avril-mai

LES ECHOS
DE LA CITE
Bulletin mensuel d'information du Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale - UNOCA • Nº 26 • AVRIL - MAI 2014
Professeur Abdoulaye Bathily : le nouveau chef de l’UNOCA arrive à Libreville le 2 juin
grée des Nations Unies pour la stabilisation au
Mali (MINUSMA). Il y était chargé, entre
autres, des dossiers relatifs aux affaires politiques et aux droits de l’homme.
Avant d’entrer aux Nations Unies, le Professeur Abdoulaye Bathily avait assumé plusieurs
fonctions gouvernementales. Il a été notamment Ministre d’Etat auprès du Président de la
République du Sénégal en 2012 après avoir
été Ministre de l’Environnement et de la Protection de la nature (1993-1998) puis de l’Energie et de l’Hydraulique (2000-2001). Élu député
en 1998, il a été Vice-président de l’Assemblée
nationale de 2001 à 2006. Pendant cette période, le Professeur Abdoulaye Bathily a également siégé au Parlement de la Communauté
économique des États d'Afrique de l'Ouest
(CEDEAO). Il avait aussi apporté son expertise
au Groupe de contact de l'Union africaine sur
Madagascar lors de la crise politique dans ce
pays.
Photo ONU/Eskinder Debebe
Sur le plan universitaire, le Professeur Abdoulaye Bathily est titulaire d’un doctorat d'État ès
Le SG de l’ONU et M. Bathily lors d’une mission à Bamako en novembre 2013 - Photo: MINUSMA/M. Dormino
Lettres de l'Université Cheikh Anta Diop de
e Professeur Abdoulaye Bathily, de natio- général de l’ONU sur les activités de l’UNOCA Dakar (UCAD) où il a enseigné l'histoire pennalité sénégalaise, nouveau Représentant et sur les zones affectées par les attaques de dant 30 ans. En effet, il possède aussi un docspécial du Secrétaire général de l’ONU et
torat en histoire de l‘université de Birmingham
chef du Bureau régional des Nations Unies
(Angleterre). Il est auteur de plusieurs travaux
pour l’Afrique centrale (UNOCA), arrive
importants, y compris sur l'histoire de l'Afrique,
à Libreville le 2 juin. Il succède à M.
la politique et les questions militaires. Par ailAbou Moussa, dont la mission est arrivée à
leurs, il a animé des conférences dans de
son terme après trois ans à la tête de cette
nombreuses institutions académiques à travers
institution. Dans un communiqué publié le 30
le monde et participé à des missions dans le
avril, M. Ban Ki-moon lui a exprimé sa graticadre des règlements des conflits au Libéria,
tude « pour son leadership et les réalisations
importantes du Bureau régional au cours de
en Guinée-Bissau, au Niger, au Mali, etc.
son mandat ».
Né en 1947 à Tuabou, dans la région de TamVœux de succès
bacounda, à l’Est du Sénégal, le Professeur
Abdoulaye Bathily est père de quatre enfants.
Au moment où il s’apprête à prendre ses nouvelles fonctions dans la capitale du Gabon, M.
Abou Moussa a tenu à adresser au Professeur
Abdoulaye Bathily ses « félicitations chaleureuses et fraternelles pour sa promotion » ainsi
que ses « vœux sincères de pleins succès l’Armée de résistance du Seigneur (voir page
dans ses missions ». En saluant cette nomina- 2).
tion, il a également exprimé le souhait qu’il
bénéficie du soutien de tous les partenaires et Une solide expérience
des dirigeants de l’Afrique centrale dans la
poursuite des actions du Bureau en faveur de Le Secrétaire général de l’ONU souligne que le
la consolidation de la paix, de la résolution Professeur Abdoulaye Bathily jouit d’une solide
pacifique des conflits et de la promotion de la expérience politique, diplomatique et universidiplomatie préventive. Les deux personnalités taire acquise au sein du gouvernement de son
ont eu l’occasion d’échanger sur ces sujets lors pays, d’institutions académiques et, plus réd’une rencontre à New York le 9 mai, quelques cemment, dans le système des Nations
jours avant le passage de M. Abou Moussa Unies. Depuis juillet 2013, il occupait le poste
devant le Conseil de sécurité. Le 12 mai, il y a de Représentant spécial adjoint du Secrétaire
présenté le sixième Rapport du Secrétaire général à la Mission multidimensionnelle inté-
DANS CETTE EDITION :
TOUT SUR L’HOMMAGE
RENDU
A
M.
ABOU
MOUSSA AVANT SON
DEPART DE L’UNOCA
ET DE LIBREVILLE….
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’EVENEMENT DU MOIS
Afrique centrale : l’ONU vivement préoccupée par les activités de Boko Haram dans la sous-région
Burundi), l’UNOCA a contribué à l’organisation de
deux réunions techniques sur l’élaboration de cette
feuille de route anti-terroriste.
