ted précipitamment. “Vous
avez réussi à enfermer un Mangemort dans une des vielles chambres-fortes de haute
sécurité, je suppose ?”
“Si je l'avais fait, l'épée ne l'aurait pas aider à sortir,” réplique Griphook. Gornuk rit
de plus belle et même Dirk eut goussement sec.
“Dean et moi manquons toujours quelque chose là, ” dit Ted.
“Comme Severus Rogue, pourtant il ne le sait pas,” dit Griphook, et les deux gobelins
grondèrent avec un rire malicieux.
A l'intérieur de la tente, la respiration d'Harry était superficielle à cause de
l'excitation. Lui et Hermione se tenaient l'un l'autre, écoutant aussi dur qu'il pouvait.
“As-tu entendu ça, Ted?” demanda Dirk. “A propos du gamin qui a essayé de voler
l'épée de Gryffondor du bureau de Rogue à Poudlard ?”
Un courrant électrique parcourut Harry, faisant cliqueter chaque nerf comme s’il était
relié à un porteau électrique (pas sûr).
“Jamais entendu parler,” dit Ted, “Ce n’était pas ans le Prophet, n’est-ce pas ?”
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
“Difficilement,” gloussa Dirk. “Griphook, ici présent, m'a dit qu'il l'avait entendu de
Bill Weasley qui travailait pour la banque. Un de ceux qui ont essayé de prendre
l'épée était sa petite soeur.”
Harry lança un coup d'oeil vers Hermione et Ron, tout deux se cramponnaient à leurs
oreilles à rallonge aussi fermement que si leur vie en dépendait
“Elle et un couple d'amis sont entrés dans le bureau de Rogue et fracassé la vitrine où
il gardait apparemment l'épée. Rogue les a attrapé alors qu'il essayait de la descendre
par l'escalier.
"Ah dieu les bénisse", dit Ted,"A quoi pensaient-ils, qu'ils seraient capables d'utiliser
l'épée sur Tu-sais-qui, j'imagine, il l'a envoyée à Londres pour être gardée à
Gringottes à la place.
Les gobelins recommencèrent à rire.
"Je ne vois toujours pas où est la blague" dit Ted.
C'est une fausse" grinça Griphook, "l'épée de Gryffondor !"
"Oh oui. C'est une copie - une excellente copie, c'est vrai - mais ça a été fait par un
sorcier. L'original a été forgée il y a des siècles par les gobelins et a des propriétés que
seules les armes faites par des gobelins possèdent. Qu'importe l'endroit où se trouve
l'épée géniale de Gryffondor, ce n'est pas des les coffres-forts de la banque Gringotts.
"Je vois" dit Ted" Et ça ne vous a pas dérangé de ne pas le dire aux Mangemorts."
"Je n'ai vu aucune raison de les troubler avec cette information"
À l'intérieur de la tente, Harry ferma ses yeux, voulant que quelqu'un pose la question
dont il devait entendre la réponse, et après une minute qui en sembla dix, Dean qui
était (Harry s’en rappelait avec secousse) aussi un ex petit ami de Ginny, demanda «
Qu'est il arrivé à Ginny et aux autres ? Ceux qui ont essayé de la voler ? »
« Oh, ils ont été punis, et cruellement » dit Griphook indifférent.
« Ils vont bien, quand même ? » demanda Ted rapidement, « Je veux dire, les
Weasleys n’ont pas le besoin de plus de blessés»
« Ils n'ont souffert d’aucun dommage sérieux, d’après se que je sais » dit Griphook.
« Une Chance pour eux, » dit Ted. « Avec l'expérience professionnelle de Rogue, je
suppose que nous devrions juste être heureux qu’ils soient encore vivants. »
« Vous croyez cette histoire, alors, n’est ce pas Ted ? » demanda Dirk. « Vous croyez
que Dumbledore a été tué par Rogue ? »
« Bien sûr, » dit Ted. « Vous n'allez pas vous asseoir là et me dire que vous pensez
que Potter a quelque chose à faire avec ça ? »
« Dur de savoir quoi croire de nos jours, » murmura Dirk.
« Je connais Harry Potter, » dit Dean. Et je considère qu'il est l 'Elu, ou n'importe
comment que vous souhaitez l'appeler.
- Oui, beaucoup voudraient le croire, dit Drike, moi y compris. Mais où est-il ?
Courrez pour lui, tout en voyant l'aspect des choses. Tu penses bien que s'il
savaitquelque chose que nous ne savons pas, ou s'il faisait quelque chose de spécial, il
serait en train de préparer le combat maintenant, rassemblant la résistance au lieu de
se cacher. Et tu sais la Gazette a fait un joli procès contre lui
- La Gazette ? se moqua Ted. Vous méritez d'être trouvé si vous lisez toujours ces
ordures, Dick. Vous voulez des faits, essayez le Chicaneur.
Il y eut une soudaine explosion de suffocation et de haut-le-coeur, par son bruit, on
aurait dit que Dirk avait avalé une arrête de poisson. A la fin il bredouilla " le
Chicaneur ? L'hallucinant torchon de Xeno Lovegood ?
Ce n'était pas fou, ces derniers jours, dit Ted. Vous voulez jetez un coup d'oeil ? Xeno
imprime tout ce qui est ignoré par la Gazette, pas une seule mention du Ronflak
Cornu dans la dernière édition. Combien de temps le laisseront-ils faire, bien, je ne
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sais pas. Mais Xeno dit, et ce sur toutes ces éditions, que chaque sorcier qui est contre
Vous-Savez-Qui doit faire de l'aide à apporter à Harry Potter une de ses priorités.
- Difficile d'aider un garçon qui a disparu de la surface de la Terre, dit Dirk.
- Ecoutez, le fait est qu'ils ne l'ont pas encore attrapé, ce qui est leur but, dit Ted. Je
prendrais volontiers des conseils de sa part. C'est ce que vous essayons de faire, rester
libre, n'est-ce pas ?
"Oui, bien sûr, vous avez compris là", dit lourdement Dirk. "Avec le Ministère entier
et tous ses informateurs qui le cherchent, je pensais qu'il aurait déjà été attrapé. Mais,
qui peut dire s'ils ne l'ont pas déjà attrapé et tué sans le rendre public ?"
"Ah, ne dis pas ça, Dirk", murmura Ted.
Il y eut une longue pause remplie par des bruits de couteaux et de fourchettes.
Lorsqu'ils parlèrent à nouveau, ce fut pour décider s’ils dormiraient sur la rive ou s'ils
retourneraient vers la pente boisée. Ayant décidé que les arbres fourniraient une
meilleure couverture, ils éteignirent le feu, puis ils grimpèrent avec difficulté la pente,
leurs voix se perdant petit à petit.
Harry, Ron, et Hermione rembobinèrent l'oreille à rallonge. Harry, qui avait trouvé le
fait de devoir rester silencieux de plus en plus dur au fil de leur écoute clandestine, se
trouvait maintenant incapable de dire plus que "Ginny... l'épée..."
"Je sais !" dit Hermione. Elle se rua sur le sac en perle, cette fois plongeant son bras
jusqu'à l'aisselle.
"Ici... on... a..." dit-elle les dents serrées, et elle tira quelque chose qui était de toute
évidence au fond du sac. Lentement le haut orné d'un cadre de portrait se présenta à
leurs yeux. Harry se dépêcha de l'aider. Lorsqu'ils soulevèrent le portrait vide de
Phineas Nigellus hors du sac d'Hermione, elle garda sa baguette pointée dessus, prête
à lancer un sort à tout moment.
"Si quelqu'un a échangé la véritable épée contre la fausse pendant qu'il était dans le
bureau de Dumbledore", haleta t-elle, alors qu'ils appuyaient la peinture contre un
côté de la tente, "Phineas Nigellus l'aura vu arriver, il est accroché juste à côté de
l'étui !"
"A moins qu'il n'ait été endormi," dit Harry, mais il retint son souffle lorsqu'Hermione
s'agenouilla devant la toile vide, sa baguette directement pointée en son centre,
s'éclaircit la gorge puis dit :
"Euh, Phineas ? Phineas Nigellus ?" Rien ne se passa.
"Phineas Nigellus ?" essaya encore Hermione. "Professeur Black ? S'il vous plaît...
pourrions-nous vous parler ? S'il vous plaît ?"
"'S'il vous plaît' aide toujours", dit une voix froide et narquoise, et Phineas Nigellus se
glissa à l'intérieur de son portrait.
Immédiatement, Hermione cria : "Obscuro !"
Un bandeau noir apparu sur les yeux noirs de Phineas Nigellus, le faisant sursauter et
hurler de douleur.
"Quoi... Qui ose... Qu'êtes-vous ?"
"Je suis vraiment désolée, professeur Black", dit Hermione, "mais c'est une précaution
indispensable !"
"Enlevez tout de suite cette ordure !" Enlevez-le, je vous dis ! Vous ruinez un
magnifique chef-d'oeuvre ! Où suis-je ? Que se passe t-il ?"
"Peu importe où nous sommes", dit Harry, et Phineas Nigellus se figea, abandonnant
ses tentatives pour se débarrasser du bandeau de peinture.
"Est-ce possible, la voix de l'insaisissable Mr Potter ?"
"Peut-être", dit Harry, en sachant que cela conserverait l'attention de Phineas
Nigellus.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Nous avons une paire de questions à vous poser... à propos de l'épée de
Gryffondor."
"Ah," dit Phineas Nigellus, en tournant la tête dans cette direction, et cela dans un
effort pour capter le regard d'Harry,
"Oui. Cette idiote a agi plus imprudemment..."
"Fermez-là à propos de ma soeur," dit Ron brutalement. Phineas Nigellus leva des
sourcils hautains
« Qui d'autre est ici ? » demanda t il, tournant sa tête d'un côté à l'autre. « Votre façon
de parler me contrarie! La fille et ses amis étaient complètement inconscient.
Voler le directeur. »
« Ils n'étaient pas des voleurs » dit Harry. « Cette épée n'est pas à Rogue. »
« Elle appartient à l'école du professeur Rogue » dit Phineas Nigellus.
« Exactement, quelle justification la fille Weasley avait-elle? Elle a mérité sa
punition, de même qu'ont fait l'idiot Londubat et la curieuse Lovegood ! »
« Neville n'est pas un idiot et Luna n'est pas une curieuse! » dit Hermione.
« Où suis je ? » répéta Phineas Nigellus, commençant à lutter encore avec le bandeau.
« Où m'avez-vous amené? Pourquoi m'avez vous mis loin de la maison de mes aieux?
»
« Ne jamais s'occuper de cela ! Comment a fait Rogue pour punir Ginny, Neville, et
Luna ? » demanda instamment Harry.
« Le Professeur Rogue les a envoyés dans la forêt interdite, pour effectuer un certain
travail pour le géant, Hagrid. »
« Hagrid n'est pas un géant! » dit Hermione d'une voix stridente.
« Et Rogue pouvait avoir pensé que c'était une punition » dit Harry
« Mais Ginny, Neville, et Luna doivent probablement bien rire avec Hagrid. La forêt
interdite… ils ont fait face à des choses bien plus mauvaises que la forêt interdite! »
Il se senti soulagé : il avait imaginé des horreurs, la malédiction de Cruciatus pour le
moins.
«Ce que nous aurions vraiment voulu savoir, professeur Black, c’est si n'importe qui
d’autre a, hum, touché à l'épée? Peut-être a-t-elle été emportée pour être nettoyer ouou
quelque chose? »
Phineas Nigellus fit une pause encore dans ses luttes pour libérer ses yeux et ri sous
cape.
« Sang impurs » dit il. « L'armure de Lutin faite n'exige pas de nettoyage, simple fille.
L'argent des lutins repousse la saleté mondaine, buvant seulement cela qui la renforce.
»
« N'appelez pas Hermione comme ça ! » dit Harry.
« Je me commence à être fatigué de votre contradiction, » dit Phineas Nigellus. «
Peut-être est il temps que je retourne au bureau du directeur? »
Toujours les yeux bandés, commença à chercher le côté de son armature, essayant de
sentir une sortie de son image et de nouveau dans celle de Poudlard. Harry eu une
inspiration soudaine.
« Dumbledore ! Ne pouvez pas vous nous amener Dumbledore ? »
« Je vous prie de me pardonner? » demanda Phineas Nigellus.
« Le Portrait du professeur Dumbledore vous ne pouvez l'amener jusqu'ici, dans le
vôtre? »
Phineas Nigellus tourna son visage dans la direction de la voix de Harry.
« Évidemment non seulement qui des Sangs Impurs au sujet d'ignorant, Potter. Les
portraits de Poudlard peuvent converser les uns avec les autres, mais ils ne peuvent
pas être sorti en dehors du château excepté pour visiter une peinture d'eux-mêmes
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
accrocher ailleurs. Dumbledore ne peut pas venir ici avec moi, et après le traitement
que j'ai reçu de vos mains, je peux vous assurer que je ne ferai pas une visite à
nouveau ici! » Légèrement découragé, Harry observa Phineas redoubler ses
tentatives de partir de son armature.
« Professeur Black » dit Hermione, « Vous ne pouvez pas juste nous dire quand, était
la dernière fois où l'épée a été prise hors de ce cas? Avant que Ginny l'ait enlevée, je
veux dire? »
Phineas renifla impatiemment.
« Je crois que la dernière fois j'ai vu l'épée de Gryffondor avant ce cas était quand le
professeur Dumbledore l'avait utiliser pour casser un anneau. »
Hermione se tourna pour regarder Harry. Ni l'un ni l'autre d'eux n'osait en dire plus
devant Phineas Nigellus, qui était enfin parvenu à localiser la sortie.
« Et bien, bonne nuit à vous » dit il un peu acerbé, et il commenca à se déplacer hors
de leur vue. Seulement le bord de son chapeau est demeurait en vue quand Harry
donna un cri soudain.
« Attendez ! Vous avez dit que Rogue avait vu ceci? »
Phineas Nigellus colla sa tête bandé les yeux de nouveau dans l'image.
« Le Professeur Rogue a des choses plus importantes dans son esprit que les
nombreuses excentricités d'Albus Dumbledore. Au revoir, Potter ! »
Et après cela; il disparu complètement, ne laissant derrière loin qu'un espace sombre.
“Harry!” dit bruyamment Hermione .
“Je sais!”cria Harry . Incapable de se contrôler, il leva son poing; c‘était plus que ce
qu‘il avait osé espérer. Il arpenta la tente, se sentant comme s‘il avait couru un miles;
il ne se sentait même plus affamé. Hermione enfourra de nouveau le tableau de
Phineas Nigellus dans son sac; quand elle eu fermé la fermeture elle déposa le sac à
côté d’elle et leva un visage joyeux vers Harry.
“L‘épée peut détruire des horcruxes! Le blason des Goblins est déposé seulement sur
ce qu’ils ont eux même fait—Harry, cette épée est imprégné de venin de Basilic!”
“Et Dumbledore ne pouvait me la donner car il en avait encore besoin, il voulait l
‘utiliser pour le médaillon—”
“—et il a du réaliser qu’ils ne t’aurais jamais laissé l’avoir s’il l’inscrivait dans son
testament—”
“—alors il en a fais une copie—”
“—et il la remplaça par une semblable dans la vitrine—”
“—et il laissa la vrai—où?”
Ils regardaient fixement autour d’eux, Harry sentait comme si la réponse flottait dans
les airs autour d‘eux, terriblement proche. Pourquoi Dumbledore ne lui avait il pas
dit? Ou avait il, en fait, lui avait il dit, mais Harry n‘avait pas réalisé à cet instant?”
“Réfléchis!” soupira Hermione. “Réfléchis! Où l‘aurait il laissé?”
“Pas à Poudlard,” dit Harry, reprenant son souffle.
“Quelque part à Pré-au-lard ?” suggéra Hermione.
“La cabane hurlante?” dit Harry. “Personne n‘entre jamais là bas.”
“Mais Rogue sait comment y aller, ne serait ce pas un peu risqué?”
“Dumbledore avait confiance en Rogue,” lui fit rappeler Harry.
“Pas assez pour lui dire qu’il avait permuté les épées » dit Hermione.
“Oui, tu as raison!” dit Harry, et il se sentit bien plus encouragé à la pensée que
Dumbledore avait eu quelques réserves, malgré ce qu‘il prétendait, sur la fidélité de
Rogue. “Alors, aurait il bien caché l’épée loin de Pré-au-lard? Que comptes tu faire
de Ron? Ron?”
Harry regarda autour de lui. Pendant un moment déconcertant il pensa que Ron avait
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
quitté la tente, puis il réalisa que Ron était allongé dans l’ombre d’une couchette,
semblant inanimé.
“Oh, rappel moi, l‘as tu?” dit il.
“Quoi?”
Ron renifla pendant qu’il regardait en l’air le dessous de la couchette supérieur.
“Vous deux, continuez. Ne me laissez pas gâcher votre joie.”
Perplexe, Harry regarda Hermione pour de l‘aide, mais elle secoua la tête,
apparemment aussi confuse qu‘il l‘était lui même.
“Quel est le problème?” demanda Harry.
“Un problème? Il n‘y a pas de problème,” dit Ron, refusant encore de regarder Harry.
“Pas selon toi, en tout cas.”
Il y avait plusieurs « plunk » sur la toile au dessus de leur tête. Il commençait à
pleuvoir.
“Bien, tu as effectivement un problème,” dit Harry. “Raconte nous, veux tu?”
Ron balança se longues jambes hors du lit et s’assit. Il semblait mesquin, différent de
d‘habitude.
“Bien, je vais t‘expliquer. Ne t’attends pas à ce que j’arpente la tente parce qu’il y a
encore une de ces sacrée chose que nous devons trouver. Ajoutes donc ça à la liste des
choses que tu ne sais pas.”
“Je ne sais pas?” répéta Harry. “Je ne sais pas?”
« Plunk, plunk, plunk. » La pluie tombait ardemment et lourdement; Ça crépitait sur
le tapis de feuilles tout autour d’eux et dans la rivière qui grésillant à travers
l’obscurité. Harry jubilait de crainte; Ron était entrain de dire exactement ce qu‘il
suspectait et avait peur venant de lui.
“Ce n’est pas comme si j’aimais le temps de passer ma vie ici,” dit Ron, “tu sais, avec
mon bras mutilé et rien à manger et à me geler les fesses toutes les nuits. J‘avais juste
espéré, tu sais, après que nous soyons enfuis depuis plusieurs semaines, que nous
aurions réalisé quelque chose.”
“Ron,” dit Hermione, dans un ton de voix si peu audible que Ron pouvait prétendre
ne pas avoir entendu surtout avec le bruit que faisait la pluie en tombant sur la tente.
“Je pensais que tu savais pourquoi tu étais venu,” dit Harry.
“Oui, je le pensais aussi.”
“Quelle partie de ça ne suit pas tes espérances?” demanda Harry. La haine venait à sa
défense maintenant. “Pensais tu que nous resterions dans des hôtels cinq étoiles?
Trouvant des Horcruxes chaque jour? Pensais tu que tu serais retourné chez ta mère
pour Noël?”
“Nous pensions que tu savais ce que tu faisais!” répliqua Ron, se levant, ses mots
blessant Harry comme des couteaux. “Nous pensions Dumbledore t‘avait dit quoi
faire, nous pensions que tu avais réellement un plan!”
“Ron!” dit Hermione, cette fois clairement audible au dessus du bruit des gouttes de
pluies tombant sur la tente,mais il l‘ignora encore.
“Bien, désolé de vous traiter si mal,” dit Harry, de sa voix calme même s’il se sentait
bouillonner, insatisfait. “J‘ai été clair avec vous dès le début. Je vous ai dis tout ce
que Dumbledore m‘avait dis. Et au cas où tu n‘aurais pas remarqué, nous avons
trouvé un Horcruxe—”
“Oui, et nous sommes pas prêt de nous débarrasser pendant que nous sommes là
entrain de chercher les autres—nulle part en d’autre termes.”
“Enlève le médaillon, Ron,” dit Hermione, d‘une exceptionnellement élevée. “S‘il te
plait pose le. Tu ne parlerais pas comme ça si tu ne l’avais pas porté toute la journée.”
“Si, il le ferait,” dis Harry, qui ne voulait pas donner de prétexte à Ron. “Penses tu
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
que je n‘avais pas remarqué que vous deux vous conspiriez contre moi derrière mon
dos? Penses tu que je n‘avais jamais supposé que tu agissais comme ça?
“Harry, nous n‘étions pas—”
“Ne mens pas!” lui hurla Ron. “Tu l‘as dis aussi, tu as dit que tu étais déçue, tu disais
que tu pensais qu’il avait un peu plus d’idées sur ce qu’on faisait—”
“Je n‘ai pas dit ça comme ça—Harry, je ne l‘ai pas fait!” pleura t‘elle.
La pluie martelait la tente, les larmes coulaient sur les joues d‘Hermione, et
l’excitation des quelques minutes précédentes comme si elle n‘avait jamais eu lieu, un
feu d’artifice de courte durée qui se dispersait et mourait, laissant tout sombre,
humide, et froid. L’épée de Gryffondor était cachée ils ne savaient où, et il y avait
trois adolescents dans une tente avec la seule envie de ne pas, encore, mourir.
“Alors pourquoi es tu encore ici?” demanda Harry à Ron.
“On me recherche,” dit Ron.
“Rentre chez toi alors,” ajouta Harry.
“Ouais, peut être que je devrais!” répliqua Ron, et il s‘avança de quelques pas vers
Harry, qui ne reculait pas. “N‘avez-vous pas entendu ce qu‘ils ont dit à propos de ma
soeur? Mais vous en vous souciez même pas, le fais tu, c‘est seulement la forêt
interdite,
Harry répliqua “J‘avais seulement dit qu‘elle était avec les autres, ils étaient avec
Hagrid”
“Ouai, c‘est bien ça, tu t‘en fou! Et à propos du reste de ma famille, ‘Les Weasley
n’ont pas besoin d’un autre enfant blessé,’ as-tu entendu ça?” “Ouai, j‘ai—”
-Mais, ne te tracasse surtout pas à chercher ce que cela signifie
- Ron ! dit Hermione, s'imposant entre eux. Je ne pense pas que cela signifie que
quelque chose de nouveau s'est produit, quelque chose que nous ignorons. Je pense,
Ron, que Bill étant déjà marqué, beaucoup ayant vu que Georges avait perdu une
oreille, et toi étant supposé être sur ton lit de mort à cause d'une Eclabouille (nom de
la maladie, je suis sûre que c'est tout cela qu'il voulait dire.
- Oh, tu en es sûre, n'est-ce pas ? Bien alors, je ne m'inquièterais pas pour eux. Tout
va bien pour vous deux, n'est-ce pas, vos parents sont en sécurité en - Mes parents sont morts ! beugla Harry
- Et les miens vont l'être de la même manière ! hurla Ron
- Alors PARS ! dit Harry. Retourne vers eux, prétextant le fait que tu n'aies plus
d'Eclabouille, et ta Mère pourra te nourrir et Ron fit un mouvement soudain : Harry réagit, mais avant que chacun ne puisse sortir
sa baguette de sa propre poche, Hermione leva la sienne
- Protégo ! cria-t-elle, et un bouclier invisible s'étendit entre elle et Harry d'un côté, et
Ron de l'autre. Tous furent forcés de reculer un peu sous la force du sortilège, et
Harry et Ron lancèrent un regard furieux de chaque côté, se voyant clairement pour la
1ère fois.
Harry ressentit une corrosive haine envers Ron : quelque chose s'était cassé entre eux
- Quitte l'Horcruxe ! dit Harry
Ron arracha la chaîne autour de sa tête et lança le médaillon sur une chaise à
proximité. Il se tourna vers Hermione
- Que vas-tu faire ?
- Que veux-tu dire ?
- Tu restes ici ou quoi ?
- Je ..., elle paraissait angoissée, Oui, je reste. Ron, nous avons dit que nous irions
avec Harry, nous avons dit que nous l'aiderions - J'ai saisi. Tu le choisis.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Ron ... non, s'il te plait, non, reviens ! Reviens !
Elle était gênée par son propose charme, le temps qu'elle le retira, il avait déjà disparu
dans la nuit. Harry restait là, toujours silencieux, écoutant les sanglots d'Hermione
appelant le nom de Ron à travers les arbres.
Après quelques minutes elle se retourna, ses cheveux trempés couvrant sa tête
- Il est p-p-parti ! Il a transplané !
Elle se jeta sur une chaise, s'enroula et commença à pleurer.
Harry était sidéré. Il s'arrêta, prit l'Horcruxe et le mit autour de son cou. Il traîna les
couvertures de la couchette de Ron et les jeta sur celle d'Hermione. Ensuite, il monta
sur son lit et fixa la toile noire, écoutant les battements de la pluie.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
13
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1166
Quand Harry se réveilla le jour suivant il lui fallu plusieurs secondes avant qu’il se
rappelle ce qui s'était passé. Alors il espérait, naïvement, que cela n’était qu’un rêve,
que Ron était toujours là et jamais parti. Pourtant en tournant sa tête sur son oreiller il
pouvait voir le lit de Ron, abandonné. C'était comme un corps mort qu’Harry semblait
dessiner avec ses yeux à sa manière.
Harry sortit de son lit, continuant à éviter le lit de Ron. Hermione, qui était déjà
occupée dans la cuisine, ne souhaita pas un bonjour à Harry, et tourna son visage
rapidement dans une autre direction pendant qu'il passait.
Il est parti. Harry se parlait à lui même. Il est parti. Il continuait à penser à ça pendant
qu'il se lavait et qu’il s'habillait, comme si la pertinence devait estomper le choc reçu.
Il est parti et il ne reviendra pas. Et c'était la seule vérité. Harry savait, que leurs
sortilèges de protection signifiaient qu'il serait impossible pour Ron de les trouvait
une foi qu’ils auraient quitté l’endroit.
Lui et Hermione prenaient le petit déjeuner en silence. Les yeux d’Hermione étaient
gonflés et rouges ; elle semblait ne pas avoir dormi.
Ils rangèrent leurs affaires, Hermione prenait son temps. Harry savait pourquoi elle
voulait traîner sur la rive ; il remarqua plusieurs fois qu’elle levait rapidement les
yeux et il était sûr qu'elle se trompait en pensant qu'elle entendait des pas à travers la
forte pluie, mais aucun visage au cheveux roux apparaissait entre les arbres. Harry
l'imitait chaque fois, il regardait autour (il ne pouvait s’aider qu’en espérant un peu) et
ne voyait rien à part une forêt balayée par la pluie, une autre petite part de fureur
éclata en lui. Il pouvait entendre Ron dire, « nous pensions que tu savais ce que tu
faisais ! », il reprit l’empaquetage avec un noeud dans le creux de son estomac.
Le fleuve boueux près d'eux s'élevait rapidement et se renverseraient bientot sur leur
ribe. Ils s’étaient attardés une bonne heure après qu'ils soient habituellement partis de
leur campement. Enfin après avoir refait leurs sacs trois fois, Hermione semblait
incapable de trouver plus de raisons de s'attarder. Elle et Harry se tinrent les mains et
transplanèrent, puis ré-appparurent sur un flanc de coteau couvert de bruyère et
balayé par le vent. A l'instant où ils arrivèrent, Hermione lâcha la main de Harry et
s'éloigna de lui pour finalement s'asseoir sur une grande roche, sa tête sur ses genoux,
secouée par ce qui semblait être des sanglots. Il la regarda, supposant qu'il devait aller
la réconforter, mais quelque chose le maintenu enraciné à cette endroit. Tout à
l'intérieur de lui semblait froid et dur. Il revu à nouveau l'expression méprisante sur le
visage de Ron. Harry progressa dans la bruyère, marchant dans un grand cercle avec
une Hermione éperdue en son centre, jetant le sort qu'elle exécuté habituellement pour
leur protection. Ils ne discutèrent pas de Ron dans les jours à venir. Harry était
déterminé à ne plus jamais prononcer son nom et Hermione semblait savoir qu'il était
inutile de forcer l'issue, bien que parfois la nuit quand elle pensait qu'il dormait, il
pouvait l'entendre pleurer. En attendant, Harry avait commencé à mettre en évidence
la Carte du Maraudeur et à l'examiner à la lumière de sa baguette.
Il attendait le moment où Ron réapparaîtrait dans les couloirs de Poudlard, prouvant
qu'il était retourné au confortable château, protégé par son statut de Sang Pur.
Cependant, Ron ne réapparu pas sur la carte et après un moment, Harry se trouva à
regarder fixement le nom de Ginny dans le dortoir des filles, se demandant si
l'intensité avec laquelle il fixait son nom pourrait interrompre son sommeil, de façon à
ce qu'elle sache qu'il pensait à elle, en espérant qu'elle soit d'accord. Chaque jour, ils
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
se dévouèrent à essayer de déterminer les positions possibles de l'Epée de Gryffondor,
mais plus ils parlaient de l'endroit où Dumbledore pouvait l'avoir caché, plus
désespérées et lointaines devenaient leurs spéculations. " Matraquant " sa cervelle
comme il pouvait, Harry ne parvint pas à se souvenir si Dumbledore avait déjà
mentionné un endroit dans lequel il aurait pu cacher quelque chose. Il y avait des
moments où il ne savait pas si il était plus faché avec Ron ou avec Dumbledore. Nous
pensions que tu savait ce que tu faisais ... Nous pensions que Dumbledore t'avait dit
ce qu’il fallait faire ... Nous pensions que tu avais un vrai plan ! Il ne pouvait pas se le
cacher à lui même : Ron avait raison. Dumbledore l'avait laissé avec pratiquement
rien. Ils avaient découvert un Horcruxe mais ils n'avaient eu aucun moyen de le
détruire. Les autres étaient aussi inaccessibles qu'ils n'avaient jamais été. Le désespoir
menaçait de l'engloutir. Il était stupéfait maintenant de penser à sa propre présomption
en acceptant les offres de ses amis de l'accompagner dans ce méandre, voyage
injustifié.
Il ne savait rien, il n'avait aucune idée, et il était constamment, péniblement en alerte
pour chaque indication qu’Hermione était sur le point de lui dire comme quoi elle en
avait assez. Qu'elle partait. Ils passaient beaucoup de soirées dans un grand silence et
Hermione commença à mettre en évidence le portrait de Phineas Nigellus et à le caller
dans une chaise, comme s’il pouvait remplir une partie du trou béant laissé par le
départ de Ron. En dépit de son affirmation précédente de ne jamais les visiter à
nouveau, Phineas Nigellus ne sembla pas capable de résister à la chance d'en savoir
plus sur si Harry serait à la hauteur et il consentit à réapparaître, les yeux bandés, tous
les quelques jours. Harry était même heureux de le voir parce que c'était une
compagnie , quoique sarcastique et avec de gentilles railleries. Ils ( Harry et
Hermione ) auraient aimé n'importe quelle nouvelle sur ce qui se passait à Poudlard,
bien que Phineas Nigellus n'était pas l'informateur idéal.
Il vénérait Severus Rogue, le premier directeur de Serpentard depuis qu'il avait lui
même contrôlé l'école et ils durent faire attention à ne pas critiquer ou ne pas poser de
questions impertinentes sur Rogue, ou Phineas Nigellus quitterait immédiatement sa
peinture.
Cependant, il laissait tomber certains bribes. Rogue semblait faire face incessamment
à une révolte de bas niveau provenant d'étudiants inconditionnels. Ginny avait été
interdite d'aller à Pré Au Lard. Rogue avait réinstauré le vieux décret d'Ombrage qui
interdisait les réunions "menaçantes" de trois étudiants ou plus, ou toute société
officieuse d'étudiants. De toutes ces choses, Harry déduit que Ginny, et probablement
Neville et Luna avec elle, faisait sûrement de leur mieux pour continuer l'Armée de
Dumbledore. Les nouvelles limitées incitèrent Harry à vouloir voir Ginny " et la
sensation fut tellement mauvaise " qu'il eut mal au ventre, mais elles l'incitèrent à
penser à Ron encore, et à Dumbledore, et à Poudlard aussi, qui lui manquait presque
autant que son ex- petite amie. En revanche, Phineas Nigellus parla à propos de la
dépression (crackage ?) de Rogue. Harry expérimenta une courte seconde de folie
quand il imagina retourner à l'école pour rejoindre le régime de déstabilisation de
Rogue.
Etre nourrit et prendre un bon bain, et d'autres personnes étant responsables ( ?),
semblait la perspective la plus merveilleuse au monde en ce moment. Mais il se
souvint ensuite qu'il était l'Indesirable N°1, qu'il avait une prime de 10 000 gallions
sur sa tête et que marcher dans Poudlard de nos jours était aussi dangereux que de
marcher dans le Ministère de la Magie. En effet, Phineas Nigellus s'appuya par
inadvertance sur ce fait, mon ( " erreur " ou " glissement " je ne voit pas ) dans de
grandes questions à propos d’Harry et du lieu de séjour. Hermione le poussa en
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
arrière à l'intérieur du sac chaque fois qu'il faisait cela, et Phineas Nigellus refusa
intarissablement (refusa net) de ré-apparaitre quelques jours après ces au revoirs
informels. Le temps devenait de plus en plus froid. Ils n'osèrent pas rester dans le
secteur plus longtemps, ils préférèrent mieux rester dans le sud de l'Angleterre, où le
gel dur au sol était le plus mauvais de leurs soucis. Ils continuèrent à serpenter à
travers le pays, bravant une montagne, où le verglas martela leur tente; un marais
large et plat où la tente fut inondée par de l'eau froide, et une petite île au milieu d'un
lac Ecossais où la neige enterrait la moitié de la tente dans la nuit. Ils avaient déjà
repéré les Arbres de Noël qui scintillaient à plusieurs fenêtres de salon avant qu’il
arriva un événement quand Harry résolu de faire une suggestion encore, ce qui lui
semblait la seul voie encore inconnue à explorer. Ils avaient juste mangé un repas
exceptionnellement bon : Hermione avait été au supermarché sous la Cape
d'Invisibilité ( laissant tomber scrupuleusement l'argent à une caisse ouverte qu'elle
venait de quitter ) et Harry pensa qu'elle pourrait moins culpabiliser avec un estomac
plein de spaghetti bolognaises et des petites poires.
Il avait également eu la prévoyance de proposer qu'ils prennent une pause de quelques
heures pour porter l’horcruxe, qui était accroché au-dessus de l'extrémité de la
couchette près de lui.
"Hermione?"
"Hmm?"Elle était courbée dans un des fauteuils avec Les Contes De Beedle Le
Barde. Il ne pouvait pas imaginer qu’elle ne puisse plus décrocher du livre, qui n’était
pas, après tout, très long, mais évidemment, elle était toujours en train de déchiffrer
décrypter quelque chose dedans, parce que le syllabaire de Spellman était ouvert sur
l’accoudoir du fauteuil.
Harry racla sa gorge. Il se senti exactement comme il l’avait été à l’occasion,
plusieurs années auparavant, quand il avait demandé au Professeur McGonagall s’il
pouvait aller au Pré-Au-Lard, malgré le fait qu’il n’avait pas persuadé les Dursleys
pour signer sa permission de sortie.
"Hermione, j’était en train de penser, et-"
"Harry, peux-tu m’aider avec quelque chose ?"
Apparemment, elle ne l’avait pas écouté. Elle se pencha en avant et tendir Les Contes
De Beedle Le Barde.
"Regarde ce symbole,"dit-elle, pointant le haut de la page. Au-dessus de ce qu’Harry
croyait être le titre d’une petite » (ne pouvant pas lire les runes, il ne pouvait pas être
sûr), il y avait une image de ce qui ressemblait à un oeil triangulaire, sa pupille
croisée avec une ligne verticale.
"Je n’ai jamais appris les runes antiques, Hermione."
"Je sais ça; mais ce n’est pas une rune et il n’est pas dans le syllabaire , non plus. Tout
le temps j’ai pensé que c’était une image d’un oeil, mais je ne pense pas que ce soit
ça! Il est encré dedans, regarde, quelque un l’a dessiné, ce n’est pas vraiment une
partie du livre. Réfléchi, l’as-tu déjà vu avant ?"
"Non…Non, attends un peu."Harry regarda plus près. N’était-ce pas le même
symbole que le père de Luna portait autour de son cou ?"
"Bien, c’était aussi ce que je pensais!"
"C’est la marque de Grindelwald."
Elle le regarda fixement, la bouche ouverte.
"Quoi?"
"Krum m’a dit…"
Il raconta l’histoire que Viktor Krum lui avait raconté au mariage. Hermione sembla
étonnée.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"La marque de Grindelwald?"
Elle regarda d’abord Harry et ensuite le symbole et recommença."Je n’avais jamais
entendu que Grindelwald avait une Marque. Aucun des livres que j’ai lu à propos de
lui ne le mentionnaient."
"Bien, comme je l’ai dit, Krum m’a raconté que le symbole a été découpé sur un mur,
et Grindelwald l’a mis là
Elle (re)tomba dans le vieux fauteuil, fronçant les sourcils.
"C’est vraiment bizarre. Si c’est un symbole de magie noire, que fait-il dans un livre
de conte pour enfant ?"
"Ouais, c’est étrange," dit Harry. "Et tu as pensé que Scrimgeour l’avait reconnu. Il
était Ministre, il a du être expert en magie noire."
"Je sais….Peut-être qu’il a pensé que c’était juste un oeil, comme moi. Toutes les
autres histoires ont de petites images au-dessus des titres."
Elle ne parla pas, mais continua à étudier au-dessus de l’étrange marque. Harry essaya
encore.
"Hermione?"
"Hmm?"
"J’étais en train de réfléchir. Je-Je voudrais aller à Godric’s Hollow."
Elle leva les yeux vers lui, mais ses yeux n’étaient pas focalisés, et il était sûr qu’elle
pensait toujours la mystérieuse marque sur le livre.
"Oui,"dit-elle. "Oui, je me demandais ça aussi. Je pense vraiment qu’on devrait le
faire."
"M’as-tu vraiment écouté?" demanda-t-il.
"Bien sûr que oui. Tu veux aller à Godric’s Hollow. Je suis d’accord. Je pense qu’on
devrait. Je veux dire, je ne peux pas penser à un autre endroit où elle pourrait être. Ça
sera dangereux, mais plus j’y pense, plus ça semble probable qu’elle soit là."
"Qui sera là »?" demanda Harry.
Après, elle regarda juste comment il se sentit déconcerté.
"Eh bien, l’épée, Harry! Dumbledore doit avoir su que tu avais voulu retourner là-bas,
je veux dire, Godric’s Hollow est le lieu de naissance de Godric Gryffondor-"
"Vraiment? Gryffondor vient de Godric’s Hollow ?"
"Harry, n’as-tu jamais ouvert l’Histoire De La Magie ?"
« Euh, » dit-il, souriant pour ce qui lui paraissait être la première fois depuis des
mois: Les muscles de son visage lui semblaient curieusement raides. « Je l’ai p’t’être
ouvert, tu sais, quand je l’ai acheté, . . . juste cette fois . . . . »
« Bien, comme le village tire son nom de lui,j'aurais pensé tu aurais pu faire le
rapprochement, » dit Hermione. Elle ressemblait beaucoup plus à l’ancienne
Hermione que celle qu’elle avait été ces derniers jours ; La moitié d’Harry s'était
attendue à ce qu'elle annonce qu'elle n'était pas en contact avec une bibliothèque. «
L’Histoire de la magie » traite un peu du sujet de ce village. . . »
Elle ouvrit le sac perlé et fouilla pendant un moment, finalement en extrayant son
exemplaire de leur vieux manuel d'école, » L’histoire de la magie » par Bathilda
Bagshot, qu'elle feuilleta maladroitement jusqu'à trouver la page qu'elle cherchait.
« ' Sur la signature du Statut International du secret en 1689, les sorciers ont
commencé à se cacher pour de bon. Il était normal, peut-être, qu’ils forment leurs
propres petites communautés au sein d'une communauté. Beaucoup de petits villages
et hameaux ont attiré plusieurs familles magiques, qui se sont regroupé pour l'appui et
la protection mutuels. Les villages de Tinworsh en Cornouaille, de Upper Flagley
dans le Yorkshire, et d'Ottery St Catchpole sur la côte du sud de l'Angleterre étaient
les maisons éminentes pour les noeuds de familles de Sorciers qui vécurent tout à côté
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
de tolérant et parfois de Confus (a comprendre du a un sort de confusion) Moldus. Le
plus célèbre de ces lieux de résidences à moitié magique est, peut-être, Godric’s
Hollow, le village à l’Ouest du pays où le grand sorcier Godric Gryffondor est né, et
où Bowman Wright, forgeron en Magie, forgea le premier Vif-d’or. Le cimetière est
rempli des noms des anciennes familles magiques, et ceci explique, sans aucun doute,
les histoires de fantômes qui ont été tenaces à la petite église pendant plusieurs
siècles.'
« Toi et tes parents n'êtes pas mentionné. » dit Hermione, fermant le livre, « parce que
professeur Bagshot ne couvre rien de plus postérieur à la fin du dix-neuvième siècle.
Mais tu vois ? Godric’s Hallow, Godric Gryffindor, l'épée de Gryffondor ; tu ne
penses pas Dumbledore se serait attendu a ce que tu fasses le rapport ? »
« Ah ouais. . . »
Harry ne voulu pas admettre qu'il n'avait pas pensé à l'épée du tout quand il avait
suggéré d’aller a Godric’s Hollow. Pour lui, pour lui, l’intérêt de ce village résidait
dans les tombes dans ses parents, la maison où il avait de peu échappé à la mort, et en
la personne de Bathilda Bagshot.
« Rappelles toi de ce que Muriel a dit ? » demanda-t-il finalement.
« Qui ? »
« Tu sais, » hésita-t-il. Il ne voulait pas prononcer le nom de Ron. La « grand-tante de
Ginny. Au mariage. Celle qui a dit que tu avais des chevilles maigres. »
« Oh, » dit Hermione. C'était un moment délicat : Harry savait qu'elle avait senti le
nom de Ron en perspective. Il se précipita d’ajouter :
« Elle a dit que Bathilda Bagshot vivait toujours à Godric’s Hallow. »
« Bathilda Bagshot, » murmura Hermione, son index courant au-dessus du nom en
relief de Bathilda sur la couverture de L’histoire de la magie. « Bien, je suppose - «
Elle soupira tellement dramatiquement que les entrailles de Harry se retournèrent ; il
attrapa sa baguette, regardant vers l'entrée, à demi certain de voir une main se frayer
un chemin a travers le rabat de l’entrée, mais rien ne s’y trouvait.
« Quoi ? » dit-il, moitié fâché, moitié soulagée. Pourquoi ta fait ça ? J'ai pensé que
t’avais vu un mangemort ouvrir la tente, au moins … «
« Harry, est si c’était Batilda qui avait l’épée ? Si Dumbledore la lui avait confié a
elle ? »
Harry considéra cette possibilité. Bathilda serait une femme extrêmement vieille à ce
jour, et selon Muriel, elle était « gaga. » Était-il probable que Dumbledore ait caché
l'épée de Gryffondor chez elle ? Si oui, Harry estima que Dumbledore avait beaucoup
misé sur la chance : Dumbledore n'avait jamais révélé qu'il avait remplacé l'épée par
une imitation, ni mentionné une si forte amitié avec Bathilda. A ce moment précis,
cependant, il n’était par l’heure d’émettre des doutes sur la théorie d’ Hermione, pas
quand elle voulait étonnement aller dans le sens du désir le plus cher d’Harry.
« Ouais, il pourrait l’avoir fait ! Alors, allons nous a Godric’s Hollow ? »
« Oui, mais nous devrons prendre attentivement tous les aspects en compte, Harry. »
Elle se redressa à présent, et Harry pouvait dire que la perspective d’avoir encore un
plan remonta son humeur autant que la sienne. « Nous devrons nous exercer à
transplaner ensemble sous la cape d'invisibilité pour commencer, et peut-être les
Charmes de Désillusion seraient-ils raisonnables aussi, à moins que tu ne penses que
nous devrions faire le maximum et utiliser du Polynectar ? Dans ce cas nous devrons
récupérer des cheveux de quelqu'un. En fait, Je pense que nous devrions faire ça,
Harry, le plus chargé de nos déguisements sera le meilleur. . . . »
Harry la laissa parler, secouant la tête et approuvant toutes les fois qu'il y avait une
pause, mais son esprit avait quitté la conversation. Pour la première fois depuis
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
puisqu'il avait découvert que l'épée à Gringotts était une imitation, il se sentit excité.
Il était sur le point de rentrer chez lui, sur le point de retourner à l'endroit où il avait
eu une famille. C'était a Godric's Hollow que, sans Voldemort, il aurait grandi et
aurait passé chacune de ses vacances scolaires. Là ou il aurait pu inviter des amis à la
maison. . . . Où il aurait même pu avoir des frères et soeurs. . . C'aurait été sa mère qui
aurait fait son dix-septième gâteau d'anniversaire. La vie qu’il avait perdue lui
semblait plus que jamais et difficilement tant réelle qu’a ce moment, ou il était sur le
point de voir le lieu qu’on lui avait prit. Après qu’Hermione soit allée au lit cette nuitla,
Harry sortit (verbe extraire n’exista pas au passé simple) rapidement son sac à dos
depuis le sac perlé d’ Hermione, et depuis l'intérieur de celui-ci, l'album photo que
Hagrid lui avait donné il y a bien longtemps. Pour la première fois depuis plusieurs
mois, il regarda attentivement les vieilles photographies de ses parents, souriant et
s’agitant vers lui depuis les images, qui étaient toutes telles qu’ils les avaient laissées
à présent.
Harry se serait volontiers installé à Godric’s Hollow le jour suivant, mais Hermione
avait d'autres idées. Convaincue comme elle était que Voldemort s'attendrait à ce que
Harry revienne vers la scène du décès de ses parents, elle était déterminée à ce qu'ils
ne s’installent seulement après qu'ils se soient assurés qu'ils avaient les meilleurs
déguisements possibles. Ce fut donc une entière semaine plus tard - une fois qu'ils
eurent sournoisement pris des cheveux de Moldus innocents qui faisaient leurs achats
de Noël, et se furent entraîné à transplaner tandis qu’ils étaient ensemble sous la cape
d'invisibilité que Hermione accepta de faire le voyage.
Ils avaient transplané au village dans l’obscurité, il était tard dans l’après midi
lorsqu’ils avalérent finalement le Polynectar, Harry se transformant en chauve, un
Moldu agé d’environ quarante ans, Hermione était sa petite et plutôt timide épouse.
Le sac perlé contenant toutes leurs affaires (à part l’Horcruxe, qu’Harry portait autour
de son cou) étaient entreposées dans une poche intérieure du manteau boutonné vers
le haut d’Hermione. Harry abaissa la cape d’invisibilité sur eux, puis ils se
transformèrent de nouveau dans l’obscurité suffocante.
Les battements de coeur dans sa gorge, Harry ouvrit ses yeux. Ils se tenaient la main
dans une ruelle neigeuse sous un ciel bleu foncé, lequel laissait déjà miroiter
faiblement la première étoile de la nuit. Les maisons se tenaient de chaque côté de la
route étroite, des décorations de Noël clignotant dans leurs fenêtres. Un chemin court
devant eux, la lueur des éclairages dorés indiquaient le centre du village.
