LA REVUE

LA REVUE
N°2
DOSSIER
• Téléobservance...
de la friture sur
la ligne
d’av
4
septembre 201
Les 19 et 20 de Montpellier
Corum
Re joig ne z-n
ou s !
• Programme
des JPRS 2014
et Liste
des ateliers
eil
facebook.com/JPRSomm
eil
twitter.com/JPRSomm
www.jprs.fr
Céline Jarles -
JOURNÉES
PRATIQUES
RESPIRATION
SOMMEIL
:
« Le SAS 3.0
enir »
ives
actualités et perspect
SAVE
- celine.jarl
- Coordination
[email protected]
ATE
THE D
ANNONCE
Communication
JPRS
SEPT 2014
DPC
SOMMEIL
• Comment
être indemnisé
?
ÉDITO
LA 6ÈME ÉDITION DÉBUTE !
Au fil des ans les JPRS sont devenues l’événement incontournable
pour tous les médecins praticiens prenants quotidiennement en
charge les pathologies respiratoires du sommeil aux premiers
rangs desquels figurent naturellement les pneumologues.
Cette sixième édition confortera ce rôle prééminent en
permettant aux praticiens dans un espace-temps aussi convivial
que condensé de faire le point sur l’ensemble des avancées de
l’année susceptibles d’avoir un impact pratique sur leur activité
quotidienne.
L’analyse critique des actualités scientifiques contribuera à
mettre en exergue ce qui doit être transposé directement dans
la pratique. Soulignons ici la contribution indéniable de la FFP,
via l’OSFP, à cette actualité scientifique.
L’année a également été riche en événements concernant
l’organisation des soins notamment sur la télésurveillance. Les
JPRS seront une nouvelle fois l’occasion de faire le point sur
cette importante question d’actualité.
Les ateliers permettront à chacun de parfaire ses connaissances
et de trouver des réponses adaptées et très concrètes aux
questions rencontrées quotidiennement dans la pratique. On
ne change pas une formule qui gagne et ces ateliers connaîtront
leur succès habituel.
Toujours dans l’esprit de faciliter la pratique, des outils nouveaux
seront présentés au premier rang desquels une importante
évolution de l’OSFP.
N’oublions pas les symposiums satellites de qualité et les
discussions aussi instructives que conviviales entre participants.
Un grand merci à toute l’équipe des JPRS grâce à laquelle
vous avez la possibilité, en un minimum de temps, dans une
ambiance conviviale et, cerise sur le gâteau dans la belle ville de
Montpellier, d’engranger un maximum d’informations utiles et
immédiatement transposables dans votre pratique.
Au plaisir de vous accueillir à Montpellier.
YVES GRILLET
Vice-Président de la FFP
Responsable Sommeil de la FFP
Assistance
respiratoire
MÉDICAL
Un souffle d’innovation.
Assistance
respiratoire
OXYGÉNOTHÉRAPIE
PRESSION POSITIVE
CONTINUE (PPC)
Nutrition
artificielle
Perfusion
Diabète
VENTILATION
(VNI ET VI)
AÉROSOLTHÉRAPIE
Stomathérapie
Urologie
Cicatrisation
Prestation en
établissements
de santé
H
Prestataire des
établissements
HAD
Une présence nationale, un réseau de proximité !
Orthopédie
Maintien
à domicile
Installation
Coordination
Besoin d’un conseil
d’ordre social
ou administratif ?
Conseils
Maintenance
24h/24
7jours/7
✕
3
✕
w w w.bastide-groupe.fr
08
SOMMAIRE
RETROSPECTIVE
11
06
RETOUR SUR LES JPRS 2013
Une conférence de prestige riche
en enseignements // Des ateliers
en accord avec la thématique // La
télésurveillance au coeur des débats
// Zone d’exposition encore plus
conviviale // Les moments forts de
cette journée.
ACTUALITÉS
10
L’actualité en quelques chiffres //
DPC Sommeil - Comment être
indemnisé ? // OPTISAS // Qu’est ce
que l’AFORSPE ? // A vos agendas.
ZOOM SUR
RETOUR SUR LES JPRS 2013
OPTISAS
GALERIE : Les moments forts de cette
journée en images.
OPTISAS est la plus grande étude
en e-santé menée à ce jour dans le
domaine du Syndrome d’Apnées du
Sommeil.
13
13
DOSSIER SPÉCIAL DÉCRÊT
Télé-observance... de la friture sur
la ligne // L’avis du pneumologue
Frédéric Le Guillou // L’avis d’un
patient.
DOSSIER
16
ANNONCE JPRS 2014
L’édito de Bruno Stach // Pourquoi
assister aux JPRS ? L’avis du
Dr Frédéric Le Guillou // Le
programme // Liste des ateliers
présents.
TÉLÉ-OBSERVANCE ... DE LA FRITURE SUR LA LIGNE
OURS
L’arrêté du 22 octobre 2013 (...), prévoyait un remboursement conditionné à
l’observance du traitement par pression positive continue. Mais par ordonnance
du 14 février 2014 le juge des référés du conseil d’État a ordonné la suspension de
l’exécution de l’arrêté du 22 octobre 2013.
DIRECTEUR DE PUBLICATION :
Dr Marc Sapène
[email protected]
RÉDACTEUR EN CHEF :
Dr Yves Grillet
GESTION ET COORDINATION
DE LA REVUE :
Céline Jarles
([email protected])
CONCEPTION ET RÉALISATION
GRAPHIQUE :
COMITÉ SCIENTIFIQUE ET DE
RÉDACTION :
PUBLICITÉ :
Céline Jarles
[email protected]
Olivier Bénézet
Robert Clavel
Frédéric Gagnadoux
Jean-Pierre Grignet
Bruno Housset
Frédéric Le Guillou
Jean-François Muir
Hervé Pégliasco
Jean-Louis Pépin
Bruno Stach
IMAGE DE COUVERTURE :
Fishing Cat
CRÉDITS PHOTOS :
Céline Jarles
Fotolia
JPRS
Fishing Cat
Fishing Cat
✕
4
✕
JPRS La Revue est éditée
par l’OSPL,
association Loi 1901
Parc Innolin
10 bis rue du Golf
33700 Mérignac
ISSN en cours
››
›› RETROSPECTIVE
Retour sur les
JPRS 2013
« SYNDROME D’APNÉES DU SOMMEIL
ET RISQUES CARDIOMÉTABOLIQUES »
Retour sur les temps forts de ces journées annuelles
DR EVE
VAN CAUTER
›› Les professionnels de santé se sont réunis
cette année encore à Montpellier pour échanger
autour de la prise en charge des pathologies du
sommeil. Ateliers, table ronde, et conférences
sont autant de temps forts qui privilégient les
débats et réflexions sur la pratique quotidienne
et l’actualité de la profession.