En dehors des conséquences humanitaires et sécuritaires des activités de Boko Haram dans certains
pays de la sous-région, le Rapport du Secrétaire
général met en relief les effets collatéraux de la crise
centrafricaine sur le Tchad, le Cameroun, le Congo et
la République démocratique du Congo (RDC). Il rend
aussi compte des progrès accomplis dans la lutte
contre le braconnage des éléphants et la piraterie
maritime dans le golfe de Guinée. De longs développements sont par ailleurs consacrés aux efforts déployés pour mettre fin aux atrocités de l’Armée de
résistance du seigneur (LRA). Le Rapport note que la
LRA « constitue toujours une menace grave », malgré
son affaiblissement ou la diminution progressive de
ses effectifs. D’après le Bureau de l’ONU pour la
coordination des affaires humanitaires (OCHA), on a
dénombré 65 attaques imputées à la LRA au premier
trimestre de 2014 en République Centrafricaine et en
RDC, qui se sont soldées par deux morts et 93 enlèvements. De manière générale, le nombre de déplacés a baissé, passant de 420 000 en mars 2013 à
160 000 en mars 2014.
Les félicitations du Conseil à M. Bathily
e Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban
Ki-moon, a une nouvelle fois exprimé ses vives
préoccupations par rapport aux « conséquences
des combats entre l’armée nigériane et Boko
Haram, qui ont provoqué le déplacement de
dizaines de milliers de Nigérians vers le Nord
du Cameroun et le Tchad ». Cette inquiétude
est contenue dans le sixième Rapport sur les activités
du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique
centrale (UNOCA) et sur les zones où sévit l’Armée
de résistance du Seigneur (LRA) présenté le 12 mai
au Conseil de sécurité par son Représentant spécial
sortant, M. Abou Moussa. Le Rapport de 19 pages,
qui dresse un état global de la situation sociopolitique, économique et sécuritaire de la sous-région,
s’alarme notamment des rapts et des attentats meurtriers auxquels se livre Boko Haram dans certains
États. Le document rappelle quelques faits récents
dans ce sombre registre, évoquant, entre autres,
l’enlèvement, en avril dernier, de deux prêtres italiens
et d’une religieuse canadienne dans la partie septentrionale du Cameroun. « Le 13 avril, les forces de
sécurité camerounaises ont tué par balles trois militants suspects de Boko Haram à Amchide près de la
frontière nigériane. Le même jour, deux agents de
sécurité au poste de contrôle camerounais ont été
blessés », précise le Rapport qui est publié au moment où l’opinion internationale est choquée par le
drame inacceptable que vivent, depuis plus d’un mois,
plus de 200 jeunes filles kidnappées par le groupe
extrémiste dans un lycée au Nigéria.
Coopération aux frontières
« Je me félicite des efforts qui sont faits pour renforcer la coopération aux frontières et engage les pays
d’Afrique centrale concernés à coopérer avec le Nigéria pour mettre rapidement un terme aux activités des
groupes armés et extrémistes qui continuent de compromettre la paix et la stabilité dans la région », souligne M. Ban Ki-moon. Il salue également la détermination des États de la région à mettre au point une
stratégie intégrée de lutte contre le terrorisme et les
armes légères et de petit calibre en l’Afrique centrale.
En janvier (Libreville, Gabon) et en avril (Bujumbura,
Le Conseil de sécurité encourage l’UNOCA et les
autres entités onusiennes concernées à continuer de
soutenir l’Initiative de coopération régionale de l’Union
africaine pour l’élimination de la LRA ainsi que toutes
les actions relatives à la promotion de la paix et la
diplomatie préventive en Afrique centrale. Il a rendu
hommage au Représentant spécial sortant du Secrétaire général pour l'Afrique centrale et chef de l'UNOCA, Abou Moussa, pour son leadership dans ces
domaines et pour les réalisations importantes qui ont
marqué son mandat ces trois dernières années.
Le Conseil de sécurité (présidé le mois de mai par M.
Oh Joon, Représentant permanent de la République
de Corée auprès de l’ONU) s’est enfin félicité de la
nomination de son successeur, le Professeur Abdoulaye Bathily.
Lors du briefing avec la presse après la présentation du Rapport, M. Abou Moussa a rappelé la
détermination des Nations Unies de continuer a
soutenir les efforts des États de la région dans la
mise au point d’une stratégie intégrée de lutte
contre le terrorisme et les armes légères et de petit
calibre en l’Afrique centrale.