"Toute cette neige!"Hermione chuchota sous la cape."Pourquoi n’avons-nous pas
pensé à la neige? Après toutes nos précautions, nous laisserons des traces! Nous
devrons simplement nous débarrasser d’elles – tu entres d’abord, je le ferai -"
Harry ne voulais pas entrer dans le village comme un cheval de Troie ( cheval de quoi
d’autre ?), essayant de se maintenir caché pendant que la magie recouvraient leur
traces.
ils enlevèrent leur manteau sous leur veste et ils se dirigèrent dans une route bondée,
l'air glacial piquait leur visage pendant qu'ils longèrent des petites maisons :
n’importe qui d’entres eux avaient peut être vécu avec James et Lily par le passé, où
Bathilda vivait maintenant.
Harry regardait fixement les portes avant, leurs toits enneigés et leurs porches, se
demandant si c’était possible qu’il se souvienne de n'importe quelle maison, sachant
très bien au plus profond de lui-même que c’était impossible, il était trop petit quand
il avait quitté cet endroit pour toujours .
Il n'était même pas sûr d’être capable de voir les maisons dans leur totalité ; il ne su
pas ce qui s'était produit quand les sujets du charme de Fidelius étaient morts.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Puis, ils longèrent une petite ruelle qui tournait à gauche et les menèrent au coeur du
village où se trouvait une petite place.
Enguirlandé tout autour avec des lumières colorées, se trouvait au milieu ce qui
ressemblait à un monument commémoratif, en partie obscurcie par les sapins de noël.
Il y avait plusieurs magasins, une poste, un Pub et une petite église dont les vitres
étaient teintées scintillaient à travers la place.
La neige ici était devenue épaisse: elle était dure et glissante où les gens avaient
marché dessus toute la journée. Les villageois s'entrecroisaient devant eux, leurs
figures brièvement illuminées par des réverbères.
Ils entendirent du bruit: de la musique avec des rires, pendant que la porte du pub
s’ouvrait et se refermait; puis, il entendirent une hymne de louange commencer a
l’intérieur de la petite église.
« Harry, je pense que c'est un réveillon de Noël » dit Hermione.
« un réveillon ? »
Il ne savait plus quel jour on était; ils n'avaient pas vu un journal depuis des semaines.
« J‘en suis sur » indiqua Hermione.
elle leva les yeux sur l'église ?
ils… ils seront ici, n’est ce pas ?
ta maman et ton papa ? je peux voir le cimetière derrière l’église.
Harry senti comme un tressaillement qui était au delà de l’excitation plus que de la
crainte. Maintenant il y était presque, il s'est demandé s'il voulait voir, après tous.
Peut-être Hermione savait comment il se sentait, parce qu'elle prit sa main pour la
première fois, le poussant à aller de l‘avant.
À mi-chemin à travers la place, cependant, elle s’arrêta complètement.
« Harry regarde! »
Elle pointa son doigt sur le mémorial.
Alors qu’ils l'avaient dépassé, il s’était transformé. A la place d'un obélisque couvert
de noms, il y avait la statue de trois personnes : un homme avec des cheveux en
bataille et des lunettes, une femme aux longs cheveux et au beau visage bienveillant,
et un bébé installé dans des bras de sa mère. La neige s’étendait sur leur tête, comme
un manteau cotonneux.
Harry se rapprocha, contemplant le visage de ses parents. Il n'avait jamais imaginé
qu'il y aurait une statue. . . .Il était tellement étrange de se voir lui-même représenté
dans la pierre, un bébé heureux sans cicatrice sur son front. . . .
« Viens, » dit Harry, quand il eut assez regardé, et ils retournèrent encore vers l'église.
Alors qu’ils traversaient la route, il jeta un coup d'oeil au-dessus de son épaule ; la
statue était redevenue le mémorial de guerre.
Le chant s'intensifia pendant qu'ils s’approchaient de l'église. Cela fit se resserrer la
gorge d’Harry, ça lui rappelait avec tellement de force Poudlard, Peeves beuglant des
versions grossières des chants de noël depuis l'intérieur des armures, les douze grands
sapins de Noël de la grande Salle, Dumbledore portant un bonnet qu'il avait gagné
dans une pochette surprise, Ron dans son pull tricoté à la main. . . .
Il y avait une porte d’embrassement (pour voir a koi ca ressemble c par ici
http://en.wikipedia.org/wiki/Image:TL0452_stile.jpg) à l'entrée au cimetière.
Hermione la poussa pour l’ouvrir aussi vite que possible et ils se glissèrent à travers.
De chaque côté du chemin glissant vers les portes de l’église, la neige s’étendait en
couche profonde et intacte. Ils commencèrent à avancer dans la neige, découpant de
profonds fossés derrière eux alors qu'ils marchaient autour du bâtiment, restant dans
l’ombre sous les fenêtres brillantes.
Derrière l'église, rangée sur rangée de pierres tombales enneigées dépassait une
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
couche d’un bleu pale qui se tachait de rouge, d'or, et de vert de briller partout où les
réflexions des vitres touchaient la neige. Gardant sa main étroitement fermée sur sa
baguette dans la poche de sa veste, Harry alla vers la tombe la plus proche.
« Regardes ça, c’est un Abbott, pourrait avoir un lointain lien avec Hannah ! »
«Baisse la voix, » le supplia Hermione.
Ils pataugèrent de plus en plus profondément dans le cimetière, creusant de sombres
chemins dans la neige derrière eux, se penchant pour regarder les mots sur de vieilles
pierres tombales, à chaque fois et jetant des coups d’oeil après à l'obscurité
environnante pour absolument s’assurer qu'ils n’étaient pas accompagnés.
« Harry, ici ! »
Hermione se trouvait deux rangées de pierres tombales plus loin ; il dû patauger de
nouveau vers elle, son coeur battant à tout rompre dans sa poitrine.
« Est-ce que c’est… ? »
« Non, mais regarde ! »
Elle pointa son doigt vers la pierre sombre. Harry se pencha et lu, sur le granit
congelé et envahit de mousse en certains endroits, les mots Kendra Dumbledore et,
une petite ligne en dessous indiquant sa date de naissance et de mort, et sa fille
Ariana. Il y avait également une citation :
Là où votre trésor se trouve, votre coeur y sera aussi.
Ainsi Rita Skeeter et Muriel avaient une partie de ce qu’elles disaient vrai. La famille
de Dumbledore avait en effet vécu ici, et une partie d’elle était morte ici.
Voir la tombe était pire que d’en entendre parler. Harry ne pouvait pas s’empêcher de
penser que lui et Dumbledore avait tous deux des racines profondes dans ce cimetière,
et que Dumbledore devait le lui avoir dit, qu’il n'avait jamais encore pensé a faire le
rapprochement. Ils auraient pu visiter l'endroit ensemble ; pendant un moment Harry
s’imagina venir ici avec Dumbledore, au lien qui se serait instauré, combien il aurait
signifié pour lui. Mais il semblait que pour Dumbledore, le fait que leurs familles
soient côte à côte dans le même cimetière ait été une coïncidence sans importance,
non pertinente, peut-être, le travail qu'il avait voulu que Harry fasse.
Hermione regardait Harry, et il était heureux que son visage fût caché dans l'ombre.
Il lu encore les mots sur la pierre tombale.
‘Là où votre trésor est, là votre coeur sera également.’
Il ne comprenait pas ce que ces mots signifiaient.
Sûrement que Dumbledore les avait choisis, en tant que membre le plus âgé de la
famille une fois que sa mère était morte.
Es-tu sûr qu’il ne te l’a jamais mentionné ? Hermione commença
« Non, indiqua Harry brusquement, puis, laisse moi regarder, et il se détourna, en
souhaitant qu’ il n'avait pas vu la pierre :il ne voulait pas, son agitation se transforma
en ressentiment .
« Ici » cria Hermione encore quelques moments plus tard, en dehors de l'obscurité. «
Oh, non, désolé ! Je pensais qu’il disait Potter » elle enleva la mousse de la pierre,
regardant fixement vers le bas lui, elle fronça ses sourcils
« Harry revient un moment. »
Il ne voulait pas être contraint de nouveau a faire demi-tour à contre coeur il revint
vers elle.
« Quoi ? »
« Regarde ça ! »
la tombe était extrêmement vieille, tellement salie par le temps de sorte que Harry ait
pu à peine voir le nom.
Hermione lui montra le symbole sous lui.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Harry, c’est la marque dans le livre ! »
Il scruta l'endroit qu'elle a indiqué : on a ainsi porté la pierre qu'il était difficile de voir
ce qui était gravé là, bien qu'il ait semblé y avoir une marque triangulaire sous le nom
presque illisible
« ouais… elle pourrait être… »
Hermione a allumé sa baguette magique et l'a dirigée sur le nom de la pierre tombale.
« Il indique Ig-Ignotus, je pense… »
« Je vais continuer à rechercher mes parents, ok ? dit Harry à Hermione,
un léger tressautement dans sa voix, ....et lui ont placé au loin encore, la laissant se
sont tapis près de la vieille tombe. Une lueur accompagne sa voix et il s’en alla à
nouveau, la laissant accroupie devant la vieille tombe.
De temps à autre il identifia un nom de famille qu’il avait parfois rencontré à
Poudlard. Il y avait plusieurs générations d'Abbott de la même famille de sorcier
représentée dans le cimetière :
Harry pouvait le dire pas rapport aux dates de mort, où les membres de la famille
s'étaient éloignés de Godric‘s Hallow.
Plus il s’enfonça parmi les tombes, et chaque fois qu'il a atteint une nouvelle pierre
tombale il senti une légère appréhension et anticipation.
L'obscurité et le silence semblérent devenir soudainement, beaucoup plus profonds.
Harry regarda autour, inquiété, pensant aux Détraqueurs, puis se rendit compte que
les caroles avaient fini, les pratiquants retournèrent sur la place. Quelqu'un à
l'intérieur de l'église avait juste éteint les lumières.
Alors la voix de Hermione sortit de la noirceur pour la troisième fois, pointue et claire
à quelques mètres de là.
« Harry, ils sont ici… bien ici »
Et il su par sa tonalité que c'était sa mère et son père qui se trouvaient là: Il eut un
pressentiment comme si quelque chose de lourd lui oppressé la poitrine, la même
sensation qu’il avait ressenti à la mort de Dumbledore, une peine se posa sur son
coeur et ses poumons .
La pierre tombale était seulement deux rangées derrière Kendra et Ariana.
Elle était faite de marbre blanc, comme le tombeau de Dumbledore, et ceci l'a rendu
facile à lire, comme si elle semblait briller dans l'obscurité.
Harry n’eu pas besoin de se mettre à genoux ou même s'approcher très étroitement à
lui pour faire voir apparaître les mots gravés sur la tombe.
James Potter, né le 27 mars 1960, 31 octobre 1981 mort.
Lily Potter, né le 30 janvier 1960, 31 octobre 1981 mort.
Le dernier ennemi qui sera détruit est la mort.
Harry lisait les mots lentement, comme s’il voulait avoir la chance de lire leurs
pensées, et il lut la fin à haute voix.
"Le dernier ennemi qui sera détruit est la mort’…"Une horrible pensée lui vint, avec
une sorte de panique. "N’est-ce pas l’idée d’un Mangemort ? Pourquoi est-ce là ?"
"Ca ne veut pas dire détruire la mort dans le sens à laquelle les Mangemorts pensent,
Harry," dit Hermione, avec sa douce voix. "Ca veut dire…tu sais…la vie au-delà de la
mort. La vie après la mort."
Mais ils n’étaient pas vivant, pensa Harry. Ils étaient partis. Les mots vides ne
pouvaient pas cacher le fait que les restes de ses parents tombant en poussière
reposaient sous la neige et la pierre, indifféremment, inconnus. Et les larmes
arrivèrent avant qu’il ne puisse les arrêter, bouillonnantes puis congelant
immédiatement sur son visage, et qu’est-ce que ça changerait s’il les essuyait ou les
ignorait ? Ils les laissa tomber, ses lèvres durement pincées, regardant vers le bas
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
l’épaisse couche de neige cachant à ses yeux l’endroit où les restes de Lily et James
reposaient, sûrement des os maintenant, ou de la poussière, ne sachant pas ou ne
s’inquiétant pas que leur fils vivant se tenait tout près, son coeur battant toujours,
vivant grâce à leur sacrifice, et souhaitant presque, à ce moment, qu’il dorme sous la
neige avec eux.
Hermione avait encore pris sa main et le serrait étroitement. Il ne pouvait pas la
regarder, mais lui renvoya la pression, respirant maintenant profondément des gorgées
tranchantes de l’air nocturne , essayant de continuer et de reprendre le contrôle. Il
devait avoir amené quelque chose à leur donner, et il n’avait pas pensé à ça, et chaque
plantes dans le cimetière étaient sans feuilles. Mais Hermione souleva sa baguette, la
déplaça dans l’air en cercle (en rond), et une guirlande de roses de noël fleurit devant
eux. Harry l’attrapa et l’étendit sur la tombe de ses parents.
Dès qu’il se leva, il voulut partir: Il ne pensait pas qu’il pourrait tenir encore plus ici.
Il mit son bras autour des bras d’Hermione, elle mis le sien autour de sa taille, il
tournèrent en silence et marchèrent à travers la neige, après la mère et la soeur de
Dumbledore, vers l’arrière de l’église sombre et la porte d’embrassement.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1177 :: LLEEE SSSEEECCCRRREEETTT DDDEEE B
BAAATTTHHHIIILLLDDDAAA
« Harry, arrête toi. » dit Hermione.
« Qu'est ce qui ne va pas? » dit Harry.
Ils venaient tout juste d'atteindre la tombe de l'Abbott inconnu.
« Il y a quelqu'un là. Quelqu'un qui nous observe. Je l’ai vu. Là bas, dans les buissons.
» Dit elle.
Ils se tenaient toujours entre eux, regardant fixement la haie noire et dense du
cimetière. Harry ne pouvait rien voir.
« Tu en es sure? » dit il.
« J'ai vu quelque chose se déplacer. Je peux te le jurer… » Dit elle en se mettant
derrière lui pour libérer son bras avec sa baguette magique.
« Nous ressemblons à des Moldus, précisa Harry. « Des Moldus qui venaient juste
poser des fleurs sur la tombe de leurs parents ?
« Harry, je suis sûr qu'il y a quelqu'un là-bas ! »
Harry pensa à L’Histoire de la Magie ; le cimetière était censé être hanté; n’est-ce
pas? Soudain venant d'autre part il entendit un bruissement et vit un petit remous qui
fit tombait la neige étant sur le buisson qu'Hermione avait indiqué. Les fantômes ne
peuvent pas déplacer de la neige.
« C'est un chat» dit Harry, après une ou deux secondes, « ou peut être un oiseau, si
c'était un Mangemort nous serions déjà mort. Mais nous devrions sortir d'ici, et nous
pourrons remettre la cape sur nous une fois dehors. »
Ils jetèrent un coup d'oeil derrière eux à plusieurs reprises pendant qu'ils avançaient
vers la sortie du cimetière. Harry, qui n'était pas beaucoup rassuré malgré qu'il ait
feint en rassurant Hermione, était heureux d'atteindre la sortie et de se retrouver sur
le trottoir. Ils remirent la cape d'invisibilité au-dessus d'eux. Le pub s'était beaucoup
plus rempli qu'à leur départ. Il y avait beaucoup de voix à l'intérieur, ils chantaient
maintenant l'hymne de louange qu'ils avaient entendu pendant qu'ils passaient à côté
de l'église. Pendant un instant, Harry avait envisagé de prendre refuge à l'intérieur de
celui-ci, mais avant qu'il n’ait dit quelques choses Hermione lui murmura, « partons
maintenant » et le tira en bas de la rue sombre menant hors du village dans la
direction opposée par laquelle ils étaient entrés. Harry pouvait voir dehors la fin de la
ruelle où les maisons étaient finies et la ruelle qui tournait vers la campagne après. Ils
marchaient aussi rapidement qu'ils le pouvaient, après être passé devant les fenêtres
miroitantes de lumières multicolores, où l’on pouvait voir les contours des arbres de
Noël foncés par les rideaux.
« Comment allons nous trouver la maison de Bathilda? » demanda Hermione, qui
tremblait encore et continuait à jeter un coup d'oeil derrière eux par-dessus son
épaule. « Harry? A quoi penses-tu? Harry? » Elle tira avec effort son bras, mais Harry
n'y prêtait aucune attention. Il regardait la masse obscure qui s’élevait à la fin de cette
rangée des maisons. Un instant après il accéléra, traînant Hermione avec lui, elle
glissa sur la glace.
« Harry »
« Regarde, Regarde ça…, Hermione… »
« Je ne… oh ! »
Il pouvait le voir ; le charme de Fidelitas devait avoir disparu depuis la mort de James
et Lily. La haie s'était développée au cours des seize ans depuis qu'Hagrid avait pris
Harry dans les dégâts qui s'étaient dispersés parmi l'herbe courte. La majeure partie de
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
la maison était toujours là, cependant elle était entièrement recouverte de lierres et de
neige, mais le côté droit du dernier étage avait été détruit et éjecté plus loin; Harry
était sûr, que ceci était dû à l'emploi d'un sort d'explosion. Lui et Hermione se tenaient
devant la porte, regardant fixement en hauteur l'état dans lequel se trouvait la maison
et de ce qui jadis, avait été une maison juste avant qu'on ne la détruise en partie.
« Je me demande pourquoi personne ne l'a jamais reconstruite ? » chuchota
Hermione.
« Peut être ne pouvaient ils pas la reconstruire? » répondit Harry. « Peut-être que les
dommages fait par la magie noire ne pouvaient pas être réparés! »
Il glissa une main hors de la cape d'invisibilité et saisit la poignée de la porte enneigée
et abondamment rouillée, ne souhaitant pas l'ouvrir, mais ainsi toucher une certaine
partie de la maison.
« Tu ne vas pas aller à l'intérieur ? dit Hermione. Elle semblait peu sûre, elle pourrait
-- oh, Harry, regarde ! »
Son contact avec la porte sembla l'avoir provoqué. Une plaque était sortie hors de la
terre devant eux, en hauteur par dessus le mélange d'orties et d'herbes, cela semblait
bizarre, le bois grandit rapidement, et avec des lettres d'or sur le bois il indiqua:
Dans cette maison, cette nuit du 31 octobre 1981,
Lily et James Potter ont perdu leurs vies.
Leur fils, Harry, reste le seul sorcier
à n’avoir jamais survécu au sortilège de la mort.
Cette maison, invisible aux Moldus, a été laissée
dans son état de ruine comme monument aux Potters
comme rappel de la violence qui a déchiré leur famille.
Et tout autour Harry vit d'une manière ordonnée marquée avec des lettres, avait été
griffonné et ajouté parmi d'autres sorcières et sorciers qui étaient venus pour voir
l'endroit où le garçon qui a survécu avait vécu. Certains avaient simplement signé
leurs noms en encre éternelle ; d'autres avaient découpé leurs initiales dans le bois,
encore d'autres avaient laissé des messages. Le plus récent de ces derniers, brillant
avait plus de valeur que seize ans de graffiti magique, toutes semblables les unes des
autres.
Bonne chance, Harry, partout où tu es.
Si tu lis ceci, Harry, sache que nous sommes tous derrière toi !
Longue vie à Harry Potter.
« Ils n’auraient pas du avoir écrit sur la plaque ! » dit Hermione, indignée.
Mais Harry rayonnait derrière elle.
« C'est brillant. Je suis heureux qu'ils aient fait. Je… »
Il s'interrompit. Une silhouette se fit entendre fortement en boitillant du haut de la
ruelle vers eux, passant sous les lumières lumineuses dans la place éloignée. Harry
pensait, bien qu'il ait été difficile de juger, que la personne était une femme. Elle se
déplaçait lentement, probablement effrayée de glisser sur le sol neigeux. Elle se
penchait, semblait en bon point, sa démarche brouillonne donnait une forte
impression d'être extrêmement âgée. Ils l'observaient dans le silence pendant qu'elle
approchait. Harry attendait pour voir si elle allait tourner vers l'une des maisons
qu'elle dépassait, mais il su instinctivement qu'elle n'allait pas tourner. Enfin elle fit
une halte à quelques mètres d'eux et se tenait simplement là au milieu de la route
gelée, leur faisant face.
Il n'avait pas besoin du pincement d'Hermione à son bras. Pour qu'il comprenne qu'il
n'y avait aucune chance que cette femme soit une Moldue : Elle se tenait là, regardant
fixement la maison qui devait être complètement invisible à elle, si elle n'était pas une
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sorcière. Supposant même qu'elle était une sorcière, son comportement était bizarre à
sortir par cette nuit froide, regardant simplement une vieille ruine.
Par toutes les règles de magie normale, elle ne pouvait pas voir ni Hermione et lui de
n'importe qu'elle façon. Néanmoins, Harry eu le sentiment très étrange qu'elle savait
qu'ils étaient là, et aussi qui ils étaient. Juste au moment où il tira cette conclusion
incommode, elle souleva une main enfilée dans des gants et les montra du doigt.
Hermione se rapprocha de lui sous la cape, son bras pressant le sien.
« Comment sait elle ? » dit elle.
Il secoua la tête. La femme les montrait du doigt encore, plus vigoureusement. Harry
pouvait penser à beaucoup de raisons de ne pas obéir à la sommation, mais ses
soupçons au sujet de son identité se développaient plus fort à chaque moment qu'ils
tenaient le revêtement dans la rue abandonnée.
Était-il possible qu'elle les ait attendus tous ces longs mois? Dumbledore lui avait
indiqué d'attendre, et qu'Harry viendrait à la fin? N'était-il pas probable que ce fût elle
qui s'était déplacée dans les ombres du cimetière et les avait suivi jusqu'ici? Même sa
capacité de les sentir suggérait une certaine puissance de Dumbledore qu'il n'avait
avant jamais rencontré.
Enfin Harry parla, entraînant Hermione haletante et surprise.
« Êtes-vous Bathilda ? » dit il.
La personne silencieuse inclina la tête et montra du doigt encore.
Sous la cape Harry et Hermione se regardèrent l'un l'autre. Harry haussa des sourcils;
Hermione donna un signe d'assentiment minuscule et nerveux.
Ils firent un pas vers la femme et, immédiatement, elle se retourna et boitilla de la
même manière qu'elle était venue. Les menant plus loin en passant devant plusieurs
maisons, puis elle tourna vers l'une d'elle jusqu'au portail d'entrée. Ils la suivirent
jusqu'au bout du chemin avant de passer par le jardin presque aussi envahi que celui
qu'ils venaient tout juste de quitter. Elle tâta ses clefs pendant un instant avec de
trouver la clef de l'entrée principale, puis l'ouvrit et fit un pas en avant puis s'écarta
pour les laisser passer.
Elle sentait mauvais, ou peut-être c'était sa maison ; Harry vu son nez ridé pendant
qu'ils entraient après elle et retiraient la cape d’invisibilité. Maintenant qu'il était près
d'elle, il se rendit compte à quel point elle était minuscule; courbée à cause de son
vieil age, elle lui arrivait à peine au niveau de la poitrine. Elle ferma la porte derrière
eux, ses articulations bleues et chinées contre la peinture écaillée, puis scruta le
visage d'Harry. Elle avait des yeux impressionnants avec de la cataracte et submergée
dans des plis de peau transparente, son visage entier était pointillé de veines et de
taches. Il se demanda ce qu'elle pouvait faire dehors; même si elle pouvait, c'était la
Moldu soi-disant chauve qu'il avait vu voler.
L'odeur de la vieillesse, de la poussière, des vêtements non lavés et de la nourriture
éventée en tant que sous un châle noir mité, indiquait une tête avec des cheveux
blancs très clairement limités (pas bcp de cheveux).
« Bathilda? » répéta Harry.
Elle inclina la tête à nouveau. Harry se rendu compte du loquet contre sa peau; la
chose à l'intérieur d'elle qui faisait parfois tic tac ou le battement s'était réveillé ; il
pouvait la sentir palpiter par l'or froid.
A-t-il su, pouvait-il le sentir, que la chose qu'il détruirait était si près? Bathilda passa
entre eux, poussant Hermione de côté comme si elle ne l'avait pas vue, et disparu dans
ce qui semblait être un salon.
« Harry, je ne suis pas sûre d'elle à son sujet. » dit Hermione en respirant.
« Regarde sa taille, je pense que nous pourrions la maîtriser si nous devions. » dit
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Harry. « Écoute, je devrais t'avoir dit, que j'ai su qu'elle n'était pas toute à fait elle
même. Muriel l'appelait « gaga. » avoua t il.
« Venez ! » appela Bathilda depuis la salle qui semblait être le salon.
Hermione sursauta et saisi le bras d'Harry.
« Elle est correcte » dit Harry, et il la mena de manière à entrer dans le salon.
Bathilda chancelait autour des bougies qui éclairaient l'endroit, mais c'était toujours
très obscur, sans compter que c'était extrêmement sale. La poussière épaisse craquait
sous leurs pieds, et le nez d'Harry détecta, sous l'odeur humide et moisie, quelque
chose de plus mauvais, comme de la viande pourrie. Il se demanda à quand remontait
la dernière fois où n'importe qui avait été dans la maison de Bathilda pour vérifier si
elle était encore là. Elle semblait avoir oublié qu'elle pouvait faire la magie, aussi,
pour elle alluma les bougies maladroitement avec sa main, sa manchette frôlait le
danger constant du feu contagieux.
« Laissez moi faire cela » dit Harry, et il a pris les allumettes. Elle se tenait
l'observant pendant qu'il finissait d'allumer les moignons de bougie qui se tenaient sur
des soucoupes autour de la salle, perchées en hauteur périlleuse sur des piles de livres
et sur les tables latérales remplies de tasses craquelées et moisies. La dernière surface
sur laquelle Harry repéra une bougie était un meuble cintré sur lesquels se trouvait un
grand nombre de photographies. Quand la flamme dansa de vie, sa réflexion hésita
sur les verres en argent poussiéreux. Il vit quelques mouvements minuscules des
images. Pendant que Bathilda tâtait avec des notations pour faire du feu, il murmura
« Tergeo » :
La poussière disparu des photographies, et il vit immédiatement qu'une demidouzaine
était absente des plus grandes avec des armatures très fleuries. Il se
demanda si Bathilda ou quelqu'un d'autre les avait enlevées. Alors la vue d'une
photographie à la fin de la collection attira son attention, et il l'a saisi dans ses mains.
C'était le voleur aux cheveux d'ors et joyeux qui était dessus, le jeune homme qui
avait été affiché sur les fenêtres de Gregorovitch, souriant paresseusement à Harry
depuis l'armature argentée.
Et Harry se souvenu immédiatement où il avait vu ce garçon avant : dans La vie et les
mensonges d'Albus Dumbledore, bras dessus dessous avec Dumbledore adolescent, et
celle ci devaient être toutes les photographies absentes: Qui était dans le livre de Rita
Skeeter.
« Mme -- Mlle -- Bagshot ? » dit il, et sa voix trembla légèrement.
« Qui est ce? » dit il.
Bathilda se tenait au milieu du salon observant dans la lumière Hermione et le feu
devant elle.
« Mlle Bagshot ? Répéta Harry, et il avança avec l'image dans ses mains pendant que
les flammes pétillaient dans la cheminée. Bathilda regardait en hauteur et le battement
de l'Horcruxe était plus rapide sur sa poitrine.
« Qui est cette personne ? » lui demanda Harry, lui donnant l'image sous les yeux.
Elle la scruta solennellement, puis leva la tête vers Harry.
« Vous savez qui c'est ? » répéta t il d'une voix beaucoup plus lente et plus forte que
d'habitude. « Cet homme ? Le connaissez-vous ? Comment s'appelle t il? »
Bathilda semblait simplement vague. Harry senti un anéantissement terrible.
Comment Rita Skeeter avait réussi à débloquer la mémoire de Bathilda ? « Qui était
cet homme ? » répéta t il plus fort.
« Harry, pourquoi agis tu comme cela? » demanda Hermione.
« Cette image. Hermione, c'est le voleur, le voleur qui a volé Gregorovitch ! Je vous
en prie ! » Dit il à Bathilda. « Qui est ce? »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Mais elle le regarda fixement sans rien dire.
« Pourquoi vous nous avez demandés de venir avec vous, Mme - le Mlle -- Bagshot ?
» demanda Hermione, élevant sa propre voix. « Y avait il quelque chose que vous
vouliez nous dire ? »
Ne donnant aucun signe qu'elle avait entendu Hermione, Bathilda s'approcha
maintenant d’Harry.
Avec une petite secousse de la tête elle regarda de nouveau dans le hall.
« Vous voulez que nous partions ? » Demanda t il. Elle répéta le geste, cette fois se
dirigeant premièrement à lui, puis à elle même, puis au plafond.
« Oh, d'accord… dit il à Hermione, je pense qu'elle veut que j'aille en haut avec elle. »
« Bien, » dit Hermione, « partons. »
Mais quand Hermione se déplaça, Bathilda secoua sa tête avec une vigueur étonnante,
une fois de plus indiquant d'abord à Harry, puis elle-même.
« Elle veut que j'aille avec elle, tout seul. » dit il.
« Pourquoi ? » demanda Hermione, et sa voix sonna dehors pointu et clair dans la
salle illuminée par des bougies, la vieille dame secoua sa tête avec force.
« Peut-être Dumbledore lui a indiquait de me donner l'épée, et seulement à moi ? »
« Tu penses vraiment qu'elle sait qui tu es? »
« Oui, » a dit Harry, regardant vers le bas dans les yeux laiteux de la vieille dame. «
Je pense qu'elle sait. »
« Bien, mais sois rapide, Harry. » dit elle.
« Montrez moi le chemin » dit Harry à Bathilda. Elle sembla comprendre, parce
qu'elle avançait vite devant lui vers la porte. Harry jeta un coup d'oeil derrière à
Hermione avec un sourire pour la rassurer, mais il n'était pas sûr qu’elle l'ait vu ; elle
se tenait droite au milieu de la misère noire, illuminée par des bougies, regardant vers
la bibliothèque. Pendant qu'Harry marchait hors de la salle, invisible aux yeux
d'Hermione et de Bathilda, il glissa la photographie encadrée en argent du voleur
inconnu à l'intérieur de sa veste.
Les escaliers étaient raides et étroits ; Harry était à moitié tenté de placer ses mains
derrière Bathilda pour veiller à s'assurer qu'elle ne culbuterait pas en arrière sur lui, ce
qui semblait très probable. Lentement, sifflante, elle arriva à l'étage supérieur, et
tourna immédiatement à droite, et le mena dans une chambre à coucher avec un
plafond bas. Elle était épaisse et sourit avec un sourire horrible: Harry avait juste vu
dehors un pot de chambre dépassant de dessous le lit avant que Bathilda ait fermé la
porte et les plongea dans l'obscurité.
« Lumos » dit Harry, et sa baguette magique s'alluma. Il fut surpris à ce moment:
Bathilda s'était déplacée près de lui en ces quelques secondes d'obscurité, et il n'avait
pas entendu son approche.
« Vous êtes Potter ? » chuchota t elle.
« Oui, c'est moi. » Elle inclina la tête lentement et solennellement. Harry senti
l'Horcruxe battre rapidement, plus rapidement que son propre coeur; C'était une
sensation désagréable et agitante.
« Vous avez quelque chose pour moi ? » demanda Harry, mais elle semblait distraite
par sa baguette magique allumée.
« Vous avez quelque chose pour moi ? » répéta t il. Alors elle ferma ses yeux et
plusieurs choses se produisirent immédiatement : La cicatrice d'Harry lui piqua
péniblement ; l'Horcruxe se contracta de sorte que l'avant de son pull-over se déplaça
réellement ; la salle sombre et fétide se dissout momentanément. Il sentit un saut de
joie et une voix élevée et froide dire : Je le tiens !
Harry se sentit balancer et il se retenu: La salle sombre et nauséabonde semblait se
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
fermer autour de lui; il ne savait pas ce qu'il venait juste de se produire.
« Vous avez quelque chose pour moi ? » demanda t il une troisième fois, beaucoup
plus fort.
« Ici, » chuchota t elle, indiquant le coin. Harry souleva sa baguette magique et vit le
contour d'une table de dressage encombrée sous la fenêtre avec des rideaux. Cette fois
il ne se lassa pas mener. Harry se mit entre elle et le lit qui n'était pas encore fait, sa
baguette magique illuminant plus fortement. Il ne voulait pas regarder avant elle.
« Qu'est ce que c'est? » demanda t il pendant qu'il atteignait la table de dressage, qui
était amassé avec ce qui ressemblait et sentait de la blanchisserie sale.
« Là, » dit elle, se dirigeant vers un Massachusetts difforme.
Et l'instant d'après il regarda au loin, ses yeux furent surpris de la voir tenir une
poignée d'épée, un rubis, elle se déplaçait bizarrement : Il le vit dans le coin de son
oeil ; il vit la panique et l'horreur le paralyser pendant qu'il voyait la vieille dame
s'effondrer de son corps et un grand serpent tenant l'endroit où son cou avait été. Le
serpent le frappa et il souleva sa baguette magique: La force de la morsure à son
avant-bras avait envoyé la baguette magique tournoyer dans les airs vers le plafond;
sa lumière se balançant autour de la salle et s'éteignit; alors le coup puissant de la
queue le frappa au diaphragme
Le souffle coupé, il tomba sur l'arrière de la table de dressage, dans le monticule
d’habits dégoûtants. Il roula en longueur, évitant la queue du serpent, qui battait le
bas de la table où il avait été une seconde plus tôt. Les fragments de la surface en
verre plurent sur lui pendant qu'il frappait le plancher. De dessous il entendit l'appel
de Hermione,
« Harry? » Il n'avait pas assez de souffle dans ses poumons pour l'appeler à l’aide.
Alors une masse douce et lourde l'heurta au plancher et il le sentit glisser au-dessus de
lui, puissant, musclé.
« Non ! » haleta t il, cloué au plancher.
« Oui, » chuchota la voix. « Oui je le tiens… je… le tiens… »
« Accio baguette magique… Accio… » Mais rien ne se produisit et il eu besoin de ses
mains pour essayer de forcer le serpent de le relâcher tandis que celui ci se lovait
autour de son torse, serrant l'air autour de lui, pressant l'Horcruxe dur dans sa poitrine,
un cercle de glace entoura son propre coeur frénétique, et son cerveau inondé d'une
lumière froide et blanche, toute ces pensées s'effacèrent, son propre souffle diminuait,
ces pieds ne touchant plus le sol, il s'en allait…
Quand soudain un coeur en métal frappait en dehors de sa poitrine, et maintenant il
semblait voler avec triomphe dans les airs, sans besoin de balai ou de sombral… Il
était abruptement éveillé dans l'obscurité ; Nagini l'avait libéré. Il s'était redressé de
toute sa hauteur et vit le serpent décrire des cercles contre l'inconnu qui était
intervenu. Il frappa, et Hermione plongea de côté avec un cri perçant ; son sort frappa
la fenêtre avec les rideaux, qui se brisa. L'air froid rempli la salle pendant qu'Harry se
penchait pour éviter une autre douche de verre cassé et son pied glissa comme sur un
crayon géant -- sa baguette magique -Il se pencha et la saisi, mais maintenant la salle était éclairée et le serpent dardait de
sa queue; Hermione ne semblait être nulle part, et pendant un instant Harry pensa au
pire, mais d'autre part il y avait un sort fort et un flash de lumière rouge, et le serpent
vola dans les airs, claquant Harry au visage puis tomba plus loin, roulant puis se
levant jusqu'au plafond. Harry souleva sa baguette magique, mais il sentit, sa cicatrice
lui faisant de plus en plus péniblement mal, plus fort qu'elle avait fait durant les
années.
« Il vient ! Hermione, il vient ! » hurla t il.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Pendant qu‘il hurlait le serpent tomba, sifflant frénétiquement. Tout n‘était que chaos:
des étagères étaient brisées, de la porcelaine de chine volait un peu partout , tandis
Harry sauta au dessus du lit et saisi la forme foncée sachant que c’était celle
d’Hermione -Elle poussa un cri de terreur lorsqu’il la souleva par-dessus le lit : Le serpent
continuait de se dresser, prêt à réattaquer, mais Harry savait que quelque chose de
pire que le serpent arrivait, était il peut être déjà à la porte, sa tête allait se fendre à
cause de la douleur qui traversait sa cicatrice -Le serpent se jeta sur eux pendant qu’il bondissait pour s’enfuir, entraînant Hermione
avec lui; pendant qu‘il attaquait, Hermione cria, "Confringo!" et son sort se répercuta
dans toute la pièce, éclatant le miroir de la garde robe et ricochant derrières eux,
rebondissant du sol au plafond; Harry sentit la chaleur lui brûler le dos de sa main. Du
verre brisé coupa sa joue, il entraîna Hermione avec lui, sauta du lit à la table
renversée et puis fonça tout droit, heurtant la fenêtre donnant sur le néant, son cri
perçant se répercuta à travers la nuit comme ils serpentaient dans les airs ...
Et sa cicatrice ouverte le brûlait il était Voldemort et il courait à travers la chambre à
coucher fétide, ses longues mains blanches s’agrippant au rebord de la fenêtre
apercevant l’homme chauve et la petite femme serpenter et disparaître, puis il hurla de
rage, un cri qui se mélangea à celui de la fille, qui fit écho à travers les jardins
surpassant les cloches de l’église tintant en ce soir de Noël...
Son cris, était le cri d’Harry, sa peine était aussi celle d‘Harry... Que ce passait il ici,
où cela c‘était déjà produit auparavant... ici, avec la vue de cette maison où il était
devenue si proche de ce que c’était de mourir… de mourir… la douleur était horrible
... Le déchirant de l’intérieur ... Mais s‘il n‘avait pas de corps, pourquoi sa tête lui
faisait si mal; s‘il était mort, comment pourrait il ne pas supporter ce froid, la douleur
ne s‘arrête t‘elle pas avec la mort, ne s’en va pas ...
Une nuit humide et venteuse, deux enfants déguisés en citrouilles se dandinaient à
travers la place et les fenêtres de magasins étaient couvertes d’araignées en papier,
toutes les décorations tape à l’oeil des Moldus dans un monde où ils n’y croient pas ...
««et il les arpentait,»« le sens du but, du pouvoir et de l’exactitude en lui qu’il a
toujours su contrôler à l’occasion... pas la colère ... Qui était pour des âmes plus
faibles que la sienne ... Mais le triomphe, oui ... Il l‘avait tant attendu, il l‘avait tant
espéré...
"Joli costume, Monsieur!"
Il vit le sourire hésitant du petit garçon tandis qu’il se rapprochait assez près pour voir
en dessous de la cape, voyant la crainte sur son visage endoloris: L’enfant se retourna
et s’enfuit ... Sous la longue robe il tenait le manche de sa... Un simple mouvement et
cet enfant ne rejoindrait jamais ça mère ... Mais c‘était inutile, tout à fait inutile...
Et il continua le long d‘une rue encore plus sombre, maintenant il apercevait enfin sa
destination, le Fidelius Charme brisé, bien qu’il ne le sache pas encore ... Il faisait
moins de bruits que les feuilles mortes qui glissaient le long des pavés, il se grimpa
sur la haie sombre, et passa par dessus ...
Ils n‘avaient pas fermés les rideaux; il les voyait clairement dans leur petit salon, le
grand, l’homme aux cheveux noirs dans ses lunettes, fabricant des petits ronds de
fumées colorés qui sortaient au bout de sa baguette pour amuser un petit garçon aux
cheveux noirs en pyjama bleu. L‘enfant riait et essayait d‘attraper la fumée, de la
saisir dans son petit poignet ... Une porte s’ouvrit et la mère entra, disant des mots qu
‘il ne pouvait , ses long cheveux rouges tombant sur son visage. Maintenant le père
souleva son fils et le remis à sa mère. Il jeta sa baguette magique à côté du sofa s
‘étirant, baillant...
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
La porte grinça un peu tandis qu’il ouvrait la porte, mais James Potter ne l‘avait pas
entendu. Sa main blanche sortit sa baguette de sous sa cape et la dirigea vers la porte
qui, s‘ouvrit en éclat...
Il avait déjà passé le pas de la porte quand James arrivant en courant dans le Hall. C
‘était facile, trop facile, il n’avait même pas pris sa baguette...
"Lily, prend Harry et part! C‘est lui! Part! Cours! Je vais le retenir!--"
Le retenir, sans baguette magique dans sa main! ... Il rit avant de lancer le sortilège
impardonnable ...
"Avada Kedavra!"
La lumière verte traversa le vestibule, elle éclaira le landau adossé au mur, elle fit
briller les rampes d‘escalier, et James Potter tomba comme une marionnette dont on
avait couper les fils ...
Il pouvait entendre ses cris à l’étage du dessus, emprisonnée, mais aussi longtemps
qu’elle était consciente, elle, au moins, n’avait rien à craindre ... Il grimpa les
marches, écoutant avec amusement ses tentatives au point de se barricader dans ...
Elle n’avait pas de baguette magique sur elle non plus ... Comme ils étaient stupides,
et comment être si confiant, pensant que leurs sûretés étaient assurés par leurs amis ,
que les armes pouvaient être mise de coté pour le moment...
Il força pour ouvrir la porte, bloqué par une chaise et des boites empilées contre avec
un petit mouvement de baguette ... Elle se tenait là, l’enfant dans ses bras. A sa vue,
elle laissa tomber son fils dans le berceau derrière elle son et brandit ses bras, comme
si cela l‘aiderait, comme si en le protégeant de cette vue elle pouvait espérer être
choisie à sa place ...
"Pas Harry, pas Harry, s’il vous plait pas Harry!"
"Écartes toi, femme idiote... Écarte toi, maintenant."
"Pas Harry, s’il vous plait non, prenez moi, tuez moi à sa place --"
"C’est mon dernier avertissement--"
"Pas Harry! S’il vous plait ... Par pitié ... Par pitié ... Pas Harry! Pas Harry! S’il vous
plait -- Je ferais n’importe quoi ..."
"Écarte toi. Écarte toi, femme!"
Il aurait pu la forcer à s’écarter du berceau, mais cela semblait plus prudent de tous
les tuer...
La lumière verte éblouit toute la pièce et elle était tombée comme son mari. L’enfant
n’avait pas pleuré durant ce temps. Il pouvait se tenir, agrippant le barres de son
berceau, et il regarda la tête de l’intrus avec une sorte d’intérêt, pensant peut être que
c’était son père qui était sous la cape, fabricant encore des lumières plus belles qu
‘auparavant, et que sa mère se relèverait d‘ici quelque instant, rigolant -Il pointa sa baguette magique soigneusement vers le visage du petit garçon: Il voulait
voir ce qu‘il allait se passer, la destruction de cet inexplicable danger. L‘enfant
commença à pleurer: Il avait compris que ce n’était pas James. Il n‘aimait pas ses
pleurs, il n‘avait jamais été capable d‘apprécier les petits pleurnichards à l
‘orphelinat-- "
« Avada Kedavra ! »
Et alors il tomba. Il n'était rien, rien mais la douleur et la terreur, il devait se cacher,
mais pas ici dans les décombres de la maison ruinée, où l'enfant était enfermait et
criait, mais très loin…très loin…
« Non », gémit il.
Le serpent bruyant sur le plancher, jonchait sur le sol, et il avait tué le garçon, mais il
était le garçon…
« Non… »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Et maintenant il se tenait à la fenêtre cassée de la maison de Bathilda, absorber dans
ces pensées en pensant à sa plus importante défaite, et à ses pieds le grand serpent
rampait au-dessus de la porcelaine et du verre cassé… Il regarda vers le bas et vit
quelque chose… quelque chose incroyable…
« Non… »
« Harry, il allait bien, tous allaient bien ! »
Il se baissa vers le bas et pris la photographie heurtée. Là où était, le voleur inconnu,
le voleur qu'il cherchait…
« Non… Je l'ai laissée tomber… Je l'ai laissée tomber… »
« Harry, tout va bien, réveille toi, réveille toi ! »
Il était Harry… Harry, non Voldemort… et la chose bruissant n'était pas un serpent…
Et il ouvrit les yeux.
« Harry » chuchota Hermione. « Tu te sens bien, vraiment bien? »
« Oui » mentit il.
Il était dans la tente, couché sur une des couchettes inférieures sous un tas des
couvertures. Il pouvait presque dire que c'était l'aube vu le calme et la chaleur froide,
par la pâle lumière éclairant le plafond de la toile. Il était trempé de sueur ; il pouvait
la sentir sur les draps et les couvertures.
« Nous sommes partis. »
« Oui » dit Hermione. « J'ai dû employer le charme de vol plané pour te ramener ainsi
que de t'installer dans ta couchette. Je ne pouvais pas
te soulever.
Elle avait des cernes pourpres sous ses yeux bruns et il nota une petite éponge dans sa
main. Elle avait essuyé son visage.
« Tu es malade » finit elle par dire, «« complètement malade »
« Il y a combien de temps que nous sommes partis ? »
« Il y a environ quatre heures. C'est presque le matin. »
« Et j'étais ici, sans connaissance ? »
« Pas exactement, » dit Hermione embarrassée. » «« Tu étais entrain de crier et de
gémir...des choses, » ajouta t elle dans une tonalité qui rendit Harry nerveux.
Qu'avait-il fait? Les sorts criés par Voldemort, l'avait fait pleurer comme un bébé
dans sa crèche?
« Je ne pouvais pas retirer l"Horcruxe de toi, » indiqua Hermione, et il su qu'elle
voulait changer de sujet. » Il était coincé, collé à ta poitrine. Tu as une marque; Je suis
désolée, j'ai dû employer un sort de division pour pouvoir l'obtenir et te l'enlevait. Le
serpent t’a mordu aussi, mais j'ai nettoyé la blessure et j'ai mis un certain onguent
dessus.
Il souleva le T-shirt trempé de sueur qu'il portait sur lui et regarda vers le bas. Il y
avait une marque ovale écarlate au-dessus de son coeur où le médaillon l'avait brûlé.
Il pouvait également voir les marques à moitié guéries de piqûres sur son avant-bras.
« Où as-tu mis l'Horcruxe? »
« Dans mon sac. Je pense que nous devrions le garder à l'écart pendant un moment. »
Il se reposa sur son oreiller et la regarda avec son visage gris pincé.
« Nous ne devrions pas être allés à Godric's Hallows. C'est de ma faute, tout est de ma
faute, Hermione, je suis désolé. »
« Ce n'est pas de ta faute, j'ai voulu y aller aussi, j'ai vraiment pensé que Dumbledore
pouvait avoir laissé l'épée là pour toi. »
« Oui, et bien… nous avions tout les deux tort, n'est ce pas? »
« Que s'est il passé, Harry ? Que s'est il produit quand tu as monté l'escalier avec elle?
Vous êtes allés dans la pièce ne sachant pas que le serpent était caché quelque part?
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Est-il juste sorti et l'a-t-il tuée et ensuite il t'a attaqué? »
« Non » dit il. » Elle était le serpent ou le serpent était elle. Depuis le début. »
« Quoi? »
Il ferma ses yeux. Il pouvait encore sentir la maison de Bathilda sur lui. Il revit
entièrement toutes les choses horribles.
« Bathilda doit être morte depuis un long moment. C'était le serpent...il était à
l'intérieur d'elle. Vous Savez-Qui l'a mis à Godric's Hallows, pour attendre. Tu avais
raison. Il savait qu'il devait y retourner.