Service d’endocrinologie,diabète et
métabolisme
--Université
de Chicago
UNE CONFÉRENCE DE
PRESTIGE RICHE EN
ENSEIGNEMENTS
Le docteur Eve Van Cauter de l’université de
Chicago était l’invitée d’honneur cette année
pour nous parler d’apnée, de diabète et d’obésité.
Sa présentation, intitulée « Obésité, diabète et
troubles du sommeil : le trio toxique » a permis à
chacun de faire le point sur les études analysant
les corrélations entre ces trois pathologies et sur
les conséquences de leurs traitements sur leurs
symptômes respectifs.
✕
5
✕
DES ATELIERS EN
ACCORD AVEC LA
THÉMATIQUE
Cette année le fil rouge portait sur les risques
cardiométaboliques.
Les congressistes ont ainsi pu débattre de cas
très pratiques qu’ils retrouvent dans l’exercice
quotidien de leur spécialité. On peut notamment
retenir l’atelier animé par JP Grignet, « Diabète
et SAHOS : une association dangereuse » dont
l’expert était L. Kessler et l’atelier « SAS et cœur »
animé par N. Combes avec le concours de D.
Jaffuel.
Le comité scientifique avait également convié
V. Puel, Cardiologue à Bordeaux pour coanimer l’atelier « La PPC comme traitement
cardiologique » avec N. Raymond.
SAS ». Les débats, riches et parfois passionnés
ont permis aux représentants des différents
acteurs de la pathologie de s’exprimer sur le sujet.
UNE ZONE D’EXPOSITION
ENCORE PLUS
CONVIVIALE
Le congrès a permis aux exposants encore plus
nombreux que l’année précédente de présenter
leurs services et actualités industrielles. Les
congressistes ont salué la diversité des produits et
services proposés ainsi que les nouveautés liées
aux outils de téléobservance et de suivi toujours
plus efficace des patients. Les temps de pause et de
visite des stand ont été rallongés afin d’en faire un
moment plus convivial et faciliter les discussions
entre les congressistes et les exposants. ✕ ✕ ✕
LA TÉLÉSURVEILLANCE
AU CŒUR DES DÉBATS
La table ronde animée par Y. Grillet, avait cette
année pour thématique « Télésurveillance et
✕
6
✕
CORUM DE
MONTPELLIER
Ouverture du
congrès
LES MOMENTS FORTS
DE CETTE JOURNÉE
02
02
01
Une nouvelle revue !
Le numéro 1 de la Revue des JPRS a été distribué
dans les sacoches des congressistes. Beaucoup
l’ont lu avec attention et ont salué et encouragé
cette initiative.
Suite à ces retours très positifs, le comité scientifique
a décidé d’éditer deux numéros en 2014.
Vous souhaitez contribuer aux prochains numéros
et nous soumettre un sujet d’actualité ou de fond ?
N’hésitez pas à nous contacter par mail : [email protected]
jprs.fr
✕
7
✕
03
04
JPRS 2013
01 Conférence de
prestige. Docteur
Eve Van Cauter.
02 Une zone
d’exposition riche et
animée.
03 Atelier pratique
de lecture de
polysomnographie
du Dr. Portel.
05
04 Présentation des
produits et services
de nos partenaires.
05 Table ronde
«Télésurveillance
et SAS» animé par
Yves Grillet avec la
présence d’André
Tanti (CEPS).
06 Pr Bruno Housset
- Président de la FFP.
06
✕
8
✕
QUELQUES
CHIFFRES
79 455
Est le nombre
de patients
référencés à
l’OSFP au 16 juin
2014.
822
Est le nombre
de médecins
référencés à
l’OSFP au 26 mai
2014.
››
›› ACTUALITÉS
DPC
SOMMEIL
Comment percevoir l’indemnisation financière de plus de 1000 € à
laquelle vous avez droit ?
Le développement professionnel continu (DPC)
qui est une obligation légale est souvent perçu
comme un dispositif complexe pour ne pas
dire ésotérique tant sa gestation a été longue et
émallée de nombreuses péripéties dont certaines
peu glorieuses pour l’administration en charge
de le concevoir.
Il est souvent assimilé à un parcours du
combattant alors que son mode d’emploi est
en réalité très simple et son indemnisation
non négligeable (plus de 1000 €). Au préalable
quelques points doivent être rappelés.
Fédérées au sein de la FFP, l’ensemble des
structures de la communauté pneumologique a
adopté unanimement le principe d’un organisme
unique de DPC pour la spécialité.
C’est ainsi que PneumoDPC est né. PneumoDPC
a ensuite été très officiellement agréé par la
commission scientifique indépendante (CSI).
C’est d’ailleurs en grande partie en raison de la
qualité du programme DPC sommeil validé par
la FFP que PneumoDPC a obtenu son agrément.
PneumoDPC est actuellement le seul organisme
officiellement agréé selon les nouveaux critères
(CSI) présentant un programme de DPC sur le
sommeil.
Pour donner droit à indemnisation, un
programme de DPC doit impérativement
répondre aux conditions suivantes (méfiez-vous
des imitations !) :
• Être proposé par un organisme agréé.
C’est le cas de PneumoDPC.