VISITE : LE REPRESENTANT SPECIAL A JEUNE AFRIQUE ET A AFRICA 24 TV
Du 15 au 17 mai, le Représentant spécial sortant, M. Abou Moussa, a effectué une mission à Paris (France). En provenance de New York, il y a observé
un stop pour une série d’entretiens avec la presse internationale. Le Rédacteur en chef de Jeune Afrique, Seidik Abba, a abordé avec lui les sujets relatifs au Rapport du Secrétaire general sur l’UNOCA : impact régional des attaques de Boko Haram, crise centrafricaine, tensions entre le Congo et la
RDC, déboires de l’intégration dans la zone CEMAC, etc. Les echanges, qui
ont duré plus heure, comprenaient une séquence vidéo de 5 minutes qui a
été postée sur le site internet de Jeune Afrique le 16 mai. Avant de quitter les
locaux de ce magazine d’information, M. Abou Moussa, qui était accompagné
par le Responsable de l’Information publique, a exprimé sa satisfaction à
Seidik Abba ainsi qu’à Marwane Ben Yahmed, Directeur exécutif de la Rédaction (photo de dessus). Il les a aussi encouragés pour le travail qu’ils font
pour informer les citoyens sur les enjeux de notre époque. M. Abou Moussa
a tenu le même discours le lendemain, 16 mai lors de la visite de la chaine
Africa 24 TV. Il y a été reçu par Mme Yacinthe Barro, Directrice exécutive, et
M. Jean-Célestin Edjangué, Chef de l’Information. Les différents services de
production et de réalisation des journaux et magazines lui ont été présentés
avant son passage dans certains programmes importants de la chaine, y
compris le journal de 11 heures dont il était l’invité.
2
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’EVENEMENT DU MOIS
Afrique centrale : la situation sécuritaire au cœur d’un échange entre le chef de l’UNOCA et le corps diplomatique
e Représentant spécial sortant du Secrétaire
général des Nations Unies pour l’Afrique centrale, M. Abou Moussa (au centre sur la photo), a rencontré les membres du corps diplomatique et les représentants des organisations internationales, mardi 20 mai, à
Libreville. Il les a entretenus sur les derniers développements politiques ainsi que sur la
situation sécuritaire dans la sous-région. S’appuyant sur le 6e Rapport sur les activités de
l’UNOCA qu’il a présenté le 12 mai dernier au
Conseil de sécurité, il a décrit un environnement
fragile marqué par les attaques et les menaces
des groupes terroristes comme Boko Haram. M.
Abou Moussa a également fait le point sur la
contribution de l’UNOCA à la lutte contre l’Armée
de résistance du Seigneur (LRA) et la piraterie
maritime dans le golfe de Guinée.
sur les tensions liées aux processus électoraux ;
le chômage des jeunes qui représente une source
d’instabilité ; le braconnage des espèces protégées, notamment des éléphants, considéré
comme une nouvelle menace à la paix et la sécurité en Afrique centrale, etc. M. Abou Moussa a
aussi attiré l’attention sur la résurgence des conflits suscités par les changements anticonstitutionnels de gouvernement. Il a notamment cité le cas
de la République Centrafricaine (RCA).
Espoir pour la RCA
Invité à prendre la parole, le Secrétaire général de
la Communauté économique des Etats de
l’Afrique centrale (CEEAC), M. Ahmad ALLAM-MI,
a partagé avec l’assistance le point de vue de
l’institution sur la crise politique qui sévit dans ce
pays. Il s’est dit préoccupé par le climat de tension
Par ailleurs, le chef de l’UNOCA a mis un accent qui continue à régner en RCA, mais a indiqué qu’il
3
reste optimiste quant à la normalisation rapide de
la situation. Le Chef de l’UNOCA et le Secrétaire
général de la CEEAC ont remercié la communauté internationale pour les efforts qu’elle déploie
dans ce sens.
M. Abou Moussa a également saisi cette occasion
pour rendre hommage aux membres du corps
diplomatique et aux représentants des organisations internationales pour le soutien qu’ils lui ont
apporté durant ses trois années à la tête de
l’UNOCA. « Mon sentiment de gratitude va également aux organisations régionales, nos principaux
partenaires, ainsi qu’aux Gouvernements et aux
Chefs d’Etat de la sous-région qui nous ont toujours accordé leur temps et leur attention. J’exprime enfin ma reconnaissance au Gouvernement
du Gabon pour l’accueil, les facilités logistiques de
travail, et le soutien constant », a-t-il conclu, souhaitant que son successeur, le Professeur Abdoulaye Bathily, bénéficie du même appui.
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’EVENEMENT DU MOIS
Mise en oeuvre du mandat de l’UNOCA : l’hommage de M. Abou Moussa aux journalistes
e Représentant spécial sortant a eu un déjeuner de presse mercredi
21 mai 2014 à Libreville avec les journalistes des médias nationaux
et internationaux. A quelques jours de son départ du Gabon, il a
saisi cette occasion non seulement pour faire le bilan de ses trois
années à la tête de l’UNOCA, mais aussi et surtout pour
« rendre hommage au travail remarquable » des professionnels
de l’information. « Vous avez su, avec vos mots, vos sons et vos
images, rendre compte de nos actions en faveur de la paix et de la
sécurité dans la sous-région », a-t-il expliqué. « L’abondante production
médiatique sur les activités de l’UNOCA est la preuve non seulement
du dynamisme du bureau, mais aussi de notre collaboration avec les
journalistes », a poursuivi M. Abou Moussa, reconnaissant que des
« efforts restent sans doute à faire de part et d’autre pour parfaire cette
dynamique ». Dans cette perspective, il a souligné que le Bureau continuera à leur apporter tout le soutien nécessaire à l’exercice de leur
noble mission. Cet appui est fondamental, compte tenu du rôle crucial
des médias dans les processus de prévention des conflits, de consolidation de la paix et de résolution pacifique des différends.