« Le serpent était à l'intérieur d'elle ? »
Il ouvrit ses yeux encore. Hermione semblait révoltée, écoeurée. « Lupin nous avait
dit que nous allions rencontrer de la magie que nous n'avions jamais imaginé » dit
Harry. «« Elle n'a pas voulu parler devant toi, parce que c'était du Fourchelang, tout
était du Fourchelang, et elle n'a pas réalisé, mais naturellement je pouvais la
comprendre. D'abord nous sommes monté dans la chambre, le serpent lui envoya un
message. Je l'ai entendu se produire à l'intérieur de sa tête, je l'ai senti devenir excitée,
il a dit de me garder là. Et puis. … »
Il se rappela le serpent sortir du cou de Bathilda ; Hermione n’avait pas besoin de
connaître les détails.
« … elle a changée, changé en serpent, et m’a attaqué. »
Il regarda vers le bas les marques de piqûre.
« Il n’était pas censé me tuer, mais me garder juste là jusqu'à ce que Tu Sais Qui
arrive. » S'il était seulement parvenu à tuer le serpent, il l'aurait valu au moins
quelque chose. La mort dans l’âme, il s'assis et se mit sur les couvertures.
« Harry, non, je suis sûr que tu dois te reposer ! »
« Tu es la seule personne qui a besoin de sommeil. Sans te faire offense, mais tu ne
sembles pas dans un état terrible. Je vais très bien. Je ferais la surveillance pendant ce
temps. Où est ma baguette magique ? »
Elle ne répondit pas, elle le regarda simplement.
« Où est ma baguette magique, Hermione ? »
Elle se mordit la lèvre, et des larmes apparurent dans ses yeux.
« Harry…»
« Où est ma baguette magique ? »
Elle chercha sous le lit et la tenait devant lui.
La baguette magique en houx et de Phénix était presque divisée en deux. Un brin
fragile de plume de Phénix continuait a lier les deux morceaux. Le bois s'était brisé
complètement. Harry l'a pris dans ses mains comme si c'était une chose vivante qui
avait subi un préjudice terrible. Il ne pouvait pas penser correctement. Tout était
floue, il ressentait la panique et de la crainte. Alors il donna la baguette magique à
Hermione.
« Répare là. S’il te plaît. »
« Harry, je ne pense pas, quand elle casée comme ceci »
« Je t’en supplie, Hermione, essai! »
« R-Reparo. »
La moitié de la baguette magique se recolla. Harry la tenait en hauteur.
« Lumos ! »
La baguette magique étincelée faiblement à son extrémité. Harry l'a dirigée vers
Hermione.
« Expelliarmus ! »
La baguette magique d’Hermione donna une petite secousse, mais ne sauta pas de sa
main. La tentative de magie était trop faible pour la baguette magique d’Harry, qui se
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
coupa en deux encore.
Il la regarda fixement, consterné, incapable de croire ce qu'il voyait. La baguette
magique qui avait tellement survécu.
« Harry » chuchota Hermione tellement tranquillement qu’il pouvait à peine
l'entendre. « Je suis vraiment, vraiment désolée. Je pense que c’est de ma faute. Car
nous partions, tu sais, le serpent venait vers nous, et ainsi j'ai jeté un sort de soufflage,
et elle a rebondi partout, elle doit être tombée dessus. »
« C'était un accident, » dit Harry mécaniquement. Il se sentait vide, abattu.» Nous nous trouverons une manière de la réparer. »
« Harry, je ne pense pas que nous allons pouvoir. » dit Hermione, les larmes coulant
goutte à goutte en bas de son visage. » Tu te rappelles, tu te rappelles Ron? Quand il
avait cassé la sienne, lorsque vous vous êtes écrasé en voiture ? Ca n'a plus jamais
était pareil après, il a dû en acheter une neuve. »
Harry pensa à Ollivander, enlevait et tenu en otage par Voldemort ; de Gregorovitch,
qui était mort. Comment allait-il supposer se trouver une nouvelle baguette magique ?
« Bien » dit il, dans une voix faussement pratique. » J'emprunterai juste la tienne pour
maintenant. Tandis que je ferais la surveillance. »
Son visage vitré de larmes, Hermione lui remis sa baguette magique, et il la laissa
s'allonger dans son lit, ne désirant rien de plus que de partir loin d'elle.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
M
E
N
O
N
G
E
D
M
B
L
E
D
O
R
E
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1188 :: LLAAA VVVIIIEEE EEETTT LLLEEESSS M
ME
EN
NSSSO
ON
NG
GE
ESSS D
D''A
ALLLBBBUUUSSS D
DUUUM
MB
BL
LE
ED
DO
OR
RE
E
Le soleil montait : L'immensité pure et sans couleur du ciel s'étais étendue au-dessus
de lui, indifférent à lui et à sa douleur. Harry s’assis dans l'entrée de la tente et prit
une respiration profonde d'air pur. Être simplement vivant pour observer le soleil se
lever au-dessus du flanc de coteau neigeux devait être le plus grand trésor sur terre,
Pourtant il ne pouvait pas l'apprécier : Ses sens avaient été cloués par la calamité de
perdre le(s) sien(s).
Il regarda dehors au-dessus d'une vallée couverte de neige, cloches d'église éloignées
sonnant par le silence éclatant.
Sans le réaliser, il creusa ses doigts sous ses bras comme si il essayait de résister à la
douleur physique. Il s'était blessé tellement de fois qu'il en avait oublié le compte; il
avait perdu tous les os de son bras droit par le passé ; ce voyage lui avait déjà donné
des cicatrices à sa collection et sont avant-bras sans compter ceux sur sa main et sont
front, mais jamais, jusqu'à ce moment, il s’était senti aussi faible, vulnérable, et nu,
comme si la meilleure partie de sa puissance magique avait été déchirée en lui.
-Il savait exactement ce que Hermione dirait s’il l'exprimait: La baguette n'est que le
prolongement du sorcier Mais elle avait tort, son cas est différent. Elle n'avait pas
ressenti le tournoiement de la baguette, comme l'aiguille d'un compas, et les flammes
jaillirent sur son ennemie. Il avait perdu la protection des coeurs jumeaux (celle qui
fait que Voldemort ne puisse pas l’attaquer ou celle que sa mère lui a donnée?). Et
c'est seulement maintenant qu’elle était partie qu'il réalisa à quel point il avait compté
dessus.
Il tira les morceaux de la baguette magique cassée hors de sa poche et, sans les
regarder, les mit loin dans la poche de Hagrid autour de son cou. La poche était
maintenant trop pleine d’objets cassés et inutiles pour en prendre plus. La main de
Harry balaya le vieux pif par le Mokeskin et pour un instant il dû combattre la
tentation de la tirer et de la jeter. Impénétrable, inutile, comme tant d'autre chose que
Dumbledore avait laissé derrière lui --Et sa fureur envers Dumbledore s’était cassée maintenant au dessus de lui comme de
la lave, le roussissant à l'intérieur, éliminant chaque autre sentiment. Hors de
désespoir ils avaient parlé ensemble en la croyance envers les réponses que Gordic's
Hollow pouvait leur apporter, ils étaient convaincus qu'ils étaient supposé y retourner,
c'était tout ou une partie du plan secret mis au point pour eux par Dumbeldore; mais
ils n'avaient pas de carte, pas de plan. Dumbledore les avait laissés au tâtonnement
dans l'obscurité, pour lutter avec l'inconnu et des terreur inimaginables, seul et sans
aide : On ne lui a rien expliqué, rien donné librement, ils n'avaientt aucune épée, et
maintenant, Harry n'avait aucune baguette magique. Et il avait laissé tomber la photo
du voleur, et il serait sûrement facile maintenant pour Voldemort de découvrir qui il
était…Voldemort a toute les informations maintenant…
"Harry ?"
Hermione semblait effrayée de peur qui la maudisse avec sa propre baguette magique.
Son visage se stria de larmes, elle s'accroupit à côté de lui, deux tasses de thé
tremblantes dans ses mains et quelque chose de volumineux sous les bras.
"Merci", dit-il, prenant une des tasses.
"Est-ce que ça t'embête si je te parles ?"
"Non", dit-il, car il ne voulait pas la blesser.
"Harry, tu voulais savoir qui était l'homme dans la photo. Bon... J'ai le livre".
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Timidement, elle le posa sur ses genoux, un des premiers exemplaires de "La vie et
les mensonges d'Albus Dumbledore".
"Où... Comment ?"
"Il était dans la salle de séjour de Batilda, simplement posé... Cette note dépassait en
haut."
Hermione lut à haute voix les quelques lignes, écrites d'un vert acide,.
"Chère Batty, merci pour votre aide. Voici une copie du livre, en espérant que vous
l'aimerez. Vous avez tout dit, même si vous ne vous en souvenez pas. Rita." Je pense
que ça a du arriver lorsque la véritable Batilda était encore en vie, mais peut-être que
son état la rendait incapable de le lire ?"
"Non, elle ne l'était probablement pas;"
Harry regarda le visage de Dumbledore et ressentit une soudaine montée de plaisir
sauvage : Maintenant il allait savoir si toutes les choses qu'il pensait qui ne valait pas
la peine de lui dire, si Dumbledore voulait ou non.
"Tu es toujours très fâché contre moi, n'est-ce pas ?", dit Hermione ; il leva les yeux,
pour voir de nouvelles larmes couler de ses yeux, et sut que sa colère devait être
visible sur son visage.
"Non", dit-il doucement. "Non, Hermione, je sais que c'était un accident. Tu essayais
de nous faire sortir de là vivants, et tu as été incroyable. Je serais mort si tu n'avais
pas été là pour m'aider."
Il essaya de lui renvoyer un faible sourire, puis reporta son attention sur le livre. La
couverture était rigide, il était clair qu'il n'avait encore jamais été ouvert. Il le
feuilleta, regardant les photos. Il s'attarda sur la première qu'il vit, le jeune
Dumbledore et son beau compagnon, hurlant de rire d'une blague oubliée depuis
longtemps. Harry fit glisser son regard jusqu'au sous-titre : Albus Dumbledore, peu
après la mort de sa mère, avec son ami Gellert Grindelwald.
Harry regarda, bouche bée, le dernier mot pendant un long moment. Grindelwald. Son
ami Grindelwald. Il regarda Hermione du coin de l'oeil, qui contemplait aussi le nom,
bien qu'elle ne puisse pas en croire ses yeux. Lentement, elle leva les yeux vers harry.
"Grindelwald !"
Ignorant le reste des photos, Harry chercha dans les pages autour une autre apparition
de ce nom fatal. Il le trouva bientôt et lut avidement, mais se trouva perdu : il était
indispensable de revenir en arrière pour donner du sens à tout ça, et finalement il se
trouva au début d'un chapitre intitulé "Le meilleur bien". Ensemble, lui et Hermione
commencèrent à lire.
'Maintenant proche de son dix-huitième anniversaire, Dumbledore quitta Poudlard
dans une explosion de gloire : meilleur élève, préfet, vainqueur du prix Barnabus
Finkley pour le plus exceptionnel sort lancé, jeune représentant du Magenmagot du
Royaume-Uni, médaillé d'or pour sa contribution à la conférence alchimique à Cairo.
Dumbledore avait l'intention, ensuite, de faire un grand voyage avec Elphias Doge, le
simple d'esprit mais dévoué soutien qu'il avait trouvé à l’école. Les deux jeunes
hommes étaient au Chaudron Baveur à Londres, préparant leur départ en Grèce le
matin suivant, lorsqu'un hibou apporta la nouvelle de la mort de la mère de
Dumbledore. Doge, qui refusa d'être interviewé pour ce livre, a donné au public sa
propre version, sentimentale, de ce qui s'est passé par la suite. Pour lui, la mort de
Kendra était un évènement tragique, et la décision de Dumbledore de ne pas faire
cette expédition un noble sacrifice.
Dumbledore est certainement retourné tout d'abord à Godric's Hollow, soi-disant
pour "prendre soin" de ses jeunes frère et soeur. Mais à quel point a t-il pris soin
d'eux ?
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"C'était un chef de maison, cet Aberforth," dit Enid Smeek, dont la famille vivait dans
la banlieue de Godric's Hollow à cette époque. Bien sûr, avec son père et sa mère
morts, vous étiez désolé pour lui, simplement il continuait à me lancer des crottes de
chèvre à la tête. Je ne pense pas qu'Albus s'inquiétait beaucoup pour lui. Je ne les ai
jamais vus ensemble, d'ailleurs."
Que faisait donc Albus, s'il ne réconfortait pas son jeune frère ? La réponse, il
semblerait, est qu'il assurait l'emprisonnement continuel de sa soeur cadette. Bien
que sa première geôlière soit décédée, il n'y eut aucun changement dans les
pitoyables conditions d'Ariana Dumbledore. Son existence n'était connue que de
quelques étrangers, qui, comme Doge, étaient assurés de croire à l'histoire de sa
"mauvaise santé."
Une autre amie facilement convaincue de la famille était Bathilda Bagshot, la célèbre
historienne de la magie qui vivait à Godric's Hollow depuis de nombreuses années.
Kendra, bien sûr, repoussa Batilda lorsqu'elle tenta tout d'abord d'accueillir la
famille dans le village. Quelques années plus tard, cependant, l'auteur envoya un
hibou à Albus à Poudlard, ayant été impressionnée par son écrit sur les diverses
sortes de transformations dans la métamorphose aujourd'hui. Ce premier contact a
mené à la connaissance de la famille Dumbledore entière. Au moment de la mort de
Kendra, Batilda était la seule personne à Godric's Hollow qui était en bon termes, et
qui parlait à la mère de Dumbledore.
Malheureusement, toute la brillance dont avait fait preuve Batilda plus tôt au cours
de sa vie était à présent inutilisable. "La lumière s'est allumée, mais le chaudron était
vide, comme Ivor Dillonsby m'a dit, ou, selon l'expression très terre-à-terre de Enid
Smeek, "Elle est ..; comme la nourriture d'écureuil". Néanmoins, une combinaison de
techniques essayées et testées m'ont permis d'extraire d'autres parties de faits
importants pour relier ensemble toutes ces histoires scandaleuses. Comme le reste du
monde sorcier, Batilda attribua la mort de Kendra à un sort raté, une histoire répétée
par Albus et Aberforth les années suivantes. Batilda a aussi suivi la ligne de conduite
de la famille à propos d'Ariana, l'appelant "fragile" et "délicate". Sur un sujet,
cependant, Batilda a bien mérité les efforts que j'ai fait pour me procurer du
Véritaserum, pour qu'elle, et elle seule, connaisse l'histoire du secret le mieux gardé
de la vie d'Albus Dumbledore. Maintenant révélée pour la première fois, elle remet en
question tout ce que ses admirateurs croyaient sur Dumbledore : son attirance
supposée pour la magie noire, son opposition dans l'oppression des Moldus, même sa
dévotion envers sa famille. Le même été que celui où Dumbledore revint à la maison
de Godric's Hollow, maintenant orphelin et chef de famille, Batilda accepta dans sa
maison son petit-neveu, Gellert Grindelwald. Le nom de Grindelwald est
raisonnablement célèbre : sur la liste des mages noirs les plus dangereux de tous les
temps, il a manqué de peu la première place uniquement parce que Vous-savez-qui
était arrivé, une génération plus tard, pour lui voler sa couronne. Même si
Grindelwald n'a jamais étendu sa campagne de terreur à la Grande-Bretagne,
cependant, les détails de son ascension au pouvoir ne sont pas très connus ici.
Eduqué à Durmstrang, une école célèbre pour sa triste tolérance envers la magie
noire, Grindelwald s'est montré aussi brillant que Dumbledore. Plutôt que d'utiliser
son habileté pour être récompensé et gagner des prix, toutefois, Gellert Grindelwald
ne s'est voué à aucune suite. A l'âge de 16 ans, malgré la position de Durmstrang, il
n'était pas possible ne continuer à ne pas voir les expériences tordues de Gellert
Grindelwald, et il a été expulsé. Par endroits, tout ce qui a pu être connu des
agissements suivants de Grindelwald est qu'il a "voyagé pendant quelques mois". Il
peut maintenant être révélé qu'il choisit de rendre visite à sa grand-tante à Godric's
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Hollow, et que là, effrayé par le fait que certains puissent en entendre parler, il
n'entretint une amitié avec personne d'autre qu'Albus Dumbledore. "Il me paraissait
être un charmant garçon", bredouilla Batilda, "quoiqu'il soit devenu plus tard.
Naturellement, je l'ai présenté au pauvre Albus, à qui la compagnie de garçons de
son âge manquait. Les garçons se sont bien entendus au début." C'est certainement
vrai. Batilda me montra une lettre, gardé par elle, qu'Albus Dumbledore envoya A
Gellert Grindelwald au lever du jour. "Oui, même après avoir passé toutes ces
journées à discuter... Des garçons aussi brillants, ils partirent tel un chaudron en
feu... J'ai parfois entendu un hibou taper à la fenêtre de la chambre de Gellert,
apportant une lettre d'Albus ! Une idée devait l'avoir frappé et il voulait, et il devait
en informer immédiatement Gellert !" Et quelles idées il y avait. Profondément
choquée que les fans d'Albus Dumbledore puissent les trouver, telles sont les pensées
de leur héro de dix-sept ans, à la suite de son meilleur ami.
Gellert,
Votre position à propos de la domination des sorciers pour le bien des Moldus... Cela,
je pense, est le point crucial. Oui, il nous a été donné du pouvoir et oui, ce pouvoir
nous donne raison sur les règles, mais nous donne aussi des responsabilités sur ces
règles. Nous devons insister là-dessus, cela seront les premières pierres, les
fondations, sur lesquelles nous bâtirons. Là où nous serons opposés, comme nous le
serons sûrement, sera la base de notre contre argumentation. Nous prenons le contrôle
pour le meilleur bien . Et comme ceci suit cela, là où nous rencontrerons de la
résistance, nous n'utiliserons que la force nécessaire et pas plus. (C'était ton erreur à
Durmstrang ! Mais je ne me plains pas, parce que si tu n'avais pas été expulsé, nous
ne nous serions jamais rencontrés.)
Albus, étonné et épouvanté que ses nombreux admirateurs le soient, cette lettre
constitue la loi du secret et établit les règles des sorciers sur les Moldus. Quel coup
pour tous ceux qui s'étaient représenté Albus comme le meilleur des champions né de
parents Moldus ! Comme ces discours promouvant les droits des Moldus sonnaient
faux à la lueur de cette nouvelle évidence accablante ! A quel point Dumbledore
apparaissait comme ignoble, préparant le terrain de son ascension au pouvoir alors
qu'il aurait du être en deuil pour sa mère, et s'occuper de sa soeur !
Aucun doute que ce qui a déterminé le fait qu'il reste sur son piédestal fera ce qu'il
n'avait pas fait, après tout, mettre ses plans en action, qu'il a du souffrir de son
changement de direction, qu'il s'est imposé. Cependant, la réalité semble encore plus
choquante.
A peine après 2 mois de leur nouvelle amitié, Dumbledore et Grindelwald partirent,
pour ne plus se revoir jusqu'à ce qu'ils se rencontrent pour leur légendaire duel.
Qu'est-ce qui a pu causer cette rupture soudaine ? Dumbledore serait-il revenu à la
raison ? A t-il dit à Grindelwald qu'il ne voulait plus faire partie de ses plans ?
Hélas, non. "C'était la mort de la pauvre petite Ariana, je pense, qui a fait ça, dit
Batilda." Ce fut un terrible choc. Gellert était là, dans la maison, lorsque c'est arrivé,
et il revint chez moi en hésitant, me disant qu'il voulait rentrer à la maison le
lendemain. Terriblement peiné vous savez. Donc j'ai arrangé un portoloin, et ce fut la
dernière fois que je le vis."
Albus était hors de lui à la mort d'Ariana, ce fut épouvantable pour les deux frères.
Ils avaient perdu tout le monde excepté eux-mêmes. Il est certain que la tension était
montée. Aberforth reprochait à Albus, vous savez, comme quelqu'un qui passerait
outre ces tragiques circonstances. Mais Aberforth a toujours un peu parlé comme un
fou, le pauvre garçon. Toujours pareil, casser le nez d'Albus aux funérailles était
indécent. Ca aurait détruit Kendra de voir son fils se battre comme ça, à travers le
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
corps de sa fille. Une honte que Gellert n'ai pas pu rester pour les funérailles... Il
aurait été un réconfort pour Albus, finalement...
Cette bagarre à côté du cercueil, connue des quelques personnes qui ont assisté aux
funérailles d'Ariana Dumbledore, a soulevé quelques questions. Pourquoi exactement
Aberforth dumbledore blâmait Albus pour la mort de sa soeur ? Etais-ce, comme
"Batty" le prétend, une simple effusion de conflits, ou pouvait-il y avoir d'autrers
raisons à sa furie ? Grindelwald, expulsé de Durmstrang pour l'attaque presque
fatale sur des élèves, a fui le pays quelques heures après la mort de la fille, et Albus
ne l'a jamais revu, pas avant d'être forcé de le faire à la demande du monde sorcier.
Ni Dumbledore ni Grindelwald n'ont fait référence à la lettre de leur amitié lors de
leur jeunesse dans leur vie future. Cependant, il n'y a aucun doute que Dumbledore
retardait, pendant 5 ans d'agitation, fatalités, et disparitions, son attaque sur Gellert
Grindelwald. Etais-ce toujours de l'affection pour cet homme ou la peur de s'exposer
à son premier meilleur ami qui a fait hésiter Dumbledore ? Etais-ce à contre-coeur
que Dumbledore a capturé l'homme qu'il avait tout d'abord été si heureux de
rencontrer ?
Et à propos de la mystérieuse mort d'Ariana ? Avait-elle été la victime par
inadvertance de quelque rite de magie noire ? A t-elle trébuché sur quelque chose
qu'elle n'aurait pas du faire, pendant que les deux jeune hommes étaient assis et
travaillaient à leur atteinte de la domination et de la gloire ? Est-ce possible
qu'Ariana Dumbledore fut la première personne à mourir pour le bien ?
Le chapitre se terminait ici, et Harry leva les yeux. Hermione avait atteint le bas de la
page avant lui. Elle tira le livre des mains de Harry, paraissant un peu alarmée par son
expression, et le referma sans le regarder, comme s'il s'agissait de quelque chose
d'indécent.
"Harry..."
Mais il secoua la tête. Certaines certitudes profondes venaient de s'écrouler en lui ;
c'était exactement ce qu'il avait ressenti après le départ de Ron. Il avait cru en
Dumbledore, le croyant l'incarnation du bien et de la sagesse. Tout était parti en
fumée. Que pourrait-il perdre de plus ? Ron, Dumbledore, la baguette du Phénix,...
"Harry." Elle semblait avoir entendu ses pensées.
"Ecoute moi. Ce... ce n'était pas une très bonne lecture."
"Oui, tu peux dire ça" "Mais n'oublie pas, Harry, c'est Rita Skeeter qui l'a écrit."
"Tu as lu cette lettre à Grindelwald, n'est-ce pas ?"
"Oui, je... je l'ai fait" Elle hésita, semblant peinée, berçant son thé dans ses mains
froide. "Je crois que c'est le pire passage Je sais que Batilda pensait que ce n'était que
des paroles, mais que "le meilleur bien" devienne le slogan de Grindelwald, sa
justification pour toutes les horreurs qu'il a commises après. et... pour ça... Il
semblerait que Dumbledore lui ait donné l'idée. Ils disaient que le "meilleur bien"
était également gravé à l'entrée du Nurmengard.
"Qu'est-ce que le Nurmengard ?"
"La prison que Grindelwald a construite pour enfermer ses opposants. Il est venu ici
lui-même, une fois que Dumbledore l'eut capturé. De toute façon... C'est horrible que
l'idée de Dumbledore ait été Grindelwald à s'élever au pouvoir. Mais d'un autre côté,
même Rita peut prétendre qu'ils ne se sont connus pas plus que quelques mois un été
lorsqu'ils étaient tous deux très jeunes, et..."
"J'étais sûr que tu dirais ça", dit Harry. Il ne voulait pas laisser sa colère exploser
contre elle, mais c'était dur de garder une voix égale. "J'étais sûr que tu dirais 'ils
étaient jeunes'. Ils avaient le même âge que nous avons maintenant. Et où sommes
nous, risquant nos vies pour combatte la magie noire, et lui il était, dans un petit
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
cocon avec son nouveau meilleur ami, programmant leur ascension vers le pouvoir
sur les Moldus". Son humeur n'aurait pas pu résister à une vérification plus
approfondie : il se leva et marcha autour, essayant d'en oublier un peu.
-"Je n'essaye pas de défendre ce que Dumbledore a écrit", dit Hermione. "Toutes ces
ordures de 'pouvoir sur les règles', 'la magie est le pouvoir',... Mais Harry sa mère
venait juste de mourir, il était laissé seul dans la maison." "Seul ? Il n'était pas seul ! Il
avait son frère et sa soeur comme compagnie, sa soeur Crackmol qu'il gardait
enfermée." "Je ne crois pas ça", dit Hermione. Elle se leva aussi. "Quel que soit ce qui
n'allait pas avec cette fille, je ne pense pas qu'elle ait été une Crackmol. Dumbledore,
nous le savons, n'aurait jamais permis..."
"Le Dumbledore que nous pensions connaître, ne voulait pas conquérir les Moldus
par la force !" cria Harry, sa voix résonnant jusqu'en haut de la colline vide, et
quelques oiseaux noirs s'envolèrent, braillant et tournant dans le ciel clair.
"Il a changé, Harry, il a changé ! C'est aussi simple que ça ! Peut-être qu'il croyait à ça
quand il avait dix-sept ans, mais le reste de sa vie était dévoué à combattre la magie
noire ! Dumbledore a été celui qui a arrêté Grindelwald, celui qui a toujours voté pour
la protection des Moldus, et les lois sur les sorciers nés de Moldus, qui a combattu
Tu-sais-qui depuis le début, et qui est mort en essayant de revenir !"
Le livre de Rita était posé sur le sol entre eux, tel que le visage de Dumbledore
souriait lugubrement à tous les deux.
"Harry, je suis désolée, mais je pense que la vraie raison pour laquelle tu es si énervé
est que Dumbledore ne t'as jamais dit tout cela lui-même."
"Peut-être que je le suis ", dit Harry tout bas, et il lança son bras au-dessus de sa tête,
réfléchissant sérieusement s’il essayait de contrôler sa colère, ou de se protéger du
poids de ces propres désillusions.
"Regarde ce qu'il m'a demandé, Hermione ! Risques ta vie, Harry ! Et encore ! Et
encore ! Et n'espère pas que je t'expliquerai tout, fais-moi simplement aveuglément
confiance, ait confiance en le fait que je sais ce que je fais, fais moi confiance même
si je ne te fais pas confiance ! Jamais toute la réalité ! Jamais !" Sa voix se fendit avec
la tension, et ils restèrent debout se regardant, dans la blancheur et le vide, et Harry
sentit qu'ils étaient aussi insignifiants que des insectes sous ce ciel mouvementé.
"Il t'aimait", chuchota Hermione. "Je sais qu'il t'aimait."
Harry laissa retomber ses bras.
"Je ne sais pas qui il aimait, Hermione, mais ça n'a jamais été moi. Ce n'est pas de
l'amour, le désordre dans lequel il m'a laissé. Il partageait un fichu but, ce qu'il pensait
réellement avec Gellert Grindelwald, qu'il n'a jamais partagé avec moi;"
Harry ramassa la baguette d'Hermione, qu'il avait laissé tomber dans la neige, et
s'assit à l'entrée de la tente.
"Merci pour le thé. Je vais finir le guet. Rentres au chaud."
Elle hésita, mais accepta. Elle ramassa le livre, et puis passa près de lui dans la tente,
mais alors qu'elle le faisait, elle ébouriffa le sommet de sa tête légèrement avec sa
main. Il ferma les yeux à son contact, et se détesta pour espérer que ce qu'il avait dit
était vrai : que Dumbledore se faisait du souci.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 1199 :: LLAAA BBBIIICCCHHHEEE AAARRRGGGEEENNNTTTEEEEEE
Il neigeait alors qu'Hermione montait la garde à un peu plus de minuit. Les rêves de
Harry étaient confus et perturbants: Nagini se faufilait entre eux, d'abords à travers un
gigantesque anneau craquelé ensuite à travers une guirlande de noël. Il se réveillait à
plusieurs reprises, paniqué, convaincu que quelqu'un l'appelait à distance, imaginant
que le vent fouettant la tente était des pas de pieds ou des voix.
Finalement il se leva dans l'obscurité et alla rejoindre Hermione qui était blottie à
l'entrée de la tente et lisait "L'histoire de la magie", aidée par la lumière de sa
baguette. La neige tombait abondamment et elle accueillit avec soulagement sa
suggestion de tout emballer et de bouger.
"Nous irons dans un endroit plus abrité", s'accorda t’elle avec la décision de Harry,
tremblante alors qu'elle enfilait un sweat par dessus son pyjama. "Je continuais à
penser que je pouvais entendre des gens se déplacer dehors. J’ai pensé même avoir vu
une ou deux personnes"
Harry arrêta d'enfiler son pull-over et jeta un coup d'oeil au scrutoscope, silencieux et
immobile, sur la table. "Je suis sûr que je l'ai imaginé", dit Hermione, l'air nerveuse.
"La neige et l'obscurité jouent des tours à vos yeux...Mais peut-être devrions nous
transplaner sous la cape d'invisibilité, juste au cas où ?"
Une demi-heure plus tard, la tente repliée, Harry portant l'Horcruxe et Hermione
tenant fermement le sac perlé, ils transplanèrent.
L'étroitesse habituelle les engloutit: les pieds de Harry se séparèrent du sol neigeux,
puis claquant durement sur ce qui ressemblait à de la terre gelée couverte de feuilles.
"Où sommes-nous ?" demanda-t-il, regardant aux alentours vers la masse fraîche
d'arbres alors qu'Hermione ouvrait le sac perlé et commençait à tirer sur les piquets de
la tente.
"La foret de Dean",dit-elle,"Je suis venu camper ici une fois avec ma mère et mon
père."
Ici aussi la neige s'était répandue sur les arbres tout autour d’eux et il faisait
amèrement froid, mais au moins, ils étaient protégés du vent. Ils passèrent la plupart
de la journée à l'intérieur de la tente, blottis au chaud autour des très utiles flammes
bleues brillantes qu'Hermione était habituée à produire, et qui pouvaient être
recueillies et transportées dans un bocal. Harry se sentait comme s'il avait récupéré
d’une quelconque maladie mais grave, une impression renforcée par la sollicitude
d'Hermione. Cet après-midi, des flocons frais tombèrent et dérivèrent au-dessus d'eux
envahissant la clairière, où ils étaient à l’abri, d'une épaisse poudreuse.
Après deux nuits de court sommeil, les sens d'Harry semblaient plus en alerte que
d'habitude. Ils l'avaient tellement échappé belle à Godric's Hollow que Voldemort
semblait plus proche qu'avant et encore plus menaçant. Comme l'obscurité tombait de
nouveau Harry refusa l'offre d'Hermione de montrer la garde et lui dit d'aller se
coucher. Harry déplaça un vieux coussin à l'embouchure de la tente, s'assit et, malgré
qu'il portait tous les pull-overs en sa possession, il continuait àfrissonner. L'obscurité
s'épaississait au fil des heures jusqu'à ce qu'elle fût pratiquement impénétrable. Il était
sur le point de prendre la carte du Maraudeur pour voir ce que faisait Ginny pendant
ce temps, avant de se souvenir que c'était la période de noël et qu’elle devait
probablement être retournée au Terrier.
Chaque moindre mouvement semblait amplifié dans l'immensité de la forêt. Harry
savait qu'elle devait être remplie de créatures, mais il souhaitait qu'elles restent
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
tranquilles et silencieuses de sorte qu'il puisse distinguer les bruits innocents
d'animaux qui se promènent de ceux que pourraient produire d'autres mouvements
plus sinistres. Il se souvenait du son d'une cape glissant par dessus des feuilles mortes
plusieurs années auparavant, et une fois même il pensait l'avoir entendu de nouveau
avant de se secouer mentalement pour reprendre ses esprits.
Leurs enchantements de protection ont fonctionné durant des semaines; pourquoi
devraient-ils se briser maintenant ? Et pourtant il ne pouvait réprimer le sentiment que
quelque chose était différent ce soir.
Plusieurs moments il sursauta, son cou lui faisant mal parce qu'il était tombé assoupi,
effondré à un angle maladroit contre le bord de la tente. La nuit avait atteint une si
profonde et voluptueuse noirceur qu'il aurait pu croire être suspendu dans les limbes
au milieu du processus de transplanage. Il tendit juste une main devant son visage
pour voir s'il pouvait sortir ses doigts quand cela se produit.
Une lumière étincelante argentée apparût en face de lui,se déplaçant à travers les
arbres. Quelle qu'en fut la source, cela se déplaçait silencieusement. La lumière
semblait simplement flotter devant lui.
Il bondit sur ses pieds, la gorge nouée et brandit la baguette d'Hermione. Il plissa les
yeux comme la lumière devenait aveuglante et ne vit plus que les arbres en face de
cette silhouette toute noire. La chose se rapprochait toujours... Et la source de lumière
se mit enfin à découvert. C'était une biche argentée, éblouissante et dont l'éclat était
semblable à celui de la lune, faisant son chemin sur le sol, toujours silencieuse, et ne
laissant aucune emprunte de sabots sur la fine couche de poudreuse à terre. Elle
marcha devant lui, sa magnifique tête avec ses larges yeux bridés en haut.
Harry fixa la créature, rempli d'émerveillement, non pour son étrangeté, mais son
inexplicable familiarité. Il sentait qu'il avait attendu qu'elle vienne mais il l'avait
oubliée, jusqu'à ce moment; il était prévu qu'ils se rencontrent. Son envie de crier vers
Hermione, qui avait été si forte un moment plus tôt, avait cessé. Il savait que l'enjeu
de cette rencontre changerait sa vie, qu'elle était venue pour lui, et lui seul. Ils se
regardèrent durant un long moment et enfin elle se tourna et s'éloigna.
"Non", dit-il de sa voix cassée par manque d'utilisation ces derniers temps.
"Reviens!"
Elle continua de marcher délibérément à travers les arbres, et bientôt son éclat fut
barré par plusieurs de leurs épais troncs noirs. Pendant une seconde il hésita. Sa
conscience lui murmurant que cela pourrait être une combine, un leurre, un piège.
Mais son irrésistible instinct lui dit que ce n'était pas de la magie noire et il parti à sa
poursuite.
La neige craquelait sous ses pieds, mais la biche ne faisait aucun bruit tandis qu'elle
passait à travers les arbres car ce n’était qu’une lumière. Elle le conduit de plus en
plus profondément dans la forêt, et Harry marchait rapidement, convaincu que quand
elle s'arrêterait, elle le laisserait s'approcher plus près d'elle, alors elle parlerait et la
voix lui dirait ce qu'il avait besoin de savoir. Enfin elle fit une halte. Elle tourna de
nouveau sa belle tête vers lui, et il se précipita, une question le brûlant, mais lorsqu'il
anima ses lèvres pour lui demander, elle s'évanouit dans l'obscurité.
Cette obscurité l'avait avalée toute entière mais son image étincelante était toujours
imprégnée dans sa rétine; la vision s'obscurcit, s'améliorant quand il abaissa ses
paupières, le désorientant. Maintenant la crainte le saisit: la présence de la biche
signifiait la sécurité.
"Lumos"chuchota-t-il, et une flamme sortit du bout de sa baguette.
Les traces de la biche s'évanouirent à chaque clignement d'yeux alors qu'il se tenait là,
écoutant les sons de la forêt, des crépitements de brindilles au doux bruissement de la
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
neige. Allait-il être attaqué ? L'a-t-elle attiré dans une embuscade ? Il se demandait si
quelqu'un se tenait hors de portée du rayon lumineux de sa baguette, l’observant ? Il
leva plus haut sa baguette. Personne ne s'élança sur lui, aucun jet de lumière vert
éclatant de derrière un arbre. Pourquoi, alors, l'avait-elle conduite à cet endroit ?
Quelque chose brilla à la lumière de la baguette et Harry se retourna, mais tout ce
qu'il y avait c'était un petit étang gelé, sa surface noire craquelée étincelant tandis qu'il
élevait sa baguette pour l'examiner. Il s'avança plutôt prudemment et regarda plus bas.
La glace reflétait son ombre déformée et le faisceau de la baguette, mais
profondément au dessous de l'épaisse carapace grise de buée, quelque chose d'autre se
reflétait. Une belle croix d'argent...Son coeur bondit dans sa bouche: il se laissa
tomber sur les genoux au bord de l'étang et orienta sa baguette magique afin d'éclairer
le plus de surface possible. Une lueur rouge profonde...Il y avait une épée avec des
rubis scintillant sur sa poignée...L'épée de Godric Griffondor était étendue au milieu
de l'étang, dans la forêt.
Respirant à peine, il continuait de la fixer. Comment était-ce possible ? Comment
aurait-elle pu être dans cet étang de cette forêt, si proche de l'endroit où ils campaient
? Y'aurait-il une quelconque magie inconnue qui aurait amené Hermione à choisir cet
endroit, ou la biche qu'il avait pris pour un Patronus était-elle un genre de gardien de
l'étang ? Ou l'épée a-t-elle été déposée après leur arrivée, précisément parce qu'ils
étaient là ? Dans ce dernier cas, qui était la personne qui cherchait à la passer à Harry
? De nouveau il dirigea la baguette vers les arbres et buissons qui l'entouraient,
cherchant une forme humaine, le reflet d'un oeil, mais il ne pouvait voir personne par
ici. Une crainte plus grande que sa joie s'empara de lui, alors qu'il retournait son
attention sur l'épée qui reposait au dessus de l'étang gelé.
Il pointa sa baguette vers la forme argentée et murmura,"Accio Epée." Rien ne remua.
Il ne s'y était pas attendu. Cela aurait été trop facile que l'épée soit juste là attendant
qu'il la prenne, et non dans les profondeur d'un lac gelé. Il marcha autour du cercle de
glace, pensant fermement à la dernière fois que l'épée s'était livrée à sa merci. Il avait
été en grand danger alors, et avait demandé de l'aide.
"A l'aide," murmura-t-il, mais l'épée restait dans le fond de l'étang, indifférente et
immobile. Qu'est ce que c'était ? , se demandait Harry (marchant de nouveau), Qu’estce
que Dumbledore lui avait dit la dernière fois qu'il avait retiré l'épée? Seule un
véritable Gryffondor aurait pu la sortir du choixpeau magique. Et qu'étaient les
qualités qui définissaient un Gryffondor ? Une petite voix à l'intérieur de la tête de
Harry lui répondit: c'est leur tempérament audacieux et chevaleresque qui les
différencie des autres maisons.
Harry s'arrêta de marcher et laissa échapper un grand soupir, son souffle enfumé se
dispersant rapidement au dessus de l'air glacé. Il savait ce qu'il avait à faire. Si il était
honnête avec lui, il avait pensé à cela depuis le moment où il avait repéré l'épée à
travers la glace.
Il jeta un coup d'oeil autour de lui, de nouveau vers les arbres l'entourant, mais était
convaincu maintenant que personne n'allait l'attaquer. Ils avaient eu leur chance alors
qu'il marchait seul à travers la forêt, avaient eu une tonne d'opportunités tandis qu'il
examinait l'étang. La seule raison pouvant le retarder à ce moment était que la
perspective immédiate de ce qu'il allait faire était profondément peu engageante.
Avec des doigts tâtonnant Harry commença à enlever ses différentes couches de
vêtements. Ou est la « chevalerie » la dedans, pensa-t-il d'un air piteux, il n'en était
pas entièrement sûr, à moins que cela comptait comme un acte chevaleresque qu'il
n'ait pas appelé Hermione pour y aller à sa place.
Un hibou hululait quelque part tandis qu'il se déshabillait, et il pensa avec peine à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Hedwige. Il tremblait, ses dents claquaient terriblement, mais il continuait de se
dénuder jusqu'à ce qu'enfin il ne porte plus que ses sous-vêtements, pieds nu dans la
neige. Il plaça la pochette contenant sa baguette, la lettre de sa mère, le fragment de
miroir de Sirius, et le vieux vif d'or au sommet de ses vêtements et pointa la baguette
d'Hermione vers la glace.
"Diffindo! " La glace craqua avec un son semblable à un son de balle dans le silence.
La surface de l'étang se mit à se fissurer et des morceaux de glace sombre flottaient
dans l'eau troublée. Aussi loin que Harry pouvait juger, ce n'était pas profond, mais
pour retirer l'épée il aurait besoin d'être complètement submergé. La contemplation de
la tâche qui l'attendait ne la faciliterait en rien ou ne rendrait pas l’eau plus chaude. Il
marcha sur le bord de l'étang et plaça la baguette d'Hermione sur le sol toujours
éclairé. Alors, essayant de ne pas imaginer un froid sur le point de devenir plus
intense qu'il ne l'était déjà, il sauta.
Chaque pore de son corps semblait émettre des hurlements de protestation. La totalité
de l'air dans ses poumons semblait se geler solidement alors qu'il s'immergeait dans
l'eau glacée jusqu'aux épaules. Il pouvait difficilement respirer: tremblant si
violemment l'eau lapée sur les bord du bassin, il se sentait pâle et s’est pied
commençaient à s’engourdir. Il cherchait à plonger une seule fois.
Harry retardait le moment de l'immersion totale de seconde en seconde, haletant et
secoué, jusqu'à ce qu'il se dise lui même qu'il devait le faire, il rassembla tout son
courage, et plongea.
Le froid était extrêmement douloureux: cela l'attaqua comme du feu. Son esprit luimême
semblait être gelé alors qu'il progressait dans l'eau sombre vers le fond et y
parvint, tâtonnant pour trouver l'épée. Ses doigts se fermèrent sur la poignée; il la tira
vers le haut tandis que quelque chose se resserrait autour de son cou. Il pensa à des
mauvaises herbes marines, mais se souvint que rien ne l'avait frôlé quand il avait
plongé, il éleva sa main pour se libérer. Ce n'était pas des "mauvaise herbes": la
chaîne de l'Horcruxe s'était resserrée et comprimait lentement sa trachée.
Harry la vira, essayant de se dégager vers la surface, mais se propulsa simplement
dans la partie encore gelée de l'étang. Rossé, suffocant, il agrippa la chaîne qui
l’étranglait, ses doigts gelés incapables de la desserrer, des petites lumières éclatant
soudain dans sa tête. Il allait se noyer, il n'y avait plus rien, rien qu'il puisse faire, et
les bras qui se refermaient autour de sa poitrine étaient sûrement ceux de la mort...
Etouffant, trempé et plus froid qu'il n'avait jamais été dans sa vie, il alla face contre
terre dans la neige.
Quelque part, proche d'ici, une autre personne haletait, toussait et vacillait autour,
alors qu'elle était venue quand le serpent attaqua...Mais ces sons ne lui ressemblaient
pas, pas avec ces profonds toussotements, pas à en juger par la lourdeur de ses pas...
Harry n'avait aucunement la force de lever la tête et voir l'identité de son sauveur.
Tout ce qu'il pouvait faire était de lever une main tremblante à sa gorge et sentir
l'endroit où le loquet avait entaillé fermement sa chair. C'était parti. Quelqu'un l'avait
libéré. Alors une voix haletante parla au dessus de sa tête. "Es-tu inconscient ?"
Rien que le choc d'entendre cette voix pouvait avoir donné à Harry, la force de se
lever. Tremblant violemment, il chancela sur ses pieds. Là devant se tenait Ron,
entièrement couvert mais trempé jusqu'aux os, ses cheveux plaqués sur son visage,
l'épée de Gryffondor dans une main et l'Horcruxe se balançant au bout de sa chaîne
brisée dans l'autre.
"Pourquoi diable," haleta Ron, soutenant l'Horcruxe, qui se balançait d'avant en
arrière sur sa chaîne raccourcie tel un mouvement d'hypnose, "N'as tu pas pensé à
enlever l'objet avant de plonger ?"
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Harry ne pouvait pas répondre, la biche argentée n'était rien, rien comparé à la
réapparition de Ron; il ne pouvait pas y croire. Frissonnant à cause du froid, il attrapa
la pile de vêtement toujours étendus au bord de l'eau et commença à s'habiller. Alors
qu'il enfilait sweat après sweat par dessus sa tête, Harry fixait Ron, s'attendant
presque' à ce qu'il disparaisse s'il le perdait un moment de vue, et pourtant il devait
être réel: il venait juste de plonger dans l'étang et avait sauvé la vie d'Harry.
"C'était t-toi ?" dit enfin Harry, ses dents claquantes, sa voix plus fragile que
d'habitude, due à la tentative de strangulation qui avait précédé.
"Et bien, ouais" dit Ron, l'air légèrement confus.
"T-tu a fait apparaître cette biche ?"
"Quoi ? Non, bien sûr que non ! Je pensais que c'était toi !"
"Mon patronus est un cerf."
"Oh ouais. Je me disais aussi qu'il était différent. Il n’avait pas de ramures."
Harry mit la pochette d’Hagrid autour de son cou, enfila un dernier sweat, s'abaissa
pour prendre la baguette d'Hermione et fit de nouveau face à Ron.
"Comment es-tu venu jusqu'ici ?"
Apparemment Ron avait espéré que cette question viendrait plus tard, le cas échéant.
"Et bien, j'ai … tu sais… je suis revenu. Si… " il racla sa gorge. "Tu sais. Si tu veux
toujours de moi."
Il y eut une pause, dans laquelle le sujet du départ de Ron semblait remonter comme
un mur entre eux. Mais il était là. Il était revenu. Il venait juste de sauver la vie de
Harry.
Ron baissa les yeux vers ses mains. Il semblait momentanément surpris de voir les
choses qu'il tenait.
"Oh ouais, je l'ai retirée," dit-il, plutôt inutilement, soulevant l'épée pour qu'Harry la
voit. "C'est pourquoi tu as sauté dedans, vrai ?"
"Ouais," dit Harry."Mais je ne comprends pas. Comment es-tu arrivé ici ? Comment
nous as-tu trouvé ?"
"Une longue histoire," dit Ron."Je vous ai cherché durant des heures, c'est une grande
forêt, n'est-ce pas ? Et je pensais juste que je devrais me mettre sous un arbre et
attendre le matin quand je vous ai vu arriver."
"Tu n'as vu personne d'autre ?"
"Non," dit Ron. "Je … "Mais il hésita, jetant un coup d'oeil à deux arbres près d'eux
quelques mètres plus loin.
"J'ai vraiment pensé avoir vu bouger quelque chose là-bas, mais je courrais vers
l'étang à ce moment là, parce que tu y étais allé et tu n'étais pas revenu, donc je
n'allais pas faire un détour pour… Hé !"
Harry se pressait déjà vers le point que Ron avait indiqué. Les deux chênes se
rapprochèrent ensemble; il y avait un vide de seulement quelques pouces entre les
deux troncs à vue d'oeil, un endroit idéal pour observer sans être vu. Le sol autour de
la racine, toutefois, était libéré de la neige, et Harry ne pouvait voir aucun signes
d'empreintes de pas. Il retourna vers Ron toujours debout à attendre, toujours tenant
l'épée et l'Horcruxe.
"Rien ici ?" demanda Ron.
"Non,"dit Harry.
"Alors comment cette épée s'est-elle retrouvée dans cet étang ?"
"Le créateur du Patronus a dû l'y mettre."
Tout les deux regardaient l'épée d'argent richement décorée, sa poignée scintillante de
rubis dans la lumière de la baguette d'Hermione
"Tu crois que c'est la vraie ?" demanda Ron.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Un seul moyen de le savoir, n'est-ce pas ?" dit Harry.