• Comporter obligatoirement une partie évaluative selon une des modalités définies par la HAS
et une partie cognitive.
La participation à l’OSFP, qui a fait l’objet d’une
convention spécifique avec la HAS, permet
de satisfaire la partie évaluative et la partie
cognitive sera satisfaite par la participation à une
formation spécifique DPC sommeil organisée à
l’occasion des JPRS.
YVES GRILLET & BRUNO HOUSSET
POUR ÊTRE INDEMNISÉS LES PARTICIPANTS DOIVENT
OBLIGATOIREMENT REMPLIR TOUTES LES CONDITIONS
SUIVANTES :
A• Créer votre compte personnel sur le site www.mondpc.fr
B• S’inscrire auprès d’Annabelle Vicente [email protected]
au programme DPC sommeil de PneumoDPC.
Elle vous fournira également toute précision utile sur les lieux et dates
des sessions cognitives
C• Valider l’intégralité du programme DPC sommeil en : - Utilisant l’OSFP pour au moins 50 dossiers de malades par an
- Participant à la formation cognitive organisée à l’occasion des
JPRS. Une session de rattrapage sera organisée à l’occasion du
CP LF.
✕
9
✕
Cette étude a été rendue possible grâce à l’existence de l’OSFP
est à votre participation. Vous pourrez dire plus tard : j’y étais !
»
OPTISAS
OPTISAS est la plus grande étude en e-santé
menée à ce jour dans le domaine du syndrome
d’apnées du sommeil. Les deux essais randomisés
Optisas 1 et Optisas 2 ont permis d’inclure 512
patients.
Alors que les autres études s’étaient
principalement concentrées sur l’observance
Optisas 2 notamment s’est intéressée à la prise
en charge globale des patients avec des capteurs
jamais utilisés dans le domaine.
Les enseignements tirés de cette étude sont d’ores
et déjà remarquables.
Ainsi la proportion de patients à haut risque
cardio-vasculaire s’est avérée très supérieure à
celle attendue. Par ailleurs 49,7 % des patients
sans HTA connue à l’inclusion avait une
pression artérielle en auto mesurera anormale
à l’installation. 44,8 % des patients Optisas 2 (à
risques cardio-vasculaires) avait une HTA non
contrôlée malgré leur prise médicamenteuse
d’après les auto-mesures de pression artérielle
réalisées en pré- installation.
Optisas s’est avéré être un moyen unique de
connaissance de la fréquence et de l’évolution des
effets secondaires de la pression positive continue
à partir des données recueillies directement
par les malades sur les tablettes. Avec le même
mode de recueil innovant Optisas a constitué un
moyen unique de connaissance de l’évolution des
symptômes sous pression positive continue.
Le recueil et la gestion des alertes constituent
un autre point fort des enseignements d’Optisas.
Une importance particulière est attachée aux
effets de la détection précoce d’un index d’IAH
résiduel élevé.
L’étude micro-économique au-delà des chiffres
permet une analyse qualitative inégalée de la
perception de la télésurveillance par l’ensemble
des acteurs : malades, médecins et prestataires de
services à domicile.
L’analyse de l’impact de la télésurveillance sur
l’évolution future des métiers de chacun permet
de préfigurer ce que sera dans un avenir très
proche la prise en charge des patients.
En un mot comme en mille cette étude est
d’ores et déjà un succès. Elle va contribuer à
l’amélioration des connaissances en donnant lieu
à de nombreuses publications dans des revues
scientifiques de haut niveau.
L’association A.FOR.SPE a pour mission :
De définir, de promouvoir et de coordonner
une politique de formation et d’évaluation
des pratiques professionnelles en médecine
spécialisée.
De former le corps médical spécialisé.
De favoriser la coopération avec les structures
nationales des spécialités, la création et le
A VOS
AGENDA !
2014
19 et 20 Septembre
2015
2 et 3 Octobre
Cette étude a été rendue possible grâce à
l’existence de l’OSFP et à votre participation.
Vous pourrez dire plus tard : j’y étais ! Soyez
vivement remercié ainsi que toute l’équipe
mobilisée autour de ce projet sans oublier bien
sûr son investigateur principal Jean-Louis Pépin.
YVES GRILLET & BRUNO HOUSSET
Rejoignez-nous !
RAPPEL :
QU’EST CE QUE L’AFORSPE ?
L’AFORSPE
(Association
nationale
de
coordination des actions de Formation et
d’évaluation en médecine Spécialisée) s’est créée
en 1990 pour assurer la formation continue des
médecins spécialistes. L’association est devenue
un organisme central dans la formation des
médecins spécialistes et plus récemment dans
l’évaluation de leur pratique professionnelle
(EPP).
»
développement d’associations de formations
régionales ou locales en respectant toutes les
structures existantes.
De favoriser et développer les actions d’évaluation
en médecine spécialisée sous toutes ses formes.
D’étudier les moyens les plus adaptés à la
formation et à l’évaluation professionnelle
dans tous les domaines notamment la
réactualisation des connaissances, l’aide à la
décision, l’acquisition des techniques de pointe
(programme de séminaires et de stages), les
bilans de compétences, l’évaluation des pratiques
professionnelles ...
De participer à toutes recherches et toutes actions
qui pourraient se poser en matière d’évaluation
dans les différentes spécialités.
HERVÉ PÉGLIASCO
✕
10
✕
facebook.com/
JPRSommeil
twitter.com/
JPRSommeil
SEFAM EST LE DISTRIB UTEUR EXCLUSIF DU POLYGRAPHE LEADER :
SOMNOTOUCH™ RESP
Le polygraphe le plus petit du marché
Ecran tactile haute définition
10 canaux intégrés à l’appareil de base
Transfert de données sans fil en temps réel
Détection automatique des évènements
SERVICE CLIENTS
TEL : +33 (0) 3 83 44 85 00
10, allée Pelletier-Doisy
54600 Villers-lès-Nancy - France
Tél : +33 (0)3 83 44 85 00
FAX : +33 (0) 3 83 44 99 87
Fax : +33 (0)3 83 44 85 01
[email protected]
✕
11
✕
››
›› ZOOM SUR
Dossier
SPÉCIAL
DÉCRET
Télé-observance ... de la friture sur la ligne
›› L’arrêté du 22 octobre 2013 portant modification des modalités d’inscription de prise en charge
du dispositif médical à Pression Positive Continue (PPC)pour le traitement des apnées du sommeil
et prestations associées, prévoyait un remboursement conditionné à l’observance du traitement
par PPC. Mais, par ordonnance du 14 février 2014, le juge des référés du conseil d’État a ordonné
la suspension de l’exécution de l’arrêté du 22 octobre 2013.
