Formation Chiroptères

FORMATION ET COMPTAGE CHIROPTERE
25 et 26 janvier 2014
(CDS74 - CDS73 - LPO74 - GCRA73)
Organisation : Christophe Lavorel (SCASSE) et Olivier Sousbie (SBAPS / CAF Chambery GCRA73)
Contacts : [email protected]la.fr / [email protected]
Intervenants : Olivier Sousbie (SBAPS – CAF Chambéry - GCRA73), Jean-Claude Louis
(LPO74 - CAF Sallanche), Christian Dodelin (Président CDS73), Jean-François Desmet
(GRIFEM). Merci à eux pour leur disponibilité, leurs précieux conseils et précisions tout au
long de ce weekend !
SAMEDI 25/01/2014 : THEORIE ET OBSERVATION EN CAVITE :
22 participants : Olivier Sousbie (SBAPS – CAF Chambéry - GCRA73), Jean-Claude Louis (LPO74 - CAF Sallanche), Christian
Dodelin (Président CDS73), Jean-François Desmet (GRIFEM). SCASSE : Patricia Schell-Charrière, Odile Marbach, Noémie
Castaing, Bertrand Hauser, Pascal Clerc, Sébastien Recoura, Guillaume Ferrando, Christophe Lavorel. SCM : Eveline Ainoux,
Sidonie Chevrier, Pierre Gédu, Dominique Urien, Frédéric Urien. SPELEUS : Charlotte Malgat, Thomas Vuarand. SSG-GSG :
Agnès Collin, André Collin. SCVJ : Miguel Borreguero
Le matin : - Merci à l’Office Municipale des Sports de la Ville d’Annemasse pour la Salle ! Formation théorique en salle
Animée par Olivier et Christian, séance visant à donner les cinq critères permettant les identifications pendant la période
d’hibernation et revenir sur les principales précautions à prendre pour ne pas déranger les espèces.
Nous avons également parlé de la thermo-préférence des chauves-souris quant à leur choix de leur site d'hibernation. A la Diau,
nous constaterons que les zones d'entrées soumises au courant d'air froid entrant est le terrain favori des Barbastelles. Un peu à
l'abri les Murins à moustaches cherchent un peu moins de froid. Les Rhinolophes, eux, cherchent les températures les plus
élevées de nos cavités sachant que leur préférence va autour de 8° à 9°C pour les Grands Rhinolophes. A Mégevette nous
constaterons également que c’est dans les parties supérieures, plus chaudes, que nous avons également vu les Petits
Rhinolophes.
Ainsi, nos cavités froides peuvent être idéales pour les Barbastelles, les Oreillards, les Sérotines de Nilsson… Dans notre système
karstique nous savons que ces orifices supérieurs libèrent un air réchauffé à température positive même si on n'excède rarement
les 6°. Nos cavités en tête de réseaux sont donc favorables à l'hibernation des espèces. Les zones d'entrée à courant d'air rentrant
ne sont fréquentées par les chauves-souris qu'après un minimum de réchauffement car cet air froid en se réchauffant dessèche
tout sur son passage. Si ce phénomène est appréciable, facilitant notre progression par le fait que le terrain est moins glissant
qu’en été, par contre, cela ne serait pas très favorable aux chauves-souris, elles risqueraient la momification. En effet, leurs tissus
ont besoin d’humidité pour ne pas se détériorer.
Rappel des précautions à prendre pour l’observation des chiroptères en hibernation :
- Ce sont les variations de températures (et donc la chaleur que vous dégagez) qui dérangeront le plus les spécimens que vous
rencontrerez : évitez donc de stationner à proximité et retenez votre respiration si vous les observez d’un peu plus près.
- Une photo peut être moins dérangeante qu’une observation prolongée pour la détermination. Tachez cependant de limiter au
maximum le nombre de flash.
- Cette détermination n’est pas toujours possible sans manipulation (soumise à autorisation et, bien sûr, hors période
d’hibernation), ne notez donc que ce dont vous êtes sûr et que même imprécises, vos observations nous intéressent : n’hésitez
plus à les communiquer !