L'Horcruxe se balançait toujours de la main de Ron. Le loquet tremblait légèrement.
Harry savait que la chose à l'intérieur était de nouveau agitée. Elle sentait la présence
de l'épée et avait essayé de tuer Harry plutôt que le laisser l'obtenir. Ce n'était
maintenant plus le moment de discuter; c'était maintenant le moment de détruire
l'Horcruxe une bonne fois pour toute.
Harry regarda autour, tenant la baguette d'Hermione plus haut, et vit l'endroit : un
roche plate se trouvait à l'ombre d'un platane.
"Viens ici." dit-il et s'avança en tête, enleva la neige de la surface du rocher et offrit sa
main pour l'Horcruxe. Quand Ron lui donna l'épée, toutefois, Harry secoua sa tête.
"Non tu dois le faire."
"Moi ?"dit Ron, l'air secoué. "Pourquoi ?"
"Parce que tu as sorti l'épée de l'étang. Je pense que c'est supposé que tu le fasses
toi."
Il n'était pas gentil ou généreux. Aussi sûr que le Patronus de biche avait été
inoffensif, il savait que cela devait être à Ron d'utiliser l'épée. Dumbledore avait au
moins appris à Harry quelque chose au sujet de certains types de magie, du pouvoir
incalculable de certains actes.
"Je vais l'ouvrir," dit Harry, "et tu donneras un coup avec l'épée. Tout de suite,
d'accord ? Parce que quoiqu'il y ait à l'intérieur, cela se débattra. Le morceau de
Jedusor (autrement dit la part d'âme de Voldemort) dans le journal a essayé de me
tuer."
"Comment tu vas l'ouvrir ?"demanda Ron. Il avait l'air terrifié.
"Je vais lui demander de s'ouvrir, en parlant le Fourchelang," dit Harry. La réponse
sorti si facilement de ses lèvres qu'il pensa qu'il avait toujours su cela profondément
en lui: peut-être était-ce récemment avec la rencontre de Nagini qu'il le réalisa. Il
regarda le S serpentin, incrusté de pierres précieuses vertes brillantes: c'était facile de
le visualiser comme un serpent minuscule, blotti sur la roche froide.
"Non!" dit Ron."Ne l'ouvre pas ! Je suis sérieux!"
"Pourquoi pas ?" demanda Harry."Débarrassons de cette chose maudite, cela fait des
mois …"
"Je ne veux pas Harry, je suis sérieux… je ne veux pas que tu le fasses …."
"Mais pourquoi ?"
"Parce que cette chose est mauvaise pour moi" dit Ron, se reculant loin du loquet sur
la roche."Je ne peux pas la manipuler ! Je ne m'invente pas d'excuses, pour ce que
c'est, mais cela m'affecte encore plus que toi et Hermione, ça me fait penser à des
trucs … des trucs que je pense de toute façon, mais cela empirera tout. Je ne peux pas
l'expliquer, quand je l'enlèverai, alors je récupérerai de nouveau ma tête forte et alors
je pourrai remettre les choses … je ne peux pas le faire Harry!"
Il s'était retourné, l'épée traînant à ses côtés, secouant sa tête.
"Tu peux le faire," dit Harry, " Tu peux ! Tu viens juste d'avoir l'épée, je sais que c'est
toi qui es supposé l'utiliser. S'il te plait débarrasse nous juste de cette chose Ron."
Le son de son prénom semblait agir comme un stimulant. Ron avala, alors respirant
toujours difficilement à travers son long nez et se retourna en direction du rocher.
"Dis mois quand," croassa-t-il.
"A trois," dit Harry,regardant le loquet et plissant ses yeux,se concentrant sur la lettre
S, imaginant un serpent, tandis que le contenu du loquet s'agitait bruyamment tel un
cafard pris au piège.
Cela aurait été facile de la plaindre, sauf que la coupure autour du cou de Harry le
brûlait toujours.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Un...Deux...Trois...Ouverture!"
Le dernier mot surgit comme un sifflement et un grondement et la porte dorée du
loquet s'ouvrit entièrement avec un petit clic. Derrière les deux fenêtres de verre
clignotait un oeil vivant, sombre et beau comme les yeux de Tom Jedusor avaient été
avant qu'ils deviennent d'écarlates pupilles en fentes.
"Frappe," dit Harry, tenant le loquet stable sur la roche.
Ron éleva l'épée dans ses mains tremblantes: l'objet se balançait sur les yeux pivotant
frénétiquement , et Harry saisit fermement le loquet, se préparant lui-même,
s'imaginant déjà le sang s'écoulant des fenêtres vides. Alors une voix siffla du
Horcruxe.
"J'ai vu ton coeur et il est à moi!"
"Ne l'écoute pas !" dit abruptement Harry."Frappe-le !"
"J'ai vu tes rêves, Ronald Weasley, et j'ai vu tes craintes. Tout ce que tu désires est
possible, mais tout ce que tu redoutes aussi..."
"Frappe!" cria Harry, sa voix se répandant aux arbres alentours, la pointe de l'épée
tremblait, et Ron regardait dans les yeux de Jedusor.
"Moins d'amour, toujours, d'une mère qui voulait une fille...Moins d'amour,
maintenant, par la femme qui préfère ton ami...bon second, toujours, éternellement
éclipsé..."
"Ron, frappe-le maintenant !" beugla Harry: il pouvait sentir le loquet tremblant dans
sa prise et était effrayé par ce qui arrivait. Ron éleva l'épée toujours plus haut, et
comme il continuait, les yeux écarlates de Jedusor brillèrent.
"En dehors des deux fenêtres du loquet, à l'extérieur de ces yeux, fleurirent comme
deux bulles grotesques, les têtes de Harry et Hermione, bizarrement déformées.
Ron hurla sur le coup et recula comme les visages fleurissaient hors du loquet,
d'abord des poitrines, alors des tailles, puis des jambes, jusqu'à ce qu'ils se tiennent
debout dans le loquet, côte à côte comme des arbres avec une racine commune,
oscillant par dessus Ron et le vrai Harry, qui avait arraché ses doigts du médaillon qui
s'était soudainement mis à la brûler comme chauffé à blanc.
"Ron!" cria-t-il, mais le Jédusor-Harry parlait maintenant avec la voix de Voldemort
et Ron regardait, hypnotisé, son visage.
"Pourquoi revenir ? Nous sommes mieux sans toi, plus heureux sans toi, content de
ton absence...Nous rigolons de ta stupidité, ta couardise, ta présomption…"
"Présomption!" reprit le Jedusor-Hermione, qui était plus belle mais plus terrible que
la vraie Hermione: elle se balançait, ricanant, devant Ron, qui semblait terrifié, l'épée
penchant inutilement à son côté"
"Qui pouvait te voir, qui aurait jamais posé un regard sur toi, à côté du fameux Harry
Potter ? Que n’as tu jamais fait, comparé à "l'élu" Qu'est-ce que tu es comparé au
"garçon qui a survécu" ?
"Ron frappe le, FRAPPE LE !" criait Harry, mais Ron ne bougeait pas. Ses yeux
étaient grands ouverts, et le Jédusor-Harry et la Jedusor-Hermione, se reflétaient en
lui, leurs cheveux ondulant comme des flammes, leurs yeux rougeoyants, leurs voix
s'élevant dans un duo maléfique.
"Ta mère a avoué," souria Jedusor-Harry l'air méprisant, tandis que la fausse
Hermione se moquait," qu'elle m'aurait préféré en tant que fils, qu'elle serait heureuse
d'échanger..."
"Qui le préfèrerait, quelle femme voudrait de toi, tu n'es rien, rien comparé à lui,"
chantonnait la fausse Hermione, et elle s'étira comme un serpent et s'entrelaça autour
du faux Harry, l'enveloppant dans une étroite étreinte : leurs lèvres se rencontrèrent.
Par terre devant eux, le visage de Ron se remplit d'angoisse. Il souleva haut l'épée, ses
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
bras tremblants.
"Fais le, Ron!" cria Harry.
"Ron regarda vers lui, et Harry pensait avoir vu une trace écarlate dans ses yeux
"Ron … ?"
L'épée étincela, chuta: Harry se tira hors de son chemin, il y eut un bruit métallique et
un long cri perçant.
Harry tournant autour, glissant sur la neige, baguette en main prêt à se défendre, mais
il n'y avait rien à combattre.
Les monstrueuses versions de lui même et de Hermione étaient parties: il y avait
seulement Ron, debout là avec l'épée tenant faiblement dans sa main, regardant vers
le bas les restes brisés du loquet sur la roche plate.
Lentement, Harry marcha vers lui, sachant difficilement quoi dire ou faire. Ron
respirait fortement: ses yeux n'étaient plus rouges du tout, mais avaient leur couleur
normale, le bleu, ils étaient mouillés aussi.
Harry se pencha, prétendant n'avoir rien vu, et ramassa l'Horcruxe cassé. Ron avait
transpercé le verre des deux fenêtres:les yeux de Jedusor étaient partis, et la doublure
de soie du loquet fumait légèrement. La chose qui habitait dans l'Horcruxe s'était
évanouie; torturer Ron avait été son acte final. L'épée fit un bruit métallique lorsque
Ron la laissa tomber. Il tomba à genoux, la tête dans ses bras. Il tremblait, mais non à
cause, Harry le réalisa, du froid.
Harry enfonça le loquet cassé dans sa poche, s'agenouillant à côté de Ron, et plaça
prudemment une main sur son épaule. Il prit comme un bon signe que Ron ne la
retirait pas.
"Après que tu sois parti,"dit-il dans une voix basse, reconnaissant du fait que le visage
de Ron était caché,"elle pleura durant une semaine. Probablement plus longtemps,
seulement elle ne voulait pas que je m'en aperçoive... Il y eut un tas de nuits où nous
ne nous sommes même pas adressé la parole. Avec ton départ..."
Il ne pouvait pas finir; c'est maintenant que Ron était de nouveau là que Harry réalisa
combien son absence leurs avait coûté.
"Elle est comme ma soeur," continua-t-il. "Je l'aime comme une soeur et je crois
qu'elle ressent la même chose pour moi. Ca a toujours été comme ça. Je pensais que tu
le savais."
Ron ne répondit pas, mais détourna son visage de Harry et essuya son nez
bruyamment dans sa manche. Harry se mit sur ses pieds de nouveau et marcha vers
l'endroit où l'énorme sac à dos de Ron était étendu quelques mètres plus loin,
abandonné alors que Ron avait couru vers le bassin pour secourir Harry de la noyade.
Il le hissa derrière lui et marcha vers Ron, qui se remit sur pieds alors que Harry
s'approchait, les yeux injectés de sang mais néanmoins calmes.
"Je suis désolé," dit-il dans une épaisse voix." Je suis désolé d'être parti. Je sais que
j'étais un … un …"
Il regarda autour dans l'obscurité, comme s'il avait l'espoir qu'un assez mauvais mot
fondrait sur lui et le réclamerait.
"Tu t'es comme qui dirait rattrapé ce soir," dit Harry." En prenant l'épée, en détruisant
l'Horcruxe et en sauvant ma vie."
"Ces actes me font sembler un peu plus cool que je l'étais," marmonna Ron.
"Ce genre de trucs semblent toujours plus cool qu'ils ne l'étaient vraiment" dit Harry.
"J'ai essayé de te le dire durant des années."Simultanément ils marchaient en avant et
se serrèrent dans leurs bras, Harry saisissant le derrière de la veste de Ron.
"Et maintenant," dit Harry alors qu'ils se relâchaient, "tout ce que nous avons à faire
est de trouver cette tente de nouveau."
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Mais ce n'était pas difficile. En y repensant, la promenade à travers la sombre forêt
avec la biche avait semblé longue mais avec Ron à ses côtés, le trajet de retour
semblait prendre un temps étonnement plus court.
Harry s'impatientait de pouvoir réveiller Hermione,et ce fût avec une excitation
précipitée qu'il entra dans la tente, Ron décalé un peu derrière lui.
Il faisait merveilleusement chaud après l'étang et la forêt, la seule flamme bleue
étincelant toujours dans une cuvette sur le plancher. Hermione s'était rapidement
endormie, blottie sous des couvertures, et ne bougea pas jusqu'à ce qu'Harry ait répété
son nom à plusieurs reprises.
"Hermione!"
Elle remua, puis se redressa en enlevant ses cheveux de sa figure.
"Qu'y a-t-il ? Harry ? Tu vas bien ?"
"C'est bon, tout va bien. Plus que bien, je suis très bien. Il y a quelqu'un ici."
"Qu'est-ce que tu veux dire ? Qui…?"
Elle vit Ron, qui était debout tenant l'épée et s'égouttant sur le vieux tapis. Harry
recula dans un coin sombre, y laissa tomber le sac de Ron, et essayait de se mêler aux
toiles. Hermione glissa hors du lit et bougea tel un somnambule vers Ron, ses yeux
sur sa face pâle. Elle s'arrêta droit devant lui, ses lèvres légèrement entrouvertes, ses
yeux grands ouverts. Ron lui donna un sourire faible d'espoir et leva ses bras à demi.
Hermione se lança en avant et commença à frapper du poing tout ce qu'elle pouvait
atteindre de lui.
"Ouch … ow … gerroff! Qu'est-ce que … ? Hermione … WOW!"
"Tu …es … complètement … con … Ronald … Weasley !"
Elle accentua chacun des mots avec un coup: Ron recula, se protégeant la tête tandis
qu'Hermione s'avançait.
"Tu … reviens … rampant … ici … après … des semaines … et des semaines …. Oh,
où est ma baguette ?!" Elle semblait prête à lutter pour l'arracher des mains d'Harry et
il réagit instinctivement.
"Protego!"
Le bouclier invisible surgit entre Ron et Hermione. La force de ce dernier la propulsa
en arrière sur le plancher.
Crachant des cheveux de sa bouche, elle se remit sur pied de nouveau.
"Hermione!" dit Harry."Calme …"
"Je ne me calmerai pas!" cria-t-elle. Jamais elle n'avait perdu le contrôle comme ça;
elle semblait complètement démente."Rend moi ma baguette ! Rends la moi !"
"Hermione, voudras-tu s'il te plaît …"
"Ne me dis pas quoi faire, Harry Potter!" hurla-t-elle d'un cri strident. "Je te défie de
faire ça. Rend la moi maintenant ! Et TOI !"
Elle pointait Ron en signe d'accusation: c'était comme une malédiction et Harry ne
pouvait pas blâmer Ron de se replier en arrière de plusieurs pas.
"Je te courrai après ! Je te le dis ! Je t'ai supplié de revenir!"
"Je sais," dit Ron,"Hermione, je suis désolé, je suis vraiment…"
"Oh, tu es désolé !". Elle rigola d'une voix aigue, un son hors de contrôle ; Ron
semblait appeler Harry à l'aide, mais Harry grimaça simplement en signe d'abandon.
"Tu reviens après des semaines … des semaines … et tu crois que tout va rentrer dans
l'ordre si tu dis juste 'désolé' ?"
"Et bien, qu’est-ce que je peux dire d'autre ?" lança Ron, et Harry était heureux que
Ron ait battu en retraite.
"Oh, je ne sais pas!" cria Hermione d'un air plein de sarcasmes. "Creuse toi la
cervelle, Ron, cela devrait prendre seulement deux secondes …"
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Hermione," intervint Harry, qui considérait que c'était un coup bas, "il vient juste de
me sauver la --"
"Je m'en moque!" cria-t-elle de nouveau."Je me fiche de ce qu'il a fait. Des semaines
et des semaines, nous aurions pu être morts pour tout ce qu'il savait …"
"Je savais que vous n'étiez pas morts!" beugla Ron, noyant sa voix pour la premier
fois, et approcha aussi près qu'il pouvait du charme du bouclier entre eux. "On entend
parler de Harry partout, toutes les radios, ils vous recherchent tous, toutes ces rumeurs
et histoires de fous, j'ai su que j'entendrais immédiatement si vous étiez morts, vous
ne savez pas à quoi cela ressemblait …"
"A quoi ça ressemblait pour toi ??.Sa voix était si perçante que bientôt seules les
chauves-souris seraient capables de l'entendre, mais elle avait atteint un niveau
d'indignation qui l'avait rendu temporairement muette et Ron saisit l'occasion.
"J'ai cherché à revenir dans la minute où j'ai transplané, mais j'ai tout de suite
rencontré un groupe de bandits, Hermione, et je ne pouvais aller nul part!".
"Un groupe de quoi ?" demanda Harry, tandis qu'Hermione se tirait sur une chaise, les
bras et jambes croisés si fermement que cela semblait peu probable qu'elle puisse les
démêler avant plusieurs années.
"Snatchers," dit Ron." Ils sont partout … des goupes essayant de gagner de l'or en
attrapant des sangs de bourbes et des traîtres de sang, il y a une récompense du
Ministère pour chaque capture. J'étais seul et je semblais être en âge d'aller à l'école;
ils se sont vraiment excités, pensant que j'étais un sang de bourbe en fuite. J'ai du
parler vite pour empêcher qu'ils ne me traîne jusqu'au ministère."
"Qu'est-ce que tu leur as dit ?"
"Je leur ai dit que j'étais Stan Shunpike. La première personne à laquelle j'ai pensé."
"Et ils t'ont cru ?"
"Ils étaient loin d'être les plus brillants. Un d'entre eux était sans doute à moitié troll,
son odeur..."
Ron jeta un coup d'oeil à Hermione, espérant profondément qu'il pourrait la calmer
par ce trait d'humour, mais son expression resta figée au dessus de ses membres
fermement noués.
"De toute façon, ils avaient commencé à se disputer entre eux pour savoir si j'étais
réellement Stan ou pas. C'était pathétique pour être honnête, mais ils étaient toujours
5 contre moi tout seul, et ils m'avaient pris ma baguette magique. Alors deux d'entre
eux se mirent à se battre et tandis que les autres étaient distraits, j'ai réussi à frapper
celui qui me tenait à l'estomac, saisir ma baguette, désarmer le type qui me tenait et
transplaner.
Je ne l'ai pas bien fait. Je me suis démantibulé de nouveau" … Ron leva sa main
droite pour montrer l'absence d'ongles sur deux doigts: Hermione haussant froidement
ses sourcils … " et je suis arrivé à quelques mètres d'où vous étiez. Au moment où je
revenais sur cette berge où nous étions...vous étiez partis."
« Ca alors, quelle histoire passionnante, » dit Hermione d’une voix hautaine qu’elle
adopta comme si elle espérait y mettre fin. » Tu a du être tout simplement terrifié.
Pendant ce temps nous partions à Godric’s Hollow et, laisse le penser, que s’est-il
passé, Harry ? Oh oui, le serpent de Vous-Savez-Qui se pointa, et faillit nous tuer tous
les deux, et alors Vous-Savez-Qui arriva et nous manqua d’une seconde. »
“Quoi ?” dit Ron, la regardant bouche bée elle et Harry, mais Hermione l’ignora.
« Imagine que tu perdes tes ongles, Harry ! Cela met vraiment nos souffrances en
perspectives, n’est-ce pas ?
« Hermione, » dit calmement Harry, « Ron m’a sauvé la vie. »
Elle feint de ne pas avoir entendu.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Une chose que j’aimerais savoir, cependant, » dit-elle, fixant un point au dessus de
la tête de Ron. « Comment tu nous as finalement trouvé ce soir ? C’est important. Une
fois que nous le saurons, nous serons capables de s’assurer que personne d’autre que
nous ne voulons pas voir puisse nous rende visite. »
Ron lui jeta un coup d’oeil, alors il tira un petit objet argenté de la poche de son jean.
« Avec ca. »
(Elle du regarder vers Ron pour voir ce qu’il montrait)
« Le déluminateur » demanda-t-elle, tellement surprise qu’elle oublia d’être froide et
féroce.
« Ce n’est pas juste censé allumer et éteindre les lumières, » dit Ron. « Je ne sais pas
comment ça marche ou pourquoi ça s’est produit maintenant et non à un autre
moment, parce que j’avais cherché à revenir depuis que j’étais parti. Mais j’écoutais
la radio vraiment tôt au matin de Noël et j’ai entendu…je vous ai entendu. » Il
regardait Hermione.
« Tu nous as entendu à la radio ? »demanda-t-elle incrédule.
« Non, je vous ai entendu sortant de ma poche. Votre voix, il leva le déluminateur de
nouveau, sortir de ça. »
« Et qu’est-ce que je disais exactement ? » demanda Hermione, son ton quelque part
entre le scepticisme et la curiosité.
« Mon nom. Ron. Et tu disais…quelque chose au sujet d’une baguette… »
Hermione prit une nuance ardente d’écarlate. Harry se souvenait : c’était la première
fois que le nom de Ron avait été prononcé à haute voix par l’un d’entre eux depuis
son départ; Hermione l’avait mentionné quand ils parlaient de réparer la baguette de
Harry.
« Donc je l’ai pris, » continua Ron, regardant le déluminateur, » et ça ne semblait pas
différent ou quoi que ce soit, mais j’étais sûr que je vous avais entendu. Donc j’ai
cliqué dessus. Et la lumière sortit dans ma chambre, mais une autre lumière apparut à
l’extérieur de la fenêtre. »
Ron leva sa main vide et la pointa devant lui, ses yeux focalisés sur quelque chose
que ni Harry ni Hermione ne pouvaient voir.
« C’était une boule de lumière, une sorte de boule bleuâtre, comme cette lumière qui
apparaît autour d’un Portoloin vous savez ? »
« Ouais, » dirent simultanément Harry et Hermione.
« Je savais que c’étais ça, » dit Ron. « J’ai pris mes trucs et les ai emballé, ensuite j’ai
mis mon sac à dos et je suis sorti dans le jardin.
« La petite boule de lumière flottait là, m’attendant, et quand je suis sorti elle s’agita
un peu et je la suivis derrière la remise et alors elle…et bien, elle s’introduit en moi. »
« Pardon ? » dit Harry, sûr de ne pas avoir entendu correctement.
« Cela semblait se diriger vers moi, » dit Ron, illustrant le mouvement avec son index
libre, « droit dans ma poitrine, et alors … c’est passé directement à travers, c’était là,
»il toucha un point près de son coeur, » je pouvais le sentir, c’était chaud. Et une fois à
l’intérieur de moi, je savais ce que j’étais supposé faire. Je savais que cela me
conduirait là où j’ai besoin d’aller. Donc j’ai transplané et je suis sorti à côté d’une
colline. Il y avait de la neige partout… »
« Nous étions là, » dit Harry. « Nous avons passé 2 nuits ici, et la seconde nuit je
continuais de penser que je pouvais entendre quelqu’un se déplaçant autour dans
l’obscurité et criant. »
« Ouais, et bien, ça devait être moi, » dit Ron. « Vos charmes de protection marchent,
de toute façon, parce que je ne pouvais ni vous voir ni vous entendre. J’étais sûr que
vous étiez autour, quoique, à la fin je me suis mis dans mon sac de couchage et j’ai
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
attendu que l’un d’entre vous apparaisse. Je pensais que vous vous montreriez quand
vous remballiez la tente. »
“Pas vraiment,” dit Hermione. ”Nous aurions disparu sous la cape d’invisibilité pour
plus de précaution. Et nous partons vraiment tôt, parce qu’à ce qu’Harry disait, on
pouvait entendre quelqu’un bourdonner autour. »
« Et bien, je suis resté sur cette colline toute la journée, » dit Ron. » Je gardais
l’espoir que vous apparaîtriez. Mais quand il commença à faire sombre j’ai su que je
devais vous avoir manqué,alors j’ai cliqué sur le déluminateur de nouveau, la lumière
bleue en sortit et vint en moi,et j’ai alors transplané et je suis arrivé dans ces bois. Je
ne pouvais toujours pas vous voir, donc j’ai continué à espérer que l’un d’entre vous
veuille bien enfin se montrer … et Harry le fit. Et bien, j’ai d'abord vu la biche,
évidemment. »
« Tu as vu quoi ? » dit Hermione tranchante.
Ils lui expliquèrent ce qui s’était passé; l’histoire et la biche argentée et de l’épée
découverte dans l’étang. Hermione fronça les sourcils en les regardant chacun leur
tour, se concentrant si fort qu’elle oublia de garder ses membres noués ensemble.
« Mais ça devait être un Patronus ! » dit-elle. « Vous ne pouviez pas voir qui le
manipulait ? Vous n’avez vu personne ? Et il vous a laissé l’épée ! Je n’arrive pas à y
croire! Alors que s’est-il passé ? »
Ron lui expliqua comment il avait vu Harry sauter dans l’étang, et avait attendu qu’il
refasse surface ; comment il réalisa que quelque chose n’allait pas, plongea, et sauva
Harry, puis repartit pour l’épée. Il arriva à parler de l’ouverture du loquet, puis hésita,
et Harry le coupa.
«… et Ron le brisa avec l’épée. »
« Et…et il y parvint ? Aussi simplement que ça ? » chuchota-t-elle.
« Et bien, le loquet … il criait, » dit Harry avec un demi-coup d’oeil à Ron. « Ici »
Il posa le loquet sur ses genoux, elle le prit avec précaution et examina ses fenêtres
perforées.
Se disant qu’il était temps de le faire, Harry enleva le charme de bouclier avec un
signe de la baguette d’Hermione et se tourna vers Ron.
« Viens-tu juste de dire que tu t’étais enfui d’entre les mains de ces bandits avec une
baguette de rechange ? »
« Quoi ? » dit Ron,qui était en train de regarder Hermione examiner le loquet. » Oh
… oh ouais. »
Il ouvra grand une boucle de son sac à dos et en tira une courte et sombre baguette de
sa poche. « Là, je suppose qu’il est toujours pratique d’en avoir une de secours. »
« Tu avais raison, » dit Harry, montrant sa main. « La mienne est cassée. »
“Tu rigoles ?” dit Ron, mais à ce moment Hermione se mit sur ses pieds, et il parût de
nouveau craintif.
Hermione fit disparaître l’Horcruxe dans le sac perlé, puis grimpa sur son lit et s’y
installa sans un mot.
Ron passa la nouvelle baguette à Harry.
“C’est le mieux que tu puisses espérer, je pense, » murmura Harry.
« Ouais, » dit Ron. « Ca aurait pu être pire. Te souviens-tu de ces oiseaux qu’elle
envoya sur moi une fois ? »
« Je n’ai toujours pas exclu cette possibilité! » intervint la voix assourdie d’Hermione
provenant de dessous ses couvertures, mais Harry vit Ron sourire légèrement tandis
qu'il tirait son pyjama couleur bordeaux de son sac à dos.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 2200
Harry ne s'était pas attendu à ce que la colère d'Hermione diminue durant la nuit, et
n'était donc pas surpris de voir qu'elle communiquait principalement par regards
obscènes et qu'elle gardait le silence le matin suivant. Ron répondit en maintenant en
maintenant un comportement anormalement sombre en sa présence comme signe
extérieur des remords continus. En fait, quand ils étaient tous ensemble, Harry se
sentait comme la seule personne qui n'était pas en deuil d'un enterrement s'étant mal
passé. Cependant, pendant les quelques moments où il était seul avec Harry
(recueillant l'eau et recherchant dans les sous-bois des champignons), Ron redevenait
sans scrupules, gai.
- Quelqu'un nous a aidé, continuait-t-il de dire. Quelqu'un nous a envoyé cette biche !
Quelqu'un est de notre côté ! Un Horcruxe de moins, ami !
Soutenus par la destruction du médaillon, ils se mirent à débattre des endroits
possibles des autres Horcruxes, et ils avaient discuté de cela tellement souvent avant,
que Harry se sentit optimiste, certain de réussir à percer le premier ce secret. Même la
bouderie d'Hermione ne pu troubler ses pensées enjouées : la récente amélioration de
leur fortune, l'aspect de cette mystérieuse biche, les récentes nouvelles sur l'épée, et
surtout, le retour de Ron, avaient rendu Harry si heureux qu'il était un peu difficile de
contenir ses émotions.
Tard dans l'après-midi lui et Ron échappèrent de nouveau à la présence sinistre
d'Hermione, sous le prétexte de récurer des haies pour des mûres inexistantes, ils
continuèrent leur échange de nouvelles. Harry avait finalement tout dit à Ron au sujet
de leurs divers vagabondages, à lui et Hermione, jusqu'à l'entière histoire de ce qui
s'était produit à Godric's Hollow; Ron était maintenant au courant de tout ce qu'ils
avaient découvert au sujet du monde des sorciers durant toutes ces lointaines
semaines.
« ... et maintenant avez-vous découvert sur le sujet Tabou? » dit-il à Harry, après
l'explication des nombreuses tentatives désespérées des nés Moldus à s’échapper du
ministère.
« Le quoi ? »
« Toi et Hermione avez arrêté de dire le nom de Tu-Sais-Qui ! »
« Oh, ouais. Et bien, c’est juste une mauvaise habitude que nous avons prise, » dit
Harry. « Mais je n’ai aucun problème à l’appeler V - »
« Non ! » hurla Ron, faisant sursauter Harry dans la haie et Hermione (le nez enfoncé
dans un livre à l'entrée de tente) fronça les sourcils en les regardant. « Désolé, » dit
Ron, tirant violemment Harry en arrière des mûres sauvages, « Mais le nom été
ensorcelé, Harry, c’est comme ça qu’ils suivent le peuple à la trace ! Utilise son nom
et cela cassera les sorts de protection, c’est à cause des quelques perturbations
magiques - c'est comme ça qu'ils nous ont trouvés dans la rue Tottenham. »
« Parce que nous avons utilisé son nom ? »
« Exactement ! Vous devez leurs donner leurs honneurs, cela signifie quelque chose.
C’était seulement les gens qui étaient sérieusement résistant à lui, qui aimaient
Dumbledore, qui osaient toujours l’utiliser. Maintenant ils ont mit un tabou sur cela,
quelqu'un qui le dit est traqué- la façon rapide et facile de trouver des membres de
l'ordre ! Ils ont presque eut Kingsley - »
"Tu plaisantes ?"
"Ouais, tout un tas de Mangemorts l'ont coincés, mais Bill dit qu'il a pu s'en débattre.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Il est en fuite comme nous maintenant." Ron se gratta le menton avec le bout de sa
baguette. « Tu ne crois pas que Kingsley aurait pu envoyer la biche ? »
"Son patronus est un lynx, nous l'avons vu au mariage, tu te souviens ?
"Ah ouais...".
Ils s'éloignèrent encore plus loin le long de la haie, loin de la tente et d'Hermione.
"Harry...tu ne crois pas que ça pourrait être Dumbledore ?"
"Quoi Dumbledore ?
Ron semblait un peu embarrassé, mais dit à voix basse,"Dumbledore... la biche? Je
veux dire," Ron regardait Harry du coin de ses yeux, « Il avait la vraie épée
dernièrement, non ? »
Harry ne rigola pas en entendant Ron, parce qu'il comprenait aussi bien le grand désir
derrière cette question. L’idée que Dumbledore s'était débrouillé pour revenir vers
eux, qu'il les observait, aurait été rassurante.
Il secoua sa tête."Dumbledore est mort," dit-il."J'ai vu ce qui 'est passé, j'ai vu le
corps. Il est définitivement parti. De toute façon son patronus était un Phoenix, pas
une biche"
"Les Patronus peuvent changer, non ?" dit Ron,"celui de Tonks avait changé non ?
« Ouais, si Dumbledore était en vie, pourquoi ne se montrerait-il pas ? Pourquoi nous
aurait-il juste passé l'épée ? »
"Va savoir" dit Ron."La même raison pour laquelle il ne te l'a pas donné quand il était
encore vivant ? La même raison pour laquelle il t'a légué un vieux vif d'or, et un livre
d'histoires pour enfants à Hermione?"
"Laquelle est-ce ?" demanda Harry, se tournant pour regarder Ron à la face
désespérée pour la
réponse.
"Je sais pas," dit Ron."Quelques fois j'ai pensé,quand j'étais un peu crevé, il avait un
rire ou --- ou il cherchait juste à rendre cela plus difficile,mais je ne pense pas ça,plus
maintenant.
Il savait ce qu'il faisait quand il m'a donné le Déluminateur, non ? Il -- eh bien," les
oreilles de Ron devinrent rouge vif et il devînt fasciné par une touffe d'herbe à
ses pieds,qu'il poussait avec son orteil, " il devait savoir que je vous abandonnerais."
Non," le corrigea Harry."Il devait savoir que tu reviendrais toujours."Ron semblait
reconnaissant, mais toujours embarrassé.
En partie pour changer de sujet, Harry dit,"En parlant de Dumbledore, as-tu entendu
ce que Rita Skeeter a écrit sur lui ?"
"Oh ouais,"dit Ron tout de suite,"les gens en parlent vraiment beaucoup. Sûr que,si
les choses
étaient différentes ce serait des nouvelles énormes,Dumbledore ayant été copain avec
Grindelwald,mais maintenant c'est juste quelque chose qui prête à moquerie pour les
gens qui n'aimaient pas Dumbledore,et un peu une claque dans la face de ceux qui
pensaient
qu'il était un type si bien. Je ne savais pas que ça ferait autant de bruit cette affaire
cependant. Il
était vraiment jeune quand ils --"
"Notre âge," dit Harry, comme il l'avait dit à Hermione, et quelque chose dans son
visage
semblait décider Ron à changer de sujet.
Une grosse araignée s'assît au milieu d'une toile glacée dans les mûres. Harry la visa
avec la
baguette que Ron lui avait donné la nuit dernière, qu’Hermione avait depuis examiné,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
et avait
décidé qu'elle était faite en prunellier.
"Engorgio" - L'araignée donna un petit remou..., rebondissant légèrement sur la
toile. Harry essaya de nouveau. Cette fois l'araignée devint légèrement plus grosse.
"Arrête ça," dit Ron brusquement,"Je suis désolé d'avoir dit que Dumbledore était
jeune, d'accord ?"
Harry avait oublié l'arachnophobie de Ron."Désolé --- Reducio" L'araignée ne rétrécit
pas. Harry baissa les yeux vers la baguette en prunellier. Chaque sort mineur qu'il
avait jeté
avec jusqu'à maintenant semblait plus faibles que ceux qu'il produisait avec sa
baguette de
phénix.
La nouvelle était importunément peu familière, comme si la main de quelqu'un d'autre
était
cousue au bout de son bras.
"Tu as juste besoin de pratique," dit Hermione, qui s'était approchée d'eux
silencieusement par
derrière et était debout à regarder anxieusement Harry essayant de grossir et réduire
l'araignée."Tout est une question de confiance en soi Harry."
Il savait pourquoi elle cherchait à le rassurer;elle se sentait toujours coupable d'avoir
cassé la
sienne .Il refoula la réplique qui avait sauté à ses lèvres,qu'elle pouvait prendre cette
baguette
si cela ne fait aucune différence,et il prendrait la sienne à la place. Néanmoins, il était
enthousiaste qu'ils soient de nouveau tous les trois amis, ainsi, il en convint;mais
quand Ron
tenta un sourire vers Hermione,elle le chassa et disparût derrière un livre encore une
fois. Tous
les trois retournèrent dans la tente quand l'obscurité tomba, et Harry commença le
premier tour
de garde. Assis à l'entrée, il essayait de faire léviter des petites pierres à ses pieds avec
sa
nouvelle baguette; mais sa magie semblait maladroite et plus faible qu'avant.
Hermione était
allongée sur sa couchette à lire, tandis que Ron, après de maints coups d'oeil nerveux
vers elle, avait
pris une petite radio en bois de son sac à dos et commença à essayer de la régler.
"Il n'y a que cette station," dit-il à Harry à voix basse,"qui dit les nouvelles telles
qu'elles le
sont. Toutes les autres sont du côté de Tu-Sais-Qui et sont régies par le
ministère, mais celle la...attend de l'entendre, c’est génial. Seulement ils ne peuvent
pas émettre
toute la nuit,ils doivent continuer à changer d'emplacements au cas où ils seraient
tracés et tu as
besoin d'un mot de passe pour le régler...l'ennui,c'est que j'ai manqué le dernier...
Il tambourinait clairement au sommet de la radio avec sa baguette murmurant des
mots au
hasard sous son souffle. Il jetait beaucoup de coups d'oeil furtifs vers Hermione,
craignant
simplement un accès de rage, mais vu l'attention qu'elle lui portait, il aurait très bien
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
pu ne pas
être là.
Pendant 10 minutes environ Ron tapotait et murmurait, Hermione tournait les pages
de son
livre, et Harry continuait de s'exercer avec sa baguette. A la fin Hermione descendit
de sa
couche tte. Ron cessa de tapper immédiatement."Si ça t'ennuie, j'arrête!" dit-il à
Hermione
nerveusement. Hermione ne daigna pas lui répondre, mais s'approcha d'Harry.
"Nous devons parler," dit-elle. Il regarda le livre toujours fermement dans ses mains.
C'était
*La vie et les mensonges d'Albus Dumbledore.*
"Quoi ?" dit-il avec appréhension. La pensée qu'il y avait un chapitre qui lui était
consacré
dedans flottait à travers/dans son esprit; il n'était pas sûr d'avoir envie d'écouter la
version de
Rita concernant sa relation avec Dumbledore. Toutefois la question d'Hermione,était
complètement inattendue.
"Je veux aller voir Xenophilius Lovegood."
Harry la fixa."Pardon ?"
"Xenophilius Lovegood, le père de Luna. Je voudrais y aller et lui parler."
"Heu - pourquoi ?"
Elle prit une profonde inspiration, comme si elle se préparait, et dit,"C'est cette
marque,la
marque dans *les contes de Beedle le Barde*.Regarde ça!"
Elle fourra la biographie de Dumbledore sous les yeux d'Harry et il vit à contrecoeur
une
photo de la lettre originale que Dumbledore avait écrit à Grindelwald, avec la finesse
habituelle de Dumbledore, écriture italique.
Il détestait voir des preuves indiscutables que Dumbledore avait réellement écrit ces
mots, que
ce n'était pas une invention de Rita.
"La signature," dit Hermione."Regarde la signature, Harry!"
Il obéit. Pendant un moment il n'eut pas la moindre idée de quoi elle
parlait,mais,regardant de
plus près à l'aide de la lumière de sa baguette,il vit que Dumbledore avait remplacé le
'A' de
'Albus par une minuscule version de la même marque triangulaire inscrite sur *les
contes de
Beedle le Barde*.
"Heu - qu'est ce que tu -- ?" tenta de dire Ron, mais Hermione le fit taire d'un regard
et se
retourna vers Harry.
"Ca n'arrête pas de surgir, non ?" dit-elle."Je sais que Viktor a dit que c'était la
marque de
Grindelwald, mais c'était sans aucun doute sur ces vieilles gravures à Godric's
Hollow,et les
dates sur la pierre tombale étaient d'avant que Grindelwald ne se montre!Et
maintenant ça!Et
bien,nous ne pouvons pas questionner Dumbledore et Grindelwald sur ce que ça veut
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
dire - Je
ne sais même pas si Grindelwald est toujours en vie - mais nous pouvons demander à
Mr.
Lovegood. Il portait ce symbole au mariage. Je suis sûre que c'est important, Harry!"
Harry ne répondit pas immédiatement. Il la regarda intensément, le visage avide puis
vers le
dehors dans l'obscurité environnante, pensif.
Après une longue pause il dit," Hermione, nous n'avons pas besoin de nouveau de
Godric's Hollow. Nous avons parlé d'y aller,et - "
"Mais ça continue d'apparaître,Harry! Dumbledore m'a laissé ce livre de contes,
comment sais-tu
qu'on n'est pas supposé se renseigner sur les signes ?"
"C'est reparti!" dit Harry légèrement exaspéré."Nous continuont d'essayer de nous
convaincre
que Dumbledore nous a laissé des signes et des indices - "
"Le Déluminateur s’est avéré très utile," siffla Ron."Je pense qu'Hermione a raison, je
pense que
nous devrions y aller et voir Lovegood."
Harry lui lança un regard noir. Il était complètement sûr que le soutien de Ron envers
Hermione avait peu à voir avec un désir de comprendre ce que ce signe signifiait.
"Ca ne se passera pas comme à Godric's Hollow, ajouta Ron,"Les
Lovegoods sont de ton côté ,Harry,*le Chicaneur* a toujours été de ton côté,et il
continue de
dire à tout le monde qu'ils doivent t'aider!"
"Je suis sûre que c'est important!" dit Hermione sérieusement.
"Mais ne pensez vous pas que si c'était le cas, Dumbledore m'en aurait parlé avant de
mourir ?"
"Peut-être...peut-être que c'est quelque chose que nous avons besoin de découvrir
nous
même," dit Hermione avec un semblant légèrement tenter d'attraper de la paille.
"Ouais," dit Ron ',"C'est logique."
"Non, ça ne l'est pas," cassa Hermione,"mais je pense toujours que nous devrons
parler à
Mr.Lovegood.Un symbole qui lie Dumbledore, Grindelwald, et Godric's Hollow ?
Harry, je suis
sûre que nous devrions en savoir plus à ce sujet!"
Je pense que nous devrions voter,"dit Ron."Ceux en faveur de l'idée d'aller voir
Lovegood "Sa main s'envola dans les airs avant celle d'Hermione, dont les lèvres tremblèrent de
façon
louche alors qu'elle levait la sienne.
"C'est voté, Harry, désolé," dit Ron,se jetant en arrière.
"Bien," dit Harry, moitié amusé,moitié irrité."Seulement, une fois que nous aurons vu
Lovegood, essayons et trouvons d'autres Horcruxes, vous voulez ? De toute façon, où
vivent les
Lovegoods ? L'un de vous le sait ?
"Ouais, ils ne sont pas loin de chez moi," dit Ron."Je ne sais pas où exactement, mais
maman et
papa montraient toujours les collines quand ils les mentionnaient.Ca ne devrait pas
être dur à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
trouver."
Alors Hermione retourna dans sa couchette, Harry dit à voix basse.
"Tu as seulement accepté d'essayer mais la revoilà de nouveau dans ses bons vieux
livres."
"Tout juste entre l'amour et la guerre," dit brillamment Ron,"et c'est un peu des deux.
Reprend
courage, c'est les vacances de Noël, Luna sera à la maison!"
Ils avaient une excellente vue du village de Ottery St. Catchopole de la pente fraîche
dans
laquelle ils transplanèrent le matin suivant. De leur haute place avantageuse le village
ressemblait à une collection de maisons de jouet dans les grands rayons de lumière du
soleil
qui atteignaient la terre à travers les espaces entre les nuages. Ils restèrent debout une
minute ou deux regardant vers le terrier, leurs mains protégeant leurs yeux,mais tout
ce qu'ils
pouvaient discerner étaient les hautes haies et arbres du verger,qui mettait la maison
de travers
à l'abri des yeux moldus.
"C'est bizarre, être si proche, mais ne pas pouvoir y rendre visite," dit Ron.
"Et bien, ce n'est pas comme si tu les avais à peine vu. Tu étais là pour Noël," dit
froidement
Hermione.
"Je n'étais pas au terrier!" dit Ron avec un rire incrédule."Tu pensais que j'étais rentré
à la
maison et que je leur avais tout raconté que je vous avais quittés ? Ouais,Fred et
Georges
auraient été formidables à ce sujet. Et Ginny, elle aurait vraiment été
compréhensive."
"Mais où étais-tu alors ?" demanda Hermione, surprise.
"Dans la nouvelle maison de Bill et Fleur. Petite maison carapace. Bill a toujours été
sympa
avec moi. Il - il n'a pas eu une très bonne impression quand je lui ai raconté ce que
j'avais
fait, mais il n'a pas cherché à en discuter. Il savait que j'étais vraiment désolé.
Personne du reste
de la famille ne savait que j'étais là. Bill dit à maman et papa que lui et Fleur
voudraient rester
chez eux pour Noël parce que ils voulaient le passer seuls. Tu sais, les premières
vacances
après le mariage. Je ne sais si Fleur y fait attention. Tu sais à quel point elle déteste
Celestina Moldubeck." Ron se retourna vers le Terrier.
"Essayons d'avancer plus haut," dit-il, se dirigeant vers le chemin au sommet de la
colline.
Ils marchèrent durant quelques heures, Harry, suite à l'insistance d'Hermione, se
cacha sous la
cape d'invisibilité. L'ensemble deq basses collines s'avérait être inhabitées hormis une
petite
maisonnette, qui semblait déserte.
"Tu penses que c'est la leur, et ils seraient partis pour Noël ?" dit Hermione,regardant
à travers
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
la fenêtre,une petite cuisine ordonnée avec des géraniums sur le rebord de la fenêtre.
Ron
grogna.
"Ecoutez,j'ai le sentiment que vous serez capable de dire qui habite ici si vous
regarder à
travers la fenêtre des Lovegoods. Essayons le prochain ensemble de collines.
Ils transplanèrent ainsi quelques kilomètres plus loin au nord.
"Aha!" lanca Ron, comme le vent fouettait leur cheveux et vêtements. Ron pointait
vers
haut,vers le sommet de la colline sur laquelle ils avaient transplané,où une maison
plus
qu'étrange lévitait verticallement contre un ciel,un grand cylindre noir avec une lune
fantomatique accroché derrière,dans le ciel d'après midi.
"Ca doit être la maison de Luna, qui d'autre vivrait dans un endroit pareil ? Ca
ressemble à un
corbeau géant!"
"Ca ne ressemble en rien à un oiseau," dit Hermione fronçant les sourcils vers la tour.
"Je parlais d'un freux d'échec,dit Ron "Un château
pour toi."
Les jambes de Ron étaient les plus longues et il parvint au sommet de la colline en
premier. Quand Harry et Hermione le rattrapèrent, haletant et se tenant les côtes,ils
le trouvèrent avec un larges sourire.
"C'est leur maison," dit Ron."Regarde"
Trois enseignes peintes à la main avaient été clouées sur une porte endommagée.
Sur la première on pouvait lire,
*LE CHICANEUR.EDITEUR, X.LOVEGOOD*
sur la seconde,
*SELECTIONNEZ VOTRE PROPRE GUI*
et enfin la troisième,
RESTEZ A L'ECART DES PRUNES DIRIGEABLES.
La porte craqua quand ils l'ouvrirent. Le chemin en zigzag menant à porte d'entrée
était
envahit par une large variété de plantes étranges dont un buisson couvert de fruits
orange
ressemblant à des radis que Luna portait parfois comme boucle d'oreille. Harry pensa
reconnaître un Snargaluff.
Deux vieux pommiers sauvages, pliaient sous le vent, dépouillés de feuilles mais
toujours massifs avec des fruits rouges de la taille d'une baie et de broussailleuses
couronnes blanches perlées de gui, se tenaient en sentinelle de chaque côté de la porte
d'entrée. Un petit hibou avec une tête qui ressemblait un peu à une tête de faucon
aplati les regardait depuis l'une des branches.
“Tu ferais mieux de retirer la cape d'invisibilité, Harry,” dit Hermione. “C'est toi que
Mr.
Lovegood veut aider, pas nous.”
Il fit ce qu'ils suggéraient, lui passa la cape pour la ranger dans son sac perlé. Elle
frappa
ensuite trois fois sur l'épaisse porte noire qui était cloutée avec des clous de fer et qui
portait un
heurtoir en forme d'aigle.
A peine 10 secondes passèrent, puis la porte s'ouvrit et là se tint Xenophilius
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Lovegood, pieds nu vêtu de ce qui semblait être une chemise de nuit tâchée. Ses longs
cheveux blancs semblables à de la barbe à papa étaient sales et mal peignés. En
comparaison
Xenophilius avait été positivement pimpant au mariage de Bill et Fleur.