La froideur de ces textes n’est qu’apparente puisqu’ils ont mis le
feu aux poudres et généré une tourmente avec mêlée générale
entre tous les acteurs et au sein même de chaque catégorie
d’acteurs: malades, médecins, prestataires de services à domicile,
fabricants de dispositifs et… institutionnels. Sans compter les
nombreux badauds qui, bien que non concernés directement mais
attirés par le bruit, se sont érigés en censeurs sentencieusement
péremptoires.
Ces modalités font intervenir la télétransmission quotidienne de
l’observance, ce qui permet une approche beaucoup plus fine, y
compris sur le plan tarifaire, par rapport au recueil des mêmes
informations stockées dans le dispositif de PPC deux fois par an
par les techniciens des prestataires de services à domicile. Ces
modalités faisaient intervenir également un déremboursement
automatique mais pour les patients inobservants pendant 24
semaines soit presque six mois ! L’arrété définissait l’observance
comme l’utilisation de la PPC plus de 3h00 par nuit pendant au
moins 20 jours par période de 28 jours.
Pour se forger une opinion il est nécessaire, quelle que soit la
catégorie d’acteurs à laquelle on appartient, d’étudier la question
dans son ensemble en adoptant plusieurs perspectives, même si
certaines ne sont pas agréables.
Au milieu de ce tumulte la FFP est restée sereine, sa position
n’ayant pas varié sur cette question depuis le début.
ESSAYONS D’Y VOIR
PLUS CLAIR
LE POINT DE VUE
DES INSTITUTIONNELS
La communication de l’observance du traitement par PPC
à l’assurance maladie n’est pas en soi une nouveauté car elle
était déjà depuis 1998 une des deux conditions nécessaires, avec
l’amélioration clinique, pour le renouvellement de la demande
d’entente préalable de prise en charge. Ce n’est donc pas le
principe lui-même qui est contesté 16 ans plus tard mais bien
ses modalités.
✕
Le point de vue des institutionnels dans lesquels nous rangeons
l’État donc les citoyens qu’il représente légitimement, ses
ministères (essentiellement celui de la santé et celui des
finances), ses différents services et l’assurance maladie, même
12
✕
si ces rapprochements sont hasardeux du fait de l’existence de
observatoire a permis la réalisation d’études ayant déjà donné
désaccord entre eux. Pour ces acteurs institutionnels le challenge
lieu à plusieurs publications dans des revues scientifiques de
est de concilier santé publique et dépenses publiques et à travers
haut niveau. OPTISAS est la seule étude scientifique dont
l’équilibrage, ou du moins la réduction du déficit, des comptes de
l’importance permet de mieux préfigurer ce que pourrait être la
l’assurance maladie, contribuer à assainir les comptes de la nation.
prise en charge de cette pathologie dans un avenir proche.
Certes il s’agit de considérations très générales et la solution
ne dépend pas spécifiquement
LE POINT DE VUE
de la prise en charge des apnées
DES PATIENTS
du sommeil qui ne représentent
Tous les acteurs,
qu’une goutte d’eau. Toutefois, pas
Le point de vue des patients mérite
plus qu’une autre, cette pathologie
(...) manifestent actuellement leur
d’être écouté attentivement par
n’échappe à la réalité de ces
volonté commune de sortir de cette l’ensemble des autres acteurs.
contraintes économiques générales
aussi désagréables soient-elles. crise par le haut et dans les délais les Grâce à la FFAIR, au-delà
d’arguments
émotionnels,
les
Entre 500 000 et 600 000 patients
patients ont avancé de solides
plus rapides.
sont concernés et ce chiffre devrait
arguments rationnels.
croître de façon importante au
Ils ont refusé une décision
cours des prochaines années. Les
administrative automatique. Ils ont
dispositifs de PPC représentent le
demandé et obtenu l’inclusion des
premier poste de dépenses de tous
médecins dans la boucle de décision avant désappareillage.
les dispositifs existants et de plus ce poste fait partie de ceux
Les médecins prescripteurs qui avaient la même exigence se
qui croissent le plus. L’argument souvent avancé est de ne pas
réjouissent de cette avancée. Seul bémol, il semble que les
rembourser les inobservants pour pouvoir prendre en charge les
médecins conseils craignant une surcharge de travail soient plus
nombreux nouveaux malades.
réticents.
Les citoyens partagent le principe de la solidarité qui fait partie
La FFAAIR s’est opposé à la définition de l’observance que
du pacte républicain mais ils en connaissent le prix ne serait ce
donnait l’arrêté du 22 octobre 2013. Elle accepte le principe
que par le poids des retenues sociales sur leur salaire.
d’une observance minimale de 3h par jour en moyenne mais a
demandé et obtenu la suppression de la deuxième condition (au
Ils ne comprendront pas facilement le principe du maintien
minimum 20 jours sur 28).
du remboursement pour des traitements non observés.
Un accord semble également pouvoir être trouvé sur la durée
de la période réfractaire succédant à un déremboursement pour
LE POINT DE VUE
inobservance pendant laquelle il n’est pas possible de represcrire
DES MÉDECINS
une PPC.