- Les chiroptères ont des phases de réveils spontanés pendant l’hibernation (pour soulager un besoin, se déplacer, boire un
coup,…) mais attention, un réveil dû à un dérangement induit un stress plus énergivore qu’une de ces phases d’activité… restons
donc discrets !
L'après midi :
* voir topo 1
Observations à la GROTTE DE MEGEVETTE
(11 participants) :
Cette cavité d’initiation à trois
entrées va nous faire la très bonne
surprise
de
nous
permettre
d'observer
douze
spécimens
appartenant
à
cinq
espèces
différentes (4 Petits Rhinolophe, 3
Murins à moustaches / Brandt, 2
murins de Daudenton, 2 Oreillards et
1
Barbastelle).
Nous
savons
désormais qu'une diversité nonnégligeable d'espèces est présente
dans cette cavité malgré sa
fréquentation. A noter que le nombre
de spécimens observés est souvent
directement proportionnel au temps
passé à fouiller plafonds et fissures,
parfois à la jumelle. Il conviendra
donc désormais d'aborder cette
cavité avec le plus grand respect et
la plus grande attention pendant la période d'hibernation. Un thermomètre
laser nous permettra de savoir que les Petits Rhinolophes étaient à une
température interne comprise entre 2,9°C pour la plus proche et 4,5°C pour la
plus éloignée de l’entrée. Le Murin à Moustaches dans une fissure étroite en
plafond était à 5°C.
Observation à la GROTTE DU KRO D’EVRO (3 participants) :
La visite de la Kro d’Ewero a permis de découvrir 2 Murins à moustaches ou
Brandt, 1 Murin de Daubenton et 1 Oreillard sp. De plus la mâchoire
supérieure d’un grand canidé a été découverte dans le fond de la grotte. Il
faudra la récupérer lors d’une prochaine visite pour vérifier l’espèce (chien ou
loup).
La grotte est assez petite. Après une descente en rappel de 5-6 m, deux
fissures larges permettent de rejoindre le bas de la grotte. Nous sommes
descendus par un rappel d’une douzaine de mètres par celle de gauche, mais en fait celle de droite se descend sans équipement
et les deux se rejoignent. Les chauves-souris étaient toutes dans ce second niveau. Si la route est praticable, l’accès par Saxel et
le parking du couvent permet de gagner du temps en hiver sur la marche s’approche (20 mn de marche en tout).
Murins Daubenton à Megevette
(Kris – SCASSE)
Oreillard sp au Kro d’Evro
(JCL – LPO74)
(MB – SCVJ)
Petit rhino à Megevette
(Kris – SCASSE)
* voir topo 2
DIMANCHE 26/01/2014 : COMPTAGE A LA GROTTE DE LA DIAU
:
19 participants : Olivier Sousbie (SBAPS – CAF Chambéry - GCRA73), Jean-Claude Louis (LPO74 - CAF Sallanche), Christian
Dodelin (Président CDS73), Jean-François Desmet (GRIFEM). SCASSE : Patricia Schell-Charrière, Christophe Lavorel, Pierre
Beltrami, Guillaume Ferrando, Jonathan Vibert, Remy Villaplan. CAF Sallanche : Franck Socquet, Alexandre Petitjean. SCA : JeanMarc Verdet, Clément Mathieu. TECKEL : Laurence Massol, Karine Choquet. SCMB : Sandrine Lanet, Raphael Chevalier
(Président CDS74). SCVJ : Miguel Borreguero
Équipes “Zone d’entrées et Ostréas” :
Barbastelles : 79 - Murin sp (non déterminé) : 1
A noter que l’une des galeries des entrées
secondaire comptait à elle seule la moitié des
Barbastelles observées. La relative douceur des
températures actuelles a facilité les observations
par le fait que les chiroptères étaient moins
«encastrés» dans les fissures que d’habitude. Par
ailleurs, le réseau des Ostréas était, quant à lui,
apparemment vide de toute présence. La grosse
crue de décembre en est peut être une des
raisons.