« Je vous félicite pour ce que vous faites dans ces domaines. Certains
le font dans des conditions difficiles, souvent au péril de leur vie. A cet
égard, j’ai une pensée pour vos consœurs et confrères assassinés
dans l’exercice de leur profession ou qui subissent des restrictions
diverses dans des zones en conflits », a souligne M. Abou Moussa.
« Je voudrais vous rassurer que les Nations Unies sont hautement
préoccupées par cette situation », a-t-il ajouté, rappelant que c’est dans
cet esprit que le 23 décembre 2006, le Conseil de sécurité avait adopté
à l’unanimité la Résolution 1738 sur la nécessité d’assurer la protection
des journalistes dans les conflits. Avant le déjeuner, les journalistes
ont eu un échange avec lui. En dehors des éclairages sur certains
points de son bilan, ils ont insisté sur des sujets d’actualité, notamment
les attaques et les menaces permanentes des groupes terroristes comme Boko Haram.
Une publication de l’Unité de l’Information publique
Conception et réalisation : Norbert N. Ouendji
Courriel : ouendji@un.org cc : piounoca@un.org
Tél. Bur. +(241) 01 74 14 01 - Mob . +(241) 05 72 23 23
Web: http://unoca.unmissions.org
twitter.com/UNOCA_NEWS
B.P : 23773 Libreville, Gabon
4
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’EVENEMENT DU MOIS
AUDIENCE : LE CHEF DE L’UNOCA CHEZ LE MINISTRE GABONAIS DES AFFAIRES ETRANGERES
e Représentant spécial sortant du Secrétaire général des Nations
Unies pour l’Afrique centrale, M. Abou Moussa, a eu un entretien le
23 mai avec le Ministre des Affaires étrangères, de la Francophonie
et de l’Intégration régionale, M. Emmanuel Issoze-Ngondet. Au
cours de cette audience, le chef de l’UNOCA a fait le point des
activités du Bureau depuis son ouverture officielle en mars
2011. Il a aussi rendu compte de l’importance que le Conseil de sécurité accorde de plus en plus à cette institution, compte tenu du rôle capital qu’elle joue dans la prévention des conflits et la consolidation de la
paix dans la sous-région.
diplomatie préventive. Le ministre Emmanuel Issoze-Ngondet a souligné la satisfaction du Gabon par rapport aux efforts que déploie l'UNOCA dans ce domaine. Il a également salué le travail accompli par M.
Abou Moussa, y compris dans le cadre du Comité consultatif permanent
des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale
(UNSAC), dont l’UNOCA assure le Secrétariat. Les rencontres entre le
Bureau et les membres de l’opposition gabonaise ont aussi été évoquées.
Le chef de la diplomatie gabonaise a indiqué que le Gabon continuera
d’apporter son appui aux activités de l’UNOCA et à M. Abdoulaye BaM. Abou Moussa, qui a quitté Libreville le 25 mai, a exprimé sa grati- thily, le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général des Natude au gouvernement gabonais pour son soutien en insistant sur l’en- tions Unies pour l’Afrique centrale.
gagement personnel du Président Ali Bongo Ondimba en faveur de la
GABON : LA FAMILLE ONUSIENNE DIT AU REVOIR A M. ABOU MOUSSA
Les Chefs d’agences du
Système des Nations
Unies ont rendu hommage à M. Abou Moussa
au cours d’un cocktail
organisé le 22 mai par la
Coordinatrice résidente à
son domicile. Une réception exceptionnelle offerte en présence de
MM. Michel Sidibé, Directeur
exécutif
de
l’ONUSIDA, et Carlos
Lopes, Secrétaire exécutif de la Commission
économique des Nations
Unies
pour
l’Afrique
(CEA).
Une fête d’au revoir chargée d’émotions, qui était l’occasion pour Mme Marie-Evelyne Petrus Barry, par ailleurs Représentante résidente du
PNUD, et les autres collègues, de féliciter le Représentant spécial sortant du Secrétaire général de l’ONU pour son excellent travail à la tête de
l’UNOCA ainsi que pour sa franche collaboration avec l’Equipe de pays. Des cadeaux souvenirs lui ont été remis pour marquer les merveilleux
moments passés avec la famille onusienne au Gabon et saluer l’ensemble de son œuvre au service des Nations Unies pendant 34 ans. Les uns
et les autres lui ont souhaité bonne continuation, plein succès et beaucoup de courage dans ses futures entreprises. M. Abou Moussa, décontracté et ému, a remercié les collègues pour leur sollicitude et les a encouragés à continuer à travailler dans un esprit de solidarité.