Simultanément, la FFAAIR réaffirme haut et fort sa perception
Le point de vue des médecins est sensiblement différent. La
positive du télésuivi contrairement à ce que certains, qui
télé-observance est une avancée tant pour optimiser la prise
s’autorisent à parler au nom de malades sans légitimité véritable,
en charge de chaque patient que pour améliorer l’ensemble
voudraient faire dire aux malades.
des connaissances sur cette pathologie et sa prise en charge.
Connaître l’observance du traitement et des variations de cette
Médecins et patients travaillent de concert pour non
observance permet une personnalisation du suivi et loin de
seulement améliorer l’observance mais bien au-delà la
s’y substituer, renforce la relation médecin/patient. Grâce à un
participation active des patients à leur propre prise en charge
système d’alerte reposant sur des algorithmes élaborés par les
notamment grâce à des outils tels qu’ Edukapnée.
médecins de la FFP, le médecin aura connaissance de l’observance.
Cette information est particulièrement utile dans les premières
LE POINT DE VUE
semaines de traitement car elle a une forte valeur prédictive
DES PRESTATAIRES
de l’observance future. Le médecin concentrera davantage ses
efforts sur les patients qui éprouvent le plus de difficultés. Une
La majorité des prestataires a une perception réaliste de la télémauvaise observance peut s’expliquer par de nombreuses causes
observance. Ils y voient une évolution, au pire inévitable pour
au premier rang desquelles des problèmes liés à l’interface.
certains, au mieux souhaitable pour la majorité, vers ce que sera
Surtout, les médecins souhaitent le passage de la simple téléla prise en charge de l’avenir. Ils se préparent à l’évolution de leur
observance à une véritable télésurveillance incluant les données
métier résultant de cette évolution technologique. S’ils ne sont
relatives aux fuites, aux pressions et surtout à l’index d’apnées
pas enthousiastes à l’idée d’en supporter le coût, ils y voient une
hypopnées résiduel qui est un bon critère d’efficacité du
des conditions de la pérennité du service réel qu’ils apportent
traitement. La FFP a été la première a souhaiter cette évolution.
dans la prise en charge de ces patients. Ce service original à la
Elle se réjouit de voir aujourd’hui cette position largement
France explique probablement le fait que l’observance, condition
rejointe par un grand nombre d’acteurs.
nécessaire quoique non suffisante de l’efficacité des traitements,
Au-delà de l’amélioration de la prise en charge individuelle, la
est en moyenne beaucoup plus élevée dans notre pays que dans
télésurveillance permettrait de constituer une importante base
les autres.
de données anonymisées, puissant outil d’amélioration des
connaissances de la pathologie et de la meilleure façon de la
Pour autant il est à déplorer que les prestataires qui ont
prendre en charge. Toutefois il est important que ces données,
investi en ce sens se voient pénalisés par la suspension de
mêmes anonymisées, restent sous contrôle médical quant à
l’arrêté contrairement à ceux qui, en évitant cette dépense,
leur utilisation. La FFP remplit déjà ce rôle de sanctuarisation
ont maintenu le niveau de leurs profits sans élever le niveau
des données pour l’Observatoire Sommeil de la Fédération
du service.
de Pneumologie qui compte près de 80 000 patients. Cet
»
«
✕
13
✕
LE POINT DE VUE
DES CONSTRUCTEURS
L’AVIS DU
PNEUMOLOGUE
Les constructeurs, à l’écoute des évolutions technologiques par
essence, ont tous développé et intégré des systèmes communicants
à leurs appareils. Là encore de lourds investissements ont été
nécessaires et les stocks d’appareils communicants non utilisés
sont pléthoriques.
LES OPPOSANTS IRRÉDUCTIBLES
›› Les maladies chroniques représentent un problème de santé
public en France. Leur prise en charge est complexe nécessitant
l’intervention de nombreux acteurs de santé dans le cadre d’un
parcours de soins.
Certains rares médecins, parfois ne prenant pas en charge
ce type de patients se croient autorisés à condamner cette
évolution. Ils jettent l’opprobre sur leurs confrères ne partageant
pas leur opinion au nom de l’éthique, de la morale, de la
défense, des patient, etc.. Au lieu de jeter de l’huile sur le feu,
s’ils écoutaient vraiment les patients et les médecins qui les
soignent, ils constateraient que ceux-ci ne sont opposés ni
au télésuivi ni à l’évolution des connaissances ni au progrès.
Certains rares malades «jusqu’au-boutistes» et plus grave encore,
certains représentants autoproclamés de l’ensemble des malades,
quelle que soit la pathologie, s’opposent violemment non pas à
la télésurveillance mais au remboursement conditionnel lié à
l’observance. C’est une vraie question. Les malades ont certes,
et c’est heureux, le droit de refuser le traitement. Pour autant la
revendication d’être remboursé pour un traitement non observé
demeure difficile à défendre.
Dans ma pratique quotidienne, pour la prise en charge du
syndrome des Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS), le
télésuivi, outil technique innovant, améliore mon efficience.
Evidemment il n’est pas destiné à se substituer à la relation
humaine médecin- patient mais au contraire à l’optimiser.
En participant à l’étude OPTISAS j’ai pu mesurer tout l’intérêt
d’un télésuivi. Il ne comporte pas seulement des données
d’observance mais aussi des renseignements importants sur
le ressenti du patient, la qualité de vie, la mesure des fuites,
les pressions, .... Il existe une efficience certaine pour corriger
des inadaptations et ainsi garantir une réponse rapide du
professionnel de santé.
On peut également s’interroger sur les véritables motivations
des prestataires heureusement minoritaires qui restent
violemment opposés au télésuivi contre l’avis des patients et
des médecins.
Grâce à la mise en place du télésuivi pour l’observance
thérapeutique, j’ai pu évaluer l’intérêt au quotidien dans ma
pratique. Il me permet d’adapter et d’optimiser ma prise en
charge personnalisée du patient en fonction des éléments
transmis et non pas standardisée. J’espère à terme pouvoir avoir
l’ensemble des éléments sur une seule plateforme indépendante
de tous mes prestataires et des constructeurs avec un vrai
télésuivi (fuites, pressions au 90ème pourcentile, observance, ..)
et non pas seulement une télé-observance.