Equipe “Lac du rocher - Soufflerie” :
Barbastelles : 80 - Murins moustaches / Brandt
:2
Le niveau plutôt bas de la rivière a permis un
comptage dans des conditions aisées. Pendant la
visite qui a suivi le comptage, Miguel nous a fait
remarquer les « Aselles » qui occupent le siphon
shunté par « La Soufflerie » : dans son inventaire,
M. Meyssonnier cite des « Proasellus valdensis »
dans cette cavité. Ils ont donc déjà été déterminés
(par J.-P. Henry). En revanche, il y cite aussi des Niphargus, mais ceux-ci non pas été déterminés. Il serait peut être intéressant
d'en récolter, d'autant plus qu’actuellement, M.-J. Dole-Olivier fait des analyses d'ADN à plus grande échelle et trouve des résultats
intéressants. Contacter [email protected] ou [email protected] pour plus d’informations. Il est
intéressant de savoir que quand des cadavres de chauves-souris sont emportés dans l'eau, ces Aselles et Niphargus font le
ménage en mangent tout sauf les os. En revanche, si on trouvait des cadavres hors de l’eau, on aurait les “détritivores” tels que les
myriapodes, coléoptères et collemboles.
Équipe “Galerie Sup - trou du Four” :
Gds Rhinos : 3 - Petits Rhinos : 6 - Murin à Moustaches/Brandt : 1 - Murin sp : 1
Les Murins ont été observés dans l'élargissement formant le puits d'accès à l'étage supérieur. Les Rhinolophes étaient : un grand
et un petit dans la première salle en partant de la falaise, un grand et un petit dans la deuxième salle. Les quatre autres Petits
Rhinolophes étaient dans la suivante. Contrairement aux autres secteurs visités, cette galerie supérieure est parcourue par un
courant d'air sortant qui la met « hors gel » en permanence. Ceci explique la présence des Rhinolophes qui séjournent
habituellement dans des cavités avec un minimum de 6° (leur température idéale est plus proche des 8°). Nous avons trouvé
également des ossements dans une galerie descendante. Nous n'avons sorti que les trois avant bras suffisants pour identifier les
bêtes. Il s'agit donc d'un Petit Rhinolophe et d'une barbastelle. A noter que sur l'un des avant bras « l'Ulna » (un os très fin qui ne
reste accroché que sur les radius des Rhinolophes ou des Minioptères) était visible. Ces os ont une certaine ancienneté car ils
n'ont pas la souplesse des ossements récents. La présence des rhinolophes qui occupent les lieux ne date donc pas d'aujourd'hui.
Au total, c’est donc 173 chiroptères (159 barbastelles, 6 Petits Rhinolophes, 3 Grands Rhinolophes et 5 Murins) qui
ont été recensés lors de ce comptage 2014. Pour mémoire : Le contage de 2013 (effectué par Olivier Sousbie, Sandy Dupérier
et Jean-Claude Louis) avait donné 115 Barbatelles, 1 Murin moustaches/Brandt et 1 Sérotine de Nilsson.
Grand Rhino (MB – SCVJ)
En train de « tracter »…
PRECISIONS D’OLIVIER SOUSBIE :
Historique des recensements à La Diau :
ème
La grotte de la Diau est désormais le 3
site d’hibernation pour la Barbastelle en Rhône-Alpes et fait partie des 25 premiers de
France. La découverte de l’importance de ce site est très récente (hiver 2012/2013). L’explication semble très simple : une partie
des galeries que les spéléos utilisent lors de la visite de cette grotte n’est pas celle utilisée par les chauves-souris. De plus, cette
espèce hiberne régulièrement en fissure, ce qui fait que l’on peut poser la main à coté d’elle et passer sans la voir.