"Quest-ce ? Qu'est-ce que c'est ? Qui êtes vous ? Qua voulez-vous ?" cria-t-il d'une
voix
suraiguë et plaintive, regardant d'abord Hermione, puis Ron, et finalement Harry, sur
lequel sa
bouche forma O parfaitement comique.
"Bonjour, Mr. Lovegood," dit Harry, en tendant sa main, "Je suis Harry, Harry
Potter."
Xenophilius ne sera pas la main d'Harry, quoique son oeil ne fut pas vers l'intérieur
sur son
nez glissa droit sur la cicatrice sur le front d'Harry.
"Pourrions nous entrer ?" demanda Harry. "Il y a quelque chose que nous aimerions
vous
demander."
"Je . . . Je ne suis pas sûr que ce soit recommandé," chichota Xenophilius. Il déglutit
et jeta un
regard rapide dans le jardin. "Plutôt un choc . . . Mon monde . . . Je . . . J'ai bien peur
de
penser que je ne devrais réellement pas ---"
"Ce ne sera pas long" dit Harry, un peu désappointé par cet accueil peu chaleureux.
"Je --- Oh, et bien d'accord alors. Entrez, vite, vite !"
Ils étaient à peine sur le seuil lorsque Xenophilius fit claquer la porte derrière eux, Ils
étaient
debout dans la cuisine la plus particulière que Harry ait jamais vu. La pièce était
parfaitement
circulaire, tellement qu'il trouvait qu'elle ressemblait à l'intérieur d'un poivrier géant.
Tout
était courbé pour s'adapter aux murs - le fourneau, le lavabo et les buffets - et tout
cela
avait été peint avec des fleurs, des insectes et des oiseaux dans des couleurs primaires
brillantes. Harry pensa qu'il reconnaissait le style de Luna. L'effet dans un tel espace
enfermé,
était légèrement écrasant.
Au milieu de la pièce, un escalier circulaire en fer forgé menait aux niveaux
supérieurs.
Il y avait beaucoup de cliquetis et de bruits au dessus d'eux Harry se demanda ce
que Luna pouvait faire.
« Vous devriez monter. » leur dit Xenophilius, en les regardant toujours de façon très
gênante, et il passa devant. La salle ci-dessus semblait être la combinaison d'une salle
de
séjour et d'un lieu de travail, et comme tel, elle était bien plus encombrée que la
cuisine. Bien
qu'elle soit beaucoup plus petite et entièrement circulaire, la salle ressemblait
légèrement à une
pièce de Condition sur l'occasion inoubliable qu'elle avait été transformée en un
labyrinthe
gigantesque comprenant des siècles d'objets cachés. Il y avait des piles et des piles
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
des livres et des papiers sur chaque surface. Des modèles délicats de créatures que
Harry ne
reconnu pas, toutes les ailes s'agitant ou les mâchoires se refermant, était accrochées
au
plafond.
Luna n'était pas là:la chose qui faisait un tel raffut était un objet en bois couvert de
dents et de
roues tournants grâce à la magie,cela ressemblait à la progéniture bizarre d'un établi et
d'une
paire de planches,mais après un moment Harry en déduit que c'était une machine
d'imprimerie
démodée, du fait qu'elle produisait des *Chicaneurs* en série.
"Excusez moi," dit Xénophilius,et il enjamba la machine,saisit malproprement une
nappe de
sous un nombre incalculable de livres et journaux,qui dégringolèrent tous sur le
plancher,et
la jeta sur l'imprimerie,assourdissant quelque peu les détonations et les cliquetis.
Il fit alors face à Harry."Pourquoi êtes vous venus ?" toutefois avant qu'Harry ait pu
parler, Hermione laissa sortir un petit cris de stupeur.
"Mr.Lovegood - qu'est-ce que c'est ?" voyant qu'elle pointait une énorme corne en
spirale
grise, pas très différente de celle d'une licorne, qui était montée sur le mur,plus en
avant de
plusieurs pieds dans la pièce.
"C'est la corne d'un Ronflak cornu," dit Xenophilius.
"Non ça ne l'est pas!" dit Hermione.
"Hermione" murmura Harry, embarrassé,"ce n'est pas le moment -"
"Mais Harry, c'est une corne "d'Erumpent"! C'est un matériau exploitable de
classe B et c'est une chose extraordinairement dangereuse dans une maison!"
"Comment sais-tu que c'est une corne d'Erumpent ?" demanda Ron, s'éloignant de la
corne aussi
vite que possible, et la regardant du fond de la pièce.
"Il y a une description dans * Fantastiques Bêtes et où les trouver*!Mr
Lovegood,vous devez
vous débarrasser de ça immédiatement, ne savez vous pas que ça peut exploser au
moindre
contact?"
"La corne de Ronflak cornu" dit Xenophilius très clairement,un regard entêté sur son
visage,"c'est une créature timide et hautement magique,et sa corne -"
"Mr Lovegood. je reconnais les marques de rainures autour de la base,c'est une corne
d'Erumpent et c'est incroyablement dangereux - je ne sais pas où vous avez eu ça-"
"Je l'ai acheté," dit Xenohpilius tranchant."Deux semaines auparavant, à un charmant
jeune
magicien qui savait mon intérêt pour les Ronflax exquis. Une surprise de Noël pour
ma
Luna. Maintenant," dit-il,se tournant vers Harry "pourquoi exactement êtes vous
venu,Mr.Potter ?"
"Nous avons besoin d'un peu d'aide," dit Harry,avant qu'Hermione ne puisse
recommencer à
parler.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Ah" dit Xenophilius,"de l'aide,Hmm."Son bon oeil fixa de nouveau la cicatrice
d'Harry.Il
semblait terrifié et hypnotisé en même temps."Oui.le truc c'est que...aider Harry
Potter...est
plutôt dangereux..."
"N'êtes vous pas le seul qui continue de dire que le premier devoir de chacun est
d'aider Harry
?" dit Ron."Dans vos magazines ?"
Xenophilius jeta un coup d'oeil derrière lui vers l'imprimerie recouverte, toujours
détonante et
clinquante sous la nappe."Heu - oui, j'ai exprimé cette opinion. Toutefois -"
"C'est à tout les autres de faire quelque chose, pas vous personnellement ?" dit Ron.
Xenophilius de repondit pas. Il continuait de digérer la remarque..., ses yeux oscillant
entre les trois. Harry avait l'impression qu'il y avait une lutte douloureuse qui se
déroulait en lui.
"Où est Luna ? demanda Hermione."Voyons voir ce qu'elle en pense."
Xenophilius avala sa salive.Il semblait rassembler son courage. Finalement il dans
une voix
tremblante difficile à entendre avec le bruit de l'imprimerie,"Luna est au ruisseau,à
pêcher des
plimpies d'eau douce(plante).Elle...elle appréciera de vous voir. Je vais l'appeler et
alors ou, très bien. J'essayerai de vous aider."
Il disparut par l'escalier circulaire et ils entendirent la porte d'entrée s'ouvrir et se
fermer. Ils se
regardaient les uns les autres.
"Vieille Vérue lâche" dit Ron."Luna a eu 10 fois plus de tripes."
"Il est probablement inquiet au sujet de ce qu'il leur arrivera si les Mangermorts
découvrent
que j'étais ici" dit Harry.
"Et bien,je suis d'accord avec Ron," dit Hermione,"Un bon vieil hypocrite,disant à
tout le
monde de t'aider alors qu'il se défile lui même. Et pour l'amour du ciel éloigne toi de
cette corne."
Harry s'approcha de la fenêtre sur le côté éloigné de la pièce. Il pouvait voir un
ruisseau,un
ruban mince scintillant loin en dessous d'eux à la base de la colline .Ils étaient
vraiment très
haut;un oiseau voleta devant la fenêtre alors qu'il regardait en direction du
terrier,maintenant
invisible au delà d'une autre rangée de collines.
Ginny était par ici quelque part. Ils étaient aujourd'hui plus proches l'un de l'autre
qu'ils ne
l'avaient été depuis le mariage de Bill et Fleur, mais elle ne pouvait pas avoir idée
qu'il la
regardait en ce moment, pensant à elle. Il supposait qu'il devait en être heureux;
quiconque
entrant en contact avec lui était en danger, l’attitude de Xenophilius le prouvait bien.
Il
s'éloigna de la fenêtre et son regard tomba sur un autre objet particulier posé sur un
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
tableau/panneau de diapositives/photos courbé et encombré; une pierre mais d'une
belle
sorcière mais au regard austère qui arborait une coiffure plus qu'étrange. Deux objets
qui
ressemblaient à des oreilles en trompettes dorées étaient courbés sur les deux cotés.
Une
minuscule paire d'ailes bleu brillantes étaient collées à une bandoulière en cuir qui se
prolongeait au sommet de sa tête, tandis qu'un des radis orange avait été collé dans
une
seconde bandoulière autour de son front.
"Regardez ça" dit Harry.
"Fetching," dit Ron. Etonné qu'il n'ai pas appris ça au
mariage."
Ils entendirent la porte d'entrée se fermer, et un moment plus tard Xenophilius grimpa
les
escaliers jusque dans la pièce, ses jambes minces maintenant fourrées dans des bottes
de
caoutchouc, portant un plateau de tasses de thé mal assorties et une théière fumante.
"Ah, vous avez repéré mon invention favorite," dit-il, poussant le plateau dans les
bras
d’Hermione et rejoignant Harry sur le côté de la statue.
"Modelé, assez convenablement, sur la tête de la belle Rowena Serdaigle, L’esprit est
assurément le plus grand trésor d’un homme!’"
Il indiqua les objets semblables à des oreilles en forme de trompettes
"Ce sont les siphons de Wrackpurt - pour enlever toute source de distraction dans
l’entourage du penseur. Ici, " il pointa les ailes minuscules, " un propulseur de
Billywig, pour
induire un esprit très fort. Finalement, " il pointa le radis orange, " la
Prune dirigeable, afin d’augmenter la capacité d’accepter l’extraordinaire."
Xenophilius avança de nouveau vers le plateau de thé, qu’Hermione était parvenu à
équilibrer
dangereusement sur une des tables latérales encombrées.
"Puis-je vous offrir à vous tous une infusion de Gurdyroots ?"dit Xenophilius. "Nous
les faisons nous-même." Comme il commençait à verser les boissons, qui étaient
profondément pourpre comme le jus de betteraves, il ajouta, "Luna est au-delà du
pont du Bottom, elle doit être excitée que vous soyez ici. Elle ne va pas être longue,
elle a attrapé presque attrapé assez de Plumpies pour faire de la soupe pour nous tous.
Asseyez-vous et servez-vous du sucre.
"Maintenant," il enleva une pile de papiers chancelante d’un fauteuil et s’assit, ses
jambes de
caoutchouc croisées, "que puis-je faire pour vous aider, Mr. Potter ?"
"Bien," dit Harry, jetant un coup d’oeil vers Hermione, qui inclina la tête d’une
manière
encourageante, "C’est à propos du symbole que vous portiez autour de votre cou au
mariage de
Bill et de Fleur, Mr. Lovegood. Nous nous demandions ce qu’il signifiait."
Xenophilius leva ses sourcils.
"Fais-tu reférence au signe des reliques Mortelles?
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 2211 :: LLEEE CCCOOONNNTTTEEE DDDEEESSS TTTRRROOOIIISSS FFFRRREEERRREEESSS
Harry regarda Ron et hermione, mais eux non plus ne semblaient pas avoir compris e
que M Lovegood venait de dire.
"Les reliques de la mort"?
’’ C'est tout à fait cela"dit il "Je ne suis pas étonné, très peu de sorciers croient à cette
légende. J’ai beaucoup observé ce jeune homme, ce sportif, Krum je crois, qui était au
mariage de votre frère. Il m'accusait d'être un mauvais sorcier car je portais ce
symbole dans le cou et que ce symbole a été pris par Grindewald pour poser sa
marque. Mais ce symbole n’a rien de maléfique et il remonte à très longtemps, il était
utilisé pour guider ceux qui croyaient à cette légende dans leur quête.’’
Il remua son sucre dans sa tasse et bu quelques gorgées.
"Je suis désole "dit Harry, "Je ne comprends toujours pas". Pour être poli, il but lui
aussi une gorgée de thé qu’il reposa immédiatement, car il avait l'étrange goût
d'haricots.
"Bien, dit-il, les croyants recherchent les reliques de la mort"
"Mais qu’est ce que sont les reliques de la mort "demanda Hermione
M Lovegood mis sa tasse de côté et répondit "Je suppose que vous connaissez le
conte des trois frères ? "
"Non" répondirent Hermione et Harry d'une même voix
"Oui "répondit Ron
"Bien donc pour vous Harry et Hermione on va partir du début, je dois avoir un
exemplaire des contes de Beedle là-bas quelque part "attendez "l'interrompit
Hermione
"J’en ai une copie ici" elle sortit le livre donné par Dumbledore de son sac et le
montra à M. Lovegood.
"Une copie dit-il après avoir regardé son livre "Vous voulez rire c l'original" "bien
alors commence la lecture s’il te plaît"
"Eh ......"dit Hermione nerveusement.Elle ouvrit le livre et Harry remarqua que le
symbole était aussi grave sur l'entête de l'histoire, elle commença à lire.
"Il était une fois trois frères qui voyageaient le long d'une route solitaire et remontant
au crépuscule"
"A minuit" l'interrompit Ron à qui elle jeta un regard froid.
"Désolé mais c'est ce que maman nous disait quand elle nous racontait l'histoire"
Mr Lovegood qui ne fit pas attention à la remarque et encouragea Hermione à
continuer.
"Les frères atteignirent une rivière, reprit-elle, profonde, sombre et trop dangereuse
pour être traversée à la nage mais cependant ces frères avaient étudié la magie et donc
ils ondulèrent leur baguette avec lesquelles ils firent sortir un pont sur l'eau. Ils étaient
arrivés à la mi-chemin lorsqu'une ombre encapuchonnée bloqua leur chemin et alors
la mort leur parla"
"Désolé"dit Harry "mais la mort leur a parlé ?"
"C'est un conte de fée Harry" "la mort était fâchée qu'ils aient pu sortir de son piège
en construisant ce pont et en lui enlevant donc trois nouvelles victimes, mais la mort
était intelligente et elle fit semblant de féliciter les trois frères pour leur magie et leur
dit que chacun avait gagné un prix pour leur ingéniosité.
Le plus vieux des frères qui était un homme combatif demanda la plus puissante des
baguettes qui puisse exister, celle qui pouvait gagner tous les duels, une baguette
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
digne d'un sorcier qui avait battu la mort.
Le deuxième qui était un homme arrogant décida d'humilier la mort et lui demanda un
objet avec lequel il pourrait rappeler ceux qu’elle avait déjà pris.
Le troisième étant plus sage que ses frères lui demanda un objet capable d'aller de
l'avant sans que la mort ne puisse le suivre.
La mort alla donc vers l'arbre le plus proche et façonna une baguette pour l'aînée, puis
elle ramassa une pierre qu’elle enchanta pour le deuxième et à contre coeur remis sa
propre cape d'invisibilité au dernier.
"Ils ont obtenu une cape d'invisibilité" dit Harry
“Donc il pouvait s’approcher discrètement des gens,” dit Ron. “Parfois il en avait
marre de courir après eux, agitant ses bras et hurlant . . . désolé Hermione.”
Alors la mort s'écarta et laissa passer les trois frères qui continuèrent leur route en se
vantant autour d’eux d'avoir vaincu la mort.
Le premier frère retourna ensuite chez lui dans un village lointain et alla rendre visite
à des collègues sorciers avec qui il s'était disputé, naturellement avec la baguette
comme arme il ne pouvait que gagner le duel qui s'en suivit.
Une fois son ennemi mort sur le plancher, il alla boire un verre à l'auberge où il s'était
vanté haut et fort d'avoir la baguette magique la plus puissante, et le soir très tard
après qu'il se soit endormi un sorcier entra chez lui l'égorgea pendant son sommeil et
lui déroba sa baguette. Ainsi la mort s'était vengée et avait pu reprendre le premier
frère
Pendant ce temps le second voyageait vers sa propre maison où il vivait seul. Arrivé il
sortit la pierre et la tourna trois fois dans ses main comme lui avait expliqué la mort et
à son grand plaisir la fille qu’il voulait épouser plus jeune mais qui était décédée trop
tôt apparut devant lui. Pourtant bien que revenue d'entre les morts elle semblait bien
triste et séparée de lui comme par un voile. Et il en devenu fou de désir sans espoir et
il se suicida. La mort venait de reprendre le deuxième frère.
Puis la mort chercha le troisième et elle chercha durant des années sans le retrouver.
Ce n'est que quand le troisième frère fut vieux et fatigué et qu'il décida de retirer la
cape pour la donne à son fils qu'il réussit.
Et le vieil homme suivit la mort et la salua comme un vieil ami avec qui il partit avec
joie, tout deux égaux.
Hermione ferma le livre.Mais ce ne fut après qu'un long moment que M Lovegood se
remit à parler, il regarda par la fenêtre et dit "Bien là vous y êtes ( ?)…".
"Désolé" répondit Hermione confuse.
"Ce sont les reliques de la mort" dit-il, il prit un stylo et commença à dessiner une
ligne verticale droite et dit "la baguette de l'aînée" il ajouta un cercle sur la ligne et dit
"la pierre de la résurrection "puis il dessina un triangle autour du dessin en disant "la
cape d'invisibilité"
"Ensemble ils forment les reliques de la mort" finit-il
"Mais ils ne font pas mention du sanctuaire dans l'histoire"dit Hermione
"Bien sur que non" répondit il "ceci est un conte pour enfant, il est fait pour amuser
pas pour instruire. Ceux de nous croyant à la légende cependant remarquerons que
l'histoire se réfère à trois objets vénèrés, qui, réunis à un seul propriétaire feraient de
lui le maître de la mort.
Il y eut un court silence durant lequel Xenophilius jeta un coup d’oeil par la fenêtre.
Déjà le soleil était bas dans le ciel.
“Luna doit avoir assez de Plimpies désormais,” dit-il tranquillement.
"Quand vous dites le maître de la mort à quoi pensez-vous "dit Ron
"Le maître, dit Xénophilius en ondulant sa main. Le vainqueur, le vainqueur, comme
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
vous préférez "
"Mais alors … cela veut dire …, dit Hermione lentement - et Harry pourrait dire
qu’elle essayait de n’avoir aucune trace de scepticisme dans sa voix - Que vous
croyez que ces objets existent réellement ? "
Xénophilius souleva encore ses sourcils ‘’ Mais, bien sur ‘’
"Mais... dit Hermione, et Harry puvait entendre que sa retenue commençait à craquer,
"M Lovegood comment pouvez-vous être sûr qu’elles existent ?"
"Luna m’a tout dit sur vous, que vous êtes très intelligente mais que votre esprit était
très limité, pouvez-vous me prouver qu'elles n'existent pas ? " dit-il.
« Peut-être devrais-tu essayer le chapeau, Hermione, » dit Ron en tentant de ne pas
rire et en tournant la tête vers « des chapeaux ridicules
" M. Lovegood, commença encore Hermione, nous savons tous qu’il existe des capes
d’invisibilité, elles sont rares, mais elles existent. Mais…"
"Pas comme celle-ci Mlle Granger celle-la est une vraie cape d'invisibilité qui permet
à celui qui la porte d'être totalement invisible. Ce n'est pas une de ces capes
imprégnées par un charme de désillusion ou un sort d'éblouissement celle-ci rend la
personne qui la porte totalement invisible et elle dure éternellement, alors que les
autres leur charme s'éteint très vite. Avez-vous déjà vu une cape comme celle-ci
Mlle?
Hermione ouvrit la bouche et la referma, elle jeta un regard aux autres mais Harry su
qu’elle pensait à la même chose qu'eux. Il connaissait un manteau exactement comme
celui dont il venait de parler et il était dans la pièce avec eux à ce moment même.
"Exactement "dit M Lovegood qui pensait les avoir battus à courts d'arguments.
"Aucun d'entre vous n’a jamais vu une telle chose. Le propriétaire serait riche, n’estce
pas?"
Il jeta de nouveau un coup d'oeil par la fenêtre. Le ciel était maintenant teinté par de
faibles traces de rose.
"Bien dit Hermione le manteau existe mais la pierre comment peut elle être vraie ?"
"Prouvez qu’elle ne peut pas l'être "dit-il
Hermione semblait outragé.
"Mais c'est complètement ridicule, voyons, comment pourrai-je le prouver en
vérifiant tous les cailloux dans le monde. Comment peut-on prouver qu'un objet existe
si on est même pas sur que les propriétaires eux même ont existé ?"
"On le peut "dit il "je suis content que vous commenciez à ouvrir votre esprit petit à
petit"
"Donc la baguette de l'aîné, dit Harry rapidement avant que Hermione ne réplique,
vous pensez qu’elle peut exister aussi
" Hé bien, la baguette de l’aînée est celle que l'on peut retrouver le plus facilement à
cause de la façon dont elle a été prise à chacun de ses anciens propriétaires"
"Laquelle ?" demanda Harry
Et bien celui qui veut la baguette doit capturer et tuer son ancien propriétaire si il veut
pouvoir la posséder." dit-il.
"Vous avez sûrement entendu parler de la baguette d'Egbert le Flagrand qui est
devenue sienne après avoir abattu Emeric le Mal ? Comment Godelot est mort dans sa
propre cave après y avoir été enfermé par son propre fils Hereward. Puis Barabas
Deverill lui prit, se fut ensuite à lui de se faire vaincre par Loxias et ainsi de suite. On
peut suivre la trace sanglante de la baguette à travers les pages de l'histoire."
Harry jeta un coup d’oeil à Hermione. Elle fronçait les sourcils sur Xénophilius mais
ne le contredit pas.
"Pensez-vous savoir où elle se trouve maintenant ?" dit Ron
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Hélas qui sait ?" dit il alors qu'il continuait à fixer la fenêtre. "Qui sait où elle est
cachée ?" La piste devenait froide avec Arcus et Livius. Qui peut dire lequel d’eux a
vraiment battu Loxias, et lequel a pris la baguette ? Et qui peut dire qui les a battu ?
L’histoire , hélas ne nous le dit pas.”
Il y eut une pause. Et finalement, Hermione demanda :
"Monsieur est-ce que la famille Peverell a quelque chose à voir avec le sanctuaire des
morts ? " dit Hermione
"Et bien vous m'avez tromper jeune femme "dit il en la regardant avec des yeux rond
"j'ai pensé que vous étiez novice dans la quête des reliques mais pas du tout.
Beaucoup d'entre nous pensent qu'il est lié aux reliques."
"qui est Peverell ?"demanda Ron
"c'est le nom qui était sur la tombe ou figurait le symbole dans le cimetière de Goric
Holow."dit Hermione
"Ignotus Peverell exactement"dit M Lovegood son index levé
"le signe du sanctuaire des mort sur la tombe est une preuve concluante"!!
"De quoi"dit Ron
"Pourquoi les 3 frères ne seraient pas les trois frères de Peverell soit Antioch, Cadmus
et Ignotus ! Peut-être que c'était eux les propriétaire originaux des reliques"dit il en
regardant fixement la fenêtre puis il prit le plateau et descendit l'escalier en
colimaçon. "Vous restez dîner" appela-t-il une dernière fois avant de disparaître.
"Qu’en pensez-vous ?" demanda Harry
"Oh Harry "dit Hermione avec lassitude"ceci ne veut rien dire à part que c’est un
débit de bêtises, il le pense car c'est bizarre c'est tout."
"Je sais que c'est l'homme qui croit aux cormak ronflu"dit Ron "vous ne l'avez pas cru
?" insista-t-il
"S’il existait lequel prendrez-vous?"
"le manteau" dit Hermione
"la baguette" dit Ron
"la pierre "dit Harry
"Pourquoi le manteau" demanda Ron à Hermione "si tu as une baguette tu peux être
invisible"
"et nous avons déjà ma cape" dit harry
"et elle nous a déjà été très utile, au cas ou vous ne l'auriez pas remarqué !" dit
Hermione
"La baguette ne ferait que nous attirer des ennuis"dit Ron
"Ron les baguettes peuvent être puissantes car les sorciers qui les utilisent ont eux
même une grande puissance magique.Certains sorciers aiment simplement se vanter
que la leur est plus puissante que les autres mais ça s'arrête là."
Harry pensa un moment que cette baguette pourrait être la sienne mais après réflexion
il se rappela que la sienne était en houx pas en hêtre et que’lle avait été façonnée par
Ollivander lui même.Quoi qu’elle ait fait le soir où Voldemort le poursuivait dans le
ciel, si elle était imbattable elle ne se serait pas brisée.
"Pourquoi prendrais-tu la pierre ?" lui demanda Ron
"Bien si elle avait le pouvoir de ramener les morts, je pourrai ramener mes parents,
Sirius, Maugrey et Dumbledore." Ron et Hermione ne rirent pas à ce qu'il venait de
dire.
"Mais selon le conte ils ne veulent pas revenir"dit Harry tristement
"Je suppose qu'il doit y avoir plein d'autres histoires sur cette pierre ?"demanda Harry
"Non je pense qu'il a tout simplement inventé en s'inspirant de la pierre philosophale"
répondit Hermione "car je n’ai jamais rencontré quelque chose de semblable dans
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
d'autres livres"
"Et la cape "dit Ron "vous vous rendez compte chaque fois que nous avons utilisé
celle d'Harry personne ne pouvait nous voir et je n'ai jamais entendu que d'autres
capes d'invisibilité étaient aussi puissantes. Toute les autres finissent par s'abîmer en
se trouant ou lorsque le charme se dissipe alors que celle de Harry n'est pas récente
car son père l'utilisait déjà lorsqu'il était élève à Poudlard. Donc je pense qu’elle est
plus perfectionnée que les autres."
"Oui d'accord mais Ron la pierre........"
Comme il commençait à se disputer Harry commença à errer dans la pièce. Atteignant
l'escalier en spirale il monta au niveau supérieur, leva les yeux et vit son portrait le
regarder il examina un peu plus et se rendit compte que ce n'était pas un miroir.
Curieux il continua d'avancer.
"Harry que fais tu ?" lui demanda Hermione "je ne pense pas que ce serait très poli de
visiter la maison alors que Mr Lovegood ne nous y a pas invité."
Mais il était déjà rentré .C'était la chambre de Luna qu’elle avait décoré en peignant
cinq portraits Harry, Ron, Hermione, Ginny et Neville. Il ne bougeait pas comme les
portraits de Poudlard mais ils avaient quand même une certaine magie en eux. Ils
étaient reliés entre eux par des chaînes dorées, et en examinant de plus près Harry vit
que les chaînes se formaient de maillons en forme de lettres qui voulaient dire « mes
amis » répétés des centaines de fois côte à côte. Harry ressentit une puissante
affection pour Luna. Il vit également une petite photographie à côté du lit de Luna
d'une femme très belle. Elle semblait s'aimer énormément. L'image était très
poussiéreuse et cela lui paraissait bizarre car toute la chambre semblait poussiéreuse
et il n'y avait pas de vêtements dans l'armoire ouverte, le lit ne semblait pas avoir »été
défait depuis longtemps.
"Qui y t'il ?" demanda Hermione lorsqu’il redescendit.Mais M. Lovegood était de
retour est alors Harry lui demanda:
"Où est Luna?"
"Excusez-moi… où est Luna ? répondit-il Je vous l'ai déjà dit elle pêche."
Dans ce cas pourquoi n'y a t'il que 4 couverts sur ce plateau" dit Harry" je pense que
Luna n'est pas la depuis plusieurs semaines, ses vêtements ne sont plus là. Alors où
est-elle ? Et pourquoi n'arrêtez vous pas de regarder par la fenêtre ?"
Il fit tomber le plateau et les bols rebondirent à terre, Harry Ron et Hermione sortirent
leurs baguettes tout comme lui et à ce moment là il fit voler en éclat sa petite presse.
Hermione ramassa l'une des revue et dit a Harry "regarde ceci" il jeta un regard par
dessus son épaule et pu voir la une du chicaneur qui disait 'l'ennemi numéro 1' suivi
de sa photo et le montant d'une récompense.
"Le chicaneur me voit sous un nouvel angle alors "demanda-t-il froidement "Et que
faisiez vous quand vous êtes descendu vous envoyiez un hibou au ministère non?"
M Lovegood répondit tout tremblant "Ils ont pris ma Luna à cause de ce que
j'écrivais. Ils me l'ont pris et je ne sais pas où elle est. Mais ils pourraient me la rendre
si je....."
"Livrais Harry" finit Hermione "Poussez-vous nous partons "
Il leur barra le chemin et dit "ils seront là dans un instant et je dois sauver ma Luna.
Vous ne pouvez pas partir"
"Nous ne voulons pas vous blesser, poussez vous svp" dit Harry
"Harry cria Hermione "ils sont là ils arrivent "Des silhouettes sur des manches à
balais volaient autour de la maison. M Lovegood leva sa baguette et il y eu une
explosion colossale. Il entendit les cris d'Hermione et entendit Ron faire tomber M
Lovegood en bas de l'escalier. Harry se releva et dans toute cette fumée il pouvait à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
peine respirer, il retrouva les deux autres et commença à leur demander si tout allait
bien mais Hermione le fit taire en posant le doigt sur sa bouche."Ecoutez "dit elle . La
porte s'était ouverte.
"Je vous avais dit que cela ne servait à rien de nous dépêcher Travers "dit une voix
rugueuse
"Je vous l'ai dit que ce dingue recommençait à délirer. "Il y eu un coup et le cri de
douleur de M Lovegood suivit.
"Non je vous jure que Potter est ici en haut."
"Je vous ai dit que nous nereviendrons pas si vous n'aviez pas d'informations solides
cette fois."
"Il est vraiment ici en haut"dit il
"Bien sur" répondit un homme dont Harry reconnu la voix car il s'agissait d'un
Mangemort "Maintenant que vous avez tout détruit en haut pour nous berner"
Il y eu un nouveau cri de douleur qui suivit.
"Vous n'avez jamais vu Potter de votre vie n'est-ce pas ?"
"Non je vous jure qu'il est en haut, attendez, Homenum revelio "dit il et Harry sentit
son corps se relever et se mettre à découvert.
"Il est bien la haut" hurla le mangemort. Alors ils entendirent Mr Lovegood demander
l'accord de voir Luna et les deux hommes acceptèrent à la condition qu'il fasse
descendre Harry alors Mr Lovegood commença à creuser dans les débris pour se
libérer un chemin. Harry chuchota "lumos" puis il s'adressa aux deux autres "Nous
devons sortir d'ici "alors eux aussi commencèrent à creuser de l'autre côté .A présent
Ron était totalement enterré "bien "dit Hermione maintenant donnez moi la cape
d'invisibilité et Ron met la sur toi."Ron s'exécuta et disparu dessous "
"Vous êtes près à trois on y va et fait en sorte qu’ils te voient Harry sinon il sera tué,
Ron lance des sorts mais restes caché tu es censé être gravement malade et alité pour
le ministère ""1...2.....3 allons y"
"protego "lança Harry
"oubliette"lança Hermione à Mr Lovegood
"defrindo"et elle fit exploser le plancher de l'entrée alors qu’ils sortaient déjà de la
maison
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
M
O
R
T
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE .. 2222 LLEEESSS RRREEELLLIIIQQQUUUEEESSS DDDEEE LLLAAA M
MO
OR
RT
T
Harry tomba, haletant, sur l'herbe mouillée et immédiatement tout s'embrouilla. Ils
semblaient avoir débarqué dans le recoin d'un champ au crépuscule ; Hermione
marchait déjà en cercle autour d'eux, ondulant sa baguette magique
"Protego Totalum... Salvio Hexia..."
« Quelle vieille verrue,...déloyale. » haleta Ron, émergeant de sous la cape
d'invisibilité et la jetant à Harry. « Hermione tu es un génie, un vrai génie. Je ne peux
pas croire que nous sommes sortis de là. »
« Cavernae Inimicum... on n’écoute pas ce que je dis,…c’était une corne d’Erumpent,
ne lui ai-je pas dit ? Et maintenant sa maison a été détruite ! »
«Ca lui servira de leçon, » dit Ron, examinant son jean déchiré et les nombreuses
blessures de ses jambes
"Qu'est ce que tu crois qu'il lui ont fait ?»
"Oh j'espère qu'ils ne l'ont pas tué, gémit Hermione, d’ailleurs c'est pour ca que j'ai
voulu que les Mangemorts te voient, Harry, ainsi ils ont su que Xenophilius leur avait
dit la vérité."
"Et pourquoi ai-je dû me cacher? «demanda Ron
"Tu es supposé être dans ton lit avec la spattergroit Ron !
Ils ont enlevé Luna parce que son père a soutenu Harry ! Qu’est-ce qui arriverait à ta
famille s’ils savaient que tu es avec lui ? »
« Mais au sujet de ta maman et ton papa ? »
« Ils sont en Australie, » dit Hermione, «Tout devrait bien se passer ils ne savent rien.
»
« Tu es un génie, » Ron répéta, semblant intimidé.
Ouais, tu es un génie, Hermione, » Harry convint ardemment. « Je ne sais pas ce que
nous ferions sans toi. »
Elle rayonna, mais redevint solennelle l'instant d'après.
"Et pour Luna ?»
« Bien, s'ils disent la vérité elle est encore vivante ….» commença Ron.
« Ne dis pas cela, ne le dis pas ! » Hermione couina. « Elle doit être vivante, elle le
doit ! »
« Alors je pense qu’elle est à Azkaban » dit Ron. « Si elle survit à cet l'endroit, bien
que... les circonstances ne soient pas ..."
«"Elle survivra Elle a de la volonté » a dit Harry. Il ne pourrait pas soutenir l'autre
alternative. « Elle est dure, Luna, beaucoup plus dur que vous penseriez. Elle
enseigne probablement à tous détenus au sujet des Wrackspurts et de Nargles. »
« Espérons que tu as raison, » dit Hermione. Elle s'essuya les yeux d'un revers de la
main.
. « Je me sentirais aussi mal pour Xenophilius si …«
« -s'il n'avait pas simplement essayé de nous vendre aux Mangemorts, ouais, » dit
Ron.
Ils remontèrent la tente et rentrèrent à l'intérieur, où Ron leur prépara le thé. Après
que leur évasion furtive, la fraicheur et l'odeur de moisissure de ce vieil endroit les
firent se sentir comme à la maison ; sûre, familière, et amicale
« Pourquoi nous sommes allés là ? » Hermione gémit. Le silence dura quelques
minutes.
. « Harry, tu avais raison, encore une fois, une perte de temps complète ! Les reliques
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
de la mort... un tel déchet... bien que réellement… »
Une pensée soudaine sembla l'avoir frappée, « il pourrait l'avoir inventé? Il ne croit
pas probablement en les reliques mortes. Il a juste voulu continuer à parler jusqu'à ce
que les mangemorts soient arrivés ! »
« Je ne pense pas, » dit Ron.
« C'est plus dur d’inventer quand vous êtes 'accaparé. J'ai découvert cela quand le
Snatchers m'a attrapé. Il était beaucoup plus facile de feindre d'être Stan, parce que je
l'ai connu un, qu'inventer une nouvelle personne entièrement. Le Vieux Lovegood
était sous pression, essayant de s'assurer que nous restions là. Je pense qu’il nous a dit
la vérité, ou ce qu'il pense être la vérité,…»
« Bien, mais je ne suppose pas qu'il importe, » soupira Hermione. « Même s’il était
honnête, je n'ai jamais entendu tant de non-sens dans toute ma vie. »
« Fixez vous dessus, … » dit Ron. « La chambre des secrets était censée être un
mythe, n'est-ce pas ? »
« Mais Les reliques de la mort... ça ne peut pas exister, Ron ! »
« Vous continuez à le dire, mais l'un d'entre eux existe, » dit Ron. « La cape
d’'invisibilité de Harry »
« Le conte des trois frères est une histoire » dit Hermione fermement. « Une histoire
au sujet de la façon dont des humains sont effrayés par la mort. Si la survie était aussi
simple qu’en se cachant sous la cape d'invisibilité, nous aurions tout ce que nous
avons besoin déjà ! »
« Je ne sais pas. Nous pourrions faire avec une baguette magique imbattable » dit
Harry, tournant la baguette magique de prunellier il qu’il avait dans ses doigts.
« Il n'y a aucune chose pareille, Harry ! »
« Vous avez dit qu'il y a eu des charges sur des baguettes magiques le Deathstick et
qu'elles se soient appelées ---«
« Bien, même si vous trouvez la vraie ancienne baguette magique, que diriez-vous
« de la pierre de résurrection » ? » Ses doigts esquissèrent des guillemets autour du
nom, et sa tonalité s'est faite sarcastique. « Aucune magie ne peut relever les morts, et
c'est … »
« Quand ma baguette magique s'est reliée avec celle de celui …qui…, elle a incité ma
maman et mon papa à apparaître... et Cédric... »
« Mais ils n'étaient pas vraiment de retour des morts, n’est-ce-pas ? » dit Hermione. «
Ces sortes d’imitations pâles ne sont pas comme si vraiment quelqu'un revenant de
nouveau à la vie. »
« Mais elle, la fille dans le conte, n'est pas vraiment revenue … L'histoire indique
qu'une fois que les gens sont morts, ils appartiennent aux morts. Mais le deuxième
frère arrivait toujours à la voir et à lui parler, n’est-ce pas ? Il a même vécu avec elle
pendant un moment... »
Il a vu le souci et quelque chose moins facilement définissable dans l'expression
d’Hermione. Puis, pendant qu'elle jetait un coup d'oeil à Ron, Harry se rendit compte
que c'était de la crainte. Il l'avait effrayée par sa discussion sur la vie avec les
personnes mortes.
« De sorte que les Peverell qui sont enterrés au cimetière de Godric, » dit-il à la hâte,
essayant de paraitre solide, raisonnable, « vous ne savez rien au sujet de lui, … ? »
« Non, » elle répondit, le regardant soulagée du changement de sujet. « J’ai regardé
attentivement ensuite après avoir vu la marque sur sa tombe ; s'il avait été n'importe
qui de célèbre ou avait fait n'importe quoi d’important, je suis sûre qu'il serait dans un
de nos livres. Le seul endroit ou je suis parvenue à trouver le `nommé Peverell' est
dans « la noblesse de nature : Une généalogie de sorciers ». Je l'ai emprunté à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Kreattur, » elle expliqua pendant que Ron soulevait ses sourcils. « Il énumère les
familles de pur-sang qui sont maintenant éteintes dans la ligne masculine.
Apparemment les Peverell étaient l'une des premières familles à disparaître. »
« Éteint dans la ligne masculine ? » Ron répéta
« Cela signifie que le nom est éteint, » dit Hermione, il y a des « siècles, dans le cas
Peverell. Ils pourraient avoir des descendants, bien qu’ils s'appellent juste avec un
nom différent. »
Et alors Harry eu un fragment de mémoire qui remua au bruit du nommé « Peverell »
: un vieil homme dégoûtant brandissant un anneau laid dans le visage d'un
fonctionnaire de ministère, et qui a pleurait à haute voix, « Marvolo Gaunt …! »
Il le répéta à Ron et Hermione bouleversés.
« Marvolo Gaunt ... Vous-savez-qui est de cette première génération ! Dans la
Pensive ! Avec Dumbledore ! … Marvolo Gaunt il est un descendant des Peverell ! »
Ron et Hermione semblaient déconcertés.
« L'anneau, l'anneau qui est devenu l’Horcruxe, … de Marvolo Gaunt il a eu le blason
de Peverell dessus ! Je l'ai vu onduler sur le visage du type du ministère, il l'a presque
poussé vers son nez ! »
« Le blason de Peverell ? » Le dit Hermione brusquement. « Peux-tu nous faire voir à
ce qu'il ressemble ? »
« Pas vraiment, » dit Harry, essayant de se rappeler. « Il n'y avait rien fantaisie là,
dans la mesure où j'ai pu le voir ; peut-être quelques éraflures. Je sais seulement qu’il
se ferme vers le haut …mais après il a été fendu…. »
Harry vit la compréhension d’Hermione dans l'élargissement soudain de ses yeux.
Ron regardait l'un l'autre, étonné.
« Wouah ! ... Quoi encore sur ce signe ? Le signe des reliques ?
« Pourquoi pas dit Harry avec enthousiasme, « Marvolo Gaunt était un vieux ignorant
qui a vécu comme un porc, tout ce qui l’inquiétait était son ascendance. Si cet anneau
avait passé les siècles, il ne pourrait pas avoir su ce qu'était vraiment il. Il n'y avait
aucun livre dans la maison, et fait moi confiance, il n'était pas le type à lire des contes
de fées à ses enfants. Il aurait aimé penser que les éraflures sur la pierre étaient un
blason, parce qu'en ce qui le concerne, avoir le sang pur le rendait pratiquement
Royal. »
« Oui... et c’est très intéressant, » dit Hermione avec précaution, « mais Harry, si tu
penses ce que je pense qu’ils pensent ….
« Bien, pourquoi pas ? Pourquoi pas ? Le dit Harry, « C'était une pierre, n'est-ce pas ?
» Il regarda Ron pour l'appui. « Et si c'était la pierre de résurrection ? »
La bouche de Ron est tombée ouverte.
« Wouah ! --- mais cela fonctionnerait si Dumbledore la cassait ? »
« … ? Ron, cela n'a jamais fonctionné ! Il n'y a aucune une telle chose comme une
pierre de résurrection ! »
Hermione sauta sur ses pieds, semblant exaspérée et fâchée. Harry que tu essaies
d'adapter tout comme reliques de la mort de l’ l'histoire… ---«
« Adaptez tout dedans ? » répéta-t-il « Hermione, Je sais que le signe des reliques de
la mort était sur cette pierre ! Marvolo Gaunt est le descendant du Peverell ! »
« Il y a une minute tu nous as dit que tu n’avais jamais correctement vu la marque sur
la pierre ! »
« Où' comptes-tu trouver l'anneau maintenant ? » Ron demanda à Harry. «qu’a fait
Dumbledore avec lui après qu'il l'ait ouvert ? »
Mais l'imagination d’Harry s’emballait, loin au delà de Ron et d’Hermione... Trois
objets, ou reliques, qui, si réunis, ferait du propriétaire le maître le conquérant...
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Vainqueur de la mort... le dernier ennemi qui sera détruit est la mort...
Et il s'est vu, propriétaire des reliques, faisant face à Voldemort, dont les Horcruxes
n'étaient plus... l'un ne peut vivre tandis que l'autre survit... était ceci la réponse ?
Reliques contre Horcruxes ? Y avait-il une manière après tout, de s'assurer qu'il était
celui qui a triomphé ? S'il était le maître de la mort serait-il sûr ?
« Harry ? »
Mais il a à peine entendu Hermione : Il avait retiré sa cape d'invisibilité et la frôlait,
le tissu souple comme eau, transparent comme air. Il n'avait jamais vu n'importe quoi
l'égaler en ses presque sept années dans le monde des sorciers. C’était exactement la
cape que Xenophilius avait décrite : Une cape qui rend vraiment le porteur
complètement invisible, et tient éternellement, dissimule impénétrablement, n'importe
qui s’unit est fondu à elle... Et puis, avec un halètement, il se rappela
« Dumbledore a eu ma cape la nuit où mes parents sont morts ! » Sa voix trembla et il
pouvait sentir la couleur dans son visage, « Ma maman a dit à Sirius que Dumbledore
a emprunté la cape ! Voilà pourquoi ! Il a voulu l'examiner, parce qu'il a pensé que
c'était une relique ! Ignotus Peverell est enterré au cimetière de Godric... »
Harry marchait à l’aveugle autour de la tente, se sentant Gagnant
Bien que de nouveaux visages de la vérité s’ouvraient tout autour de lui. « Il est mon
ancêtre. Je suis descendant du troisième frère ! C’est tout le sens des marques ! »
« Il se senti fortifié avec la conviction, la croyance dans les reliques, comme si la
seule idée de les posséder lui donnait la protection, et il se senti joyeux pendant qu'il
se tournait de nouveau vers les deux autres.
« Harry, » dit Hermione encore, mais il était occupé à défaire le sachet autour de son
cou, ses doigts remuant dur.
« Lisez, » dit-il, en tendant la lettre de sa mère. « Lisez-la ! Dumbledore a eu la cape,
Hermione ! Pourquoi la voudrait-il ? Il n'a pas eu besoin d'une cape, il pourrait
exécuter un charme de désillusion si puissant qu'il se rendrait complètement invisible
sans elle
Quelque chose tomba sur le plancher et roula, scintillant, sous une chaise : Il avait
délogé le vif d’or quand il avait retiré la lettre. Il se pencha pour le prendre, et, alors
l’énergie nouvelle due aux découvertes fabuleuses, et l’émerveillement éclata à
l'intérieur de lui de sorte qu'il cria :
« IL est DEDANS ICI ! Il m'a laissé l'anneau - il est dans le vif d’or !»
« Vous --- vous comprenez ? »
Il ne pouvait pas comprendre pourquoi Ron semblait si surpris. C’était si évident, si
clair pour Harry. Tout s'est adapté, tout... sa cape était la troisième relique et quand il
aurait découvert comment ouvrir le vif d’or, il aurait la seconde, et tout ce qu’il devait
faire était de trouver la première, la baguette magique de l’ainé, et puis --Tout à coup, comme si un rideau tomba sur ce répit : Toute son excitation, tout son
espoir et bonheur éteignirent brusquement, et il fut seul dans l'obscurité,
l’enchantement glorieux cassé.
« Qui est ce qui …. »
Ron et Hermione le regardèrent plus effrayés par Le changement de sa voix.
« Vous-savez-qui veut la baguette magique de l’ainé. »
Il tourna le dos à leurs visages tendus et incrédules. Il su que c’était la vérité. Il avait
tout compris, Voldemort ne cherchait pas une nouvelle baguette magique ; il cherchait
une vieille baguette magique, une baguette magique très vieille en effet. Harry marcha
à l'entrée de la tente, oubliant Ron et Hermione pendant qu'il examinait dehors la nuit,
pensant...
Voldemort avait grandi dans un orphelinat de Moldu. Personne ne pourrait lui avoir
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
parlé des contes de Beedle le barde quand il était un enfant, pas plus que Harry ne les
avait entendus. Peu de magiciens croient aux reliques de la mort. Était-il probable que
Voldemort ait su … ?
Harry regarda fixement dans l'obscurité... si Voldemort savait au sujet des reliques de
la mort, , il les aurait sûrement cherchées, fait quelque chose pour les posséder : trois
objets qui font du propriétaire le maître de la mort ? S'il savait au sujet des reliques de
la mort, il ne pourrait pas avoir eu besoin des Horcruxes. Pas le simple fait qu'il ait
pris une relique, et l’avait transformé en Horcruxe, ne démontre pas qu'il ne savait ce
dernier grand secret des sorciers ? …
Ce qui signifiait que Voldemort cherchait la baguette magique de l’aîné sans réaliser
son lourd pouvoir ; sans savoir qu'elle était l'une des trois… La baguette magique était
la relique qui ne pouvait pas être cachée, dont l'existence était la plus connue... la
traînée sanglante de la baguette magique de l’aîné éclaboussait les pages de l'histoire
des sorciers.
Harry observa le ciel nuageux, le glissement gris et argenté au-dessus du visage de la
lune blanche. Il se sentit étourdi et la stupéfié de ses découvertes.