5
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’EVENEMENTDU MOIS
DEPART DU REPRESENTANT SPECIAL : LE TEMPS DES EMOTIONS
Le 19 mai était un jour pas comme les autres à UNOCA. Dans la salle de
réunion qui abrite également les grands événements du Bureau, le personnel était convié à un moment particulier : la cérémonie d’au revoir au
Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) et Chef de l’UNOCA. L’émotion était à son comble, y compris dans la voix de James Aji
(impresario) et dans celle des collègues invités à faire un témoignage sur
les trois années passées à la Cité de la démocratie avec M. Abou Moussa. Le Chef de Cabinet, M. Anatole Ayissi, a redit sa satisfaction d’avoir
travaillé à ses côtés et contribué, parfois dans des conditions difficiles, à
la mise en œuvre de son mandat. Le Chef d’appui à la mission (CMS),
M. Vasyl Sydorenko, a renouvelé sa gratitude au RSSG pour son leadership, qui a permis au Bureau de fonctionner de manière optimale et
d’atteindre ses objectifs avec peu de moyens. Il lui a remis une plaque
non seulement comme souvenir mais aussi comme symbole de la reconnaissance des services rendus à la communauté internationale pendant
34 ans, dont trois a l’UNOCA. Dans un message bien agencé, Mme
Seraphine C. Mounguengui, Assistante au Service des Finances, lui a
pour sa part souhaité une retraite fructueuse. Elle a fait le speech au
nom du personnel, qui l’avait désigné pour remettre un cadeau au RSSG
(voir message ci-dessous).
Le Représentant spécial a exprimé sa reconnaissance au personnel pour
la loyauté et le professionnalisme avec lesquels il l’a aidé à accomplir
ses missions. Il a exhorté les uns et les autres à apporter le même soutien à son successeur, le Professeur Abdoulaye Bathily, qui ses prend
ses fonctions début juin.
“Nous sommes très heureux d’avoir travaillé avec vous”
« Monsieur le Représentant spécial,
J’ai la lourde responsabilité de vous remettre ce présent au nom
de tout le staff UNOCA.
Nous sommes très heureux d’avoir travaillé avec vous durant ces
trois années et fiers des valeurs que vous nous avez inculquées ;
à savoir la fraternité, la solidarité et la convivialité.
Nous vous assurons que nous allons continuer de nous inspirer
de votre savoir-faire et de votre savoir-vivre pour parfaire notre
savoir vivre ensemble.
En effet, nous devrons redoubler d’effort pour que l’esprit
d’équipe reste et demeure le maitre mot dans un environnement
où on a besoin de l’apport de tout un chacun pour la mise en
œuvre du mandat du Bureau.
Nous vous souhaitons une retraite bien méritée et fructueuse,
d’autant plus que nous savons que vous avez encore beaucoup à
donner non seulement aux Nations Unies mais aussi à la sousrégion à laquelle […] vous êtes très attaché.
Que Dieu vous bénisse, bénisse votre famille et vos projets. »
6
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’EVENEMENT DU MOIS
La cérémonie en images
7
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL- MAI 2014
L’ACTUALITE DU MOIS
La CEEAC renouvelle son soutien à l’UNOCA
EN BREF
▪ CRISE EN RCA : LE RSSG AU CONGO ET EN RDC
Dans le cadre de son programme de visite des pays
affectés par la crise qui déstabilise la République
Centrafricaine (RCA) depuis plus d’un an, le Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) de
l’ONU pour l’Afrique centrale a conduit une mission
au Congo du 9 au 10 avril, puis en République démocratique du Congo (RDC) du 11 au 15 avril. A Brazzaville et à Kinshasa, M. Abou Moussa a eu des
séances de travail avec les membres du gouvernement, le corps diplomatique, les représentants du
Système des Nations Unies ainsi que les partenaires
au développement et toutes les parties prenantes
engagées dans le processus de gestion de la crise
en RCA. Un accent particulier a été mis sur la situation des réfugiés centrafricains. D’après les sources
gouvernementales, il y en a environ 60 000 en RDC
et plus de 13 000 au Congo.
Au terme de ses concertations, M. Abou Moussa a
reconnu la nécessité de mobiliser davantage de
moyens pour aider les agences onusiennes et les
organisations non gouvernementales qui interviennent sur le terrain. Un plan d’action régional a été
lancé le 16 avril afin de mobiliser les ressources pour
répondre efficacement aux urgences humanitaires.