Les premières données en hibernation datent de 1952 avec l’observation de 32 Barbastelles. Ensuite les comptages ne
reprendront que dans les années 60/70 avec un record de 36 rhinolophes indéterminés au cours de l’hiver 1968/1969, les autres
chauves-souris étant inévitablement des barbastelles (5 années de comptages au total). Une grande pause a lieu entre l’hiver
1975/1976 et l’hiver 2001/2002, les chiroptérologues et spéléologues semblant faire grève (ou oubliant de retranscrire leurs
données) !! A partir des années 2000, les comptages reprennent, en grande partie grâce à Christian Dodelin qui, utilisant la cavité
dans le cadre de son travail, en profite pour noter ce qu’il voit. Suite à une nouvelle pause de 4 hivers, les comptages reprennent
suite à la « découverte » de la cavité par Olivier Sousbie en 2011 lors de prospections chauves-souris dans le secteur. Jusqu’à
l’hiver 2011/2012, seules les parties inférieures sont concernées par les comptages. A partir de l’hiver 2012/2013, les zones
supérieures sont ajoutées puis en hiver
2013/2014,
des
zones
hautes
accessibles uniquement sur corde. C’est
en grande partie l’augmentation des
secteurs prospectés (et le nombre de
personnes prêtant leurs yeux) qui est la
raison de l’augmentation brutale des
effectifs dans cette cavité.
Les Barbastelles composent la majorité
des effectifs mais on observe aussi des
espèces plus rares à ces altitudes telles
que les rhinolophes (notamment pour le
Grand rhinolophe), mais aussi des
espèces très rarement vues en cavité
telle que la Sérotine de Nilsson (moins
de 5 cavités sont connues pour abriter
cette espèce en hibernation en RhôneAlpes).
Source : Base de Données du Groupe Chiroptères Rhône-Alpes, Groupe thématique de la LPO Rhône-Alpes
Présentations de la Barbastelle :
Cette jolie petite chauve-souris au dos noir avec, parfois, des reflets argentés et des piercings orange au niveau des oreilles (en
fait, ce sont des acariens) est une espèce liée aux milieux arborés. Ses gîtes d’origine étaient situés dans des arbres, de
préférence derrière des écorces décollées, mais elle semble s’être adaptée au milieu anthropique en logeant derrière des volets,
du bardage, entre des doubles poutres, ….
La Barbastelle d’Europe est connue pour faire des méta-colonies (une grosse colonie est éclatée en plusieurs gîtes, les individus
présents dans ces différents gîtes en changeant régulièrement et se mélangeant).
La Barbastelle d’Europe se nourrit à 90% de papillons de nuit. Pour se déplacer et pour chasser, la Barbastelle utilise des milieux
d’interfaces : prairie/bois, prairie/haie, bord de rivière, … En Rhône-Alpes, elle semble chasser rarement dans le cœur des massifs
forestiers.Le domaine vital d’une colonie se trouve généralement dans un rayon de 5 km autour de celle-ci.
Les déplacements de la Barbastelle d’Europe n’excèdent que rarement les 40 km lors des périodes de transits (déplacements
entre le gîte d’été et le site d’hibernation). C’est aussi à l’automne que cette chauve-souris va copuler. Cette copulation a lieu le
plus souvent en grotte et peut réunir plusieurs centaines d’individus lors d’une nuit (entre mi-août et début octobre). Ces chauvessouris ne sont que rarement présentes dans la grotte pendant la journée et ne viennent la fréquenter que pendant la nuit.
Les sites d’hibernation sont le plus souvent en cavités (naturelles ou artificielles) froides, généralement comprises entre 2 et 4°C, et
ayant une hygrométrie très importante.
On estime que les principales menaces pesant sur cette espèce sont :
- une diminution du nombre d’arbres morts ou sénescents
- la destruction des sites estivaux
- la destruction ou dégradation des zones de chasse
- la disparition des corridors biologiques
- la collision routière.
Barbastelle (PSC – SCASSE)
(notez les acariens orange sur
les oreilles)