Il retourna de nouveau dans la tente. C'était un choc de voir Ron et Hermione se
tenant exactement là où il les avait laissés, Hermione tenant toujours la lettre, Ron à
son côté regardant légèrement impatient. N'ont-ils pas réalisé à quelle vitesse ils
avaient progressé ces dernières minutes ?
« C'est lui » dit Harry, essayant de les mener vers sa propre certitude, « ceci explique
tout. L’histoire des reliques de mort est vraie et j'en ai une --- peut-être deux ---« Il
tenait le vif d’or
« --- et Vous-savez-qui chasse le troisième, mais il ne réalise pas... il pense juste que
c'est une baguette magique puissante ---«
« Harry, » dit Hermione, se déplaçant vers lui et lui remettant la lettre de Lili, « je suis
désolé, mais je pense que tu as faux, tout faux. »
.« Mais ne voyez-vous pas ? Justement ---«
« Pas,» dit elle. «Pas. Harry, tu t’es juste emporté. S’il te plaît, » dit-elle pendant
qu'elle commençait à parler, «S’il te plaît répond moi juste à ceci : Si les reliques de
la mort ont vraiment existées, et si Dumbledore le savait, a su que la personne qui les
possède toutes serait maître de la mort --- Harry, pourquoi ne te l’aurait-il pas dit ?
Pourquoi ? »
Il avait sa réponse prête.
« Mais tu l’as dit, Hermione ! Nous devions le découvrir par nous -même ! C'est une
recherche ! »
« Mais j'avais seulement dit cela pour te persuader de venir voir Lovegood ! »
Hermione pleura d'agacement. « Je ne l'ai pas vraiment cru ! »
Harry ne fit aucun commentaire.
« Dumbledore m'a habituellement laissé découvrir l’énigme. Il m'a laissé essayer ma
résistance, pris aux pièges. Ceci ressemble au genre de choses qu'il ferait. »
« Harry, ceci n'est pas un jeu, ceci n'est pas facile C'est la vraie vie, et Dumbledore t’a
donné des instructions très claires : Trouvez et détruire le Horcruxes ! Le symbole ne
signifie rien, oublies les reliques de la mort, nous n’avons pas les moyens de dévier.
Harry l’écoutait à peine. Il tournait le vif d’or à plusieurs reprises dans des ses mains,
s'attendant à demi à ce qu'il s’ouvre, pour montrer la pierre de résurrection, pour
prouver à Hermione qu'il avait raison, que les reliques de la mort existaient.
Elle fit appel à Ron.
« Tu ne crois pas à ceci, »
Harry vérifia, Ron hésita.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Dunno d'I... je veux dire... ce qu’il dit parait juste, » dit Ron maladroitement, « mais
quand vous regardez la chose entière... » Il prit un souffle profond. « Je pense que
nous sommes censés nous débarrasser de Horcruxes, Harry. C‘est ce que Dumbledore
nous a recommandé de faire. Peut-être... peut-être devrions-nous oublier cette affaire
de reliques de... »
« Merci, Ron, » dit Hermione. « Je prendrai la première garde. »
Et elle s'est assise à l'entrée de tente apportant à l'action à un coté féroce.
Mais Harry eu de la peine à dormir cette nuit. L'idée des reliques de mort avait pris la
possession de lui, et il ne pouvait pas se reposer tandis que les pensées s’agitaient et
tourbillonnaient dans son esprit : la baguette magique, la pierre, et la cape, s'il pouvait
juste les posséder toutes...
Je m'ouvre à l'étroit... mais quelle était la fin ? Pourquoi ne pourrait-il pas avoir la
pierre maintenant ? Si seulement il avait la pierre, il pourrait poser à Dumbledore des
questions … et Harry murmura des mots dans l'obscurité, essayant tout, même
Parseltongue, mais la boule d'or ne s'ouvrirait pas...
Et la baguette magique de l’aîné…où était-elle cachée ? Où Voldemort recherchait
maintenant ? Harry souhaita que sa cicatrice brûle et lui montre les pensées de
Voldemort, parce que pour la première fois, lui et Voldemort étaient unis en voulant
la même chose... Hermione ne voudrait pas de cette idée, naturellement... mais elle n'a
pas cru...Xenophilius avait dit vrai, d'une manière... limitée, étroite. La vérité était
telle qu'elle avait été effrayée par l'idée des reliques de mort, particulièrement de la
pierre de résurrection... et Harry serra sa bouche encore autour du vif, l'embrassant,
l'avalant presque, mais la décoration froide ne restitua rien...
C'était presque aube quand il s'est rappelé Luna, seule dans une cellule à Azkaban,
entourée par des Détraqueurs, et il eut soudainement honte de lui. Il avait oublié tout
au sujet d’elle durant sa contemplation fébrile des reliques. Si seulement ils pouvaient
la sauver, mais le nombre des détraqueurs dans ce lieu le rendait pratiquement
inattaquable. Maintenant qu’il en était venu à penser cela, il n'avait pas essayé de
lancer un Patronus avec la baguette magique de prunellier... 'Il devait essayer cela le
matin...
Si seulement il y avait une manière d'obtenir une meilleure baguette magique... Et le
désir de la baguette magique de l’aîné, imbattable invincible, le Deathstick s’empara
de lui une fois de plus...
Ils remballèrent la tente le matin suivant et reçurent une morne douche de pluie. Le
déluge les poursuivi sur la côte, où ils posèrent la tente, persista toute la semaine, à
travers des paysages détrempés que Harry trouva mornes et creux. Il ne pouvait
penser seulement qu’aux reliques de la mort. Il avait comme une flamme allumée à
l'intérieur de lui que rien, ni l'incrédulité d’Hermione ni les doutes persistants de Ron,
ne pouvaient éteindre. Mais plus le désir ardent pour reliques brûlant à l'intérieur de
lui était féroce, moins il était joyeux. Il blâma Ron et Hermione : Leur indifférence
déterminée était aussi mauvaise que la pluie implacable pour amortir son
enthousiasme, mais ni l'un ni l'autre ne pouvaient éroder sa certitude, qui demeurait
absolue. La croyance et le désir ardent d’Harry pour les reliques le consommaient
tellement qu'il se sentit isolé des deux autres et de leur hantise des Horcruxes.
« Hantise ? » dit Hermione d’une voix basse et féroce, quand Harry fut assez
négligent pour employer le mot, après qu’Hermione lui eut indiqué son manque
d'intérêt dans la localisation des Horcruxes. « Nous ne sommes pas hanté, Harry !
Nous sommes ceux qui essayent de faire ce que Dumbledore a voulu que nous
fassions ! »
Mais il était imperméable à la critique voilée. Dumbledore avait fait le signe des
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
reliques pour qu’Hermione le déchiffre, et il avait également, Harry en était
convaincu, la pierre de résurrection cachée dans le vif d'or. Ni l'un ni l'autre ne peut
vivre tandis que l'autre survit... maître de la mort... pourquoi Ron et Hermione ne
comprenaient–ils pas ?
« Le dernier ennemi qui sera détruit est la mort,' » Harry citait calmement.
« II a pensé que nous étions censé combattre Vous-savez-qui ? » Hermione répliqua,
et Harry abandonna
.Même le mystère de la biche argentée, dont les deux autres discutaient, semblait
moins important pour Harry maintenant, une apparition vaguement intéressante. La
seule autre chose qui lui importait était que sa cicatrice avait recommencé à le bruler
encore. Bien qu'il pouvait cacher ce fait aux deux autres, Il cherchait la solitude
toutes les fois cela se produisait, mais était déçu par ce qu'il voyait.
Les visions que lui et Voldemort partageaient avaient changé de qualité ! Elles étaient
devenues brouillées, décalées comme s'elles se déplaçaient dans et hors du lieu. Harry
était simplement capable faire les arrangements confus entre un objet qui ressemblait
un crâne, et quelque chose comme une montagne qui était plus silhouette que
substance. Les images étaient floues, Harry était déconcerté par le changement.
Inquiet que le lien entre lui et Voldemort soit endommagé, un lien qu'il avait craint et,
celui qu'il avait estimé comme avait dit Hermione. Harry reliait de façon ou dune
autre ces dernières insatisfaisantes vagues images avec la destruction de sa baguette
magique, ou comme si c'était un défaut de la baguette magique de prunellier s’'il ne
pouvait plus voir dans l'esprit de Voldemort aussi bien qu'avant.
Pendant que les semaines passaient, Harry ne participait pas mais remarquait, même
avec son nouvel égocentrisme, que Ron semblait prendre tout en charge. Peut-être
parce qu'il était déterminé à compenser son écart, peut-être parce que la descente
d’Harry dans la nonchalance galvanisait ses qualités dormantes de meneur, Ron était
celui maintenant qui encourageait et exhortait instamment les autres deux à l'action.
« Trois Horcruxes sont partis, » continuait il à dire. « Nous avons besoin d'un plan
d'action, avançons ! Où avons-nous regardé ? Passons par. L'orphelinat... encore»
Le Chemin de Traverse, Poudlard, la Chambre des secrets…, l'Albanie, chaque
endroit ou ils savaient que de Tom avait vécu ou travaillé, visité ou assassiné, Ron et
Hermione cherchaient encore, Harry se joignant à eux seulement à l'arrêt, Hermione
l'agaçant. Il aurait été heureux, de se reposer seul en silence, essayant de lire les
pensées de Voldemort, pour en découvrir plus au sujet de la baguette magique de
l’aîné, mais Ron insistait pour voyager dans des endroits toujours plus improbables,
simplement, Harry s’en rendait compte, pour continuer à se déplacer.
« On ne sait jamais… » Était le refrain constant de Ron. « Flagley est un village de
Sorciers, il pourrait avoir voulu vivre là. Allons y faire un tour !... »
Ces incursions fréquentes dans le territoire de Sorciers les avaient exhibés à la vue
occasionnelle d’attrapeurs
« Certains d'entre eux sont censés être aussi mauvais que les Mangemorts, » dit Ron.
« Le groupe qui m'a attrapé était un peu pathétique, mais certains d’entre eux sont
vraiment dangereux. Ils l’ont dit sur Potterwatch ---«
« Sur quoi ? » dit Harry.
« Sur Potterwatch, je ne t'ai pas dit comment il s appelait ? C’est Le programme que
je continue d’essayer d’obtenir sur la radio, le seul qui indique la vérité au sujet de ce
qui continue ! Presque tous les programmes sont dépendants de Vous-Savez-qui, tous
excepté Potterwatch, je veux vraiment que vous l'entendiez, mais il est codé... »
Ron passa soirée après soirée avec l'aide de sa baguette magique à battre divers
rythmes sur le dessus de la radio tandis que les cadrans tourbillonnaient. De temps en
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
temps ils attrapaient des bribes de conseil sur la façon dont traiter le dragonpox, et
une fois quelques extraits « d'un chaudron plein d’amour chaud et fort. » Tandis qu'il
attachait du ruban adhésif, Ron continuait d’essayer de frapper le mot de passe
correct, murmurant des listes de mots aléatoires.
« Ils ont normalement quelque chose à voir avec l'ordre, » il leur dit. La « baguette a
un vrai talent pour les deviner. Je dois en obtenir un à la fin... »
« Mais pas jusqu'à mars ou enfin Ron eut de chance. Harry était assis à l'entrée de
tente, au poste de garde, regardant fixement à vide un tas de jacinthes qui avaient
poussées dans la terre fraîche, quand Ron cria avec enthousiasme de l'intérieur de la
tente.
« Je l'ai, je l'ai ! Le mot de passe était `Albus' ! Viens ici, Harry. »
Sorti pour la première fois depuis des jours de son accaparement au sujet des reliques
de la mort, Harry se dépêcha à l'intérieur de la tente pour trouver Ron et Hermione à
genoux sur le plancher près de la petite radio. Hermione, qui avait poli l'épée de
Gryffondor juste pour faire quelque chose, était bouche bée, regardant fixement le
haut-parleur minuscule, duquel une voix la plus familière diffusait.
« ... faites excuse pour notre absence temporaire des ondes hertziennes, qui était due à
de nombreuses visites à domicile dans notre secteur de ces charmants Mangemorts. »
« Mais c'est Lee Jordan ! » dit Hermione.
« Je sais ! » Ron rayonnait. « Frappés, hein ? »
« ... s'est maintenant trouvé un autre endroit bloqué, » disait Lee, et je suis heureux de
dire que deux de nos adhérents réguliers m'ont rejoint ici ce soir. Bonsoir, garçons ! »
« Bonjour. »
«Bonsoir, Fleuve. »
« ' Fleuve' » c’est Lee, » expliqua Ron. « Ils ont tous les noms de code, comme vous
pouvez facilement le deviner ---«
« Chut ! » dit Hermione.
« Mais avant que nous entendions Royal et Romulus, » continua Lee, « prenons un
moment pour rapporter ces décès que les nouvelles sans fil du réseau des Sorciers et
du prophète quotidien ne pensent pas assez important pour être mentionner. C'est avec
le grand regret que nous informons nos auditeurs des meurtres de Ted Tonks et de
Dirk Cresswell. »
Harry senti une souffrance s’abattre dans son ventre. Lui, Ron, et Hermione se
regardèrent fixement l’un l’autre avec horreur.
« Un Gobelin du nom de Gornuk a été également tué. On croit que le Moldu Dean et
un deuxième Gobelin, tous les deux censés avoir voyagé avec Tonks, Cresswell, et
Gornuk, ont pu s'échapper. Si Dean écoute, ou si n'importe qui a n'importe quelle
information sur lui, ses parents et soeurs sont désespérés et veulent des nouvelles.
« En attendant, dans Gaddley, une famille de cinq Moldus a été trouvée morte dans
leur maison. Les autorités Moldues attribuent leurs décès à une fuite de gaz, mais les
membres de l'ordre de Phoenix m'informent que c'était la malédiction du massacre --plus évidente, du fait que l'abattage de Moldus devient un peu plus qu'un sport
récréationnel sous le nouveau régime.
« En conclusion, nous sommes au regret d'informer nos auditeurs que les restes de
Bathilda Bagshot ont été découverts en cimetière de Godric. L'évidence est qu'elle est
morte il y a plusieurs mois. L'ordre de Phoenix nous informe que son corps montrait
les signes indubitables de dommages infligés par magie noire.
Chers auditeurs, je voudrais vous inviter maintenant à nous rejoindre pour une minute
de silence à la mémoire de Ted Tonks, de Dirk Cresswell, de Bathilda Bagshot, de
Gornuk, et de l'anonyme, mais d'aucun moins regretté, Moldu assassiné par les
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
mangemorts. »
Le silence tomba, et Harry, Ron, et Hermione ne parlèrent pas. Une moitié d’Harry
aspirait à entendre plus, l’autre moitié avait peur de ce qui pourrait venir après. C'était
la première fois où il s'était senti entièrement relié au monde extérieur depuis
longtemps.
« Merci, » dit la voix de Lee. « Et maintenant nous pouvons retourner à notre
adhérent régulier Royal, pour une mise au point sur la façon dont le nouvel ordre des
Sorciers affecte le monde des Moldus. »
« Mercis, Fleuve, » a dit une voix certaine, profonde, mesurée, rassurante.
« Kingsley ! » Explosa Ron.
« Nous savons ! » dit Hermione, le calmant.
« Les Moldus restent ignorants de la source de leur douleur pendant qu'ils continuent
à supporter de lourds accidents, » dit Kingsley. « Cependant, nous continuons à
entendre des histoires véritablement inspirées de magiciens et des sorcières risquant
leur propre sûreté pour protéger des amis et des voisins Moldus, souvent sans
connaissance des Moldus jusque la. Je voudrais faire appel à tous nos auditeurs pour
imiter leur exemple, peut-être en ajustant un charme protecteur au-dessus de tous les
logements de Moldus dans votre rue. Beaucoup de vies pourraient être sauvées si de
telles mesures simples sont prises. »
« Et que diriez-vous, Royal, à ces auditeurs qui répondent que dans ces périodes
dangereuses, ce devrait être d'abord les magiciens' ? demanda Lee.
« Je dirais qu’il n’y a qu’un petit pas entre d’abord des magiciens aux `Pur-sang
d'abord,' et puis aux Mangemorts `,' » Kingsley répondit. « Nous sommes tous
humains, n'est-ce pas ? Chaque vie humaine vaut la même chose, et a la même valeur.
»
« Excellemment dit, Royal, et vous ayez ma voix pour le ministre de la magie si nous
sortons jamais de ce désordre, » dit Lee. « Et maintenant, passons à Romulus pour nos
Kumpel (messages codés) populaires `de dispositifs de subsistance. ' »
« Merci, Fleuve, » indiqua une autre voix très familière. Ron commença à parler, mais
Hermione le devança dans un chuchotement.
« Nous savons que c'est Lupin ! »
« Romulus, vous maintenez, comme chaque fois sur notre programme, que Harry
Potter est encore vivant ? »
« Je... » dit Lupin fermement. « Il n'y a aucun doute du tout dans mon esprit que sa
mort serait proclamée aussi largement que possible par les Mangemorts si elle s'était
produite, parce qu'elle frapperait un coup mortel au moral de ceux résistant au
nouveau régime. `Le garçon qui a « survécu » symbole de tout ce pourquoi nous
combattons : le triomphe du bien, la puissance de l'innocence, la nécessité de
continuer à résister. »
Un mélange de gratitude et de honte jaillit en Harry. Est-ce que Lupin est indulgent,
malgré toutes les choses terribles qu’il avait dit quand ils se sont rencontrés la
dernière fois ?
« Et ce qui vous diriez à Harry si vous saviez qu'il écoutait, Romulus ? »
« Je lui dirais que nous sommes tous avec lui dans l'esprit, » dit Lupin, puis hésitant
légèrement, « et je lui dirais de suivre ses instincts, qui sont bons et presque toujours
justes. »
Harry regarda Hermione, dont les yeux étaient pleins des larmes.
« Presque toujours justes, » répéta-t-elle.
« Oh, je ne vous ai pas dit ? » dit Ron avec surprise. La « technique m'a indiqué que
Lupin vit encore avec Tonks ! Et apparemment elle obtient joli grand trop... »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« ... et notre mise à jour habituelle sur ces amis d’Harry Potter qui souffrent pour leur
allégeance ? » disait Lee.
« Bien, car les auditeurs réguliers savent, que plusieurs des défenseurs plus francs
d’Harry Potter ont été maintenant emprisonnés, y compris Xenophilius Lovegood, le
rédacteur d'autrefois du chicaneur, » dit Lupin.
« Au moins il est encore vivant ! » Ron murmura.
« Nous avons également entendu dans les dernières heures que Rubeus Hagrid » chacun d'entre eux sursauta tellement qu’ils manquèrent presque le reste de la phrase
-- « le garde-chasse bien connu à l'école de Poudlard, a difficilement échappé à
l'arrestation dans Poudlard, où il est connu pour avoir accueilli des groupes `de
soutien à Harry Potter' dans sa maison. Cependant, Hagrid n'a pas été pris, et est, nous
croyons, sur le départ. »
« Je suppose que ca aide, pour s'échapper des Mangemorts, si vous avez un demi-frère
de seize-pied de haut ? » demanda Lee.
« Il se dresserait à bord, » convint Lupin gravement. « Mai j'ajoute juste, que que
nous, ici chez Potterwatch, applaudissons l'intelligence de Hagrid, nous ne
pousserions pas même le plus consacré des défenseurs de Harry à suivre l’exemple
d’Hagrid. L'appui aux « groupes de soutien à Harry Potter »'est imprudent dans le
climat actuel. »
« En effet ils le sont, Romulus, » dit Lee, « ainsi nous vous suggérons de continuer à
montrer votre dévotion à l'homme à la cicatrice de foudre en écoutant Potterwatch !
Et maintenant passons aux nouvelles au sujet du magicien aussi fugitif qu’Harry
Potter. Nous aimons nous référer à lui au sujet du mangemort en chef, et donner ici
ses avis sur certaines des rumeurs les plus folles circulant à son sujet, je voudrais
présenter un nouveau correspondant. Rongeur ? »
« ' Rongeur' ? » Dit encore une autre voix familière, et Harry, Ron, et Hermione
pleurèrent ensemble :
« Fred ! »
« NO- est lui George ? »
« C'est Fred, je pense, » dit Ron, se penchant plus en avant, mais c’est n'importe quel
jumeau dit-il
« Je ne suis pas Rongeur `,' aucune manière, je vous ai dit que j'ai voulu être Rapière
…`' ! »
« Oh, en direct alors, Rapière `,' pourriez vous svp nous donner votre récolte des
diverses histoires que nous avons été écouter au sujet du mangemort en chef ? »
« Oui, Fleuve,… » Dit Fred. « Car nos auditeurs sauront, à moins qu'ils aient pris
refuge au fond d'un étang ou quelque part de semblable, que Vous-Savez-qui à une
stratégie de rester dans l’ ombre en créant un gentil petit climat de panique. Si tous les
témoignages contre lui sont véritables, Vous-Savez-qui doit perpétrer un bienfaisant
le climat autour de chez lui…. »
« Qui lui convient, naturellement, » dit Kingsley. « L'air du mystère crée plus de
terreur qu’en se montrant réellement. »
« Rituel, » dit Fred. « Ainsi, public, essayons de nous calmer un peu. Les choses sont
assez mauvaises sans inventer d’autres choses. Par exemple, cette nouvelle idée que
Vous-Savez-qui peut tuer des personnes avec un simple regard de ses yeux. C'est un
basilic qui fait ça, auditeurs. Un test simple : Vérifiez si la chose qui brille vers vous a
des jambes. S'il en a, vous pouvez regarder dans ses yeux, bien que s'il est vraiment
Vous-Savez-Qui, il est fort probable d'être encore la dernière chose ne vous verrez
jamais. »
Pour la première fois depuis des semaines et des semaines, Harry riait : Il pouvait
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sentir le poids de la tension s’échapper de lui.
« Et les rumeurs disant qu'il continue à être aperçu à l'étranger ? » demanda Lee.
« Bien, qui ne voudrait pas de petites vacances agréables après que tout le dur travail
qu’il a fait ? » demanda Fred. Le « point est, auditeurs, qu’on n'obtient pas un
apaisement et un faux sens de sécurité, en pensant qu’il est hors du pays. Peut-être
qu’il y est, peut-être qu’il n’y est pas, mais il reste le fait qu’il peut se déplacer quand
il veut plus rapidement que le temps que Severus Rogue se lave avec du shamppoing
(il a les cheveux très gras donc il se lave quasi pas).
Comptez sur lui pour être sur le chemin si vous projetez de prendre n'importe quels
risques. Je n'avais jamais pensé que je m'entendrais l'indiquer, mais la sûreté d'abord !
»
« Merci infiniment pour ces sages mots, la rapière, » indiqua Lee. Les » auditeurs,
celui nous porte à la fin d'un Potterwatch. Nous ne savons pas quand il sera possible
d'informer encore, mais vous pouvez être sûr que nous serons de retour. « Subsistance
tripotant ces cadrans » : Le prochain mot de passe sera « Fol oeil » `.' « Subsistance
coffre-fort » : Foi de subsistance. Bonne nuit. »
Le cadran de la radio tournoya et les lumières derrière le panneau s’éteignirent. Harry,
Ron, et Hermione rayonnaient toujours. Entendre des voix familières et amicales était
un tonique extraordinaire ; Harry était si habitué à leur isolement qu'il avait presque
oublié que d'autres résistaient à Voldemort. Il était comme réveillé d'un long sommeil.
« Bon, alors ? » dit Ron heureusement.
« Brillant, » dit Harry.
« Ils sont braves, » soupira Hermione admirative. « S'ils étaient découverts... »
« Bien, ils gardent la mobilité ? » dit Ron. « Comme nous. »
« Mais vous avez entendu ce que Fred a dit ? » Harry demanda avec enthousiasme ;
maintenant l'émission en plus de ses pensées tournées autour vers son l'obsession
ardente « Il est à l'étranger ! Il recherche toujours la baguette magique, je le savais ! »
« Harry «
«, Hermione, pourquoi avancent-ils qu’ils sont-ils ainsi résolus à ne pas l'admettre ?
Vol. - «
« HARRY, NON ! »
« - mort est après la baguette magique de l’aîné ! »
«Nom tabou ! » Ron beugla, sautant sur pieds en dehors de la tente. « Je vous ai dit,
Harry, je vous ai dit que, nous ne pouvons le dire plus - nous devons remettre la
protection autour de nous - rapidement – voila comment ils nous trouvent –
Mais Ron cessa de parler, et Harry su pourquoi. Le Scrutoscope sur la table s'était
allumé et avait commencé à tourner ; ils pouvaient entendre des voix aller et venir :
vagues voix et ensorceleuses. Ron tira le Deluminateur hors de sa poche cliqua :
Leurs lampes sont sorties.
« Sortez de là avec vos mains en l’air ! » venant d’une voix râpeuse dans l'obscurité.
« Nous savons que vous êtes là dedans…
Nous avons une douzaine de baguettes magiques pointées sur vous et nous
n'hésiterons pas a vous envoyez un sort.».
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 2233 :: LLEEE M
MAAANNNOOOIIIRRR DDDEEESSS M
MAAALLLEEEFFFOOOYYY
Harry regarda autour à la recherche des deux autres, maintenant de simples
silhouettes dans l'obscurité. Il vit Hermione pointer sa baguette, figée vers la sortie,
mais dans son visage; il y eut un bang, un éclat de lumière blanche, puis il tomba dans
une douleur atroce, incapable de voir. Il pouvait sentir son visage enflait rapidement
sous ses mains alors que des pas lourds l'entouraient.
"Levez-vous, vermines"
Des mains inconnues traînèrent durement Harry sur le sol, avant qu'il n'ait pu les
arrêter, quelqu'un fouilla dans sa poche et en sortit sa baguette magique. Harry
agrippa son visage atrocement douloureux, qui était méconnaissable derrière ses
doigts, tendu, enflé et gonflé comme s'il avait été victime de quelques violentes
réactions allergiques. Ses yeux avaient été réduits à des fentes à travers lesquelles il
pouvait à peine voir; ses lunettes étaient tombées lorsqu'il avait été sorti de la tente,
tout ce qu'il pouvait distinguer étaient les silhouettes floues de quatre ou cinq
personnes qui luttaient pour sortir également Ron et Hermione.
"Laissez... la ! cria Ron. Il y eut le bruit caractéristique d'une main frappant la chair:
Ron grogna de douleur et Hermione cria :
"Non ! Laissez la tranquille, laissez la tranquille !"
"Ton petit ami aura pire que ce qu'il a eu si il était sur ma liste", dit une voix
horriblement familière et grinçante.
"Délicieuse fille... quel plaisir... J'apprécie la douceur de la peau..."
Les entrailles d'Harry se retournèrent. Il s'avait qui c'était, Fenrir Greyback, le loupgarou
qui avait été autorisé à porter la robe des mangemorts en échange de sa férocité.
"Fouillez la tente !" dit une autre voix.
Harry fut jeté face contre terre. Un bruit sourd lui indiqua que Ron avait été jeté près
de lui. Ils pouvaient entendre des pas et des crashes ; les hommes bougeaient les
chaises à l'intérieur de la tente tandis qu'ils fouillaient.
"Maintenant, voyons qui nous avons attrapés ", dit la voix triomphante de Greyback
au dessus, et Harry fut retournait sur le dos. Un faisceau lumineux d'une baguette
tomba sur son visage et Greyback rit.
"J'aurai besoin de Bièreaubeurre pour le nettoyer celui-là ! Qu'est-ce qui t'es arrivé,
mocheté?
Harry ne répondit pas tout de suite.
"J'ai dit" répéta Greyback, et Harry reçut un coup dans le diaphragme qui fit redoubler
sa douleur,
"Qu'est-ce qui t'es arrivé ?"
"Piqué" murmura Harry. "J'ai été piqué"
"Ouais, on dirait bien" dit une seconde voix.
"Quel est ton nom ?" gronda Greyback.
"Dudley." dit Harry.
"Et ton prénom ?"
"Je... Vernon. Vernon Dudley."
"Vérifie la liste, Scabior." dit Greyback, et Harry l'entendit se déplacer à côté pour
regarder Ron.
"Et toi, le roux ?"
"Stan Rocade." dit Ron.
"Tu nous prends pour des imbéciles." dit l'homme nommé Scabior.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
"Nous connaissons Stan Rocade, il nous a donné un peu de travail."
Il y eut un autre bruit sourd.
"Je suis Bardy," dit Ron, et Harry pouvait dire que sa bouche était pleine de sang.
"Bardy Weasley."
"Un Weasley ?" grinça Greyback. "Donc tu es assimilé à un traître à ton sang même si
tu n'es pas un sang-de-bourbe. Et pour finir, ta jolie petite amie..."
La délectation dans sa voix fit avoir la chair de poule d’Harry (?).
"Facile, Greyback." dit Scabior, dominant les railleries des autres.
"Oh, je ne vais pas mordre tout de suite. Nous allons voir si elle est un peu plus rapide
à se rappeler son nom que Barny. Qui est-tu, jeune fille ?"
"Pénélope Deauclaire." dit Hermione. Elle semblait terrifiée, mais convaincante.
"Quel est le statut de ton sang ?" "Sang-mêlé." dit Hermione.
"Assez facile à vérifier," dit Scabior.
"Mais ils ont tous l'air d'être en âge d'aller à Poudlard
"On est parti", dit Ron.
" Parti, tu as dit, le roux ?" dit Scabior. "Et vous avez décidé d'aller camper ?" Et vous
avez pensé, juste pour rire, utiliser le nom du Seigneur des Ténèbres ?
"Pas pour plaisanter," dit Ron. "Accident." "Accident ?"
Il y eut plus de rires railleurs.
"Tu sais qui avait l'habitude d'aimer prononcer le nom du Seigneur des Ténèbres,
Weasley ?" grogna Greyback, "l'Ordre du Phénix. Ca te dit quelque chose ?"
"Oui."
"Et bien, ils ne montrent pas un respect correct envers le Seigneur des Ténèbrs, donc
le nom est devenu tabou. Quelques membres de l'Ordre ont été pistés ainsi. Nous
allons voir. Attachez les avec les deux autres prisonniers !"
Quelqu'un tira violemment Harry par les cheveux, le déplaça un peu, le repoussa en
position assise, puis commença à l'attacher dos-à-dos avec d'autres personnes.
Harry était toujours à moitié aveugle, à peine capable de voir quelque chose avec ses
yeux gonflés.
Quand enfin l'homme qui l'avait attaché se fut éloigné, Harry chuchota aux autres
prisonniers:
"Personne n'a encore une baguette,"
"Non." dirent Ron et Hermione de chaque côté de lui.
"Tout est de ma faute. J'ai dit le nom. Je suis désolé..."
"Harry ?" C'était une nouvelle, mais familière voix, et elle venait directement de
derrière Harry, de la personne attachée à gauche d'Hermione.
"Dean ?"
"C'est toi ! S'ils découvrent qui ils ont attrapé -! Ce sont des chasseurs de prime, ils
sont uniquement à la recherche d'élèves absents, pour vendre en échange d'or."
"Pas une mauvaise petite prise pour une nuit." disait Greyback, tandis qu'une paire de
chaussure métalliques marchait près d’Harry et ils entendirent d'autres bruits venant
de la tente.
"Un Sang-de-bourbe, un gobelin fugitif, et ces élèves manquants. Tu as déjà vérifié
leurs noms sur la liste, Scabior ?" rugit-il.
"Ouais. Il n'y a pas de Vernon Dudley ici, Greyback."
"Intéressant," dit Greyback. "C'est intéressant."
Il s'accroupit à côté d'Harry, qui vit, à travers la minuscule ouverture laissée entre ses
paupières,, un visage couvert de poils gris emmêlés et une barbe et une moustache,
avec des dents marrons pointues et des plaies aux coins de sa bouche. Greyback
sentait la même chose qu'au sommet de la tour où Dumbledore était mort : la saleté, la
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sueur, et le sang.
"Tu es donc recherché, Vernon ? Où es-tu sur cette liste sous un nom différent ? Dans
quelle maison es-tu à Poudlard ?"
"Serpentard," dit Harry automatiquement.
"'Marrant comme ils pensent tous qu'on veut entendre ça." fit Scabior, depuis les
ténèbres.
"Mais aucun d'eux ne peut nous dire où est la salle commune."
"Elle est dans le donjon." dit Harry distinctement. Vous entrez à travers le mur. Elle
est pleine de crânes et de trucs et c'est sous le lac, donc les lumières sont toutes
vertes."
Il y eut une courte pause.
"Bien, bien, il semblerait que nous ayons effectivement attrapé un jeune serpentard;"
dit Scabior.
"C'est bien pour toi, Vernon, car il n'y a pas beaucoup de Sang de bourbe serpentard.
Qui est ton père ?"
"Il travaille au Ministère" mentit Harry. Il savait que son histoire ne tiendrait pas face
à la petite investigation, mais d'un autre côté, il n'avait que ça jusqu'à ce que son
visage ait retrouvé son apparence normale avant que le jeu soit terminé, dans tous les
cas.
"Département des accidents et catastrophes magiques."
"Tu sais quoi, Greyback," dit Scabior. "Je pense qu'il y a un Dudley là-bas."
Harry pouvait à peine respirer. Est-ce que de la chance, et purement de la chance,
pourrait les tirer de là en vie ?
"Bien, bien." dit Greyback, et Harry pouvait entendre la légère note d'inquiétude dans
sa voix dure, et savait que Greyback se demandait s'il avait en effet attaqué et attaché
le fils d'un employé du ministère. Le coeur d’Harry battait contre sa robe, et se
répercutait dans ses côtes; il n'aurait pas été surpris que Greyback puisse le voir.
"Si tu dis la vérité, mocheté, tu n'as rien à craindre d'un voyage au ministère. J'espère
que ton père nous récompensera de t'avoir rattrapé."
"Mais", dit Harry, les lèvres sèches, "si vous nous laissez simplement"
"Hey !" un cri vint de la tente. "Regarde ça. Greyback !"
Une forme sombre s'avança bruyamment vers eux, et Harry vit un reflet d'argent à la
lueur de leurs baguettes. Ils avaient trouvé l'épée de Gryffondor.
"Trè-è-è-s bien", dit Greyback admirativement, la prenant à son compagnon. " Très
bien en effet. Ressemble à une fabrication de gobelin. Où avez vous eu quelque chose
comme ça ?"
"C'est à mon père", mentit Harry, espérant en dépit de tout qu'il faisait trop sombre
pour que Greyback puisse voir le nom gravé juste sous la poignée.
"Nous l'avons empruntée pour couper du bois de chauffage..."
"Attends une minute, Greyback ! Regarde ça, dans la Gazette du Sorcier !"
Alors que Scabior disait ça, la cicatrice d’Harry, qui était tendue sur son front dilaté,
le brûla férocement. Plus clairement qu'il ne pouvait distinguer ce qui l'entourait, il vit
un bâtiment en hauteur, une forteresse sinistre, noir de jet et menaçante : les pensées
de Voldemort étaient soudain redevenues tranchantes comme des lames de rasoir ; il
volait vers le gigantesque bâtiment, avec une impression d'un but calme et euphorique
(?)... Si près... Si près... Avec un énorme effort de volonté, Harry ferma son esprit aux
pensées de Voldemort, se ramenant à l'endroit où il était assis, attaché à Ron,
Hermione, Dean, et Gripsec dans l'obscurité, écoutant Greyback et Scabior.
"Hermione Granger," disait Scabior, " La Sang de Bourbe qui est connue pour
voyager avec 'Harry Potter."
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
La cicatrice d’Harry brûla dans le silence, mais il fit un suprême effort pour se
maintenir présent, pour ne pas glisser dans l'esprit de Voldemort. Il entendit le
crissement des chaussures de Greyback alors qu'il s'accroupissait, en face d'Hermione.
" Tu sais quoi, petite fille ? Cette photo te ressemble beaucoup."
"Non ! Ce n'est pas moi !" Le glapissement terrifié d'Hermione était comme un aveu.
"Connue pour voyager avec Harry Potter", répéta doucement Greyback. Une certaine
quiétude s'était installée sur la scène. La cicatrice de Harry était extrêmement
douloureuse, mais il luttait de toutes ses forces contre la pression des pensées de
Voldemort. Ca n'avait jamais été aussi important de rester dans sa propre âme.
"Et bien, cela change des choses, n'est-ce pas ?" chuchota Greyback.
Personne ne parla : Harry sentait la bande de chasseurs de prime les regarder, glacials,
et sentit le bras d'Hermione trembler contre le sien. Greyback se leva et fit deux pas
vers l'endroit où Harry était assis, s'agenouillant encore pour regarder de plus près ses
traits difformes.
"Qu'est-ce que c'est ça, sur ton front, Vernon ?" demanda t-il doucement, son souffle
infestant les narines de Harry, tandis qu'il appuyait un doigt sale sur la dite cicatrice.
"Ne la touchez pas !" hurla Harry ; il ne pouvait pas s'arrêter, il pensait qu'il allait être
malade à cause de la douleur de celle-ci.
"Je croyais que tu portais des lunettes, Potter ?" laissa échapper Greyback.
"J'ai trouvé des lunettes !" jappa l'un des chasseurs de prime, qui furetait derrière. "Il
y avait des lunettes dans la tente, Greyback, attends -"
Et quelques secondes plus tard, les lunettes de Harry avaient été remises sur sa figure.
Les chasseurs de prime se rapprochaient maintenant, le regardant.
"C'est lui !" grinça Greyback. "Nous avons attrapé Potter !"
Ils firent tous quelques pas en arrière, stupéfaits de ce qu'ils avaient fait.
Harry, qui résistait toujours pour rester présent dans une partie de sa tête, ne pouvait
penser à rien pour répondre. Des visions fragmentées arrivaient à son esprit - il était
caché derrière les hauts murs de la forteresse noire... Non, il était Harry, attaché et
sans baguette, en grave danger... Regardant en haut, vers la plus haute fenêtre, la tour
la plus haute... Il était Harry, et ils discutaient de son sort à voix basse... Il est temps
de s'enfuir...
"... au ministère ?" "Traiter avec le ministère." grogna Greyback. "Ils prendront
l'argent, et nous n'en verrons pas la couleur. Je dis que nous devrions l'amener
directement à Vous savez qui."
"Tu vas l'appeler ? Ici ?" dit Scabior, semblant en retrait, terrifié.
"Non", gronda Greyback, "Je n'ai pas... Ils disent qu'ils utilisent l'endroit de résidence
des Malefoy comme base. On va emmener le garçon là-bas."
Harry pensait savoir pourquoi Greyback n'avait pas appelé Voldemort. Le loup-garou
était probablement autorisé à porter la robe des Mangemorts quand ils avaient besoin
de lui, mais uniquement le cercle intime de Voldemort était marqué de la Marque des
Ténèbres: Greyback n'avait pas accéder à cet honneur suprême.
La cicatrice d’Harry se mit à lui faire mal de nouveau Et il s'éleva dans la nuit, volant tout droit vers la fenêtre tout en haut de la tour –
"... vraiment sûr que c'est lui ? Parce que si ce n'est pas le cas, Greyback, nous
sommes morts".
"Qui est responsable ici ?" hurla Greyback, couvrant ses instants d'incompétence.
"Je dis que c'est Potter, et lui plus sa baguette, c'est deux cent mille galions
directement ici! Mais si vous n'êtes pas assez courageux pour venir, tous autant que
vous êtes, c'est tout pour moi, et avec un peu de chance, j'inclurai aussi la fille !"
La fenêtre était la plus petite fente dans la roche noire, pas assez grande pour qu'un
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
homme y passe. Une forme squelettique était visible à travers elle, enroulée sous une
couverture…morte, ou endormie… ?
« Bien ! » Scabior dit. « Bien, nous sommes ici! Et que diriez-vous du reste d’eux,
Greyback, ce qui nous suffira avec eux? »
« Pourrait aussi bien prendre le sort. Nous avons deux Sang de Bourbe, ceci nous
voudra encore des Gallions. Me donner l'épée aussi. S'ils ont des rubis, un seul
d’entre eux vaux une petite fortune. »
Les prisonniers traînaient à leurs pieds. Harry pouvait entendre Hermione respirer
rapidement et semblait terrifiée.
« Saisissez un prisonnier et tenez le serré contre vous. Je prends Potter! » Dit
Greyback, saisissant une poignée des cheveux d’Harry ; Harry pouvait sentir ses
longs ongles jaunes se gratter le cuir chevelu. « A trois ! Un, Deux, Trois »
Ils transplanèrent, tirant les prisonniers avec eux. Harry lutta, essayant de se détacher
de la main de Greyback, mais c’était désespéré : Ron et Hermione étaient serrés
étroitement contre lui de chaque côté ; il ne pouvait pas se séparer du groupe, et
pendant que son souffle était serré, sa cicatrice lui faisait toujours autant mal.-Comme il se faufila par la fente de la fenêtre comme un serpent et débarqua,
légèrement comme une vapeur à l'intérieur de la cellule de prison…
Le prisonnier vacilla dans un autre endroit pendant qu'ils débarquaient dans une ruelle
du pays. Les yeux d’Harry, encore gonflés, prirent un moment pour s’acclimater, puis
il vit une paire de portes de Fer au pied de ce qui ressemblait à une longue commande.
Il éprouva le plus minuscule des soulagements. Le plus mauvais ne s'était pas encore
produit: Voldemort n'était pas ici. Il en était sûr, Harry le savait, pendant qu’il
combattait pour résister à la vision, dans un endroit étrange comme une forteresse, au
dessus d'une tour. Combien de temps cela prendrait à Voldemort pour arriver à cet
endroit une fois qu'il savait qu’Harry était ici, d’une certaine manière…
Un des Snatchers progressa aux portes et les secoua.
« Comment entrons-nous ? Ils ont verrouillés, Greyback, Je ne peux pas, Je ne sais
pas! »
Il fouetta ses mains loin dans l'effroi. Le fer était déformé, se tordant en des
enroulements abstraits dans un visage effrayant, qui parla d’une voix faisant écho. «
Énoncez votre but ! »
« Nous avons Potter! » hurla Greyback triomphalement. « Nous avons capturé Harry
Potter ! »Les portes grondèrent et s’ouvrirent.
« Avancez ! » dit Greyback à ses hommes, et les prisonniers étaient amenés par les
portes, entre les hautes haies qui insonorisaient leurs bruits de pas. Harry vit une
forme blanche fantomatique au-dessus de lui, et réalisa que c’était un paon albinos. Il
trébucha et fut traîné sur ses pieds par Greyback ; maintenant il était dos à dos et
attaché chancelant aux quatre autres prisonniers.
Fermant ses yeux gonflés, il permis à la douleur de sa cicatrice de le surmonter
pendant un moment, voulant savoir ce que Voldemort faisait, s'il ne savait pas encore
qu’Harry avait été attrapé…
La figure émaciée remua sous sa couverture mince et roula plus vers lui, observant
l'ouverture dans un crâne d'un visage.… L'homme frêle s'assis vers le haut, de grands
yeux submergés fixes sur lui, sur Voldemort, et alors il sourit. La plupart de ses dents
étaient partis…
« Ainsi, vous êtes venus. J'ai pensé que vous…un jour. Mais votre voyage était
injustifié. Je ne l'ai jamais eu. »
« Vous mentez ! »
Pendant que la colère de Voldemort palpitait à l'intérieur de lui, la cicatrice d’Harry
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
menacée d’éclater avec la douleur, et lui on arracha son esprit de nouveau à son
propre corps, combattant pour rester présent en tant que prisonnier pendant qu’ils
étaient poussés sur le gravier.
La lumière se renversa dehors au-dessus d’eux.
« Qu’est ce que c’est? » dit la voix froide d'une femme.
« Nous sommes ici pour voir Celui Dont On Ne Doit Pas Prononcer Le Nom ! » râpa
Greyback.
« Qui es tu? »
« Vous me connaissez ! » Il y avait de ressentiment dans la voix du loup-garou. «
Fenrir Greyback ! Nous avons attrapé Harry Potter ! »
Greyback saisi Harry et le traîna autour pour faire face à la lumière, forçant les autres
prisonniers à le suivre autour aussi.
« Je sais qu’il est gonflé, Madame, mais c’est lui ! » siffla plus haut Scabior.
« Si vous regardez un peu plus attentivement, vous verrez qu’il a la cicatrice. Et en
plus de ceci, voici, la fille ? La Sang de Bourbe qui avait voyagé avec lui, Madame. Il
n'y a aucun doute qu'il est le vrai, et nous avons pris sa baguette magique aussi bien!
Madame »
Par ses paupières gonflées Harry vit Narcissa Malefoy contrôlant son visage gonflé.
Scabior donna la baguette magique de prunellier à elle. Elle souleva ses sourcils.
« Emmenez les à l’intérieur » dit elle.
Harry et les autres poussèrent et donnèrent des coups de pied vers de larges armoires
en pierre dans un vestibule garni de portraits.
« Suivez moi » dit Narcissa, les menant à travers le hall. « Mon fils, Drago, est à la
maison pendant ses vacances de Pâques. Si c'est Harry Potter, il le saura. » Le salon
brilla après l'obscurité de dehors ; même avec ses yeux presque fermés Harry pouvait
faire les proportions larges de la salle. Un lustre en cristal était pendu au plafond, plus
de portraits contre les murs pourpre foncés. Deux figures se levèrent des chaises
devant une cheminée de marbre fleurie pendant que les prisonniers étaient
obligatoirement amenaient dans la salle par les Snatchers.
« Qu’est ce que c’est? »
La voix terriblement familière et traînante de Lucius Malefoy tomba dans les oreilles
de Harry. Il paniquait maintenant. Il ne pouvait voir aucune sortie, et il était plus
facile, pendant que sa crainte montait, de bloquer dehors les pensées de Voldemort,
bien que sa cicatrice brûle toujours.
« Ils disent qu'ils ont Potter » dit la voix froide de Narcissa. « Draco, vient ici. »
Harry n'avait pas osé regarder directement Draco, mais il le vu en oblique; une figure
légèrement plus grande que lui l’était, se levant d'un fauteuil, son visage était d’un
pâle sous ses cheveux blanc blonds.
Greyback força les prisonniers à se tourner encore afin de placer Harry directement
sous le lustre.
« Alors, mon garçon ? » râpa le loup-garou.
Harry faisait face à un miroir au-dessus de la cheminée, une grande chose dorée dans
une armature complexe mise en rouleau. Par les fentes de ses yeux il vit sa propre
réflexion pour la première fois depuis qu’il avait quitté l'endroit de Grimmauld.
Son visage était énorme, brillant, et rose, chaque dispositif tordu par le sort
d’Hermione's. Ses cheveux noirs avaient atteint ses épaules et il y avait une ombre
foncée autour de sa mâchoire. Le fait de ne pas savoir que c'était lui qui se tenait là, il
se serait demandé qui portait ses lunettes. Il se résolu pour ne pas parler, parce que sa
voix était sûre de ne rien indiquée; pourtant il évitait toujours le contact visuel avec
Draco, le dernier à s’approcher.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Alors, Draco? » dit Lucius Malefoy. Il sembla avide. « Est-il ? Est il Harry Potter ?
»
« Je ne peux pas - je ne peux pas être sûr, » dit Draco. Il gardait ces distances de
Greyback, et sembla comme effrayé de regarder Harry pendant qu’Harry le regardait
lui.
« Mais regarde le soigneusement, regarde plus attentivement! »
Harry n'avait jamais entendu Lucius Malefoy ainsi excité.