SORTIR DE LA CRISE
PAR LE HAUT
Cette crise aura eu comme effet positif d’obliger les différents
acteurs à dépasser leurs intérêts catégoriels pour dialoguer
de façon constructive, dans le respect de chacun, en vue de
l’élaboration d’une solution profitable à l’intérêt commun.
Cette solution repose sur un télésuivi incluant observance, fuites,
pressions, IAH résiduel. La prise en charge serait conditionnée
par une observance de 3h par nuit en moyenne et en cas de
désaccord prévoierait l’instauration d’un dialogue entre médecin
prescripteur et médecin conseil. Les prestataires vertueux
acceptant le télésuivi et son surcoût en contrepartie d’une
prestation de qualité supérieure pour le patient et d’une plus
grande transparence pour l’assureur, doivent pouvoir bénéficier
d’une reconnaissance tarifaire différente des autres. Reste à
formaliser cette solution dans les textes.
Tous les acteurs, véritablement représentatifs, et les institutionnels
manifestent actuellement leur volonté commune de sortir de
cette crise par le haut et dans les délais les plus rapides. Ainsi
la France garderait son avance dans le domaine de la qualité des
services apportés par les différents acteurs aux patients souffrant
de pathologies respiratoires du sommeil. ✕ ✕ ✕
En participant à ces études et en prescrivant le télésuivi sur
mes ordonnances, je me forme également au quotidien. Ces
différentes formations devraient être validantes pour le DPC
dans un avenir proche je l’espère.
Nous devons plus que jamais nous engager avec les techniques
de communication innovantes de la e-santé au service du
patient dans la qualité. Mon expérience personnelle m’a prouvé
que le télésuivi va dans ce sens. ✕ ✕ ✕
DR FRÉDÉRIC LE GUILLOU
YVES GRILLET
Pneumologue - La Rochelle
Vice-Président de la FFP
Responsable Sommeil de la FFP
✕
14
✕
»
L’AVIS DU
PATIENT
Mon traitement m’a changé la vie.
Je me sens beaucoup mieux maintenant.
Téléobservance ou non, je continuerai
d’utiliser ma machine tous les jours.
»
Stéphane, 39 ans, habite à Bordeaux et est appareillé d’une machine à pression positive
depuis 8 ans. Il a accepté de nous donner son point de vue sur l’utilisation de la machine
et sur la téléobservance.
JPRS : Stéphane, pouvez vous tout d’abord nous parler
des symptômes qui ont mené au diagnostic de l’apnée
du sommeil ?
La machine fait un peu de bruit, mais si je dormais sans, elle
serait encore plus gênée par mes ronflements !
STÉPHANE : Mes amis pourront en témoigner, on peut dire
que j’étais un gros ronfleur ! Et puis j’étais très fatigué la journée,
surtout l’après-midi. Il m’arrivait même de m’endormir pendant
des réunions et j’avais de gros problèmes de concentration.
Ce qui m’a valu des complications professionnelles, jusqu’à la
perte d’un poste. Je prenais beaucoup de stimulants pour rester
éveillé. C’est pour cela que j’ai consulté un spécialiste qui m’a
diagnostiqué mes apnées du sommeil avec 88 apnées par heure.
Non pas vraiment. En tout cas pas plus qu’une personne qui
prend un livre au lit ou qui regarde la télévision. Si besoin
j’éteins la machine et je la rebranche plus tard. Ce n’est vraiment
pas un « tue l’amour », la preuve, nous attendons un bébé !
Le seul bémol c’est lorsque nous voyageons. Il faut bien vérifier
qu’il y a une prise de courant dans la chambre.
• Vous étiez jeune lorsque l’on vous a appareillé. N’est ce
pas gênant dans votre vie de couple ?
• Et justement, suite à ce diagnostic, vous avez été
appareillé avec une machine à pression positive continue.
Vous êtes-vous facilement adapté à la machine ?
• Vous avez été équipé du boitier de téléobservance.
Qu’est ce que cela change pour votre suivi ?
Ça ne change pas grand chose sauf que, si tout se passe bien, le
prestataire ne viendra à mon domicile qu­’une fois par an pour
l’entretien et la recharge de la machine au lieu de deux fois. Par
contre, en cas de soucis, je les appellerai, eux ou mon médecin.
Ou alors, ce sont eux qui me contacteront s’ils détectent un
problème sur la machine ou sur mon utilisation.
Facilement non, mais assez rapidement. Dans un premier
temps j’ai été équipé d’un masque nasal. J’ai très vite appelé le
médecin qui me suivait car ce masque était très inconfortable
et je n’arrivais pas à respirer. Très rapidement le prestataire m’a
fourni un masque facial, qui couvre le nez mais aussi la bouche.
Je me suis très bien adapté à ce nouveau masque. J’utilise
d’ailleurs toujours ce type de masques.
J’ai également choisi d’enlever l’humidificateur de la machine
car il était assez bruyant et ne m’apportait pas de confort
supplémentaire.
• Avez vous peur du déremboursement ?
Pas du tout ! Les effets de la machine sont tellement bénéfiques
pour moi que je l’utilise tous les jours, même pour une sieste. Et
la seule fois où le dispositif de transmission n’a pas fonctionné
car il était mal branché, les techniciens s’en sont rendus compte
et m’ont rapidement dépanné. Et les données étaient de toute
façon enregistrées dans la machine. J’utilise ma machine parce
que j’en ai besoin. C’est tellement important de dormir. J’ai tout
essayé avant (les sprays anti-ronflement) et rien ne m’avait
soulagé.
• Il vous a donc fallu combien de temps pour trouver
l’équipement qui vous convenait ?
Environ un mois. J’ai exprimé ce qui ne me convenait pas et
d’autres solutions m’ont été proposées.
• Maintenant que tout se passe bien avec votre
traitement, qu’en est il de vos symptômes ?
• La téléobservance a t’elle changé quelque chose dans
votre quotidien ?