Le Président du Conseil exécutif de la Communauté économique des Etats de l’Afrique
centrale (CEEAC), M. Moussa Faki Mahamat,
par ailleurs Ministre tchadien des Affaires
étrangères et de l’Intégration africaine, a renouvelé le soutien de l’institution sousrégionale et de son pays aux activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique
centrale (UNOCA). Au cours d’une audience
accordée le 29 avril à M. Abou Moussa, Représentant spécial du Secrétaire général de
l’ONU, il s’est dit satisfait du rôle que joue
cette mission politique des Nations Unies dans
la promotion de la paix et la sécurité en
Afrique centrale.
Bilan
Au moment où il s’apprête à prendre sa retraite, M. Abou Moussa a saisi l’occasion de
cette rencontre pour évoquer le chemin parcouru par l’UNOCA depuis sa mise en place,
en 2011, à la demande des dirigeants de la
CEEAC. Il a notamment insisté sur les efforts
déployés dans le cadre de l’appui du Bureau à
lutte contre l’Armée de résistance du Seigneur
(LRA), la piraterie maritime dans le golfe de
Guinée ainsi que les nouvelles menaces
comme le braconnage des éléphants.
Le Représentant spécial du Secrétaire général
de l’ONU a par ailleurs souligné les avancées
dans le domaine de la diplomatie préventive,
dont l’un des principaux outils est le Comité
consultatif permanent des Nations Unies pour
les questions de sécurité en Afrique centrale
(UNSAC). L’UNOCA, qui en assure le Secrétariat, a déjà facilité l’organisation de cinq
réunions dudit Comité, permettant ainsi aux
onze Etats membres de débattre et de faire
des recommandations concrètes sur des sujets de grande préoccupation. M. Abou Moussa a noté que le développement d’une stratégie régionale de lutte contre le terrorisme et la
prolifération des armes dans la sous-région
est l’un des résultats probants de cette plateforme de dialogue entre les ministres
des Affaires étrangères.
Soutien à la RCA
Le ministre tchadien des Affaires étrangères et
de l’Intégration africaine, président du Comité
depuis la 37e réunion tenue à Ndjamena en
décembre 2013, a réitéré sa disponibilité à
continuer à œuvrer afin que la prochaine session, en principe prévue à Malabo (Guinée
équatoriale) ait lieu. Elle devrait permettre de
poursuivre les discussions sur la crise centrafricaine et de faire le point sur l’Appel adopté
dans la capitale du Tchad il y a cinq mois.
L’Appel invitait, entre autres, « la communauté
internationale à continuer à accorder toute
l’attention nécessaire à la situation en RCA
[République Centrafricaine] et à en faire une
priorité ».
Dans ce contexte, le Représentant spécial du
Secrétaire général a exprimé la gratitude des
Nations Unies aux autorités tchadiennes pour
leur soutien au peuple centrafricain confronté
à la folie meurtrière des milices armées. M.
Abou Moussa a indiqué que malgré la décision du Tchad de retirer son contingent de la
Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA), il est
capital qu’il poursuive son appui à ce pays
frère et voisin afin de l’aider à retrouver la voie
de la paix et du développement durable. A cet
égard, il a salué la contribution du Tchad dans
les débats du Conseil de sécurité où il siège
comme membre non-permanent depuis janvier dernier. Il a particulièrement souligné
l’importance de son vote en faveur de l’envoi
des casques bleus onusiens en RCA en septembre prochain.
Le Représentant spécial du Secrétaire
général a exprimé la gratitude des Nations Unies aux autorités tchadiennes
pour leur soutien au peuple centrafricain confronté à la folie meurtrière des
milices armées
8
En dehors du Bureau régional des Nations Unies
pour l’Afrique centrale (UNOCA), quatre autres institutions faisaient partie de la mission conduite par M.
Abou Moussa : OCHA, le Centre des Nations Unies
pour les droits de l’Homme et la démocratie en
Afrique centrale (CNUDHD-AC), le Bureau intégré
des Nations Unies pour la consolidation de la paix en
RCA (BINUCA) et la Communauté économique des
Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).
La mission au Congo et en RDC était la dernière
étape de la tournée de M. Abou Moussa dans les
pays d’Afrique centrale partageant une frontière avec
la RCA. Elle avait commencé au Tchad en février
dernier. Le Représentant spécial du Secrétaire général, par ailleurs chef de l’UNOCA, s’était également
rendu au Cameroun en mars. Il a consigné les conclusions et les leçons de ces visites de terrain dans le
Rapport du Secrétaire général de l’ONU sur les activités de l’UNOCA qui a été présenté au Conseil de
sécurité le 12 mai.
▪ ENTRETIEN AVEC LE PRESIDENT DU CONGO
Les effets collatéraux de la crise centrafricaine
sur le Congo était au centre d’un entretien
entre le Président Denis Sassou N’Guesso et
le Représentant spécial du Secrétaire général
de l’ONU pour l’Afrique centrale, M. Abou
Moussa, le 10 avril à Brazzaville. Son impact
socio-politique et sécuritaire a meublé leurs
échanges, qui se sont déroulés en présence
du Dr. Fatoumata Binta Diallo, Représentante
de l’OMS et Coordinatrice résidente par intérim du Système des Nations Unies au Congo.