« Draco, si nous sommes ceux qui remettent Potter au seigneur des ténèbres, tout sera
oublié »
« Mais nous n'oublierons pas ceux qui l'ont attrapé réellement, j'espére M. Malefoy ?
» Dit Greyback menaçant.
« Naturellement, naturellement! » dit impatiemment Lucius. Il approcha d’Harry luimême,
et vint si près de lui qu’Harry pouvait voir le visage habituellement
languissant et pâle dans le détail pointu même par ses yeux gonflés. Avec son visage
de masque gonflé, Harry senti comme s'il scrutait en détail son état.
« Que lui avez vous fait? » demanda Lucius à Greyback. « Comment est-il entré dans
cet état ? »
« Ce n'est pas nous. »
« Regarde plutôt c’est un sort cuisant » dit Lucius.
Ses yeux gris ratissaient le front de Harry.
« Il y a quelque chose là, » chuchota t il. « Ca peut être la cicatrice, étirée fortement.
… » Draco, viens ici, regarde correctement ! Qu’est ce que tu en penses? »
Harry vu la fin arriver avec Draco maintenant, bien près de son père. Ils avaient une
expression extraordinairement semblable, sauf que tandis que son père regardait avec
de l'excitation, Draco était pleins d'hésitations, même de craintes.
« Je ne sais pas, » dit il, et il marcha plus loin vers la cheminée où sa mère se tenait en
les observant.
« Nous devrions être certains, Lucius » appela Narcissa à son mari dans sa voix froide
et claire. « Complètement sûr que ce soit Potter, avant que nous appelions le seigneur
des ténèbres…. Ils disent que c'est lui » - elle regardait attentivement la baguette
magique de prunellier « mais elle ne ressemble pas à la description d'Ollivander. ….
Si nous sommes confondus, si nous réclamons le seigneur des ténèbres ici pour rien…
rappelez vous ce qu'il a fait à Rowle et à Dolohov ? »
« Que diriez-vous de la Sang de Bourbe, alors? » grogna Greyback. Harry était
presque jeté à leurs pieds tant que les Snatchers forçaient les prisonniers à pivoter
autour encore, de sorte que la lumière soit tombée sur Hermione à la place.
« Attendez » indiqua Narcissa brusquement. « Oui, Oui, elle était avec Madame
Malkin's avec
Potter ! J'ai vu son image dans la Gazette ! Regarde, Draco, n'est-ce pas la fille
Granger ? »
« Je…Peut être… ouais. »
« Mais en tout cas, c'est le garçon Weasley ! » cria Lucius, progressant autour des
prisonniers attachés pour faire face à Ron.
« Il est avec eux, Drago l’ami de Potter, regarde le, n'est il pas le fils d'Arthur
Weasley, quel est son nom ? »
« Oui » dit Draco encore, se tenant de nouveau devant les prisonniers. « Il pourrait
l’être. »
La porte de salon s'est ouverte derrière Harry. Une femme parla, et le bruit de sa voix
augmentait la crainte d’Harry encore plus élevé.
« Qu'est-ce que c'est ? Ce qui se passe, Cissy? »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Bellatrix Lestrange marcha lentement autour des prisonniers, et s'arrêta devant Harry,
regardant fixement Hermione par ses yeux fortement plissés dans ses paupières.
« Mais c’est sûrement…» dit elle tranquillement, « c'est la fille, la Sang de Bourbe?
C'est Granger? »
« Oui, oui, c'est Granger ! » cria Lucius, « et près d’elle, nous pensons, que c’est
Potter!
Potter et ses amis, attrapés enfin! »
« Potter ? » poussa Bellatrix dans des cris perçants, en se retenant plus loin, C’est la
meilleure, vous avez Harry. « Êtes-vous sûr ? Et bien alors, le seigneur des ténèbres
doit être informé immédiatement » Elle tira en arrière sa manche gauche: Harry vit la
marque foncée brûlée dans la chair de son bras, et su qu'elle était sur le point de la
toucher, pour appeler son maître aimé.
« J'étais sur le point de l'appeler ! » dit Lucius, et sa main se referma réellement sur le
poignet de Bellatrix, l'empêchant de toucher la marque. « Je l'appellerai, Bella. Potter
a été amené à ma maison, et elle est donc sous mon autorité. «
« Votre autorité ! » ricana t elle, essayant d'arracher sa main de sa prise. « Vous avez
perdu votre autorité quand vous avez perdu votre baguette magique, Lucius !
Comment me défiez vous ! Enlevez vos mains de moi! »
« Ca n'a rien avoir avec toi, tu n'as pas capturé le garçon »
« Je vous demande pardon, M. Malefoy, » s’exclama Greyback, « mais c’est nous qui
avons attrapé Potter, et il nous donnera de l’or »
« De l’or ! » rit Bellatrix, essayant toujours de jeter la main de son beau frère, sa main
blanche cherchant à tâtons dans sa poche pour sa baguette magique. « Votre or, vous
êtes dégoûtant, je vous le donnerai votre or? Je cherche seulement l'honneur de mon
maître.
« Elle cessa de lutter, ses yeux foncés fixes sur quelque chose Harry ne pouvait pas
voir. Radieux à sa capitulation, Lucius jeta sa main de lui et déchira le haut sa propre
manche.
« ARRÊTE ! » cria Bellatrix dans des cris perçants, « ne la touche pas, nous périrons
tous si le seigneur des ténèbres vient maintenant ! »
Lucius gela, son index planant au-dessus de sa propre marque. Bellatrix progressa
hors du champ de vision d’Harry dont la vision était limitée.
« Qu’est ce que ceci? » l’entendit il dire.
« L’épée, » grogna un des Snatcher.
« Donnez la moi. »
« Elle n'est pas à vous, miss, elle est mienne, je l'ai trouvée. »
Il y eu un coup et un flash de lumière rouge ; Harry su que le Snatcher avait été
stupéfié. Il y avait un hurlement de colère de ses camarades : Scabior leva sa baguette
magique.
« A quoi pensez vous jouer, femme? »
« Stupéfix ! » cria t elle, » Stupéfix! »
Ils n'étaient rien comparé à elle, ils avaient même pensé qu'à quatre contre elle…: Elle
était une sorcière, comme Harry le savait, avec la compétence prodigieuse et aucune
conscience.
Ils tombèrent face à elle, tous excepté Greyback, qui avait été forcé dans une position
d'agenouillement, ses bras tendus. De ses yeux Harry vit le visage de Bellatrix se
baisser vers le loup-garou, l'épée de Gryffondor saisie étroitement dans sa main, son
visage cireux.
« Où vous avez obtenu cette épée ? » chuchota t elle à Greyback pendant qu'elle tirait
sa baguette magique hors de sa poche.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Comment osez vous me défier? » gronda t il, sa bouche la seule chose qui pouvait
déplacer pendant qu'il était forcé de regarder fixement vers le haut elle. Il découvrit
ses dents aiguës. « Libérez moi, femme ! »
« Où avez vous trouvé cette épée ? » répéta t elle, la brandissant sur son visage, «
Rogue l'a envoyé à ma chambre forte chez Gringotts ! »
« Elle était dans leur tente, » râpa Greyback. « Libérez moi, je vous dis ! »
Elle ondula sa baguette magique, et le loup-garou jaillit à ses pieds, mais semblait
trop circonspect à l'approcher. Il tomba derrière un fauteuil, ses ongles incurvés
dégoûtants saisissant son dos.
« Draco, déplace ces épaves dehors » dit Bellatrix, indiquant les hommes sans
connaissance. « Si tu n'as pas les entrailles pour les finir, tu peux les laisser dans la
cour pour moi. »
« Je te défends de parlez à Draco sur ce ton « dit Narcissa furieuse, mais Bellatrix
cria.
« Reste tranquille ! La situation est plus grave que tu ne peux probablement pas
imaginer, Cissy ! Nous avons un problème très grave ! »
Elle se tenait, haletant légèrement, regardant vers le bas l'épée, examinant sa poignée.
Alors elle se tourna pour regarder les prisonniers silencieux.
« Si c'est en effet Potter, je dois en être certaine » murmura t elle, plus à elle-même
qu'aux autres. « Les souhaits du seigneur des ténèbres sont clairs il veut se
débarrasser de Potter lui-même. …. Mais s'il le découvre…. Je dois…. Je dois savoir.
…»
Elle se tourna de nouveau vers sa soeur encore.
« Les prisonniers doivent être placés dans la cave, avant que je ne sache quoi faire! »
« C'est ma maison, Bella, tu ne me donnes pas des ordres ici »
« Fais le! Tu n'as aucune idée du danger que nous sommes ici ! » cria Bellatrix
poussant des cris perçants. Elle semblait effrayante, folle; un jet mince de feu sorti de
sa baguette magique et brûla un trou dans le tapis.
Narcissa hésita pendant un instant, puis s’adressa au loup-garou.
« Portez les prisonniers à la cave, Greyback. »
« Attends » dit Bellatrix brusquement. « Tous excepté… excepté la Sang de Bourbe. »
Greyback donna un grognement du plaisir.
« Non ! » cria Ron. « Vous pouvez m'avoir, gardez moi ! »
Bellatrix le frappa au visage : le coup fit écho autour de la salle.
« Si elle meurt sous l'interrogation, je vous prendrai après, » dit elle. « Le traître de
sang est à côté d’elle dans mon livre. Emmène les autres en bas, Greyback, et assure
toi qu'ils soient bloqués, mais ne leur fait rien de plus. »
Elle jeta la baguette magique de Greyback de nouveau à lui, puis pris un couteau
argenté court de dessous ses robes longues. Elle coupa les liens d’Hermione exempt
des autres prisonniers, puis la traîna par les cheveux dans le milieu de la salle, alors
que Greyback forçait le reste d’eux à avancer vers une autre porte, dans un passage
foncé, sa baguette magique tenue devant lui, projetant une force invisible et
irrésistible.
« Vous comptez me laisser avoir un peu de la fille quand elle aura fini avec elle?
Harry pouvait sentir la secousse de Ron. Ils été forcés de descendre des escaliers
raides, dos à dos, toujours attachés et en danger de glisser et de se casser le cou à tout
moment. Au fond il y avait une porte lourde. Greyback l'ouvrit avec sa baguette
magique, alors il les força à rentrer dans une salle humide et moisie et les laissa dans
l'obscurité totale. Le coup de la porte claquée de cave faisant écho devança un
terrible, cri venant directement au-dessus d’eux.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« HERMIONE ! » beugla Ron, et il commença à bouger et lutter contre les cordes les
attachant ensemble, de sorte que Harry chancela. « HERMIONE ! »
« Reste tranquille ! » dit Harry. « Ferme là. Ron, nous devons établir un plan. »
« HERMIONE ! HERMIONE ! »
« Nous avons besoin d'un plan, tu arrêtes hurler nous devons couper ces cordes »
« Harry c’est toi? » Venait un chuchotement dans l'obscurité. « Ron? Est-ce que c'est
toi? »
Ron cessa ces cris. Il y avait un bruit de fin de mouvement parmi eux, puis Harry vit
une ombre se déplacer plus étroitement.
« Harry ? Ron ? »
« Luna ? »
« Oui, c’est moi ! Oh non, je n'ai pas voulu que vous soyez attrapés ! »
« Luna, peux tu nous aider à enlever ces cordes? » dit Harry.
« Oh oui, j’ai quelque chose comme ça… Il y a un vieil ongle que nous employons si
nous devons casser n'importe quoi. …. Juste un moment… »
Hermione cria encore, et ils pouvaient entendre Bellatrix criant aussi, mais ses mots
étaient inaudibles, parce que Ron cria encore, « HERMIONE !
HERMIONE ! »
« M. Ollivander ? » dit Harry pouvait entendre l'énonciation de Luna.
« M. Ollivander, avez-vous l'ongle ? Si vous vous déplacez juste au-dessus d'un
peu…. Je pense qu'il était près de la cruche d'eau. »
Elle était de retour en quelques secondes.
« Vous devrez rester toujours » dit elle.
Harry pouvait la sentir creuser aux fibres dures de la corde pour travailler les noeuds
librement. En haut d’eux en entendu la voix de Bellatrix.
« Je vais te demander encore ! D'où avez-vous obtenu cette épée? où? »
« Nous l'avons trouvé – s’il vous plait ! » cria encore Hermione; Ron lutta plus dur
que jamais, et l'ongle rouillé glissa sur le poignet de Harry
« Ron, reste tranquille! » Chuchota Luna. « Je ne peux pas voir ce que je fais «
« Ma poche ! » dit Ron, « dans ma poche, il y a un Eteignoir, et il est plein de lumière
!»
Quelques secondes plus tard, il y eu un clic, et les sphères luminescentes que
l’Eteignoir avait absorbé des lampes dans la tente volaient dans la cave, incapables de
rejoindre leurs sources, elles tournaient là, comme des soleils minuscules, inondant la
salle souterraine avec la lumière. Harry vit Luna, dans les yeux dans son visage blanc,
et la figure immobile d'Ollivander le fabriquant de baguette, courbé sur le plancher
dans le coin. Tendant le cou autour, il vites d’autres prisonniers: Dean Thomas et
Gripsec le gobelin, qui semblaient se tenir prêt à peine conscient et gardant les cordes
qui le serraient aux humains.
« Oh, c'est beaucoup plus facile, merci, Ron, » dit Luna, et elle a commença à
entailler leurs attaches encore. « Bonjour, Dean! »
De dessus venait la voix de Bellatrix.
« Vous l’avez trouvez, Sang de Bourbe dégoûtante, et je le sais ! Vous avez été à
l'intérieur de ma chambre forte chez Gringotts ! Dites la vérité, dites la vérité ! »
Un autre cri perçant terrible
« HERMIONE ! »
« Qu'avez-vous pris? Qu'avez-vous obtenu? Dites le moi je veux la vérité ou je vous
jure que je vous écorcherai avec ce couteau ! »
« Là ! »
Harry sentit les cordes tombées et se tourna, frottant ses poignets, pour voir Ron
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
autour de la cave, regardant vers le haut le plafond bas, recherchant une trappe.
Dean, son visage meurtri et sanglant, dit « merci » à Luna et se tenait là, tremblant,
mais Gripsec descendit sur le plancher de cave, semblant chancelant et désorienté,
beaucoup de trépointes à travers son visage basané.
Ron essayait maintenant de transplaner sans baguette magique.
« Il n'y a aucune sortie, Ron » dit Luna, observant ses efforts stériles. « La cave est
complètement en profondeur. J'ai essayé, au début. M. Ollivander a été ici pendant
longtemps, il a tout essayé. »
Hermione cria encore. Le bruit passait à Harry comme la douleur physique. À peine
conscient de picotement féroce de sa cicatrice, il commença aussi à courir autour de la
cave, sentant que les murs pour lui avaient de la peine, sachant que son coeur savait
que c'était inutile.
« Qu'avez-vous pris ? RÉPONDEZ MOI! CRUCIO ! »
Les cris perçants de Hermione firent écho outre les murs en haut, Ron était à moitié
en train de sangloter car il martelait les murs avec ses poings, et Harry dans le
désespoir total saisissait la poche d’Hagrid autour de son cou et cherchait à tâtons à
l'intérieur de lui : Il retira le vif d’or de Dumbledore et le secoua, espérant qu’il se
produit il ondula les moitiés cassées de sa baguette magique de Phoenix, mais elles
étaient fragment sans vie et le miroir tomba miroitant au plancher, et il a vu une lueur
bleu.
L'oeil de Dumbledore le regardait fixement hors du miroir.
« Aidez nous ! » hurla t il à lui dans le désespoir fou. « Nous sommes dans la cave du
manoir de Malefoy, Aidez nous! »
L'oeil clignota et s’en alla.
Harry n'était pas même sûr que ça c’était vraiment passé. Il inclina le tesson du miroir
de cette façon et celle, et ne vit rien reflété là mais les murs et le plafond de leur
prison, et en haut Hermione criait de douleur plus que jamais, et à côté de lui Ron
beuglait, « HERMIONE ! HERMIONE ! »
« Comment vous êtes entrés dans ma chambre forte ? » ils entendaient le cri perçant
de Bellatrix. « Est-ce que c’est le petit gobelin sale de la cave qui vous a aidé? »
« Nous l'avons seulement eu ce soir ! » sanglota Hermione. « Nous n'avons jamais été
à l'intérieur de votre chambre forte. …. Ce n'est pas la vraie épée ! C'est une copie,
juste une copie ! »
« Une copie ? » cria Bellatrix poussant des cris perçants. « Oh, une histoire probable !
»
« Mais nous pouvons le découvrir facilement ! » dit la voix de Lucius. « Draco, va
chercher le gobelin, il peut nous dire si l'épée est vraie ou pas ! »
Harry se précipita à travers la cave où Gripsec était blotti sur le plancher.
« Gripsec, » chuchota t il dans l'oreille dirigée du gobelin, « vous devez leur dire que
l’épée qu’on a trouvée est truquée, ils ne doivent pas savoir que c’est le vrai, Gripsec,
s’il vous plait « il pouvait entendre quelqu'un courir précipitamment pour allez vers la
cave ; le moment prochain, la voix de secousse du Draco parla par derrière la porte.
« Reculez. Alignez vous contre le mur derrière. N'essayez rien, ou je vous tuerai ! »
Ils ont fait pendant qu'ils étaient offerts ; pendant que la serrure tournait, Ron cliqua
sur le Eteignoir et les lumières revenant de nouveau dans sa poche, reconstituant
l'obscurité de la cave. La porte s’ouvrit ; Malefoy marcha à l'intérieur, baguette
magique tenue devant lui, pâle et déterminée. Il saisit le petit gobelin par le bras et le
soutenu encore, traînant Gripsec avec lui. La porte claqua et au même moment un
bruit fort fit écho à l'intérieur de la cave.
Ron cliqua sur le Eteignoir. Trois boules de lumière volèrent de nouveau dans l'air de
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
sa poche, indiquant Dobby l’elfe de maison, qui était juste apparu au milieu.
« DOB ! »
Harry frappa Ron sur le bras pour l'arrêter de crier, et Ron regarda terrifié son erreur.
Les pas croisèrent les frais généraux du plafond : Draco, Gripsec marchait vers
Bellatrix.
Dobby, ses yeux formés étaient aussi large que des balles de tennis; il était tremblant
de ses pieds aux bouts de ses oreilles. Il était de retour dans la maison de ses grands
maîtres, et il était clair qu'il avait été pétrifié.
« Harry Potter, » grinça t il dans le tremblement le plus minuscule de sa voix, «
Dobby est venu pour vous sauver. »
« Mais comment as tu fait?
Un cri perçant terrible noya les mots d’Harry : Hermione était torturé encore. Il coupa
les bases.
« Tu peux transplaner hors de cette cave ? » demanda t il à Dobby, qui inclina la tête,
son battement d'oreilles.
« Et vous pouvez prendre des humains avec toi ? »
Dobby inclina encore la tête.
« D’accord. Dobby, je veux que tu saisisses Luna, doyen, et M. Ollivander, et tu les
emmènes…
« Chez Bill et Fleur, » dit Ron. « Maison de Shell sur les périphéries de Tinworth ! »
L'elfe inclina la tête pour une troisième fois.
« Et tu reviens après » dit Harry. « Tu peux faire cela, Dobby? »
« Naturellement, Harry Potter, » chuchota le petit elfe. Il se dépêcha de prendre M.
Ollivander, qui semblait être à peine conscient. Il pris un des fabricants de baguette
magique dans ses mains propres, et donna l'autre à Luna et Dean, ni l'un ni l'autre qui
ne se déplaça.
« Harry, nous voulons vous aider ! » chuchota Luna.
« Nous ne pouvons pas vous laisser ici, » dit Dean.
« Allez, tous les trois! Nous vous verrons chez Bill et Fleur. »
Pendant qu’Harry parlait, sa cicatrice le brûla plus port que jamais, et pendant
quelques secondes il regarda vers le bas, pas sur le fabricant de baguette magique,
mais sur un autre homme qui était vieux, juste comme légèrement, mais riant
méprisamment.
« Tue moi. Voldemort, je fais bon accueil à la mort! Mais ma mort ne vous amènera
pas ce que vous cherchez. …. Il y a tellement de gens comme toi qui ne comprennent
pas. … » Il senti la fureur de Voldemort, mais pendant qu’Hermione criait encore il
ferma son esprit, retournant à la cave et à l'horreur de son propre présent.
« Allez! » sollicita Harry à Luna et au doyen. « Allez ! Nous vous suivrons, allez! »
Ils attrapèrent la prise des doigts tendus de l'elfe. Il y eu un autre bruit forte, et Dobby,
Luna, un doyen, et Ollivander avaient disparu.
« Qu’est ce que c’était? » cria Lucius Malefoy au dessus de leurs têtes. « Avez-vous
entendu cela? Qu’est ce que c’était que ce bruit dans la cave? »
Harry et Ron se regardèrent fixement l'un l'autre.
« Draco va voir! Va vérifier ! »
Les bruits de pas s’écartait du bruit général de la pièce, puis il y eu un silence. Harry
su que les personnes dans le salon détectaient à l'oreille plus de bruits de la cave.
« Nous allons devoir essayer de l'aborder, » chuchota t il à Ron. Ils n'avaient aucun
autre choix: Le moment où n'importe qui entrait dans la salle et voyait l'absence de
trois prisonniers, ils étaient perdus. « Laisse les lumières au dessus » ajouta Harry, et
pendant qu'ils entendaient quelqu'un descendre les étapes en dehors de la porte, elles
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
ont soutenu contre le mur de chaque côté de lui.
« Reculez » dit la voix derrière la porte. « Tenez vous loin de la porte. J'entre. » La
porte pilota ouvert. Pendant une seconde, il regarda fixement dans la cave apparent
vide, enflammée avec la lumière des trois soleils miniatures flottant dans l'entre ciel et
terre.
Puis Harry et Ron se lancèrent sur lui. Ron saisi le bras de la baguette magique de
Queudver et l’entraîna vers le haut. Harry mis une main à sa bouche, insonorisant sa
voix. Silencieusement ils luttèrent : La baguette magique de Queudver émis des
étincelles ; sa main argentée s'était fermée autour de la gorge de Harry.
« Qu’est ce qu’il y a Queudver? » appela Lucius Malefoy d'en haut.
« Rien ! » répondit Ron, dans une imitation passable de la voix asthmatique de
Queudver. » Tout va très bien ! »
Harry pouvait à peine respirer.
« Vous allez me tuer ? » dit Harry obstrué, essayant de sortir outre des doigts en
métal. « Après que j'ai sauvé votre vie? Vous me le devez, Queudver! »
Les doigts argentés se dégagèrent. Harry ne l'avait pas attendu: Il s'arracha librement,
étonné, gardant le sien sur la bouche de Queudver. Il a vu les petits yeux aqueux de
l'homme rat s'élargir avec la crainte et la surprise : Il sembla juste comme choqué
qu’Harry à ce que sa main avait fait, à l'impulsion minuscule et compatissante qu'elle
avait trahie, et il continua à lutter plus puissant, comme pour se défaire ce moment de
faiblesse.
« Et nous aurons cela » chuchota Ron, tirant la baguette magique avec effort de
l’autre main de Queudver. Sans baguette, délaissé, les pupilles de Pettigrow se
dilataient de terreur. Ses yeux avaient glissés du visage de Harry à autre chose.
Ses propres doigts argentés se déplaçaient inexorablement vers sa propre gorge.
« NON »
Sans prendre le temps de réfléchir, Harry essaya de retenir la main en arrière, mais
elle ne s’arrêta pas. L'outil argenté que Voldemort avait donné à son domestique plus
lâche se retournait sur son propriétaire désarmé et inutile ; Pettigrow récoltait sa
récompense pour son hésitation, son moment de pitié ; il était étranglé devant leurs
yeux.
« Non ! »
Ron avait libéré Queudver aussi, et ensemble Lui et Harry s’aidaient pour tirer les
doigts tueurs en métal autour de la gorge de Queudver, mais c’était inutile.
Pettigrow tournait au bleu.
« Relashio ! » dit Ron, ne dirigeant la baguette magique que sur à la main argentée,
mais rien ne se produisit ; Pettigrow se laissa tomber à genoux, et au même moment,
Hermione donna un cri perçant redoutable des autres. Les yeux de Queudver roulèrent
vers le haut dans son visage pourpre; il donna un dernier mouvement convulsif, et ne
bougea plus.
Harry et Ron se regardèrent l'un l'autre, puis laissant le corps de Queudver sur le
plancher derrière eux, coururent vers le haut des escaliers et de nouveau dans le
passage sombre menant au salon. Avec précaution ils rampèrent le long de lui jusqu'à
ce qu'ils aient atteint la porte du salon, qui était entrebâillée. Maintenant ils eu un
point de vue clair de Bellatrix regarder vers le bas Gripsec, qui tenait l'épée de
Gryffondor dans des ses mains avec ses longs doigts. Hermione se trouvait au pied de
Bellatrix. Elle remuait à peine.
« Alors? » dit Bellatrix à Gripsec. « Est elle la vraie épée? »
Harry attendu, retenant son souffle, luttant contre les picotements de sa cicatrice.
« Non » indiqua Gripsec. « C'est une truquée. »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Êtes vous sûr ? » haleta Bellatrix. « Tout à fait sûr? »
« Oui, » dit le gobelin.
Le soulagement passa à travers son visage, toute la tension s'écoula.
« Bon, » dit elle, et avec une excitation occasionnelle de sa baguette magique elle
réduit les maléfices des autres et la coupe profonde au visage du gobelin, et lui chuta
avec un hurlement à ses pieds. Elle donna un coup de pied de lui de côté.
« Et maintenant, » dit elle dans une voix qui éclatait avec le triomphe, « nous
appelons le seigneur des ténèbres! » Et elle refoula sa manche et toucha avec son
index La Marque des Ténèbres.
Immédiatement, la cicatrice d’Harry senti comme si elle avait dédoublé de douleur et
s’ouvrit encore. Ses environnements vrais disparurent : Il était Voldemort, et le
magicien squelettique avant lui riait à pleine dents devant lui ; il était exaspéré de la
sommation qu’il sentit- lorsqu’il les avait avertis, il leur avait dit de l'appeler pour
rien moins que traînent. S'ils s’étaient confondus….
« Tuez moi, maintenant ! » exigea le vieil homme. « Vous ne gagnerez pas, vous ne
pouvez pas gagner !
Que la volonté de baguette magique ne soit jamais à vous. »
Et la fureur de Voldemort explosa: Un éclat de lumière verte remplie la cellule de
prison
et le vieux corps frêle se souleva de son lit dur et puis tomba en arrière, sans vie, et
Voldemort retourna vers la fenêtre, sa colère à peine contrôlable. …. Ils souffriraient,
s'ils n'avaient aucune bonne raison de l'appeler en arrière. … « Et moi, je pense » dit
la voix de Bellatrix, « nous pouvons nous débarrasser de la Sang de Bourbe.
Greyback, prennez la si vous la voulez.»
« NOOOOOOOOOOOON ! »
Ron avait hurla dans le salon ; Bellatrix regarda autour, choquée ; elle tourna sa
baguette magique pour faire face à Ron à sa place.
« Expelliarmus ! » hurla t il, dirigeant la baguette magique de Queudver vers
Bellatrix, et sa baguette vola dans les airs et été attrapé par Harry, qui couru vers Ron.
Lucius, Narcissa, Draco et Greyback sortirent leurs baguettes; Harry hurla, «
Stupéfix! » et Lucius Malfoy s'effondra sur le foyer. Les jets de lumière volaient des
baguettes magiques de Draco, de Narcissa, et de Greyback ; Harry se jeta au plancher,
roulant derrière un sofa pour les éviter.
« ARRÊTER OU ELLE MEURT !
Haletant, Harry scruta autour du bord du sofa. Bellatrix soutenait Hermione, qui
semblait être sans connaissance, et était en possession de son couteau argenté court à
la gorge d’Hermione.
« Laisser tomber vos baguettes magiques, » chuchota t elle. « Laisser les tomber, ou
nous verrons exactement combien son sang est dégoûtant! »
Ron se tenait droit, tenant la baguette magique de Queudver. Harry se redressa vers le
haut, tenant toujours en joue Bellatrix.
« Je vous ai dit de les laissez tomber! » elle poussa des cris perçants, pressant la lame
dans la gorge de Hermione : Harry vit des perles de sang apparaître.
« Bien ! » cria t il, et il laissa tomber la baguette magique de Bellatrix sur le plancher
à ses pieds, Ron fit la même chose avec celle de Queudver. Tous les deux soulevèrent
leurs mains pour dessus leurs épaules.
« Bien! » lorgna t elle. « Draco, prend les! Le seigneur des ténèbres vient, Harry
Potter ! Votre mort est proche! »
Harry le sut ; sa cicatrice éclatait de douleur, et il pourrait sentir le vol de Voldemort
par le ciel lointain, au-dessus d'une mer foncée et orageuse, et bientôt il serait assez
Harry Potter et les Reliques de la Mort
13
Harry Potter et les Reliques de la Mort
proche d’apparaître à eux, et Harry ne pouvait voir aucune sortie.
« Maintenant, » dit Bellatrix doucement, Draco se dépêcha de nouveau à ramasser les
baguettes magiques. « Cissy, je pense que nous devons attacher ces petits héros
encore, alors que Greyback prend soin de Mlle la Sang de Bourbe. Je suis sûr que le
seigneur des ténèbres ne dira rien pour la fille, Greyback, après ce que vous avez fait
ce soir. »
Au dernier mot il y eu un grincement particulier d'en haut. Tous regardèrent vers le
haut à temps pour voir le lustre en cristal tremblé ; puis, par un grincement et un
tintement sinistre, il commença à tomber. Bellatrix était directement sous lui ;
Hermione tomba, elle se jeta de côté avec un cri perçant. Le lustre se brisa au
plancher dans une explosion de cristal et de chaînes, tombant sur Hermione et le
gobelin, qui saisissaient toujours l'épée de Gryffondor. Scintillant, les morceaux du
cristal volèrent dans toutes les directions ; Draco se baissa et mis ses mains couvrant
son visage sanglant.
Pendant que Ron essayait de tirer Hermione hors de l'épave, Harry pris les risques : Il
sauta sur un fauteuil et reprit les trois baguettes magiques de la main de Draco, les
dirigea toutes sur Greyback, et hurla, « Stupéfix! », Le loup-garou fut projeté du sol
par le charme triple, jusqu'au plafond et puis s’écrasa par terre.
Comme Narcissa et Draco traînaient à l'écart davantage de mal, Bellatrix jailli à ses
pieds, ses cheveux volants quand elle brandit le couteau argenté; mais Narcissa avait
dirigé sa baguette magique vers la porte.
« Dobby! » cria t elle et même Bellatrix se gela. « Vous! Vous avez laissé tomber le
lustre? »
L'elfe minuscule trotta dans la salle, son indication par les doigts de secousse à sa
vieille maîtresse.
« Vous ne devez pas blesser Harry Potter, » grinça t il.
« Tue le, Cissy! » Bellatrix poussa des cris perçants, mais il y avait un autre bruit fort,
et la baguette magique de Narcissa aussi vola dans l'air et tomba de l'autre côté de la
salle.
« Toi, sale petit elfe! » brailla Bellatrix. « Comment oses tu prendre la baguette
magique d'une sorcière, comment oses tu défier tes maîtres? »
« Dobby n'a aucun maître ! » couina l'elfe. « Dobby est un elfe libre, et Dobby est
venu pour sauver Harry Potter et ses amis ! »
La cicatrice de Harry l'aveuglait avec douleur. Faiblement il su qu'ils ont eu des
moments, des secondes avant que Voldemort ait été avec eux.
« Ron, attrape et DISPARAIS ! » hurla t il, jetant une des baguettes magiques à lui ;
alors il se plia vers le bas pour tirer Gripsec avec effort en dehors de sous le lustre. Le
Gobelin gémissant, qui s'accrochait toujours à l'épée, plus d'une épaule, Harry a saisi
la main de Dobby et tourna sur place et tranplanèrent.
Pendant qu'il transplanait dans le noir, il jeta un dernier regard dans le salon pâle,
figures congelées de Narcissa et Draco, de la strie rouge qui était les cheveux de Ron,
et d'un bleu d'argent de vol, pendant que le couteau de Bellatrix volait à travers la
salle à l'endroit où il disparaissait. Bill et Fleur… La maison de Bill et Fleur….
Il avait disparu dans l'inconnu ; tout qu'il pouvait faire était de répéter le nom de la
destination et d'espérer qu'il suffisait de ça pour être là. La douleur de son front le
perça, et le poids du gobelin tenu vers le bas avec lui ; il pouvait sentir la lame de
l'épée de Gryffondor se cogner contre le sien pour soutenir: La main de Dobby dans la
sienne; il se demanda si l'elfe essayait de prendre la charge, pour les tirer dans la
bonne direction, et essayé, en serrant les doigts, pour indiquer que cela allait très
bien…
Harry Potter et les Reliques de la Mort
14
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Et alors ils touchèrent la terre ferme et sentirent l'air salé. Harry tomba à ses genoux,
abandonnant la main de Dobby, et essaya d'abaisser Gripsec doucement par terre.
« Vous allez bien? » dit il pendant que le gobelin remuait, mais Gripsec pleurnicha
simplement.
Harry regarda autour dans l'obscurité. Il semblait qu’il y avait une maison, un chemin
court loin sous le ciel étoilé large, et il le pensa lorsqu'il a vu le mouvement en dehors
de lui.
« Dobby, c’est la maison de Shell ? » chuchota t il, saisissant les deux baguettes
magiques qu'il avait apportées des Malefoy, prêt à combattre s'il avait besoin. «
Sommes-nous venus au bon endroit? Dobby? »
Il regarda autour. Le petit elfe tenait à peine debout.
« DOBBY! »
L'elfe balanca légèrement, des étoiles reflétées dans ses yeux larges et brillants.
Ensemble, lui et Harry regardèrent vers le bas la poignée argentée du couteau
dépassant de la poitrine de soulèvement de l'elfe.
« Dobby - Non - AU SECOURS ! » Harry beugla vers la maison, vers les personnes
se déplaçant là. « AU SECOURS! »
Il n'avait pas su ou ne s'est pas inquiété si elles étaient des sorciers ou des moldus, des
amis ou des ennemis ; tout qu'il s'inquiétait était environ qu'une tache foncée écartait à
travers l'avant de la poitrine de Dobby, et qu'il avait retiré dehors de ses propres bras à
Harry avec un regard de supplication. Harry l'attrapa et l'étendu en longueur sur
l'herbe fraîche.
« Dobby, non, ne meurt pas, ne meurt pas »
Les yeux de l'elfe le regardèrent, et ses lèvres tremblèrent de l'effort de fermer des
mots.
« Harry… Potter… »
Et alors avec un petit frisson l'elfe devenait tout à fait immobile, et ses yeux n'étaient
rien les corps ronds vitreux plus que grands, arrosés avec la lumière des étoiles qu'ils
ne pourraient plus voir.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
15
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 2244 :: LLEEE FFFAAABBBRRRIIIQQQUUUAAANNNTTTDDDEEE BBBAAAGGGUUUEEETTTTTTEEESSS
C’était comme un cauchemar ; en un instant, Comme Harry l’avait fait avec
Dumbledore au pied de la plus grande tour de Poudlard, il se mit a genoux à coté du
corps, mais ici il regardait fixement un minuscule corps recroquevillé sur l'herbe,
percé par le couteau argenté de Bellatrix. La voix de Harry prononçait toujours, «
Dobby….. Dobby… » sachant bien que l'elfe était allé là où il ne pourrait pas le
rappeler.
Après une minute, il se rendit compte qu’après tout, ils étaient arrivés au bon endroit,
en voyant Bill, Fleur, Deanet Luna, recueillis autour de lui tandis qu’il s'était mis à
genoux au-dessus de l'elfe. « Hermione, » dit-il soudainement. « Où est-elle ? »
« Ron l’a emmenée à l’intérieur » répondit Bill. « Elle va bien. » Harry se retourna et
regarda vers Dobby. Il tendit la main et retira la lame pointue du corps de l'elfe, puis
le recouvrit de sa propre veste ainsi Dobby fut entièrement recouvert.
Tout prés de là, la mer s’écrasait contre les falaises ; Harry écouta tandis que les
autres parlaient, la discussion lui importait peu, il fallait prendre des décisions, Dean
porta le Gobelin blessé dans la maison, Fleur se dépêchant de les rejoindre ;
maintenant Bill savait vraiment ce qu'il disait. Comme il faisait cela, Harry regarda
fixement vers le bas, le corps minuscule, et sa cicatrice le brûla, et dans une part de
son esprit, vit, comme s’il regardait par l’extrémité d'un long télescope, Voldemort
punir ceux et celles qui l’avait laissé fuir du manoir de Malefoy. Sa fureur était
redoutable mais la peine de Harry pour Dobby semblait diminuer celle-ci, jusqu’à ce
qu’elle paraisse venir de l’autre coté de l océan silencieux.
« Je veux le faire convenablement, » étaient les premiers mots dont Harry avait
entièrement conscience de dire. « Pas par magie. Vous voulez me prêter une pelle ? »
Et peu après il s’était placé pour travailler, seul, creusant la tombe dans l'endroit Bill
lui avait montré à l'extrémité du jardin, entre les buissons. Il creusa avec un sentiment
de fureur, prenant plaisir au travail manuel, se glorifiant dans la non-magie, parce que
chaque goutte de sa sueur et chaque crampe qu’il ressentait étaient comme un cadeau
à l'elfe qui avait sauvé leurs vies.
Sa cicatrice le brûlait, mais il était maître de la douleur, il la sentait, pourtant il était
indépendant d’elle. Il avait enfin conscience de la façon de fermer son esprit à
Voldemort, la chose même que Dumbledore avait voulu qu'il apprenne de Rogue.
Juste comme Voldemort n'avait pas pu posséder Harry tandis qu’Harry était
consommé de peine pour Sirius, ainsi ses pensées ne pourraient pas pénétrer Harry
maintenant, tandis qu'il pleurait Dobby. La peine, semblait-il, avait conduit
Voldemort dehors… bien que Dumbledore, naturellement, ait indiqué que c'était
l’amour.
Alors Harry creusait, de plus en plus profond dans la terre dure et froide, transformant
sa peine en sueur, reniant la douleur de cicatrice. Dans l'obscurité, il n’y avait rien
d’autre que le bruit de son propre souffle et du mouvement de la mer, les choses qui
s'étaient produites chez les Malefoy revinrent, tout comme les choses qu'il avait
entendues.
Le rythme régulier de ses bras battait le temps avec ses pensées. Reliques…
Horcruxes… Reliques… Horcruxes… pourtant plus non brûlé avec ce désir ardent
étrange et obsédant. La perte et la crainte l'avaient rappelé dehors. Il se sentait comme
s'il avait été réveillé, ou même giflé.
Harry descendit encore plus profond dans la tombe, et il sut où Voldemort avait été ce
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
soir, et qui il avait tué dans la cellule la plus élevée de Nurmengard, et pourquoi…
Et il pensa à Quedver, mort en l’épargnant, ressentant une petite dose de
pitié…Dumbledore avait prévu cela… combien d’autres le savaient ?
Harry n’avait pas conscience du temps écoulé. Il sut seulement que l'obscurité avait
augmenté quand il fut rejoint par Ron et Dean. «Comment va Hermione ? » « Mieux »
dit Ron. « Fleur s'occupe d’elle. » Harry avait une réplique prête pour quand ils lui
demanderait pourquoi il n'avait pas simplement créé une tombe parfaite avec sa
baguette magique, mais il n'eu pas besoin de s’en servir. Ils sautèrent dans le fond du
trou qu'il avait fait avec leurs propres pelles et ensemble ils travaillèrent en silence
jusqu'à ce que le trou leur semble assez profond.
Harry enveloppa l'elfe plus confortablement dans sa veste. Ron s'assit sur le bord de la
tombe et enleva ses chaussures et chaussettes, qu'il plaça sur les pieds nus de l'elfe.
Dean fournit un chapeau de laine, que Harry plaça soigneusement sur la tête Dobby,
insonorisant ses oreilles de chauve souris. « Nous devrions fermer ses yeux. »
Harry n'avait pas entendu les autres venir dans l'obscurité. Bill portait un manteau de
déplacement, Fleur un grand tablier blanc, dont dépassait de la poche, une bouteille
qu’Harry identifia comme être du Pouss’oss. Hermione avait été enveloppée dans
une robe de dressage empruntée, pâle et instable sur ses pieds ; Ron mit un bras
autour d’elle quand elle l'eut atteint. Luna, qui était blottie dans l’un des manteaux de
Fleur, se pencha et tendrement plaça ses doigts sur chacune des paupières de l'elfe, les
fermant au-dessus de son regard fixe, vitreux. « Là, » dit-elle doucement. «
Maintenant il pourra dormir. »
Harry coucha l'elfe dans la tombe, arrangea ses membres minuscules de sorte qu'il
aurait pu se reposer, puis sortit dehors et regarda fixement pour la dernière fois, le
petit corps. Il se força à ne pas s’effondrer pendant qu'il se rappelait l'enterrement de
Dumbledore, les rangées et les rangées de chaises d'or, et le ministre de la magie dans
la rangée avant la litanie des accomplissements de Dumbledore, la majesté du
tombeau de marbre blanc. Il estima que Dobby méritait justement un grand
enterrement, mais ici la configuration d'elfe entre les buissons dans un trou
grossièrement creusé. « Je pense que nous devrions dire quelque chose, » siffla vers le
haut Luna. « J'y vais d'abord? »
Et comme tout le monde la regardait, elle s’adressa à l'elfe mort au fond de la tombe.
« Merci beaucoup Dobby de m’avoir sauvée de cette cave. Il est si injuste que tu aies
dû mourir car tu étais bon et brave. Je me rappellerai toujours ce que tu as fait pour
nous. J'espère que tu es heureux maintenant. »
Elle se tourna et regarda dans l’expectative, Ron, qui se racla la gorge et indiqua
d’une voix épaisse, « ouais… Dobby merci. » ,« mercis, » murmura le Dean. Harry
avala. « Au revoir Dobby » il dit aurait pu dire d’autre chose, mais Luna l'avait déjà
fait pour lui. Bill souleva sa baguette magique, et la pile de la terre près de la tombe
se leva dans les airs et tomba d'une manière ordonnée sur le corps formant un petit
monticule rougeâtre.
« Cela vous gène si je reste ici un moment ? » demanda Harry aux autres.
Ils murmurèrent des mots qu'il n'entendit pas; il sentit des tapotements doux sur son
dos, et alors les autres retournèrent vers la maison, laissant Harry seul près de l'elfe.
Il regarda autour : Il y avait un certain nombre de grandes pierres blanches, lissées par
la mer, marquant le bord des parterres. Il en choisit une parmi les plus grandes et
l’étendit, comme un oreiller, au-dessus de l'endroit où la tête de Dobby reposée
maintenant. Il sentit alors dans sa poche une baguette magique. Il y en avait deux là
dedans. Il avait oublié, voie perdue ; il ne pouvait pas maintenant se rappeler à qui ces
baguettes magiques étaient ; il lui semblait se rappeler de les avoir arrachées de la
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
main de quelqu’un. Il choisit la plus courte des deux, qui semblait plus amicale dans
sa main, et la dirigea vers la roche.
Lentement, en murmurant une formule, des rainures profondes apparurent sur la
surface de la roche. Il sut que Hermione aurait pu l'avoir fait d'une manière plus
ordonnée, et probablement plus rapidement, mais il voulut marquer la tâche comme il
avait voulu creuser la tombe. Quand Harry se leva encore, la pierre disait :
ICI REPOSE DOBBY, ELFE LIBRE
Il regarda son ouvrage pendant quelques secondes, puis marcha loin, sa cicatrice le
brûlant toujours, et son esprit complètement absorbé par les idées qui lui étaient
venues dans la tombe, idées qui s'étaient dessinées dans l'obscurité, idées fascinantes
et terribles.
Ils étaient tous réunis dans la salle de séjour quand il entra dans le petit hall, leur
attention focalisée sur Bill, qui parlait. La salle était de couleur claire, jolie, avec un
petit feu de bois brûlant brillamment dans la cheminée. Harry ne voulut pas laisser
tomber de la boue sur le tapis, aussi il se tint entre les montants de la porte, écoutant.
« … Une chance que Ginny ait été en vacances. Si elle avait été à Poudlard ils
auraient pu la prendre avant que nous l'ayons atteinte. Maintenant nous savons qu'elle
est en sûreté, elle aussi. » Il regarda autour et a vit Harry se tenir là. « Je les ai tous
déplacés hors du Terrier » expliqua-t-il. « Je les ai déplacés chez Muriel. Les
mangemorts connaissent les liens de Ron avec toi, maintenant, ils sont liés pour viser
la famille - ne fais pas des excuses, » ajouta-t-il à la vue de l'expression de Harry. «
C'était toujours une question de temps, papa disait ainsi depuis des mois. Nous
sommes les plus grands traîtres de sang. »
« Comment sont-ils protégés ? » Harry demanda. « Charme de Fidelius. Papa est
gardien du secret. Et nous l'avons fait sur cette maison aussi ; Je suis le gardien du
secret ici. Aucun de nous ne peut aller travailler, mais ce n’est en rien la chose la plus
importante maintenant. Une fois qu'Ollivander et Gripsec seront assez rétablis, nous
les déplacerons chez Muriel aussi. Il n'y a pas beaucoup de pièces ici, mais elle, elle
en a en abondance. Les jambes de Gripsec sont sur le point de guérir. Fleur lui a
donné Pous’oss nous pourrons les déplacer probablement dans une heure ou deux.
« Non » indiqua Harry et Bill sembla sursauté. « J'ai besoin d’eux deux ici. Je dois
leur parler. C'est important. » Il entendit l'autorité de sa propre voix, la conviction, la
voix du but qui était venue à lui pendant qu'il creusait la tombe de la ratière. Tous les
visages se tournèrent vers lui et l’embarrassèrent.
« Je vais me laver, » dit Harry à Bill se penchant sur ses mains toujours couvertes de
boue et du sang de Dobby. « Puis j’irai les voir, immédiatement. » Il marcha jusqu'à
la petite cuisine, vers un bassin placé sous une fenêtre donnant sur la mer. Il se lava,
toujours en suivant le cheminement des pensées qui lui étaient venu dans le
jardin…Dobby ne pourrait jamais leur dire qui l'avait envoyé à la cave, mais Harry
savait ce qu'il avait vu. Un oeil bleu profond avait regardé hors du fragment de miroir,
et puis l’aide était venue. L'aide sera toujours donnée à Poudlard à ceux qui la
demandent.
Harry sécha ses mains, insensible à la beauté de la scène venant de derrière la fenêtre
et aux murmures des autres dans le salon. Il regarda dehors, au-dessus de l'océan et
ressentit plus étroitement, cette aube, que jamais avant, il n’avait senti aussi prés de
son coeur.
Et sa cicatrice le brûlait toujours, et il sut que Voldemort y arrivait aussi. Harry
comprenait mais ne comprenait rien en même temps. Son instinct lui indiquait une
chose, son cerveau tout à fait une autre. Le Dumbledore dans la tête d’Harry souriait,
examinant Harry au-dessus du bout de ses doigts, serrés ensemble comme pour une
Harry Potter et les Reliques de la Mort
2
Harry Potter et les Reliques de la Mort
prière.