Ça va beaucoup mieux ! Je suis plus en forme la journée, je ne
m’endors plus. Et je ne ronfle que très rarement maintenant.
J’utilise ma machine tous les jours, sauf très occasionnellement
lorsque je suis très enrhumé.
Non, elle n’a rien changé et je n’ai aucune crainte par rapport
aux ondes puisque le boitier transmet en dehors des heures de
sommeil.
Mon traitement m’a changé la vie. Je me sens beaucoup mieux
maintenant. Téléobservance ou non, je continuerai d’utiliser
ma machine tous les jours. ✕ ✕ ✕
• Et votre femme, qu’en pense t-elle ?
Quand nous nous sommes rencontrés, j’étais déjà appareillé.
Je lui en ai parlé et je lui ai montré l’appareil. Elle sait que c’est
pour mon bien donc il n’y a pas de soucis. La santé avant tout !
✕
15
✕
››
›› D O S S I E R
JOURNÉES
PRATIQUES
RESPIRATION
SOMMEIL
Les
MONTPELLIER
19 & 20 septembre 2014
›› Déjà la 6ème édition !
publiées en 2014 dans le SAS, mais aussi celles de la base OSFP
(OPTISAS et ACROSAS en particulier). Cette base de données
va évoluer afin de proposer de nouveaux services dans un esprit
de simplification. Ceux-ci seront exposés lors de ces actualités.
Les ateliers sont toujours mis en avant lors des JPRS car c’est
l’endroit idéal d’échanges fructueux. Cette formule ayant fait
ses preuves lors des précédentes éditions. Vous participerez
toujours à 3 ateliers sur les 12 proposés. Faîtes votre choix au
moment de votre inscription. De plus, nous avons l’opportunité
d’augmenter ce choix grâce aux ateliers ou symposiums organisés par nos partenaires, dont les horaires sont intercalés entre
les différentes sessions.
Créées en 2009 à l’initiative de la Fédération Française de Pneumologie (www.ffpneumologie.org), les Journées Pratiques Respiration Sommeil (JPRS) connaissent un succès croissant. Elles
se dérouleront à Montpellier. Comme vous pourrez le voir sur
le programme (http://www.jprs.fr/programme-2014), nous débuterons le Vendredi 19 septembre au matin pour terminer le
Samedi 20 septembre à 13h00.
Le but initial de ces journées est, avant tout, d’apporter des éléments d’amélioration immédiatement applicables à la pratique
quotidienne en favorisant un choix important d’ateliers. Bien
évidemment, ce but est conservé tout en s’adoptant aux obligations du Développement Professionnel Continu (DPC). Certaines sessions des JPRS valideront la partie cognitive du DPC,
tandis que la partie évaluative du DPC est validée par votre
participation active à l’Observatoire Sommeil de la Fédération
de Pneumologie (OSFP).
Enfin, le club des utilisateurs de l’OSFP se réunira le jeudi 18
septembre à 18h00. Ce temps d’échange entre utilisateurs et
l’équipe de l’OSFP est essentiel. Il est ouvert à tous, n’hésitez
pas à vous renseigner sur son site (www.osfp.fr).
Alors inscrivez vous sur le site dédié à ces JPRS (www.jprs.fr)
Venez nombreux ! ✕ ✕ ✕
Nous voulons, comme chaque année, mettre à jour nos
connaissances sur le SAS. Mais, il faut aussi pouvoir envisager
le devenir de cette pathologie dans les années futures tant sur
le plan scientifique que sur le plan organisationnel. Le thème
retenu, pour cette année 2014, est donc tout naturellement :
« Le SAS 3.0 : actualités et perspectives d’avenir ». Ce thème
sera abordé par notre invité d’honneur, le Pr. Patrick Lévy
(Physiologiste, Pneumologue, Président de l’université Joseph
Fourier, Grenoble), lors de la séance prestige du Samedi matin
de 9h30 à 10h30.
BRUNO STACH
Président du comité
scientifique des JPRS
Les actualités auront lieu le Vendredi matin ; c’est un moment
important pour faire le point sur les nouveautés scientifiques
✕
16
✕
POURQUOI ASSISTER AUX JPRS ?
L’AVIS DU DOCTEUR LE GUILLOU, PNEUMOLOGUE
›› C’est toujours avec plaisir que j’assiste et reviens aux JPRS
patients ayant de nombreuses comorbidités. J’attends aussi de
voir les développements de la e-santé et du télésuivi.
Enfin en participant aux JPRS et à l’observatoire de l’OSFP
je valide ainsi mon obligation de DPC sans contraintes
supplémentaires. Je suis sûr qu’une fois de plus les organisateurs
sauront répondre à mes attentes. Un grand merci à eux ! ✕ ✕
à Montpellier.
Tout d’abord la formation comme son nom l’indique est
pratique pour les professionnels de santé qui s’intéressent à la
prise en charge des pathologies du sommeil.
L’articulation du congrès avec des plénières scientifiques et
des ateliers didactiques convient pour la pratique de mon
exercice professionnel au cours de l’année. Je m’informe sur
les stands des nouveautés en matériels afin de mieux prescrire
et conseillers mes patients. Au cours des précédents congrès
j’ai découverts les relations entre SAOS et œil, développé mes
connaissances sur le cardio vasculaire....
Cette année j’attends beaucoup de l’interaction SAOS et
syndrome métabolique, au cœur de nos préoccupations
quotidiennes pour la prise en charge pratique sur le terrain des
DR FRÉDÉRIC LE GUILLOU
Pneumologue - La Rochelle
LISTE DES ATELIERS
A (atelier)
LE SUIVI DU MALADE TRAITÉ :
SURVEILLANCE CLINIQUE ET
PARACLINIQUE
EXPERT : F. GAGNADOUX
ANIMATEUR : J.P. GRIGNET
C (atelier)
B (atelier)
TROUBLES DES FONCTIONS
SUPÉRIEURES ET DÉPRESSION :
CAUSES OU CONSÉ- QUENCES
DU SAHOS?