Ils ont exprimé le vœu que la République Centrafricaine, où environ 12 000 casques bleus
seront déployés en septembre prochain, retrouve rapidement la paix afin d’ouvrir la voie à
la reconstruction du pays et au développement
de ses infrastructures démocratiques.
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL - MAI 2014
L’ACTUALITE DU BUREAU
Douanes et immigrations : un atelier sur la mise en œuvre d’une stratégie de lutte contre le terrorisme
Le Chef de cabinet, M. Anatole Ayissi (à droite sur la photo),
a représenté le Chef de l’UNOCA à un atelier sur le thème «
Douanes et immigrations » qui s’est tenu du 22 au 24 avril à
Bujumbura, au Burundi. Pendant trois jours, les experts et
représentants des services de douane, de la police aux
frontières et de la lutte contre le trafic d’armes ont échangé
sur la mise en œuvre d’une stratégie régionale efficace de
lutte contre le terrorisme. A cet égard, les participants, pour
la plupart issus des Etats membres du Comité consultatif
permanent chargé des questions de sécurité en Afrique
centrale (UNSAC) et du Réseau régional de lutte contre le
terrorisme et la prolifération des armes en Afrique centrale,
ont souligné l’importance de l’appui des partenaires internationaux.
Les travaux de cette importante rencontre ont été officiellement ouverts le 22 avril 2014 par le Ministre de la sécurité
publique, M. Gabriel Nizigama. Elle a été conjointement
organisée par la Direction Exécutive du Comité contre le
terrorisme (CTED), le Centre des Nations Unies pour la lutte
contre le terrorisme (CTITF/UNCCT) et le Bureau régional
de l’ONU pour l’Afrique centrale (UNOCA), avec le soutien
du Gouvernement burundais.
L’atelier de Bujumbura fait partie d’une série d’activités qui a commencé à Libreville (Gabon) avec l’organisation, du 28 au 30 janvier, d’une réunion sur le
thème « Police et Sécurité ».
DEUX MEMBRES DU DETACHEMENT DE L’ARMEE DE L’AIR ESPAGNOLE EN VISITE A L’UNOCA
Deux membres du détachement aérien de l’armée
de l’air espagnole basé au Gabon et œuvrant en
faveur d’un retour de la paix en République centrafricaine (EUFOR/RCA) ont effectué une visite de prise
de contact à l’UNOCA le 3 avril. La délégation conduite par le Major Daniel Claudio Aleman (premier
à gauche) a été reçue par le Responsable de l’Information publique et le Conseiller militaire. La visite a
permis de mieux comprendre le mandat de l’UNOCA
et d’apprécier l’environnement de travail du personnel. Elle a pris fin par un échange avec le Représentant spécial et la signature du livre d’or.
CEEAC : LA REPRESENTANTE DE L’UA CHEZ LE RSSG
GOLFE DE GUINEE : LE CIC SE MET EN PLACE...
Le Conseiller militaire/UNOCA, le Colonel François
Ndiaye, a pris part aux travaux du Groupe interrégional de travail chargé de l’élaboration des projets de
textes organiques du Centre interrégional de coordination (CIC) des activités liées à la sécurité et à la sûreté
maritimes dans le golfe de Guinée, qui se sont tenus
du 22 au 26 avril 2014 à Yaoundé (Cameroun). Au
cours de ces travaux, quatre groupes thématiques
ont préparé les documents relatifs au statut du personnel, au protocole additionnel portant organisation et
fonctionnement, à l’accord de siège et au règlement
intérieur du CIC, y compris la stratégie de communication de même que le Plan d’action 2014-2016 et le
plan de mobilisation de ressources.
Ces projets de textes seront envoyés aux pays
membres de la CEEAC, de la CEDEAO et de la CGG
pour commentaires éventuels avant la validation par
les Chefs de ces institutions le 05 juin 2014.
Le 3 avril, le Représentant spécial du Secrétaire général (RSSG) de l’ONU pour
l’Afrique centrale, M. Abou Moussa, a reçu la cheffe du bureau de liaison de l’Union
Africaine auprès de la CEEAC, Mme Hortense Nguema Okome. Ils ont discuté des
questions d’intérêt commun et décidé de renforcer davantage leur coopération. La réunion a eu lieu en présence de James Aji, Conseiller politique.
9
Il faut rappeler que les mécanismes de coordination
de la mise en œuvre des décisions du Sommet de
Yaoundé sur la sûreté et la sécurité maritimes sont la
réunion annuelle des Chefs des Institutions (CEEAC,
CEDEAO et la CGG) et le Centre Interrégional de
Coordination. Quant au Groupe Interrégional de Travail, il se compose de spécialistes du domaine maritime des trois organisations et des partenaires stratégiques dont l’UNOCA et l’UNOWA.