Vous aviez donné à Ron le Deluminateur... vous le compreniez si bien ... vous lui
aviez donné une façon pour revenir...
Et vous compreniez Quedver aussi... vous saviez qu'il y avait un peu de regret chez
lui, quelque part...
Et si vous le saviez… que savez vous sur moi, Dumbledore ?
Et si vous les compreniez... qu’aviez-vous compris de moi, Dumbledore ?
Est-ce que je suis censé comprendre mais ne pas chercher ? Saviez-vous combien
c’est difficile pour moi de sentir cela ? Est-ce que c'est pourquoi vous aviez rendu
ceci si difficile ? Ainsi j'aurais le temps pour découvrir ceci?
Harry se tenait toujours, les yeux immobile, observant l'endroit où un rayon lumineux
du soleil briller et montait au-dessus de l'horizon. Alors il regarda vers le bas ses
mains propres et fut étonné pendant un instant de voir le tissu qu'il tenait celle ci. Il le
remis a sa place et revint dans le hall, et comme cela le faisait il, il sentit sa cicatrice
palpiter de colère, et puis clignota à travers son esprit, rapide comme la réflexion
d’une libellule sur l’eau, le contour d'un bâtiment qu'il avait extrêmement bien connu.
Bill et Fleur se dressaient au pied des escaliers.
« Je dois parler à Gripsec et à Ollivander, » dit Harry.
« Non, » indiqua Fleur. « Vous devez attendre, `Arry. Ils sont tous les deux trop
fatigués - »
« Je suis désolé, » dit-il sans chaleur, « mais cela ne peut pas attendre. Je dois leur
parler maintenant. En privé - et séparément. C’est pressant. »
« Harry, que diable se passe-t-il ici ? » demanda Bill. « Vous revenez ici avec un elfe
mort et un Gobelin à moitié conscient, Hermione, regarde comment elle a été torturée,
et Ron refuse de me dire quoique ce soit- »
« Nous ne pouvons pas te dire que ce que nous faisons, » dit Harry catégoriquement.
« Vous êtes dans l'ordre, Bill, vous savez que Dumbledore nous a confié une mission.
Nous ne sommes pas censés en parler quiconque. »
Fleur fit un bruit impatient, mais Bill ne la regarda pas ; il regardait fixement Harry. Il
était difficile de lire son visage profondément marqué. En conclusion, Bill dit : «
Bien. A qui voulez vous parler d'abord ? »
Harry hésita. Il savait qu’il allait hésiter sur sa décision. Il n’eut pas trop le temps de
réfléchir à la question ; il était maintenant le moment de décider : Horcruxes ou
Reliques ?
« Gripsec, » dit Harry. « Je parlerai à Gripsec en premier. »
Son coeur s’emballa comme s’il faisait un sprint et qu’il venait juste de franchir un
énorme obstacle.
« En haut, alors » dit la Bill, ouvrant la marche.
Harry marcha vers le haut sur plusieurs étapes avant de s'arrêter en arrière et regarder.
« J'ai besoin de vous deux ! » dit-il à Ron et à Hermione, qui était à moitié cachée,
derrière la porte du salon.
Ils étaient tous les deux entrés dans la lumière, regardant curieusement soulagés.
« Comment vas-tu ? » Harry demanda à Hermione. « Tu étais incroyable d’inventer
une telle histoire alors qu’elle te torturait comme cela- »
Hermione fit un sourire faible pendant que Ron lui donnait une tape sur le bras.
« Que faisons-nous maintenant, Harry ? » demanda-t-il.
« Vous verrez. Avancez. »
Harry, Ron, et Hermione suivirent Bill vers le haut des escaliers raides qui donnaient
sur un petit passage, à partir duquel trois portes menaient à trois chambres.
« A l’intérieur de celle-ci, » dit Bill, ouvrant la porte de la chambre de lui et de Fleur,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
3
Harry Potter et les Reliques de la Mort
elle a aussi une vue sur la mer, qui était maintenant dorée pas le levé du soleil. Harry
se déplaça vers la fenêtre, tourna le dos à la vue spectaculaire, et attendit, ses bras
croisés, sa cicatrice brûlante. Hermione pris la chaise à côté de la table de repassage;
Ron s'assis sur le bras de la chaise.
Bill réapparut, portant le petit Gobelin, qu'il installa soigneusement sur le lit. Gripsec
grogna une sorte de merci, et Bill ferma la porte sur eux.
« Je suis désolé de vous faire sortir du lit, dit Harry. « Comment vont vos jambes ? »
« Douloureuses, » répondit le lutin. « Mais en guérison. »
Il saisissait toujours l'épée de Gryffondor, et porta un regard étrange : moitié agressif,
moitié intrigué. Harry remarqua la peau cireuse du lutin, ses longs doigts minces, ses
yeux noirs. Fleur avait enlevé ses chaussures : Ses longs pieds étaient sales. Il était
plus grand qu'un elfe de maison, mais pas de beaucoup. Sa tête voûtée était beaucoup
plus grande que celle d’un humain.
« Vous ne vous rappelez probablement pas - » commença Harry.
« Que j'étais le Goblin qui vous a montré votre chambre forte, la première fois que
vous avez jamais visité Gringotts ? » dit Griphook. « Je me rappelle, Harry Potter.
Même parmi des Goblins, vous êtes très célèbre. »
Harry et le gobelin se regardaient l'un et l’autre et se mesuraient. La cicatrice d’Harry
picotait toujours. Il voulait finir rapidement cet entretien avec Griphook, mais en
même temps avait peur de faire un mauvais pas. Tandis qu'il essayait de décider de la
meilleure manière d'aborder sa demande, le gobelin cassa le silence.
« Vous avez enterré l'elfe, » dit-il, semblait être inopinément rancunier. « Je vous ai
observé de la fenêtre de la chambre à coucher voisine. »
« Oui, » répondit Harry.
Gripsec le regarda du coin de ses yeux noirs inclinés.
« Vous êtes un magicien peu commun, Harry Potter. »
« De quelle manière ? » Harry demanda, frottant sa cicatrice distraitement.
« Vous avez creusé la tombe. »
« Et alors ? »
Griphsec ne répondit pas. Harry pensa plutôt qu'il avait ricané à son action car les
moldus font pareil, mais il ne lui importait pas que Gripsec ait approuvé la tombe de
Dobby ou pas. Il se concentra pour l'attaque.
« Gripsec, je dois demander - »
« Vous avez également sauvé un gobelin. »
« Quoi ? »
« Vous m'avez amené ici. M’avez sauvé. »
« Bien, je suppose que vous n'en êtes pas désolé ? » dit Harry peu impatiemment.
« Non, Harry Potter, » indiqua Griphook, et avec un doigt, il tordait la barbe noire
mince sur son menton, « mais vous êtes un sorcier très spécial. »
« Soit, » dit Harry. « Et bien, j'ai besoin d'aide, Griphook, et vous pouvez me la
donner . »
Le Goblin ne fit aucun signe d'encouragement, mais continua à froncer les sourcils
vers Harry comme s'il n'ait jamais vu quelqu’un comme lui.
« Je dois pénétrer par effraction dans une chambre forte de Gringotts. »
Harry n'aurait jamais aussi mal dit les choses: les mots s’étaient échappés de lui alors
que la douleur le tiraillait à travers sa cicatrice et il voyait, de nouveau, les contours
de Poudlard. Il ferma son esprit fermement. Il devait traiter avec Griphook d'abord.
Ron et Hermione regardaient fixement Harry comme s'il était devenu fou.
« Harry - » dit Hermione, mais elle fut coupée par Gripsec.
« Entrer dans la chambre forte de Gringotts ? » répéta le Goblin, grimaçant pendant
Harry Potter et les Reliques de la Mort
4
Harry Potter et les Reliques de la Mort
qu'il décalait de sa position sur le lit. « C'est impossible. »
« Non, ça ne l’est pas, » contredit Ron. « Cela a déjà été fait. »
« Ouais, » dit Harry. « Le jour même où je vous ai rencontré la première fois,
Gripsec. Mon anniversaire, il y a sept ans. »
« La chambre forte en question était vide alors, » affirma le lutin, et Harry comprit
que bien que Gripsec ait quitté Gringotts, il était offensé à l'idée que défenses
puissent être ouvertes, laissant une brèche.
« Sa protection était minimale. »
« Bien, la chambre forte dans laquelle nous devons entrer n'est pas vide, et je devine
que sa protection sera assez puissante, » dit Harry. « Elle appartient aux Lestranges.
»
Il voyait Hermione et Ron se regarder l'un et l'autre, étonnés, mais il y aurait assez de
temps pour leur expliquer après que Griphook ait donné sa réponse.
« Vous n'avez aucune chance, » dit Griphook catégoriquement. « Aucune chance du
tout. Si vous cherchez dans nos souterrain, un trésor qui n'a jamais été à vous - »
« Voleur, vous avez été averti, prenez garde »
« - ouais, je sais, je me rappelle, » dit Harry. Mais je n'essaye pas d'obtenir un trésor,
je n'essaye de rien prendre pour mon gain personnel. Pouvez vous croire cela ? »
Le Gobelin regarda Harry en biais, dont la cicatrice de foudre brûler sur son front,
mais il l’ignora, refusant de reconnaître sa douleur ou son invitation.
« S'il y avait un magicien pour qui je croirais qu'il ne cherche pas un gain personnel, »
dit Gripsec en conclusion, « ce serait vous, Harry Potter. Les Gobelins et les elfes ne
sont pas habitués à la protection ou au respect que vous avez montré cette nuit. Pas de
la part d’un porteur de baguettes. »
« Les porteur de baguettes» répéta Harry : L'expression tomba curieusement dans ses
oreilles pendant que sa cicatrice le brûlait, pendant que Voldemort tournait ses
pensées du nord, et pendant que Harry brûlait d’interroger Ollivander dans la pièce
voisine.
« Le droit de porter une baguette magique, » dit le Gobelin tranquillement, « a été
longtemps contestée entre les magiciens et les Gobelins. »
« Parce que les Gobelins peuvent faire la magie sans baguettes magiques, » dit Ron.
« Ce qui est peu important ! Les magiciens refusent de partager les secrets du savoir
des baguettes avec d'autres êtres magiques, ils nous refusent la possibilité de
prolonger nos puissances ! »
« Et les Gobelins ne partageront pas leur magie avec l'un ou l'autre, » dit Ron. « Vous
ne nous direz pas comment faire les épées et l'armure de la même manière que vous.
Les Goblins savent travailler le métal d'une manière que les magiciens n'ont jamais
égalée »
« Ce n’est pas important » dit Harry, notant le changement de couleur de Gripsec. «
Ce n'est pas au sujet des magiciens contre les Gobelins ou aucune autre sorte de
créature magique - »
Gripsec émit un rire méchant.
« Mais on y est, on y est précisément ! Pendant que le seigneur des ténèbres devient
toujours plus puissant, votre race se place plus fermement au-dessus de la mienne!
Gringotts tombe sous le règne des sorciers, les elfes de maison sont abattus, et qui
parmi les porteurs de baguette protestent ? »
« Nous ! » dit Hermione. Elle s'était redressée immédiatement, elle avait des yeux
lumineux. « Nous protestons ! Et je suis pourchassée autant que n'importe quel
Goblin ou elfe, Gripsec ! Je suis une sang de bourbe! »
« Ne t’appelle pas ainsi - » murmura Ron.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
5
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Pourquoi ne le devrais je pas ? » répondit Hermione. «Sang de bourbe, et fière de
l’être ! Je n'ai aucune position plus élevée sous ce nouvel ordre que vous avez,
Gripsec ! C’est moi qu'ils ont choisi de torturer chez les Malefoys ! »
Pendant qu'elle parlait, elle tira de côté le pan de la robe pour indiquer la coupe mince
que Bellatrix lui avait faite, écarlate contre sa gorge.
« Saviez-vous que c'était Harry qui avait libéré Dobby ? » demanda-t-elle. « Saviez vous que pendant des années nous avions voulu que les elfes soient libérés? » (Ron
remua inconfortablement sur le bras de la chaise d’Hermione.) « Vous ne pouvez pas
vouloir la défaite de Vous-Savez-Qui plus fortement que nous, Griphook ! »
Le gobelin regarda fixement Hermione avec la même curiosité qu'il avait manifestée
envers Harry.
« Que cherchez vous dans la chambre forte de Lestranges ? » demanda-t-il
abruptement. « L'épée qui se trouve à l'intérieur est une copie. Celle-ci est la vraie. »
Il les regardait l'un après l'autre. « Je pense que vous saviez déjà ceci. Vous m'aviez
demandé de mentir pour vous couvrir lorsqu’on était là-bas. »
« Mais la fausse épée n'est pas la seule chose se trouvant dans la chambre forte, n’estce
pas ? » demanda Harry. « Peut-être avez-vous vu d'autres choses là-dedans? »
Son coeur martelait plus fort que jamais. Il redoubla ses efforts afin d'ignorer la
palpitation de sa cicatrice.
Le gobelin tordait sa barbe autour de son doigt de nouveau.
« Il est contre notre éthique de parler des secrets de Gringotts. Nous sommes les
gardiens de trésors fabuleux. Nous avons un devoir envers des objets placés sous
notre soin, qui ont été, tellement souvent, fabriqués par nos doigts. »
Le gobelin frottait l'épée, et ses yeux noirs erraient d’Harry à Hermione à Ron et puis
en arrière encore.
« Tellement jeunes, » dit-il en conclusion, « tellement de combats à mener. »
« Vous nous aiderez ? » dit Harry. « Nous n'avons aucun espoir d’y pénétrer dedans
sans l’aide d'un gobelin. Vous êtes notre seule chance. »
« Je . . . sais cela, » a dit Gripsec de façon exaspérante.
« Mais - » Ron commença avec colère ; Hermione lui mit un coup dans les cotes.
« Merci, » dit Harry.
Le Goblin baissa sa grande tête voûtée en signe de reconnaissance, puis flécha ses
jambes courtes.
« Je pense, » dit-il, se mettant ostentatoirement sur le lit de Bill et de Fleur,, « …que
le Pous’oss (remède) a fini son travail. Je vais enfin pouvoir dormir. Pardonnez-moi. .
. .”
« Oui, naturellement, »dit Harry, mais avant de quitter la salle il se pencha en avant et
prit l'épée de Gryffindor posée près du Gobelin. . Griphook n'avait pas protesté, mais
Harry pensait avoir vu le ressentiment dans les yeux du gobelin pendant qu’il fermait
la porte sur lui.
« Petit con, » chuchota Ron. « Il est content de nous tenir à l’haleine. »
« Harry, » chuchota Hermione, les tirant tous les deux loin de la porte, dans le milieu
du passage encore obscur, « tu penses ce que je pense que tu es en train de penser ?
Penses-tu qu’il y a un Horcruxe dans la chambre forte des Lestranges ? »
« Oui, » dit Harry. « Bellatrix avait été terrifiée quand elle avait cru que nous y étions
entrée, elle était complètement en dehors d'elle-même. Pourquoi ? Qu’est-ce qu'elle
pensait que nous aurions vu, que nous aurions pris ? Quelque chose pour laquelle elle
était pétrifiée à la pensée que Vous-Savez-qui découvrirait dans les environs. »
« Mais je croyait que nous recherchions des endroits où Vous-savez-qui, a été, des
endroits où il a fait quelque chose d’important ? » dit Ron, regardant, dérouté. « A-t-il
Harry Potter et les Reliques de la Mort
6
Harry Potter et les Reliques de la Mort
été jamais à l'intérieur de la chambre forte des Lestranges ? »
« Je ne sais pas s'il a jamais été à l’intérieur de Gringotts, » dit Harry. « Il n'a jamais
eu d'or quand il était plus jeune, parce que personne ne lui avait laissé quelque chose
Bien qu’il aurait quand même vu la banque de l'extérieur, la toute première fois
lorsqu'il était allé au chemin de Traverse. »
La cicatrice d’Harry palpitait, mais il l'ignorait ; il voulait que Ron et Hermione
comprennent au sujet de Gringotts avant qu'ils aillent parler à Ollivander.
« Je pense qu'il aurait envié n'importe qui aurait eu une clef d’une chambre forte de
Gringotts. Je pense qu'il l'aurait vu comme vrai symbole d'appartenir au monde de la
magie. Et n'oubliez pas, il fait confiance à Bellatrix et à son mari. Ils étaient ses
domestiques les plus dévoués avant qu'il ne soit tombé, et ils sont allés le rechercher
après qu'il ait disparu. Il l'a dit la nuit où il est revenu, je l'ai entendu. »
Harry frotta sa cicatrice.
« Je ne pense pas qu'il aurait dit à Bellatrix que c'était un Horcruxe, cependant. Il n'a
jamais dit à Lucius Malefoy la vérité au sujet du journal intime. Il lui a probablement
dit que c'était une possession privée et lui a demandé de la placer dans sa chambre
forte. L'endroit le plus sûr dans le monde pour quelque chose que vous voulez cacher,
d’après Hagrid. . . excepté Poudlard. »
Quand Harry eut fini parler, Ron secoua la tête.
« Tu le comprends vraiment. »
« un peu de lui, » dit Harry. « Un peu. . . Je souhaite juste que j'aie compris
Dumbledore autant. Mais nous verrons. - Ollivander maintenant, allez. »
Ron et Hermione semblaient déconcertés mais très impressionnés alors qu'ils le
suivaient à travers le petit passage et frappaient à la porte de la chambre se trouvant
en face de celle de Bill et Fleur. Un faible « entrez ! » leur répondit.
Le fabricant de baguette se trouvait sur le lit jumeau le plus loin de la fenêtre. Il avait
été tenu dans la cave pendant plus qu'une année, et torturé, Harry l’avait su, au moins
à une occasion. Il avait maigri, les os de son visage collant clairement contre la peau
jaunâtre. Ses grands yeux argentés semblaient vastes dans des leurs orbites enfoncées.
Les mains qui s'étendaient sur la couverture pourraient avoir appartenu à un squelette.
Harry s'était assis sur le lit vide, près de Ron et d’Hermione. Le soleil levant n'était
pas visible d’ici. La chambre donnait sur le jardin au-dessus de la falaise et sur la
tombe fraîchement creusée.
« M. Ollivander, je suis désolé de vous déranger, » dit Harry.
« Mon cher garçon, » la voix d'Ollivander était faible. « Vous nous aviez sauvés,
j’avais pensé que nous allions mourir dans cet endroit, je ne pourrais jamais vous
remercier...jamais vous remercier...assez. »
« Nous étions heureux de le faire. »
La cicatrice d’Harry picotait. Il savait, il était certain, qu'il ne lui restait presque plus
de temps d’empêcher Voldemort d’atteindre son but, ou bien d’essayer de le
contrecarrer. Il senti un flottement de panique. . . pourtant, il avait pris sa décision
quand il avait choisi de parler à Griphook d'abord. Feignant un calme qu’il n’a pas
senti, il cherchait dans la poche autour de son cou et sorti à tâtons les deux moitiés de
sa baguette magique cassée.
« M. Ollivander, j'ai besoin d'aide. »
« Tout ce que tu veux. Tout ce que tu veux. » dit le fabricant de baguette faiblement.
« Pouvez-vous réparer ceci ? Est-il possible ? »
Ollivander tendit une main tremblante, et Harry a placé les deux moitiés à peine
reliées dans sa paume.
« Le bois du houx et le plume de Phoenix, » dit Ollivander dans une voix chevrotante.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
7
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Onze pouces. Agréable et souples. »
« Oui, » dit Harry. « Pouvez-vous -- ? »
« Non, » chuchota Ollivander. « Je suis désolé, très désolé, mais une baguette
magique qui a subi ce degré de dommages ne peut pas être réparée par aucun moyen
que je connais. »
Harry s’était préparé à l'entendre, mais néanmoins ce fut un coup. Il reprit les moitiés
de baguette magique et les remit dans la poche autour de son cou. Ollivander
regardait l'endroit où la baguette magique brisée avait disparu, et ne regarda pas
ailleurs jusqu'à ce que Harry ait pris de sa poche les deux baguettes magiques qu'il
avait rapportées de chez Malefoys.
« Pouvez vous identifier celles-ci ? » Harry demanda.
Le fabricant de baguette prit la première des baguettes magiques et la tenait près de
ses yeux décolorés, le roulant entre ses doigts avec des articulations noueuses, la
fléchissant légèrement.
« Bois du noisetier et le cordon du coeur de dragon, » dit-il. «Douze-et-trois-quart
pouces. Ferme. Cette baguette magique a appartenu à Bellatrix Lestrange. »
« Et celle-ci ? »
Ollivander effectua le même examen.
« Bois d’Aubépine et cheveux d'unicorne. Dix pouces avec précision.
Raisonnablement flexible. C'était la baguette magique de Drago Malefoy. »
« Était ? » Répéta Harry. « N'est-elle pas encore la sienne ?
« Peut-être pas. Si vous la preniez - »
« - Je … »
« - alors elle est peut être à toi. Naturellement, la façon de la prendre compte
beaucoup. Cela dépend également beaucoup de la baguette magique d’elle-même.
Généralement cependant, quand une baguette magique a été gagnée, son allégeance
change. »
Il y eu un silence dans la chambre, excepté les mouvements éloignés de la mer.
« Vous parlez des baguettes magiques comme si elles avaient des sentiments, » dit
Harry, « comme si elles pouvaient penser par elles-mêmes. »
« La baguette magique choisit le sorcier, » dit Ollivander. « Ceci a toujours été clair
pour ceux de nous qui ont étudié la théorie des baguettes. »
« Une personne peut toujours utiliser une baguette magique qui ne l’a pas choisie,
cependant ? » Harry demanda.
« Oh oui, si tu es n'importe quel sorcier, tu seras capable de canaliser ton pouvoir
magique à travers n’importe quel instrument. Les meilleurs résultats, cependant,
doivent toujours venir là où il y a l'affinité la plus forte entre le sorcier et la baguette
magique. Ces liens sont complexes. Une première attraction, et puis une recherche
mutuelle dans l'expérience, la baguette magique apprenant du magicien, le magicien
de la baguette magique. »
La mer jaillissait en avant et vers l'arrière ; c'était un bruit triste. « J'ai pris cette
baguette magique de Drago Malfoy par la force, » dit Harry. « Pourrais-je l'utiliser
sans risque ? »
« Je pense que oui. Des lois subtiles régissent la propriété de baguette magique, mais
la baguette magique conquise pliera habituellement à la volonté de son nouveau
maître. » «
« Ainsi je devrai utiliser celle-ci ? » dit Ron, tirant la baguette magique de Queudver
hors de sa poche et la remettant à Ollivander.
« Bois de châtaigne et le cordon du coeur de dragon. Neuf-et-un-quart de pouces.
Fragile. J'avais été forcé de la fabriquer peu de temps après ma capture, pour Peter
Harry Potter et les Reliques de la Mort
8
Harry Potter et les Reliques de la Mort
Pettigrow Oui, si tu l’as gagnée, elle va très vraisemblablement bien exécuter tes
ordres, mieux qu'une autre baguette magique. »
« Et cela reste valable pour toutes les baguettes magiques, n’est-ce pas? » Harry
demanda.
« Je pense oui, » répondit Ollivander, ses yeux protubérants sur le visage d’Harry. «
Tu poses des questions profondes, M. Potter. La théorie des baguettes magiques est
une branche complexe et mystérieuse de la magie. »
« Ainsi, il n'est pas nécessaire de tuer le propriétaire précédent pour prendre la
possession d'une baguette magique ? » Harry demanda.
Ollivander sentit sa gorge se serrer.
« Nécessaire ? Non, je ne devrais pas avoir dit qu'il est nécessaire de tuer. »
« Il y a des légendes, cependant, » dit Harry, et pendant que sa fréquence cardiaque
s'activait, la douleur dans sa cicatrice devenait plus intense ; il était sûr que
Voldemort avait décidé de mettre son idée dans l'action. « Légendes au sujet d'une
baguette magique - ou des baguettes magiques – qui ont été passées de main en main
par meurtre. »
Ollivander devenait pâle. Contre l'oreiller blanc, il était gris clair, et ses yeux étaient
énormes, injectés de sang et s'enflant avec ce qu’il ressemblait à la peur.
« Seulement une baguette magique, je pense, » chuchota-t-il.
« Et Vous-Savez-Qui est intéressé par elle, n'est-ce pas ? » Harry demanda.
« Je - comment ? » Ollivander coassa, et regarda d’un air implorant Ron et Hermione
pour l'aide. « Comment sais-tu ceci ? »
« Il voulait que vous lui disiez comment contourner la connexion entre nos deux
baguettes magiques, » dit Harry.
Ollivander semblait terrifié.
« Il m'avait torturé, tu devrais me comprendre! Le sortilège Doloris, je - je n'ai eu
aucun choix sauf de lui raconter ce que je savais, ce que j'avais deviné ! »
« Je comprends, » dit Harry. « Vous lui aviez dit au sujet des baguettes jumelles ?
Vous aviez dit qu'il lui fallait juste emprunter la baguette magique d'un autre sorcier ?
»
Ollivander semblait horrifié, paralysé, par la quantité des choses qu’Harry savait. Il
inclina la tête lentement.
« Mais cela n'a pas fonctionné, » Harry continua. « La mienne battait toujours la
baguette magique empruntée. Vous savez pourquoi ? »
Ollivander secoua sa tête lentement comme il avait juste incliné la tête.
« Je n'ai euh. . . n'ai jamais entendu parler d'une telle chose. Ta baguette magique a
exécuté quelque chose d’unique cette nuit. La connexion des baguettes jumelles est
incroyablement rare, pourtant pourquoi ta baguette magique aurait cassé la baguette
magique empruntée, moi je ne le sais pas. . . .
« Nous parlions de l'autre baguette magique, la baguette magique qui change des
mains par meurtre. Quand Vous-savez-qui avait réalisé que ma baguette magique
avait fait quelque chose d’étrange, il est revenu vers vous et a posé des questions sur
cette autre baguette magique, n’est-ce pas ? »
« Comment sais-tu tout ça ? »
Harry ne répondit pas.
« Oui, il a demandé, » Ollivander murmura. « Il a voulu savoir tout ce que je pourrais
lui dire au sujet de la baguette magique connue différemment sous le nom de Baguette
de la Mort, de Baguette du Destin, ou de Baguette magique de l’Aîné. »
Harry lança un regard à Hermione. Elle semblait consternée.
« Le seigneur des Ténèbres, » dit Ollivander dans des tonalités étouffées et effrayées,
Harry Potter et les Reliques de la Mort
9
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« avait toujours été heureux avec la baguette magique que je lui avait fabriquée - oui
et la plume de Phoenix, treize-et-demi pouces - jusqu'à ce qu'il a découvert la
connexion des baguettes jumelles. Maintenant, il cherche une autre, une baguette
magique plus puissante, considérant que c’est le seul moyen de conquérir la vôtre. »
« Mais il saura bientôt, s'il ne l’est pas déjà, que la mienne est cassée au-delà de la
possibilité de réparation, » dit Harry tranquillement.
« Non ! » dit Hermione, effrayée, « Il ne peut pas savoir cela, Harry, comment
pourrait-il...? »
« Priori Incantatem, » répondit Harry. « Nous avons laissé ta baguette magique et la
baguette magique de prunellier chez Malefoys, Hermione. S'ils les examinent
correctement, leur font recréer les sortilèges qu’elles ont lancés récemment, ils
verront que la tienne avait cassé la mienne, ils verront que tu avais essayé mais
n’avais pas pu la réparer, et ils verront que j’ai utilisé la baguette depuis. »
Le peu de couleur qu'elle avait regagné depuis leur arrivée s’était vidée son visage.
Ron donna à Harry un regard lourd de reproches, et dit, « ne nous inquiétons pas
maintenant à ce sujet --- »
Mais M. Ollivander intervint.
« Le seigneur des ténèbres ne cherche plus la baguette magique de l’Aîné seulement
pour te détruire, M. Potter. Il est déterminé pour la posséder parce qu'il croit qu'elle le
rendra vraiment invulnérable. »
« Et sera-t-il ainsi ? »
« Le propriétaire de la baguette magique de l’Aîné ancienne doit toujours craindre
l'attaque, » dit Ollivander, « mais l'idée du seigneur des ténèbres de posséder la
Baguette de mort est, je dois l’admettre... formidable. »
Harry s’était soudainement rappelé de son incertitude, quand ils s’étaient rencontrés
la première fois, sur s’il aimait Ollivander ou pas. Même maintenant, après avoir été
torturé et emprisonné par Voldemort, l'idée du sorcier des ténèbres de posséder de
cette baguette magique semblait le fasciner autant qu'il le repoussait.
« Vous - vous pensez vraiment que cette baguette magique existe, alors, M.
Ollivander ? » demanda Hermione.
« Oh oui, » répondit Ollivander. « Oui, il est parfaitement possible de tracer le cours
d’histoire de cette baguette magique. Il y a des lacunes, bien sûr, et longues lacunes,
durant lesquelles elle disparaissait de la vue, temporairement perdue ou cachée ; mais
toujours elle refaisait surface. Elle a certaines caractéristiques qui lui permettent
d’être identifiée que ceux qui ont appris la théorie des baguettes magiques peuvent
reconnaître. Il existe des comptes rendus écrits, certains d'entre eux sont obscurs,
d'autres fabriquant de baguette l’ont eu parmi leur biens et l’ont testé et étudié.. Ils ont
l’anneau d'authenticité. »
« Ainsi vous - vous ne pensez pas que ça pourrait être un conte de fées ou un mythe ?
» demanda Hermione avec l’espoir.
« Non, » répondit Ollivander. « S'il doit passer de main par meurtre, je ne sais pas.
Son histoire est sanglante, mais cela peut être simplement dû au fait que c'est un objet
tellement convoité, qui réveille de telles passions parmi les sorciers. Immensément
puissante, dangereuse dans les mauvaises mains, et un objet de fascination incroyable
à nous tous qui étudiont la puissance des baguettes magiques. »
« M. Ollivander, » dit Harry, « vous avez dit à Vous-Savez-Qui que c’était
Gregorovitch qui avait eu la baguette magique de l’Aîné, n’est-ce pas? »
Ollivander tourna, si possible, plus pâle encore. Il semblait fantomatique pendant qu'il
engloutissait.
« Mais comment - comment fais-tu -- ? »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
10
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« Ne vous occupez pas de comment je l’ai su, » dit Harry, fermant momentanément
ses yeux comme sa cicatrice brûlait et il voyait, pendant quelques secondes, une vue
de la rue principale du village Pré-au-Lard, toujours obscur, parce que c'était
tellement loin dans le nord. « Vous avez dit à Vous-savez-qui que c’était
Gregorovitch qui avait eu la baguette magique ? »
« C'était une rumeur, » chuchota Ollivander. « Une rumeur, des années et des années
avant que tu ne sois né, je crois que c’était Gregorovitch lui-même qui l'avait
commencée. Tu peux comprendre combien c’est bénéfique pour les affaires ; qu'il
était en train d’étudier et reproduire les qualités de la baguette magique de l’Aîné! »
« Oui, je peux comprendre cela, » dit Harry. Il se leva. « M. Ollivander, une dernière
chose, après, nous vous laisserons vous reposer. Que savez-vous concernant les
Reliques de la Mort ? »
« Les ... Les quoi ? » demanda le fabricant de baguettes, qui semblait tout à fait
déconcerté.
« Les Reliques de la Mort. »
« J'ai peur que je ne sache pas de quoi tu parles. Est-ce encore quelque chose liée aux
baguettes magiques ? »
Harry regarda dans son visage enfoncé et pensait qu'Ollivander ne faisait pas
semblant. Il ne savait rien à propos des Reliques.
« Merci, » dit Harry. « Merci beaucoup. Nous vous laissons pour avoir un peu de
repos maintenant. »
Ollivander semblait accablé.
« Il me torturait ! » haleta-t-il. « Le sortilège Doloris... tu n’en as aucune idée...”
« Si, je sais ce que c’est, » dit Harry, « je le sais vraiment. S’il vous plaît, reposez
vous un peu. Merci de m’avoir raconté tout ça. »
Il emmena Ron et Hermione en bas des escaliers. Il aperçut Bill, Fleur, Luna, et Dean
assis à la table dans la cuisine, une tasse de thé devant chacun d’eux. Ils regardaient
tous Harry vers le haut pendant qu'il apparaît à la porte, mais Harry leur inclina la tête
simplement et continua de marcher vers le jardin, Ron et Hermione derrière lui. Le
monticule rougeâtre de la terre qui couvait Dobby était devant eux, et Harry marcha
de nouveau vers lui, tandis que la douleur dans sa tête devenait de plus en plus
puissante. Ça demandait un effort énorme maintenant de fermer les visions qui se
forçaient sur lui, mais il savait qu'il devrait leur résister juste encore un peu plus
longtemps. Il devait analyser tout de suite, car il devait savoir sa théorie était correct.
Il devait seulement faire un effort plus court, de sorte qu'il ait pu expliquer à Ron et à
Hermione.
« Gregorovitch avait eu la baguette magique de l’Aîné il y avait très longtemps,» ditil,
« J'avais vu Vous-Savez-Qui essayer de le trouver. Quand il l’a traqué et enfin
capturé, il s’était rendu compte que Gregorovitch ne la possédait plus : Elle avait été
volée par Grindelwald. Je ne sais pas comment Grindelwald avait découvert que
Gregorovitch avait la baguette, - mais si Gregorovitch avait été assez stupide pour
répandre lui-même la rumeur, cela ne devrait pas être très difficile. »
-Voldemort était aux portes de Poudlard ; Harry pouvait le voir se tenir là, et voit
aussi la lampe pendillant dans l'avant l'aube et venant de plus en plus près.
« Et Grindelwald avait utilisé la baguette magique de l’Aîné pour devenir puissant. Et
au sommet de sa puissance, quand Dumbledore avait su qu’il était le seul qui pourrait
l'arrêter, il s'était battu en duel avec Grindelwald et l'avait vaincu, et il avait pris la
baguette magique de l’Aîné. »
« Dumbledore a eu la baguette magique de l’Aîné? » dit Ron. « Mais alors - où estelle
maintenant ? »
Harry Potter et les Reliques de la Mort
11
Harry Potter et les Reliques de la Mort
« A Poudlard, » répondit Harry, combattant pour rester avec eux dans le jardin audessus
de falaise.
« Mais alors, allons-y! » dit Ron instamment. « Harry, allons l'obtenir avant qu'il la
trouve ! »
« Il est trop tard pour cela, » dit Harry. Il ne pouvait pas s'aider, mais avait saisi sa
tête, essayant de l'aider pour résister. « Il sait où elle est. Il est là maintenant. »
« Harry ! » dit Ron. « Combien de temps l’as-tu su - pourquoi nous perdons notre
temps ? Pourquoi as-tu parlé à Griphook en premier ? Nous aurions dû y aller - nous
pourrions encore ...»
« Non, » dit Harry, et laissant tomber ses genoux dans l'herbe. « Hermione a raison.
Dumbledore ne voulait pas que je l’aie. Il ne voulait pas que je la prenne. Il voulait
que je trouve les Horcruxes. »
« La baguette magique imbattable, Harry ! » Ron gémit.
« Je ne suis pas censé....Je suis censé obtenir les Horcruxes... »
Et maintenant tout était frais et obscur : Le soleil était à peine évident au-dessus de
l'horizon tandis qu’il glissait avec Rogue à côté de lui, vers le lac à travers le jardin.
« Je vous joindrai dans le château sous peu, » dit-il dans une voix aiguë et froide. «
Laissez-moi maintenant. »
Rogue courba et quitta le chemin, son manteau noir se soulevant derrière lui. Harry
marchait lentement, attendant que Rogue ait disparu. Il ne voulait pas que Rogue, ou
en effet n'importe quelqu’un d’autre, découvre où il allait. Mais il n'y avait aucune
lumière dans les fenêtres de château, et il pouvait se rendre invisible... et une seconde
après il s’était jeté un sortilège de Disillusion, qui la cachait même de ses propres
yeux.
Et il continuait à marcher, contournant le lac, entrant dans les contours du château
bien-aimé, son premier royaume, le lieu de ses ancêtres...
Et il était là, à côté du lac, son reflet dans l’eau obscure. Le tombeau en marbre blanc,
une tâche inutile dans le paysage familier. Il sentait les précipitations de son euphorie
contrôlée, ce sens grisant d’objectif dans la destruction. Il souleva la vieille baguette
magique d'if : Comment produire le parfait geste car ce serait peut-être son dernier
grand acte.
Le tombeau était fendu de la tête au pied. Le corps enveloppé dedans était aussi long,
aussi mince qu’il l’avait été dans la vie. Il souleva la baguette magique de nouveau.
La couverture était tombée, laissant découvrir le visage translucide, pâle, enfoncé,
pourtant presque parfaitement préservé. Ils avaient laissé ses lunettes sur son nez
tordu : Il sentait la dérision amusée. Les mains de Dumbledore étaient pliées sur sa
poitrine, et elle était là, saisie par ses mains et enterrée avec lui.
Le vieil imbécile avait-il imaginé que le marbre ou la mort ne pourraient protéger la
baguette magique de l’Aîné? Avait-il pensé que le seigneur des ténèbres n’oserait pas
violer son tombeau ? La main qui ressemblait à des pattes d’araignées baissa
rapidement et tira la baguette magique des mains de Dumbledore, et pendant qu'il la
prenait, un flux d’étincelles volèrent de son bout, miroitant au-dessus du cadavre de
son dernier propriétaire, enfin prête pour servir un nouveau maître.
Harry Potter et les Reliques de la Mort
12
Harry Potter et les Reliques de la Mort
C
CHHHAAAPPPIIITTTRRREEE 2255 :: M
MAAAIIISSSOOONNN DDDEEE CCCOOOQQQUUUIIILLLLLLEEE
La maison de Bill et de Fleur se tenait seule sur une falaise donnant sur la mer, ses
murs blanchis étaient incrustés de coquilles. C'était un endroit isolé et magnifique.
Partout où Harry allait, que ce soit à l'intérieur de la minuscule maison ou dans son
jardin, il pouvait entendre le reflux et l'écoulement constants de la mer, comme la
respiration d'une certaine et grande, créature endormie. Il passa une grande partie des
jours suivants, à trouver des excuses pour échapper à la maison surpeuplée, à rester
sur la falaise pour contempler la mer large et vide, et à sentir le vent froid et salé sur
son visage.
L'énormité de sa décision de ne pas essayer d'empêcher Voldemort d'obtenir la
baguette magique effrayant toujours Harry. Il ne pouvait pas se rappeler, d'avoir
choisir ne serait qu'une seule fois dans sa vie, de NE PAS AGIR. Il était plein de
doutes, doutes que Ron ne pourrait pas l'aider à chasser toutes les fois qu'ils étaient
ensemble.
C'est comme si Dumbledore voulait que nous établissions le symbole à temps
d'obtenir la baguette magique. C'est comme si d'avoir élucidé le mystère de ce que le
symbole signifie avait fait de toi un être digne d’obtenir les reliques. Harry, si c'est
vraiment la baguette magique la plus ancienne, comment diable sommes nous
supposés pour finir par la trouver? ?
Harry n'avait eu aucune réponse : Il y avait des moments où il se demandait si ceci
n’avait pas été la folie pure de ne pas avoir essayé d'empêcher Voldemort d'ouvrir le
tombeau de Dumbledore. Il ne pouvait même pas expliquer d'une manière
satisfaisante pourquoi il en avait décidé ainsi : Chaque fois qu'il essayait de
rassembler les pensées qui l'avaient mené à cette décision, elles ne lui semblaient pas
fondées du tout.
Une autre chose étrange était que l'appui d’Hermione lui donnait une sensation aussi
confuse que les doutes de Ron. Maintenant elle était forcée d’accepter que la baguette
magique la plus ancienne existait bel et bien, mais elle continuait à affirmer qu'il
s'agissait d'un objet mauvais, et que la manière dont Voldemort l'avait prise en
possession était répulsive, pour ne pas être considérée.
Tu n’aurais jamais pu faire cela, Harry, dit-elle à plusieurs reprises. Tu n’aurais
jamais pu casser et pénétrer le tombeau de Dumbledore. ?
Mais l'idée du cadavre du Dumbledore mort effrayait beaucoup moins Harry que la
possibilité qu'il pourrait avoir mal compris les intentions du Dumbledore vivant. Il
avait l'impression qu'il cherchait en tâtonnant toujours dans l'obscurité ; il avait choisi
son chemin mais continuait à regarder au retour dans son dos en se demandant 'il avait
mal interprété les signes, s'il ne devrait pas avoir entrepris les choses d'une autre
manière. De temps en temps, la colère contre Dumbledore lui revenait de nouveau,
elle était aussi puissante que les vagues qui claquaient contre la falaise, sous la
maison ; une colère contre le fait que Dumbledore ne lui ait pas tout expliqué avant sa
mort.
« Mais est-il vraiment mort ? » demanda Ron, trois jours après qu'ils soient arrivés à
la maison. Harry regardait fixement au-dessus du mur qui séparait le jardin de la
maison, de la falaise, quand Ron et Hermione l'avaient trouvé ; il aurait souhaité qu'ils
ne l'aient pas trouvé, n'ayant aucune envie de se joindre à leur conversation.
- Si, il l’est. Ron, s'il te plaît, ne recommence pas !
- Regarde les faits, Hermione, dit Ron, parlant à la place Harry, qui continuait à
Harry Potter et les Reliques de la Mort
0
Harry Potter et les Reliques de la Mort
regarder fixement l'horizon. La biche argentée, L'épée, l'oeil qu’Harry a aperçu dans le
fragment du miroir.
- Harry admet qu'il pourrait avoir imaginé l'oeil ! Pas vrai, Harry ?
- Je ne pourrais pas l'avoir imaginé, dit Harry sans la regarder.
- Mais tu ne penses pas que tu l'as imaginé, non? ? Ron demanda.
- Non, je ne pense pas, dit Harry.
- Là, tu vois! dit Ron rapidement, avant qu’Hermione ait pu continuer. Si ce n'était
pas Dumbledore, explique moi comment l'elfe a su que nous étions dans la cave,
Hermione !
- Je ne peux pas l'expliquer, mais peux- tu expliquer comment Dumbledore nous l'a
envoyé tout en se trouvant dans une tombe à Poudlard ? ?
- Je n'en sais rien, cela pourrait avoir été son fantôme !
- Dumbledore ne reviendrait pas comme fantôme, dit Harry. Il y avait peu de chose au
sujet de Dumbledore dont il était sûr maintenant, mais le peu qu'il savait lui permettait
d'affirmer cela : S’il avait continué, il ne serait pas resté sur terre sous forme de
fantôme.
-Il y a bien un moyen de mieux comprendre ? demanda Ron, mais avant que Harry
puisse en dire plus, une voix derrière eux l’appela, 'Arry ?
Fleur était sortie de la maison, ses longs cheveux argentés volant dans la brise.
- 'Arry, Gripsec voudrait te parler. Il est dans la petite chambre ( elle parlait dans un
anglais avec accent anglais (E eez in ze smallest bedroom, e says’e does not want to
be over eard)
Elle était mécontente du fait que le Gobelin l'avait envoyé transmettre un message. De
dos, elle semblait irritée pendant qu'elle marchait en retournant vers la maison.
Gripsec les attendait, comme Fleur l'avait indiqué, dans la plus minuscule des
chambres à coucher, dans laquelle Hermione et Luna avaient dormi la nuit. Il y avait
des rideaux rouges en coton contre le ciel lumineux et nuageux, qui donnait à la
chambre une lueur ardente en désaccord avec le reste de la maison bien aérée et
légère.
- J'ai pris ma décision, Harry Potter, dit le Gobelin, qui se reposait les jambes croisées
sur une chaise basse, battant la mesure avec ses bras avec ses doigts boudinés. Bien
que les Goblins de Gringotts considèrent cela comme une basse trahison, j'ai décidé
de vous aider!
- C'est génial ! cria Harry, ressentant un soulagement grandissant à l'intérieur de lui.
Gripsec, merci, nous sommes vraiment -- En retour, dit le Gobelin fermement, il y a un prix à payer.
Légèrement surpris, Harry hésita.
- Combien voulez-vous ? J'ai de l'or. –
- Pas de l'or, indiqua Gripsec. J'ai déjà de l'or.
Ses yeux noirs scintillaient ; on ne voyait aucun blanc dans ses yeux.
- Je veux l'épée. L'épée de Godric Gryffindor.
Le coeur et l'esprit d’Harry plongèrent.
- Vous ne pouvez pas l'avoir, lui dit-il. Je suis désolé.
- Dans ce cas, dit le gobelin doucement, nous avons un problème.
- Nous pouvons vous donner autre chose, dit Ron ardemment. Je parierai que les
Lestranges ont des tas de trésors, vous pouvez en choisir et en prendre une fois que
nous serons entrés dans la chambre forte. ?
Il avait dit la mauvaise chose. Gripsec répondit avec colère :
- Je ne suis pas un voleur, garçon ! Je n'essaye pas d'obtenir des trésors sur lesquels je
n'ai aucun droit !
Harry Potter et les Reliques de la Mort
1
Harry Potter et les Reliques de la Mort
- Mais l'épée est la nôtre !
- Elle ne l'est pas, dit le Goblin.
- Nous sommes des Gryffondors, et elle était à Godric Gryffindor!
- Et avant qu'elle ait été à Gryffindor, à qui appartenait-elle? demanda le gobelin, en
se redressant. -A personne, répondit Ron. Elle a été fait pour lui, n'est-ce pas?
- Non ! explosa le lutin, se raidissant avec colère alors qu'il dirigeait son long doigt
vers Ron. Arrogance de sorciers encore ! Cette épée était à Ragnuk Premier, volée
par Godric Gryffondor ! C'est un trésor perdu, un chef d'oeuvre de l'art de Gobelin!
Elle appartient aux Gobelins. L'épée est le prix de ma participation, à prendre ou à
laisser!
Gripsec les observaient. Harry jeta un coup d'oeil à Ron et Hermione, puis dit,
- Nous devons discuter de ceci, Gripsec, voir si tout ce que vous dites est exact.
Pourriez-vous nous donner quelques minutes?
Le Goblin inclina la tête, semblant aigre.
En bas dans le salon vide, Harry marcha vers la cheminée, fronçant les sourcils et
essayant de trouver une solution. Derrière lui, Ron dit,
- Il rigole! Nous ne pouvons pas le laisser avoir cette épée.
- C'est vrai ? demanda Harry à Hermione, l'épée a été volée par Gryffondor ?
- Je ne sais pas, dit-elle désespérément. L'histoire des sorciers fait souvent l'impasse
sur ce que les sorciers ont fait à d'autres êtres magiques, mais il n'y a aucun compte
rendu que je sache, sur le fait que Gryffondor avait volé l'épée.
- C'est l'une de ces histoires des Gobelins, dit Ron, au sujet de la façon dont les
sorciers essayent toujours d'obtenir des avantages sur eux. Je suppose nous devrions
nous estimer chanceux qu’il n'ait pas demandé une de nos baguettes magiques. ?
- Les lutins ont de bonnes raisons de détester les sorciers, Ron, dit Hermione. Ils ont
été traités brutalement par eux dans le passé.
- Les lutins ne sont pas non plus exactement de petits lapins pelucheux, bien au
contraire, dit Ron. Ils ont tué beaucoup des nôtres. Ils ont combattu sauvagement
aussi.
Mais discuter avec Gripsec du sujet comme quoi ils sont les plus sournois et violents
ne va pas probablement l'inciter davantage à nous aider,