VENEZ LIRE VOTRE
POLYSOMNOGRAPHIE
SAS ET ŒIL : UNE RELATION
QUI NE MANQUE PAS D’AIR
EXPERT : B. DE LA GICLAIS,
EXPERT : J.C. QUYNTIN
ANIMATEUR : F. MASURE
D. CAPARROS, J.P. MALLET, L. LEROUSSEAU
ANIMATEUR : L. PORTEL
EXPERT : PH. GRANATO
ANIMATEUR : N. MESLIER
D (atelier)
H (atelier)
E (atelier)
G (atelier)
F (atelier)
CAS CLINIQUES PRATIQUES
DANS LE SAS
LE NEZ : SON IMPLICATION
DANS LE SAOS ET LES
PROBLÈMES QU’IL ENGENDRE
POUR LES TRAITEMENTS
EXPERT : N. RAYMOND
ANIMATEUR : R. CLAVEL
EXPERT : P.J. MONTEYROL
ANIMATEUR : O. GALLET DE
CHIRURGIE BARIATRIQUE
EXPERT : E. FRIJA
ANIMATEUR : C. ZANETTI
POLY(SOMNO)GRAPHIE
SOUS PPC : INDICATIONS ET
INTERPRÉTATION
EXPERT : F. VIAU
ANIMATEUR : E. MAETZ
I (atelier)
COMMENT BIEN PRESCRIRE
ET RÉGLER UNE PPC,
SERVO-ASSISTÉE, DEUX
NIVEAUX DE PRESSION...
EXPERT : D. ALFANDARY
ANIMATEUR : H. PEGLIASGO
K (atelier)
J (atelier)
PRISE EN CHARGE EN
MÉDECINE AMBULATOIRE DE
SAS DE L’ENFANT
PPC OU SERVO-VENTILATION
CHEZ L’INSUFFISANT
CARDIAQUE APNÉIQUE : UN
PROBLÈME DE PRESSION ET/
OU D’HÉMODYNAMIQUE ?
SANTERRE
L (atelier)
LES PARASOMNIES
EXPERT : R. LOPEZ
EXPERT : A. ANDRIEUX
ANIMATEUR : M. LARROUSSE
EXPERT : D. JAFFUEL
ANIMATEUR : N. COMBES
LE CONGRESSISTE PEUT ASSISTER À 3 ATELIERS DIFFÉRENTS
✕
17
✕
PROGRAMME
DU CONGRÈS 2014
JEUDI 18 SEPTEMBRE
ATELIERS VNI
14H00
18H30
BASTIDE •
« VNI : de l’optimisation à l’observance, présentation de l’ERP »
Avec la participation du Dr Jean-Michel SAB (réanimateur à la
Clinique du Pont de Chaume - Montauban)
IP SANTÉ DOMICILE •
« La télé-VNI»
REPAS
18H00
20H00
CLUB OSFP & RÉUNION
Club des utilisateurs de l’OSFP et réunion
informative des protocoles scientifiques en cours
20H00
Repas du club des utilisateurs de l’OSFP
VENDREDI 19 SEPTEMBRE
OUVERTURE • INSCRIPTION
08H00
09H00
10H30
PAUSE • VISITE DES STANDS
• ABCDEFGH •
10H30
11H30
11H30
11H45
ACTUALITÉS
13H00
14H30
13H15
14H15
ATELIERS PARTENAIRES
• RESMED
• WEINMANN « Evolution dans la prise en charge
des syndromes centraux »
14H30
15H30
« Problèmes et ...solutions pour améliorer la prise en
charge des pathologies respiratoires du sommeil »
Modérateur : Dr. Yves Grillet
(Responsable Sommeil de la FFP)
ATELIER SERIE 2
PAUSE & VISITE DES STANDS
13H00
14H30
« Quand rechercher un SAS et comment le traiter :
discussions autour de cas cliniques exposés par un
cardiologue et un pneumologue»
Dr Vincent PUEL, cardiologue, Bordeaux / Dr Arnaud
PRIGENT, pneumologue, Rennes
TABLE RONDE SOMMEIL
OUVERTURE DU CONGRÈS
PR. BRUNO HOUSSET (Président de la FFP)
DR. YVES GRILLET (Responsable Sommeil de la FFP)
11H45
13H00
Actualités en 2014 dans le SAHOS (Pr. Frédéric Gagnadoux)
Actualités scientifiques de l’ OSFP (Pr. Jean-Louis Pépin)
L’avenir de l’OSFP (Dr. Yves Grillet)
SYMPOSIUM PHILIPS RESPIRONICS
ATELIER SERIE 1
15H30
16H30
PAUSE & VISITE DES STANDS
16H30
18H00
• ABCDIJKL •
18H15
19H15
ATELIERS PARTENAIRES
• ORKYN
SAMEDI 20 SEPTEMBRE
ATELIER PARTENAIRES
08H30
09H30
09H30
10H30
PAUSE • VISITE DES STANDS
« Actualités et perspectives d’avenir dans le SAS » Pr. Patrick
Lévy (Physiologiste, Pneumologue, Président de l’Université
Joseph Fourier, Grenoble)
10H30
11H30
11H30
13H00
FIN DU CONGRÈS
SÉANCE PRESTIGE
ATELIER SERIE 3
• EFGHIJKL •
13H00
✕
18
✕
✕
19
✕
ACTUALITÉS ET
PERSPECTIVES D’AVENIR
LES 19 ET 20 SEPTEMBRE 2014
Corum de Montpellier
LES TARIFS
EN LIGNE : 300 € TTC
Etudiants : -30% - Collaborateurs : -30 %
•••
SUR PLACE : 370 € TTC
INSCRIPTION
Inscription en ligne sur notre site internet :
www.jprs.fr/inscription-jprs-2014
REJOIGNEZ-NOUS!
facebook.com/JPRSommeil
twitter.com/JPRSommeil
www.jprs.fr
INSCRIVEZ-VOUS !
Le SAS 3.0 :