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL– MAI 2014
L’ACTUALITE DU PERSONNEL
Joyce Swensson, nouvelle Responsable des RH
José Carlos, Consultant pour la LRA
Mme Joyce Lewis Swensson, qui est à Libreville depuis le 31 mars, a aussi
fait ses preuves au sein du Secrétaire général de l’ONU comme Assistante
personnelle du Commandant de la Force intérimaire des Nations Unies au
Liban (FINUL). Elle remplace Mme Joyce Ashie, qui a pris sa retraite en
février.
Arrivé à Libreville le
14 avril, M. José
Carlos
Rodríguez
Soto, de nationalité
espagnole, apporte
un appui substantiel
à la Section politique
en tant que Consultant chargé des
questions liées à
l’Armée de résistance du Seigneur
(LRA). De mai 2012
à mars 2013, il avait
occupé un poste
similaire au sein du
Bureau intégré des
Nations Unies pour
la consolidation de
la paix en RCA
(BINUCA). Il était
basé à Obo (Sud-est
du pays), une zone ou sévit la LRA. Auparavant, José avait travaillé
comme missionnaire en Ouganda, notamment dans le Nord, où il a passé une vingtaine d’années, à l'époque de l'insurrection de la LRA. Par
ailleurs, de 2011 à 2012, il a coordonné un projet humanitaire à Goma,
en République démocratique du Congo (RDC). Il a aussi effectué des
consultations sur le rétablissement et la consolidation de la paix dans le
Nord-est de la RDC et à Bangui, où il a travaillé avec le Conseil danois
pour les réfugiés jusqu'à fin février 2014.
Nora Benyakoub, Conseillère politique
Spes Nibigira prend le relais de Beverley
Nora Benyakoub, Conseillère politique, est arrivée dans la capitale gabonaise le 1er mai, en provenance de la Mission multidimensionnelle
intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) où
elle était depuis 2013, après avoir travaillé au Bureau des Nations Unies
pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA).
Mme Spes Nibigira, d’origine burundaise, a rejoint l’UNOCA le 09
mai pour une mission de trois mois. Elle est en poste au Bureau du
Représentant spécial, où elle a pris le relais de Mme Beverley-Ann
Agard, qui a quitté Libreville le 20 mai pour un redéploiement temporaire au Bureau d’appui des Nations Unies à l’AMISON (UNSOA),
basé à Nairobi au Kenya.
La Franco-algérienne avait déjà occupé différents postes dans plusieurs
missions et agences du Système des Nations Unies : Mission d’Assistance des Nations Unies en Afghanistan (UNAMA), PNUD (Népal), Mission des Nations Unies en RDC (MONUC, devenue MONUSCO), etc.
Elle a aussi travaillé pour la Mission de l’Organisation pour la sécurité et
la coopération en Europe (OSCE) au Kosovo.
Mme Spes Nibigira vient de Tripoli, notamment du Bureau du Représentant spécial adjoint du SG/ONU (Mission d’appui des Nations
Unies en Libye - UNSMIL). Elle a aussi travaillé à la Mission des
Nations Unies au Soudan du Sud (UNMISS) et à la Mission des
Nations Unies en Sierra Leone (UNAMSIL), qui a officiellement fermé ses portes en mars dernier.
Mme Joyce Lewis
Swensson, Ghanéenne détenant
également
la
nationalité américaine, est la nouvelle Responsable
des Ressources
humaines (RH) de
l’UNOCA.
Elle
était
précédemment en poste au
siège à New York
où, de juillet 2011
à mars 2014, elle
était adjointe au
Responsable des
ressources
humaines à la section des règlements et conditions de travail.
LES ECHOS DE LA CITE • Nº 26 • AVRIL– MAI 2014
PAGE MAGAZINE
ARRET SUR IMAGE
Du 5 au 9 mai 2014, les Responsables de l’Information publique des missions politiques et de maintien de la paix ainsi
que ceux du siège se sont réunis à Entebbe (Ouganda) pour partager leurs expériences et discuter des défis auxquels
ils font face dans leur travail. Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la
paix, M. Hervé Ladsous (en médaillon avec le Responsable de l’Information publique de l’UNOCA), y a fait une présentation qui a permis de rappeler l’importance de la communication dans la réalisation des objectifs de l’ONU.
LE CHIFFRE
C’est le nombre d’années que M. Abou
Moussa, Représentant spécial et Chef de
l’UNOCA de mars 2011 à avril 2014, a passé
aux Nations Unies. C’est en effet en 1980
qu’il y a commencé sa carrière, notamment
au sein du Haut-Commissariat des Nations
Unies pour les réfugiés (HCR), où il a occupé divers postes dans différents pays africains et européens. Une longue expérience
qu’il continuera sans doute de mettre au
service de l’Humanité.
11